The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- May-be or not -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 14 Juin 2018 - 12:32
Elle était volontairement restée silencieuse aux remarques qu'il enchaînait sur son physique, quand elle était partie se changer. Si la blonde n'était pas aveugle à ses charmes, elle ne s'était jamais - au grand jamais - considéré comme autre chose que banale. Un psy pourrait bien lui dire que la mort de son père avait influencé toute son adolescence, incluant la façon dont elle se voyait, mais ça c'était une autre histoire. Et puis, pendant qu'on y était, la jeune femme en avait plutôt marre de n'être que ça, parfois, pour les autres. Enfin. Elle avait levé les yeux vers lui, détaillant son air perpétuellement amusé, et elle se demandait bien comment il faisait pour être si serein. Elle prendrait bien ses conseils là-dessus, tiens. Incapable de détacher son regard du sien, la demoiselle se posait de sérieuses questions quant à sa capacité de résister à ses avances. Et c'était franchement inquiétant. Rares avaient été les situations du genre dans sa courte vie, et pour tout dire, elle ne savait pas trop comment réagir. On aurait dit qu'une certaine chimie les liait déjà, inexplicablement. Lively n'aimait pas ça le moins du monde.

Goldenberg écoutait Nathan lui raconter qu'il prendrait le blâme, si le boss découvrait leur bordel. Presque touchée de cette affirmation, elle lui offrit une moue faussement reconnaissante. May avait cependant accroché sur le fait qu'il était celui qui faisait chier tout le monde, en temps normal. Une autre raison d'apprécier le type; tout le monde lui disait tellement à quelle point elle était une emmerdeuse de première. Or, elle savait aussi que cet aspect de sa personnalité en cachait d'autres, lui donnant quelques indices sur le brun qui se tenait devant lui et le rendant d'autant plus intriguant. Son sourire avait cette façon hypnotisante d'adoucir ses traits, merde. "C'est plus drôle de faire chier les autres, dans cet enfer, de toute façon. Vaut mieux déconner que déprimer." avait-elle lancé, tentant de reprendre le dessus, en souriant sincèrement. Ouais, elle pourrait au moins appliquer ses propres conseils, pauvre idiote. Elle allait en demander plus à son sujet quand il décida de se barrer plus loin, glissant une caisse de bière pile jusqu'à elle. L'ancienne technicienne l'arrêta sec et n'avait pas besoin de répondre quoi que ce soit pour qu'il sache qu'elle en prendrait une volontiers. Le bruit de la canette qui s'ouvrait lui avait manqué et elle bu aussitôt une gorgée en observant encore ses fringues bariolées. Visiblement, il remarquait toujours où elle posait les yeux. Alors il l'avait à l'oeil, lui aussi, hein? Intéressant. Elle soutenait son regard avec audace avant qu'il ne vienne se placer derrière elle.

Il était si près qu'elle avait penché la tête, sentant presque le son de sa voix voyager jusque dans son ventre, un peu comme la chanson qui jouait, d'ailleurs. La belle avait presque failli saisir la nuque de Nathan, instinctivement, avant de se raviser. Même ce surnom, qui lui avait valu des couilles ruinées l'espace d'un moment, ne l'avait pas fait broncher. Elle combattait cette urge qui lui criait de s'emparer de son corps, et sentait son rythme cardiaque qui s'accélérait. Incapable de répliquer quoi que ce soit, prouvant bien qu'elle était désarmée, elle refusa de se laisser avoir par son petit jeu. Parce que c'est bien tout ce que c'était, non? Alors comme ça il croyait que c'était donnant donnant? Très bien. Elle lui ferait voir de quoi elle était capable. La petite se releva en même temps que Nate, lui accrochant l'épaule sans le vouloir et se dirigea de nouveau vers la porte. Décidément...

"Eh, toi là!" siffla-t-elle pour apostropher le mec qui lui avait fourni la magnifique pièce qu'elle portait sur ses menues épaules. En ouvrant la porte, la musique semblait plus forte, et son idée de génie aurait donc encore plus d'effet. Elle lui faisait signe de venir. Le type se ramena sans attendre et entra de nouveau dans la pièce avec elle, l'air niais. "Je voulais te remercier pour le t-shirt..." dit-elle tout bas en lui parlant à lui mais en ne quittant pas Nathan des yeux. La blonde, qui faisait dos à l'homme et face au brun, se mit à danser sensuellement, prenant appui sur le mec et descendant graduellement au sol en faisant doucement tournoyer ses hanches d'un côté puis de l'autre. La musique était incroyablement synchronisée à ses mouvements, et elle sentait même son sang bouillir tellement elle appréciait cet intermède. Elle articulait silencieusement les paroles en même temps que le chanteur, prenant son pied. Le sourire qu'elle lui offrit aurait pu ravager même le plus mort des infectés, et en continuant de se mouvoir, elle enleva quelques mèches de cheveux qui lui cachait le visage. Remontant vers le torse du mec, elle se tourna pour lui faire face, s'accrochant à son cou, et son air ne mentait pas; il était aux anges. Sans le vouloir, Liv imagina le visage de Nate à sa place et chassa cette image de sa tête rapidement avant de recommencer son petit jeu. Et bien, c'est qu'il lui faisait de l'effet le petit con. Mais il ne l'aurait pas si facilement.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 14 Juin 2018 - 14:58
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Son regard sombre dardait de ses mèches à ses yeux, terminant légèrement leur course sur le décolleté qu'elle n'avait pas à cause du foutu tee-shirt de l'autre gland sur pattes. Nate soupira, dommage, du moins il ne manquerait pas d'autres occasions de la reluquer sous tous les angles, quand elle s'y attendrait le moins, et, qui savait, peut-être qu'elle se marrait encore comme elle l'avait fait dans la rue.

Ramenant la canette de métal à ses lèvres, Fuller fronça les sourcils, manquant de s'étrangler avec sa gorgée quand elle reprit la parole. Ah, ça s'était une bonne optique de vie, ou plutôt de survie, à quoi bon se faire chier ? Déjà que les manouches les emmerdaient bien assez... Des paroles saintes à son regard, pas comme les foutus psaumes de cette cher bible. Esquissant donc un sourire, ce ne fut que lorsqu'elle se redressa pour se diriger vers la porte qu'il la toisa d'un air étrange. Elle allait encore se barrer ? Putain pourtant il avait rien dit, ou là encore Nate venait de manquer un chapitre, mais quand la lumière du jour pénétra depuis le seuil, qu'il la vit héler quelqu'un, ses paupières se plissèrent. Qu'est-ce qu'elle foutait bordel de merde ? La réponse s'imposa à lui sans qu'il n'ait à lui poser la question, déjà l'autre connard de la rue, le fameux gars au top trop large qu'elle avait désormais sur le dos, rappliquait. What the fuck ?!, clairement dans son crâne habituellement gorgé de conneries, il ne se passait rien d'autre qu'une screen-error qui le poussa à reluquer ce mec comme s'il était le dernier dégénéré sur cette putain de planète.

Okay, elle le remerciait pour la loque qu'elle portait mais, ne l'avait-elle pas déjà fait dans l'avenue ? Bien sûr que si, donc, Fuller comprit parfaitement son manège, elle agissait typiquement comme les nanas qu'il avait connu autrefois. L'indifférence, ou, pousser la possession à son paroxysme pour se sentir lui appartenir. Une connerie du style et, pourtant, quand ce gros con colla ses pattes sur elle, il sentit son poing le démanger au point de ramener, une fois encore, le breuvage à ses lèvres. Silencieux, muré dans un truc qu'elle savait pas encore exister chez lui, le journaliste braqua ses yeux sur elle. Elle était sexy, ouep, néanmoins dans les bras de ce mec c'était quasiment une insulte à ce qu'elle était. Alors ouais, lui non plus n'avait pas des intentions reluisantes à son sujet, pour autant elle pouvait être sûre d'une chose, toutes les nanas de son groupe avaient droit à un certain respect de sa part, et ce peu-importe ce qu'elles pouvaient penser de lui. Du fait, outre le fait que la voir onduler soit plaisant, Nathan fixa les agissements du mec, glissant la langue sur sa canine avant de la passer sur sa lèvre inférieure jusqu'à ce que le mouvement de trop le percute.

Immédiatement ses cils redressèrent le cap vers les traits de May, il lui suffisait d'un petit rien pour qu'il agisse, et lorsqu'il choppa ce petit rien au vol, une simple gêne tout au plus rien de bien flagrant, le trentenaire redressa le bras armé de sa canette encore lourde de bière et l'envoya pile poil, d'un geste sec, valser dans la tempe du connard de service. Il n'avait pas bougé non, le journaliste était sagement resté à sa place et avait simplement repensé à l'une de ses activités sportives d'antan, qu'il avait abandonné comme toutes les autres d'ailleurs avant de se défouler en cross : le basket-ball. Là, pas de panier, ou si, la tanche d'abrutis qui ne tarda plus à reculer avant de le fixer de son air furax de chien en rut.

- T'es barge ? Nathan arqua les sourcils, redressant les bras comme pour se rendre, en se marrant.

- Casse toi, sérieux, c't'un conseil sympa qu'j'te donne. Bien entendu, le type écarta May d'un coup trop brusque à son goût et s'approcha de lui. Juste le temps que Fuller se saisisse de la palette pour les rouleaux et lui envoie droit dans la gueule. Pépère, cul vissé au sol, se tenait déjà le pif alors que lui, en bon enfoiré de service avançait déjà dans sa direction. Sérieux barre toi, vous allez encore passer pour des siphonner toi et ton putain d'groupe de tarés. Sourit-il. Malgré un regard noir, il le vit se relever, observer May tout aussi furibond, après tout il avait pas tort la bombe anatomique l'avait allumé sans rien en retour, y avait de quoi rager, et passer le seuil en grommelant qu'il n'était qu'un petit trou de balle, enfin un truc du genre dont Nathan se foutait comme de sa première pipe. Néanmoins, le journaliste ouvrit la bouche et se tourna vers la blondinette. P'tin May tu l'as juste chauffé il s'emballait comme un connard. Reprit-il d'un ton plus sombre. Évites, parce que bien qu'je puisse faire retomber la faute sur pas mal d'gens, j'suis pas non plus c'putain de saint esprit, on est pas sensé leur refaire la tronche à ces mecs.

S'il lui en voulait ? Non, c'était plus à ce grand con qu'il essaierait de recroiser à l'occasion, à l'extérieur du quartier, pour lui apprendre comment le respecter en dix petites leçons...

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Ven 15 Juin 2018 - 3:13
Nom mais merde, qu'est-ce qu'il avait à vouloir toujours ruiner ses vêtements, ce Nathan à la con? Son t-shirt n'était pas trempé à proprement dit, mais des éclaboussures de bière zébraient maintenant son si joli haut. Super. Maintenant, en plus de sentir l'acrylique, elle allait aussi sentir l'alcool. La demoiselle regardait Nate, un peu surprise, il va sans dire, en lui renvoyait un air qui lui suggérait de se calmer. May l'avait bien vu, fixer les moindres faits et gestes du type, sans cesse. Relativement satisfaite de son coup de théâtre, elle croyait que ce serait le seul châtiment du mec que de recevoir une cannette en pleine gueule, mais non. Ni une, ni deux, le brun l'envoya aussi valser au sol sans remords. Elle ouvrit grand les yeux, sous le choc, en dévisageant de nouveau le principal intéressé. "Okay, okay, ça va!" dit-elle à Nate en les séparant avant de regarder l'autre imbécile. La blonde n'était pas dérangée le moins du monde qu'il soit frustré de ne pas avoir eu droit à des bonbons. Life's a bitch. Des gens perdaient les leurs tous les jours, dans cette réalité, alors elle n'allait certainement pas pleurer pour lui.

Or, elle devait avouer qu’elle s’était sentie plutôt étrange, collée à l’inconnu. Elle pouvait d’ailleurs se trouver mille et unes raisons, il était bien clair qu’elle avait seulement voulu lui clouer le bec à tout prix.  "Me regarde pas comme ça; j'ai perdu mes moyens à cause de la musique. Sais-tu seulement il y avait combien de temps que j'en avais pas entendu? Et pour une fois depuis des lunes, j'avais pas de rôdeurs à gérer." se justifia-t-elle à Nathan. C'était la vérité. Mais si elle était amusée de tout ce qui venait de se produire, lui ne le semblait pas du tout.

Après avoir chassé le pauvre gars, voilà que le brun lui adressait des reproches et lui demandait de ne pas recommencer, comme on sermonne un enfant qui a fait une bêtise. Elle était bien bonne, celle-là! Elle n'avait pas d'ordre à recevoir de personne, et qu'il puisse le penser l'emmerdait royalement. Déjà que son patron semblait leur dicter un peu trop les règles à son goût... "Alors t'as le droit de t'amuser mais pas moi, c'est ça? Et puis, c'est toi qui l'a cogné -  deux fois plutôt qu'une - alors je crois bien que je vais passer mon tour pour tes réprimandes." dit-elle sans trop de sérieux. Elle le devint pourtant un peu plus ensuite. "Tu crois que je vois pas dans ton petit jeu?" demanda-t-elle en levant les cils vers les siens. Il n'avait pas besoin de savoir qu'elle avait bien voulu y jouer, à ce petit jeu, et ce sans qu'on lui force la main. Mais elle ne le connaissait même pas. Elle avait du plaisir avec lui, certes, mais c'était tout ce que c'était sensé être. Il voyait le côté de May qui aimait par-dessus tout passer du bon temps, pas celui qui crevait encore de se retrouver si seule dans ce putain de monde d'infectés. Ce côté là, personne ne voulait jamais le voir.

La jeune femme, voulant retrouver un air plus léger, attrapa une nouvelle bière et, sans même questionner Nate, lui lança pour qu'il puisse continuer de déguster le précieux liquide. "La gaspille pas, celle-là!" lui reprocha-t-elle en lui souriant d'un oeil taquin. Liv, ayant observé d'un peu plus près la cuisine, décida de grimper s'assoir sur un semblant de comptoir, laissant pendre ses jambes dans le vide. Elle n'avait pas oublié d'amener sa propre canette et en bu une bonne gorgée avant de reposer les yeux sur son colocataire momentané. Pour tout dire, il semblait presque fâché de ce qui s'était passé, et la blonde était confuse. Pourquoi est-ce que la blague le faisait autant chier? Il avait l'air du type qui saisissait toutes les occasions pour rire, alors la petite ne comprenait pas trop.

Nathan parlait aussi toujours de lui comme s'il voulait être bien certain qu'elle comprenne qu'il n'était pas un saint. Et même si elle savait que personne ne l'était, May se demandait pourquoi il trouvait si important de le dire à ce point. Sa curiosité l'emporta et elle ouvrit finalement la bouche pour parler. "Alors dis-moi..." Nouvelle gorgée de bière. "Ça doit bien faire dix fois que tu me dis que t'es pas du genre bon garçon. T'as fais quoi de si dramatique pour mériter le titre?" lança-t-elle en blaguant à moitié. Si elle fixait les éclats de peinture sur ses shorts, elle avait cependant posé de nouveaux ses yeux clairs sur lui, un peu plus incertaine que ce à quoi elle l'avait habitué. Peut-être allait-il trouver qu'elle posait trop de questions, mais elle avait sincèrement envie de comprendre ce qui le poussait à dire de telles choses... S'il lui permettait de creuser, bien sûr.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Lun 18 Juin 2018 - 15:31
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Elle avait donc perdu ses moyens à cause de la musique.... Encore un truc qui se grava dans son crâne. Elle aurait jamais dû lui sortir ça, ou peut-être, néanmoins elle en ferait les frais plus tard lorsque cette perte de contrôle lui profiterait à lui et pas à un autre enfoiré du groupe allié, ou tien, au seul type capable de la lui piquer au sein même de la baraque. Le seul ouais, après tout s'il intimait à Will que Baby-face était chasse gardée, m'étonnerait que son porte tente quoi que ce soit avec elle. Puis il était déjà suffisamment pris avec le casse tête Mo, ce mec avait déjà de quoi faire. C'était bon de savoir qu'un pote ne marcherait pas sur vos plates bandes, mais bien moins cool de savoir qu'elle connaissait visiblement le prof dépressif. Roulant des yeux, sans encore lui répondre, tempérant son état de nerfs en jetant un regard par delà le vitrage pour voir l'enfoiré disparaître, Nate soupira enfin après l'avoir entendu reprendre.  Un rictus fila ses lèvres. Il se foutait bien qu'elle le voit venir comme le pif au milieu d'une face, Nathan était bien au delà de ça, qu'elle voit qu'il lui tourne autour n'était qu'un stratagème, une manière de faire... La première d'entre toutes les cordes qu'il avait à son arc d'ailleurs. Ensuite viendrait les autres, jusqu'à celle – peut-être pas l'ultime d'ailleurs – qui aurait raison d'elle.  Prêt à lui répondre, après avoir laissé un blanc suffisamment long pour possiblement l'agacer, le journaliste attrapa la canette « neuve » qu'elle lui envoya en lui indiquant de ne pas la gâcher.

L'ouvrant, il s'adossa contre un mur, jetant un regard au poste avant de revenir cerner la silhouette fine de son interlocutrice. Elle pensait quoi au juste ? Qu'elle retournerait le jeu en sa faveur en lui faisant péter une durite ? Ça avait presque fonctionné, cependant ce n'était pas uniquement car il désirait quelque chose d'elle non, mais davantage parce que ce gars, sorti de nul part et inconnu au bataillon, se permettait limite de frotter sa demi molle au creux de ses reins. L'écoutant, il fronça les sourcils quand elle évoqua sa nature impulsive, hormis avoir fait des dépressives dans son quotidien d'antan, il n'avait pas fait de grosses saloperies. En revanche, dans le monde actuel, il s'était servi de plus d'une personne pour garder la vie sauve. Dont son pote le latino lui ayant appris la plupart des trucs qu'il connaissait au sujet des manouches.

- Heureusement qu'à l'extérieur les mecs s'baladent pas avec un poste, Lâcha-t-il sans encore lui donner ce qu'elle désirait ouïr. C'était moche oui, pire que sarcastique, une pique concernant ce qu'elle aurait pu se faire arracher par le premier imbécile venu ayant eu l'idée de lui passer un peu de pop pour l'inviter à l'allumer. mais, pour répondre à c'que tu viens d'dire, j'sais parfaitement qu'tu vois clair dans mon jeu chérie, pour autant ça m'gêne pas le moins du monde, et si vraiment ça t'faisait flipper, ou si ça t'flattait pas un minimum,

Reprit-il, quittant la parois contre laquelle il avait pris appuie pour avancer vers elle, l'observant comme un chat tournait autour de sa gamelle de lait, avant de se loger dans son dos. Ses doigts dégagèrent une mèche de ses cheveux, l'enroulant autour de son poing pour l'inviter à incliner la nuque – sans lui faire mal – et enfin croiser son regard, ou ses lèvres... à sa guise.

- tu serais pas ici avec moi La relâchant, Fuller glissa la canette à ses pétales, avala une gorgée et revint lui faire face en un sourire plus ordinaire. J'suis loin d'être con, tu l'sauras, et je suis pas un ange, ça tu l'as vu et ça t'intrigue d'en connaître les t'nants et aboutissants... Alors, puisque t'as envie d'en savoir davantage, vas y ! On va s'raconter nos vies et c'qu'on foutait à l'époque, nos loisirs, nos désirs, mais fatalement, L'index de sa main droite – logée à la canette – la pointa pour ponctuer ses propos. un jour tu finiras par craquer, parce que c'est comme ça. Et j'm'en bas allègrement si tu m'imagines trop sûr de moi May.

Nathan termina par rire, la plupart des nanas lui ayant sorti ce qu'elle venait de dire, ou ayant tenté de lui résister pour se donner de l'importance, avaient fini dans son plumard... C'était un fait, pas une légende.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 19 Juin 2018 - 11:16
Décidément, il faisait tout pour l'énerver. Elle était juste une fille qui voulait savourer une bière, tranquille, pour enfin retrouver ce que c'était. Et il s'entêtait à ce que ça ne se déroule pas comme ça. Le brun pouvait bien lui reprocher tout et rien, c'était lui le coupable, vraiment. Il était presqu'aussi entêté qu'elle, bordel. Nathan n'y allait pas de main morte, non plus, en lui plaquant au visage que finalement, elle avait eu de la chance de ne pas se faire prendre par des chiens en chaleur dans le passé. Comme si elle était incapable de se défendre. Mais il la prenait pour quoi, là? Une vulgaire pétasse qui allumait les mecs? Si cette image d'elle-même la faisait bien marrer tant elle était fausse, elle lui servit seulement un regard qui ne cachait pas son agacement face à cet acharnement maladif dont il faisait preuve par rapport à cette fameuse petite danse. Enfin.

Le pire était à venir. Alors il voulait qu'elle le voit, ce petit jeu? C'était ça, son plan? Il s'était glissé derrière elle et la blonde se maudissait d'avoir sursauté quand il avait saisit ses cheveux, l'obligeant à le regarder un peu plus. Le haut de son dos avait frôlé le corps du brun, et ce n'était pas déplaisant, loin de là. La bouche entrouverte, elle tentait de contrôler sa respiration qui s'affolait contre son gré, les paroles de Nate se répétant dans son esprit. Il insinuait qu'elle ne serait pas ici avec lui si ses foutues avances ne la flattait pas un minimum. Et bien merde. Cet imbécile la faisait rager. Peut-être avait-il partiellement raison. Mais n'avait-il pas réalisé qu'elle venait de tout juste de pointer son petit cul ici? Qu'elle n'avait plus de repères, plus d'espoir, plus rien? Nathan lui affirmait qu'il était loin d'être con, mais pourquoi serait-il si surprenant qu'elle veuille seulement s'amuser, déconner? Après tout, depuis que tout avait imploser, c'était la première fois que la miss vivait dans une telle communauté. N'avait-elle pas le droit d'être intrigué par les gens qui la peuplait?

Elle secoua la tête, chassant ces dizaines de questions qui l'empêchait de voir clair. Si elle avait semblé perdue un instant, l'ancienne technicienne se reprit, reportant ses billes bleues sur l'emmerdeur. Il en avait trop dit. À ce moment, May se promit de ne pas craquer, comme il disait, simplement pour qu'il ferme sa gueule. Et puis, s'il pensait qu'elle était du genre à se retrouver dans le lit de toute le monde, il se mettait le doigt dans l'oeil. Mademoiselle Goldenberg n'avait jamais été ce genre de fille, apocalypse ou pas.

"Qui a dit que je t'imaginais trop sûr de toi? C'est peut-être un rôle que tu joues? Une prestation digne des Oscars, comment je pourrais le savoir?" demanda-t-elle en laissant flotter le doute dans l'air. Elle n'était pas convaincue du tout de ce qu'elle avançait, mais quand même. "Tu vois, c'est bien ça le problème. T'as aucune idée de ce que je pense de toi. Parce que tu sais pas qui je suis. Je suis pas les autres." avait-elle continué en insistant. Non pas qu'elle voulait lui prouver quoi que ce soit, elle avait juste besoin de se le rappeler, dans tous les sens du terme. "Tu ne m'auras pas comme ça." ajouta-t-elle en s'envoyant quelques gorgées de bière. Si ceci traduisait une certaine nervosité, Liv disait vrai. Elle ne le laisserait pas faire même si ses gestes pouvaient la rendre folle. Ce mec était un aimant à problèmes, elle le sentait. La blonde avait d'autres chats à fouetter. Valait mieux se concentrer sur le reste. Essayer de ne pas se faire assassiner par Zack, par exemple, ou encore finalement accepter l'idée qu'elle était bel et bien ici pour rester.

La jeune femme humecta ses lèvres avant de continuer. "Mais je t'en prie, raconte-moi ta vie. Je suis une oreille attentive." lança-t-elle en rigolant. Et malgré toutes les blagues et les coups bas, elle avait quand même envie de savoir. Curieuse de nature, la petite n'arrivait que rarement à se taire. À moins bien sûr qu'il soit question de sa propre vie, mais bref. "Si tu commençais par me dire qui t'as blessé à ce point pour que la seule chose que tu puisses faire c'est te taper tout ce qui bouge?" C'est qu'il l'avait bien fait chier à insinuer n'importe quoi, alors pourquoi pas lui envoyer une toute petite pointe en retour? Il n'allait même pas être vexé, de toute façon. Elle soupira avant de proposer une autre alternative. "Tu peux aussi être plus conservateur et simplement me raconter d'où tu viens. Ça peut aussi être divertissant."


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 607
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 19 Juin 2018 - 12:08
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Oh il avait bien calé son petit regard vexé ou noir, mais pour l'instant il tâtait le terrain, savoir où se trouvaient les limites pour ne pas se les prendre par la suite, car bien que sur le coup il ait pu imaginer que ce serait du tout cuit – belle gueule oblige – Nathan voyait parfaitement le petit stop merdique qu'elle brandissait d'une main ferme. Néanmoins, ça prendrait le temps que ça prendrait et, du temps, désormais, le journaliste en avait à foison. Son regard la piquait presque, cherchant à creuser les failles de sa personne pour s'y infiltrer et les retourner à son avantage, et, déjà ce qu'il venait de lui sortir, au sujet de sa présence ici, auprès de lui, semblait faire du chemin en elle. Preuve étant qu'elle ne pipa mot directement, préférant doser ce qu'elle allait lui sortir sans doute et ce qui mit quelques minutes à filer le seuil agréable de ses pétales. Ce qu'elle sortait le fit rire. Oh non ce n'était pas un rôle, et personne ne l'avait décemment blessé au point qu'il désire faire payer les filles de quelques manières que ce soit. Pas de cœurs brisés, ou si ceux de ces nénettes s'imaginant qu'il pourrait leur décrocher la lune et non pas uniquement leur arracher leurs strings, mais jamais il n'avait senti de déception fondre sur son cœur encore intact.

S'il n'avait pas désiré jouer le jeu auquel s'était prêté son frangin, avec sa bonasse de dinde, ni même celui de ses parents avant lui, c'était uniquement car il appréciait sa liberté et demeurer en pleine possession de sa vie, de ses désirs, et moyens. A l'époque le fric appuyait ses sourires, son grand loft et ce qu'il possédait plaidait davantage en sa faveur, à l'heure actuelle il ne pouvait compter que sur sa jolie gueule et son franc parler. Ca passait, ou ça cassait, néanmoins rares étaient les fois où il s'était ramassé ou avait dû se la coller sur l'oreille. Tien, même Vicky avait voulu remettre le couvert une fois pour expulser le stress ou autre connerie, elle aurait tout aussi bien pu s'en remettre à un autre, mais nan.... Elle savait juste à quoi s'attendre et ça lui suffisait sûrement, tout comme lui s'en satisfaisait sans chercher à obtenir plus de la part de la pigiste. Mais, effectivement il ne savait pas ce qu'elle pensait et s'en remettait uniquement à ses faits et gestes, ses regards, après tout il n'était pas complètement con et l'avait parfaitement vu haleter, légèrement, dès qu'il la frôlait ou se permettait un peu plus de familiarité avec elle. Il lui plaisait, peu importaient les raisons vraiment, c'était déjà pas mal d'être sûr que vous aviez déjà – pour vous – votre physique dans la balance.

- Okay, j'vais pas t'demander comment j't'aurai alors May. Entre ses lèvres son prénom sonnait comme un écho suave.  Parce qu'après y aurait plus d'enjeu ni d'challenge, tu piges ?

Glissant le goulot à ses lèvres fendues d'un sourire carnassier, Fuller émit un rictus puis s'avala une lampée avant de l'écouter reprendre quant à une potentielle histoire – d'amour ou pas – l'ayant poussé à devenir un véritable connard et à piner qui lui plaisait. Elle était drôle.... Néanmoins elle n'avait pas tort, mais il ne s'agissait pas d'une déception non, plutôt d'un besoin maladif de briller en permanence, d'avoir cette accroche perceptible dans le regard de ceux qu'il côtoyait, de plus être seul et, surtout, d'être estimé à hauteur de la façon avec laquelle il estimait ceux qu'il appréciait réellement, comme Morgan, ou Victoria.

- Si tu crois qu'je me suis déjà mangé un mur, sentimentalement parlant, Il haussa les sourcils, afficha une moue faussement pensive, puis revint la toiser après avoir fixé le plafond dix petites secondes. c'est non. J'ai jamais eu de coup d'coeur, j'ai jamais été amoureux j'sais pas c'que c'est. L’honnêteté franche et tranchante, pas de faux semblants, ça ne servait à rien, et peu importe qu'elle le loge dans la case Connard qu'il méritait, Nathan s'en contrefoutait complètement. Nan j'ai jamais eu d'relation stable, jamais à contrario d'mon frangin qui lui s'est marié, enfin j'm'en souviens plus mais ouais, il avait une petite dinde à ses pieds prêtes à lui faire la popote et lui lustrer l'poireau dès qu'ça lui chantait.

A cette pensée, il éclata de rire à imaginer cette connasse, qu'il trouvait trop prude, agenouillée entre les guibolles de son frère, pantalon baissé sur les chevilles. Une pure merveille, finalement peut-être que les petites prudes – comme celle qui s'partageait une baraque avec l'autre grand sec fumeur, n'étaient pas sans ressources.... Divaguant à ses propres conneries, l'ancrage qu'était le regard azur de la blonde le rappela à l'ordre au point qu'il en soupira avant de reprendre.

- J'suis comme ça c'est tout, puis dans l'monde actuel si tu profites pas de c'qui est encore gratos, franchement autant t'chopper une corde et un tabouret. Mais bon, pour le côté plus strict de ma vie, j'étais journaliste. Gosse de riches, mes parents étaient les heureux proprios d'une chaîne d’hôtels à leur nom, j'pouvais reprendre l'affaire mais nan, c'tait chiant à souhait, mon frangin s'y est collé et moi..... J'étais l'vilain p'tit canard qui faisait la fête, s'envoyait des nanas et profitait.

Rapide résumé de son existence, néanmoins pour l'instant il évitait de passer par la case Vic, elle avait pas forcément besoin de savoir que la pigiste était son ex, qu'ils étaient encore proches malgré leurs prises de bec.... Une chose à la fois pas vrai ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1104
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 19 Juin 2018 - 15:47
Pour une fois qu'il l'appelait par son prénom au lieu de stupides sobriquets, elle resta tout de même perplexe quant à ce que sa phrase voulait vraiment dire. Il fallait lui donner ça; il était motivé. Mais il prenait pour acquis, encore une fois, qu'il pourrait éventuellement l'avoir à lui tout seul, peu importe ce que ça signifiait. Et même si, l'instant d'une fraction de secondes, quelques images insensées prenaient toute la place dans sa cervelle, elle refusait carrément cette avenue.

La blonde l'avait regardé prétexter cette réflexion stupide en riant. Elle était d'abord surprise qu'il parle autant, n'ayant pas souvent rencontré de types avec la parole si facile, mais aussi étonnée de par l'honnêteté dont il semblait faire preuve. À ses paroles, elle ne pu s'empêcher d'hausser les sourcils. Ainsi, comme la princesse, il n'avait jamais été amoureux. Elle n'avait pas à ce point recherché le confort auprès des autres pour autant, elle, en revanche. Lively fut plongée dans ses réflexions pendant un court moment. Elle n'avait jamais vraiment été du genre à rêver d'une relation à tout prix, mais il était vrai que la vie de solitaire pouvait parfois peser lourd sur la conscience. De toute façon, le karma n'avait placé personne sur son chemin digne de tenir ce rôle. Puis, la belle l'observa éclater de rire en détaillant une scène salace impliquant son frère et sa belle-soeur.

Si elle avait pu, May aurait probablement voulu rire, elle aussi. La demoiselle, pourtant, n'avait esquissé qu'un demi sourire, tentant aussi bien que mal de ne pas montrer que de parler d'une quelconque fratrie était un sujet sensible. Elle ne répondit rien, s'enfila encore plusieurs gorgées d'alcool - finissant le breuvage plus tôt que prévu - avant de continuer à écouter Nathan, analysant ses dires au même rythme qu'elle s'enfonçait dans ses yeux noirs. "T'inquiète, je tiens bien l'alcool." avait-elle lancé à la blague pour faire diversion, et aussi un peu pour qu'il ne s'imagine pas qu'elle finirait à sa merci, complètement bourrée. Après tout, c'était que de la bière. Le brun continuait ses histoires, avec ce même franc parler qu'elle lui connaissait. Il aurait pu, d'ailleurs, gagner un prix pour ce résumé incroyablement concis de sa vie.

"Un mouton noir de journaliste plein aux as. Et en plus ça a même pas travaillé pour mériter ce fric! Dis-moi, tes parents et ton frère ont-ils eu la brillante idée de s'envoyer valser dans l'espace pour sortir de ce merdier, avec tout cet argent?" demanda-t-elle en retrouvant un peu son air amusé. Elle réfléchit avant de continuer, et se leva pour aller chercher un deuxième breuvage. La blonde lança un oeil à son nouvel ami, bien consciente qu'elle aurait peut-être l'air limite alcoolique, mais elle en avait rien à foutre. Le liquide tiède et gazeux lui avait particulièrement manqué, dans cette fin du monde sobre. Elle retourna s'assoir, au sol cette fois, question de pouvoir appuyer son dos contre le même comptoir qui avait reçu ses fesse auparavant. C'est que sa colonne commençait à être un tantinet endolorie. "Pourquoi t'en voulais pas, de leurs hôtels? Ça devait être... simple, non? Me dis pas que t'étais le type qui voulait se faire un devoir de sortir la vérité au grand jour pour sauver le malheureux peuple de son ignorance?" osa-t-elle demander, sincèrement intéressée à ce qu'il allait bien pouvoir lui répondre. Oh, elle en avait connu, des gens comme ça, dans le cadre de son job. Persuadés qu'ils faisaient une différence dans la vie d'autrui et que ce qu'ils venaient fouiner dans les enquêtes étaient réellement pertinent. Mais ils ne faisaient que tout faire foirer, au final, quand ils sortaient une information de trop dans les journaux.

La blonde faisait volontairement tenir la conversation uniquement de son côté à lui, question d'éviter de parler de sa misérable vie à elle. Et puis, c'était drôlement plus intéressant comme ça. Un mec de la presse, putain, elle ne l'aurait pas cru. Ils devaient pas être sérieux, ces types là? Et éthiques? Non pas qu'elle s'imaginait déjà qu'il se tapait chaque gonzesse qui lui promettait un scoop quelconque - ou vice-versa - mais en fait... oui.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: May-be or not   
Revenir en haut Aller en bas  
- May-be or not -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: