The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- May-be or not -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 625
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 19 Juin 2018 - 21:27
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


En la voyant se rouvrir une canette, Nathan plissa les yeux. Bordel il n'en était encore qu'à sa première, prenant le temps de la siroter, déjà que c'était dégueulasse et tiède c'était pas pour s'en enquiller une seconde de si tôt. Gardant pour lui cette profonde réflexion, bien que l'envie de lui rétorquer quelque chose au sujet d'un possible état d'ébriété fut tentant, le journaliste fit quelques pas dans la bicoque, dont la peinture n'avait guère avancée plus, et posa les yeux sur elle qui venait de se caler le dos après avoir reprit sur son compte, ses parents et le reste.

Bien sûr qu'il avait bossé pour mériter son fric, bordel... Enfin, une chose était claire, qu'il ait trimé ou non son avenir était bel et bien assuré grâce à la thune que papa maman gardaient précieusement à la banque, mais qu'importait, il avait quand même prit le temps de se faire un nom au Seattle Times. En y songeant à ce fameux titre de journaliste, il ne put s'empêcher de sourire derrière le goulot de sa canette. En réalité, son boss l'avait bien mieux estimé le jour où il avait sorti cet article. Ce précieux article qu'il avait, sans honte aucune, piqué à sa nana de l'époque, cette même donzelle qui vivait sous le même toit que lui. Peu importait, le journalisme était un monde de requins, fallait se renouveler en permanence et dénicher des scoops d'enfer, il l'avait donc fait, mais ne s'était pas foulé le manche pour écrire une ligne alors que la pigiste lui avait mâché le boulot. Donnant donnant, Raven avait profité de son fric et de sa queue, lui avait profité de sa plume et de sa chatte soit dit au passage....

- Nan, mon frère était à New York quand ça a démarré, mes parents en France. Lâcha-t-il sans que ses traits trahissent le moindre degré émotif.

Ils lui manquaient certes, même son abruti de frangin et ses costards de pingouin lui manquait, néanmoins que pouvait-il y faire, hein ? Traverser les états dans l'espoir d'en savoir davantage quant à la potentielle survie de son frère ? Ramer jusqu'à la cote Française pour espérer revoir ses darons ? Il ne ferait rien de tout ça, uniquement car il avait conscience que ce qui était important ce trouvait ici, auprès de la seule nana capable de le supporter malgré ce qu'il lui avait fait. Sa famille était peut-être morte, peut-être pas, mais avec l'assurance que Vic, son dernier lien passé palpable, soit encore de ce monde et qu'il pouvait veiller à ce que ça le reste uniquement pour rattraper ses conneries d'antan, Nathan ne la quitterait jamais. Se calant à son tour, préférant se hisser sur le plan de travail de la bicoque, à côté d'elle qui préférait la fraîcheur du parquet sans doute, Nathan passa le pouce sur ses lèvres, calant le cul du récipient de bière entre ses cuisses, en songeant à ses dernières questions. Pourquoi n'avait-il pas voulu reprendre le bébé familiale ? Parce qu'il était pas fait pour ça, que ça l'emmerdait de se vêtir comme un manchot de la marche de l'empereur et de lécher le derche de centaines de clients. Prêt à lui répondre, ce ne fut que lorsqu'il croisa ses prunelles bleues qu'il se permit de rire et de loger l'index tendu vers le plafond contre sa narine gauche.

- Hoooo, j'te vois v'nir aussi. Rit-il, quittant le meuble pour venir s'accroupir devant elle, amusé comme un môme qui venait de découvrir ses cadeaux au pied du sapin. Mais nan, j't'ai fait un petit topo ma belle, à ton tour maintenant. J'ai droit à quelques questions moi aussi et la première c'est, uhmmm.... Il fit mine de réfléchir avant de caler le poing sous son propre menton, le coude calé sur l'un de ses genoux fléchis. Pourquoi t'as ondulé contre cet abruti plutôt qu'avec moi ?

Quoi ? Ça n'avait rien à voir avec leur vie passée, semblait lui lancer son regard, si bien qu'il ne put s'empêcher de rétorquer, avant qu'elle reprenne, pour lui préciser.

- J'veux bien parler de nos vies, mais c'moment avec c'connard c'est aussi du passé, donc, S'enfilant une gorgée, Nathan termina par ancrer les yeux aux siens, à semi rieur et à demi sérieux. accouches, et dis moi aussi c'que tu faisais comme taf avant toute cette merde va, t'serais gentille chérie.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 19 Juin 2018 - 23:56
Elle l'avait regardé - et presque envié, même - parler de son frère comme si de rien était. La blonde était strictement incapable de lire quoi que ce soit en lui. Comment parler ainsi de sa famille sans même voir un tout petit peu de regret dans ses prunelles? Elle donnait sa langue aux chats, sincèrement. Ses pensées divaguèrent vers Jayden, évidemment, toujours si peinée de son absence. Elle ne pouvait toujours pas croire qu'elle ne reverrait plus jamais. Bref, Nate avait fini par aller se percher loin d'elle avant de revenir s'accroupir tout juste devant son visage. May avait bien essayé de ne pas rire de son énième connerie, mais c'était plus fort qu'elle, et ça faisait changement que de ruminer son idiot de frangin probablement décédé. Ses lèvres s'étirèrent finalement alors qu'elle passait sa langue sur ses dents, se trouvant si faible de n'avoir pas pu résister à sa nouvelle tentative de la faire marrer. N'empêche, elle n'en croyait pas ses yeux qu'il puisse revenir encore à cette histoire de danse. Mais bon, ça lui prouvait en effet qu'elle avait bien fait de se foutre ainsi de sa belle gueule de taré.

Il prétendait avoir droit à des questions, et c'était celle-là qu'il posait? Et bien merde. Il avait aussi tout de suite ajouter qu'il voulait savoir la nature de son travail, avant celui de chasseuse de rôdeurs. Toujours souriante, elle laissa écouler quelques secondes avant de plisser son petit nez droit et de le fixer en riant, répondant à sa première question. "Parce que je me doutais que ce serait particulièrement drôle de voir ta tronche..!" avait-elle lancé en défiant un peu son regard et en décollant ensuite le dos de son appui. Elle s'approchait ainsi dangereusement du brun, ayant en tête de le faire chier un tantinet pour le simple crime de l'obliger à parler d'elle-même. Et aussi pour le chérie. Peut-être qu'à force il allait comprendre quelque chose?

Sans aucune hésitation, la petite avait, d'un simple doigt sur sa clavicule, fait perdre l'équilibre précaire de Nathan en le poussant au sol. Il se retrouvait donc sur le dos, probablement bien agacé, et la blonde pouffa de rire sans attendre. Il aurait voulu être à la place de l'autre mec, tout à l'heure? Très bien, ce n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Enfin, elle ne lui servirait pas le menu complet, bien sûr que non, mais quand même. Liv avait déposé sa bière par terre et s'avançait vers lui à quatre pattes. Passant par-dessus ses jambes allongées, elle termina sa course pour aller s'ancrer sur ses hanches. Le regardant de haut, amusée, elle ne disait rien et profitait de la vue, assise bien confortablement. "J'étais technicienne en identité judiciaire. Tu sais c'que c'est, ça, chéri? J'étais la petite conne de service dans les laboratoires du poste de police. Je mettais les méchants criminels en prison, grâce à leur propre sang, leurs empreintes, putain même leur sperme. Enfin, si je faisais bien le boulot." Il était content, là? Une certaine agressivité était notable dans ses paroles, comme si elle n'avait jamais trouvé sa place dans ce travail, alors qu'il devait lui amener un sentiment de devoir accompli. Malgré tout, May était relativement soulagée que ses questions ne concernent que son job.

Ses yeux toujours planqués dans les siens, elle avait amorcé une longue descente vers sa mâchoire et son cou, se foutant complètement du sujet de discussion qu'ils avaient quelques secondes plus tôt. Dure à suivre, la princesse? Peut-être bien, mais elle n'en avait rien à cirer. C'était pas une petite connerie toute innocente qui allait foutre à l'eau sa résistance à ses avances, non? Elle voulait seulement lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Avoir le dessus sur lui, pour une fois. Oublier que sa fratrie était disparue, même. Inconsciemment, elle se permettait aussi à merveille d'éviter de parler davantage d'elle-même.

Miss Goldenberg pouvait sentir la chaleur de son corps contre le sien, et bien que c'était affolant, elle se devait de résister à ses pulsions. Elle s'abaissa encore plus pour lui murmurer à l'oreille, faisant exprès d'approcher ses lèvres si près qu'elles frôlaient la peau de Nathan. "Peut-être que c'est moi qui va t'avoir, qu'est-ce que t'en sais..."
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 625
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Mer 20 Juin 2018 - 14:27
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Le sourire qu'elle esquissait et ses deux billes claires braquées dans les siennes, le poussèrent à plisser les paupières. Ah ouais ? Juste comme ça, pour l'emmerder ? Bien que la réponse fut plutôt claire, ce qu'en dénota le trentenaire se grava dans un des recoins de sa mémoire. Chieuse... Encore un point commun, sérieusement y avait de quoi se poser des questions au sujet de la famille de cette fille, son propre daron avait-il sauté une autre que sa pauvre mère, donnant naissance à celle qu'il avait désormais sous les yeux ? Non putain, même si quelques points les reliaient, Nathan n'espérait clairement qu'une chose, que cette nana – ultra bonne – ne soit en rien reliée à sa personne par le sang où quelconques autre lien familial à la con. Cette pensée eut pourtant le mérite de le faire rire, juste avant de sentir la pression de l'index de la blonde sur sa clavicule. Équilibre précaire oblige, il termina le cul ancré dans le sol, les coudes en seul appuie pour encore la toiser.

Et quel tableau bordel. Un rêve pour n'importe quelle paire de mirettes masculines, peut-être même pour les gouinasses tien. May se hasardait à l'approcher, mains et et genoux au sol, lui offrant une vue partielle de son soutif au col trop grand de la loque qu'elle portait. Le contact contre ses jambes l'invita à les fléchir à peine fut elle positionnée sur ses hanches, tout autant que la place qu'elle venait de s’octroyer l'obligea à glisser les paumes à sa taille. Elle était parfaitement bien là, et si par malheur une partie de lui venait lui dire bonjour, valait mieux pas qu'elle le lui reproche. C'était elle qui l'allumait présentement, pas l'inverse.

Les rôles inversés donc, le trentenaire sonda ses deux lagons et l'écouta lui confier ce qu'elle faisait comme boulot jadis. Ça avait pas vraiment l'air de la transcender, peut-être qu'elle aimait pas vraiment ça, après tout faire face à des trucs pas nets, typiquement le genre des scénarios de CSI Miami, n'était peut-être pas aussi exaltant que ça pouvait le paraître dans les séries traitant de pareils sujets. Enfin, elle cassait la monotonie de son récit rien qu'en le surplombant, le regard planté dans le sien, à le défier d'agir. Oh elle le croyait pas capable de retourner la situation à son avantage, encore, comme précédemment ? Bien sûr qu'il l'était, enfin, il l'aurait été davantage si elle n'avait pas fondu vers sa gorge, en une caresse de la pointe de ses mèches dorées, qui l'invita à respirer un peu plus fort. La position uniquement, bon certes il devait être honnête, de toute évidence elle finirait par le sentir non ? Elle le faisait clairement bander et ce qu'elle lui chuchota n'arrangea rien à ce qui le traversait. Un sourire aussi amusé que lubrique fila la commissure de ses lèvres. Ouais elle pouvait bien l'avoir, quand et où elle voulait, peu importait qu'il gagne ou qu'elle gagne, ça n'avait pas de valeur franchement, pas qu'on avait une charpente comme la sienne.

Quand elle avait susurré, Nathan avait laissé glisser les doigts contre ses cuisses, premièrement sur les fibres abrasives de son short, puis au nue de sa peau. Et déjà ses pouces jouaient avec les ourlets de chacune des pattes de ce vêtement trop petit mais tout aussi encombrant à son goût. Le buste redressé, coudes toujours au sol, Fuller rapprocha à son tour les lèvres de son oreille.

- J'te trouve pas conne. Ses mots faisaient écho à ce qu'elle avait avoué plus tôt. Il était même sincère, elle était plus intelligente que les tas de nénettes qu'il avait pu s'envoyer autrefois. C'était un niveau au dessus, voir plus, clairement. T'es suffisamment sensée pour t'dire que tu pourrais m'baiser avant qu'je te baise, Sourit-il au creux de son oreille avant de glisser une main sous la patte droite de son short, savourant la saveur chaude de la peau que dissimulait l'étoffe, prêt à saisir la dentelle planquée là dessous. Son autre main redressa le cap à ses reins, l'invitant ainsi à s'appuyer un peu plus sur lui, sur ses genoux créant le dossier dont elle avait besoin pour ne pas se flinguer le dos. Quoi qu'il advienne, Reprit-il, se servant de ses diverses prises sur elle pour inverser les position et se retrouver à la surplomber.

Elle était vraiment canon, intelligente, sexy et vraiment, vraiment, vraiment canon. Même ses cheveux, formant une corolle sur le parquet autour de ses traits fins, auraient pu le faire se damner pour une nuit avec elle, ou juste une putain de pelle bon dieu. Tout proche, Nathan plaqua la main précédemment dans son dos auprès de sa tempe puis lui offrit un sourire lubrique et teinté d'une noirceur malaisante. Rien de vilain, juste l’expression de ses ressentis actuels. En dix petites secondes, son torse rencontra sommairement sa poitrine et ses lèvres s'approprièrent les battements plus vifs au creux de sa jugulaire.

- Faut être deux pour jouer à ça May. Susurra-t-il avant de se redresser sur ses jambes pour reprendre place sur le comptoir. Oh ils joueraient, ça prendrait sûrement du temps, cependant il en avait... Du temps.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 21 Juin 2018 - 4:26
En l'entendant lui dire qu'elle n'était pas conne, May ne pu s'empêcher de songer de nouveau à son job. Elle avait toujours été passionnée par le domaine, mais voilà, il y avait parfois de ces choses que l'on voudrait ne pas savoir, et c'était devenu difficile de toujours faire face à ce que le monde avait de plus laid à offrir. Or, le simple fait de réfléchir était relativement impossible, maintenant, alors qu'elle sentait le désir du brun qui grimpait sous son corps, non sans la faire rougir un brin. Nate lui assurait, au même moment, qu'il la trouvait plutôt futée d'avoir voulu inverser les rôles pour jouer avec lui. Il se tapait des légumes, normalement, ou quoi? Sa réflexion lui arracha un sourire un peu mesquin, avant qu'il ne s'efface pour laisser place à un frisson qui la parcouru jusqu'à la moelle au contact de sa main sur sa cuisse.

En deux temps trois mouvements, elle ne pu offrir aucune résistance à sa manoeuvre qui avait renvoyé son dos se plaquer au sol. La paume de Nathan à sa tempe, elle approcha encore plus la joue sous ses doigts, avant de planter son regard aussi bleu que le ciel dans le sien, sans trop pouvoir le déchiffrer. Elle ne retenait qu'une seule chose de ses yeux noirs à cet instant précis, et c'était qu'il semblait prêt à la dévorer. Et si son corps ne lui demandait que ça, sa tête levait le drapeau rouge. Partagée entre une panoplie de pensées contradictoires, il coupa court à celles-ci quand il fonça vers le creux de son cou pour y déposer brièvement les lèvres. Aussitôt, la blonde se cambra dans un mouvement gracile bien involontaire. C'est alors qu'il l'abandonna ensuite, après lui avoir annoncé qu'il fallait bien être deux pour jouer à ce petit jeu. S'étonnant de cette déception qu'elle avait ressenti en l'observant se relever, Liv était resté étendue quelques secondes avant de prendre appui sur ses coudes en le suivant toujours des yeux, mitigée. Et merde. Il la faisait chier de lui faire autant d'effet. Mais c'était qu'un tombeur, et elle le savait trop bien.

Et puis, qu'est-ce que c'était sensé vouloir dire, exactement, sa petite phrase? Que ce jeu ne faisait que commencer? "Très bien." répondit-elle simplement en assimilant cette information, sourire aux lèvres. May se releva doucement en position assise avant de s'étirer pour aller chercher sa bière qui était resté sur le parquet, un peu plus loin. Enfin, juste à côté du comptoir où le brun venait justement de reprendre sa place. S'avançant donc un peu pour saisir cet irremplaçable breuvage, elle leva les yeux vers lui d'un air amusé parce qu'elle s'approchait encore probablement trop près - et trop bas. Cette fois, en revanche, la demoiselle ne voulait que récupérer le liquide. Elle finit par se rassoir convenablement devant Nathan, repliant les genoux sur sa poitrine, et appuyant la tête sur ses bras qui entouraient ces derniers.

Si cet intermède lui avait permis une pause, la réalité revenait au galop alors qu'elle observait à nouveau la pièce, un peu découragée. "À quoi bon de retaper tout ça, sincèrement... Le simple fait d'avoir un toit sur la tête n'est-il pas suffisant? Un luxe en soi, même, je sais bien..." reprit-elle sans trop de conviction en avalant une nouvelle gorgée de bière. "Mais des toits, il y en a partout, non? T'as jamais eu envie de partir d'ici? Comment tu t'es retrouvé coincé dans tout ça?" demanda-t-elle d'une petite voix en recommençant avec ses milliers de questions. Elle insinuait clairement que la vie de solitaire était nettement moins compliquée. Il ne serait peut-être pas de son avis. Peut-être ne voulait-il pas être seul, tout simplement, mais s'il n'avait pas encore compris qu'elle n'était pas ici tout à fait de son plein gré, il devait s'en douter, maintenant. Et si sa question plus sérieuse changeait un peu de leurs conneries, elle avait réellement envie de le savoir. Se doutant qu'il lui sortirait probablement des saloperies en lien avec leur sécurité, elle parla de nouveau. "Si tu me sors encore ta réponse toute faite en me disant que c'est toujours mieux que dehors, j'te jure que je vais ressortir le rouleau de peinture." ajouta-t-elle en blaguant. En plus, c'était pas comme si c'était l'harmonie ici, depuis son arrivée. On aurait dit qu'on avait forcé des juifs à vivre avec des allemands, ou presque. Enfin, Nathan ne saisissait peut-être pas à quel point elle était larguée et qu'elle ne comprenait pas grand chose quant à la nécessité de cette alliance naissante, mais bon. Liv allait apprendre. "Tout le monde fait comme si tout allait bien, j'ai l'impression. Mais on voit bien que non. Il s'est passé quelque chose. C'est, comment dire, tendu... Et ça me fait bien chier quand je comprends pas ce qui se trame autour de moi."  Somme toute, c'était ce qu'elle avait cru déceler. Mais qui était-elle, la petite nouvelle, pour affirmer une telle chose? Un soupir fila de ses lèvres, épuisée du rythme auquel s'enchaînaient les tourbillons dans son esprit.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 625
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 21 Juin 2018 - 14:21
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Très bien, effectivement c'était très bien,là ou y avait de la gêne y avait pas de plaisir, une citation qu'appréciait Nathan depuis qu'il était en age de profiter des filles, du rose qui poudrait leurs joues et là, bien que s'étant éloigné d'elle pour se réinstaller pénard, le trentenaire ne manquait rien du spectacle émotionnel bien vivace sur les traits de la jolie blonde. Elle avait chaud, elle devait n'avoir qu'une envie : retirer ses fringues ou, moins bien pour lui, se prendre une douche gelée pour palier à ce qu'il parvenait à faire jaillir d'elle. Passant la langue sur ses lèvres, alors qu'elle revenait chercher sa canette, quasiment entre ses guibolles, le journaliste en rit avant de planter les prunelles dans le bleu des siennes. La voilà qui reparlait de la rénovation. Bien sûr que c'était important, c'était toujours plus sympa de crécher dans un truc potable que dans un taudis, comme leurs ancêtres. Préférait-elle ce genre de façon de faire, à la dure ? Avec pour seule et unique loisir le fait de faire des esquisses merdiques sur les parois de sa grotte grâce à un vulgaire bout de charbon ?

- C'mieux que vivre dans un trou pourrave May. Lâcha-t-il, croisant les bras sur son torse, en ancrant le dos sur le carrelage de crédence au dessus du meuble sur lequel il s'était installé. Il était bien plus sérieux, uniquement car par deux fois elle revenait sur le sujet, qu'elle semblait véritablement désirer une réponse. Écoute, j'ai traîné un temps dans un espèce d’entrepôt merdique où les gens pissaient et déféquaient dans les recoins pour pas se peler les miches en plein hiver. Tu vois le tableau ? J'suis sûr qu'tu peux t'imaginer plus que le taudis que c'était mais aussi l'odeur. Donc ouais, j'trouve que c'est plus cool d'avoir un minimum de confort, ça fait la différence avec l'extérieur, ça permet de se dire, dix p'tins de minutes dans une journée, que t'es pas dans c'cauchemar mais ailleurs, pénard.

Fermant les paupières un instant, il rouvrit l'une d'elle pour la toiser. Il était plus calme, uniquement car la proximité n'était plus et que, bien que présente avec lui, ce n'était pas dit qu'elle ait eu le choi. Zack était particulier, il menait son groupe avec poigne, et de ce qu'il se souvenait de sa première entrevue avec lui, en réalité s'il n'avait pas connu Vic alors qu'elle l'avait amené ici, il aurait bien plus s'agit d'un piège qu'autre chose. Évidement, quand vous croisiez la route des American-Dream, le non n'était pas une réponse. Vous deviez suivre si vous teniez à rester debout sur vos guibolles. May avait beau connaître l'autre prof dépressif, Nathan doutait clairement de son désir d'entrer dans les rangs d'Atkins, néanmoins elle s'y ferait.... C'était mieux qu'à l'extérieur, il en était convaincu. Prêt à reprendre, quand elle blagua sur le rouleau précédemment encastré dans ses couilles, Fuller ne put réprimer un fou rire. Putain, sexy, belle, intelligente et drôle, fallait qu'elle arrête de faire le compte de ses qualités bordel, il aurait quasiment des scrupules à vouloir la coller dans son plumard pour plus le faire ensuite....

- J'étais pas ici avant, j'me suis retrouvé dans divers groupes, mais jamais je m'y suis senti bien. Ici c'est.... Il haussa les épaules. cool, puis y a Vicky. Reprit-il avant de sourciller. Je la connaissais avant, ça aide sans doute. Toi ça t'aide pas d'connaître l'autre gland à barbe là ?

Pas qu'il l'aimait pas Aodhan, c'était plutôt neutre entre eux, néanmoins ce mec lui sortait parfois par les yeux à soupirer, râler comme un môme impatient de rentrer chez lui. Il foulait pas grand chose en plus de ça... Bref, le trentenaire devait encore répondre à ce qui la taraudait au sujet de ce quartier. Remontant les jambes sur le meuble, les bras sur ses genoux fléchis, Nathan soupira, leva les yeux au ciel, puis enchaîna.

- On est allié, un truc du genre, avec les gars de l'île là, tous sont pas d'ici nan. Y a des mecs qui viennent de Brainridge, leurs chefs et Zack désirent voir plus grand, r'construire un truc, pour ça on s'sert des autres, on leur offre notre protection en échange de vivres. Tirant une moue passablement convaincue par ce qu'il disait, Nathan conclut. C't'un genre de troc, on vous protège vous nous payez pour, tu vois l'genre ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 1131
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 21 Juin 2018 - 18:50
À son histoire peu ragoûtante d'entrepôt, la blonde avait affiché un air de dégoût, pouvant effectivement facilement imaginer que ce devait être très peu salubre de se retrouver dans de telles conditions. Si elle comprenait tout à fait que c'était tout à leur avantage de vivre dans un endroit convenable, May doutait cependant toujours des besoins réels de repeindre une pièce juste parce que la couleur ne plaisait pas. "Je dis pas que c'est mal de vouloir un peu de confort, mais de là à s'attarder autant sur les putains de murs..." Enfin, elle ne termina pas sa phrase, accrochée par la comparaison du brun de cette vie merdique à un cauchemar. La blonde était bien de son avis, mais répliqua quand même dans un sarcasme tout bas. "Je vois pas de quoi tu parles. C'est une vie de rêve tu trouves pas?" laissa-t-elle échapper en fixant le vide devant elle, haussant les sourcils qui accompagnait sa moue ridicule. Et puis merde, ce ne serait plus un problème, bientôt. Liv avait bien l'intention d'arrêter de se prendre la tête avec tout. C'était ce qu'elle voulait, oui. Mais c'était drôlement plus facile à dire qu'à faire, surtout pour une fille dans son genre. C'était épuisant d'être perpétuellement souffrante de l'absence des siens.

Bref. Elle se disait tout de même que si Nathan rapprochait leurs vies à un cauchemar, il ne donnait pas l'impression de trop s'en faire avec ça. Qu'elle prenne exemple sur lui, bordel. La petite Goldenberg l'écoutait lui raconter qu'il avait fait partie de divers groupes jusqu'à celui-ci, heureuse de réussir à le faire parler. Et quand Nate prononça le nom de Vic, sans le vouloir, elle esquissa un sourire qui voulait tout dire. "Blanche-neige!" ne put-elle s'empêcher de clamer un peu inutilement en levant son verre à sa santé. C'était plus fort qu'elle; cette connasse la faisait trop marrer, et elle n'était pas à une connerie près. Il fallait dire aussi que la brune l'avait vraisemblablement épargné simplement que pour son sens de l'humour et sa répartie, alors aussi bien continuer dans cette voie. Se remémorant ces événements, elle ne pu s'empêcher de penser qu'elle avait souvent - trop souvent - été dans des situations dangereuses. Peut-être commencerait-elle à croire que c'était, ne serait-ce qu'un tantinet, mieux ici que dehors, comme l'autre idiot lui disait. Mais ce Zack était un réel mystère pour elle. Lui l'avait épargné pour de bien différentes raisons, et Nate abordait justement le sujet; en l'occurence Kaines.

"Si ça m'aide?" demanda-t-elle en l'observant se positionner un peu comme elle. Ses pupilles posées sur ses bras musclés, elle lui répondit aussitôt. "C'était le copain de ma meilleure amie d'enfance, dans le temps. J'ai bien l'impression qu'il va vouloir me tuer quand je vais devoir lui avouer que je l'avais retrouvé dans ce merdier, mais qu'on a été séparé ensuite, alors..." Alors elle reportait un peu sa rencontre avec lui, quoi. Elle avait perdu tout le monde, de toute façon. Peut-être méritait-elle sa colère, après tout. La belle baissa les yeux avant de porter les lèvres à son fidèle alcool tiède, se demandant si elle en avait soudainement trop dit. Ao avait-il seulement parlé de Camélia à qui que ce soit? Elle en doutait.

Nathan avait ensuite enchaîné en répondant à son autre question, affichant un air loin d'être convaincant. Liv soupira. Elle savait bien ce que ce genre de deal impliquait. Elle voulait bien laisser le bénéfice du doute aux concernés. Ils souhaitaient donc construire un avenir meilleur, ou une foutaise du genre? Était-ce vraiment la façon de faire? Ne venait-elle pas de dire qu'elle arrêterait de se prendre la tête? Putain, c'était lourd. Comment ce petit bout de femme pouvait-il déconner autant et s'inquiéter avec la même ardeur? "Je vois le genre." avait-elle répondu sans en être trop certaine. Elle n'avait pas envie qu'il lui fasse la morale au sujet de cette alliance. Que c'était pour le mieux, encore une fois. Alors elle faisait bien des efforts pour que rien n'y paraisse. Redressant le dos, elle alla porter ses mains à plat derrière elle, se créant un nouvel appui plus confortable. "Alors, faut vraiment se taper la peinture de cette bicoque, si je comprends bien?" Son sourire était revenu, elle mordillait même son index, comme un enfant qui demandait de manquer un jour d'école en sachant très bien qu'il n'était pas malade. Non parce qu'elle avait déjà sacrifié un t-shirt pour cette histoire de murs, elle avait pas envie de ruiner celui-là aussi, même s'il était moche. Des plans pour qu'il lui réponde que oui, quelqu'un devait se magner le cul au travail, et qu'elle pourrait bien le faire nue pour pas se salir. Riant toute seule de cette dernière pensée, May le toisait en attendant son verdict.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 625
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 21 Juin 2018 - 19:18
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


What ???! semblaient crier ses billes noires lorsque le surnom de Vicky lui était parvenu. Blanche neige ? Han putain ça valait toutes les conneries du monde, d'avantage encore qu'il garda pour lui la correction qui aurait sied à merveille à la pigiste : blanches fesses plutôt. Hilare pour lui seul, il tempéra ses esclaffes en l'entendant rebondir sur Aodhan. Ainsi Baby-face le connaissait par personne interposée ? Sa nana, le prof avait donc une nana.... Mouais, pas que ça lui trouait véritablement le cul, après tout Kaines n'était pas un laideron, mais tout de même y avait mieux... Comme moi... Pensa-t-il, un air satisfait sur la trogne, avant d'étirer ses bras, comme un chat le faisait après une sieste. Enfin, peu importait les sentiments de ce cher gland à barbe, Nathan s'en contrefoutait même si, suite aux révélations de May, il pouvait davantage comprendre pour quelles foutues raisons ce mec était en dépression la plupart du temps. Pour autant, elle n'était pas forcément morte cette fille, May savait juste pas ce qu'elle était devenue alors pourquoi cet abruti s'en prendrait-il à elle ?

Silencieux, murissant les phrases qui prochainement quitteraient ses lèvres, Fuller plissa les paupières quand elle reprit sur la peinture. Ouais qu'il fallait le faire, pour autant personne n'avait imposé l'art et la manière de repeindre une paroi, c'était donc à sa manière, et puisque c'était chiant et que la miss le toisait comme pour entendre – de sa part – un « Laisse j'm'en occupe », Nathan opta pour une solution bien plus radicale. Un truc qui serait rapide, top, et leur permettrait d'aller voir ailleurs s'ils y étaient. Pourquoi pas dans sa piaule Uhm ? Se redressant donc, enfin plutôt se laissant glisser jusqu'au parquet que ses semelles heurtèrent plus bruyamment, le trentenaire s'approcha d'elle. Il l'observa toute sa stature, la dépeignit une minute avant de lui faire un clin d'oeil équivoque puis de chopper les pans de son propre tee-shirt maculé de blanc. L'ôtant, le trentenaire lui tendit la main pour l'aider à se relever sans encore se débarrasser des fibres qui serviraient, mais pas la couvrir non. La jolie blonde debout, le journaliste étira la bâche translucide au pied de la paroi en restauration, agrippa un sceau gorgé de peinture, et lui servit une œillade éloquente.

- Tu d'vrais r'culer ou virer ton immonde loque là. Sourit-il avant de loger les doigts au cul du pot, de faire balancier avec ses bras, puis d'envoyer s'éclater le contenu contre le mur en fermant les yeux pour éviter aux éclaboussures de terminer leur chemin dans ses muqueuses. Lâchant le récipient vide, Fuller s'approcha du mur et se servit de son tee-shirt pour étaler ce qui dégoulinait déjà. C'plus sympa non ? Nouveau style, Rit-il en croisant son regard. puis, t'inquiète pour l'prof, s'il t'emmerde alors qu'il a aucune sorte d'info sur sa meuf, on s'occupera de lui.

Sourire colgate, Nathan imaginait déjà comment potentiellement faire chier ce type. Après tout, s'il était si mal dans ses loques, pourquoi ne s'était-il pas collé pieds sur un tabouret, une corde autour du cou, pour se pendre au lustre du salon ? Bonne question, mais pas sans réponse nan, si ce mec tenait encore debout – même à moitié – c'était qu'il avait encore l'espoir de revoir la nana que May avait paumé sans le faire exprès.

- Bon tu m'vire cette loque p'tin Baby-face, qu'au moins j'puisse m'rincer l’œil. Reprit-il en la dépeignant.

C'était qu'une connerie, mais si elle le faisait, fatalement ce serait sans doute la plus sympa des merdes qu'il ait pu lui sortir jusqu'à lors.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: May-be or not   
Revenir en haut Aller en bas  
- May-be or not -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: