The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- May-be or not -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC & Matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 457
Age IRL : 32
MessageSujet: May-be or not   Mar 12 Juin 2018 - 16:47
May-be.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Bicoque de merde, uniquement la musique qui filait le poste, en sourdine, était plus ou moins sympa. Sérieusement ces travaux l'emmerdaient à un point et encore, ils avaient des larbins pour leur filer un coup de patte, néanmoins certains semblaient jouer les martyrs de service alors qu'ils étaient plutôt bien traités. Sans rire, ils étaient pas derrière les barreaux, ni même au régime pain sec et flotte, et pourtant la plupart d'entre eux tirait la gueule. Leur famille leur manquait, enfin leur pseudo fratrie à deux balles constituée de pécores ignares aux dents longues. Tout en balançant un peu de peinture sur la paroi face à lui, Fuller soupira avant de rire pour son seul compte. Une petite pensée au vol, comme ça, un petit cliché de l'autre indienne, Navajo ou Dieu savait quoi – après tout elle était juste pas blanche comme le cul de Vic -, et sa putain de grande gueule. Elle avait mangé cocotte, tout comme sa copine la blondinette dont le minois lui repassait souvent en tête. Ses grands yeux clairs emplies de larmes, la manière dont elle avait quasiment supplié de faire entendre raison à la grande tige et la rouquine, c'était magnifique... Mieux que ça, jouissif que d'avoir main basse sur l'esprit fragile d'une nénette à qui on retirait sa raison d'être. N'empêche, c'était sa faute, leur foutue faute à ce ramassis de débiles tout juste bons à labourer des champs. Car s'ils avaient obtempéré, sans montrer les crocs, personne n'aurait subi et tout le monde vivrait dans l'harmonie d'une nouvelle alliance, ou presque.

Certains des mecs de l'île étaient restés, dont mister Bite et sa copine, puis le grand sec qui fumait comme un pompier et se liquidait des litres de gnôle comme du petit lait. Il avait pas encore eu l'occasion de tailler le bout de gras avec lui, mais visiblement Vicky lui avait collé le grappin dessus avant, disparaissant quasiment une nuit complète pour, le lendemain, ressembler à une fichue grognasse mal peignée. L'image le fit marrer, elle lui avait rien raconté cette emmerdeuse et, pourquoi ? Parce qu'il avait mal pris le fait qu'un otage lui parle de ses miches ou que Shwarzy puisse trouver grâce à ses yeux lui hurlant « braguette ». Enfin, Raven lui confierait un jour, pour le moment elle rongeait son frein ou ruminait quelque part, peut-être même qu'elle était partie tailler une bavette avec le gringalet plus intelligent que son pote Poils de carotte. Rien à foutre, pour le moment, le journaliste passait le temps en repeignant un mur. Y avait mieux certes, comme reluquer le châssis de.....

- May. Lâcha-t-il, un sourire fendant sa trogne bien trop joviale pour être honnête, en la voyant passer devant le perron.

La porte était grande ouverte, après tout valait mieux que les vapeurs nocives de l'acrylique se tirent plutôt que de stagner dans ses poumons. Lâchant le rouleau, éclaboussant même la trogne du mec agenouillé pas loin qui s'occupait des plaintes, Nate s'approcha du seuil et arqua un sourcil. Dans son dos retentissait doucement la musique du poste sur piles, y avait rien de transcendant mais ça tuait le temps autant que de refaire la déco d'un bâtiment qui, jusqu'à lors, n'avait plus vu la couleur de la main de l'homme depuis quasi trois piges. Les cheveux blonds de la miss capturaient les rayons de soleil, elle irradiait malgré la trogne particulière qu'elle tirait. Nouvelle, fraîchement débarquée, bref, y avait de quoi être méfiant et doucement se hasarder à trouver ses marques. Lui l'avait bien fait, Will à son tour, alors s'il pouvait l'y aider tout en se rinçant les rétines à coup de charpente plutôt pas mal, qu'y avait-il de mal à ça ? Ses pensées salaces peut-être ? Sûrement ouais, néanmoins Baby-face pouvait pas encore lire dans son crâne, et mieux valait pas si elle tenait un minimum à son étique.

- Tu sais pas quoi faire ma belle ? Premier petit surnom, gratuit comme ça, juste pour la mettre à l'aise sans trop la coller. Puis c'était plus personnel que son prénom et ce même si il balançait ma belle à la plupart des nanas qu'il trouvait vergeables. Mais ça non plus elle pouvait pas le savoir. S'tu veux tu peux squatter ici, Il sentit le mec dans son dos approcher et darder un regard contre elle. Dick allait justement s'tirer. Sourire d'enfoiré aux lèvres, quand ce gars, la trogne constellée de pointes blanches Dulux-Valentine lui affirma qu'il ne se prénommait pas Dick, Nate se contenta de lui foutre un bon coup de coude dans le bide. Sois sympa et casse toi s'tu veux garder tes dents. Écopant d'un petit « enfoiré » de circonstance de la part de son collègue de Fort Ward, ce dernier se tira bel et bien de la baraque en jetant un dernier coup d’œil à la jolie blonde. Alors, ? Reprit-il. Tu viens m'filer un coup d'main?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 943
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 12 Juin 2018 - 19:20
C'était le dernier endroit où elle avait envie d'être. Le retour de Creston Point avait été pénible, et elle ne savait pas réellement comment digérer la nouvelle concernant Kaines. Qu'il soit vivant ne faisait que lui rappeler que Camélia ne l'était peut-être pas. Il devait penser exactement la même chose d'elle, mais il avait insisté pour qu'elle les suive, lui et son patron de grand blond. Ce n'était pas dans ses plans, mais la demoiselle devait bien avouer que les temps étaient de plus en plus dur, dehors. Et puis, c'était pas comme si on lui avait donné le choix... Elle avait essayé de résister jusqu'à ce qu'on lui fasse comprendre qu'elle n'avait que deux options; coopérer ou mourir. Miss Goldenberg n'était pas devenue suicidaire à ce point, quand même. N'empêche, May se sentait comme un chien en cage. Qu'on lui dicte quoi faire, qu'on la force ou même qu'on lui suggère quoi que ce soit n'avait jamais plu à la jeune femme, c'était peu dire. Elle découvrit leur refuge en étant à la fois désemparée - elle avait bien failli mourir, non? - et impressionnée. Non pas que cet espèce d'avant-poste était exceptionnel dans son genre, mais il y avait tout de même beaucoup de monde. Beaucoup trop de monde à son goût, d'ailleurs. On aurait dit qu'elle se trouvait dans une putain de ruche. La blonde avait observé tous ces bons petits soldats retaper chaque recoin et elle ne pouvait pas s'empêcher de penser que c'était ridicule. À quoi bon essayer de tout remettre en ordre, pensaient-ils réellement que le jeu en valait la chandelle? Ils devaient certainement se foutre de sa gueule.

Essayant tant bien que mal de trouver un endroit plus isolé, elle avait cependant marché vers la musique, sans trop s'en rendre compte. "I'm gonna fight them all..." chantait-elle au rythme de la chanson, appuyant chaque mot comme si c'était elle qui les avait écrit. Ironiquement, la petite aurait bien pu, vu les circonstances. Elle s'arrêta net en entendant un type lui adresser la parole en la rebaptisant ma belle. C'était un rite de passage obligé, ici, de réussir le cours de surnoms 101, merde? De dos, elle roula les yeux au ciel avant de se retourner pour observer le mec. Elle était pas d'humeur, et elle allait bien le lui montrer, à ce beau brun. Et puis au passage, il pourrait peut-être lui expliquer ce que toute cette parade signifiait. "C'est à moi que tu parles?" demanda-t-elle en sachant très bien que oui. Liv s'avançait lentement vers lui, le temps de le voir renvoyer son collègue qui semblait avoir besoin de cours de peinture. Alors comme ça, le sourire Colgate voulait la draguer? C'était bien facile à voir, après l'avoir regardé chasser sa compétition. Si la jeune femme n'avait pas tant d'aptitudes sociales à proprement dit, elle savait tout de même que les hommes étaient tous pareils. En temps normal, May l'aurait probablement déjà envoyé se faire foutre, mais elle avait cruellement besoin de se marrer un peu. "Un coup de main, hein?" dit-elle avec un sourire presque provocateur.

L'originaire de Portland s'approcha du seuil de la porte en jouant avec le bijou qui lui traversait la langue, le glissant un peu sur ses dents. Face à lui, elle n'avait pas le choix de se rapprocher considérablement pour traverser jusqu'à l'intérieur. Ses deux billes bleues posées sur son visage, elle tentait un peu de l'analyser, sans vraiment y parvenir. Son regard s'attardait à ses lèvres, comme pour lui faire croire qu'il pourrait s'emparer des siennes. Elle ne fit que le frôler quelques secondes, prenant volontairement son temps, avant d'être déjà dans la pièce vide, de l'autre côté. Oh et merde alors, elle n'avait plus envie de jouer, c'était trop demandant. Et stupide. Qui plus est, l'ancienne technicienne était prise entre quatre murs avec lui, maintenant. Elle se retourna vers l'homme en penchant un peu la tête.

"Oh écoute, t'allais pas tomber pour ça, si? Je connais même pas ton nom!" lança-t-elle en voyant la tronche qu'il faisait. Elle se retenait de ne pas rire davantage avant de redevenir plus sérieuse. Elle devait avouer que c'était vachement marrant de le faire marcher comme ça, et Lively avait bien besoin de distraction. Mais tout ça ne rimait à rien, c'était que des conneries, comme tout le reste. Un éclair de tristesse traversa momentanément ses prunelles. La demoiselle poursuivit, lasse. "Juste pour que ce soit clair, j'ai rien à faire de vos rénovations à la con. Je voudrais juste..." Un verre. Elle fit une pause et décida de ne pas achever sa phrase, finalement. Des plans pour qu'il aille lui chercher ce qu'elle voulait et qu'elle se retrouve enivrée par l'alcool. C'était beaucoup trop dangereux. Elle ne faisait confiance à personne ici. Ce n'était pas dans ses habitudes de porter un tel masque, par contre. May s'en retrouvait relativement épuisée. "Et pendant que j'y suis, qu'est-ce qui se passe ici? Pourquoi vous vous donnez tout ce mal, sérieusement?" demanda-t-elle sur un ton plus neutre, ce qui lui ressemblait davantage.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC & Matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 457
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 12 Juin 2018 - 20:08
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Effectivement que c'était à elle qu'il causait bordel, y avait-il une autre paire de jambes fuselées à la ronde ? Putain non, la seule aux environs, du moins la seule assez attrayante pour avoir retenu son attention alors qu'il était sensé repeindre un foutu mur à la con. Fixant une dernière fois l'autre crétin qui se tirait la queue entre les pattes, Fuller glissa la langue contre sa canine en la voyant approcher. En dix secondes à peine il dénota un tas de trucs chez elle. Jolie sourire provocateur, la répartie, car clairement elle avait compris le sous entendu dissimulé dans sa demande, ses hanches qui oscillaient de gauche à droite, l'invitant presque à pencher la tête et, le Saint Graal. Juste au bon endroit, planté comme Excalibur dans son rocher, un piercing lingual brillait entre ses dents. Holly shit... Sourit-il en se décalant suffisamment pour la laisser passer, tout en le frôlant. Elle était clairement à tomber, super canon franchement y avait pas à dire, et s'il avait encore été un adolescent qui tâchait les draps de son plumard, ce qu'il avait entre les guibolles lui aurait fait coucou. La miss se permit de le détailler une seconde. Fuller la suivit du bout des cils, le coin de ses mirettes creusés par les ridules que son smile venait d'inviter à se pointer, la fossette à son menton plus visible elle aussi. Et sur le coup, un tas de choses lui traversa le crâne dont le body-paint qui l'invita à baisser les yeux et à se marrer tout seul.

- J'tombe pas facilement, Lui répondit-il en arquant un sourcil.

Elle était là, au milieu du vestibule vide, sa voix résonnait entre les quatre murs à repeindre, baignée dans un filet de lumière provenant de la porte encore ouverte. Et, d'ailleurs, avant d'avancer dans sa direction, le journaliste empoigna le battant et le fit claquer. Pas besoin que l'autre con, ou qui que ce soit d'autre, se radine, nan. Ils étaient bien seuls, sans mauvaises suggestions de sa part ou de celle de la bombe lui faisant face.

- Et c'est con ça ! Souffla-t-il a propos du fait qu'elle ne connaissait pas son nom, autant que ce fut pour ponctuer le fait qu'elle se fichait de leur réno.

Alors comme ça la bombasse blonde était simplement rentrée ici pour ses beaux yeux ou son sourire ? Intéressant... Agrippant le rouleau abandonné plus tôt, celui là même qui avait aspergé le visage de Dickboy, Nathan retourna vers son mur avant de lui lancer un regard sans encore répondre à sa dernière question.

- Moi j'sais que tu t'appelle May... Tu peux d'viner si tu veux, un jeu comme un autre mais ça, c'est seulement si t'as envie de jouer. Glissant la langue sur sa lèvre inférieure, le trentenaire plaqua le rouleau contre la paroi avant de dresser l'index en fronçant les sourcils. On s'donne tout c'mal pour perdurer chérie, clairement vivre comme des clodos c'est pas mon truc, ni le dada de la grande tige et de l'autre rouquine frigide.

Zack et June, quant à la blondinette qui suivait l'avocate où qu'elle aille, Fuller s'en cognait sévère. Laissant planer le silence, il reprit son ouvrage avant de soupirer et daigner lui offrir des réponses. Son petit jeu à lui avant qu'elle accepte – ou pas – de se plier à celui qu'il lui avait proposé plus tôt.

- On bosse d'concert avec ces types de l'île là, ceux qui vivent pas dans notre baraque, vois ça comme le rêve Américain post apocalyptique, un oasis dans l'désert ou la connerie qui t'plaira l'plus. Néanmoins, c'bien mieux qu'dehors, et j'sais d'quoi je parle ma belle. Nathan lui offrit un clin d’œil, accompagné de son plus agréable sourire.

Tout lui dire en une fois ? Non, sérieux il n'était pas con au point de lui offrir des réponses d'une traite pour potentiellement la voir se barrer, quoi que... De dos elle était pas mal aussi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 943
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Mar 12 Juin 2018 - 22:40
Il était planté là comme si de rien était, à peindre son foutu mur de merde. Elle détestait que le brun sache son nom alors qu'elle ne savait rien de lui. Pour tout dire, et sans que ce soit nécessairement un plaisir à avouer, May était plutôt intriguée par le type. Il était... distrayant. Il entrait probablement dans la catégorie des pauvres cons, mais quand même. Elle l'observa fermer le battant, sourcils froncés, questionnant ses plans en soupirant. S'il pensait qu'elle allait jouer aux devinettes pour trouver son prénom, il se foutait le doigt dans l'oeil. Le type se lançait maintenant dans des explications concernant leurs volontés de vivre dans un endroit moindrement décent. La seule personne qu'elle pouvait reconnaître dans son discours était celui qui avait braqué son fusil sur elle, il n'y avait pas si longtemps. Son esprit vagabonda un petit moment, se disant qu'il devait être sérieusement endommagé pour agir comme il l'avait fait. Mais qui était-elle pour en parler? Elle ne connaissait rien de lui non plus, ni de personne ici, ou presque. Enfin.

Liv lui servit un regard assassin quand il l'appela chérie, ne sachant pas si l'idiot l'avait noté. Il faisait exprès de la faire patienter maintenant, et c'était loin d'être sa plus grande qualité. Elle avait finalement agrippé l'autre rouleau qui traînait, et avait commencé à l'imiter, ne sachant pas quoi faire d'autre de sa peau. La petite Goldenberg se jurait que s'il lui donnait encore un surnom de débile, elle lui ferait payer. La demoiselle écoutait donc attentivement ses paroles, plus ou moins claires, concernant leurs alliés. Ils provenaient apparemment d'une certaine île. Mais pourquoi ce besoin d'alliés? N'y comprenant pas grand chose, elle allait poser davantage de questions quand elle entendit un autre fatidique: ma belle. Et l'emmerdeur poussait l'audace en lui disant qu'il savait à quel point c'était mieux que dehors, clin d'oeil en prime.

La jeune femme perdit son sang froid et l'approcha d'un bond, en lui balançant son rouleau dégoulinant de peinture directement dans les couilles. Des gouttelettes avaient même trouvé leur place dans ses cheveux blonds tellement le choc semblait avoir été violent. "Non mais tu penses que je sais pas c'est comment, là dehors?" lança-t-elle bien énervée. Il se prenait pour qui celui-là? Elle s'était battue seule pendant presque toute sa vie, apocalypse ou pas, alors il pouvait bien se garder ses petits conseils sur ce sujet sensible pour la dame. "Et je ne suis pas ta chérie ni quoi que ce soit d'autre, merde." avait-elle ajouté sèchement pour être certaine qu'il comprenne que son pantalon était déjà souillé de peinture et que c'était donc l'excuse parfaite pour recommencer.

"Vous êtes tous comme ça, ici, à croire que vous avez le dessus sur tout..?" Car oui, c'était l'image qu'il projetait, un peu comme Zack, dans un sens. Elle était très sérieuse, voir même découragée de ce constat, faisant un peu la moue devant lui. La colérique se sentait peut-être un peu mal d'avoir exploser ainsi, baissant les yeux l'espace d'un instant, sans toutefois s'excuser. "Putain mais qu'est-ce que je fous ici..." souffla-t-elle pour elle-même, tout bas, en passant la main dans ses cheveux. Elle ne voulait pas le laisser voir ses états d'âmes, mais c'était passablement difficile. C'était la pagaille dans sa petite tête et elle n'arrivait tout simplement pas à assimiler toutes ces nouvelles informations. Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se dirigeait vers la porte. Elle n'avait pas besoin de l'endurer tergiverser, bien honnêtement. Ses doigts fin étaient enroulés autour de la poignée quand elle se retourna pour lui dire au revoir. C'était une fille polie, quand même. "Je vais aller voir ailleurs si j'y suis, m'en veux pas."


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC & Matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 457
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Mer 13 Juin 2018 - 9:35
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il pensait pas avoir sorti de connerie, en plus elle avait empoigné un rouleau pour l'aider, et ce malgré son côté rebuté sur le fait de bricoler dans l'univers actuel, néanmoins en la voyant s'approcher de lui d'un air furax, Fuller recula d'un pas en prenant garde à ne pas loger la boots dans le sceau de peinture. Qu'est-ce qui lui prenait putain ? Quel mot au juste la faisait péter un câble à ce point ? Oasis, désert..... ? Ah non, extérieur visiblement, et ce qu'elle lui cracha au visage ne put pourtant pas masquer le sourire quasiment hilare à ses lèvres jusqu'à ce qu'il soit forcé de le ravaler au profit d'une certaine putain de douleur. Oh la pétasse....... Encore une qui adorait lui ruiner les couilles, mais bien qu'il aurait pu se satisfaire qu'elle le palpe en les lui tordant, comme Vic l'avait fait pas moins de deux semaines plus tôt, non, ses bijoux de famille venaient d'embrasser le coin de la saloperie de rouleau qu'elle tenait fermement dans sa paume. Vache ! Putain d'merde et bordel de chiottes, ça niquait, et y avait pas d'autre mot. Ça frittait tant d'ailleurs qu'il en lâcha son propre bordel et colla l'épaule au mur couvert d'une couche immaculée encore fraîche. Incapable de parler, et pourtant s'il n'avait pas été victime des reproches physiques de la donzelle sans doute aurait-il ri à en crever, Nathan courba l'échine avant de redresser les cils vers elle qui, impériale, tournait déjà les talons pour s'emparer de la poignée de porte.

M'en veux pas. Sans rire, elle déconnait bordel ? La nana lui burinait le service trois pièces et lui quémandait, d'un regard quasiment brillant et emplie de regrets, de pas lui en tenir rigueur ? Soufflé autant pat la douleur qui lentement s'estompait dans son bas ventre, mais tout autant par ce qu'elle était capable de lui demander, Fuller gonfla ses joues d'air en la voyant passer le seuil et se décolla de la paroi peinte. Jeans ruiné, tee-shirt tout autant, mais ce qui lui passa par le crâne, à peine le mal disparut vaguement, fut plus séduisant que toutes les conneries qu'il avait pu faire dans sa vie. Sourire de connard aux lèvres, il empoigna la hanse de ferraille proche de lui, enjamba le bordel qu'elle avait abandonné pour se barrer, puis la suivit à grandes enjambées à l'extérieur. Bien évidemment, ceux présents aux alentours dardèrent des regards intrigués, parfois même amusés, sur la tâche blanche à son entre-jambe, pourtant ce qui allait suivre serait sans doute plus drôle encore à leurs regards de tanches frittes.

- Hey ! La héla-t-il sans cesser de sourire. May ! Reprit le trentenaire.

Il s'approcha encore jusqu'à la voir se retourner, sans nul doute prête à l'envoyer chier à nouveau, néanmoins, à peine vit-il son joli minois furax qu'il déposa la main au cul de sceau et envoya valser son contenant – peinture blanche – sur sa mignonne petite silhouette. Lâchant le récipient désormais vide, Fuller garda son sérieux dix secondes en dépeignant sa réaction. Un silence de mort venait de s'installer au dessus des têtes présentes dans le disctrict, un silence à peine brisé par la surprise de la miss.

- Quoi ?! Siffla-t-il à l'intention des tronches de cake alentours, et dire que Will était même pas la pour le voir, c'était con... Pire encore qu'il n'ait guère en sa possession un polaroid. Elle était fun comme ça, blanche sur une grande partie du corps et du visage, et elle l'avait mérité néanmoins, elle lui faisait légèrement de la peine. De base le journaliste ne pensait pas user de ce stratagème de connard mais bon, elle avait tendu le bâton pour se manger un coup. On s'fait du body-painting, faut bien rendre plus fun un truc hyper chiant. Déclara-t-il, sarcastique à la clique présente autour d'eux puis, avant qu'elle hurle, ou quoi que ce soit d'autre, Nathan s'approcha d'elle et lui servit un sourire bien plus sympa. C'est Nathan, et j't'en veux plus tu vois. Sourit-il en l'aidant à dégager le trop plein de peinture prise dans ses mèches.

Certes y avait plus civilisé que s'envoyer de la peinture à la gueule, néanmoins ça le fit rire, il espérait simplement qu'elle se marrait elle aussi, après tout faire la gueule c'était bon pour les dépressifs.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
May L. Goldenberg
American Dream
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Fusil de chasse, hachette & couteau de poche suisse avec lampe de poche intégrée (celui de son frère)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 943
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 14 Juin 2018 - 1:21
Lively avait rapidement décampé de cette bicoque minable pour qu'on lui foute finalement la paix. Toute cette histoire qui l'avait mené ici s'était déroulée si vite qu'elle en était encore étourdie. La miss ne savait plus si elle avait effectivement besoin de quelques cocktails ou bien d'une bonne grosse sieste. Enfin, elle était consciente qu'elle ne pouvait avoir le luxe d'aucun des deux, en ce moment. La blonde rêvait à un moment tranquille, loin de tous ces connards. Elle voulait seulement pouvoir cuver son état presque dépressif à l'abri des regards. Au moins, là, elle n'aurait pas besoin de faire comme si elle était heureuse d'être ici. Une fraction de secondes s'écoulèrent avant qu'elle n'entende à nouveau la voix du brun qui l'appelait. Non mais putain, c'était une blague? Elle se retourna vers lui, non sans se réjouir du résultat de son coup bas sur ses vêtements, prête à lui faire comprendre qu'il était bien mieux de fermer sa gueule. Son regard se porta ensuite sur le sceau de peinture qu'il avait dans les mains, puis sur son sourire trop forcé pour ne pas être suspect. C'est alors qu'elle comprit ce qui allait se passer. Il venait se venger, l'enfoiré! Elle ne put à peine reculer avant d'être recouverte de peinture.

May n'avait pas nécessairement envisagé qu'il voudrait la faire payer pour la couleur que prendrait ses couilles au courant des prochains jours. Peut-être l'avait-elle mérité. La texture épaisse de la peinture lui collait à la peau, en dégoulinant à quelques endroits, pendant qu'elle réalisait ce qui venait de se produire. Rien ne sortait de sa bouche pour combler le silence incroyable qui régnait autour des deux imbéciles. Car oui, c'est bien ce dont ils avaient l'air, à l'instant. La petite Goldenberg cligna plusieurs fois des yeux avant d'y voir plus clair. S'étant protégé avec ses mains, elle n'avait pas une grande quantité de liquide dans le visage, mais quand même. Elle ne croisa pas son regard tout de suite; il était trop occupé à justifier ses foutues conneries au groupe qui les observait, certains sans trop comprendre, d'autres en reluquant son corps qui se dévoilait un peu plus depuis qu'elle ressemblait à une toile abstraite. À ceux-là, elle adressa quelques mots, faisant totalement abstraction du mec. "Au lieu de baver partout, vous pourriez pas aller me chercher un putain de t-shirt propre? Il doit bien y avoir des vêtements de rechange quelque part dans ce parfait petit camp de mes deux?" lança-t-elle en les dévisageant et en regardant un des types se bouger le cul pour lui trouver de quoi mettre. Elle n'avait même pas réalisé que sa phrase traduisait la colère qui l'habitait et qu'elle ne pouvait pas si bien réprimer.

Son attention se reporta sur l'auteur du carnage. Nathan, comme il disait, ne lui en voulait plus, maintenant. Liv arqua un sourcil, les yeux pleins de défi, cherchant déjà à l'emmerder de nouveau. Elle le fixait sans se cacher alors qu'il faisait de son mieux pour déloger la peinture de ses cheveux. La demoiselle parla enfin, faisant preuve d'un calme étonnant. Ce n'était pas bon présage.

"Je suis absolument ravie de faire ta connaissance, Nathan." Elle avait prononcé son nom en insistant sur chacune des deux syllabes, comme si elle voulait être bien sûre d'avoir capté son attention, dans l'immédiat. La jeune femme passa ensuite ses paumes sur sa cage thoracique afin de récolter le plus de peinture possible, avant de s'approcher de lui. May plaqua ses deux petites mains de chaque côté de son visage. "Vraiment, très, très ravie..." ajouta-t-elle avant de s'avancer encore pour le serrer contre elle. Non, elle ne faisait pas de câlin à n'importe qui, normalement. Mais elle faisait exprès, bien entendu, pour ajouter du blanc sur ses vêtements à lui aussi. Elle sentait son souffle agacé dans son cou et recula en éclatant de rire. Un rire vrai, clair, qui faisait saillir ses pommettes. Elle devait bien reconnaître que sa gueule et celles de ses petits copains avaient dû être marrantes. Justement, un mec se pointa avec un t-shirt noir du groupe Megadeth et le lança en sa direction. Surprise, May le remercia d'un signe de tête. Ça ferait l'affaire.

Elle posa ses billes bleues sur Nathan, amusée. "Merde tu m'as pas raté, hein. On est quitte, alors?" demanda-t-elle en riant encore un peu. Un frisson la parcouru, lui rappelant qu'elle devait enlever ses fringues mouillées. Son short en jeans pourrait survivre, lui. Liv se dirigea donc de nouveau dans la pièce où ils étaient plus tôt et ferma derrière elle, dardant un regard au brun pour lui interdire d'entrer. Elle rouvrit la porte quelques minutes plus tard, dans ce top trop grand, et se moqua du travail effectué ici d'un simple coup d'oeil vers le mur puis vers Nathan. "Tu crois qu'on va se faire chicaner par le grand manitou?" demanda-t-elle, faussement inquiète, en s'asseyant par terre. Elle pouvait bien rester, finalement, c'était plus amusant.


AND I FEEL THE PAGES TURNING
I SEE THE CANDLE BURNING DOWN
BEFORE MY WILD EYES

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Nathan E. Fuller
American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: n PK31 SUPER - Smith & Wesson 952-2 PC & Matraque télescopique
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/02/2018
Messages : 457
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: May-be or not   Jeu 14 Juin 2018 - 13:49
Maybe.... Or not.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Réprimant légèrement ses esclaffes, Nate repensait déjà à la manière dont elle avait envoyé chier le ramassis de glands qui la reluquaient comme une pâtisserie en vitrine, et visiblement le petit effet de la blonde fut radical, car en peu de temps le banc de tanches de hareng s'éparpilla un peu partout, le laissant seul avec elle et ses mèches blanchies par l'acrylique. Elle était fun dans son genre, pourtant c'était pas gagné d'avance étant donné la manière dont elle avait réagi pas moins de cinq minutes plus tôt. Enfin, Fuller n'y pensait déjà plus, et si la doublette de broyage de bourses incombé par ses soins - et ceux de Raven des jours plus tôt -  le rendait stérile, sans le vouloir ces deux nénettes lui auraient rendu service. Gardant ses pensées pour lui, ce ne fut que lorsqu'elle cala ses billes claires dans les siennes, pour lui conter ô combien elle était ravie de savoir enfin son patronyme, que le trentenaire sourcilla jusqu'à fermer les yeux au contact de ses mains, poisseuses de peinture, sur ses joues. Putain.....

Enfin, c'était rien, ça se lavait et avec un peu de chance, étant donné l'état de l'auteure de la plaisanterie, il aurait peut-être l'occasion de la reluquer dans le plus simple appareil. Un large sourire fendit ses lèvres, cependant lorsqu'elle approcha pour l'étreindre, Il soupira dans son cou, gardant pour lui la boule hilare dans son bide, et les clichés bien salaces qui filaient son imagination fertile. Naturellement, Fuller logea les paumes à ses hanches, profitant de ce moment à sa guise, pour mieux la laisser lui échapper une fois qu'il fut couvert de ce liquide visqueux et puisse enfin se marrer avec elle. Parce que malgré sa putain de connerie d'enfoiré de première, May se fendait la poire et ce sans la moindre rancœur. S'il avait cru qu'un tel truc marcherait pour s'accorder les esclaffes d'une fille, peut-être qu'il aurait arrosé Vic à coup de gouache depuis des lustres. Remarque, hormis le langage fleuri, elle lui ressemblait pas le moins du monde la petite blonde à l'autre grognasse brune.

La reluquant un peu, dégageant de la tranche des paumes le blanc sur ses joues, Fuller jeta un regard au type qui, en grand prince de mes-deux, lui rapportait un tee-shit. S'il croyait la lui souffler, c't'abruti se mettait le doigt dans l’œil jusqu'au coude, et sans doute le sentit-il d'ailleurs, parce qu'il se contenta de sourire à la miss et de filer, s'en retournant sans doute à son paluchage intempestif. Un rictus fendit la commissure de ses pétales, puis il revint considérer le minois super cute devant lui. Sans rire, outre le piercing à sa langue qui révélait sans doute qu'elle était douée pour un truc, peut-être sans même le savoir, cette nana était une bombe anatomique et avait un sourire à faire dégringoler le Christ de son putain de nuage. Tien, même Jésus devait vouloir y tremper son cierge, et quand il parlait du fils de Dieu, c'était pas de l'autre prof dépressif de la baraque. Hilare en l'entendant encore glousser, à même se dépeindre couvert de peinture, il opina quand elle lui demanda s'ils étaient quittes. Ouais, carrément, il s'était plus marré avec une nana depuis..... Bha depuis que Vic avait revu ses aspirations de castration à la baisse après qu'il lui ait piqué sa saloperie de batte en alu. C'était déjà bien trop daté à son goût. Quand elle tourna les talons, il lui emboîta le pas en secouant les paumes pour dégager la mixture visqueuse, jusqu'à se figer et darder un regard sur elle qui lui interdisait de rentrer dans la baraque parce qu'elle allait tomber le haut.

- J'aurai du t'balancer un sceau d'flotte. Sourit-il en collant son bras contre le bois du perron, juste à coté du battant, lovant ses yeux sombres dans l'azur des siens. Sans rire, j'aurai pu au moins m'faire péter les rétines avec un truc bien cool. Ricanant, même s'il était totalement franc avec elle, le journaliste soupira avant de croiser les bras sur son torse. Ouais, ouais, vas t'changer, qu'les murs en profitent.

La laissant disparaître, le trentenaire sourit pour lui seul en collant le dos à la parois voisine. Bon dieu le sex-appeal de cette nana, en plus elle devait pas s'en douter ou en jouait pas, enfin, pour le moment elle lui plaisait, et potentiellement la mettre dans son pieux tout en la sachant apte à se fendre la poire, c'était bien mieux que s'envoyer une nana qui tirait la gueule. Alors certes, un trou restait un trou pour certains, mais pas pour lui merde, il avait quand même un minimum de goût, y avait juste à regarder Vic, et Morgan aussi, même si pour elle, on était passé au stade de la confiance et de la préservation sans qu'il ait encore envie de se la faire. Sous ses étonnantes réflexions, il la vit enfin lui ouvrir et put la rejoindre en claquant de nouveau le battant. La musique avait changé mais c'était pas dans le même registre, enfin.... De la pop quoi, pas un bal musette à la con pour des vieux qui se payaient des farandoles embaumant ce qu'ils avaient lâché dans leurs couches. La laissant s'installer à même le sol, Nate mata le bordel qu'ils avaient foutu sans le prévoir puis rit à sa question. Si Zack allait leur tomber sur la gueule ? Putain sûrement que oui, néanmoins, lui aussi pouvait jouer les types sympas comme l'autre trou-duc avec son tee-shirt. En plus cet enfoiré avait pas pris la bonne taille, elle flottait dans ce truc, du coup il pouvait plus forcément fantasmer sur ses courbes. Qu'à cela ne tienne, il se ferait des films dans le creux de son crâne.

- T'en fais pas va, la grande tige saura même pas que c'est nous. Sûr de lui, Nathan savait parfaitement que la faute retomberait sur un des gars de l'île, comme lorsqu'il avait roué de coups Bouclettes et que Vic avait mangé les représailles de Lawrence D'Arabie avant d'elle même les balancer dans la gueule de Shwarzy. Puis, si vraiment on est sensé manger, j'dirai que c'est moi, ils auront pas d'mal à l'croire étant donné que ma spécialité c'est d'faire chier le monde.

Lui offrant un sourire, le trentenaire se dirigea dans l'espèce de cuisine pas encore refaite correctement, se baissa près d'un meuble et s'accapara les bières que Dick y avait planqué en pensant qu'il le verrait pas faire. Encore un abruti, et trop occupé à reluquer May, ce connard en avait oublié ses canettes. Ça ferait l'affaire.

- T'en veux une ? Lui proposa-t-il en ouvrant la sienne, glissant le pied dans le pack pour le pousser afin qu'elle se serve si l'envie lui prenait. Oh il avait pas l'intention de la soûler non, il avait pas besoin de ça pour qu'une fille s’intéresse à lui puis, en la voyant zieuter son œuvre, lui la fameuse toile humaine, il baissa les cils vers ses fringues et revint planter ses billes dans les siennes. Rêve pas May, j't'ai pas vu en soutif, tu m'verras pas shirtless ma belle... S'avalant une rasade de bière bon marché tiède, il grimaça avant de passer dans le dos de la demoiselle où il s'accroupit pour avoir accès à son oreille. C'est donnant donnant, tu l'sauras pour la prochaine fois. Murmura-t-il d'une voix plus rauque.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Sucker love is heaven sent, you pucker up our passion's spent. Carve your name into my arm, instead of stressed I lie here charmed. Cause there's nothing else to do, every me and every you.
We'll have so much fun
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: May-be or not   
Revenir en haut Aller en bas  
- May-be or not -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: