The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- I refuse to let it win -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Lun 23 Juil 2018 - 0:14

Autant dire que Jess ne s'était pas attendu à ce que son amie se poste ainsi devant lui, soutenant son regard comme pour lui signifier qu'elle aussi était là, qu'elle ne le lâcherait pas. Il avait dégluti difficilement, ne retenant pas un nouveau petit soupir. Non, il n'était pas plus habitué que cela par de tels actes de soutien, tout simplement parce-que, d'habitude, c'était l'inverse. C'était lui qui était là pour les autres, lui qui les soutenait à bout de bras, qui cherchait un moyen de rendre certaines situations plus simples. Pas l'inverse. Tout simplement parce-qu'il ne se montrait jamais sous son vrai jour, tout du moins pas devant n'importe qui. Mais Serena n'était pas n'importe qui, il l'avait su dès le jour où il l'avait rencontrée ici, et le fait d'avoir l'impression de se voir dans un miroir quelques minutes plus tôt ne faisait qu'accentuer ce fait. Elle n'était pas n'importe qui, elle était une amie devenue importante à ses yeux, et il serait plus qu'égoïste de se fermer à elle après ce qu'elle lui avait confié.

Baissant la tête pour centrer son regard sur autre chose que les prunelles compréhensive de la militaire, il avait resserré un peu plus ses doigts, inspirant profondément. Que cette situation était inconfortable... et pourtant il n'avait encore rien dit, rien de plus que confirmer la question qu'elle avait posé. Au fond, le bouclé était surtout terrifié. Apeuré à l'idée que quelqu'un ait réellement connaissance du monstre qui était tapi tout au fond de lui, celui qu'il tâchait de garder en chaîne pour ne pas perdre totalement le contrôle de ses émotions. Et mettre quelqu'un au courant le pousserait à briser une partie des barrières qu'il avait érigé autour de sa personne, ce qui le pousserait peut-être à craquer plus souvent. Au fond il n'en savait rien, mais cette éventualité le terrorisait.

La voix de la jeune femme brisa alors le silence pesant qui enveloppait l'esprit du réceptionniste, le poussant à replanter ses prunelles sombres sur elle. Et ses mots lui firent serrer les dents et froncer les sourcils. Une fois encore, il se reconnaissait dans ses propos. Combien de fois avait-il entendu ses enseignants dire qu'il n'arriverait jamais à rien ? Tellement de fois qu'il avait arrêté de compter. Et au final il ne s'en était pas trop mal sorti, tout comme son amie face à lui. Néanmoins il ne dit rien sur le sujet, se contentant de l'écouter presque religieusement, ne laissant entrevoir dans son regard que cette profonde compassion dont il était doté. Porter un masque. L'expression lui arracha un bref frisson tandis que ses phalanges blanchissaient encore un peu tant ses mains étaient serrées. Oh que oui il comprenait, sans doute plus que personne. Baissant à nouveau la tête en apprenant que la jeune femme avait dû vivre sans doute trop tôt la mort de sa mère, il avait préféré fuir son regard que d'avoir à l'affronter. Lui aussi avait perdu cette personne si chère à un moment donné. Et ç'avait été le début du cauchemar. Le début du masque, de cette personnalité calme et sereine qui n'était pas vraiment lui. Mais qui supporterait quelqu'un comme lui ? Quelqu'un qui partait au quart de tour, quelqu'un dont l'agressivité pouvait être aussi dangereuse qu'auto-destructrice ? Personne. Alors Jess avait construit le masque, autant pour se protéger lui que les autres. Mais ce dernier s'effritait petit à petit, à chaque nouveau mot de la brune.

Lorsqu'elle lui saisit les chevilles, le blond fut pris d'un bref sursaut, calant immédiatement son regard dans le sien. Ses paroles ne furent pas vaines dans l'esprit de Jesse. C'était en effet ainsi qu'il survivait, qu'il avait appris à le faire depuis qu'il était adolescent, et qu'il le faisait encore maintenant. Porter le masque pour continuer d'avancer, pour ne pas crouler sous la peine, la rage, la souffrance. Pour simplement que ses épaules ne tremblent pas, que ses poings ne se crispent pas, qu'il ne se détruise pas. Hochant la tête, sa bouche qui était restée jusqu'alors s'ouvrit avant qu'il ne la referme, laissant sa tête retomber contre l'arbre en ramenant ses bras contre lui, s'enserrant un peu comme pour essayer de contenir tout ce qu'il se jouait en lui.

Après un court silence, il soupira. « Ma mère a eu un accident quand j'avais quatorze ans » avait-il soufflé sur un ton plus ou moins neutre. Pourquoi lui racontait-il cela au juste ? Il n'en savait rien lui-même, mais se sentait suffisamment proche d'elle pour lui faire part d'un bout de sa vie, ce bout si significatif qui avait enterré l'enfant insouciant qu'il était jusqu'alors. « Elle est tombée dans le coma et à son réveil... elle ne se souvenait même pas de ses gosses. Elle ne s'en ait jamais souvenu. » Au fur et à mesure, sa voix s'était faite plus lourde. Le temps était passé, et ce fameux temps était censé panser toutes les blessures, mais celle-ci était indéniablement restée béante, trop douloureuse. Au fond, il n'avait probablement jamais pu faire son deuil. Inspirant profondément, il avait repris. « Mon père a pas su gérer. J'ai pas eu d'autre choix que de me construire ce... masque, pour m'occuper de ma sœur et mon frère, prendre le rôle de ce père qui était totalement dépassé alors que j'aurai juste eu besoin sur qui m'appuyer. » A la fin de ses mots, son ton s'était fait brièvement tremblant, le poussant une nouvelle fois à fermer les yeux. Peut-être aurait-il dû garder cette histoire pour lui, parce-que c'était bien plus simple quand personne n'était au courant -mise à part Ashley qui l'avait connu à cette époque- mais le bouclé avait le sentiment que son amie ne le jugerait pas, qu'elle saurait l'entendre et le comprendre. Parce-qu'elle aussi savait ce que ça faisait, de devoir être quelqu'un d'autre.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Jeu 26 Juil 2018 - 16:43
Le silence s'était de nouveau installé, prouvant peut-être à Serena qu'elle aurait dû se taire et garder ses réflexions pour elle. Son histoire avait-elle trop plongé Jesse à travers ses propres souvenirs? C'était une possibilité. Mais de le voir aussi démonté, tout juste devant elle, lui déchirait littéralement les entrailles. Il était terrorisé, c'était évident, en plus qu'une vague de rage semblait être prête à jaillir hors de lui. Enfin, c'était l'impression qu'elle avait, même si elle ne saisissait pas encore tout ce que ses yeux noirs voulaient cacher. La brune aurait tellement voulu que ses paroles puissent le rassurer. Hélas, Sere savait bien qu'il faudrait plus que quelques jolies phrases pour mettre un baume sur sa souffrance, tout comme ses crises de panique ne se réglaient jamais qu'en criant ciseau.

Il avait laissé son crâne épouser l'écorce de l'arbre, et pour l'avoir fait quelques minutes plus tôt, elle savait ce que ça signifiait. Il était à bout de souffle. À bout de tout, en fait, et même s'il n'avait toujours pas osé parler, elle savait qu'il comprenait ce qu'elle venait de lui balancer au visage. C'était flagrant. L'hispanique voyait chaque frisson, chaque malaise. Il y avait en lui un Jesse plus sombre au même titre qu'elle cachait continuellement tantôt la Serena anxieuse, tantôt celle qui était froide et prête à tout pour arriver à ses fins, ne les laissant sortir pour jouer que contre son gré, sporadiquement. Son regard noisette s'était posé sur les bras du blond qui encerclait ses propres épaules, alors qu'elle se promettait que s'il avait besoin de son soutien, elle serait là pour le lui donner. À chaque fois. Ses yeux parlaient pour elle sans avoir à prononcer un seul mot.

Mais son ami avait enfin parlé, lui, et si son aveu avait causé une certaine surprise chez la militaire, elle était à la fois soulagée qu'il ouvre finalement la bouche. L'originaire du Texas avait relevé ses billes vers lui, ne pouvant empêcher la tristesse d'inonder ses traits, sachant parfaitement ce qu'il avait vécu et s'horrifiant carrément qu'il puisse savoir ce que c'était. Enfin, c'était jusqu'à ce que Jess lui explique la suite. Il détaillait la raison pure et dure de ce qui avait changé sa vie à jamais, et si la mère du bouclé - contrairement à la sienne - n'était pas décédée, c'était tout comme. Reena l'écoutait sans le lâcher des yeux en fronçant les sourcils de constater à quel point son récit était affligeant. Et sa voix presque tremblante l'acheva complètement, alors qu'elle soupirait de chagrin. "Je suis tellement désolée, Jesse." dit-elle doucement en ne pouvant s'empêcher de retourner prendre place à ses côtés pour glisser son bras entre l'arbre et sa nuque pour le rapprocher, l'invitant à poser la tête contre elle. C'était à son tour de s'y réfugier, et peu importait s'il était d'accord ou pas; Sere avait décidé qu'il en avait besoin. Son geste n'avait rien de charnel, au contraire, c'était l'étreinte d'une soeur.

"Tu sais, si l'une de mes deux grandes soeurs avaient pu faire ça pour moi, j'aurais été vachement fière d'elles... Et particulièrement reconnaissante." lança-t-elle en voulant lui signifier que son passé n'était pas que négatif; qu'il n'avait été, en somme, que le parfait grand frère. Malgré le prix cher payé. Et elle était absolument sincère. Son récit ne faisait que lui rappeler qu'elle, au contraire du blond visiblement, n'avait pu qu'abandonner les siens à chaque fois qu'elle partait en mission. L'image floue de sa fratrie lui revenait en mémoire, tout comme celle de sa mère quelques heures avant sa mort. Elle trouvait Jesse admirable, en fait. Survivre à ça, ce n'était pas rien, et porter sur soi le poids de liens du sang relevait en plus de l'exploit. "Moi j'ai rien géré du tout, j'aimais mieux faire face à l'armée plutôt qu'à ma propre famille, alors hein..." lança-t-elle en relâchant un peu sa poigne pour faire courir ses doigts à sa tempe, la voix passablement faible. "Tu devrais pas avoir honte de qui tu es. T'es un type bien, Jess, peu importe ce qui se cache plus creux." ajouta-t-elle sur un ton plus ferme, bien déterminée à lui faire comprendre qu'il n'avait pas à avoir peur, ni de lui-même et encore moins d'elle.

"Reste plus qu'à accepter aussi la personne qui est sous le masque, maintenant." reprit-elle en regardant au loin, le sourire dans la voix, malgré tout. Parce qu'au final, surtout dans ce putain de merdier, ils n'avaient plus qu'eux-même. C'était la simple réalité, Serena n'était pas du genre à se mentir à ce sujet. Alors oui, il fallait bien qu'ils acceptent qui ils étaient et qu'ils comprennent que si le passé avait façonné leur être, ils étaient dorénavant maîtres de leur futur. Et la brune serait là pour son copain.




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Sam 18 Aoû 2018 - 20:13

Parler de la sorte était douloureux, plus que ne le laissait entrevoir le bouclé, plus qu'il ne l'avait imaginé. Depuis combien de temps n'avait-il pas expliqué ce qui était arrivé à quelqu'un ? Longtemps, si loin qu'il ne s'en souvenait même pas à dire vrai. Quelques personnes étaient au courant, avant, mais la seule encore en vie était Ashley et sans doute que si tous deux ne s'étaient pas rencontrés à cette époque là ne l'aurait-elle jamais été. Mais il y avait quelqu'un d'autre désormais, il y avait Serena. Jess avait suffisamment confiance en elle pour lui faire part de cette période de sa vie, tout comme elle lui avait fait part de la sienne, mais le dire n'avait en rien ôté la peine et la rage qui le tiraillait. Au contraire. Il ne faisait désormais qu'imaginer les regard lourds de compassion et de peine de la mexicaine, et ce serait douloureux à porter. Pour autant, il se doutait bien qu'elle ne porterait aucun jugement, qu'elle serait là, parce-que c'était ce qu'avait intimé son regard. Et il voulait y croire, qu'il pouvait s'appuyer un peu sur elle, trouver en elle une sorte d'égal, parce-qu'il avait eu cette impression qu'elle était son miroir le temps d'un instant, et que malgré sa volonté de garder le masque, toujours, il avait également ce besoin de souffler, de savoir qu'il n'était pas seul. Savoir que quelqu'un lui tiendrait la main s'il perdait pied.

Un bref silence avait suivi son aveu avant que la voix de la jeune femme ne se fasse entendre, douce, compréhensive, le poussant à serrer les dents pour ne pas se laisser emporter par le chagrin, ne pas se relever et hurler de rage. Tant de ressentis opposés et destructeurs. Et sans doute l'aurait-il fait si elle n'était pas venue s'installer à côté de lui, passant son bras derrière sa nuque pour l'attirer contre elle et lui accorder une étreinte rassurante. Indispensable. Le réceptionniste s'était laissé faire, se calant contre elle en fermant les yeux, inspirant profondément pour tenter de contrôler toutes les émotions qui animaient son être. Il restait néanmoins crispé, encore bien trop aux prises avec ces émotions destructrices qu'il ne gérait que trop mal une fois qu'il leur laissait une chance de sortir. La voix de son amie le poussa cependant à prendre sur lui, s'y focaliser pour s'y raccrocher, ne pas perdre pied, ne pas se laisser porter par la rage de l'impuissance et l'amertume. Ces mots cependant firent une nouvelle fois monter la boule qui pesait dans son estomac, le poussant à fermer un peu plus fort les yeux alors qu'il passait machinalement son bras autour de la taille de la jeune femme, s'y raccrochant comme si elle était en cet instant tout ce qu'il lui restait. Ses yeux se mirent à brûler, menaçant de laisser déverser le trop plein qu'il gardait en lui constamment, pour autant Jess s'y refusait, se contentant d'inspirer profondément en déglutissant difficilement. Milow et Ryan avaient-il été fiers de lui ? Probablement, au moins reconnaissants, malgré les hauts et les bas. Mais maintenant ? Maintenant il n'avait pas pu les protéger de ce monde, pas pu les sauver. Tout comme personne ne l'avait sauvé lui au moment où il en avait eu le plus besoin. Et sans doute était-ce pour cette raison qu'il se raccrochait désormais à Serena, parce-qu'il avait plus besoin que jamais d'une ancre à laquelle se rattacher pour ne pas perdre pied.

Il écoutait donc sans mot dire les paroles rassurantes de la jeune femme, pinçant les lèvres quand elle avait affirmé qu'elle, de son côté, n'avait rien su gérer du tout. Devait-elle s'en blâmer pour autant ? Sans doute pas. Chacun gérer les choses à sa manière et, dans le fond, si Jess avait mené la situation de cette façon, ç'avait également été pour ne pas se perdre lui-même. Penser aux autres pour s'oublier, très égoïstement. Lorsqu'il fut question d'accepter la personne sous le masque, le bouclé avait inspiré profondément, resserrant légèrement son étreinte autour de son amie. « Y a encore du boulot... » avait-il soufflé avant de lâcher un bref rire nerveux. « Comme tu l'as dis, c'est bien plus simple de garder tout ça pour soi, faire comme s'il n'y avait aucun problème, aucune part d'ombre. Et je sais que je peux aller beaucoup trop loin si je... laisse sortir tout ça. » Un aveu prononcé sur un ton lourd qui le poussa à soupirer une nouvelle fois avant de relever un peu la tête pour planter ses prunelles sur le visage de Serena. « Laisser entrer quelqu'un, le laisser voir ce qu'il y a en dessous, c'est angoissant. Mais c'est aussi salvateur, savoir que quelqu'un sera là pour nous tenir la main. » Un bref sourire avait étiré ses lèvres. « Merci, Reena. » Sur ces mots, il avait doucement serré la main de la jeune femme dans la sienne. Il lui était reconnaissant oui, reconnaissant d'avoir su l'écouter, de ne pas être partie, d'avoir partagé avec lui un pan de sa vie, mais aussi et surtout d'être cette épaule solide dont il avait besoin.

Autant dire qu'en sortant du ranch pour suivre la brune, il ne s'était pas attendu une seule seconde à ce que les choses se déroulent ainsi, ne s'était absolument pas préparer à se livrer de la sorte. Mais quelque chose en elle l'avait poussé à le faire. Peut-être le fait qu'elle ait parlé en premier lieu, ou qu'elle lui inspirait une certaine confiance depuis son arrivée ici. Deux écorchés qui portaient des masques pour se fondre dans la masse, cacher ses faiblesses pour se protéger, protéger les autres. Au fond, ils étaient tous deux bien plus semblables que ce qu'il avait pu imaginer jusqu'alors, et ça ne faisait que rendre cette amitié bien plus précieuse à ses yeux.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Lun 20 Aoû 2018 - 22:57
L'atmosphère était lourde, malgré la légèreté de la nuit qui s'installait, et c'était bien pourquoi Sere s'était autorisé cette proximité, pour le soutenir lui, parce qu'elle avait eu cet instinct que la flamme au fond de sa douleur pouvait s'embraser à tout moment. Il avait serré son bras autour de sa taille, prouvant bien qu'elle n'était à cet instant que la bouée de sauvetage dont le bouclé avait besoin. La militaire savait trop bien, pourtant, qu'elle ne suffirait probablement jamais pour calmer sa peine. Enfin, peut-être pourrait-elle partager avec lui cette charge qu'il se mettait sur les épaules? Peut-être était-il permis de croire qu'elle arriverait un jour à l'aider réellement, avec le temps? Lui arracher cette amertume qui masquait le foutu soleil qui rayonnait quand il souriait? Putain, qu'est-ce qu'elle le souhaitait, à cet instant.

Mais ses soupirs voulaient tout dire, il l'affirmait lui-même en disant que ce n'était pas gagné d'avance, se greffant encore plus contre elle. Un petit rire soufflé comme seule réponse, Martinez posa les yeux sur lui, se disant que cette tendreté dont elle faisait preuve était dangereuse. Elle en ferait des conneries, pour lui. Il semblait si fragile, si petit dans ses bras, alors qu'elle devinait toute la rage qui l'habitait. Peut-être était-ce parce qu'il était si près et que chacun des pores de sa peau pouvaient capter sa détresse. Ses doigts jouaient à ses cheveux, doucement, comme si c'était la place qu'ils avaient toujours eu, alors qu'elle l'écoutait lui dire, comme elle plus tôt, que c'était plus simple de prétendre qu'il n'y avait pas de problème.

Bien entendu. En tant que partiellement handicapée de l'émotion, Serena se le répétait même haut et fort, constamment. Et Jess continuait, prétextant qu'il était bien conscient de ce qui se passerait s'il laissait sortir tout ça, qu'il irait trop loin. Ce que ça impliquait? La brune n'en avait pas la moindre idée, il restait probablement vague à ce sujet pour une raison, et il était déjà assez éprouvé comme ça pour qu'elle en rajoute une couche en osant lui poser la question. La mexicaine laissa donc planer le silence un peu plus longtemps, le laissant récupérer, avant de parler. "Tu sais, on pourrait s'entraîner tous les deux. Laissez sortir ce qui doit sortir comme deux adultes responsables en tirant des balles ou en tapant des infectés." lança-t-elle doucement, la voix rieuse, comme pour le détendre un peu plus. Oui, s'entraîner, à défaut de faire autre chose de plus regrettable.

Mais le blond la remerciait, retrouvant momentanément son sourire si attachant, lui assurant qu'il était heureux de la savoir présente pour le soutenir. C'était à son tour de planter son regard noisette dans le sien, ne disant pas un seul mot, alors qu'elle serrait sa main en retour, posant la mâchoire au sommet de son crâne. Il ne pouvait pas s'en rendre compte, mais elle souriait aussi, apaisée qu'il puisse au moins trouver un peu de réconfort en leur discussion, comme il l'insinuait. Et puis, en fait, c'était grâce à lui qu'elle avait réussi à se calmer un peu plus tôt, après tout. "C'est plutôt moi qui devait dire merci." Elle ouvrit la bouche avant de se raviser, ne sachant pas tout à fait comment mettre des mots sur ce qu'elle voulait dire. Elle était soulagée, bien égoïstement, qu'ils soient si semblables. "Merci d'avoir été là alors que je perdais pied. Merci de... comprendre. Ça fait un bien fou." dit-elle doucement. Ce n'était pas facile de le dire. Reena, parfois, n'était pas la meilleure pour s'exprimer, mais il comprendrait tout ce qu'elle ne disait pas, parce que lui aussi portait le masque qui lui permettait de continuer. L'hispanique devait avouer, d'ailleurs, que de partager son secret avait quelque chose de libérateur. C'était terrorisant, mais libérateur. Enfin, non, elle n'avait pas peur, tout simplement parce que c'était Jesse.

Elle leva ensuite la tête, le menton bien haut, observant le ciel dégagé et ses étoiles particulièrement brillantes. Le même ciel qu'elle avait si souvent contemplé lors de ses missions à l'étranger dans l'armée, fascinée de se rappeler que la même lune éclairait les siens à la maison, si elle pouvait vraiment parler de maison quand elle repensait à son Texas natal et à la résidence familiale. Ses parents et ses soeurs lui manquait, bien sûr, mais elle n'avait pas le luxe de pouvoir s'y attarder. Ils étaient morts, c'était évident, enfin sa mère l'était déjà, ce n'était donc qu'une idiotie sans nom de s'attarder à une telle perte de temps. Son bouclé était juste là, lui, à côté d'elle. Les habitants du Ranch étaient ceux qui méritaient son attention.  "Quand tout ça sera derrière nous..." Est-ce qu'elle parlait de cette guerre avec les gens de l'île et leurs alliés ou de l'épidémie dans son ensemble? Dur à dire. Dans tous les cas, elle parlait avec l'intention que ça se règle.  "Peut-être qu'on aura plus besoin des masques."




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Mar 28 Aoû 2018 - 17:25

L'étreinte de la brune avait réellement quelque chose de rassurant, comme si le blond se sentait un peu moins seul. Au fond, il restait dans cet optique que chacun était seul face à ce qui le tourmentait, mais se sentir épauler et savoir qu'en un sens, quelqu'un partageait sa peine était en cet instant indispensable. Sans doute était-ce pour ça qu'il ne l'avait toujours pas lâchée pour le moment, profitant de cette main glissée dans ses cheveux et de cette présence protectrice. Lorsque son amie parla de s'entraîner afin de ''laisser sortir ce qui devait sortir'', il n'avait pas retenu un soufflement amusé, hochant la tête. « Comme des adultes responsables ouais » avait-il répété, se disant que quitte à user de son énergie en cognant régulièrement sur un punching-ball, il pouvait tout aussi bien se lâcher un peu sur les infectés.

L'ayant alors remerciée, tout naturellement, le sourire du réceptionniste s'était agrandi lorsqu'elle le remercia en retour. Vrai qu'ils avaient eu la chance de trouver en cette soirée quelqu'un de semblable. Certes, le bouclé n'aurait jamais souhaité un tel poids à la militaire mais ce n'était assurément pas de son ressort de décider cela alors puisqu'il y avait de ces choses irréversibles, autant qu'ils soient là l'un pour l'autre et qu'ils s’attellent à apaiser un peu le poids porté par leur pair. À ses mots, il avait inspiré légèrement, serrant encore un peu cette main qu'il tenait dans la sienne. « C'est normal » avait-il soufflé. Oui, c'était normal pour lui de s'inquiéter pour ses pairs, d'être présent, de leur montrer sa compassion et son soutien, mais les choses avaient été différentes là. Elles avaient été différentes parce-qu'il s'était plus ou moins reconnu dans l'attitude de Serena, mais aussi et surtout parce-qu'il avait su avoir suffisamment confiance en elle pour lui faire part de sa propre histoire. Une manière de plus de la soutenir en lui laissant entendre qu'il la comprenait vraiment et qu'il ne faisait pas simplement semblant de partager sa peine.

Refermant à nouveau les yeux, il se permit de rester encore un peu dans cette sorte de bulle qu'il avait construite autour d'eux en partageant leurs histoires respectives. Un masque pour deux, sous lequel ils pouvaient enfin être eux-même sans que ça ne blesse ou ne choque qui que ce soit. En un sens, Jesse était nerveux à l'idée de devoir en sortir, de retourner à la normale qu'incombait cette vie en ''société'', mais il savait au fond de lui qu'il n'était désormais plus aussi seul qu'avant et qu'il aurait quelqu'un sur qui s'appuyer lorsqu'il se sentirait perdre pied. Tout comme la brune l'aurait lui. Quand elle reprit la parole, le blond avait rouvert les yeux, arquant un sourcil. Quand tout ceci serait derrière eux ? S'il n'était pas aussi négatif que certains, il ne se permettait pas d'avoir l'idylle qu'un jour les choses reviendraient réellement à la normale. Mais il pouvait essayer de se l'imaginer, ne serait-ce que pour supposer une issue à cette situation compliquée dans laquelle ils étaient depuis plusieurs semaines. Voire plusieurs années à dire vrai, mais aucune minute perdue, aucune personne, ne serait rattrapable ni remplaçable.

La fin de sa phrase provoqua cependant un bref sourire sur le visage de l'aîné alors qu'il se redressait un peu, s'arrachant à contrecœur à cette étreinte en gardant tout de même sa main dans la sienne. « Peut-être » avait-il répondu en croisant son regard. Il était beau de l'espérer en effet, même si en un sens, cela lui faisait peur, parce-que porter ce masque était ce qu'il connaissait le mieux, se cacher pour ne pas se laisser atteindre ni risquer de mettre les siens en danger. Mais en effet, peut-être qu'un jour parviendrait-il à accepter la part d'ombre bien trop importante en lui et à ne plus avoir peur de ce qu'elle pourrait faire. Laissant alors retomber sa tête contre l'arbre, Jesse avait soupiré légèrement avant de sourire. « Si le monde avait pas changé j't'aurai payé un verre, on aurait trinqué à un potentiel changement » avait-il lancé, à la fois amusé et résigné, lui lançant un regard complice.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Mer 29 Aoû 2018 - 19:07
Elle avait réussi à le faire rire un peu, c'était déjà ça, non? Merde, plusieurs pourraient bien se foutre de sa gueule en ce moment. Serena Martinez, éternelle sérieuse en chef, qui souhaitait par-dessus tout déconner pour accrocher un sourire à quelqu'un? Et bien oui, parce que c'était Jesse. Le blond était devenu ce soir la première personne au monde à qui elle avait ouvertement partagé ses histoires sans y mettre tout un tas de mensonges. C'était paisible, de ne pas avoir à prétendre quoi que ce soit pendant cette brèche dans le temps, alors que tous les deux étaient assis là, enfin tranquilles. Mais toute bonne chose avait une fin, semblait-il, et il leur faudrait bientôt rentrer. La nuit avait cette façon de les envelopper dans un monde plus doux, mais la militaire avait toujours cette arrière-pensée que tout était aussi moins sécuritaire dans la noirceur que seule la lune éclairait.

Or, le bouclé ne semblait pas tellement convaincu ni de se sa vision d'un monde après tout ça, ni de pouvoir baisser leurs gardes éventuellement, cependant. Et alors qu'il se détachait d'elle, la brune se disait qu'il n'avait pas besoin d'y croire pour l'instant. Sere pouvait très bien comprendre que tout le monde n'avait pas cette idée d'un dénouement quel qu'il soit, et elle n'était pas celle qui allait s'acharner. C'était bien inutile de forcer quoi que ce soit sur les autres, elle était trop brillante pour ne pas savoir ça. Elle le fixa donc simplement de son regard noisette qui semblait sourire, profitant de ce silence qui les calmait tous les deux. Enfin, jusqu'à ce qu'il soit brisé par son invitation à prendre un verre si ce merdier le permettait. Toisant ses yeux sombres mais amusés, la mexicaine se mit à rire. "J'ai peut-être une petite idée!" lança-t-elle presque mystérieusement.

Sans prévenir, Sere se leva d'un bon, entraînant avec elle son ami qu'elle tenait encore par la main. Jess devait bien se demander ce qu'elle foutait, mais peu importait, elle ne pouvait pas aller bien loin, après tout. "Viens." reprit-elle simplement en se dirigeant vers le Ranch, pénétrant à l'intérieur beaucoup plus détendue qu'elle l'était en sortant, avant de s'arrêter dans la cuisine et de fouiller dans le fond d'une armoire bien précise. Sa cachette, quand elle avait quelque chose à planquer. L'originaire du Texas en sortit un fond de bouteille de whisky et deux verres avant de grimper les fesses sur le comptoir pour sourire face à son copain. Contrairement à ce que tout le monde pouvait croire, elle était parfaitement capable de se lâcher, seulement, il fallait qu'elle se l'accorde, qu'elle le veuille et que sa petite cervelle arrête de tourner un peu, ce qui en revanche était souvent un peu compliqué pour elle. Et puis le précieux liquide n'était pas le diable en personne non plus. Au mieux, elle dormirait seulement plus facilement. "Tu disais, donc?" demanda-t-elle en se moquant, se trouvant plutôt drôle de répondre ainsi à sa proposition.

Versant l'élixir dans un verre puis dans l'autre, juste assez pour qu'ils puissent trinquer comme si c'était un shot, elle releva les cils vers Jesse avant de lui tendre la boisson. "Pas besoin de trinquer au changement... Enfin, si, mais on devrait aussi boire à notre santé, tout simplement." Reena souleva son verre pour le faire cogner contre le sien. "À nous, merde! À notre vrai nous, sans excuse et sans détour." dit-elle finalement en attendant son approbation pour boire avec lui. Son ton était toujours rieur, même si ses prunelles, elles, étaient particulièrement sérieuses. Peut-être était-ce encore une fois pour lui prouver - autant à lui qu'à elle, au final - qu'ils étaient qui ils étaient, et que c'était très bien comme ça.




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Ven 7 Sep 2018 - 1:10

L'ambiance s'était peu à peu faite un peu moins lourde, tous deux profitant de ce silence tranquille qui les entourait, comme protégés par une bulle invisible dans laquelle ils avaient enfin pu, pour une fois, être simplement eux-mêmes. Mais Jess ne se leurrait pas : il leur faudrait revenir à la réalité à un moment ou à un autre, replonger dans ce monde de mort et remettre soigneusement leurs masques respectifs. Mais au moins savait-il désormais qu'elle était là, qu'il n'était plus totalement seul et qu'elle pourrait le comprendre si quelque chose le tourmentait. Pourrait-il parvenir à lui parler d'un simple regard ? Sans doute. Parce-qu'elle avait vu les deux facettes de sa personne, elle avait vu ce qu'il se trouvait derrière ces prunelles souvent joyeuses, elle avait compris ce que représentait cette noirceurs au fond de sa personne. Et elle n'en n'avait pas eu peur, au contraire. Elle l'avait soutenue, était restée là, et le bouclé avait le sentiment qu'elle le serait toujours, du moins l'espérait-il. Le plus longtemps possible, jusqu'à ce que ce monde l'arrache à lui comme ce fut le cas pour la quasi totalité des personnes qui avaient pris de l'importance à ses yeux.

Si son idée de boire un verre avait un peu été balancée dans le vent, il ne s'était clairement pas attendu à ce que son amie aille dans son sens. Elle avait une idée ? Fronçant les sourcils, il avait été contraint de la suivre, sa main toujours fermement accrochée à la sienne. La suivant sans mot dire jusqu'à l'intérieur du ranch, curieux, il s'arrêta dans la cuisine, ne comprenant toujours pas quelle était précisément son idée. Ce ne fut que lorsqu'elle tira d'un meuble le fond d'une bouteille de whisky et deux verres qu'il comprit, ses lèvres se fendant en un sourire à la fois amusé et ravi. Ils l'auraient finalement leur verre du changement. La voyant se hisser sur le plan de travail, le blond s'installa lui sur la table juste en face, riant brièvement à ses mots. « Je veux bien me faire inviter pour cette fois ! Mais la prochaine fois, ce sera ma tournée » avait-il lancé sur un ton léger, plantant son regard amusé dans celui de son amie.

Récupérant alors le verre qui lui était tendu, Jesse ne perdit rien de son sourire, écoutant le toast qu'elle portait. Hochant la tête, il fit tinter leur verres. « A notre vrai nous » avait-il répété avant de boire son shot en même temps que la brune. Toussotant légèrement, il secoua la tête avant de rire brièvement. « On devrait faire ça plus souvent. » Boire ? Peut-être, sans aller dans l'extrême. Mais au fond, Jess ne parlait pas que de cela. Il parlait également de simplement se prendre le temps d'aller envoyer chier le monde et d'être eux-mêmes, de juste se reconstituer cette bulle salvatrice dont ils avaient tous deux eu besoin. Observant encore quelques secondes son amie, un faible sourire sur les lèvres, il ne put s'empêcher de se dire qu'en un sens, malgré ce monde pourri, il avait eu un peu de chance. La chance de trouver quelqu'un qui pouvait le comprendre sans le juger. Une amie précieuse.

Sautant de la table, il avait tendu sa main à Serena. « Allez je te raccompagne. » Bien sûr, elle n'aurait pas à sortir pour rejoindre sa chambre mais au moins s'assurerait-il une dernière fois que ses sombres pensées ne l'empêcheraient plus de dormir pour ce soir. Grimpant les marches tranquillement jusqu'au troisième étage du ranch, il s'était arrêté devant la porte de la chambre de son amie, lui adressant un nouveau sourire. « Dors bien Reena. » Et sur ces mots il était venu l'enlacer brièvement, simplement pour lui montrer qu'il ne serait pas loin, jamais. Il n'eut qu'à redescendre d'un étage pour rejoindre sa propre chambre. Et sa nuit fut calme, apaisée.






-FIN-




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   
Revenir en haut Aller en bas  
- I refuse to let it win -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Anthony Phelps refuse un prix de Martelly
» Obéhit moi !!! - NON Je refuse ! [Libre]
» Pourquoi refuse tu mon peu de gentillesse ?
» Le Canada refuse d'octoyer des visas à 35 entrepreneures haitiennes
» Une main tendue ça ne se refuse pas! [feat Zeus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: