The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- I refuse to let it win -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: I refuse to let it win   Sam 9 Juin 2018 - 6:52
De l'air. Elle avait besoin d'air, et tout de suite. Elle avait dévalé les escaliers depuis sa chambre jusqu'au salon, affichant un air faussement normal probablement très peu convaincant, contrairement à l'habitude. Serena ne se rendit même pas compte de qui était présent ou pas, c'était plutôt flou autour d'elle. De tout son coeur, elle espérait que le salon soit vide. La mexicaine avait traversé la porte d'entrée en trombe, celle-ci se refermant avec la même intensité d'avec laquelle on l'avait violemment ouverte. Il y avait maintenant quelques mois qu'elle était au ranch. La jeune femme se rappelait de son arrivée ici comme on se rappelle d'une blessure de guerre; dans les moindres détails. La vulnérabilité dont elle avait fait preuve lui faisait encore mal au coeur aujourd'hui. Enfin. Elle n'avait pas eu de crises depuis. Même lorsque tout le monde était malade à s'en cracher les poumons, même quand tout le groupe était sur les nerfs - sans trop en avoir l'air - au sujet d'une alliance naissante, bordel même après que ce groupe de connards vienne tout faire foirer. Elle n'avait pas cédé à la panique; à cette anxiété écrasante qui vous tort les boyaux. Non, elle s'était refusée à elle de tout son être. La brune était bien trop occupée pour lui faire de la place, au courant du dernier mois. Elle se devait d'être celle qui était en contrôle, parce que personne n'allait le faire à sa place. Ces gens venaient littéralement de tout perdre. Les leurs, l'espoir, la liberté et un bon pourcentage de chaque chose qu'ils possèdent. Si elle aussi avait été révoltée, marquée et profondément peinée par les événements, elle survivait cependant avec eux depuis peu, disons-le. Elle avait sans contredit été une des seules qui avait été capable d'y voir clair, à cet instant. Ce n'était pas le moment d'être émotive.

Ceci dit, elle s'en voulait. C'était la même histoire à chaque fois. Quelle incapable tu fais, Sere. La demoiselle n'arrivait pas à croire qu'elle n'ait pas été en mesure de faire quoi que ce soit pour prévenir les morts, l'invasion des rôdeurs et la crise qui s'était terminée en prise d'otage. Comment avait-elle pu laisser faire ça? La tête lui tournait. Le grand air ne devait-il pas lui faire du bien? Elle leva ses yeux sombres pour regarder au loin, l'espace de quelques secondes. Elle n'avait pas en plus besoin que des infectés se mettent de la partie, même s'il serait étonnant d'en voir ici. Martinez était toujours en hypervigilance, de toute façon. Même dans cet état.

Bref. Cette histoire appartenait au passé, maintenant. C'est ce qu'elle se disait. Voilà, ils n'étaient plus là et le temps était venu d'élaborer une stratégie pour répliquer. Une partie d'elle le voulait alors que son côté rationnel questionnait le pour et le contre d'une telle manoeuvre. Ils avaient semé le chaos comme on plante de vulgaires graines de légumes, et les habitants du ranch étaient bien capable d'en faire autant en voulant se venger et de payer le prix fort. Or, on lui demandait maintenant des comptes. Il fallait s'organiser, se défendre, rapatrier les otages, si c'était possible d'y rêver... Aucun plan n'était trop grand s'il était possible de l'imaginer. On lui demandait son avis, son expertise et ses idées de génie. Avoir fait partie de l'intelligence militaire, ça devait bien servir à quelque chose? Pourquoi n'avait-elle rien à proposer, à mettre à exécution? Les pensées se bousculaient sans cesse dans sa tête. Impossible de faire taire cette petite voix décourageante qui était habituellement relayée au trou. Elle qui puisait normalement dans un positivisme quasi sans fond se retrouvait enterrée sous ses propres commentaires blessants.

Elle ne leur servait donc à rien. Non seulement, elle n'avait pu rien faire lors de l'attaque; elle ne pourrait rien faire non plus ensuite. Serena avançait comme une fusée jusqu'à une lisière d'arbres, comme si elle cherchait à s'appuyer sur le tronc d'un des végétaux pour ne pas tomber. Une main sur l'écorce et l'autre sur sa hanche, sa poitrine se soulevait sans cesse à un rythme inquiétant. Pourquoi diable l'air ne voulait-il pas entrer dans ses bronches? MERDE! Mais à quoi elle jouait, là? Reena n'était pas stupide, elle savait bien qu'il fallait qu'elle réussisse à se calmer pour mieux respirer, mais elle n'y arrivait tout simplement pas. Le teint un peu pâle, l'hispanique passait nerveusement la main dans ses cheveux jusqu'à aller frapper frénétiquement le pauvre arbre, l'espace d'une minute. Un peu de sang sur les jointures, la militaire maudissait cette journée encore plus que toutes celles qu'elle avait endurée dans des déserts brûlants. Elle devait absolument reprendre le dessus; autrement, elle serait réellement inutile. Et cette idée l'obsédait littéralement.

Or, Sere faisait des efforts, fermait même les yeux pour diminuer sa fréquence respiratoire, sans succès. Il était temps qu'un miracle se produise, et vite. Quoi qu'en y réfléchissant bien, tomber dans les pommes serait assurément moins pénible que de continuer ce cauchemar éveillé. Et si quelqu'un la voyait, comme ça? Quelle honte, elle ne le tolèrerait pas. Au bord des larmes, Martinez se tenait debout, impuissante, et le simple fait d'avoir cette réflexion la faisait rager de plus belle. Le cercle vicieux de son esprit était complètement aliénant.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Lun 11 Juin 2018 - 10:47

Menant une garde aux alentours du ranch, le bouclé avait fini par s'asseoir après quelques heures sur la barricade, coudes calés sur ses genoux à fixer le vide sombre en face de lui. « C'est tellement calme... difficile à croire qu'y a quelques semaines c'était un champ de bataille hein... » avait-il lancé à Clint, adossé à ladite barrière juste à côté de lui. « Et pourtant, il suffit de voir les expressions de chacun pour comprendre » avait répondu l'aîné d'un air un peu las alors que Jesse axait simplement hoché la tête, affichant une mine un peu contrariée. Il était vrai que l'ambiance générale du camp avait nettement changé depuis qu'il était arrivé près d'un mois auparavant. Ce groupe qu'il aurait presque pu qualifier de bienheureux à son arrivée, ses membres vivant selon leurs propres règles et d'une manière aussi simple et altruiste que ce qu'ils avaient pu connaître auparavant, était désormais bien plus sombre, l'enclume de la mort semblant peser constamment sur les épaules de chacun. Et, aux yeux du blond, ce poids n'était pas qu'une image, il était directement représenté par les autres, ceux qui leur étaient tombés dessus en leur proposant un marché absolument pas équitable, qui avaient pris des vies dans leurs rangs et gardaient désormais l’entièreté du groupe sous leur coupe. La situation le révoltait, réellement, mais il serait fou de tenter quoi que ce soit pour l'instant alors, contrairement à ceux qui nourrissaient une haine constante et dévorante, il se forçait à attendre le bon moment pour entrevoir une brèche, ne canalisant sa propre rage que grâce aux entraînements de boxe auxquels il s'adonnait assez régulièrement.

Tiré de ses pensées par le râle significatif d'un décharné, le réceptionniste avait sauté au bas de la barrière, ne retenant pas un soupir las. « Je m'en occupe » avait lancé le jeune homme à son partenaire en tirant le couteau militaire de son étui. Ayant avalé la distance qui le séparait du macchabée, il lui avait assené un coup net et précis dans le crâne, ne manquant pas d'afficher une mine dégoûtée au vu du son qu'avait produit la lame en perçant la chair putréfiée du mort. « J'crois que je m'y ferai jamais vraiment » avait-il soufflé pour lui-même en secouant la tête. Bien sûr, avec le temps il avait appris à prendre sur lui, tuer pour survivre, pour protéger ceux qui lui étaient proches, mais il n'empêchait qu'il n'y prenait pas le plaisir malsain de certains et qu'il n'avait plus assez de doigts pour comptabiliser le nombre de fois où il avait dégobillé ses maigres repas. Après avoir essuyé rapidement la lame de son arme sur les vêtements du cadavre bel et bien mort, il s'en était retourné auprès de Clint. Tous deux avaient encore fait une ronde autour du ranch avant que d'autres ne viennent prendre la relève, leur permettant ainsi de rentrer pour aspirer à un repos tant attendu.

Si son corps réclamait ce repos cependant, le jeune homme choisit de ne pas rejoindre sa chambre immédiatement, préférant profiter un peu du salon bien calme en cette heure de la nuit. À peine eut-il la satisfaction de caler son derrière dans le fauteuil que du bruit se fit entendre avant qu'une silhouette ne passe en trombe dans la pièce pour sortir du bâtiment. Les sourcils froncés, le bouclé avait sans trop de mal reconnu Serena. Y avait-il un problème ? Peut-être. Se relevant sans trop tergiverser, il était à son tour ressorti, balançant un simple « j'y vais » aux deux autres qui avaient pris leur tour de garde. Et il avait avancé d'un pas pressé vers l'endroit où il discernait encore l'ombre de la brune, la perdant de vue un instant avant d'enfin l'apercevoir devant un arbre. Les environs étaient calmes, pas de quoi s'alarmer, alors pourquoi était-elle sortie aussi rapidement ? Avançant silencieusement jusqu'à arriver non loin de la jeune femme, Jesse avait jeté un coup d’œil aux alentours afin de s'assurer qu'aucun décharné ne viendrait dans la seconde. « Serena ? Tout va bien ? » avait-il demandé en s'arrêtant à une petite distance de la concernée, l'inquiétude perceptible autant dans son ton que dans son regard. S'il avait voulu s'approcher plus, une part de lui lui disait de rester prudent tant qu'il ne savait pas dans quel état elle se trouvait ; mieux valait éviter de l'effrayer et de se prendre un couteau dans le bide.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Mar 12 Juin 2018 - 6:51
Elle avait cru qu'avec le temps, la crise pourrait éventuellement s'atténuer. Et bien non. Sa poitrine se serrait toujours plus au fil des secondes. Serena avait bien l'impression, d'ailleurs, que le coeur allait lui sortir de la gorge, prêt à imploser. Elle priait pour que sa tête reprenne le dessus, souhaitant reprendre ses forces. La dureté de l'arbre derrière elle étant la seule chose qui la supportait, à cet instant. La brune aurait pu jurer que ses pieds s'enfonçaient dans le sol comme dans des sables mouvants, comme si elle ne les sentait plus du tout. C'était un supplice. Pitié, qu'on l'abatte tout de suite. Sa respiration saccadée était très certainement responsable de ses jambes engourdies; affectant négativement l'irrigation sanguine de ses membres. C'est la voix de Jesse qui interrompit le courant de ses pensées affolées. Comment l'avait-il trouvé ici? Ce qu'elle pouvait être imbécile, à force de paniquer, elle ne l'avait pas vu venir le moins du monde. Elle aurait aussi bien pu se faire prendre par un affamé ou deux et mourir de la façon la plus stupide qui soit. Bref, Sere tenta aussitôt de faire bonne figure. Elle passa une main dans son visage comme pour se ressaisir avant de répondre à sa question, lui qui se demandait, avec raison, s'il y avait un problème. Elle se noyait dans un ouragan de stress, il était bien là le problème. Sa tentative de couvrir la situation avec un masque imaginaire était bien précaire.

Elle hocha d'abord nerveusement la tête pour faire signe que oui, tout allait bien. Puis, en posant ses yeux sombres dans les siens, encore plus noirs, elle réalisa bien qu'elle ne pouvait pas lui mentir, pas à lui. De toute façon, il n'était pas con. Le bouclé devait bien voir qu'elle était en train de sauter un câble. Des larmes au coin de son oeil voulait perler, mais Reena les ravala. Elle souffla une grande expiration, dans une énième tentative de se calmer, avant de finalement secouer la tête de l'autre sens, indiquant que non, rien n'allait. La militaire se laissa d'ailleurs glisser le long du tronc jusqu'au sol et se prit la tête entre ses mains tremblantes. Elle avait besoin de lui parler. Pour une raison qu'elle ignorait encore, Sere s'était toujours vu en lui. Comme s'ils avaient tous les deux appris à livrer ce même combat pour faire face à leurs démons, quand ils s'invitaient dans leur esprit. Elle reconnaissait ce mécanisme. La mexicaine se souvenait de son arrivée au ranch. Après les événements troublants qu'ils avaient enduré, il avait été comme un baume sur leurs blessures. Il projetait une telle douceur - réelle ou pas. À côté de lui, elle avait l'air d'une méchante sorcière tout droit sortie de Disney.

Sa fierté en prenait un coup, et elle se dit qu'elle devrait bien dire quelque chose. Or, les mots ne sortaient pas. Et pour dire quoi, de toute façon? Pétrifiée qu'il lui renvoie l'image qu'il voyait, elle articula enfin quelques mots, la voix enrouée d'avoir tellement retenu ses larmes. "J'arrive pas... à respirer." C'était tout ce qu'elle avait pu sortir, et même si c'était la vérité, ça ne voulait rien dire. Complètement démunie, l'assurance qu'elle dégageait habituellement devait bien être six pieds sous terre. Serena ne savait pas si sa respiration toujours affreusement rapide lui permettrait de dire quoi que ce soit d'autre, mais elle essaya quand même, fixant le vide.

"Qu'est-ce qui se passera si on ne trouve pas de solution, Jesse? Il se passera quoi si..." Elle était épuisée de souffler si fort et si vite. On aurait dit qu'elle avait besoin soit qu'on lui apprenne de nouveau comment respirer, soit d'une bonne gifle. "Il faut faire quelque chose, et je n'arrive pas à trouver, je n'arrive pas à savoir quoi faire, d'habitude je... Je, dois trouver une façon, une façon brillante de nous venger." Son discours totalement décousu traduisait bien ses inquiétudes. "J'arrive à rien." répéta la demoiselle, traduisant ce sentiment d'urgence si accablant. Un tel poids sur ses épaules semblait trop dur à supporter. Et la brune était du genre à exiger qu'elle soit à la hauteur. Mais voilà, tout ce qu'elle souhaitait maintenant, c'était de disparaître. Tout semblait trop difficile. C'était, bien entendu, l'anxiété qui parlait. En temps normal, aucune faille ne laisserait paraître cet aspect de la jeune femme. Il arrivait pourtant, comme en cette nuit fraîche, que le vase déborde, sans crier gare.

Irritée de ses paroles et de ses agissements, elle tenta de se recroqueviller sur elle-même, mais sa respiration déjà difficile ne le permettait pas. Elle envoya deux ou trois fois cogner sa tête vers l'arrière, contre le tronc de l'arbre, complètement prise au dépourvu. Reena ferma les yeux, ne voyant plus clair. Faites que ça cesse, se disait-elle sans arrêt, sentant qu'elle allait bientôt perdre la carte pour de bon. La réalité semblait totalement déformée et son esprit s'en trouvait réellement troublé. Elle ouvrit de nouveau les yeux, complètement absente, cherchant un peu de réconfort dans le regard de son ami.




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Ven 15 Juin 2018 - 15:26

Ainsi face à Serena, Jesse attendait qu'elle réponde à sa question, une inquiétude clairement perceptible dans son regard sombre. Il n'avait pour l'instant pas osé approcher plus, autant pour éviter de s'en prendre une que pour laisser à la brune l'espace vital dont elle avait peut-être besoin au vu de son expression à la fois apeurée et paniquée. Il cru y déceler également une pointe de contrariété sans doute née directement de sa venue. Peut-être aurait-il dû la laisser seule et simplement attendre à l'intérieur qu'elle revienne, mais ç'avait été plus fort que lui, en l'ayant vue débouler ainsi dans le salon, il n'avait pu se résigner à la suivre autant parce-qu'il s'en faisait pour elle que pour lui éviter de tomber sur des décharnés qu'elle ne pourrait peut-être pas gérer seule en fonction de leur nombre. Le hochement de tête de la militaire qui tentait de lui faire comprendre que tout allait bien lui fit seulement arquer un sourcil, témoignant ainsi à la jeune femme qu'il n'était pas dupe. Mais qui était-il seulement pour la juger ? N'était-il pas le premier à sourire et affirmer à tout va que tout allait pour le mieux dans son petit monde ? Bien sûr que si. La vérité était qu'il s'enfermait constamment dans une tour d'ivoire qui, de son point de vue, ressemblait bien plus à une prison qu'il pourrait s'imager dans des abysses sombres. Mais faire comme si avait toujours été plus simple qu'avoir à justifier quoi que ce soit, aussi, il ne demanda rien de plus à Serena.

Jusqu'à ce qu'elle ne secoue la tête dans le sens inverse, signifiant alors que non, ça n'allait pas. Et à la manière dont elle se laissa glisser contre le tronc d'arbre, ça n'allait même pas du tout. Inspirant profondément en se sentant toujours plus inquiet, Jess s'était approché un peu pour s'asseoir à son tour contre le tronc, juste à côté d'elle. Il avait calé sa tête contre l'arbre, la tournant vers elle lorsqu'elle prit la parole d'une voix enrouée et difficilement perceptible. Heureusement, il était suffisamment proche pour comprendre. « Essaye de respirer calmement » avait-il lancé sur un ton également calme, se doutant bien que ce qu'il lui conseillait était bien plus simple à dire qu'à faire. Serena reprit cependant, son souffle toujours aussi court, et autant dire que ses paroles firent rapidement comprendre au bouclé ce qui avait pu la mettre dans cet état. Elle se faisait du soucis pour l'avenir du groupe, pour elle, pour tout ce qui pourrait arriver maintenant qu'ils étaient tous sous la coupe des autres. A la suite de ses mots, Jesse avait secoué la tête, comme s'il désapprouvait ce qu'elle disait. « T'as pas à tout porter sur tes épaules comme ça, Reena, et il est encore trop tôt pour envisager une réelle solution mais on trouvera un moyen » avait-il répondu en fixant l'ombre imposante du ranch plus en avant. Malgré ses bonnes paroles, il ne pouvait s'empêcher lui aussi de se poser toutes ces questions, de se demander à quoi ressemblerait demain, ou la semaine prochaine, maintenant qu'ils n'étaient plus libres de vivre leur vie comme bon leur semblait. C'était comme une épée de Damoclès qui attendait sagement juste au dessus de leurs têtes. Un seul faux pas et tout serait terminé. Mais comme toujours, le blond gardait ses inquiétudes bien à l'intérieur, se raccrochant farouchement à ce masque qui l'empêchait de perdre totalement pied. Serena était-elle entrain de perdre pied ? Ça y ressemblait, mais il ne le lui autoriserait pas même si, au fond, il n'avait aucune légitimé à lui ordonner quoi que ce soit.

Lorsque la jeune femme se mit à cogner sa tête contre le tronc de l'arbre, le réceptionniste avait reporté son attention sur elle, la fixant de ce regard sombre qui était pourtant réellement expressif. L'inquiétude, la compréhension, la compassion également, mais pas de pitié. Alors que les prunelles de la concernée croisaient les siennes, il lui adressa un petit sourire qui n'avait rien de moqueur, au contraire, il ressemblait plutôt à un sourire de soutien. Et pourtant le regard de Serena restait vide, comme si elle était absente, déconnectée de la réalité. Pour se protéger ? Peut-être, peut-être pas. Machinalement, le blond avait levé la main pour prendre doucement celle de son amie, la serrant légèrement afin d'essayer de la calmer un peu sans la quitter des yeux. « Tu sais, personne va t'reprocher de pas trouver de solution là, maintenant, ni même dans les jours qui viennent » avait-il commencé en reportant son attention sur l'obscurité en face d'eux avant de soupirer brièvement. « Ces types... ils ont pas encore compris qu'ils s'en sont pris à un groupe bien plus futé et soudé que ce qu'ils pensent, et quand ils le comprendront ce sera trop tard pour eux. » Etait-il persuadé par ses propre paroles ? Qu'à moitié à dire vrai mais qu'importait, la sincérité qu'il mettait dans son ton laisserait bien entendre à la jeune femme qu'il y croyait dur comme fer. « Et t'as pas à t'en vouloir de craquer de temps en temps, t'as pas besoin d'être forte tout l'temps. » A ces mots, il avait à nouveau tourné la tête vers elle, lui adressant une nouvelle fois un sourire qui se voulait rassurant. Il ne la jugerait pas le moins du monde mais, tout au fond, il ne pouvait empêcher l'inquiétude d'être bien présente, accompagnée d'un léger trouble quant à voir celle qu'il pensait si forte d'un seul coup si démunie. À croire qu'il n'était pas le seul à avoir des choses à cacher.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Dim 17 Juin 2018 - 23:56
Jesse avait certainement les meilleures intentions du monde en lui disant de calmer sa respiration, mais voilà, elle n'y arrivait tout simplement pas. Si son ton apaisant la rassurait un brin, la brune devait toujours fournir autant d'efforts pour que la situation ne s'envenime encore plus. Les yeux inquiets de son ami la désolait, ajoutant un peu à la culpabilité qu'elle ressentait déjà. Mais il était là; elle sentait ses épaules aux côtés des siennes, et cette sensation la ramenait pas à pas vers la réalité, l'aidant doucement à s'éloigner ce cauchemar éveillé. À ses paroles agitées, le bouclé avait désapprouvé ses dires, prétextant qu'elle en avait trop lourd sur le dos, qu'ils allaient trouver un moyen. Vraiment? Parce qu'elle avait déjà explorer bien des avenues, dans son esprit. Et la militaire était coincée dans cette phase de préparation qui précède toute action posée de façon intelligente. Sans pouvoir avancer. Elle n'osait pas assumer les risques impliqués dans chaque scénario qu'elle avait pu imaginer. Sere était incapable de lui répondre et avait seulement suivi le regard du blond vers le ranch, notant bien que, malgré tout, lui aussi se posait plusieurs questions. Pouvait-on le blâmer? Bien sûr que non. C'était drainant de vivre ainsi. Comme si leur vie était sur la glace, tout d'un coup. Comme si seul le battement d'aile d'un oiseau risquait de toute faire chavirer. Et c'était en grande partie l'explication derrière cette crise; la mexicaine n'était pas en contrôle, loin de là.

Il souriait encore, comme à l'habitude. Reena le connaissait assez pour savoir qu'il n'y avait aucun jugement derrière sa moue, simplement une empathie sans limite. Elle puisa un peu de force dans cette tentative de lui démontrer son soutien, pas assez pour lui rendre son joli sourire, mais quand même. La demoiselle était particulièrement contente qu'il soit là. Lui, et pas un autre. Elle avait l'impression qu'il comprenait mieux que quiconque. Elle aurait même parié qu'il avait déjà ressenti cette pression dont elle parlait quelques instants plus tôt. Cette obligation qu'elle croyait avoir, d'être celle qui était assez forte pour faire partie de la solution. Et c'était parfois si étouffant. Justement, Jesse s'était emparé de sa main, croisant ses doigts avec les siens. La jeune femme tourna la tête vers lui et n'attendit pas pour serrer sa paume en retour, comme un nouveau-né qui s'accroche par réflexe aux phalanges de sa mère. Sere ramena leurs deux mains collées sur ses genoux, repliés contre elle, avant de poser l'oreille sur son épaule. C'est en synchronisant sa respiration à la sienne qu'elle pu enfin ralentir le rythme effréné auquel se soulevait sa cage thoracique. Une sensation de soulagement irradia alors dans chacun de ses muscles auparavant tellement crispés.

Son esprit s'affolait de moins en moins, surtout en écoutant ce que le bouclé lui disait. Il lui assurait que personne ne la blâmerait pour ne pas avoir de plan dans l'immédiat. Elle voulait bien le croire, mais elle-même se reprochait tant de choses, parfois. "Elena et Ashley comptent sur moi. Elles me font confiance. Je leur dois tellement, et je veux les voir payer moi aussi ces connards, crois-moi..." Elle parlait évidemment des troupes d'American Dream et des militaires de l'île. "Mais je veux que ce soit fait dans les règles de l'art. Pour elles. Pour nous. Pour tout le monde ici..." avait-elle ajoutée, soucieuse de la sécurité des siens, ayant encore un peu de difficulté à souffler correctement. "Et je sais qu'il faudra être patient." spécifia-t-elle plus pour elle que pour lui. Jesse avait continué et semblait croire sincèrement que le groupe qui les avait attaqué ne savaient pas à qui ils avaient affaire. Peut-être, mais ils ne savaient rien d'eux non plus, mis à part le fait qu'ils étaient - aussi désolant que ce soit de l'admettre - bien motivé à les avoir sous leur joug. Intriguée par la façon dont il venait de parler de leurs ennemis avec une certaine assurance, la militaire ne pu s'empêcher de prendre la parole de nouveau. "Ils sont dangereux, Jesse. Faut se méfier." lança-t-elle pour lui signifier qu'il ne s'agissait pas d'être futé et uni pour renverser la vapeur. D'où l'inquiétude de la jeune femme quant à la solution parfaite, si elle existait, pour les démonter un à un, ces enfoirés. "Ce sera pas simple." renchéri-t-elle tout bas, même si elle se doutait qu'il le savait trop bien. Elle ne disait pas ça d'un air résigné, elle était seulement rationnelle, comme toujours. Ses yeux avaient au moins retrouvé graduellement un peu de la motivation qui la caractérisait habituellement.

C'est la dernière phrase du blond qui lui laissa un goût amer en bouche. Elle redressa la tête et décolla le dos de l'arbre pour s'asseoir en indien, n'ayant pas le courage de le regarder tout de suite. Elle n'avait pas besoin de ses yeux pour comprendre ses préoccupations à son sujet et le malaise qu'il éprouvait de la voir dans cet état. Elle avait habituée les autres à une certaine image et Jesse n'y faisait pas exception. La militaire avait bâti une façade, avec le temps, qui l'empêchait de sombrer. Il suffisait de s'appuyer sur cette image et y être fidèle, n'était-ce pas simple? Si Reena avait libéré la ceinture scapulaire du jeune homme, elle n'avait cependant pas lâché sa main. La brune laissa échapper un long soupir, changeant des souffles saccadés des dernières minutes. ll avait raison; elle avait craqué. Et elle s'en voulait. Le seul fait d'y réfléchir plus longuement aurait pu la faire replonger dans la panique, mais il lui assurait qu'elle n'avait pas besoin d'être forte, tout le temps.

Elle posa son regard noisette sur lui, souriant finalement parce que malgré le fait que cette phrase la terrorisait, elle faisait du bien à entendre. Et la mexicaine était reconnaissante qu'il ose lui dire une telle chose sans tabou. En revanche, elle n'était pas convaincue que c'était vrai. "J'ai l'impression que si." dit-elle honnêtement. "Que je dois être à la hauteur, pour eux." Serena laissa le silence s'installer pendant de longues secondes, sans pour autant qu'elle se sente inconfortable. Plongée dans sa tête, elle regardait au loin, l'air sérieux. Elle ouvrit la bouche avant de se raviser. Martinez lâcha finalement la main de son ami, en douceur, pour replacer ses cheveux derrière son oreille et parla ensuite, se disant qu'elle avait assez confiance pour s'exprimer librement. Il méritait aussi des explications, après l'avoir vu ainsi. "T'as jamais ce sentiment de devoir..." Elle ne savait pas comment formuler sa question, ne sachant pas ce qui ferait du sens ou pas pour Jesse. "De devoir cacher certains aspects de ta personnalité. Pour le mieux d'autrui? Une militaire anxieuse, ça ne sonne pas très glorieux, tu vois..." souffla-t-elle en riant à moitié. "Ce n'est pas nécessairement mentir... Et puis, du coup, c'est un peu plus facile, ensuite." Son calme tranchait d'avec le stress qui émanait de son corps juste avant, et c'était tant mieux.




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1412
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Ven 29 Juin 2018 - 18:33

Laissant la jeune femme ramener leurs mains serrées sur ses genoux et déposer sa tête sur son épaule, le blond n'avait pas bougé, lui expliquant simplement son point de vue en regardant toujours le ranch face à eux. Au fond, il se fichait pas mal que quelqu'un puisse les trouver là tout seuls planqués contre un arbre, ni même que ce quelqu'un puisse trouver cela louche. Son but premier était pour l'instant de calmer l'état de panique de son amie et lui montrer qu'elle n'était pas toute seule et qu'elle n'avait pas à porter tous ces poids sur ses seules épaules. Au fur et à mesure, il eut le sentiment que la respiration de la brune se faisait moins agitée mais le tout n'était pas gagnée, il le savait. Il fallait du temps pour que la panique s'en aille réellement et, pour l'instant, elle n'attendait que de s'immiscer à nouveau dans tout le corps encore tendu de Serena. Mieux valait donc ne rien brusquer, parler calmement et lui laisser le temps de reprendre ses esprits et le contrôle de sa personne.

La militaire prit enfin la parole, parlant de la confiance que lui portaient Ashley et Elena. C'était également un poids considérable qui ne devait pas lui permettre de réellement souffler mais comment aurait-il pu en être autrement ? Honorer la confiance de ceux qui comptaient sur vous était plus qu'important, et de par ces mots, Jess comprit que ça l'était en tous cas pour sa cadette. Il ne doutait cependant pas que malgré la confiance de leurs deux leaders, elles étaient pertinemment conscientes que leur vengeance ou même une tentative quelconque de se tirer de l'emprise des autres ne pouvait pas être faite aussi simplement. En un sens, Serena se jetait probablement la pierre toute seule, mais le bouclé ne pouvait la blâmer pour cela, se reconnaissant un peu trop à son goût dans tous ses mots qu'elle avançait et son état de réelle panique. Il avait néanmoins hoché la tête lorsqu'elle avançait le fait que ces enfoirés étaient dangereux, qu'il fallait se méfier. « Je sais » avait-il soufflé en croisant un bref instant son regard, n'affichant cette fois-ci pas de sourire. Seule la gravité de la situation était perceptible au fond de ses prunelles rendues encore plus sombre par l'obscurité qui les enveloppait.

Lorsque finalement il lui parla d'une sorte de lâcher prise, d'accepter de ne pouvoir être forte constamment, elle avait réagi, le poussant à la suivre du regard. S'il s'était attendu à ce qu'elle lâche sa main il n'en fut rien et elle la garda dans la sienne. Serrant encore un peu sa prise sur ses doigts pour bien lui faire comprendre qu'il était sincère et qu'il ne la jugerait en rien si elle tombait de temps en temps, plus encore, qu'il serait la pour l'aider à se relever, le réceptionniste avait souri légèrement quand enfin elle tourna la tête vers lui. À ses mots cependant, il ne put s'empêcher de pincer les lèvres en une mine un peu contrarié bien qu'il comprenait parfaitement où elle voulait en venir et ce qu'elle devait ressentir. Ou du moins il avait l'impression de le comprendre parce-qu'après tout, personne ne pouvait savoir réellement ce que ressentait ses pairs. Jesse avait alors hoché la tête, soufflant un « je comprends » relativement sérieux, bien différent du ton enjoué qu'il pouvait prendre d'habitude.

Ayant récupéré sa main, il s'était calé un peu mieux contre l'arbre, déposant ses avants-bras sur ses genoux relevés en se remettant à fixer l'horizon en face d'eux. La silhouette du ranch était presque inquiétante comme ça, et pourtant le blond s'y sentait bien, bien mieux que lorsqu'il errait dehors, seul. La voix de son amie le tira à nouveau de ses pensées, lui faisant reporter son attention sur elle en se montrant à nouveau attentif. Devoir cacher certains aspects de ta personnalité. A ces mots, il dégluti difficilement, son sourire habituel définitivement disparu de son visage et ses prunelles encore plus sombre. Étrangement, aucun rire ne fit écho à celui pourtant bien bref de la jeune femme. Seul le silence régnait lorsqu'elle termina son questionnement. Laissant retomber l'arrière de son crâne contre le tronc de l'arbre, Jesse soupira légèrement en fermant finalement les yeux, croisant ses propres mains comme pour ne laisser entrevoir aucun trouble.

« Tout le temps » avait-il finalement soufflé en réponse à la question de la brune. À dire vrai, il se sentait tout d'un coup dans une situation réellement inconfortable, ayant le sale sentiment de se voir dans un miroir, de se reconnaître dans les paroles de la militaire. Et jamais depuis son arrivée ici il n'avait ne serait-ce que laissé sous-entendre qu'il portait un quelconque masque, qu'il n'était pas vraiment celui qu'il montrait aux autres. Alors le suggérer de la sorte... c'était compliqué, beaucoup trop, et la crainte de laisser quelqu'un entrevoir ce fait était bien présente dans son être. Mais il jugeait plus correct de ne pas mentir à Serena. Pas après ce qu'elle avait elle-même avoué. Elle ne le jugerait pas, du moins l'espérait-il, même s'il y avait une grande différence entre savoir qu'il portait un quelconque masque et le voir réellement entrer dans cette colère monstrueuse lorsqu'il perdait pied. « Mais c'est plus facile, comme tu dis » avait-il ajouté d'une voix toujours relativement morne, rouvrant enfin les yeux pour les planter dans les siens, lui adressant cette fois-ci un sourire presque gêné.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pistolet semi-automatique SIG Sauer P320, tournevis et tisonnier en fer
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 03/06/2018
Messages : 192
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   Dim 1 Juil 2018 - 2:29
La militaire voyait bien que la bonne humeur habituelle de son ami disparaissait à chaque seconde qui passait. Elle s'envolait en fumée, même. Et ça la tuait parce qu'elle avait simplement l'impression d'avoir envoyé toute son anxiété sur lui, d'un seul coup. Comme si elle l'avait drainé de son énergie lumineuse à laquelle il avait habitué les habitants du ranch. Elle avait posé son regard sur lui, détaillant ses traits, jurant presque voir l'enfer dans ses pupilles. Le silence qui régnait après ses dernières paroles ne la rendait pas mal à l'aise, en revanche, il était évident qu'il était pesant pour Jesse. Elle le voyait bien soupirer, fermant même les yeux en croisant ses doigts comme une réponse à cet inconfort. La brune ne s'attendait à aucune parole de sa part, persuadée d'avoir posé la question de trop, inconsciemment. Son tout le temps la laissa donc relativement surprise, surtout qu'il semblait lui avouer, tout bonnement, qu'il faisait un peu la même chose qu'elle, en réalité. Bien entendu, dans quelle mesure, ça, elle n'en savait rien.

Elle retrouva enfin ses yeux quand il ajouta que c'était en effet plus facile de ne pas dévoiler certaines choses. La demoiselle trouvait sa voix alarmante, aussi elle décida de bouger un peu pour décoller le dos de l'arbre. Serena prit place devant lui, croisant les jambes en raclant sans le vouloir un peu de terre, cherchant son regard qu'elle retrouva aussitôt. Et elle le soutenait, son regard. Elle tenait à lui signifier sans même parler qu'elle n'allait certainement pas le juger de simplement affirmer qui il était. D'avoir été honnête avec elle. Peu importait ce qu'il pouvait lui confesser ou pas, jamais elle ne serait capable de lui reprocher quoi que ce soit. Pas après cette nuit.

Sere ne voulait pas insister, de peur de le brusquer. Après tout, c'était exactement ce qu'il venait tout juste de faire alors qu'elle était en pleine crise. Si elle souhaitait en savoir plus à son sujet, ce n'était en rien de la curiosité mal placée, simplement une réelle inquiétude. Elle ne l'avait jamais - au grand jamais - vu comme elle le voyait en ce moment. Et même s'il était vrai qu'ils ne se connaissaient pas depuis si longtemps, au fond, c'était suffisant pour qu'elle se rende compte que quelque chose clochait. Elle décida donc de combler ce silence afin de libérer un peu Jess, son sourire gêné lui indiquant qu'il ne tolérait pas du tout cette situation. S'il en savait un peu plus sur elle, peut-être qu'il pourrait réaliser qu'il n'était pas seul à avoir des faiblesses. Tout le monde en avait, après tout.

"Tu sais, quand j'étais plus petite, les gens disaient tous que j'serais bonne à rien. Une mexicaine au Texas, c'était comme si j'étais prédestinée à être un échec. Une pute, une décrocheuse, une trafiquante de drogue même, rien de plus." avait-elle lancé en fixant un peu le sol en dessous d'elle, ne mâchant pas ses mots. "Alors j'ai pas eu le choix de bâtir une armure... de porter un masque. Fallait pas leur montrer que ça m'affectait. C'était tellement plus simple. Et j'ai fait exactement la même chose quand ma mère est morte. Chacun cache un peu quelque chose, tu sais." Une longue pause modula son récit, alors qu'elle était inondé de souvenirs de sa famille au complet, soudainement. Mais elle ne voulait pas s'y attarder. Son éternel réflexe se pointait le bout du nez, comme toujours, même lorsqu'elle parlait justement de cette foutue habitude qu'elle avait de monter les barricades autour de son petit coeur dès qu'une pointe d'émotion ramenait ses fesses. Enfin.

Serena pencha donc la tête afin d'être bien certaine de capter ses prunelles sombres, saisissant ses chevilles au passage pour démontrer l'importance qu'elle accordait à ce qu'elle allait lui dire ensuite. "Et c'est okay. C'est comme ça qu'on survit, Jesse. C'est comme ça qu'on reste debout, malgré tout." Évidemment que ce n'était pas toujours facile. Que clairement, comme elle venait de le faire ce soir, ils pouvaient craquer sous la pression trop forte - lui autant qu'elle. Mais que pouvaient-ils faire d'autre? Elle tenta de lui sourire un peu, se voulant rassurante même si elle avait comme l'impression que son esprit était profondément tourmenté. Que tout ce qu'elle pourrait dire ne le soulagerait pas. La militaire n'arrivait plus trop à déchiffrer ce qui pouvait se dérouler dans la tête du bouclé.




The only thing that is constant is change
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: I refuse to let it win   
Revenir en haut Aller en bas  
- I refuse to let it win -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Anthony Phelps refuse un prix de Martelly
» Obéhit moi !!! - NON Je refuse ! [Libre]
» Pourquoi refuse tu mon peu de gentillesse ?
» Le Canada refuse d'octoyer des visas à 35 entrepreneures haitiennes
» Une main tendue ça ne se refuse pas! [feat Zeus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: