The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Make me strong or let me die -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2398
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Dim 22 Juil 2018 - 17:09

La main toujours posée sur son genou, Davis ne quittait pas son amie de ses prunelles claires, réellement inquiet quant à la suite des événements. Si cette inquiétude lui était quasiment étrangère elle n'en n'était pas moins réelle et il le savait, elle ne ferait que grandir tant que la brune serait au District, tant qu'il ne pourrait la savoir en sécurité, garder les yeux sur elle pour s'assurer qu'il ne lui arrive rien. Sentant la main de l'escort se poser sur la sienne, un bref sourire étira ses lèvres alors qu'il hochait la tête à la promesse qui fila entre les lèvres de sa cadette. Bien sûr, les promesses n'étaient rien dans ce monde, tout comme dans l'ancien, elles pouvaient être brisées en un battement de cil, mais savoir qu'elle ferait son maximum pour l'honorer était suffisant à ses yeux. Le fait qu'elle l'appelle d'ailleurs par son prénom complet et non par son prénom prouvait d'ailleurs le sérieux de cette promesse.

Serrant encore un peu les doigts dans les siens, il avait retiré sa main pour la passer dans ses cheveux, secouant la tête en soufflant d'un air amusé aux nouveaux propos de la canadienne. « Joue pas sur les sentiments Joe » avait-il rétorqué sur un ton légèrement amusé, sachant pertinemment que s'il était prêt à la suivre, ne serait-ce que pour l'épauler, il ne pourrait laisser derrière lui le labo et serait une vraie plaie, encore pire que d'habitude. Lorsque la brune repris la parole cependant, son air déridé se fit bien plus sérieux, presque perdu. Il se doutait bien qu'il n'était pas ''n'importe qui'' pour elle, mais l'entendre le dire aussi sérieusement, avançant même qu'il n'en percevait pas une infirme part, le décontenança réellement. Évidemment qu'il ne pouvait en percevoir l'intensité, pas avec son incapacité à la sociabilisation et la compréhension des sentiments de ses pairs voire même des siens, mais le fait qu'elle lui dise de la sorte lui fit prendre conscience qu'il y avait quelqu'un ici, quelqu'un d'autre que sa jumelle, qui se souciait réellement de lui et l'appréciait malgré son caractère ô combien agaçant et supérieur. Incapable de la quitter des yeux, il affichait l'air un peu perturbé de celui qui ne savait pas vraiment où se mettre ni quoi répondre. Devait-il répondre qu'il tenait à elle ? Elle le savait déjà, ne serait-ce que parce-qu'il l'avait accepté dans son cercle proche et qu'il lui accordait les regards inquiets et protecteurs auxquels personne d'autre n'avait droit.

Déglutissant difficilement, il avait hoché la tête avant de froncer les sourcils au sujet des soirées pyjama. La remarque le fit cependant rapidement rire et il ne pouvait que la remercier silencieusement de détendre un peu cette conversation trop sérieuse et déroutante pour lui. « Je tâcherai de te garder quelques disponibilités dans ce cas » avait-il répondu sur un ton exagérément condescendant, reprenant à son tour une gorgée de son verre. À bien y penser, la situation dans laquelle ils se trouvaient actuellement n'était clairement pas celle qu'il aurait pu envisager au départ. Après tout, tout avait débuté par une simple coucherie, comme il en avait eu d'autres, tellement qu'il ne les comptait même plus. Totalement incapable de se caser ou s'attacher à qui que ce soit, la vie du virologue n'avait été faite que de rencontres d'un soir, une vie de débauche où personne n'avait jamais eu de place particulière. Et finalement il avait fini par apprendre à l'apprécier, s'attacher, jusqu'à pouvoir la considérer comme une amie. Plus que cela même, sans qu'il n'y ait pour autant d'ambiguïté.

Il reporta son attention sur elle à ses nouveaux mots, affichant à nouveau un air relativement neutre, presque tendu. Pouvait-il vraiment lui demander ce qu'il souhaitait ? Sans risquer de faire remonter en elle des souvenirs difficiles ? Probablement pas, mais elle saurait l'envoyer bouler si le sujet ne lui convenait pas, tout en sachant qu'il ne s'en formaliserait pas le moins du monde et ne s'en vexerait pas. Inspirant profondément, le brun s'était penché en avant pour récupérer la petite boîte sur la table basse, en tirant un joint qu'il alluma tout en tirant une grande bouffée. Après quelques secondes, ses orbes glacés se reportèrent sur la Canadienne. « Pourquoi tu ne m'as rien dit au sujet de ton ex-mari ? » Parce-qu'il n'avait pas oublié son aveu lorsque le corps de Swann avait été rapatrié sur lui. Sa question n'avait cependant rien d'un reproche, elle ne lui devait rien tout comme il n'avait aucun compte à lui rendre. Aussi, il jugea bon d'ajouter : « Je veux dire, ça a dû être difficile pour toi de le voir ici... Et même en étant entourée, ça a dû faire remonter de sales souvenirs. » Une manière de lui faire comprendre que s'il demandait cela, c'était réellement parce-qu'il se souciait de la manière dont elle avait pu vivre les choses, mais aussi de ce qu'avait été sa vie avant. Au fond, il ne se vexait absolument pas qu'elle ne lui ait rien dit, Blackmore avait été là pour la soutenir au moment opportun et c'était tout ce qui comptait, qu'elle n'ait pas été seule, mais maintenant que l'étudiant n'était plus, Davis jugeait bon d'avoir toutes les cartes en mains pour pouvoir l'épauler et lui montrer qu'elle n'était pas seule, même maintenant qu'elle avait perdu cet être si cher à ses yeux.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1256
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Sam 4 Aoû 2018 - 19:23
Make me strong or let me die.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Lui garder quelques dispo, elle ne put que sourire derrière le rebord de son verre. La douleur s'estompait à coup d'alcool et de discussions. C'était là certes, ça le serait encore longtemps et certainement jusqu'à ce qu'elle crève elle même, et dans son crâne elle ne finirait pas les cheveux gris, les rides creusées, devant un feu de cheminé avec une claque de chats en guise de compagnons non, elle mourrait jeune, certainement même. Cependant elle n'en pipa mot, préférant lover son regard brun dans celui plus clair de l'homme sur lequel elle pouvait compter à toute heure du jour où de la nuit, puis mordit sa lèvre quand il la questionna au sujet de Mark.

Pourquoi n'avait-elle rien dit ? Parce que c'était accepter ses faiblesses, potentiellement lire de la pitié dans le regard de ceux à qui elle aurait pu livrer son histoire, ses maux, un jugement. A l'heure actuelle, et depuis qu'elle avait dû coller les pieds dans le fort, on l'aimait ou pas pour ce qu'elle représentait, la femme qu'elle était devenue par la force des choses, imaginer qu'on puisse l'apprécier pour ce qu'elle avait été, une pauvre faiblarde battue et abusée par un putain de con pervers et parano, ce n'était qu'une sale connerie, une vaste connerie même. Reposant son verre, Joe inspira et passa une main dans ses cheveux humides. Rence avait droit de savoir, de tous ceux qu'elle comptait encore auprès d'elle, il était sans doute celui qui la comprenait le mieux. Y avait bien Donnie mais avec lui, d'une la situation était plutôt tendue depuis qu'elle lui avait imprimé les phalanges dans la gueule, de deux, ils s'envoyaient bien plus de conneries à la poire qu'ils ne parlaient posément. Les yeux rivés aux volutes blanches qui quittaient les lèvres du scientifique, Joann réfléchit une minute, ou, deux, jusqu'à se rappeler qu'elle n'était pas face à n'importe qui, elle pourrait bien être cash qu'il s'en formaliserait pas.

- Parce que t'parler d'un sale connard parano, violent et pervers aurait été comme lui donner d'l'importance. Sourit-elle, amère malgré tout. Il pouvait déceler ce qu'il y avait à déceler là dessous. Les mots parlaient suffisamment nettement pour qu'elle n'ait à décrire les détails sordide du fiasco qu'avait été cette putain d'union merdique. J'étais jeune, mon père était d'jà mort d'puis quelques années, ma mère s'en sortait pas, elle devait faire des « extras », Mimant des guillemets sur le mot, là encore Davis pourrait y voir l'ampleur de la chose. dans l'club où elle taffait en tant qu'serveuse. J'suis tombée sur lui, l'genre de mec que tu trouves cool, mais qui l'est pas, pas l'gendre idéal, j'ai quitté ma mère je lui ai dit oui et ensuite.... Revers de médaille. Si un rictus fila ses lèvres, Joann le ravala avant de reprendre sur la deuxième question que Lawrence lui avait posé. J'm'attendais pas à l'voir, surtout qu'cet enfoiré a bien joué l'jeu de J'te connais pas. Quand il m'est tombé dessus, on avait pas prévu les choses comme elles se sont passées, on.... enfin c'était bien plus projeté qu'ça.

Ils avaient prévu de le tuer, du moins de le faire buter, et là encore elle n'avait pas besoin de faire un dessin à son ami. Tout ce qu'elle espérait c'était qu'il la repousse pas, qu'il voit pas en elle une pauvre dingue assoiffée de sang. Il devait donc forcément comprendre qu'elle lui ait rien dit. Pas parce qu'il était simplement influant dans le camp, mais parce qu'elle avait eu peur pour Swann avant toute chose.

- J'pourrais postuler, si c'truc existait encore, pour la vie d'merde... Faudrait juste qu'je me batte avec Floyd pour avoir la palme. Là encore, elle se doutait bien que l'existence du militaire avait pas été grandiose, mais elle lui avait jamais vraiment parlé de ça. Entre eux ça charriait, ça se cherchait sans jamais rien faire, c'était que du jeu et rien d'autre. 'Fin, c'du passé, comme le reste. Souffla-t-elle en dégageant une larme désireuse de rouler contre sa joue.

[...]

04/08/2018

Finalement elle n'avait peut-être pas obtenu ce qu'elle était partie chercher là bas, juste de vagues infos, juste une faible petite emprise sur une gamine que Floyd l'avait prévenu de pas trop secouer. Joann s'y était tenue, et sa relation avec le militaire c'en était apaisée, tout comme son cœur semblait s'être libéré des poids accumulés ici, avant de partir. Enfin, ça c'était la théorie, car la putain de pratique était bien différente. Casey avait tenu son rôle, la maison était impeccable, mais vide..... Et pas uniquement vide de la présence de l'étudiant, mais tout autant de celle de l'asperge. Joy était morte. Voilà ce qu'on lui avait balancé comme info à peine avait-elle foulé le seuil, accompagnée de Jenna, de l'enceinte. Son cœur s'était serré, pas comme pour lui, jamais il ne se serrait autant que pour lui, mais même si les deux filles avaient dû mal à s'encadrer, finalement la grande blonde méritait pas ça..... Cependant, en tirant sa révérence, elle lui avait aussi bien légué la baraque ses affaires, que le parasite blond qui se tenait dans le sofa devant elle, la mine basse, depuis que la gynéco du campement était venue lui ramener.

- Putain.... Soupira-t-elle, le voyant là, incapable de parler encore, les yeux vides, ses doigts miniatures à fourrager la fourrure de Judas qui s'était couché, la tête contre ses jambes maigrelettes, dans le sofa à ses côtés.

Qu'est-ce qu'elle allait foutre d'un gamin ? Un ex cannibale, orphelin ? La bridé lui avait bien dit qu'elle pouvait le garder encore quelques jours mais étrangement la Canadienne avait refusé, et ce même si déjà elle entendait mentalement Clayton se marrer, elle même se foutre de la gueule de Floyd qui flippait à l'idée de devenir père. Comme quoi, y avait pas qu'aux autres que ça arrivait. Mais fallait que ça tombe sur elle. Lâchant encore un soupir, quand elle entendit un poing cogner sur le battant, Cain roula des yeux, enjamba son sac encore dans l'entrée, et ouvrit avant de jurer quand elle sentit une petite pression, maladive et stressée, à sa cuisse. Le mioche venait de se lever, accroché à elle comme s'il redoutait la solitude à l'en faire déglutir, et ouvrir la porte pour soupirer, un faible sourire aux lèvres, en capturant le faciès de Davis.

- Ravie d'te voir, Lâcha-t-elle avant d'ouvrir plus grand le battant pour lui laisser découvrir la sangsue blonde agrippée à elle. Dis moi qu'tu sais comment on s'occupe de ça, parce que clairement j'ai qu'une envie, retourner m'défoncer et picoler avec Donnie.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2398
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Sam 18 Aoû 2018 - 20:17

Davis avait longuement repensé à la discussion qu'il avait eu avec son amie, peu de temps avant qu'elle ne quitte l'île pour aller au District. S'il était soulagé de savoir que la Canadienne était débarrassée du poids qu'était son ex, de ce fléau, et des potentiels souvenirs douloureux qu'avaient amené sa présence sur Bainbridge, il ne pouvait lui en vouloir à elle de ne pas lui en avoir parlé plus tôt. Après tout, tout le monde avait ses petits secrets et, si lui n'avait pas grand chose à cacher, il ne lui en voulait pas de garder certaines choses pour elle. Après tout, elle ne lui devait rien, mais il était là, tout comme il l'avait été à la mort de Blackmore, comme il le serait encore jusqu'à ce que l'avenir n'en décide autrement. À dire vrai, tout ceci était encore relativement nouveau pour lui et il peinait à mettre des mots sur l'importance qu'avait prise la femme à ses yeux, lui qui n'était que peu habitué à se soucier de qui que ce soit. Il préférait donc ne pas se poser plus de question sur le sujet, bien que son inquiétude de savoir Joann à l'avant poste, bien trop loin pour qu'il puisse garder un œil sur elle, prouvait bien qu'elle avait fini par compter. Une amie précieuse, la seule.

Deux mois étaient d'ailleurs passés depuis son départ, deux mois durant lesquels le virologue avait continué à mener sa petite routine tranquille, toujours plus exécrable, toujours plus les nerfs en pelote, au grand damne des petites fourmis qui gravitaient autour de lui. Mais à eux non plus, il n'avait aucun compte à leur rendre, et il préférait mille fois se terrer au laboratoire que traîner des pieds chez lui à attendre. Attendre quoi d'ailleurs ? Que quelqu'un vienne annoncer la mort de Cain ? C'était une possibilité, et tout le problème était là. Ici aussi, la liste des morts s'allongeait. Joy Blackmore était le dernier nom apposé sur la liste. À croire que cette famille était maudite. Pourtant, si le brun ne s'en souciait pas vraiment, il pensait une nouvelle fois à son amie et à la réaction qu'elle aurait lorsqu'elle reviendrait. Si elle revenait.

Ayant passé une nuit blanche au bureau du labo, le quarantenaire avait passé une bonne partie de la journée chez lui, dans son lit, à essayer de récupérer -en vain- un peu de sommeil. Si le virus ne finissait pas par le tuer un jour, la fatigue aurait indéniablement raison de lui. Lorsqu'il se releva, à peine reposé, Amanda l'alpagua déjà. « Law ! Enfin t'as émergé. Joann est rentrée » avait-elle annoncé alors qu'il se traînait jusqu'à la cuisine. Mettant quelques secondes à comprendre ce qu'elle venait de baragouiner, ses sourcils se froncèrent. « Quoi ? Quand ? » « Il y a quelques heures, elle doit être chez elle. » N'ayant même pas pris la peine d'écouter la fin de sa phrase, le brun avait passé une main brève sur son bras, quittant la pièce pour regagner sa chambre et mettre autre chose que ce jogging usé par le temps. Un jean et un tee-shirt, ça ferait l'affaire.

Quelques minutes plus tard, il était posté devant la maison des Blackmore, toquant à la porte en espérant ne pas tomber sur quelqu'un d'autre que l'escorte. Et ce fut bien elle qui ouvrit la porte. Si Davis ne doutait pas des paroles de sa jumelle, il ne pouvait nier qu'un poids considérable s'était ôté de ses épaules à peine avait-il croisé le regard de son amie. Un sourire étirant ses lèvres, il l'avait détaillée de haut en bas, lançant un « salut » presque enjoué. Son engouement ne dura cependant pas longtemps. C'était quoi ce gosse accroché à sa jambe ? Les sourcils froncés, ses orbes clairs passaient du gamin à la jeune femme avant qu'il ne lâche un soufflement presque amusé. « Il a l'air de beaucoup t'aimer, t'en as de la chance » avait-il lancé sans se formaliser du fait que le jeune était toujours là et qu'il avait bien dû entendre la raillerie dans son ton. Entrant à l'intérieur de la bâtisse sans en demander réellement l'autorisation, il s'était arrêté dans l'entrée, replantant ses prunelles sur la Canadienne. « Comment tu vas ? » Évidemment, l'inquiétude était perceptible dans son ton. Bien sûr, Joann était là, entière, saine et sauve, mais cela ne voulait clairement pas dire qu'elle allait bien, surtout pas avec un tel parasite accroché à ses basques.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1256
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Jeu 23 Aoû 2018 - 16:18
Make me strong or let me die.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Il a l'air de beaucoup t'aimer... Boutade rien de plus, elle connaissait parfaitement son interlocuteur pour comprendre qu'il s'agissait d'une plaisanterie, néanmoins la Canadienne se serait bien passée de ce genre de …. Pot de glue. En échange, et tandis qu'il rentrait sans qu'elle ait à le lui dire – il foutait bien ce qu'il voulait elle lui en tenait pas rigueur -, Joann lui servit un demi sourire narquois accompagné d'un plissement d'yeux. Tim la lâchait toujours pas, si bien qu'à la question de Laweence, Joann agrippa doucement les paumes miniatures pour s'agenouiller face au mioche en s'excusant auprès de son ami.

- Vas jouer, c'sert à rien d'me tenir la jambe comme ça, j'vais nul part et lui, Elle redressa les cils vers Davis. il est sympa, t'peux l'appeler Lawrence, ou Docteur, ça lui fera plaisir. L'animal auprès d'eux jappa, invitant le gosse à le suivre dans le jardin tandis que la brune se redressait en passant une main dans ses mèches. Un soupir fila ses lèvres. J'vais bien, ça va. Et toi Rence ? Aussi bien qu'on pouvait aller en revenant à la case départ, là où elle avait enterré le corps du jeune homme, là où visiblement, Joy avait laissé sa peau elle aussi. L'invitant à la suivre dans le salon, Cain agrippa une cigarette et la grilla pour ensuite laisser le paquet à disposition. Elle allait pas mal, mais pas vraiment bien non plus. Sérieusement comment aurait-elle dû se sentir exactement en apprenant, à peine passé les grilles, que l'asperge avait passé l'arme à gauche et que le mioche, déjà traumatisé, avait rejoint la baraque de la gynéco pour pas se sentir trop à l'écart ? Tu veux quelque chose à boire ? Reprit-elle en farfouillant déjà dans les maints placards.

A sa réponse, la Canadienne glissa le tout sur la table basse et vint s'installer à ses côtés pour tirer une latte de la clope entre ses lèvres qu'elle termina par déposer dans le cendrier. A quoi bon sortir pour assouvir ce vice désormais ? Si elle l'avait fait autrefois c'était pas respect pour lui, moins pour sa frangine mais, maintenant qu'il y avait plus personne à part le marmot, elle pouvait bien foutre ce qu'elle voulait dans une baraque immense et vide comme jamais elle avait été vide. Pour un peu elle aurait pu, si elle avait pas été si solitaire, ouvrir ses portes à la collocation, histoire de voir un peu de vie entre les murs. Enfin, elle pesterait plus qu'elle trouverait ça cool, fatalement lorsque Jenna avait passé quelques nuits dans la maison investie au club-med, c'était pas si agréable que ça. Une présence okay, mais pas n'importe laquelle.

- J't'ai manqué pas vrai ? Ricanant, Cain agrippa le verre sur la table et le ramena à ses lèvres en laissant courir son regard vers la baie, le mioche et le chien, puis surtout la tombe. Casey avait fait gaffe à ce qu'elle lui avait demandé. Pas de fleurs là dessus, jamais. T'm'as manqué aussi, enfin tes bâtons de joie m'ont fait beaucoup de bien, j'ai pu dormir, tu dois l'voir, les valises ont pris leur clique et leur claque. Plaisanta la trentenaire avant de sourire. Ça m'a fait du bien, c'aurait été mieux si t'avais été dans le coin, mais comme Monsieur aime son p'tit confort, j'allais pas l'forcer. Rence aurait sans doute pesté un max dans ce District, pas d’électricité, de supers baraques certes, mais rien à envier au confort exemplaire du Fort et de tout ce qu'il était possible de faire ici. Quand bien même certains se plaignaient, ils n'avaient qu'à les envoyer faire un tour dans ce quartier, et se faire ravaler la tronche par la pigiste. Songeant à elle, un rictus fila ses pétales auxquels elle ramena la cigarette avant de reprendre. Fallait forcément en parler, c'était pas anodin, et peut-être que Rence avait des informations. Ça faisait à peine un mois qu'elle avait quitté le berceau, mais à ses prunelles ambres, Cain avait l'impression d'avoir passé un an là bas. C'est arrivé comment ? Pas besoin d'en dire davantage, il comprendrait juste en suivant ses cils qui fondaient contre la silhouette chétive du môme. Elle était pas forcée de le récupérer, pourtant c'était le seul endroit auquel c'était habitué le mioche. La baraque serait peut-être moins vide avec lui. On se paierait sa gueule, c'était certain, néanmoins, fuir encore n'était plus une option. Qu'elle le veuille ou non, son existence avait changé avec Blackmore, elle serait encore différente après lui. T'as jamais voulu d'gamin ? Sans quoi on s'le partage. Sourit-elle taquine. T'pourrais en faire un mini toi, peut-être pire encore.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2398
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Ven 31 Aoû 2018 - 19:46

Toisant toujours tantôt son ami, tantôt la petite sangsue accrochée à la jambe, Davis ne se défaisait pas de son air un brin amusé. Oh il était soucieux de l'état de la brune, c'était un fait, mais se dérider un peu ne ferait de mal à personne. La voyant alors s'agenouiller devant le mioche, il avait arqué un sourcil. S'était-elle découvert une sorte d'instinct maternel ? Apparemment. Il n'afficha d'ailleurs aucune expression spécifique quand elle le présenta au gamin, ce dernier étant de toute façon d'un seul coup bien plus intéressé par l'idée d'aller jouer dans le jardin avec le canidé qu'à celle de rester ici. Recroisant alors le regard de la Canadienne qui se relevait, le virologue avait hoché la tête d'un air grave à sa réponse. Au fond, il ne croyait pas qu'elle allait en effet bien, comment aurait-ce pu être le cas après tout ce qu'elle avait eu à encaisser ? Mais il jugea préférable de ne pas contrer ses paroles, elle parlerait si elle en avait envie, comme toujours. Répondant un simple « Ça va » qui fit écho au sien, il l'avait suivie dans le salon, s'installant dans le canapé sans en demander l'autorisation. Après tout, ils se connaissaient désormais depuis suffisamment longtemps et avaient été suffisamment intimes -peut-être même plus maintenant que par le passé, tout dépendait du point de vue- pour qu'ils ne s'encombrent pas d'une quelconque gêne ou retenue.

Se penchant en avant il récupéra une cigarette du paquet avant de se renfoncer dans le canapé, souriant brièvement à la question de sa cadette. « Pour fêter ton retour allez. Évidemment, Davis n'avait besoin d'aucune excuse pour prendre un verre, c'était simplement une manière de lui dire qu'il était content de la savoir à nouveau sur l'île, même si elle devait pour cela encaisser toutes les mauvaises nouvelles qui l'attendaient. Récupérant alors le verre qui venait d'être déposé sur la table, il tira tranquillement sur sa cigarette avant de couler vers l'escort un regard à la fois amusé et sérieux. « T'as pas idée ! » avait-il simplement répondu en lui adressant un de ces sourires franc qui n'étaient destinés qu'à ceux qui lui importaient avant de se remontrer attentif aux paroles de la femme. Un soufflement amusé avait filé entre ses lèvres lorsqu'il fut question des cernes de Joann. Elle avait en effet déjà une mine plus lamentable que maintenant, à croire que malgré tout, prendre quelques vacances au District avait été bénéfique, du moins l'espérait-il. Il secoua finalement la tête, levant les yeux au ciel. « Joe, si j'étais parti ne serait-ce qu'une semaine, imagine la tronche du labo à mon retour... rien qu'y penser ça me fout des sueurs froides. » Et c'était bien la vérité. Certes, il appréciait le petit confort non négligeable qu'ils avaient ici, la sécurité, mais par dessus tout, il détestait déléguer. Sa place était ici, pas ailleurs.

La question qui fusa finalement dans la pièce fut bien plus sérieuse, presque lourde. Lawrence ne retint pas un soupir, reprenant une bonne gorgée de son verre avant de laisser à son tour son regarder filer vers le jardin. « Je crois pas que quelqu'un sache, elle est juste jamais revenue » avait-il expliqué, haussant les épaules. Que pouvait-il dire de plus de toute façon ? Même Amanda qui parlait avec quasiment toutes les personnes de l'île n'avait aucune information alors... Oh, pas que Davis s'en souciait réellement, mais il avait demandé quand même, parce-qu'il se doutait que son amie poserait des questions à son retour. Et au moins, elle, était revenue. Au fond, ce n'était qu'une preuve de plus des dangers qui se trouvaient à l'extérieur mais cela, Lawrence n'avait clairement plus besoin de preuve pour le savoir. Ou peut-être la sœur Blackmore n'avait-elle simplement pas supporté de vivre à l'endroit où son frère était enterrée et était-elle simplement partie, comme ça ? Qui pouvait savoir.

À la question de la brune, le quarantenaire avait immédiatement froncé les sourcils, tournant vers elle un regard peu assuré. « Très peu pour moi, je risquerai de l'oublier au milieu de l'île et de le récupérer trois jours plus tard » avait-il répondu comme si c'était une évidence avant qu'un bref sourire amusé n'étire ses lèvres. « Un mini moi... je sais pas si j'me supporterai moi-même Joe. » Riant brièvement à la fin de ses mots, il avait à nouveau secoué la tête, tirant tranquillement sur la cigarette quasiment consumée qu'il tenait. « Tu vas faire comment ? Rien ne t'oblige à le garder tu sais, y a suffisamment de personnes ici pour trouver quelqu'un qui s'en occuperait. » Et ce n'était là qu'une vérité. Si parmi tout ce petit monde il n'y avait pas au moins une personne qui était prête à s'occuper de ce gosse c'était qu'il y avait un réel problème. Mais au fond... peut-être la canadienne était-elle attendrie par ce gamin ? « A moins que t'ai fini par t'y attacher... » Si son ton était un brin taquin, ses prunelles elles n'en n'étaient pas moqueuses pour autant.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1256
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Dim 2 Sep 2018 - 16:02
Make me strong or let me die.


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Installée près de lui, Joann laissa couler son regard quelques secondes sur le mioche à l'extérieur. Joy pouvait vraiment pas se priver de l'emmerder une dernière fois, même en claquant, pour autant elle avait pas forcément le cœur à s'en séparer. C'était pas un clebs, elle pouvait décemment pas le faire monter dans une bagnole et l'abandonner sur une aire d'autoroute, d'ailleurs elle le ferait même pas pour son chien.... Enfin, déjà Law répondait à ses questions. Il en savait pas plus que ceux lui ayant servi la vérité à son retour, quelques heures plus tôt. La blonde était partie et jamais revenue. Personne ne garantissait qu'elle était morte, ce n'était que des spéculations, ce qui vous venez à l'esprit en premier lieue quand l'un des votre revenait pas d'une mission. Ouais, enfin même si l'asperge méritait pas ça, que d'autres glands présents ici bien plus, Joann avait pas le même ressenti que pour celui qui reposait sous un vulgaire chêne dans la jardin. Fort heureusement son ami lui changea directement les idées en rebondissant sur le fait de « se prêter » le gosse de temps à autres. Un sourire amusé étira ses lèvres.

- J'te supporte bien moi, tu m'supportes aussi, c'pas une raison valable c'que t'avances Rence. Elle avala une gorgée de son verre, lui offrant un clin d’œil avant de reprendre. Dis juste qu't'as pas envie d'jouer les pères d'substitution, j'le prendrai pas mal t'sais, on a pas b'soin d'un mioche en commun pour s'voir toi et moi.

Effectivement, y avait même pas besoin de quelconque prétexte pour bouffer quelques secondes, minutes ou heures, du précieux de temps que le scientifique avait en sa possession. Et c'était ça qu'elle voyait transparaître là. Car même s'il lui disait pas, il avait boudé son laboratoire et ses expériences, ses élaborations diverses et variées pour palier à l'infection ou autre, pour elle. Si ça c'était pas précieux, un signe réel de considération, rien ne l'était vraiment. Reposant le verre, la trentenaire glissa la cibiche à ses lèvres avant de sourciller à ce qu'il lui disait. Ouais, elle pouvait refiler le bébé à quelqu'un de plus compétent, plus l'avoir dans les pattes et se contenter de la dernière chose qui lui restait d'avant... Avant sa mort, mais en regardant ce petit cloporte, et en tenant compte du silence macabre dans cette baraque luxueusement vide, finalement y avait peut-être quelque chose à creuser. Ça tromperait l'ennuie, la solitude, la forcerait sans doute à s'ouvrir un peu plus à tous ceux qu'elle avait mis de côté durant sa relation avec Blackmore. Qu'avait-elle d'autre au juste ? Rien hormis le type à coté d'elle, hormis trois autres personnes auxquelles elle tenait vraiment. Fallait toujours un but pour avancer, du moins personnellement, pour la communauté elle avait plus aucune preuve à fournir concernant son désir que de voir perdurer et prospérer leur civilisation. Alors elle s'y était peut-être pas attachée, comme le supposait Davis d'un air taquin, mais c'était peut-être en cour, ça viendrait.... Comme c'est venu pour Swann.

- J'sais mais c'serait encore fuir face les responsabilités, Il comprendrait maintenant. Il n'aurait pas pu sans les informations qu'elle lui avait donné sur elle, son passé dont elle était pas fière, même plutôt honteuse car elle était faible à l'époque, mais là, le scientifique pourrait la suivre. T'm'as interdis d'me coller une bastos en pleine gueule, ça aidera ... Elle rit, elle n'en était plus là non. Elle y avait songé, néanmoins les rencontres faites à Renton, le fait d'avoir renouer avec Floyd, d'avoir pu respirer un oxygène différent de celui qui paraissait l'opresser après les funérailles, l'avait poussé dans le sens du vent et non contre. Puis c'peut-être ma seule opportunité d'avoir un mioche, j'sais qu'c'est plutôt con, qu'tu m'vois sûrement pas d'venir la mama parfaite, mais.... J'sais pas, si j'essaie pas j'saurai pas. Après, Tirant une dernière fois sur la tige de tabac, Cain souffla la fumée face à elle avant de le pointer avec en un sourire. visiblement il a plus qu'moi comme repère, j'aurai peut-être aimé avoir un truc comme ça quand ça a foiré dans ma vie, j'peux au moins essayer d'faire ça bien. Mais t'en fais pas, j'vais pas m'saper en rombière et parler comme un dico, c'pas pour moi ça. Elle soupira, puis fronça les sourcils pour s'intéresser à lui. Enfin, j'espère qu't'as profité d'mon absence pour faire d'jolies découvertes, ça avance d'ton côté ?

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Lawrence G. Davis
Leader | Remnants
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Rieeen
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 2398
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   Sam 15 Sep 2018 - 18:05

Pas une raison valable ? Oui bon, peut-être pas en effet, mais les gosses ce n'était absolument pas son truc. Le virologue souffla néanmoins, amusé, quand la brune affirma qu'ils n'avaient pas besoin d'un gamin en commun pour se voir. « Encore heureux » avait-il rétorqué sur un ton exagérément outré. Père de substitution quoi, non. Et dans quelques mois il s'en retrouverait à se faire appeler papa alors que le gamin considérerait la canadienne comme sa nouvelle maman. Si l'idée le fit presque rire tant la situation serait un comble il n'en dit rien, repartant sur une expression bien plus sérieuse pour aborder le sujet de l'enfant sans se dissiper en lançant des conneries pour essayer de dédramatiser un peu la situation.

Reprenant une gorgée de son verre, Davis avait arqué un sourcil, attendant que son amie réagisse. Et sa réponse lui valu un hochement de tête grave et sérieux. Fuir les responsabilités oui, c'était toute une histoire et Dieu -si toutefois il existait, ce dont le scientifique ne croyait pas une seconde- savait que bon nombre de personnes l'avaient fait. Mais il semblait que pour le coup, la Canadienne jugeait que garder ce gosse revenait à ''faire les choses bien''. Soit, il ne lui dirait pas quoi faire de toute façon, elle était suffisamment apte à prendre les décisions qui étaient bonnes pour elle. Hormis cette fois où elle avait sérieusement envisagé de se flanquer une balle en plein crâne mais c'était cela aussi, son rôle à lui, s'assurer très égoïstement que le peu de personnes qui lui importaient n'y passent pas. « C'est une thérapie comme une autre » avait-il répondu à son rire en haussant les épaules. Sûr que si lui-même avait été à sa place, il ne se serait absolument pas donné la peine de s'occuper de ce gamin mais cela n'étonnerait personne.

La suite de ses paroles lui fit arquer un sourcil. Sa seule opportunité d'avoir un mioche ? En effet, il avait du mal à imaginer comme elle pouvait devenir la ''mama'' parfaite et aimante mais après tout, ce gamin avait-il réellement besoin d'une mère aux petits soins et sur protectrice dans ce monde ? Sans doute pas. Si la révélation de Joann était un brin étonnante, Davis ne doutait pas qu'elle parviendrait à transmettre à ce gosse sa rage et sa volonté, cet instinct de survie féroce que n'avait clairement pas les ménagères. Alors oui, peut-être que Cain était ce qu'il lui fallait, d'autant plus parce-qu'elle pouvait comprendre à quoi ressemblait une vie qui foire. Il avait soufflé d'un air amusé à ses derniers mots, lui lançant un regard en coin. « C'est presque dommage, j'aurai bien aimé voir ça... » avait-il rétorqué avant de pincer les lèvres à sa question.

De jolies découvertes ? Pas vraiment. Ils stagnaient pas mal à dire vrai et c'était clairement entrain de le rendre fou. Chaque jour se ressemblait, chaque petite avancée se heurtait à un mur. Mais son quotidien était déjà similaire auparavant et il s'en accommodait bien que, parfois sa patience mise à rude épreuve le rendait d'une humeur imbuvable. Il avait à nouveau haussé les épaules, soupirant légèrement. « Rien de bien palpitant » avait-il simplement avancé d'un air contrarié. « On finira bien par trouver quelque chose, il le faut mais ça prend du temps, beaucoup de temps. Moi qui comptait d'ailleurs sur toi pour me ramener des cobayes, tu me déçois. » La fin de sa phrase s'était faite plus amusée alors qu'il lui avait assené dans le même temps un coup de coude. Bien sûr, des sujets d'expérimentation bien vivants seraient un plus non négligeable mais il ne lui en voulait pas de ne pas être revenue avec un bus entier de déportés, après tout, elle était revenue, elle, c'était bien là tout ce qui comptait.


xxx
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Make me strong or let me die   
Revenir en haut Aller en bas  
- Make me strong or let me die -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Edrick • " Darkness will be your cloak, your shield, your mother's milk. Darkness will make you strong."
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» MAKE YOUR OWN FAIRYTALES
» One Piece Strong World 0
» And in the end, the love you take is equal to the love you make ✖ Diana Angelus Leroy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: