The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Be alive, be yourself... -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Dim 10 Juin 2018 - 23:44
Be Alive, be yourself...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Nuit agitée, du moins spirituellement agitée, entre les semblants de rêves érotiques et les cauchemars, elle eut de quoi se retourner des dizaines de fois. Et ce fut sur les premières heures du jour, et grâce à l'absence de rideaux potables, que Collins plissa puissamment les yeux en sentant les vibrations de tambourins entre ses tempes. Ça faisait mal.... enfin elle n'avait pas encore redressé le nez non... Juste la lumière semblait capable de lui brûler les rétines à travers ses paupières closes. Décidément l'alcool et elle ça faisait dix mille. Elle se souvenait de ça oui, avoir rejoint Donovan sur le perron et avoir partagé quelques lampées de spiritueux en sa compagnie. A morfle, elle se redressa mollement, assise dans la couche, les mains englobant ses joues couvertes de traces de mascara – petite chose qu'elle s'accordait par pure coquetterie – et grommela. Malheureusement quand elle retira ses paumes et rouvrit un seul œil, Collins crut vaciller sous l'assaut terrible des basses artificielles au creux de sa tête.

- Une bouteille complète plutôt. Quelques lampées ne laissaient personne dans cet état, et elle avait la souvenance de s'être réveillée dans le même état, l'automne précédent, auprès du Nippon. Immédiatement, et à peine ce souvenir lui traversa le crâne, que Collins braqua les cils vers la place vide à côté d'elle. Ouffff... Personne, pas de Donovan, pas de fringues éparpill........ Oh non. Non, Souffla-t-elle, ramenant les mains contre ses lèvres, en constatant que même s'il n y avait pas de vêtements, il y avait tout de même les pompes du militaire aux pieds du lit. C'est pas possible non !!! S'agita-t-elle en se hâtant de se lever, s’emmêlant même les pinceaux dans les draps, pour s'activer dans le couloir jusqu'à la chambre où – habituellement – dormait Floyd.

Le constat fut terrible, le lit était impeccable et ce fut en une mine défaite, après un coup d’œil gêné vers les escaliers d'où provenaient des odeurs de nourritures et quelques bruits indiquant sa présence dans la cuisine, qu'elle se redirigea vers sa chambre, ferma la porte et y plaqua le dos en ramenant les doigts aux mèches de ses tempes douloureuses. Entrouvrant les lèvres, la sensation que sa langue pesait une tonne la poussa à grimacer davantage. C'était impossible ! Réfléchis lui imposa sa conscience et ce fut ce qu'elle fit. Réfléchir au mieux, revoyant différents clichés d'elle, de lui, d'eux deux, assez troubles, accompagnés de rires assourdissants, et ce jusqu'au trou noir l'ayant mené jusqu'au réveil. Des mots formulés lui revenaient, et l'étrange façon dont sonna son cœur en songeant aux diverses choses qu'il lui avait dites, ou poussé à faire, alors que l'alcool prenait lentement le pas sur sa raison, la fit déglutir. Mal à l'aise, Evy empoigna la bouteille d'eau encore intacte sur l'oreiller et s'en enfila la moitié avant de passer le revers de main contre ses lèvres. Et cette migraine, c'était ignoble.... Pire que ça, l'assistante avait l'impression qu'un marteau piqueur refaisait la déco au creux même de sa cervelle.

Bon, c'était rien..... Fallait assumer n'est-ce pas ? ¨Puis, elle avait encore l'espoir qu'il ne s'agissait que d'un mal entendu, que rien ne s'était produit hormis l'étrange bizarrerie au creux de sa poitrine à l'instant précis où le militaire avait changé de visage à son regard. Ce n'était qu'une paire de rangers bon sang, ça ne voulait rien dire puis, si elle ne descendait pas, elle ne saurait pas. Oui, c'était ça, en le rejoignant, suffirait qu'elle voit son regard, son allure, pour donner corps à des choses qui n'avaient peut-être eu lieu que dans ses songes ponctués par les dernières doses d'alcool ayant filé ses veines durant la nuit. Collins prit donc sur elle et quitta la pièce en silence, sur la pointe des pieds pour s'enfermer dans la salle de bains et manquer de crever en croisant son reflet dans le miroir. Bon dieu c'était quoi ça ? Un moche dans la salle d'eau ? Un instant, certainement peu préparée à se dépeindre de la sorte, elle tourna les yeux dans son dos, vers la douche vide, avant de revenir s'observer. C'était laid. Outre le mal de son organisme, l'impression d'avoir une tête aussi grosse qu'une courge, l'estomac creusé comme jamais et la langue pâteuse, son visage habituellement frais suivait le mouvement.

- On dirait un Picasso raté. Lâcha-t-elle en agrippant la bouteille emportée pour glisser de la flotte dans ses mains et s'en asperger les traits.

Ça ne fut pas génial, tout comme l'état de ses cheveux en pétard qu'elle lissa au mieux. Pour ramener de l'eau et espérer vraiment se rafraîchir elle devrait descendre, pas le choix donc. Croisant sa brosse à dents dans la trousse posée sur une étagère, l'assitante l'embarqua, y logea une noisette de dentifrice, puis s'activa à virer le goût atroce dans sa bouche. Superflus ? Superficielle ? Sans doute oui, elle y songea même en se demandant bien ce que ça changerait qu'elle se brosse les dents maintenant ou après avoir avalé quelque chose.... Tu rêves il va pas t'embrasser et d'te dire salut ma chérie Pensa-t-elle en crachant la mousse dans la vasque pour ensuite se rincer la bouche avec les restant de la bouteille. Le rose lui monta aux joues, ça la traversait de part en part. La proximité de la veille et tout ce qu'elle avait oublié, tout ce qu'elle pensait avoir mis de côté avec Swann et son expérience désastreuse avec Takeo. Shigeru, une pensée pour lui et là encore l'évidence s'imposa à elle. Pour se donner du cran, la jeune fille logea les mains aux rebords de porcelaine devant elle, baissa les cils puis reprit une grande inspiration en revenant saisir ses yeux aux vaisseaux explosés. […] Après maints exercices de respiration, elle se racla la gorge et descendit les marches pour s'inviter dans la cuisine. Vêtue comme la veille, elle évita son regard gris et se dirigea droit vers le placard où étaient planqués les céréales.

- Coucou. Se hasarda-t-elle, agrippant le paquet, puis un bol pour y déverser le contenu, face à lui. A sa question, le rose lui bouffa les joues mais elle replaça une mèche derrière son oreille et fit bonne figure en souriant. Si et j'ai la dal..... Pas de mots pouvant générer de gêne non, fallait pas tendre le bâton pour se faire battre bon sang. faim.

C'était pas mieux finalement, davantage encore qu'en choisissant ce mot à la place du premier elle avait eu le malheur d'ancrer ses prunelles aux siennes. S'y enlisant, tentant d'y trouver les mille réponses aux questions qu'elle se posait, et qu'elle ne lui poserait pas, Evelyn ne se rendit compte de sa connerie qu'au dernier moment : La moitié des céréales versés à côté du récipient.

- Rohhh merde..... Souffla-t-elle en glissant la tranche de la main sur le comptoir pour remettre les pétales en trop dans le paquet. J'en ai foutu par terre c'est pas vrai quoi ! S'agenouillant elle ramassa le tout et s'approcha de lui pour foutre tout ça à la poubelle non loin de la place qu'il occupait. Il lui semblait sentir son regard gris peser sur elle et une nuée de frissons grignota son dos à l'en faire remuer les épaules pour, ensuite, venir s’asseoir face à lui. Quelques corn-flakes entre les doigts, la gamine les logea dans sa bouche. Et toi, t'as..... bien dormi ? Ça ressemblait à une scène gênante dans une comédie à deux balles et, pourtant, elle ne riait pas le moins du monde.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1029
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Lun 11 Juin 2018 - 22:24
Gueule enfarinée, brushing passablement raté, et surtout, le petit air honteux que tous les sourires du monde ne parvenaient pas à faire disparaitre. Evy tenait une bonne grosse gueule de bois. Elle essayait de la jouer détendue, comme si tout était normal, c’était amusant à voir et le tatoué avait encore plus envie de la chercher, de la mettre mal à l’aise. Après ce qu’elle lui avait confessé la veille, comment avait-elle pu boire autant ? Evelyn pouvait s’estimer heureuse que Donovan ait des principes au sujet des filles alcoolisées, dans la plupart des cas. « Si tu veux … » commença-t-il en posant son regard gris sur elle, insistant. « J’ai préparé des œufs brouillés. »

Le militaire la laissa aller récupérer des céréales dans un placard pour en verser dans un bol, et surtout à côté du bol. Donnie détourna le regard, il ne fallait pas qu’il éclate de rire maintenant sinon il ne pourrait pas continuer de l’emmerder. Il la laissa se rendre compte seule de sa connerie, ajoutant un simple « Merde fais gaffe t’en mets partout » faussement autoritaire. Il aimait pas ces céréales de toute manière, il pouvait bien la laisser en gâcher quelques-unes. De son côté, le tatoué se contenta d’observer ses mouvements, il affichait le même regard de prédateur qu’il avait pu avoir la veille, mais cette fois c’était parfaitement calculé.

Un mince sourire étira ses lèvres fines à sa question. « Tu sais, après une nuit comme ça, ça aurait été impossible de mal dormir. » souffla-t-il pour commencer en plissant légèrement ses yeux qui la lâchaient pas. « J’espère que t’es pas trop courbaturée » ajouta Donovan avant de prendre un air plus naturel pour porter le coup de grâce. « Au fait, j’crois que j’ai laissé mes pompes dans ta piaule, j’ai pas voulu te déranger en remontant. »

Le tout maintenant était de garder son sérieux, et ce n’était pas facile, parce qu’il savait combien Evelyn pouvait être expressive dans ses réactions. Pendant quelques secondes, le tatoué maintint l’illusion, celle de l’amant détaché avant de finalement éclater de rire en s’allumant une nouvelle cigarette qu’il accompagna d’une ou deux gorgées de son café, bien trop refroidi pour l’instant. « Tu as été … épatante Evelyn. Je m’attendais clairement pas à ça de toi, ça m’arrive rarement mais j’ai été surpris. » Finalement, il pouvait en rajouter encore un peu, et cette fois sans aucun mensonge, simplement en laissant planer un doute qui devait lui peser à la pauvre blonde. Cruel ? La gamine en retiendrait peut-être une leçon.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Lun 11 Juin 2018 - 22:53
Be Alive, be yourself...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Son « Si tu veux... » ne cessait de faire écho dans son crâne de jeune jouvencelle, y avait anguille sous roche, et le regard qui dardait contre elle semblait bien trop insistant pour être détaché. Il plissait les paupières d'une telle façon qu'elle ne pouvait pas déceler la moindre émotion, la moindre vérité au creux de ses billes grises. Qu'à cela ne tienne, Collins garda les pieds sur terre et, plus précisément le nez dans son bol de céréales sans lait. Fière, digne, elle assumait. Oui c'était ça, elle se sentait.... Totalement mal à l'aise rien qu'à l'imaginer la fixer en un sourire de coin. Quelques autres flashs grésillèrent dans sa mémoire si bien que les frissons filèrent à ses bras qu'elle s'injuria de ne pas avoir couvert d'un gilet. Y palliant, la jeune fille lâcha le récipient et les frotta avant de soupirer, haussant même les épaules comme franchement satisfaite, avant de lui offrir un large sourire. Ce jeu n'était pas drôle, ça ne l'était plus depuis l'instant où il lui était rentré dedans la veille et où elle avait senti ses entrailles se tordre. Réceptive à ce qu'il lui avait suggéré, soufflé, jusqu'à se revoir, de manière brouillée, collée sur son épaule pour ensuite rejoindre son lit où l'écran noir persistait. Logeant les doigts aux pétales de maïs, en glissant entre ses lèvres en soutenant tant bien que mal les prunelles de son aîné, Collins en sentit un passé plutôt mal et toussa à peine lui eut-il répondu. Bordel, elle ne jurait pas habituellement, ni mentalement, ni oralement, du moins pas quand elle n'était pas en colère. Là c'était la surprise, les émotions qui revenaient à la charge et.... Lui. Recrachant maladroitement ce qu'elle avait dans la bouche, elle s'empressa d'agripper un essuie tout qu'elle se colla sur les traits en peinant à sonder de nouveau le regard de son interlocuteur.

- Ou... oui. Reprit-elle pour ne pas passer pour plus conne qu'elle n'en avait l'air. Approuvant simplement quant à la présence de ses rangers aux pieds de son lit. Tu pourras les récupérer.

Avait-il besoin de son autorisation ? Pas du tout, néanmoins c'était le seul truc qui lui avait traversé le crâne pour le contrer, et rester bien à sa place et non pas à défaillir comme une pucelle – qu'elle n'était plus d'ailleurs - mais lorsqu'il éclata de rire, elle gesticula sur sa propre chaise. Sa tête était remplie d'images étranges n'ayant existé que dans ses rêves alcoolisés, pour autant c'était suffisamment troublant pour la pousser à dégager la sensation bizarre dans son bras ventre et les hurlement saccadés de son petit cœur en pleine lutte. Collins redressa doucement les cils puis ravala sa salive en toisant ses traits derrière la fumée volubile qui filait sa bouche. Elle buga une minute, pire encore lorsqu'il acheva sur un ton qui termina de la flinguer sur place. Ses pieds allaient et venaient sur le tabouret où elle était perchée, ces derniers se prirent dans la structure soutenant la table haute et, bingo. Elle termina étalée par terre après que son menton se soit copieusement manger l'arrête du plateau de formica. Il venait littéralement de la faire tomber de sa chaise, ce qu'il venait de dire la traversait complètement et butait dans le moindre recoin de son corps si bien qu'elle ne sentit guère la douleur s'étendre dans son visage.

- Putain..... t'es conne t'es conne, t'es trop conne. S'insulta-t-elle.

Étalée au sol, désormais elle ne voyait plus ne serait-ce que ses jambes et les bruits dans son dos lui certifièrent qu'il était déjà sûrement debout, près d'elle, pour constater l'étendu des dégâts. Elle s'était rappée le menton, ça saignait mais ce n'était pas grave en soi et pour le moment elle ne remarqua même pas la blessure mais se demandait quoi foutre. Se lever, assurer, assumer, ou resta là... ? Non, prenant sur elle, l’assistante glissa une main jusqu'au rebord et se remit sur pieds en prenant soin de ne pas croiser ses billes. Il l'assassinait émotionnellement sur place, capable de lui faire ressentir des trucs dérangeant en une fraction de seconde. Un panel de trucs contradictoires : gêne, désir, regret, honte.... Pire encore fut cette dernière d'ailleurs quand elle captura sa stature auprès d'elle.

- Ravie de l'apprendre Donovan. Sourit-elle, tâchant de rester fière, avant de grimacer en ramenant les doigts à son menton, puis devant ses yeux, pour remarquer le sang sur ceux-ci. Manquait plus que ça.... Elle allait finir avec un pansement à la con le temps que ça cesse de saigner.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1029
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Lun 11 Juin 2018 - 23:19
Elle était rouge comme une pivoine, intérieurement Donovan se marrait. Et il continua encore quelques instants avant de la voir faire un vol plané depuis son tabouret. « Merde Evy ! » lâcha-t-il entre le rire et l’inquiétude. C’était quand même une sacrée chute, mais il l’entendit jurer, signe qu’elle allait bien. En deux enjambées, le tatoué fut près d’elle. Il fronça les sourcils, elle souriait, tentait de rester digne mais elle avait l’air maline. La blonde s’était vautrée toute seule comme une grande de son tabouret, et elle s’était blessée. « Bouge pas de là. »

Donnie s’éclipsa pour aller récupérer de quoi nettoyer et soigner ça rapidement dans la petite trousse à pharmacie qu’il avait embarqué depuis le fort. Une petite bouteille d’alcool, pas à boire, un coton, et un pansement, ça allait faire mal mais il fallait désinfecter, qui sait ce qui avait trainé sur ce plan de travail. De retour dans la cuisine, Donovan posa la trousse à pharmacie sur le plan de travail et son regard gris sur la blonde. Il mit un peu d’alcool sur un coton et l’approcha du visage enfantin d’Evelyn. « Ca va piquer. » La douceur, c’était pas vraiment son truc, et ça ferait mal peu importe comment il appliquerait le désinfectant. Alors il y alla franchement, juste assez pour que ça pique et que ça fasse effet.

Il récupéra ensuite un petit pansement dans la même trousse à pharmacie et le déposa sur le menton de la blonde avant de frôler son œuvre du pouce. Donovan avait ce regard attendri et agacé à la fois. Il avait la sensation que la gamine n’apprenait pas, ce qu’il s’était passé la veille en étant la preuve, quand bien même il ne s’était rien passé. « Fais gaffe, c’est un coup à dévaler les escaliers sur la tronche cette maladresse. » C’était en partie sa faute, certes, et le militaire reprit alors. « Il s’est rien passé Evy, j’t’ai déposée dans ton plumard et j’ai vérifié que t’allais bien. » Au moins, elle serait rassurée même si elle se sentirait sans doute idiote à cause de la chute.

« Bon évidemment, si tu me mets au défi encore une fois … j’te promets pas d’être aussi sage. » Le tatoué avait repris son air sérieux, son regard posé sur elle alors que sa main glissait de son menton en frôlant la main de la blonde. Il la faisait marcher, mais pas entièrement, même avec ses principes, Donnie n’avait pas une volonté de fer. Il esquissa finalement un sourire visant à détendre la situation avant de rire plus ouvertement. « Comment tu vas expliquer à Cruella cette blessure de guerre ? »


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Lun 11 Juin 2018 - 23:57
Be Alive, be yourself...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Elle avait l'air fine tient, le menton couvert d'un filigrane d'hémoglobine, et même si elle l'avait entendu glousser autant que s'en faire, elle ne retint que le fait qu'il était déjà à côté d'elle à lui sommer de ne pas bouger de là. Ça lui rappelait vaguement quelque chose cet ordre là, néanmoins, blême comme un lingue, elle fixa le comptoir et le sang sur celui-ci avant de reculer jusqu'au plan de travaille dans son dos pour s'éviter de tourner de l’œil. Sa tête tournait, restes de la veille, et le choc plus la chute ne rendait pas les choses plus simples, davantage encore quand elle songeait qu'elle aurait pu s'arranger pire encore. Elle aurait très bien pu s'éclater les dents. Soupirant, Collins redressa les yeux vers lui qui revenait et lâchait une trousse de premiers soins sur la table pour en sortir tout un truc. Merde alors, il devrait y avoir contact et ça... Clairement, elle n'y était pas préparée. Pas en repensant à la veille, pas en sentant ses entrailles se tortiller en lui faisant bien le bonjour. « Ça va piquer. » Si elle avait été plus sure d'elle, elle lui aurait sûrement lâché un sans blague sarcastique mais là, à l'approche de la compresse elle ferma les yeux et serra les dents. Pas que parce qu'il avait raison et que ça arrachait non, mais parce qu'il s'en chargeait. Déglutissant, la jeune fille grimaça une fois, légèrement agacée par le peu de douceur dont il faisait preuve.

- Tu m'fais trop mal sérieux, t'es un bourrin ! Rouvrant les paupières pour les braquer dans les siennes, elle pinça immédiatement les lèvres et la ferma.

C'était déjà pas mal qu'il évite de foutre d'elle et lui tamponne la plaie, c'était pas pour l'enguirlander car elle avait été conne toute seule. Le rose aux joues, Evelyn inspira et retint sa respiration, fallait pas qu'elle sombre non, elle tenait le coup, tout comme malgré la chute, elle était restait digne bien que les révélations l'achevaient. Deux fois.... Deux fois elle s'était vautrée dans la luxure et ne s'en rappelait rien du tout. C'était honteux, si décevant même pour cette fois, qu'elle sentit sa lèvre inférieure vibrer et ses yeux s'emplir de larmes.

- Ça m'pique les yeux ton machin. Ça donnait le change, ainsi s'il captait qu'elle allait chialer, il la croirait peut-être.

Quand il eut finit, Evelyn baissa le menton mais ne cessa de voguer dans ses prunelles avant de frémir quand il mit partiellement fin aux idées de la veille. Il lui avait menti et la sensation qui lui compressa le cœur lui fit mal à un point. Certes elle était soulagée qu'il n'y ait rien eu, simplement car elle ne s'en souvenait pas, mais elle l'imaginait pas capable de se foutre de sa gueule de cette manière. Pour autant, elle n'eut pas le temps de répondre qu'il reprit en resserrant l'emprise qu'il ignorait avoir sur elle depuis la veille. Sa main qui frôla vaguement la sienne fit même vibrer ses cils et mourir une sensation particulière au bas de son dos. Il jouait encore, mais elle ne jouait plus... Ce n'était plus drôle, c'était vivace et ça faisait son chemin en elle. D'où ça venait ? Elle l'ignorait, jusque là elle l'appréciait pour l'avoir aidé à se forger face à l'extérieur, face à ceux qui la prenaient pour une abrutie, pour l'avoir poussé à se bouger et à devenir apte, plus apte que certains autres mais là...... Il t'a vu vomir, te vautrer d'ta chaise, chouiner et.... Pensa-t-elle avant de boucler le flux de ses pensées grésillantes quand le sujet revint à un autre genre de problème : June.

Elle l'avait oublié celle là tien, trop évadée dans sa petite bulle d'ivrogne et de fumette en compagnie du militaire qu'elle détaillait de sa petite taille. La rousse lui avait roulé une pelle bon dieu, et elle avait fait comme si rien ne s'était passé, à défaut de Floyd qui, lui, l'avait charrié copieux après l'avoir allumé comme un cierge la veille. Deux opposées, l'un se marrait, l'autre était froide comme un glaçon. Super.... Sa vie n'avait jamais été si compliquée même si, sur le vif, elle savait parfaitement que même si elle n'avait pas trouvé désagréable l'échange avec l'avocate, ça n'avait pas été aussi plaisant qu'en s'imaginant les tas de choses qui auraient pu se passer avec le militaire. Bon sang, dans le genre complexe l'ex étudiante se tenait là, adepte des trucs compliqués ou, encore, des histoires où on la roulait dans la farine.

- J'peux décemment pas lui dire que j'me suis coupée ne m'rasant. Lâcha-t-elle, un brin sarcastique, en un rictus frustré.

Bon sang, il jouait avec elle, il ne se doutait pas de ce qu'il avait fait jaillir d'elle le soir précédent. Il en savait rien du tout et ne le saurait jamais.... Non, comme tout ça passerait avec le temps. Elle termina par rire, comment ne pas rire quand il tirait cette tronche là à mi chemin entre le sérieux et la moquerie. Non ça passerait pas avec le temps...

- Et si je dis que j'suis tombée dans les escaliers, on va t'accuser. Cette fois, et malgré le rose à ses joues, elle rit puis reprit doucement son souffle, encore nerveuse de par la proximité avec lui. Merci pour avoir joué les infirmière mais, Donnie ? Captant son attention, elle reprit après avoir férocement mordu sa lèvre inférieure. Pourquoi tu m'as raconté des conneries.... enfin, pourquoi tu m'as fait croire que,.... ? parce que deux fois non quoi, c'est pas possible j'en crèverai. J'ai cru que je revivais la même qu'avec Takeo à deux trois trucs près...

Le rouge mûrissait sur ses joues pâlichonnes. Là il n'y avait pas d'alcool pour l'aider, elle était seule face à l’évidence et à ce qu'elle ressentait. Face à ces deux trois trucs près qu'elle garderait jalousement pour elle.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Donovan C. Floyd
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Remington M24 SWS, Beretta M9 et couteau de combat
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 30/05/2017
Messages : 1029
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Mar 12 Juin 2018 - 7:29
Est-ce qu’elle faisait exprès de lui tendre autant de perches ? La compresse posée sur le menton de la blonde, Donnie esquissa un sourire amusé avant de lâcher un « C’est ce qu’elles disent toutes » qui dans sa tête le faisait mourir de rire. Mais le tatoué essaya malgré tout de faire plus attention, sauf que lui dans l’armée, il était sniper, pas infirmier. Dorloter les gens c’était pas vraiment son truc. « Tu peux bien endurer ça pendant quelques secondes, non ? T’avais qu’à pas tomber de ton tabouret et t’écraser le menton sur le plan de travail. Sérieusement Evy … Qui fait ça en vrai ? » Tout en secouant la tête, Donovan lui avait collé le pansement sur le menton, non sans un geste plus délicat envers elle.

Inquiet, et surtout curieux, de savoir comment elle allait justifier ce pansement à June, le tatoué ne se priva pas de poser la question, et la réponse d’Evelyn lui arracha un rire franc. « On sait jamais, peut-être ça le fera rire … Ouais non oublie, elle doit être incapable de rire. » La rousse devait avoir les oreilles qui sifflaient. « Ouais évite de m’attirer des ennuis, j’suis venu ici pour être pénard. » Aucun ton autoritaire ou mauvais dans sa voix, juste son souhait de pouvoir être tranquille.

Le brun allait retourner à ses œufs brouillés et son café froid mais la blonde le remercia avant de lui poser une question, enfin, plus précisément de se préparer à lui poser une question. Il l’avait libérée d’un poids en lui disant la vérité, mais elle voulait savoir pourquoi il lui avait menti. « Pourquoi j’t’ai fait croire qu’on avait retourné ta chambre et réveillé tout le voisinage ? Parce que c’était drôle d’une part mais surtout pour que t’ouvres les yeux Collins. Un type avec moins de principe aurait sauté sur l’occasion pour te sauter, et pourtant tu sais que j’ai pas des masses de principes. » Il fallait qu’elle réalise que son comportement de jeune midinette était un aimant à abrutis qui n’hésiteraient pas à profiter d’elle.

Donovan détourna un instant le regard, il devait être parfaitement honnête aussi. Reposant ses billes grises sur le visage de la gamine, il reprit alors. « Et tu me connais, joueur, menteur. C’était royal pour moi. » Pour cette dernière raison, le tatoué se rapprocha à nouveau et l’enlaça, pour lui il n’y avait aucune ambiguïté dans cette étreinte, sa main gauche posée dans son dos, la droite à l’arrière de son crâne. « C’était idiot, désolé, j’cherchais pas à te faire de la peine, juste que tu réalises certaines choses et aussi m’marrer un peu. » Tout n’était pas faux dans ce qu’il lui avait dit la veille et le matin même pourtant.

Le brun se recula et déposa un baiser sur le haut de son crâne, protecteur plutôt que dragueur, et chercha à croiser son regard. « Tout va bien ? » Au niveau de sa gueule de bois, de son menton, et de son égo relativement malmené. Il s’inquiétait pour la gamine autant qu’elle l’agaçait, Evelyn a besoin de grandir, de mûrir, toute cette situation en était la preuve. C’était la gamine qu’il avait aidé à sortir des décombres, celle que Swann avait piétiné sans le moindre état d’âme. Mais c’était aussi une jeune femme au charme certain, et pour ça il devait être prudent, parce que malgré tout, le tatoué n’était qu’un homme, et un qui aimait les femmes plus qu’il n’aimait la clope et l’alcool réunis.


We Are Monsters
We never shoot to stun, we're kings of the killing. We're out for blood, we'll take them one by one C by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   Mar 12 Juin 2018 - 10:21
Be Alive, be yourself...


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ce que toutes lui disaient, quelle nouille elle avait même pas calculé ses mots avant de les lâcher, simplement vexée de s'être ramassée et blessée, et pour le coup l'aveu du militaire concernant la gente féminine l'invita à serrer les mâchoires et à penser très fort à ce que lui inspirait le tas de grues qu'il s'était envoyé. Malgré tout, elle reprit son souffle et replaça une mèche derrière son oreille, en passant les doigts sur le fichu pansement qu'elle devrait se trimbaler un temps, avant de l'écouter lui répondre. C'était une leçon, comme celles qu'il lui avait enseigné après que Swann l'ait envoyé se faire voir au profit de la catin... Su-per. Ça avait plutôt bien fonctionné car sur le coup, elle sentit les restes d’alcool creuser son estomac et se jura de ne plus jamais boire. Il avait raison, n'importe quel type aurait pu la culbuter étant donné son état lamentable, et lorsqu'il lui certifia qu'il avait pris sur lui pour ne pas le faire elle se sentit quasiment touchée. Ça ne changeait pourtant rien à ce qui la triturait, est-ce qu'il ne l'avait pas fait parce qu'elle n'était pas assez bien pour lui, pas assez..... Pffffff... soupira-t-elle mentalement en tâchant de replacer ses mèches blondes jusqu'à le voir approcher et se statufier sur place. Qu'est-ce qu'il faisait ? Qu'est ce que..... Un câlin. Le genre d'étreinte qui fit péter, dans le creux de son crâne un gros, gras et lumineux « Just-friend » qui l'invita à froncer les sourcils en collant l'oreille contre son cœur. Néanmoins c'était déjà ça, et si sur le vif elle ne s'attendait pas à se faire étreindre, son propre palpitant battit la chamade et, frémissantes, ses mains redressèrent le cap pour mourir à aux bras du militaire. Elle tremblotait comme une andouille, miss assurance hein ?! Sûrement tien, face à lui tout ce qu'elle avait pu assimiler jusqu'à présent foutait le camp pour ne laisser d'elle que la jeune fille fleur bleue amatrice d'un romantisme dégoulinant et mal placé. Mal placé oui, car bien qu'elle sentit une léchée de frissons martyriser son épiderme au contact de ses lèvres contre son front, Collins savait parfaitement qu'il n'imaginait rien de plus. Le cœur en vrac, elle redressa les cils vers ses yeux et plissa  le nez.

- C'était plus drôle hier. Avoua-t-elle après avoir ravalé sa salive. J'suis supposé d'te dire merci d'avoir gardé ta braguette fermée ?

Malgré ses mots plus francs, elle n'en rosit pas moins et souffla un grand coup. Quand cesserait-elle de virer au rouge tomate ? Avec June elle ne le faisait plus, mais c'était sans doute révélateur de la relation professionnelle qu'elle avait avec elle, et la pleine confiance qu'elles s'accordaient l'une l'autre, du moins... Jusqu'à ce que l'avocate colle sa bouche sur la sienne et la laisse se démerder avec ça. Revenant à son regard, Collins esquissa un sourire tendre et redressa la main pour la glisser sur la joue du militaire. Ses cils vibrèrent une minute, habituellement elle ne se laissait guère aller à pareille démonstration avec lui mais il était adorable à sa manière. Elle avait une chance inouïe qu'il la considère aussi bien sans quoi.... Sans quoi il t'aurait tringlé hier et t'en aurais aucun souvenir nunuche. Lui imposa sa conscience à en faire pulser son cœur d'artichaut.

- Ça va oui... Pas vraiment en faite, mais un peu quand même. Le mal de crâne était toujours là et en croisant ses traits dans le vieux four qui ne servait plus, elle roula des yeux. Elle était pire que moche, pas étonnant qu'il lui veuille rien du tout. A part que j'ai cru qu'un moche rôdait dans la salle de bains quand je me suis croisée dans le miroir. Rit-elle plus ouvertement en dégageant la main de ses traits. Elle la laissa dégringoler le long de son bras et croisa ensuite les siens sous sa poitrine. Tu serais adorable au point d'me prêter des lunettes de soleil pour c'matin au moins, parce que sois franc Donnie, j'ai une sale gueule. Elle l'avait oui, et un simple regard par la fenêtre ou le soleil donnait lui filait l'impression que ses yeux allaient cramer sur place. Y a de l'aspirine dans la trousse ou tu vas m'sortir que le meilleur moyen c'est de lutter contre le mal par le mal en m'servant un shot ? Amusée, elle ne se rendit même pas compte de l'allusion que pouvait connoter sa phrase puis agrippa les reste de la cafetière froide. Y a le réchaud si tu veux pas l'boire froid, j'peux bien faire ça pour toi.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Be alive, be yourself...   
Revenir en haut Aller en bas  
- Be alive, be yourself... -
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Dead Or Alive 5 Ultimate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: