The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- We’re on each other’s team -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 495
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Jeu 14 Juin 2018 - 1:15
June écoutait attentivement le récit du jeune homme, hochant de temps en temps la tête sur certaine de ses pause. Elle ne condamnait pas son choix en ce qui concernait le maintien en forme des plus expérimentés du camp : en effet, le principe de base en nommant le militaire en responsable de formation, c’était de s’assurer que tout le monde ait les bases pour se défendre ou se mettre à l’abri, selon les situations et les besoins. Ensuite, un entrainement plus poussé n’avait rien d’aberrant, bien au contraire.

Ce qui lui plaisait moins, de base, dans le comportement de Jane, son interlocuteur vint à en parler : c’était son attachement absurde à l’uniforme. On croitait un soldat en plein trouble post-traumatique, incapable de décrocher même de retour de ses années de service. Il y avait une frontière entre l’implication motivée et la démence que l’ancienne marine avait outrepassée. Si son invité se montrait plus discret à ce sujet, Ela avait bien dit que la trentenaire avait cogné sur une alliée et sur mademoiselle Farrel. Mis à part tout ressenti personnel, c’était absolument inadmissible. Non seulement cela aurait pu compromettre tous leurs plans basés sur la coopération des American Dream, mais ça témoignait aussi d’un manque flagrant de self control. L’avocate n’avait jamais fait de service militaire mais elle supposait fortement qu’il n’était pas autorisé de frapper les hommes de son propre bataillon en pleine mission de terrain. On attendait d’être rentré à la base pour ça et on préférait fait un rapport au gradé, pour reprendre le vocabulaire que Jane aimait tant.

- Pour l’instant, elle reste affectée ici, répondit la rouquine après avoir prit une longue inspiration, je veux qu’elle soit toujours accompagnée d’au moins deux personnes qui ne soient pas de sa bande d’amis marine à chaque fois qu’elle met un pied dehors, ajouta-t-elle avec une froideur qui laissait clairement comprendre son opinion sur le sujet, et si elle refait un pas de travers, elle pourra rendre définitivement ses armes et se trouver une utilité parmi les civils, justement, ce qui serait une belle ironie du sort, parlant de ça, je me permets d’embrayer vers le dernier point que je voulais aborder avec vous : Donovan est reparti à Renton, il va y rester un moment pour superviser les opérations qui s’y déroulent, le temps que ce soit rôdé et qu’ils désignent un suppléent, il devrait s’assurer que leurs troupes sur place tournent correctement, on va donc avoir besoin de quelqu’un, ici, pour le remplacer pendant une durée indéterminée. Une idée d'une personne de confiance ?

En appuyant sur ce dernier mot, elle excluait automatiquement tout candidat ayant des affinités avec Jane et sa tribu. Idem pour les deux frères Rogers, qui avaient également gagné le droit d’être assignés à résidence. Sur une population si vaste, de toute manière, on était pas à l’abri de ce genre de déception – ça faisait partie du jeu.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2088
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Jeu 14 Juin 2018 - 10:05
Stan s’était montré assez neutre quant au cas Raikes. Il pensait qu’elle méritait effectivement une réprimande. Pour avoir été incapable de montrer l’exemple et avoir terni l’image de leur équipe. Il hocha la tête à la réponse de l’avocate, qui ne portait visiblement pas la Marine dans son cœur. Probablement qu’un temps passé à l’intérieur, à travailler davantage avec ces messieurs-tout-le-monde qu’elle méprisait pourrait lui ouvrir les yeux. Ils étaient nombreux à avoir deux ou trois choses à pouvoir lui apprendre…

June évoqua alors un autre sujet, où il fut question de Donovan. Le grand ami de Stanley. Depuis leurs différends quelques mois plus tôt, les deux hommes n’avaient pas vraiment fait la paix. Ils étaient davantage dans une phase d’indifférence, et leur relation restait purement professionnelle. Tout juste le plus jeune était-il allé le féliciter après la naissance de sa fille. Et s’il avait bien entendu la rumeur selon laquelle le grand dadais irait s’exiler un temps à Renton, son camarade ne l’avait pas crue. Pas avec son bébé ici. Il s’en sentit bête en entendant la rouquine l’affirmer pourtant. A croire qu’il avait encore surestimé le tatoué ! Dans tous les cas, cette affection sonnait pour lui comme une mise à l’épreuve. Après tout, malgré les enjeux qui se dessinaient par là-bas, le vrai cœur des Remnants se trouvaient ici, sur l’île. Stan fit un hochement de tête.

- Je vois, dit-il simplement. Il planta son regard acier dans celui de Phelbs, sans être certain de comprendre exactement tout ce qu’elle sous-entendait sous cette notion de « confiance ». Inutile de dire que ni Jane, ni les Rogers ne lui traversèrent l’esprit. Il haussa les épaules. Le choix est vaste, ajouta-t-il alors. Qu’ils soient ex-militaires, comme John ou Graham, ou même civils, comme Angel. Il ne cita personne toutefois, bien conscient que cette question n’était qu’une parade.

Il était persuadé que June avait déjà son idée. Après tout, elle avait déjà dû demander son avis à Arizona, dont elle était très proche, et ses plans étaient certainement déjà établis. La militaire faisait un peu office de bon toutou à sa mémère ! Cette pensée était toutefois emprunte d’une atroce mauvaise foi. Car Stanley avait bossé énormément avec sa collègue, pour la mise en place des formations et surtout le fichage de tous les membres de l’ile - pour déterminer le niveau de chacun et leurs affectations aux postes de sécurité - et ils s’entendaient vraiment bien. Ils faisaient du bon boulot et formaient une bonne équipe.

- Arizona va rester ici, j’imagine ? Enchaina-t-il, n’imaginant pas que leur responsable sécurité parte en cure en province. Quelle va être la ligne conductrice ici du coup, maintenant ? Niveau sécu. Précisa-t-il. Car leurs dernières expéditions s’étaient concentrées sur la recherche d’essence, et tout le nécessaire pour le projet American District. Mais ce dernier restait loin, et cet avant-poste ne garantirait aucune sécurité ici. Au contraire, une partie de leurs effectifs était détachée. Alors quid des initiatives pour protéger l’île et surtout répandre leur toile, bien au-delà de Fort Ward ?


« La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 495
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Ven 15 Juin 2018 - 0:23
Le choix était vaste, effectivement et pour le coup, June fut surprise du silence de son cadet. Elle s’attendait véritablement à ses suggestions puisque, en toute honnêteté, elle avait pensé à lui mais doutait que cela représente un investissement bien trop chronophage. Tant pis. L’avocate ne tenait pas à insister et, ainsi, laisser croire qu’elle était complètement démunie face à la situation. Elle reparcourrait avec Evelyn les notes qu’elle avait prise sur les profils des différentes personnes qu’elle avait rencontrées, l’une d’elle correspondrait forcément – peut-être ce Ray de qui Ela aimait se faire accompagner. Le sujet dériva vers la sécurité du camp et dans la mesure où Stanley devait adapter ses formations aux besoins, la rouquine ne pouvait pas faire l’impasse sur la question.

- Arizona m’accompagnera quand je serai à Renton – certainement pas plus d’un mois, précisa-t-elle, mais elle reste affectée ici, oui, autant parce qu’elle la considérait comme son plus fidèle atout partout les anciens militaires que parce qu’elle l’appréciait à titre personnel, on reste sur le même schéma pour la surveillance, la quarantenaire parlait là des roulements de rondes et de poste de garde, l’avant-poste nous sert de test mais nous avons un objectif, ici aussi, elle marqua un silence : ils avaient déjà parlé de sa vision pour le camp, continuer de faire ce qu’il faut pour lancer une agriculture viable et en quantité suffisante. C’est Valentine James que j’ai chargé de superviser ce chantier. Du moins… elle a l’expertise et les idées, mais il va falloir continuer de lui fournir le matériel dont elle a besoin.

Et la main d’œuvre, cela allait sans dire. L’horticultrice ne croyait que moyennement en l’idée d’un véritable investissement communautaire mais au contraire, June pensait que ceux qui ne voulaient pas risquer leur vie dans les conflits y trouveraient un excellent moyen de participer à l’effort collectif. Si leur expansion devait se poursuivre – et c’était le plan – leur centre névralgique devrait rester Fort Ward, ce qui signifiait qu’ils devaient garder une longueur d’avance. En tout. Nourriture, armement, médecine, effectif. A aucun moment les détachements devraient sentir qu’ils pouvaient renverser le pouvoir.

- Vous avez des suggestions sur la sécurité ? Demanda-t-elle sur un ton qui supposait que c’était le cas.

La concernant, elle avait déjà la tête à mille autres plans. Trouver des alternatives aux voitures, aux armes à feu, à tout ce qui était consommable et limité. Il faudrait aussi songer à une évacuation de l’île, dans le cas d’une catastrophe majeur qui les pousse à fuir et où les routes ne seraient pas une option. Des moyens de communication sur de longues distances méritaient d’être rétablies aussi. L’emplacement de Renton était parfait à la fois pour ailleurs et se maintenir hors de portée ; toutefois, être dépendant des allers-venues des convois était problématique pour s’échanger des informations.



Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2088
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Mer 20 Juin 2018 - 10:41
D’après les dires de l’avocate, les prochaines expéditions allaient donc être principalement orientées pour subvenir aux besoins de Valentine et une bonne partie des effectifs s’emploierait à l’intérieur même du camp pour continuer à mettre tout cela en place. C’était qu’il y en avait de la terre à retourner, s’ils voulaient espérer réussir à nourrir toute la communauté avec leurs potagers ! Stan acquiesça. Il se doutait que cette entreprise demanderait des efforts et prendrait du temps. Il se souvenait des boutures d’arbres fruitiers qu’il était allé récupérer presque un an plus tôt, avec Eddie et Lawrence. Tout juste des petits troncs s’étaient formés. Nul doute que l’experte en plantes avait aussi opté dans ses projets pour des légumes et produits nettement plus rentables à plus court terme. Il n’avait en tout cas aucun commentaire à faire sur ça. C’était important, il était d’accord.

Non là où il fourmillait d’idées et où ses réelles préoccupations résidaient, c’était effectivement pour tout ce qui touchait la sécurité de leur foyer et de leurs expéditions. Sortir de l’enceinte de Fort Ward, c’était inévitablement se jeter vers l’inconnu. Peu importe où ils pouvaient se rendre ! Et si c’était parfaitement normal quand ils s’aventuraient là où ils n’avaient jamais les pieds, se faire bêtement surprendre au nord de leur île, c’était inacceptable ! Et c’était déjà arrivé plusieurs fois…

- Quelques-unes, oui, affirma ainsi le jeune homme, abordant un sujet auquel il avait maintes fois réfléchi. Ils en avaient déjà parlé avec Arizona bien sûr, mais peu de concret en était ressorti. Le temps qu’ils mettent leur nouvelle organisation en place et s’organisent, Zack et sa clique étaient apparus et avaient chamboulé les priorités. On avait soulevé l’idée de caler un poste de guet avant Agate. Mettre trois ou quatre gars là-bas, les relayer toutes les semaines, et filtrer les passages - de vivants comme de morts, ça allait de soi - ça n’aurait rien de compliqué.

Et ce serait clairement une première étape. Un des projets dont ils avaient parlés était effectivement de boucler parfaitement le périmètre de leur île. Pas seulement la zone au sud où ils se réfugiaient, non. Un seul pont permettait le passage vers Brainbridge : l’Agate Passage Bridge. Un gros Resort se dressait juste à côté, seul, et pourrait leur fournir une belle planque. L’hôtel casino avait bien entendu déjà été visité. L’étape suivante serait ensuite de nettoyer d’une certaine façon l’intégralité de l’ile et ainsi étendre leur « safe zone ». Une initiative qui était déjà arrivée aux oreilles de June évidemment. Mais Stan pensait aussi à d’autres choses.

- Après notre point faible, c’est clairement les côtes, ajouta-t-il, sans dévoiler un scoop. L’ile les protégeait de bien des menaces, mais des rôdeurs s’échouaient toujours régulièrement sur leurs rives. D’où les rondes qu’ils faisaient. On passe encore trop d’temps, on perd trop d’énergie sur notre système de surveillance actuel. Est-ce qu’on envisage la pose de filets ? Une idée soulevée par Donovan. Difficile à mettre en place, elle demandait aussi pas mal d’entretien, mais se révélait tout de même vachement moins couteuse que de construire une muraille autour de Fort Ward. C’était pourtant ce dont ils auraient besoin. Après on pourrait gagner à ajouter un vrai point de chute du côté d’Orcad Point. Pour contrôler cette partie de la côte – c’est la plus proche de nous – et peut-être même que les convois pour Renton pourrait partir de là… Gagner une cinquantaine de kilomètres de route, c’était clairement à envisager, non ?!

Dans sa tête, Stanley imaginait plusieurs postes ainsi disséminées dans la baie de Seattle, autour de Brainbridge. Comme vers Alki point, et plus au nord, du côté de Magnolia. Pour pouvoir facilement irradier la région et étendre leur domaine progressivement. Mais cette approche restait intimement liée à leur politique de recrutement. Car pour l’instant, ils étaient encore trop peu nombreux pour jouer sur trente tableaux parallèlement.


« La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 495
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Mer 20 Juin 2018 - 23:53
Stanley avait toute son attention. Les yeux verts de l’avocate étaient fixés sur lui tandis qu’il déballait ses idées. Certaines suggestions dont elle avait déjà entendu parler, plus ou moins vaguement. Dans l’absolu, rien n’était mauvais et c’était même la suite logique de leur politique d’expansion. Toutefois, elle craignait qu’en alimentant trop vite la machinerie des avant-postes et de l’éclatement du noyau, elle fragiliserait la force de leur communauté au lieu de la renforcer. Lorsque le militaire mit un point final à son discours, June prit quelques secondes pour parfaire sa réflexion pour entamer lentement une réponse.

- Sur le principe, ce sont de très bonnes initiatives, mais… avant de se subdiviser encore, je pense qu’on devrait observer d’autres priorités, sous le bureau, ses jambes se croisèrent alors qu’elle s’adossait à son fauteuil, l’élaboration du quartier de Renton nous sert d’exemple et elle a déjà mis en exergue un premier élément crucial : le manque… d’engagement de certains de nos membres, elle avait choisi ce mot pour ne pas sonner trop impériale, des gens qui s’autorisent à discuter le déroulé d’une mission sur le terrain, jusqu’à suggérer de rester chez l’opposant, elle parlait bien évidemment des Rogers, ce n’est pas normal.

Sa voix glaciale était sans appel. La seule raison pour laquelle la rouquine n’ajoutait pas une sentence aux deux frères, c’était parce qu’elle n’était pas sur place à ce moment – elle ne s’octroierait pas la possibilité de supplanter l’autorité de l’israélienne. Pas cette fois. Toutefois, son opinion sur les énergumènes était désormais plus qu’arrêtée et quoiqu’on en dise, il ne changerait pas. Elle avait vu passer suffisamment de coupables pour croire aux mensonges, aux faux-semblants, aux remords intéressés mais pas à la rédemption. A défaut de pouvoir leur rendre la loyauté, il fallait empêcher la maladie qu’ils représentaient de se propager.

- On peut survivre à un avant-poste parce qu’Ela peut le superviser pendant que je reste ici. Si on croit un troisième point de chute, je n’aurais aucun responsable de confiance à y placer, sauf Arizona, mais il était hors de question qu’elle parte de l’île, et le faire malgré tout, ce serait prendre le risque que tout un détachement de notre population se mette à chercher son indépendance.

Voire pire. Si June faisait ces confidences à Stanley, c’était bien parce qu’en dépit de leurs différents et de ses antécédents, elle sentait qu’il se dévouait à la cause. Il ne rechignait pas contre la politique – pas totalement – et ne se découvrait pas une âme humaniste après autant de temps à massacrer d’autres survivants. Se prémunir de l’hypocrisie était une excellente qualité mais malgré ça, elle ne faisait confiance à personne.

- Avant, il nous faudrait des moyens de communiquer rapidement et recentrer l’attention de la population. Leur rappeler pourquoi on est encore vivants, pourquoi ce qu’on fait est nécessaire et… leur trouver une raison indiscutable de rester fidèle.

Le confort n’était visiblement plus assez attrayant et la quarantenaire préférait de pas ouvertement régner par la terreur. Puisqu’elle ne voulait pas montrer qu’elle tenait le bâton, il ne lui restait plus qu’à trouver une carotte suffisamment alléchante. L’idéal serait une découverte scientifique de l’équipe de Lawrence mais pour l’instant, ça n’était pas à l’ordre du jour. Avant de totalement plonger dans ses pensées, elle se ressaisit pour affirmer :

- Par contre, pourquoi pas essayer de creuser la possibilité d’avoir des filets et un poste de garde au niveau du pont, oui…

Elle restait sceptique sur ce dernier point. C’était un excellent avantage stratégique, notamment parce que plusieurs équipes avaient fait des mauvaises rencontres sur leur île et c’était inacceptable. Néanmoins, cela signifiait du coup envoyer trois ou quatre des leurs en territoire non balisé, à la merci des charognes ou d’autres survivants. Un tel projet devrait s’accompagner d’une battue dans tout leur territoire pour y dénicher d’éventuels vivants et les rallier – ou les éliminer.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2088
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Jeu 21 Juin 2018 - 10:28
Les arguments de June se tenaient. Ce manque d’engagement d’une partie de ses congénères l’horripilait tout autant. Ce manque d’empathie aussi envers les uns les autres. La mort de Swann l’avait prouvé ! On lui avait rapporté que Merl s’était même réjoui de sa mort auprès des paysans, alors que son corps était encore chaud. Bordel, il attendait son heure, mais ce bouseux paierait… Oui encore les Rogers… A croire qu’ils étaient au cœur de tous leurs problèmes ! Ceci dit, ça ne répondait pas à une question.

- La distance entre Renton et ici vous effraie pas ? répondit-il alors simplement. Pour tout dire, le jeune homme regrettait que leur avant-poste se soit établi si loin de chez eux. Fort Ward et l’American District formaient deux ilots complètement indépendants. Séparés par trop de distance. Si l’un se trouvait un jour en souffrance, il s’écroulerait avant que l’autre puisse lui venir en aide. J’comprends qu’ce soit pas nécessairement à l’ordre du jour, mais Orchad n’est qu’à 5 min en zodiac. Et les postes radios qu’on a actuellement fonctionneraient jusque là-bas largement. Ce ne serait pas pour lui un avant-poste à proprement parlé. Juste une nouvelle antenne. Qu’elle y médite…

Il réfléchit ensuite une seconde à ce qui pourrait motiver les gens, et pinça les lèvres. Il entendait les doutes de Casey et d’autres, sur leurs politiques, leurs décisions. Le vrai problème était que le syndrome Chambers était toujours là. Les habitants de l’île avaient perdu la foi dans leurs dirigeants, ils n’avaient pas cette impression de faire intégralement partie du mouvement. Un point que Stan avait soulevé lors de la révolte et qu’il ne manquerait pas de rappeler encore ! Mais June rebondit sur les points précédents, et le garçon acquiesça, satisfait, s’imaginant déjà bosser sur le second point.

- J’ai tout un groupe de gens que j’voudrais emmener davantage à l’extérieur, ajouta-t-il. Avec lui ou avec d’autres personnes compétentes. Des gens qui ont reçu la formation nécessaire, qui sont à l’aise sur les postes de guet, mais qui n’ont pas encore de vraie expérience du terrain. Inutile de préciser qu’il y avait tout un monde entre la théorie et les entrainements que dispensaient Stan et son équipe, et la réalité. Prendre poste à Agate pourrait être un dernier passage pour leur formation.

Cela faisait parfaitement sens. Car pour le militaire cette zone n’était pas non plus ultra dangereuse. Après tout, c’était un endroit qu’ils empruntaient plus que régulièrement. S’ils re-sécurisaient le casino, c’était même nettement moins difficile qu’une mission ravitaillement dans un lieu inconnu. Cela ferait un excellent exercice. Il en rediscuterait avec Arizona. Peut-être Donovan aussi avant son départ.

- J’imagine que la traque du groupe croisé en novembre ne reprendra pas tout de suite non plus alors, ajouta-t-il pour relancer le sujet. Il haussa ses sourcils, plissant le front.

C’était une des missions qu’ils s’étaient données en début d’année. Ils avaient ratissé pas mal de terrain au sud de Brainbridge, autour du point de rencontre. Ils avaient déniché tous les survivants qui s’abritaient sur leur chemin. En avait accueillis plusieurs. Éliminés d’autres… Ils n’avaient pas trouvé les Messiah pour la simple et bonne raison qu’ils avaient arrêté leurs recherches avant d’arriver vers Gig Harbor. Alors… ils laissaient tomber ?

- Pour recentrer les gens… reprit-il alors, pour revenir sur ce sujet. J’crois que leur expliquer davantage ce qui est fait et pourquoi, leur parler comme vous venez d’le faire avec moi, rien qu’ça, ça pourrait déjà resserrer l’sentiment d’appartenance au groupe. Lever l’voile aussi sur ce qu’y s’passe au labo. Chambers nous cachait trop d’choses. Donovan et Davis étaient complices, ils ont toujours une partie des rennes. Certains comprennent pas. Ils s’croient toujours manipulés, alors qu’il suffirait simplement d’leur expliquer. L'association avec Atkins, les plans pour la suite. Et écoutez c’qu’ils ont à dire aussi. La fameuse « voix du peuple » que Phelbs avait tout fait pour faire taire. J’sais que c’est pas forcément votre truc, mais l’problème est là.

Pour 99% des gens en tout cas. Chez les Rogers, c'était un problème de déficience intellectuelle aiguë. Il n'y avait pas de solution miracle contre ça !


« La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 495
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Mer 27 Juin 2018 - 10:02
Bien sûr que la distance qui les séparait de Renton l’inquiétait mais elle ne l’admettrait pas. Pas devant Stanley en tout cas. L’avocate était donc restée silencieusement, le menton pris dans une main, écoutant les arguments et les opinions déballées par le militaire. Ce n’était vraiment pas mauvais, la question était surtout de faire les choses dans l’ordre. Ils étaient nombreux mais pas encore assez pour s’éclater sur dix projets à la fois. Lesquels étaient prioritaires ? C’était là qu’elle allait devoir trancher. Quand le jeune homme arriva au moment de l’encourager à jouer la transparence, June expira un léger éclat de rire sceptique. Les gens – le peuple – n’avait pas besoin de tout savoir. Au contraire : lever tous les voiles, c’était leur envoyer le message qu’ils avaient leur mot au chapitre et l’étape d’après… c’était au mieux la révolution, au pire l’anarchie.

- Ils ont toujours été manipulés, les gouvernements ont toujours été plein de Chambers et ça ne les empêchait de vivre leurs petites vies, rétorqua-t-elle froidement, la vérité, c’est surtout qu’ils ont oublié. Les premières heures ici, quand personne ne comprenait, quand tout le monde avait peur, quand les pillards on attaqué, puis les morts…, ce n’était pas si vieux et pourtant, dans l’esprit de la rouquine, ce chaos était en noir et blanc, alors ils reprennent leurs habitudes d’américains moyens égocentriques et insatisfaits, jugea-t-elle sans détour, oh je pourrai… faire un discours, expliquer les enjeux, montrer patte blanche, mais je suis convaincue que ça ne marchera que pour une ridicule minorité. Il leur faut une raison, un objectif, qui leur donne une impression durable d’œuvrer pour le bien. Parce que c’est ce qu’on fait, rappela la quarantenaire en toisant son cadet, comme s’il avait tendance à l’oublier.

C’était ainsi qu’avait fonctionné tous les dictateurs. Non pas en se montrant clément et ouvert mais en canalisant l’attention du peuple sur une destination. Une perspective séduisante en temps de crise. C’était d’ailleurs à cela que servait la propagande, à rappeler pourquoi on travaillait à chaque heure de la journée. June finirait par en arriver à cette extrémité si les membres du camp continuaient de se perdre dans des élucubrations individuelles et puériles. Restait à savoir quoi ? Quel projet fonctionnerait assez ?

- C’est ok pour le poste à Agathe, revint-elle finalement au sujet précédent, je parlerai de Port Orchad à Ela et Arizona. Quant à la traque du groupe de l’automne… bien sûr qu’on laisse tomber pour l’instant, elle chassa leur existence d’un revers de la main, si tout continue à bien se passer nous, on leur retombera dessus tôt ou tard.

C’était pour l’instant trop de ressources dépensées pour trop peu de résultats. Soit ces gens étaient une communauté dérisoire, et ils ne pourraient rien contre Fort Ward, soit ils venaient effectivement d’un camp important, et June ne se sentait pas prête à entrer en guerre. Ils devaient s’assurer d’autres avantages – comme le contrôle de points stratégiques comme l’avait suggéré Stanley, ou l’autosuffisance alimentaire – pour être certains de s’imposer, quel que soit le conflit.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   
Revenir en haut Aller en bas  
- We’re on each other’s team -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Les "Team Trophée" à Neerpelt
» Landbouwkrediet Cycling Team
» Team Thuringer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: