The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- We’re on each other’s team -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: We’re on each other’s team   Lun 4 Juin 2018 - 10:30
Cela faisait quelques jours que Stanley et le convoi qui l’avait ramené à Brainbridge avait quitté Renton. La situation là-bas était alors stable, même s’il était difficile de prévoir ce que tout ceci allait donner par la suite. Des otages, un camp hostile épargné… c’était que leur nouvelle prise de position était jusqu’ici inédite !

- C’est plus confortable ici, répondit le garçon, après être entré dans le bureau de June et qu’elle lui demande en deux mots ses impressions sur l’American District. Les travaux prennent forme, l’endroit était déjà bien sécurisé. On en a profité pour donner un coup de main. Après tout, ça restait rudimentaire. Du moins pour quelqu’un ayant vécu sur l’île depuis le début de l’apocalypse. Pas que le jeune homme soit particulièrement douillet, mais reconnaissons-le : il y avait un gouffre entre les deux. Enfin j’vous apprend sûrement rien. Vous pensez y retourner ? Demanda le garçon en arquant un sourcil. Il regardait June, assise à son bureau en face de lui. Ils avaient laissé la situation aux mains de Zack et sa bande. Ça n’était évidemment que temporaire. Ela y retournerait, mais la rousse laisserait-elle sa comparse continuer à gérer seule cette affaire à distance ? Il en doutait.

L’israélienne avait pourtant gagné en autorité ces derniers jours. Cela ne s’était pas fait sans mal, et ils étaient encore nombreux à ne pas complètement la respecter, mais Stan avait apprécié la manière dont la brune s’était débrouillée jusqu’ici. Elle s’était montrée à l’écoute, avait affiché fermement ses idées sans faux-semblant et cela lui plaisait. Ok certes, elle manquait encore certainement de stature et n’aurait probablement jamais le charisme nécessaire pour être un leader exemplaire, mais qu’importait. Ce n’était pas le rôle qu’on lui attribuait.

Le militaire observa l’ancienne avocate, essayant de deviner ce qu’elle attendait de lui aujourd’hui. Il était curieux, mais nullement inquiété. Après tout, il pensait avoir fait du bon boulot jusqu’ici. Avec les formations, mais aussi là-bas, à Renton. Phelbs ne pouvait pas l’ignorer. Est-ce qu’elle se méfiait toujours de lui ? Qui savait… Car près de quatre mois après la révolte qui avait sonné la fin de l’ère Chambers, il était difficile de mesurer l’influence qu’avait toujours Stanley dans la communauté. Il s’était clairement fait plus discret et avait cessé de râler à tout va contre le système en place. Après tout, il devait leur laisser leur chance. Il ne cessait toutefois de parler, et sa position, au plus près de bon nombre de civils, donnait toujours de l’écho à ses dires. Il avait son réseau. A son retour de mission, après les évènements au ranch avec leurs nouveaux alliés, il avait notamment répondu à bien des questions sur son expérience auprès de ses « élèves ». Alors il n'était probablement pas à négliger !


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 604
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Lun 4 Juin 2018 - 20:15
- Je vais sans doute y aller le temps que Ela règle ses… « affaires personnelles », avait-elle répondu à la première question du militaire.

Ce n’était pas un secret que les frères Rogers avaient encore fait parler d’eux et la rouquine n’avait eu qu’à faire un tour dans la rue pour savoir que le savon qu’elle avait passé à Merl ne s’était pas fait dans la plus totale des intimités. C’était dommage car ce scénario était exactement celui qui effrayait l’israélienne le mois précédent : que son aventure avec le rancher de devienne matière à potins, qu’on ne la définisse que par son histoire amoureuse. Même si elle avait admirablement su faire la part des choses en condamnant les agissements de son compagnon au même titre que ne l’aurait été un autre membre du groupe, ça entachait le personnage qu’elle essayait de construire. Aux yeux de l’avocate en tout cas. Elle l’avait de toute façon mise en garde que ses choix n’étaient pas les bons : ni celui du partenaire, ni celui du coming out. Opter pour la discrétion lui aurait éviter cette situation délicate.

Enfin, ce n’était certainement pas pour parler des histoires d’amour de la veuve que Stanley était là. En dépit des rapports qui lui avaient déjà été faits par son homologue et par Donovan, le jeune homme était aussi l’un des responsables présents sur le terrain. Son avis était aussi valable que les autres et, puisqu’il était logé à la même enseigne, le voilà en tête-à-tête avec la rouquine. Elle ne portait déjà plus le noir, ayant arboré une tenue de deuil une journée en l’honneur de Swann Blackmore, pour se rabattre vers un top-tunique ample de couleur crème. Sa coiffure était un peu plus relâchée qu’à l’ordinaire ; deux mèches de feu encadrait son visage opale tandis qu’une paire de baguette retenaient un chignon flou.

- Dans tous les cas, je pense que ça peut être une bonne chose qu’ils me voient et que je leur parle.

Si elle ne le disait pas ainsi, sa formulation pouvait trahir qu’elle se projetait comme la souveraine mère de toute cette entreprise. Elle régnait, quand bien même certaines responsabilités étaient déléguées. Croisant les jambes sous son bureau, elle joignit également les mains pour poser les bras sur la surface en bois. Elle ne feignit aucune expression, ni intonation, quand elle engagea finalement :

- Je suis navrée pour votre ami, elle ne compatissait pas sincèrement bien sûr, c’était plus pour la forme, j’ai deux sujets à aborder avec vous. Tout d’abord, quelle est votre impression… « générale » sur les habitants de ce ranch ? Ont-ils l’air d’avoir… compris ? A qui ils ont affaire, mais aussi à quoi ils prennent part en cessant de résister ?

La pilule serait difficile à passer, probablement, mais la nature humaine était au changement. Après le choc émotionnel pouvait venir l’acceptation et la résignation. Maintenant qu’ils avaient frapper fort, l’idée allait être de faire comprendre à ces gens qu’ils avaient tout à gagner en entrant dans leur cercle. Une partie de leur ressource, c’était si peu cher payé au final…


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Jeu 7 Juin 2018 - 9:17
Le ton sur lequel la rousse évoqua les « affaires personnelles » d’Ela fut sans équivoque. Elle parlait bien entendu du cas des Rogers et son jugement sur ce point ne laissait pas place aux doutes. En même temps, personne n’en avait. Les frangins étaient des abrutis finis, ils le rappelaient sans cesse à ceux qui semblaient chercher à l’oublier. Leurs actes comme leurs prises de position n’étaient soumis à aucune logique. La pseudo camaraderie du militaire pour le cadet n’y changeait rien, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Merl décrochait de toute évidence le pompon, mais Jason en suivant systématiquement son ainé comme un mouton n’élevait guère le niveau des conversations. Mais passons…

- C’est certain, répondit Stanley à sa remarque suivante, en acquiesçant. Totalement conscient de la place de June dans toute cette organisation. S’il pouvait d’ailleurs lui reprocher quelque chose, c’était certainement de ne pas assumer et clamer cette position haut et fort. Elle gagnerait certainement en crédibilité auprès de tous à se montrer plus honnête et abandonner ce masque d’égalité qu’elle cherchait à partager avec Amrani et Davis.

Il fit un simple hochement de tête à l’évocation de Swann, et écouta le premier point qu’elle voulait évoquer avec lui. Après avoir récolté celui d’Ela et Donovan, elle voulait son ressenti à lui sur les habitants du ranch. Certainement pour évaluer comment donner suite à tout ça… Le jeune homme prit quelques secondes pour trouver les adjectifs qui représentaient pour lui au mieux ces étrangers qu’il n’avait que peu fréquenté.

- Ils ont l’air d’avoir une idée bien précise de c’que nous sommes. Je n’connais pas leurs expériences, mais ils nous ont tout de suite catalogués comme des ennemis hostiles. Ils ont l’air têtu. Dans l’action, ils sont… impulsifs. Suicidaires. Il suffisait de voir Caroline se jeter comme une désespérée avec sa voiture dans la horde. Ou Jefferson les saboter alors même qu’ils essayaient de les sauver. Ils ont compris qu’on n’rigolait pas, mais j’crois pas qu’ils aient saisi les avantages qu’ils avaient à faire partie d’notre monde, non. Pas tous du moins. Et pas à chaud. Ils avaient été remercié dans le feu de l’action en en sauvant quelques-uns, mais quand il s’agissait du groupe, ils n’avaient reçu que des reproches. C’était tellement plus facile de rejeter leur manque de défense sur eux que de se remettre en question. Y a moins d’un an, on les aurait liquidés, ajouta-t-il sans ciller. Pour toute dire, ce recours ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Peut-être l’aurait-il d’ailleurs préféré… Les faire changer d'avis s'ra pas facile. Faudrait cerner ceux qui ont vraiment l’influence chez eux - les Junes, les Stanleys, de ce camp - pour essayer d’les amadouer maintenant, d’prendre le temps d'les convaincre, ok - c'était sûrement l'idée de base - mais faut s’attendre à un peu d’résistance, j’crois. On aurait p’t-être gagné à les amadouer avant ça…

Il ne retint pas ce commentaire. June connaissait peut-être sa position sur ce sujet. Ou pas. Ils n’en avaient jamais réellement discuté ouvertement. Il était partisan de son côté d’une approche plus douce. Avec deux ou trois gars, qui s’approcheraient du groupe pour les cerner davantage et gagner un minimum leur confiance. L’étalage de force ne pouvait que braquer les gens et ils en avaient de nouveau fait l’expérience. Leur nouvelle politique leur laissait toutefois une deuxième chance… mais ils allaient devoir la jouer habilement pour faire changer d’idée à cette bande de butés.

- C’est quoi les plans pour la suite ? Demanda-t-il alors très franchement. Très curieux de découvrir ce que Phelbs avait en tête. Et s’il pensait ça réalisable.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 604
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Jeu 7 Juin 2018 - 13:44
La leçon n’était pas encore entrée, c’était normal. Il faudrait le temps de l’acceptation avant qu’ils ne puissent se rendre à l’évidence. Le fait que le militaire confirme que l’année précédente, ce camp aurait été éteint, mettait en exergue l’importance de leur nouvelle politique. Ils étaient globalement une trentaine. Morts, ils ne seraient qu’une poignée de cadavres de plus mais vivants, ils pouvaient représenter un boost certain dans leur rendement. Pas tout de suite, pas au cours de la saison prochaine. Après. Ça avait été un tord de croire qu’annihiler les autres leur garantirait une survie sur le long terme. Ça leur avait simplement permis d’arriver jusque là, d’être au sommet de la chaîne alimentaire. Mais que faisait une compagnie suffisamment stable pour ne plus avoir besoin de couler la concurrence ? Elle l’absorbait.

L’avocat approuvait totalement la stratégie qui consisterait à influencer les bonnes personnes de l’autre côté. Il y en avait forcément. Des gens qui s’étaient trouvés au mauvais endroit, au mauvais moment, mais qui à leur place, régirait exactement pareil. Elle regrettait alors que Stan ne souffle sa remarque sur le fait de les amadouer avant. Elle savait vaguement qu’il avait déjà prôné d’approcher les campements en douceur, de s’intégrer chez eux pour ensuite les endoctriner de l’intérieur, mais… à ses yeux, c’était une vaste perte de temps. Le temps nécessaire à se faire une place dans une autre communauté était bien trop important quand ils devaient garantir leur croissance à une échelle mensuelle.

Les grecs, les romains, les vikings, les perses, les britanniques, et toutes les autres civilisations connues pour leur règne et leur suprématie, avaient-elles gentiment frappé à la porte des pays voisins avant de les envahir ? Plus proche d’eux, les colons avaient-ils pris le temps de rallier les autochtones avant de s’approprier les Etats-Unis ? A peine les avaient-ils endormis avec des babioles qu’ils raflaient les territoires à coups de fusil. June n’éprouvait aucune compassion pour les ethnies éteintes ni ne se permettrait de juger ses ancêtres. L’Histoire était ainsi faite : de massacres et d'injustices. Des oppresseurs et des sacrifiés. Leur espèce empestait le sang, le nier, c’était se mettre une visière et se prétendre clairvoyant.

Elle n’avait pas rebondit alors, simplement dardé ses prunelles perçantes sur le jeune homme. Il était finalement loin d’être parmi les plus à côté de la plaque ici, elle pouvait lui épargner le cours d’Histoire. Sa question l’incita à inspirer, puis à changer de position, le dos calé contre le dossier de son fauteuil. Un instant, elle réfléchit à quoi dire et quoi taire. Comme toujours, compartimenter l’information, c’était la clef de son fonctionnement.

- S’en tenir à ce qu’on leur a promis : protection, peut-être d’autres avantages, en l’échange de leur coopération, elle pensait à un soutien en médecine par exemple, ça aurait de quoi faire changer quelques avis, tant qu’ils ne se montrent pas hostiles, on reste raisonnables. Ils doivent comprendre que notre objectif n’est pas d’être leur ennemi et qu’ils ont largement plus à gagner en se pliant aux règles, c’était de la redite finalement mais Stanley était sur la bonne piste avec ses réflexions, Evelyn viendra avec moi, elle restera à Renton un certain temps, son ton détaché dissimulait le fait qu’elle faisait même plus confiance en son assistante pour se montrer fidèle qu’en Ela – en un sens, elle mettait sa collègue sous tutelle, est-ce que… vous pensez à autre chose ? La résistance n’est pas un problème, mais est-ce… est-ce qu’il y a un risque qu’ils reçoivent de l’aide de l’extérieur, par exemple ?

La question pourrait paraître anodine, presque sortie de nulle part, mais la rouquine savait parfaitement pourquoi elle la posait. Un détail du rapport de Donovan et de l’Israélienne avait attiré son attention. Un piste qu’elle envisageait bien de creuser…


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Lun 11 Juin 2018 - 10:44
June préféra ne pas relever la remarque de Stanley et ce ne fut pas plus mal. S’il avait découvert un intérêt certain pour la géopolitique à l’âge adulte, il n’avait jamais été des plus assidus en cours d’histoire à l’école et aurait certainement manqué d’arguments. Dans tous les cas, les compteurs étaient remis à zéro. Cette tentative servirait de référence pour l’avenir. Phelbs testait sa méthode et ils en tireraient prochainement des conclusions selon les résultats.

Le garçon fit un hochement de tête entendu, pour approuver la suite du plan. Il ne réagit nullement quand elle évoqua Evelyn et le fait qu’elle resterait un temps à Renton. L’affectation ici ou là de la jeune femme le laissait clairement indifférent. Elle restait à ses yeux une brave fille mal-dégourdie et influençable. Il ignorait la force de sa loyauté et n’en avait surtout pas grand-chose à faire… Il plissa légèrement le front quand elle lui demanda de penser à autre chose et il ne répondit pas tout de suite quand elle évoqua une potentielle aide extérieure. Il plissa les yeux toutefois, la regardant tout en réfléchissant.

- Vous pensez au fait qu’ils aient fait partir leurs enfants ? Dire qu’il avait une théorie toute faite sur le sujet aurait été mentir. Il s’était déjà posé certaines questions, certes, mais ça s’était arrêté là. Il n’avait pas parlé aux otages, ne savait pas sur quel son de cloche ces derniers s’étaient accordés. C’est possible… dit-il pourtant, conscient que cette éventualité devait certainement être envisagée. Le tout est de savoir où ils avaient précisément l’intention d’aller. Ils ont sûrement voulu les mettre à l’écart parce qu’ils craignaient une confrontation avec nous. Qu'ils auraient perdue de toute évidence, vu le peu d'armement qu'ils possédaient ! Mais ils n’auraient pas envoyé leurs enfants sur les routes, sans un lieu précis en tête. Une planque familière. Il haussa une épaule. Le tout était alors de savoir si d’autres gens – et surtout combien ! – pouvaient vivre dans cette planque ! Ça peut valoir le coup d’la chercher sérieusement. Pour s’assurer que c’qu’ils pourront raconter est vrai. Après, la gamine sera peut-être plus encline à dire toute la vérité…

Ne disait-on pas que la vérité sortait de la bouche des enfants ? En tout cas, la petite blonde serait certainement plus influençable qu’un vieux barbu ! Puis Ela semblait avoir un bon contact avec les enfants. Elle devrait savoir l’amadouer. Stan soutenait en tout cas l’initiative de Zack d’avoir gardé Hope avec eux. Ni trop jeune, ni trop vieille, elle pourrait leur être grandement utile et peut-être réussiraient-ils à lui soutirer quelques informations capitales !

- J’peux vous poser une question ? Demanda-t-il ensuite, même s’il ne se formaliserait certainement pas de sa réponse. Atkins et sa bande… y a une raison pour leur laisser cette indépendance ? D’les considérer comme des « alliés », sans les intégrer complètement à notre groupe ? Après tout, ils avaient adoptés bon nombre de survivants isolés au cours de ces dernières années. Qu’est-ce qui les empêchait de considérer ces vendeurs de rêve comme de nouveaux Remnants à leur tour ?


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 604
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Lun 11 Juin 2018 - 16:34
- C’est bien cela, confirma-t-elle.

L’avocate pensait effectivement au fait que les habitants du ranch aient fait partir un petit groupe avec deux bébés et deux enfants. Même lorsqu’on était pas très malin – ce que les dirigeants de ce camp n’étaient visiblement pas – on envoyait pas des êtres aussi fragiles à la mort. D’après les retours qu’on lui avait faits, ces gens n’étaient pas très chargés, tout juste pour un ou deux jours de galère sur les routes. Cela signifiait qu’ils n’avaient pas l’intention de s’enfuir, ou de s’installer dans un endroit inconnu. Stanley semblait d’accord avec cette suspicion et il fit même une suggestion qui surprit agréablement la rouquine. Interroger la gamine…

- Excellente idée, approuva June en se promettant mentalement qu’elle ne manquerait pas de le faire.

Elle allait lancer le jeune militaire sur un autre sujet, étonnée de voir comme leurs points de vue concordaient sur le coup, mais il la devança avec une question. La quarantenaire l’autorisa d’un haussement de sourcils et finalement, un mince sourire calculateur étira ses lèvres. Elle se redressa pour revenir s’appuyer sur son bureau et joindre les mains. Son timbre se fit plus bas, presque comme s’ils entraient dans un domaine de confidence.

- Le sont-ils vraiment ? Indépendants, précisa-t-elle au cas où son interrogation ne soit pas claire, s’articuler autour de Zack nous a permis de gagner du temps dans le choix d’un avant-poste et nous permet de disposer, indirectement, de son fond de commerce, ces micro-communautés qu’il avait déjà asservie et qui le reconnaissaient comme leur oppresseur, il nous sert aussi de modèle… quand quelqu’un se demandera si nous sommes réellement capables de travailler en association, on montrera les American dream, ils feront office de bons élèves. Elle eut un petit rictus faussement amusée : c’était drôle qu’une entreprise si laborieuse se soit dotée d’un nom si ambition, mais si ça ne se passe plus comme prévu, si nos intérêts changent… ils ne sont qu’une poignée, une valeur insignifiante contre leurs troupes, et on récupérera toutes les relations qu’ils avaient établi en nous faisant passer pour leurs sauveurs.

A la fin, ils étaient forcément gagnants. Sur cet échiquier, l’équipe de Renton n’était qu’un pion sous le joug de la reine. Sans doute l’ancien homme d’affaire le savait. Il avait brillé, il avait impressionné lors de la prise du ranch… mais il ne suffirait que d’une parole pour être rayé de la carte. Lui et ses partisans. Cette alliance n’était qu’un camouflage qui dissimulait le fait qu’ils avaient annexé les activités de Zack. Qu’il l’admette ou non, qu’il le veuille ou non, il était déjà trop tard pour lui et sa liberté. Quelque part, être avec eux c’était être eux. Ou mourir.

- Tant que l’on est sur ce qui se passe à Renton, relança l’avocate de sa voix ordinaire, que pensez-vous de mademoiselle Raikes et de son comportement sur le terrain ?


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   Mer 13 Juin 2018 - 12:01
Stanley apprécia la confidence de la rousse. Elle lui expliqua sa pensée et le jeune homme put en apprécier l’ingéniosité. Zack et sa bande étaient en quelque sorte sur un siège éjectable. Si tout se déroulait comme il fallait, ils resteraient de la partie jusqu’à l’arrivée, recevraient même certainement quelques lauriers. Sinon… et bien ils seraient tout bêtement sacrifiés. Et ça n’aurait rien de personnel. Au cours des quelques jours qu’il avait passé dans l’American District, le militaire avait en effet pu apprécier rapidement quelques-uns de ces gens, sympathisant rapidement avec eux. Il acquiesça, conquis par la parade. June embraya ensuite sur le cas de Jane et ses esclandres. Stan pinça les lèvres en soupirant.

- Sur les précédentes sorties qu’on a pu faire ensemble, elle s’était montrée réglo. Elle est un peu brut de décoffrage, mais sur l’terrain, j’l’ai toujours vue plutôt pro, consciencieuse. Exigeante aussi. Ce n’était pas pour lui envoyer des fleurs qu’il disait ça. Ils n’étaient pas copains plus que ça. C’est pour ça que j’l’ai recrutée pour les formations.

Jane gérait le maintien en forme des plus confirmés. Une nouvelle approche, à la dure, mais qui pouvait porter ses fruits et en inviter certains à encore plus se surpasser. Sachant que ces cours en mode « expert » n’étaient pas aussi obligatoires que les formations basiques pour les débutants. Celles dont se chargeaient entre autre Stanley. Il continua :

- Elle fait gaffe à ses équipes. Elle reste très attachée à l’uniforme par contre, c’est certain, ajouta-t-il pour nuancer un peu tout ça. Et d’une certaine façon, il était persuadé que tout découlait de ça… Elle le lui avait dit : pour elle les civils ne seraient jamais complètement capables de les égaler. Ainsi il n’était pas si surprenant que les initiatives de certains d’entre eux l’aient passablement irritée. Le côté, on n’fait qu’un avec les civils, je n’crois pas qu’ça lui plaise des masses. J’n’étais pas là, quand elle a fait parler d’elle, ajouta-t-il, affirmant ainsi qu’il ne pourrait pas aisément juger ses actes lors de cet évènement, mais de c’que j’ai compris, elle a craqué sérieusement.

Il haussa les épaules. Pour tout dire, il n’avait aucune explication à cela et ne s’amuserait pas à jouer les psychologues à deux balles. Trop de stress ? Problème d’affinités ? L’important n’était pas nécessairement « pourquoi » et probablement que l’avocate s’en moquait tout autant.

- Quelle sanction l'attend ? s'enquit-il par curiosité.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: We’re on each other’s team   
Revenir en haut Aller en bas  
- We’re on each other’s team -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Les "Team Trophée" à Neerpelt
» Landbouwkrediet Cycling Team
» Team Thuringer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: