The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- You should've thought about it before. -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3708
Age IRL : 25
MessageSujet: You should've thought about it before.   Lun 21 Mai 2018 - 23:47

Mercredi, 16 mai 2018





Debout dans le bureau d'Amrani, le trentenaire était planté devant la fenêtre, fixant la vie qui se déroulait à l'extérieur sans dire un mot, les deux mains vissées dans les poches de son jean, la gauche tenant -autant par habitude que par nécessité- le poing américain qui y était logé. Les cernes sous ses yeux ne semblaient une nouvelle fois plus vouloir le quitter, et ce n'était pas avec les derniers jours qu'il parviendrait à récupérer un peu de sommeil. La veille avait été bien trop éprouvante pour cela et, pour couronner le tout, ils avaient eu une discussion relativement houleuse avec Kyle au sujet des otages, de la tuerie, et de tout ce que le journaliste ne tolérait que trop mal. Mais ces états-d'âme n'avaient assurément pas leur place dans le bureau de l'Israélienne et Zack gardait ce masque froid, le masque de celui qui ne pouvait être atteint, tentant au mieux de masquer sa contrariété. De toute façon ils étaient tous plus ou moins dans le même cas. Tous avaient quelque chose à reprocher à quelqu'un, une perte dans leurs rangs, des conversations et remises au point compliquées.

Celle qu'il avait justement la veille avec l'architecte avait été de celles-ci. Elle ne tolérait pas le fait qu'il ait décidé d'amener ici la blondinette, point noir de cette alliance apparemment. Mais si l'ancien homme d'affaires comprenait, il n'en démordit pas, persuadé que garder cette enfant serait le meilleur moyen de pression sur la mère et, par extension, tout ce groupe de pécores. Il avait assuré, selon la volonté de la brune, que la fillette ne subirait aucun mauvais traitement, qu'elle serait bien encadrée et pas malmenée. Zack avait parlé pour les siens, évidemment ; si quelqu'un de l'île se décidait à s'en prendre à la gamine il ne pouvait pas s'en tenir pour responsable. Mais dans tous les cas, s'il lui arrivait quelque chose, il se chargerait lui-même de démonter celui ou celle qui aurait touché la fille de celle qui lui avait filé entre les doigts il avait un peu plus dans an de cela. Mais leur discussion ne s'était pas arrêtée là, amenant un second point où ils étaient, contre toute attente, tous les deux tombés d'accord.

Les moutons noir du groupe de la brune. Ceux qui n'avaient pas hésité à mettre en péril toute leur organisation et bâcler la crédibilité qu'ils auraient dû avoir face à ceux qui leur étaient désormais asservis.

Zack avait alors laissé Ela s'entretenir avec les deux rednecks de service, peu désireux de s'immiscer dans leurs petites histoires, notamment parce-qu'il entendu la gueulante de la femme, et il semblait qu'elle était bien plus impliquée personnellement envers le moustachu qu'ils ne l'avaient laissé entendre. Mais après, leurs histoires de couple ne regardaient personne. Il avait néanmoins perçu quelques bribes de la soufflante de la brune, appréciant son soutien même s'il ne le lui dirait pas directement, simplement parce-qu'il n'était pas de ceux qui écoutaient aux portes. Elle lui en parlerait si elle le voulait, sinon ils s'en tiendraient à ce qui était convenu. Mais outre ces deux abrutis, un autre membre parmi leurs alliés avait fait naître la colère du blond : Jane. Morgan lui avait raconté ce qu'il s'était passé quand ils avaient trouvé les gosses et les fuyards. La militaire avait littéralement pété un plomb, cognant Victoria avant de s'en prendre sans la moindre retenue à une personne de son propre camp. Elle devait être totalement demeurée pour en venir à cela. Les militaires n'avaient pas une formation leur permettant justement de contrôler ce genre de situation ? Mettre de côté les différends et contrôler ses pulsions ? Certainement que si. Alors soit elle avait raté cette part de la formation, soit elle était juste complètement dégénérée.

Et c'était d'ailleurs Raikes qu'ils attendaient dans ce bureau, des sbires d'Amrani l'ayant convoquée.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ela Amrani
Leader | Remnants
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 05/11/2017
Messages : 308
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Mer 23 Mai 2018 - 23:24
Assise derrière son bureau, se massant doucement la tempe, Ela ne cessait de passer en revue les événements de ces derniers jours. Elle savait ce qu’on lui reprochait, mais ce qu’elle savait aussi c’est qu’elle avait fait de son mieux pour recoller les morceaux entre les siens. Entre la désobéissance des uns, l’excès de zèle des autres. Ela avait clairement discréditée aux yeux de tous. Et tous les doigts convergèrent sur elle parce qu’elle n’avait pas su tenir ses hommes. Mais bon sang, elle était diplomate et non chef de guerre. Si elle ne pouvait même plus compter sur son soutien militaire pour l’épauler, comment pouvait-elle faire ?! Elle se répétait en elle-même qu’elle aurait du prendre le Major Ray avec elle pour l’escorter auprès des enfants. Mais elle avait eu besoin de lui pour gérer les hommes au Ranch. Le garder pour elle lui semblait alors, égoïste. Peut-être aurait-ce été du bon sens ? Au lieu de ça, elle s’était reposée sur l’expérience de Raikes et s’en était mordu les doigts. Tout comme elle s’était reposée sur un autre acquis qui n’en était visiblement pas un ; le soutien de Merl. Blessée en plein cœur, elle n’avait pas soupçonné un seul instant qu’il oserait l’humilier de la sorte devant leurs hommes, ceux d’Atkins et le clan du Ranch. C’était probablement ce qu’un dirigeant ressentait quand il devait prendre des décisions difficiles.

A ce sujet du moins, Atkins et elle étaient tombés d’accord. Certains de ses hommes ne pouvaient rester au District. Si elle avait su épargner une entrevue entre Atkins et les Rogers, il restait encore une personne à qui parler. Le cas de Merl et de Jason ne concernait pas Zack ni son groupe. Sa relation personnelle avec Merl avait facilité l’échange, d’autant plus qu’aucun des deux hommes ne souhaitaient rester sur l’île. Mais elle avait su leur épargner cet échange car il aurait été beaucoup trop douloureux pour elle, d’assister en leader à l’échange qui se serait produit. Elle avait encore du chemin à faire. Mais une chose à la fois. Aujourd’hui, elle envoya le Major Ray chercher Jane, tout en lui glissant quelques mots ; elle ne voulait pas de sa présence en ces lieux. Elle avait besoin de se dresser contre l’un des siens en tant que chef, sans l’appui d’une figure d’autorité pour se faire entendre. Elle n’était le pantin de personne. Mais visiblement, si Ela avait le malheur de se reposer sur un confrère masculin, cela voulait irrémédiablement dire qu’il l’écrasait ? Elle n’aurait pas mieux parlé qu’Atkins lors de ces échanges. Et elle était bien trop heureuse de le laisser s’exprimer à leur place, à tous les deux, alors qu’elle tentait de réparer les conneries des siens derrière.

Enfin, on frappa à la porte. « Entrez. » Le Major Ray ouvrit la porte pour laisser entrer Jane Raikes dans le bureau d’Ela. L’israélienne s’était redressée, toujours assise dans son siège elle regardait la nouvelle venue avec un air déterminé et froid. Alors elle hocha la tête et le Major sortit, refermant la porte derrière la Marine. « Merci d’être venue, Jane. Je suppose que tu te doutes un peu de la raison de ta présence ? Il me semble qu’il s’agit là de plus qu’un désaccord interne, d’où la présence de Monsieur Atkins avec nous. » Qu’elle ait levé gratuitement la main sur une Jenna qui acceptait de prendre sur elle pour obéir était une chose. Lever la main sur un membre du groupe allié, sur lequel ils n’avaient aucun droit – comme Ela l’avait assez répété – en était une autre.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 162
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Jeu 24 Mai 2018 - 21:59
You should've thought about it before



Peu de temps s'était écoulé depuis notre retour à notre avant-poste mais j'avais la désagréable impression que nous y étions depuis des mois. Il n'y avait pas eu d'autres évènements majeurs depuis la veille hormis une nouvelle discussion de groupe entre Marines, Hannah parmi nous. Certains de mes soldats commençaient à remettre en cause le bien fondé de cette alliance avec ce groupe extérieur des AD, quelques uns encore me firent aussi des reproches, surtout Gladstone. Le plus vieux d'entre nous me connaissait bien mieux que tout le reste et bien qu'il me fasse des reproches, le trentenaire comprenait bien que désormais, il allait nous falloir être encore plus vigilants qu'à l'ordinaire en leur présence. Chez nous au moins, nous pourrions reprendre notre vie quotidienne. Intérieurement, alors que Hannah collait son dos contre ma poitrine en échangeant avec Pressly, j'étais contente d'avoir un homme comme Gladstone à mes côtés. Il était comme il était mais il était nécessaire à la vie de notre groupe. Les discussions continuaient encore pendant la soirée et bien qu'il y ai eu des désaccords, l'ensemble des Marines partageaient le même point de vue que lors de la première discussion dès mon retour. Au milieu de ce tableau somme toute gratifiant, je savais aussi qu'il y avait une ombre : la hiérarchie n'allait sûrement pas m'en tirer comme ça. Un debrief et une sanction certaine tomberait. Un des miliciens de notre groupe m'avait prévenu la veille que cette réunion viendrait sûrement le lendemain, sans plus attendre.

Les ordres dès le lever avaient été de faire l'inventaire complet de chaque Marine et d'Hannah, je voulais que les troupes qui étaient avec moi soient prêtes à partir à tout moment, comme si j'avais l'intuition que dès la fin de cette réunion, il me fallait quitter les lieux. Je sentais l'heure de cette confrontation silencieuse approcher et bien que je refusai de l'admettre, je stressai. Au milieu du paquetage en train d'être fait, Hannah essaya de me détendre et malgré le fait que ce fut difficile, je sentis le stress se réduire légèrement. Je n'avais pas peur de me retrouver dans une pseudo cour martiale mais ce qui me préoccupait voire m'inquiétait était la sanction qui allait tomber. Pour des conneries que d'autres avaient faites, j'allais prendre à leur place, un peu comme dans le temps. Qu'une putain de foutue de vie de merde.

Pendant que je m'assurai que tout le monde avait ce qu'il fallait et qu'il ne manquait plus que les armes, les casques et les gilets pare-balles, Pressly vint dans la pièce principale de la maison que l'on occupait pour me prévenir que le major Ray m'attendait dehors. Je compris aussitôt que l'heure était venue pour ce debrief. Dès que la nouvelle s'était répandue, je me rendis à l'entrée de la maison, le major Ray m'attendant, les mains dans le dos en posture de repos.

Jane, JANE !!

Hannah ?

J't'accompagne.

Hannah, c'est entre moi et eux, t'as rien à voir là dedans.

Va chier. Je viens avec toi. Jusqu'à la porte. Et je défonce tout en faisant ma She-Hulk s'ils te touchent.

... Tu voudrais pas plutôt devenir Storm ? Ou Black Widow ?

J'suis pas assez black ni rousse...

Je fis un rire moitié nerveux et amusé avant de lui prendre la main. Le major se mit à toussoter ce qui nous fit tourner nos têtes vers lui avant que l'on ne le salue par réflexe. L'homme me mit au repos avant de me faire signe de le suivre. Je me mis aussitôt à sa suite, me passant la main dans mes cheveux courts sur ma tête nue avant de m'assurer que mon arme de poing était bien dans mon holster fermement attaché à ma cuisse. Il est vrai que la présence de mon arme pouvait interroger mais je ne m'étais jamais déplacée sans arme au sein de l'avant-poste, la présence des AD me poussait à une méfiance peut-être un peu trop affirmée mais savoir cette arme contre moi me permettait de rester aux aguets. Hannah m'emboîta le pas après notre départ, nous deux derrière l'officier noir. Personne ne pipa mot jusqu'à la porte et Hannah me serra la main une dernière fois avant de me laisser y aller. Je réajustai et lissai mon uniforme des Marines avant que Ray n'ouvrisse la porte. Je fis mon entrée dans la pièce sans un mot ou un salut. Le major referma la porte derrière moi, devinant que l'officier et Hannah attendaient derrière, au dehors et pour empêcher que la réunion ne soit dérangée. Nulle parole ne fut lancée les premiers temps, me permettant d'observer environnement et protagonistes.

Deux personnes se trouvaient là, elles seraient à coup sûr les deux seules avec qui je m'entretiendrai. Un homme blond était debout, je me rappelai de lui, il était présent lors de mon arrivée dans la dernière fois pour faire mon rapport au major. Sachant le statut des présents, je supposai donc que c'était le chef de cette bande des AD, le fameux Atkins, celui qui tenait donc d'une poigne de fer son groupe, le responsable avec qui Phelbs avait entériné cette alliance qui ne satisfaisait pas grand monde au final. Il paraissait fatigué à en juger par les cernes qu'il arborait mais nous l'étions tous. Il avait les deux mains dans son dos, engoncées dans les poches de son jean. Malgré son air fatigué, le type envoyait un air que j'avais vu plus d'une fois chez un officier supérieur, un air grave et impassible visant à impressionner l'interlocuteur. J'eus comme l'intuition que j'allais surtout avoir affaire à lui, reléguant presque Ela au rang d'observatrice. En parlant d'elle, l'Israélienne était assise à un bureau, au même niveau où se trouvait Atkins. La femme était toute aussi fatiguée que nous l'étions mais elle se voyait davantage sur elle, comme si ces derniers jours avaient épuisés tout le monde. Ela tâcha d'arborer le même air indéchiffrable qu'Atkins mais j'avais comme le sentiment que c'était plus dur pour elle. Personne ne voulait être là en cette occasion mais les circonstances étaient particulières. Personne d'autre ne se trouvait dans la pièce mais mon instinct durement éprouvé de militaire me poussa à rester vigilante. Gardant une petite distance entre Ela et Atkins, je me mis en posture de repos, les mains jointes dans le dos en fixant les deux personnes présentes. Ne sachant quelle posture adopter et n'ayant reçue aucune invitation à m'assoir, je préférai prendre un position que je connaissais et que je prenais par habitude en m'adressant à un supérieur dans un cadre formel. Rien n'était fait ici en matière de provocation, je me savais en position dominée mais je ne baissai pas la tête. On ne baissait en aucune manière la tête chez les Marines, on regardait droit devant soi la tête relevée, peu importe si on faisait face au lieutenant de son peloton ou au colonel de sa brigade. Je répondis alors à Ela, du même air impassible qu'eux.

En effet, j'sais pourquoi j'suis là. Mais si j'ai la permission de poser une question... j'me demande si j'suis là pour qu'vous entendiez quelque chose d'ma part ou si j'suis juste ici pour savoir c'que j'vais subir pour c'que j'ai fais.


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3708
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Dim 27 Mai 2018 - 22:00

Quand enfin des coups se firent entendre à la porte, le blond s'était détourné de la fenêtre, mains toujours vissées dans les poches de son jean, jusqu'à faire quelques pas vers le bureau où se trouvait Amrani. Simple automatisme. Une manière de montrer qu'ils n'étaient pas en désaccord et que c'était bien comme un seul corps qu'ils allaient s'entretenir avec Raikes. Et à peine vit-il son regard qu'il senti une certaine colère l'envahir. Oh il n'allait pas foncer dans le tas, il ne se rabaisserait pas à cela et, de toute façon, elle pourrait écoper de sanctions bien plus significatives, mais il était évident qu'il ne digérait pas ce qu'il s'était passé. Ancien directeur de société cependant, il savait pertinemment comment garder une certaine distance dans ce genre de cas et les nombreuses années d'expérience lui avaient permises de mener à bien son entreprise jusqu'à aligner un certain nombre de zéros sur ses comptes. Mais il n'était pas question d'argent dans cette situation précise et, de toute façon, les billets verts ne valaient plus rien du tout. Ce qui comptait en revanche c'était que cette alliance toute nouvelle se passe bien, sans accroc ni menace, et ce n'était clairement pas le cas au vu des réactions totalement déplacées de la militaire qui pouvaient bien mettre en péril l'entente jusqu'alors cordiale des deux groupes.

Laissant Amrani lui adresser les premiers mots, Zack avait tiré les mains de ses poches, croisant les bras contre sa poitrine en s'adossant contre le bureau de l'Israélienne, toisant la militaire de cet habituel regard hautain dans lequel se lisait également un désaccord profond. Il ne disait rien pour l'instant, ne relevant même pas cette histoire de ''désaccord interne''. Aux yeux du blond, même cela était inacceptable. Le problème ne relevait pas du fait que la femme ait cogné Victoria précisément, mais qu'elle ait cogné tout court. L'un des siens ou une personne de son propre groupe à elle, le résultat était le même : elle s'était laissée dépasser par sa nervosité, avait mis tout leur plan en péril, et ça... ce n'était pas acceptable. Un professionnel ne faisait pas cela, jamais, pas s'il souhaitait mener ses troupes de manière fiable. Mais Raikes n'était qu'un pion dans l'échiquier, elle ne dirigeait pas, si ce n'était ce petit groupe d'amis qui semblaient la suivre partout où elle allait mais, dans le fond, Atkins avait bien compris qui dirigeait dans ce groupe et qui se croyait, à tort, au dessus de tout.

Lorsque la femme pris une position de repos, il n'avait pas bougé non plus, se contentant de garder cette même position légèrement nonchalante et cette attitude fermée du type qui croisait les bras. Au fond, c'était bel et bien le cas. Zack pouvait se montrer compréhensif dans certains cas, patient dans de plus rares situations, mais lorsqu'il jugeait que les limites étaient dépassées, il était inutile de parlementer avec lui et les soufflantes qu'il déblatérait avaient déjà fait comprendre aux siens qu'il y avait de ces choses à éviter. Mais Raikes n'en savait rien et, après tout, il avait été défini avec la Petite Cheffe qu'il n'aurait pas d'ordres à donner aux survivants de Bainbridge, tout comme il ne devait en être donné à ses compagnons. Néanmoins, il n'avait rien à se reprocher et, s'il avait pris les choses en main lors de l'échange avec les pécores du ranch, c'était précisément parce-qu'il également au nom d'Amrani. Il y avait eu des désaccords, c'était inévitable, et ils en avaient discuté afin d'éloigner toute possibilité d'opposition et de se retrouver sur la même longueur d'ondes.

Les premiers mots fusèrent alors de la bouche de Raikes. Son ton lui parut relativement désinvolte, bien trop, mais il ne relèverait pas parce-que ça aussi, il avait appris à prendre sur lui avec le temps et ne plus s'offusquer pour si peu ; bien que cela n'arrangea rien à son regard déjà bien sombre. Arquant alors un sourcil, il avait inspiré profondément, ne quittant pas la concernée des yeux. « Inutile de perdre votre temps à expliquer quoi que ce soit. Les faits sont ce qu'ils sont, le reste aurait dû être réfléchi avant » avait-il lancé sur un ton neutre qui témoignait cependant bien qu'il était inutile qu'elle se mette à justifier son acte. Il ne souhaitait rien entendre, tout comme il n'aurait pas souhaité entendre l'histoire de Victoria -si tant est qu'elle ait voulu lui en parler, ce qui n'était pas arrivé- parce-qu'en effet, les faits étaient là. Il se fichait d'ailleurs pas mal d'avancer l'idée que Raikes avait agit bêtement, sur un coup de tête, puisque c'était précisément ce qui était arrivé. « Ela... » avait-il alors dit en tournant la tête vers l'architecte, attendant qu'elle prenne la suite et qu'elle explique à la gradée quelles sanctions seraient appliquées. Bien sûr, il aurait pu lui-même le dire puisqu'ils avaient convenu au préalable de la résultante de cet acte, mais ce n'était pas à lui de le faire. Amrani devait parler aux siens, les diriger, et Dieu savait qu'elle en était capable, lui tâcherait simplement d'assurer ses arrières si l'autre se montrait trop virulente.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ela Amrani
Leader | Remnants
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 05/11/2017
Messages : 308
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Mer 13 Juin 2018 - 16:18
Assise derrière son bureau, l’israélienne se faisait souveraine. Droite et froide, elle ne frémissait pas. Ce qu’il s’était passé ses derniers jours était venu à bout de son indulgence et lui avait fait comprendre qu’il ne fallait pas espérer que son équipe lui donne sa chance. C’était plutôt l’inverse. Ce serait à présent à eux de lui prouver qu’ils méritaient leur chance de rester à Renton et de faire avancer l’Histoire. Sous les ordres de l’architecte, et de personne d’autre. Ce qu’elle s’échinait à construire avec June était trop important. Elle s’était montrée patiente. Mais tous ici, Jane y compris, avaient l’occasion de lui montrer ce qu’ils valaient sur le terrain. Le résultat était décevant. Mais Ela ne rejetait pas forcément la faute sur les autres. Elle comprenait son erreur ; elle attendait trop des autres. Alors que nous étions toujours mieux servis que par nous-mêmes. Ce respect qu’elle voulait inspirer, elle ne l’attendrait plus. Elle irait l’imposer. Elle avait observé les failles, analysé chaque situation donnée. Elle ne ferait pas deux fois la même erreur. Elle avait d’emblée donné sa confiance à son équipe, mais comme Jane allait le découvrir ; la confiance, ça se mérite.

La militaire se posa face aux deux décisionnaires, droite et probablement un peu trop désinvolte, compte tenu de la situation dans laquelle elle se trouvait. Quand elle ouvrit la bouche, Ela la jaugea en silence, froide comme la glace. Zack prit la parole pour balayer ses explications avant de se tourner vers elle pour lui céder la parole. L’israélienne hochant la tête, avant de s’appuyer contre le dossier de sa chaise, le regard dur posé sur Jane. Nul doute que, même assise, l’architecte campait cette position de supériorité par rapport à la militaire. « De fait, je n’ai besoin d’aucune justification. Après tout, j’étais présente. Tu as désobéis à un ordre direct, agressé sans véritable motif deux de tes coéquipiers qui elles, avaient écoutés. » Jenna avait accepté de rendre son ordre sans rechigner, et Victoria avait fait baisser la tension d’un cran. L’intervention de Jane était donc malvenue. Elle ancra son regard dans celui de la militaire. Elle était déçue d’un tel comportement de sa part. Elle avait pourtant compté sur son savoir-faire et son self-control pour cette mission.

« Tu vas rentrer sur l’île avec le premier convoi. Nous nous sommes mis d’accord sur la sanction à prendre pour un tel comportement, et nous n’avons pas besoin de détracteurs à Renton. » D’autant plus qu’Ela n’aurait pu protéger Jane d’éventuelles représailles. Sa présence ici compliquerait les choses, pour tout le monde. «  Tu es exclue de cet avant-poste jusqu’à ce que tu puisses nous prouver que tu es capable de te contrôler et de travailler en équipe. » Elle pointait là où ça faisait mal, car elle n’ignorait pas le self-control habituel des Marines, ni leur capacité à se coordonner entre eux. Mais ce n’était plus suffisant. Si elle voulait revenir, il ne lui suffirait plus d’être une Marine qualifiée. Elle devrait le mériter. « Ton équipe a le droit de choisir s’ils veulent rester ou partir avec toi, après tout … Ils ne sont pas responsables de ton comportement. » Dit-elle d’une voix un peu hautaine. En les ramenant sur l’île, Jane prendrait la responsabilité de priver plusieurs personnes de participer à cette avancée. A elle de décider si elle les pousserait à rester, ou à la suivre, égoïstement. « Nous déciderons sur l’île de la suite, mais pour le moment… Si tu as bien tout compris, tu peux disposer. » Fit-elle, légèrement grondante. La politesse de ses mots de masquaient pas la menace bien présente derrière. Elles n’en resteraient pas là. Jane, comme Merl, avait boycotté ses tentatives d’unification des gens du Fort. Elle avait encore du travail devant elle, mais elle s’assurerait de ne plus être dérangées par les mauvais éléments, dont la militaire faisait partie.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 162
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Jeu 14 Juin 2018 - 11:28
You should've thought about it before



La réponse fusa sur ma droite, Atkins s'était exprimé et avait répondu à ma question mais je ne le regardai pas, mes yeux s'étaient ostensiblement tournés vers le mur derrière Ela. Il était vrai que je n'avais désigné personne dans ma question mais ce n'était pas pour autant que j'accorderai la moindre importance au chef de cette bande de dégénérés. Il pouvait donc aller se gratter s'il pensait que sa réponse me ferait peur. En revanche, lorsqu'Ela ouvrit la bouche, mes yeux se portèrent vers elle, j'ignorai la présence du blondinet.

Les habitudes ont la vie dure pas vraie ? Ce petit air supérieur sur le visage de l'Israélienne m'était affreusement familier, ça me rappelait ses premières semaines à Fort Ward tiens... J'avais donc compris le message, je n'étais pas ici pour m'exprimer mais simplement fermer ma gueule et intégrer la sanction que j'allais bouffer pour avoir seulement tâché de faire le boulot de celle qui était censée être ma cheffe. En somme, rien de bien surprenant ou difficile, me prendre des sermons dans le bureau du capitaine ou même du colonel, ça m'était déjà arrivé. Normalement dans l'armée, un petit passage devant la cour martiale assortie d'une légère peine au trou ne m'aurait pas parue galvaudée, je n'aurais pas été renvoyée dans la mesure où virer de l'armée une sergente décorée ça aurait fait désordre mais le trou, je n'y aurai pas échappé. Seulement, les circonstances sont désormais différentes. L'attitude d'Ela était à peine étonnante, bien sûr qu'elle devait montrer qu'elle était ferme et qu'elle ne se laissait pas démonter par une de ses subalternes, à fortiori devant le chef de ceux que l'on était censés considérer comme des "alliés". J'eus comme l'intuition que si l'entretien s'était seulement déroulé entre Ela et moi, les choses auraient pu se passer autrement. Mais ce n'était ici pas le but et au final, j'avais le sentiment que peu de choses avaient changées. Les gros bonnets faisaient toujours des conneries et c'était ceux du bas qui casquaient comme d'habitude. Ela et moi n'avions pas la même vision du commandement ou de tenir les membres du groupe, je ne savais vraiment pas ce qu'elle avait imaginé en prenant la tête de notre équipe. Je lui aurai volontiers craché à la gueule à cet instant car elle ne portait pas de galons supérieurs aux miens ici mais je me retins. Elle me pensait incapable de me contrôler ? Elle avait la preuve du contraire devant elle, je n'attendais pas de réponse de sa part mais au moins ça le ferait peut-être sûrement réfléchir. Quant à l'avis de l'autre, je m'en foutais royalement dans la mesure où le jour que je recevrai l'ordre de le flinguer, je le ferai dans un énorme éclat de rire et sans la moindre once de putain de regret.

Ainsi donc j'allais pouvoir rentrer. Je me barrai enfin de cet endroit à la con. Quant à son commentaire arrogant sur le contrôle et le travail en équipe, j'aurai volontiers fait un cours à Ela pour qu'elle comprenne le vrai sens du commandement avant de la ramener comme elle le faisait. Pauvre fille, devoir être obligée de se la jouer pour sauver les apparences... Ela et par extension, nos chefs, devaient bien considérer une chose, que s'il y avait des détracteurs de cette "alliance" avec ces bouseux de l'extérieur et qu'ils n'étaient non des moindres, c'est qu'il y avait un problème quelque part. Qu'il y en ai un qui la ramène à ce propos, on pouvait s'en foutre de son avis. Que ça soit deux frangins et quelques militaires qui commencent à venir la ramener, il y avait je pense matière. Je savais très bien comment diriger mes hommes, on formait même les autres membres de Fort Ward à obéir aux directives des militaires ou des chefs, les éléments récalcitrants comme Jenna étaient malheureusement toujours vrais. Ela était incapable de la tenir mais bien évidemment comme c'était moi qui l'avait recadré, fallait bien sûr que je casque. Le peu de considération que j'avais encore auprès de celle que je prenais pour une amie, s'évanouit. Je ne voyais désormais Ela pas mieux que Phelbs. Qu'une récompense de merde pour l'avoir soutenue putain... Ela mit fin à l'entretien et pour marquer ma réaction, je reniflai d'un air méprisant envers celle qui savait pertinemment avoir fait des conneries et qui pas foutue de porter une paire de couilles, s'était reposée sur moi en espérant que j'agisse envers les rebelles comme envers des gamins. En gros je venais de perdre 5 minutes de mon existence à revivre une situation horriblement familière de l'ancien monde.

Très bien, madame.

Le dernier mot que je lançai sonna comme connasse et je tournai les talons sans demander mon reste, prenant soin de refermer la porte normalement malgré la colère qui bouillonnait en moi. Dehors, le major Ray et Hannah m'interrogèrent du regard, Hannah beaucoup plus anxieuse que l'homme noir.

Bon, j'viens de perdre 5 minutes de ma vie que j'retrouverai jamais m'enfin, pas une surprise. Hannah, on dégage d'ici. J'en ai assez de cet endroit.

Raikes, quelle est votre sanction ?

J'vous croyais mis au parfum vu qu'vous jouez dans la même cour que ces aminches, Major.

Faites attention à ce que vous dites, soldat. Qu'en est-il ?

*soupir*J'suis renvoyée de l'avant-poste et j'pars dans la foulée. Peut-être que j'aurai de nouvelles infos à Fort Ward mais ils veulent plus me voir ici. Pour une fois, j'suis d'accord avec eux.

Qu'en est-il de vos hommes ?

J'en ai discuté avec eux hier, Hannah peut confirmer. J'leur ai laissé le choix, ils peuvent rester là s'ils le veulent ou rentrer avec moi, j'leur en voudrai pas s'ils restent.

Ils vous ont tous suivis n'est ce pas ?

En effet, monsieur.

Ils ont du culot quand même, te faire casquer comme ça alors que t'as juste voulu les recadrer.

Walker, faites aussi gaffe à ce que vous dites.

Non mais c'est vrai, Major, quelqu'un a fait une putain d'connerie dans ces compos d'unité et dans cette soi disant "alliance" et eux pas foutus de l'admettre, ils font casquer Jane !

Hannah, ça suffit. La sanction est tombée, maintenant j'ai qu'une envie c'est rentrer. J'trouverai une autre occasion de gueuler.

Raikes, faites très attention maintenant. Je n'en ai aucune preuve mais je suis maintenant certain que Phelbs et compagnie vous ont dans le collimateur. Si j'ai un conseil à vous donner, c'est de faire profil bas. Si dans les prochains jours vous trouvez l'occasion d'essayer de retrouver un peu de crédit à leurs yeux, c'est le moment de le faire. À moins que vous ne préfériez que je ne vous en donne l'ordre ?

Non Major. J'ai compris ce que vous voulez dire. Merci du tuyau.

Vous êtes une putain de bonne Marine, Raikes, ce serait un gâchis énorme que notre communauté pâtisse de nouvelles conneries de votre part. Pour ma part, je retourne auprès d'eux. Souvenez-vous de ce que je vous ai dis, soldat.

Oui monsieur. Merci à vous. Allez Hannah viens, on s'barre de cet endroit à la con. Gladstone ! On y va, on escorte le convoi comme convenu. On s'tire !


Codage par Libella sur Graphiorum


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3708
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   Jeu 21 Juin 2018 - 1:55

Le blond avait volontairement laissé la parole à Amrani pour la suite, s'attendant bien évidemment à ce qu'elle appuie ses propos, et ce fut précisément ce qu'elle fit. Malgré les désaccords qu'ils avaient pu avoir, ils semblaient sur la même longueur d'ondes pour ce type de situations et autant dire que c'était plus qu'appréciable. La réelle confiance mettrait du temps à venir, c'était un fait, mais Zack n'avait pas hésité à montrer patte blanche et soutenir la brune afin que leur alliance se passe bien, il semblait donc qu'elle avait choisi d'en faire de même. Bien sûr, il y avait des éléments perturbateurs, mais comment reprocher à l'Israélienne les actes de certains des siens ? Lui-même avait déjà dû faire de nombreuses remontrances à ceux qui lui étaient proches et ce de manière totalement impartiale, laissant de côté les sentiments et autres ressentis. Mais c'était précisément parce-qu'ils avaient une place à part dans sa vie qu'il se prenait cette peine. Les autres... autant dire qu'il était nettement moins tolérant et montrait souvent son mécontentement d'une simple balle dans le crâne tant sa patience était maigre. Mais il était évident qu'il ne pouvait pas se permettre cela envers les habitants de Bainbridge qui étaient des alliés. Aussi, le trentenaire prenait sur lui, ne quittant pas de ses orbes clairs la militaire désinvolte qui se tenait face à eux.

La sentence tomba alors, fusant des lèvres d'Ela avec une assurance sans faille. Elle endossait parfaitement son rôle de dirigeante, mettant de côté ses potentiels atomes crochus avec la militaire pour lui remettre comme il se devait les pendules à l'heure. Ou peut-être n'y avait-il pas d'atomes crochus mais Zack s'en fichait sérieusement. Il avait haussé un sourcil amusé lorsqu'il avait été question de travail en équipe, chose que la concernée était apparemment incapable de faire correctement. Ce n'était pourtant pas si compliqué, même les siens avaient été capables de s'accorder dans cet échange difficile alors qu'ils passaient leur temps à se croire dans une cour de récrée et s'envoyaient des pics à longueur de journée. Preuve donc que c'était loin d'être impossible mais, évidemment, aucun des survivants de l'île ne devaient avoir conscience des détails qui composaient le groupe de l'ancien homme d'affaires. À la fin de la remontrance de l'architecte, Zack ajouta un simple « le convoi partira après-demain » des plus détachés, ses mots toujours empreint de ce brin de supériorité qui semblait lui coller à la peau en toute circonstances.

Comme ç'aurait pu être prévisible, Raikes répondit sur ce ton toujours aussi désinvolte, appuyant le madame d'un air qui fit froncer les sourcils à Atkins. Comment pouvait-elle seulement se prétendre militaire alors qu'elle n'était même pas capable de suivre les ordres de ses supérieurs ? S'en était presque risible mais, malgré tout, elle semblait se croire au dessus de tout, persuadée qu'elle valait mieux. Elle se rendrait vite compte qu'elle n'était qu'un grain de sable dans toute cette histoire, rien d'autre qu'un pion. Et les pions pouvaient se faire bouffer bien rapidement, même par le roi qui n'avait que peu de marge de manœuvre.

Lorsqu'enfin elle fut sortie de la pièce, le trentenaire dirigea son regard clair vers Ela, soupirant légèrement. « A l'époque, des gens étaient pendus pour moins que ça » avait-il lancé sur un ton franchement agacé avant de secouer la tête. « J'ose espérer que cette mise à pied lui servira de leçon. Quoi qu'il en soit, les choses seront probablement bien plus fluides sans les attitudes réfractèrent des perturbateurs » avait-il ajouté sur le même ton, bien conscient que le redneck duquel la brun semblait proche faisait partie de ces perturbateurs. Il ne doutait cependant pas de l'Israélienne, elle saurait tenir ses troupes, et ensemble ils parviendraient à faire de cette alliance quelque chose de solide, du moins l'espérait-il.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: You should've thought about it before.   
Revenir en haut Aller en bas  
- You should've thought about it before. -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» no, i don't like you, i just thought you were cool enough to kick it ✝ la pyro
» 03. I thought i lost you...
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,
» I thought that you would always have been for me.
» Jessica Randfield - The world is a thought that does not think

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: