The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- The red line -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 755
Age IRL : 29
MessageSujet: The red line   Mar 8 Mai 2018 - 22:01
Je sais pas dans quel état je me trouvais ce matin. Difficile à expliquer. Un arrière-goût de dégout mêlé à une recherche de soi plus que nécessaire pour pouvoir avancer. J’avoue que ces sales questions que je stockais dans ma tête comme dans un vieux tiroir n’en finissaient plus de me torturer. Comment reprendre du poil de la bête dans ces cas-là ? Comment rester fort face à toutes ces sales périodes qui m’ont carrément scalpé ? C’était le mot. Ma mémoire et mes émotions gardaient de précieuses traces des dernières semaines comme si a peau avait gardé de sales marques. C’était le cas pour mon bras où j’avais reçu une balle et mon genou que j'avais défoncé durant le séisme. Mais rien n’est comparable face aux sentiments que je pouvais ressentir qui étaient dis fois plus forts et plus réels que ces blessures de merde.

Comme je l’ai si bien fait dit à Jen, je resterais fort car c’était la chose la plus sensé que je pouvais faire. Parce-que toute ma vie je l’ai été, même si j’ai fui certains principes à la con, aujourd’hui c’était terminé. J’étais un connard peut-être, ce beau monde avait raison. Mais ils ne sauront jamais qu’au fond j’étais bien plus meurtri que la moyenne. Ce n’était pas un concours, non. Mais j’en avais bouffé jusque-là et pas question de laisser tomber.

J’avais quelque peu mérité ma place ici. Je me suis pas démarqué mais je fais parti de ceux qui essayait. Qui essayait de s’en sortir, de mettre un pied devant l’autre. Qui essayait de changer. Difficile pour un gars dans mon genre de faire cet effort. Vous savez pas à quel point ce monde de fou peut nous transformer.

Ce matin, je me réveillais comme si j’avais eu une gueule de bois. En réalité, je n’avais pas bu. Mon cerveau embrumé captait quelques bribes de mon dernier rêve fini trop tôt. Sensation agréable mais impossible à me souvenir. J’avais trop réfléchi et ce depuis que j’avais eu une conversation sérieuse avec Jenna. Avec la belle. C’était elle dans mon rêve, j’en étais persuadé. Soit, une odeur légère de café fit éruption dans ma chambre par la porte légèrement entrouverte. Ce qui me tira de mes pensées, n’ayant que pour seule obsession depuis quelque temps celle pour qui mes sentiments resterons inchangés. J’enfilais un T-shirt bien trop moulant pour moi par mes larges épaules. Tant pis, ce n’était qu’Evy en bas. Pas de conversation donc j’en concluais qu’elle était seule.

En ce moment, elle était sur une autre planète. Je ne sais pas si elle rentrait toutes les nuits, je me convaincs plus d’une fois qu’elle allait bien de par ses sourires journaliers. Certains crispés plus que d’autres. Elle faisait office de secrétaire de notre cheffe June. Depuis les négociations, je l’estimais un peu plus chaque jour. Il s’avère que notre dernière rencontre avait porté ces fruits et que nous contrôlions une partie d’un autre territoire. Pas de bain de sang, pas de coups de feu. Rien que la parlote pour prouver notre bonne foi. Heureusement pour eux, ils étaient restés calmes.

Je pris les escaliers une fois un Jean sur les hanches. Le souvenir de Jenna seins à l’air devant Evy me fit sourire sur les dernières marches mais disparurent une fois en cuisine. Cela faisait un moment que nos discussions entre nous étaient limitées à de simples formules de politesses, infos du camp et rumeurs. Ils nous arrivaient de rire ensemble mais plus autant qu’avant, comme si quelque chose s’était bloqué entre nous. Pour moi c’était simple à deviner. Pour Evy je l’ignorais. Elle était au courant pour Jenna et m’avait fait part de sa compassion. Je souhaitais vraiment qu’elle me parle de ce qu’elle faisair de ses journées avec June et de son changement de comportement depuis peu. Je n’avais jamais dépassé une certaine limite en paroles et j’étais focalisé sur mes soucis depuis des jours et des jours. Oubliant Evy et ces états d’âmes. Quel mauvais frère je faisais. Mauvais amis, frère et copain … heureusement que j’avais pas de gosse …

Me rapprochant de la source du doux parfum matinal c’était comme d’habitude « Comment ça va ce matin ? » dis-je en prenant la cafetière « Et merci » fis-je en la lui montrant. Je me sers lentement n’ayant rien de prévu spécialement aujourd’hui. Je pris une gorgée avant de lui lancer « Planning chargé aujourd’hui ? » tout en essayant de jauger son état. Je voulais qu’elle me dise les choses comme avant, que l’on ait une vraie discussion tous les deux. Clairement …ça me manquait.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: The red line   Jeu 10 Mai 2018 - 19:50
The red line


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ce goutte à goutte était presque apaisant, aussi fonctionnel qu'il était rassurant et tout à fait normal. C'était maîtrisé, tout comme le temps que mettait l'objet pour filtrer les cinq cuillères à café de poudre qu'elle avait soigneusement déposé dans le filtre. Chaque jour elle observait ce phénomène, les reins appuyés contre le plan de travail, les bras croisés sur la poitrine et le visage s'inclinant légèrement aux dernières gouttes. Chaque jour le même rituel, ce qui lui permettait de se raccrocher à la vie réelle et non aux ténèbres s'étant installées en elle. Des tocs, auraient dit certains, néanmoins Evelyn ne voyait pas les choses de cette manière. Ces habitudes, cette routine millimétrée, n'était qu'un palliatif à ce qu'elle avait vécu, capturé et fait. Ce n'était pas mauvais, quand bien même une psy lui aurait certifié que ce n'était guère normal, ni même bon, l'étudiante était persuadée que ces petites choses du quotidien – aussi futiles qu'elles étaient saines à son regard – ne pouvaient guère être mauvaises comme les images sordides qui, lorsqu'elle ne faisait rien, grésillaient dans son trop jeune crâne.

Encore aujourd'hui, elle glissa la paume de sa main contre son jeans, à trois reprises, replaça une mèche de son chignon défait, derrière son oreille, glissa le pouce contre sa lèvre inférieure puis, enfin, s'empara de la anse de la cafetière pour en déverser le contenu dans un mug. Même le son du liquide rencontrant la porcelaine était rassurant. Tout l'était de son point de vue, tout ce qu'il y avait de plus commun dans une vie tout à fait normale ou personne ne violait personne et ou personne ne tuait quiconque. Replaçant le récipient de verre pour le garder au chaud, ses deux mains englobèrent la faïence rouge au contenu sombre, jusqu'à s'en brûler et grimacer. Les mêmes mots revinrent, comme chaque matin de chaque jour depuis plus d'un mois :

- Si tu t'brûles c'est que tu es en vie, que c'est réel. Sa manière à elle de garder pieds dans une existence désormais tâchée par le sang qu'elle pensait, encore parfois, sentir contre ses phalanges au point d'en trembler. Rouge sur rouge, invisible. Reprit-elle en fixant la teinte écarlate de la tasse et celle – n'existant pourtant que dans son crâne – sur ses doigts frêles.

S'asseyant, droite comme un i, elle relâcha le mug et glissa les mains sous la table pour les frotter contre son jeans, comme ce fameux soir, avant de redresser le nez, quasiment prise sur le fait, lorsque Lucas s'invita dans la cuisine. Sa question ne lui arracha qu'un bref sourire, aussitôt né aussitôt disparut-il tant son cœur battait vite à l'idée que tout, absolument tout, puisse se lire sur ses traits blêmes. Son cœur battit plus vite, du moins jusqu'à ce qu'elle y mette un terme en  ré-englobant la porcelaine trop chaude. Soigner le mal par le mal, il n'y avait que ça de vrai.

- De rien, Répondit-elle finalement, ramenant le rebord du récipient à ses lèvres pour souffler sur le breuvage.

Habituellement Lucas était moins bavard, du moins, il lui semblait que c'était le cas depuis qu'il fréquentait Jenna, cette même Jenna qui malheureusement, n'avait guère échappé aux griffes d'hommes semblables à celui ayant attenté à la pudeur de sa patronne. Pensant à elle, elle fut surprise d'entendre Richardson l'évoquer à demi mot en parlant de sa nouvelle fonction. Déjà ses tâches quotidiennes lui passaient en tête, comme une liste invisible dont elle était la seule et unique détentrice. Opinant, sans en ajouter, Collins avala enfin une lampée de café avant de grimacer quand le breuvage traça un chemin bouillant de ses papilles à son estomac.

- Lucas ? Reprit-elle en redressant les cils dans sa direction pour croiser son regard. Ce n'était guère le sujet certes, mais puisqu'il était enclin à converser, autant lui donner matière à le faire et ne pas marcher sur des œufs sans savoir que dire ou faire pour simplement dire qu'ils avaient pris le temps l'un pour l'autre. Du temps, elle n'en avait pour ainsi dire plus, plus pour Swann, plus pour Sacha qu'elle ne voyait qu'en coup de vent, plus pour lui... Uniquement pour June Phelbs. Où est Jenna ? Habituellement la jeune femme était présente dès les permières heures du jour, du moins lorsque son ami n'était guère entre les murs qu'il partageait avec elle. Tu n'es pas là quand elle n'y est pas et....

Voilà que sa tête grésillait, quelques images cauchemardesques tentaient de briser les barrières qu'elle avait érigé dans sa mémoire pour son bien, sa santé mentale. Mais là, ne pas voir apparaître la jeune femme fut comme un manquement à ses rituels quotidiens, une faille dans son papier à musique parfaitement millimétré. L'angoisse monta d'un cran à sa première réponse, peu importe, il le prendrait pour lui, pour ce qu'il vivait et non pas parce qu'elle allait mal en se persuadant du contraire. Ses mains tremblaient contre la tasse, ses yeux brillaient et rougissaient. Elle ne pleurerait pas, néanmoins ses nerfs et sa tension vibraient.


made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 755
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: The red line   Ven 25 Mai 2018 - 11:37
Elle n'était pas à l'aise et je ne savais pas si c’était dû à ma présence, à sa journée chargée ou autre. Comme si ce « boulot » la stressait. Ou sinon avait-elle d’autres problèmes ? Avec des mecs, des femmes d’ici. Celui qui la touchait rencontrerait mon poing dans sa gueule de toute manière. Evy pouvait compter sur moi. Et même si nos débuts ici étaient un peu difficiles à cause de l’autre merdeux, je savais que je pouvais lui faire confiance depuis.

Surpris, elle ne répondit pas à ma question m’appelant par mon prénom pour connaître les faits avec Jenna. Je me mis en mode pose, stockant le liquide chaud dans ma bouche. Celui-ci étant brûlant je l’avalais d’un trait. Je fus quelque peu décontenancé, ne sachant pas si je devais prendre ça pour de la vilaine curiosité ou de l’inquiétude à mon égard. « Euh … » je m’asseyais à côté d’elle, posant ma tasse. Je jaugeais son état, j’avais l’impression qu’elle perdait quelques peu ses moyens … car elle ne termina pas sa phrase. Où était passé ses répliques toutes faites ?

« … tu sais ce qu’il en est, là on reprend doucement. Elle viendra pas tous les jours dormir ici » fis-je sans la lâcher du regard. Je vis le sien changer, ses yeux s’humidifier comme elle retenait quelque chose de fort en elle et qu’elle était prête à exploser. Ses mains tremblèrent. Qu’avait-elle ? Elle était malade ? C’était du burn-out ? Où elle me cachait quelque chose d’important ? Mes traits durcissent instantanément, j’étais inquiet. Inquiet pour elle. Ne pensa plus à Jenna et à mes problèmes. Je me rapprochais. Je voulais soulager son malheur et lui dit doucement, sans brusquer « Qu’est-ce qu’il va pas ? » Elle me semblait être une personne fragile et non pas la vraie Evy que je connaissais aujourd’hui.

« Je ne pense pas que c’est l’absence de Jenna qui te met dans cet état … » jje tentais quelque chose sûrement contraires à ses pensées, avec un léger ton tirant vers l’humour. Mais son visage était autant bouffé par le stress. « Parle-moi Ev … » ma main avait touché la sienne pour la soulager et faire taire ses légers tremblements. Ce n’était peut-être pas la meilleure chose à faire sur le moment …

J'espère juste que la confiance n'allait pas être remise en question. Qu'il n'y avait rien en lien avec le connard de Swann. Je n'étais pas en colère et me sentir impuissant était une chose encore plus horrible que manifester mes émotions et ma rage. Je voulais lui faire comprendre que j'étais là. Il y avait Jenna et Evy, et cette dernière sait qu'elle sera toujours une priorité pour moi. Je ne suis pas un lâcheur et surtout pas dans ses moments là.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: The red line   Lun 28 Mai 2018 - 13:00
The red line


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Son regard se redressa vers lui quand il s'installa à ses côtés, néanmoins aucune sorte d'émotion sinon une espèce de colère le traversait. C'était ça, de la colère, l'impression de n'avoir plus d'emprise sur elle même et ce qui avait jailli de sa propre personne cette fameuse nuit. Elle viendra pas tous les jours... Pourtant avant son périple dans cette banque Jenna avait ses habitudes et Collins s'y était faite, c'était ainsi pas autrement et le moindre changement la travaillait au point de faire remonter en surface les images sanglantes de ce type. Elle l'avait tué, sans hésiter, sans trembler, en l'insultant même.... Un frisson fit vibrer ses épaules alors qu'elle baissait les yeux vers le liquide chaud dans sa tasse. La question de Lucas était légitime, néanmoins elle lui fit presque peur... Elle n'allait pas bien mais se convainquait du contraire, elle faisait bonne figure et se plongeait dans tout ce qu'elle pouvait, à fond, afin de tenir bon, alors comment pouvait-il voir que ça n'allait pas ? Simplement parce qu'il la connaissait suffisamment.... Néanmoins ce ne fut pas ce qui lui vint à l'esprit mais plutôt le fait qu'elle ait dit ou fait quelque chose de trop étrange aux yeux de Richardson. Quand il reprit, usant quasiment d'humour, la gosse fronça les sourcils et dégagea doucement la main sur laquelle il venait de poser la sienne. Ses yeux rougissaient, elle les sentait quasiment brûler, les larmes ne demandaient qu'à sortir néanmoins ça ne servirait à rien. Reprenant une lourde inspiration, elle quitta la chaise et vida sa propre tasse de café dans l'évier avant d'y appuyer les reins pour lui faire face. Elle devait agir comme d'ordinaire, pas comme une coupable, elle n'était pas la seule dans cette histoire, il y avait Phelbs, Donovan....

- J'vais bien. Affirma-t-elle après avoir ravalé sa salive. Opinant même du chef pour donner corps à ses propos. Elle mentait mais qu'importait, pour éviter que le pire ne déferle sur l'ex chef des militaires et sa supérieure, l'étudiante était prête à le faire. Mieux que Jenna visiblement.

Voilà, retourner la situation, c'était moche mais efficace. Horrible que de rappeler à Lucas qu'il n'avait pas pu être là à temps pour sa copine certes, néanmoins il ne creuserait pas plus la concernant pas vrai ? Agrippant un torchon, elle rinça le mug et l'essuya avant de fixer le décor par delà le vitrage de la cuisine. Farrel avait du vivre une horreur, exactement ce qui pendait au nez de l'avocate avant qu'elle ne débarque. Même ça, qui ne la regardait pas vraiment, lui renvoyait des images sordides de cette nuit bien trop dérangeante. Elle avait tué, froidement et s'était débarrassée d'un corps avec l'homme lui ayant appris à se défendre.

- Et si tu crois qu'je t'en veux parce que tu es aux petits soins avec elle, Reprit-elle en haussant une épaule. sans doute oui, mais c'est rien, j'peux comprendre j'suis ni bête ni totalement aveugle.

Lucas tenait à cette fille, elle même appréciait la serveuse mais à l'heure actuelle tous ceux n'étant guère rattachés au secret, qu'elle partageait avec June et Donovan, n'avaient d'importance pour elle ou si, ils devaient se tenir loin de cette histoire, pour leur bien, pour éviter que la vérité éclate et qu'on juge Floyd comme une raclure ou June comme une menteuse.

- Juste que.... j'aime pas quand les choses changent de trop, j'ai l'impression que ma propre vie m'échappe, mais bon..... Ca doit être le boulot, les responsabilités, c'est normal, juste le temps que je trouve comment composer et ça ira.

Elle força un sourire du mieux qu'elle put. En réalité elle n'était pas débordée, au contraire, le travail confié par June lui permettait de se sentir utile, estimée pour autre chose que sa naïveté ou sa gentillesse.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 755
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: The red line   Mer 30 Mai 2018 - 13:19
Elle fuyait lâchement et ouvertement. Se levant de sa chaise pour mettre un peu plus de distance entre nous comme pour se protéger ou me mettre les nerfs. Cela avait le don de m’irriter mais je devais garder en tête qu’Evy était devenue une femme beaucoup plus responsable et moins naïve. Et ce depuis qu’avec Swann c’était terminé. Je la trouvais changé, en bien. Même si elle était plus mystérieuse qu’auparavant. J’avais perdu en mot et en geste avec elle depuis l’entrée de Jenna dans ma vie. Chacune y avait une place importante. J’étais devenu un gentil connard lorsque je partageais mon logement avec Evy. Et puis je suis devenu fou lorsque Bella est entrée dans ma vie. Difficile souvent de faire la part des choses et de me retrouver avec ma sœur de cœur. C’est comme ça que l’on se considérait l’un pour l’autre. Mais est-ce toujours le cas pour elle ? Quelque chose a changé … mais quoi ? Respecter qu’elle se taise était trop pour moi. Quand je m’apercevais d’un changement je voulais en connaître les faits, les situations et les sentiments. Surtout lorsqu’il s’agissait des personnes proches car les autres autour, je m’en foutais. Alors lorsqu’elle elle me fit face debout, je me tournais vers elle espérant une réponse de sa part.

Alors c’était ça ? Vraiment ? Elle faisait sa jalouse. Elle m’en voulait de passer plus de temps avec Jenna. D’être au soin avec elle, sérieusement je restais assis mais j’avais la jugeote. Ma jambe tremblait légèrement, inspirant pour évacuer une certaine pression. Cela me rendait triste, nerveux, le cul entre deux chaises. Je pensais qu’elle avait compris, je pensais qu’elle comprenait « Jenna a vécu le pire alors oui j’ai été présent plus que nécessaire, parce que je l’ai dans la peau ». Je me levais de ma chaise doucement, faisant attention à ne pas mettre le feu aux poudres « Mais j’ai été là pour toi également et je le suis toujours. Je t’ai toujours défendu, je t’ai toujours protégé à l’extérieur et du pire ici. Et tu sais de qui je veux parler … »

Oui je l’avais bien cogné. Pour elle, parce que je le sentais pas. Aujourd’hui elle aurait dû me le dire. Depuis le jour où il a rompu avec elle, elle aurait dû me dire « tu avais raison » et jamais, jamais elle ne m’a fait sentir serein concernant cette histoire. Et pourtant je ne lui en avais pas tenu rigueur. Jamais. Même aujourd'hui.

Petit sourire, la suite de sa réflexion me pris quelque peu au dépourvu. Elle était en stress à cause de détails, d’un mal être, des habitudes qui ne lui convenaient pas. « Ce n’est que provisoire » et je le pensais. Jenna et moi on y allait à notre rythme parce que je la respectais et que je voulais éviter d’en faire trop me connaissant un peu maintenant que j’étais en couple. Mais les habitudes, ces moments avec elle reviendront avec le temps.

« Te focalise pas sur ça » dis-je en baissant mon regard avant de reprendre « Mais tu es contradictoire là, j’ne comprend pas. C’est une personne que tu aimes bien ou pas ? » on en avait jamais parlé et pourtant ça comptait tellement à mes yeux …



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Evelyn Collins
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 17 & Lame effilée
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 24/10/2017
Messages : 956
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: The red line   Mar 5 Juin 2018 - 12:00
The red line


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a woman my girl. but for now it’s time to run...


Ca fonctionnait, le sujet déviait bel et bien sur Jenna de laquelle Lucas était épris. Elle n'était pas surprise qu'il embraye rapidement sur la serveuse, sur ce qu'elle avait vécu, elle n'enviait même pas la relation qu'entretenait cette dernière avec Richardson.... Ca lui passait complètement au dessus depuis l'instant où elle avait commis un meurtre. Une fois encore le faciès ignoble de ce cinglé surgit dans son crâne à l'en faire frissonner. Il avait fallu qu'elle tue pour évoluer à hauteur des attentes de sa supérieure. Ce n'était guère anodin, mais au delà du stress qui l’ensevelissait encore parfois, il lui semblait que cette capacité à demeurer froide, aussi gelée que la neige en plein hiver, lui permettait de faire fie des quelques futilités de la vie dont celles du cœur. Celles dont Lucas parlait actuellement avant de lui confier que l'angoisse ressentie – au sujet de ses nouvelles responsabilités – n'était que temporaire. S'il savait.... Oui, s'il savait sans doute aurait-il pété les plombs de s'imaginer qu'elle ait pu assassiner un homme, sciemment et aussi froidement qu'en était capable le pire des Êtres Humains, sans même avoir flanché... Oh certes elle s'était sentie étrangement vide ensuite, mais les larmes n'avaient guère coulé, elle ne s'en voulait pas à contrario de sa conscience qui, elle, depuis se terrait dans un coin de sa tête pour lui laisser, enfin, les pleines commandes de sa personne.

Croisant les bras, elle écouta son aîné avec attention, cherchant ses émotions, ses ressenties pour s'y raccrocher et exister à travers lui l'espace d'une poignée de secondes. Ce n'était pourtant plus aussi plaisant qu'autrefois, ce n'était bon que lorsqu'elle était fragile et incapable d'aller de l'avant, aujourd'hui elle savait être apte au pire, à la noirceur, pour satisfaire qui avait droit à son entière loyauté. June et Donovan étaient devenus ses piliers dans cette nouvelle attitude, ce nouveau elle ayant remplacé la gamine pleurnicharde et fébrile, trop fleur bleue, trop amoureuse de Swann pour comprendre qu'en réalité, et bien qu'il puisse être adorable avec elle encore à ce jour, il était bien aussi fautif que celle lui ayant arraché le cœur du jeune homme des mains. Mais ça n'avait plus d'importance, à contrario de Cain et de Blackmore, Evelyn avait aujourd'hui un avenir, bien que piqueté d'ombre, et travaillait pour faire s'étendre les rêves de grandeur des têtes pensantes de cette communauté. La civilisation était peut-être morte, néanmoins rien ne disparaissait totalement en ces temps macabre.... Rien ne disparaissait totalement tout comme les images sordides qui l'empêchaient parfois de trouver le sommeil, l'obligeant même à se raccrocher à quelques tocs pour ne pas finir par sombrer et craquer. Ce n'était qu'une sorte de dépression nerveuse, elle le sentait parfaitement, néanmoins l'étudiante y avait collé un voile – à hauteur de ses moyens – et ne le soulèverait jamais plus pour ne pas se laisser enlisé dans quelque chose qu'elle serait bien incapable de contrôler.

Alors quand Lucas lui quémanda ce qu'elle pensait de la serveuse, elle ne put s'empêcher d'émettre un rictus. Elle appréciait Jenna, c'était une amie, mais désormais les plus proches personnes qu'elle comptait auprès d'elle, celles de confiance et en qui elle pouvait aveuglément croire pour l'avoir assisté dans les horreurs commises, n'étaient plus celles qui autrefois l'avaient épaulé lorsque son cœur s'était éparpillé aux pieds de Swann Blackmore.

- Je l'apprécie. « Aimer » un bien grand mot, une bien belle parole qu'elle n'avait ressentie qu'à l'égard de Swann, à l'heure d'aujourd'hui elle savait parfaitement qu'il fallait en user avec tact et ne pas le lâcher à tout va pour des gens qui n'en valaient pas forcément la peine. Tu as droit à être heureux Lucas, même si ça passe par le fait de me mettre de côté, je ne suis pas jalouse. Reprit-elle en soutenant son regard pour qu'il comprenne le sérieux de la chose.

Evy ne jouait pas, ce qu'elle disait était simplement la stricte vérité, peut-être aurait-il du mal à l'assimiler car, six mois plus tôt encore, elle était sa protégée, fragile, douce, celle qu'il fallait préserver du monde extérieur. Sa tête grésillait encore, son cœur battait la chamade, pour autant elle tenait fermement les rennes de son être, preuve étant qu'elle avait cruellement changé en faisant couler le sang d'un pervers l'ayant mille fois mérité.

- J'suis désolée pour Jenna, ce qu'elle a vécu a du être...... moche.

Il n'y avait pas d'autre mot, c'était moche oui, pour autant la sensation d'avoir la chance de ne pas être éclaboussée par les horribles faits vécus par la serveuse était plutôt agréable, et bien qu'elle appréciait cette fille, ce qu'avait vécu Phelbs la touchait davantage. Soupirant, elle replaça une mèche derrière son oreille et observa les murs de cette maison avant de sourciller. Peut-être que changer d'air, de décor, lui permettrait de garder l'esprit sur la terre ferme... Néanmoins une partie d'elle la retenait encore auprès de cette fille qu'elle n'était pourtant plus, comme une accroche précieuse lui permettant de ne pas s'enliser dans les ténèbres l'ayant gagné ce soir là.

- Je vais bien, c'est juré. Mensonge, néanmoins elle était bien plus convaincante qu'elle ne l'avait été auprès de June lorsque cette dernière avait découvert son sombre petit secret. Aujourd'hui ce n'est plus moi de qui tu dois prendre soin, j'suis suffisamment capable pour prendre soin d'moi même. Je sais que c'est dure à entendre, mais n'perds pas ton temps avec moi. Elle lui offrit néanmoins un sourire, l'éloigner d'elle en lui certifiant qu'elle mûrissait lui permettrait de garder le contrôle sur un secret qu'elle ne devait dévoiler à personne, jamais.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
If I were me everything I have in my heart, the things I do worst or best, would not scare me. When we lose ourselves on the way, how do we win through these inhuman efforts, who brings us to us ?
Drowned in hell
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: MP5 - Hache
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/10/2017
Messages : 755
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: The red line   Jeu 14 Juin 2018 - 12:21

J’avais beau essayer de la comprendre un minimum et de faire la part des choses, de la voir si « atteinte » concernant Jenna ou notre relation, me surpris. Cette appréhension, cette jalousie qui la rongeait de l’intérieur me poussait vers elle pour à en comprendre véritablement le sens. Ça me faisait véritablement chier qu’elle se soi sentie à l’écart, car je ne me serais pas permis de l’oublier ou de la jeter. Avant de connaître Jen’, je ne voyais que par le bien-être de cette jeune femme fragile. Personne ne devait la brutaliser ou la rendre sensible davantage. Je ne l’aurais pas permis. Et lorsque Bella est entrée dans ma vie, machinalement j’ai trouvé une deuxième personne à protéger. Mais il s’est avéré qu’elle était beaucoup plus forte qu’Evy et dans un sens, c’était rassurant. Je me suis attachée à elle sans véritablement le voir, ni en prendre conscience. Evy … jamais je ne l’aurais vexée, trahie ou encore humiliée. Et de voir son état perdue et chamboulée, je me devais de la rassurer au mieux.

Malgré mon soulagement sur ce que pouvait ressentir Evy envers Jenna, ces prochains mots me blessèrent et m’allaient droit au cœur. Bras ballants, j’essayais de me remettre les idées en place, faire un retour dans le passé : où est-ce que j’avais merdé ? Oui Jen’ avait besoin de moi. Evy, avait gagné sa place ici, elle connaissait beaucoup de monde elle était écoutée et protégée. Elle avait évolué, elle était dans son élément, je lui avais laissé le temps, je l’avais laissé en paix après tout ce qui s’était passé. Ma dispute à cause de Swann, à cause de mes coups bas, de mes mots vulgaires et sans empathie. Je l’avais aidé dans les décombres, j’avais eu peur pour elle et aujourd’hui elle me reprochait d’avoir fait un pas en arrière. Mais lorsque j’en faisais un vers elle, elle reculait de trois pas pour ensuite me tourner le dos. Le plus en colère ici et le plus oublié devrait être moi. Et pourtant je fermais ma gueule, toujours à la recherche de ce désir de réparer « De te mettre de côté … sincèrement je ne vois même pas de quoi tu parles. Les situations étaient compliquées et je n’ai jamais eu la chance de pouvoir me rattraper ou me racheter. Tu as su me prouver que tu pouvais te débrouiller seule, que je n’étais plus là à te … materner. Quand je te vois prendre des responsabilités, sans t’égarer, ni flancher je me dis que tu as bien évolué depuis le temps. La question est : est-ce que toi tu as toujours besoin de moi Evy ? » C’était, au bout du compte, la question que je me posais réellement.

Mes gestes accompagnant mes mots, ils étaient plus vifs et raides, essayant de faire passer mon incompréhension dans mes muscles plutôt que dans mes cordes vocales. Je sais que Jen’ à ses yeux est une personne folle mais qui a gagné le cœur d’un homme complètement paumé. Lorsqu’elle me jura de son état de santé, mes épaules se décrispaient doucement. La suite était inévitable. Evy pouvait faire face à ce monde de brute, sans y laisser une partie de son âme. Du moins, c’est ce qu’elle me balançait, là maintenant. Je baissais la tête, sachant qu’au fond elle avait en partie raison. Mais je le vivais comme un échec, comme si une autre personne me laissait tomber, encore. Et que ce soit de la part d'Evy, était beaucoup plus douloureux que je l’imaginais « Je ne perdais pas mon temps … Mais ça tu le comprendras jamais » Non elle ne le comprenait pas. Elle n’était pas à ma place. Elle était là pour mon aspect violent, à me rassurer et me calmer. Moi, j’étais là pour qu’elle se sente au meilleur de sa forme, bel et bien vivante. Le pire c’est que la jeune femme pensait vraiment que j’allais arrêter de la regarder du coin de l’œil, que je me soucierais plus d’elle, que je jaugerais plus son état rien qu’au son de sa voix … « Tu crois vraiment que tes mots vont me stopper. Tu crois que du jour au lendemain je vais faire le mec qui n’en a plus rien à foutre ? Tu devrais pourtant me connaître et te dire que c’est peine perdue… » dis-je devant elle sans la quitter du regard. Oui Evy, tu dis de la merde et je ne serais jamais loin de toi.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The red line   
Revenir en haut Aller en bas  
- The red line -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» la fiche de Méline Laura
» Aëline
» Education féline
» Virginie vient raconter ce qu'elle a vu au bar (pv Céline)
» Virginie passe Chez Céline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: