The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- It should have been you -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2062
Age IRL : 31
MessageSujet: It should have been you   Mar 1 Mai 2018 - 20:00
Le sol s’était dérobé sous ses pieds, plusieurs fois, pour l’engloutir totalement. Frankie refusait toujours d’y croire. Isiah reviendrait, il ne l’abandonnerait pas, pas maintenant. Il allait bien, mais il avait dû se cacher, il était peut-être blessé et attendait d’être en meilleure forme pour revenir. Elle refusait tout bonnement de croire que son petit-ami, que le père de son enfant, était mort ou qu’il l’avait abandonnée. Inconcevable. Impensable. Trop dur à supporter.

Ce qui était dur à supporter en dehors de cette attente, c’était son chagrin, son inquiétude. Souvent, Frankie avait eu cette tendance à se noyer dans la colère plutôt que de pleurer. A chaque refus, à chaque obstacle. C’était la colère qui lui avait permis d’avancer, de se faire une carrière. Sa colère et son obstination. Quand elle avait découvert ses parents, passées les larmes, c’était la rage qui l’avait aidée à tenir debout, à avancer, à ne pas se laisser mourir. Ce soir-là, longtemps après que le soleil se soit couché, c’était aussi la colère qui la tenait éveillée.

Frankie avait quitté son camping-car, incapable d’y trouver le sommeil depuis plusieurs jours. Billy lui avait cédé sa place pour quelques heures en journée afin qu’elle se repose, mais la future mère était une boule de nerfs, de chagrin et de rancœur. Elle en voulait à Nigel et Ethan de l’avoir laissé là-bas, elle leur en voulait de ne pas l’avoir trouvé. Elle s’en voulait de ne pas lui avoir dit « au revoir » et de ne pas lui avoir peut-être assez dit combien elle l’aimait et combien il comptait pour elle.

La serre la nuit était presque irréelle, elle était effrayante. Frankie s’y sentait presque bien, presque. C’était le seul endroit où elle ne craignait pas de pleurer parfois, mais ce soir-là, elle était surtout en colère. Elle devait échapper à la vigilance de Billy qui n’arrêtait pas de lui répéter qu’elle devait se reposer, que c’était ce qu’Isiah voudrait. La coréenne voulait pleurer et le frapper et pleurer à nouveau en l’entendant parler ainsi du blond.

Une silhouette attira son attention. Sans doute Billy qui venait la ramener encore une fois à son camping-car pour qu’elle s’y repose. « Arrête d’insister, j’arrive pas à dormir. » Sa voix était enrouée, par la fatigue, par les sanglots qu’elle contenait tout le temps. Lorsqu’elle remarqua que ce n’était pas Billy, la diva fronça les sourcils. Le vieux était sans doute le seul à qui elle montrerait ses faiblesses, parce qu’il avait ce côté rassurant – énervant aussi – et qu’elle lui faisait confiance comme Isiah lui avait fait confiance.

Non, ce n’était pas Billy. Pire encore, c’était l’un des deux responsables de sa disparition. « Qu’est-ce que tu fous là ? » demanda-t-elle à Ethan de cette même voix éraillée. Son regard était mauvais, elle le tenait pour responsable de la disparition d’Isiah, peut-être même plus encore que Nigel. Parce que contrairement à l’écrivain, elle n’avait pas encore réussi à lui accorder sa confiance, leur relation était houleuse depuis leur rencontre et cela n’aidait en rien sa lucidité. Elle détestait ce type et une part d’elle était persuadée que le seul et unique responsable, c’était lui.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 913
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: It should have been you   Mar 1 Mai 2018 - 20:38
IT SHOULD HAVE BEEN YOU


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Combien en faudrait-il encore pour qu'il soit complètement lessivé, complètement persuadé que s'attacher à des gens, leur apporter son aide, n'était qu'une connerie de plus ? Combien faudrait-il de disparition pour qu'il comprenne qu'il n'était pas à la hauteur ? Ethan en perdait le fil à se remémorer les pertes subies, à revoir sans arrêt les traits d'Alyson et de Théo depuis la disparition du serrurier. Les jours avaient beau passer, les heures et les secondes à leur suite, à chaque fois il revoyait le visage torturé de celle qu'il avait peine à cerner dans ce groupe. A peu de choses près, Frances avait réagi comme lui lorsqu'il l'avait trouvé morte, pire encore lorsqu'il avait dû mettre un terme à son prochain calvaire et à celui de son fils des mois plus tard... Une fois encore sa main heurta ses traits puis glissa sur ceux-ci. La situation semblait avoir réveillé ses sombres cauchemars, ceux durant lesquels il les voyait mais ne parvenait jamais à les rejoindre. Si ça avait une signification ? Sans doute oui, et à son regard ça ne reflétait que son incapacité à protéger ceux qu'il appréciait, qu'il aimait. A l'heure actuelle, et bien que très proche de cette gamine, Ethan esquivait presque la compagnie de la patineuse. Il l'écoutait quand elle lui parlait ou exposait les petits hics qu'elle rencontrait avec ses nouvelles fonctions – à savoir gérer la serre – néanmoins, et même s'il tentait d'y remédier, il préférait la fermer afin qu'elle s'éloigne. Sans doute était-elle blessée, ses mots durs en avaient témoigné plus d'une fois d'ailleurs, mais si c'était là la seule manière de lui épargner des merdes par sa faute, le trentenaire s'y plierait.

Ce soir là, il avait rejoint la serre pour vérifier l'état de certains outils récupérés dans cette maudite ferme, aiguisant même la bêche que la gamine lui avait certifié ne pas fonctionner normalement. Il était seul, ça lui convenait parfaitement ces derniers temps. Visiblement, c'était un peu le lot et l'ambition de chacun ici présent... Concernant Frances, il ne lui avait pas parlé depuis et l'évitait autant que faire se pouvait, inutile de l'entendre rager, davantage encore que de la contempler dans cette léthargie triste et morne se rappellait à son bon souvenir et à ce qu'il avait vécu deux ans plus tôt. A la lueur de lune, et celle de la torche qu'il avait amené, le trentenaire soupira et scruta les fleurs éteintes pour la nuit avant de reporter l'attention sur les fourmillements de son bras droit.

- Fait chier... Soupira-t-il en passant le doigt contre cette lézarde rosâtre formée par la cicatrice.

Fouillant sa poche, il en extirpa une balle de mousse et s'activa à la presser à plusieurs reprises pour inviter le sang à circuler plus facilement. Truc de Billy, sur le coup il avait trouvé ça con, mais après mûre réflexion et en songeant à ceux qui donnaient leur sang à l'époque où tout roulait, ça lui avait semblé bien plus logique. Se redressant, coupant la torche pour se balader uniquement au grès des rayons lunaires, ce ne fut que lorsqu'il entendit ce timbre éraillé, quasiment aphone qu'il roula des yeux dans l'obscurité. Manquait plus qu'elle bordel, elle et son regard noir, glacial même, elle et les choses que sa mélancolie, sa souffrance, était capable de lui rappeler combien il s'était foiré et tout ce qu'il avait perdu.

- J'me fiche que tu saches pas dormir, j'ai pas l'intention d'te ramener au lit. Lui servit-il en la voyant s'approcher sans – le pensa-t-il – véritablement savoir s'il s’agissait bien de la personne à laquelle elle s'attendait en râlant.  

Bingo, l'acide ne tarda plus à couler de ses lèvres ayant perdu de leur éclat tout comme ses joues n'ayant pour roseur pâle que celle des larmes qu'elle devait verser à l’abri des regards. En la toisant, n'ayant guère encore répondu, Saddler sentit une pointe acérée lui lacérer le palpitant et passa la main libre sur ce dernier comme pour y déloger l'aspérité n'étant que le tissu de la chemise qu'il portait. D'ailleurs, le contact avec sa peau lui rappela qu'il l'avait boutonné à la va vite. Sous ses doigts le relief des boursouflures le poussa à cesser et à rependre à l'intention de la Coréenne.

- J'suis majeur, Lâcha-t-il en un vague sourire condéscendant, avant de hausser les épaules et de reprendre pour son propre compte, même si Frankie l'entendrait forcément. vacciné ça... c'est plus l'cas.

Il préférait l'éviter, parce que si elle commençait à gueuler ou autre, Dieu seul savait qu'il serait incapable de ne pas rétorquer ou de la secouer pour qu'elle paraisse moins.... Ethan redressa les yeux sur elle en passant dans l'une des allées aux pétales clots et fronça les sourcils : peinée... déchirée..., pensa-t-il avant de reprendre une lourde inspiration.

- T'es une grande fille, mais ouep, tu devrais retourner t'coucher t'es pas toute seule. Lâcha-t-il d'une voix plus rauque en avisant, discrètement son ventre.

Elle avait besoin de repos, déjà qu'elle devait chialer la majeur partie de son temps, si elle ne dormait pas quelques heures il redoutait ce qui se passerait. Certes c'était pas le grand amour entre eux, mais malgré les nerfs qu'elle lui collait à ses heures, il la respectait suffisamment pour ne pas lui coller une grosse claque dans la gueule quand elle se montrait plus conne que conne.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2062
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: It should have been you   Mar 1 Mai 2018 - 21:08
Frankie soupira dans un rire amer. Comme à son habitude, Ethan se foutait d’elle. Elle ne le supportait pas mais plus spécialement, elle avait peur de ne pas supporter combien il l’insupportait. Elle n’avait pas les nerfs pour entrer dans une énième joute verbale avec lui. Elle n’avait pas la force pour vouloir gagner. « J’te l’ai pas demandé » répondit-elle sèchement. Elle n’avait pas besoin de lui, que savait-il accomplir à part échouer à ramener Isiah après tout ? Est-ce qu’elle éprouvait la moindre compassion pour lui qui avait été blessé et qui portait le poids de la disparition du blond ? Pas la moindre.

Il faisait le malin en plus, ce qu’elle pouvait le détester. Et le pire, c’était qu’elle se sentait plus en forme quand elle le détestait que quand elle l’ignorait, c’était revigorant, cela lui donnait une raison d’être en colère, il lui donnait une cible pour sa colère. Frankie n’était pas seulement rongée par le chagrin, elle pouvait extérioriser toute sa rage sur une personne et en ça, elle aurait presque pu le remercier. Presque.

Son regard noir détailla un instant sa silhouette à peine éclairée par la lampe torche qu’il tenait et le clair de lune. Elle avait envie de le frapper, parce que c’était sa faute, parce que les autres, elle les appréciait. Tout simplement parce qu’il était là, alors qu’Isiah n’était plus là. « Je suis majeure et vaccinée aussi … » souffla-t-elle à sa dernière remarque, ajoutant à voix très basse un « abruti » de ponctuation.

« T’es pas supposé te balader en pleine nuit. Celui qui monte la garde pourrait te prendre pour un intrus et te tuer. » Ça serait dommage. Un air désinvolte collé au visage, Frankie avait besoin d’être mauvaise avec lui, il le méritait. Elle ne savait pas ce qu’il endurait, et même si elle l’avait su, elle n’en aurait rien eu à faire. Après tout elle n’était jamais autant égoïste que lorsqu’elle était blessée. Et blessée, elle l’était plus que de rigueur depuis dix longues journées.

De la même manière, elle se fichait bien qu’on la tue à elle en la confondant avec un intrus. Frankie était là, Isiah n’y était pas. Le reste ne comptait pas. Le reste ne comptait plus. Un léger tiraillement dans son ventre lui arracha une grimace avant qu’elle n’aille s’asseoir sur une des chaises disposées là. C’était une idée d’Isiah, installer des chaises, des bancs pour profiter de la serre, pour y trouver un peu de quiétude quand ils en auraient besoin. Mais la serre était bien morne, le printemps était triste, le clair de lune était empli de chagrin.

Frankie détourna le regard, fixant l’obscurité à l’opposé de là où elle se trouvait. Elle avait envie que cette obscurité l’engloutisse, qu’elle disparaisse et qu’elle n’ait plus mal comme elle avait mal. Elle retourna finalement son regard mauvais vers Ethan, mais elle n’avait pas remarqué, ses larmes qui roulaient sur ses joues. Lorsqu’elle s’en rendit compte, Frankie les effaça d’un revers de la main. « Tout est de ta faute. »


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 913
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: It should have been you   Jeu 3 Mai 2018 - 10:44
IT SHOULD HAVE BEEN YOU


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


Il ne lui fallut que quelques secondes pour lui rétorquer ce qu'il lui avait balancé plus tôt. Pas surprenant de sa part, quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, Ethan savait pertinemment que – et ce même s'il avait raison – Frances jouerait les bornées de service. Un soupire las quitta ses lèvres, puis un rictus qui témoignait ô combien ce qu'elle lui avançait, sur le fait qu'il était dangereux pour lui de se balader en pleine nuit dans le camp, alors que fatalement ça l'était donc pour elle aussi, était risible. Cette fille était non seulement un spécimen rare, voyant la paille dans l’œil de son voisin avant de constater qu'une poutre obstruait le sien, mais agaçante et ce même dans un état de tristesse qui n'aurait dû faire que l'achever. Pas qu'il aurait préféré la voir vider les cuves de larmes à sa disposition, l'entendre hurler à la mort dans le creux d'un oreiller pour que personne ne soit témoin de sa souffrance, mais simplement qu'il l'aurait cru incapable de tenir bon de la sorte. C'était comme si, au delà de toute cette merde, la Diva était au dessus tout. La mélancolie tentait de se frayer un passage entre les failles étant siennes mais elle n'y parvenait pas totalement. La carapace était bien trop dure, peu friable, et lui conférait cet air froid même dans le deuil.

- Ça s'applique pas à toi ? Lui renvoya-t-il en continuant à avancer. Derrière les feuillages assombris par le peu de lumière, il fixait ses deux billes aussi sombres que le manteau de nuit au dessus de la verrière. Parce que ta silhouette est reconnaissable entre mille c'est ça ?

C'était blessant, il en avait conscience et le sut dès l'instant où les mots quittèrent ses lèvres. Néanmoins ça n'avait aucun rapport avec sa grossesse non, il pointait simplement sa trop grande estime d'elle, son ego surdimensionné de starlette sur le déclin. Après tout, « tout le monde savait qui était Mircale machin bidule non ? ». Mouais, tout le monde sauf lui visiblement. Peu importait, il n'avait pas envie de se battre avec elle et n'était venu que pour palier au petit souci rencontré par Turner, quant au reste, et parce qu'elle était venue faire éclater sa bulle personnelle, Saddler ne tarderait plus à rejoindre sa bagnole pour tenter d'y trouver le sommeil. La fermant, trouvant plus d’attrait au silence qu'aux mots – quels qu'ils soient – pour s'adresser à ce mur glacial et bouffé par les derniers événements, le trentenaire ne put s'empêcher de froncer les sourcils, puis de redresser le nez vers elle – désormais assise sur l'un des sièges installés ici – lui sifflant qu'il était responsable de son calvaire. De mieux en mieux ! Néanmoins c'était exactement ce qu'il ressentait sans en piper mot à quiconque... Le fait qu'elle pointe ce mal être cuisant l'invita à déglutir.

- J'te d'mande pardon ?!! S'étrangla-il en riant faussement.

Sérieusement, qu'il se tienne pour responsable lui okay, néanmoins il n'avait jamais forcé Isiah à s'éloigner d'eux, ni ne lui avait demandé de foutre le camp et ne pas revenir. Ce qu'elle disait là, ce n'était pas sous le coup de la colère non, c'était simplement pour se délester d'une rage personnelle rendue plus dure encore par l'incompréhension, la douleur. Sans cérémonie, Saddler avança jusqu'à sa hauteur, la balle de mousse serrée à craquer dans sa main. Prêt à lui rétorquer ce qui ferait mal, ce qui la ferait réagir, il se stoppa net en voyant quelques perles – sur ses pommettes irritées par les larmes – briller entre deux rayons de lune. Son cœur le tirailla une seconde. C'était la première fois qu'il la voyait sombrer, et bien qu'elle eut le réflexe d'écraser les sanglots dans la foulée, il n'en oublierait pas moins ce cliché d'elle. Un long silence s'étira autour d'eux, avant qu'il redresse le menton vers le plafond de verre, rempoche la balle et se passe la main sur les traits pour tempérer ses dires. Frankie disait n'avoir besoin de personne, envoyait chier la plupart de ceux désireux de lui faire traverser cette épreuve avec plus de tact, elle mentait.

- Personne n'est responsable de quoi qu'ce soit. Lâcha-t-il d'un timbre mesuré. Ou si, les goules.... Pour le reste et c'que tu dis, j'imagine parfaitement que t'aurais préféré que j'sois à sa place, qu'je revienne pas. Avant qu'elle réponde, il s'accroupit face à elle pour tenter de croiser son regard brillant de tristesse. T'as envie d'me cogner ? Tu peux y aller si ça peut t'faire du bien, parce qu'intérioriser ça sert à que-dalle.

Ethan savait parfaitement ce que c'était, ce qu'il avait ressenti et, encore, lui avait l'assurance qu'ils étaient morts, pas elle.... Des tas de choses devaient lui passer par la tête. Il pouvait tout aussi bien être mort, ou s'être barré parce qu'il n'assumait plus rien. C'était sans doute pire que d'être certain du sort brusque, de l'assurance terrible qu'on ne les reverrait vraiment plus. Ici, elle avait encore un espoir, pourtant ça faisait déjà dix jours.

- J'suis là, j'sais c'que c'est... T'as l'impression de crever de l'intérieur, ça fait mal. Sa main libre frôla son genou pour qu'elle le fixe. Une manière de la pousser dans ses retranchements comme une autre, de s'attirer son attention. De la faire sortir de ses gonds et de la pousser à lâcher prise. J'vais pas t'juger car t'as envie d'pleurer, imagine pas qu'on t'jugera. Mais faut que tu t'rendes à l'évidence que s'il avait pu il serait revenu, j'suis pas pessimiste Frances, juste réaliste là, putain d'merde ça fait dix jours ! Sentant la tension monter chez elle, il soupira puis pinça les lèvres. J'aurai préféré t'le ramener, qu'tu m'fasses chier encore comme d'ordinaire, que tu ressentes pas ça ni qu't'aies d'espoir pour un truc vain.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2062
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: It should have been you   Mar 8 Mai 2018 - 18:16
Rien ne s’appliquait à elle, et surtout pas ses propres règles. Et surtout pas quand comme à cet instant-là, elle avait besoin de faire tout sauf ce qu’elle devait faire. Frankie devait se reposer, mais se reposer c’était se retrouver seule dans ce foutu camping-car, c’était prendre le risque de rêver le retour d’Isiah et de vivre un réveil douloureux. Alors trainer dans les serres la nuit alors que la règle était que tout le monde sauf la personne de garde devait rester confiné, c’était la meilleure des options pour la coréenne, n’en déplaise à Ethan à qui elle ne se priva pas d’offrir un énième regard assassin. Sa silhouette était reconnaissable entre mille, elle était déjà persuadée que c’était le cas avant mais désormais, avec son ventre arrondi, personne ne la prendrait pour un rôdeur ou une inconnue ici.

Elle se garda bien de lui répondre oralement, son regard noir suffisait à dire le fond de sa pensée. A savoir, elle se fichait bien de la sienne de pensée. La brune s’était éloignée, trouvant du repos en allant s’asseoir sur une chaise usée par le temps. Peut-être était-ce une erreur de s’offrir ce maigre repos, parce qu’aussitôt, l’angoisse, la colère, le chagrin, tout lui revint en pleine figure. Suivis de près par les larmes qu’elle ne parvint pas à ravaler alors qu’elle crachait sa colère au visage d’un Ethan qui n’avait rien demandé. Et sa réaction ne tarda pas. Avait-elle bafouillé en l’accusant d’être la source de la disparition d’Isiah ?

Frankie s’attendit à ce qu’il lui hurle dessus à son tour, qu’il crache lui aussi un peu de ce venin dont il avait le secret. Mais rien n’arriva. Elle attendit la gifle verbale. Mais aucune douleur ne se fit ressentir. Au lieu de cela, Ethan défendit son cas et toute cette situation de quelques paroles mesurées. Elle ne daigna relever son regard noir vers lui qu’en sentant son geste pour attirer son attention. « Tu penses que j’ai tort d’espérer ?! » lâcha-t-elle finalement entre deux sanglots. « Ouais, sans doute que j’ai tort … Je le sais que ça sert à rien, c’est même moi qui l’ai appris à Isiah … Seulement il m’a appris quelques trucs lui aussi. Il m’a appris à me préoccuper de tout le monde ici, il m’a appris à croire que parfois les choses pouvaient s’arranger. Il abandonnait son espoir de retrouver sa femme à cause de moi, pour moi ? J’peux pas … je peux pas abandonner … Je peux pas l’abandonner lui … »

Les larmes ne s’arrêtaient pas. Frankie savait qu’elle ne devait pas abandonner, qu’elle ne pouvait pas accepter qu’il ne revienne jamais. Tant pis si c’était contre tout ce qu’elle pensait, contre tout ce qu’elle était que de se raccrocher à un espoir idiot. Pourtant, dieu seul savait combien elle voulait abandonner, le pleurer une bonne fois pour toutes, elle voulait faire son deuil, elle voulait avancer. Mais cette conscience qu’il avait fait naître en elle l’en empêchait, cette étincelle d’espoir. Ce serait comme l’abandonner lui. D’un geste, Frankie repoussa Ethan en se relevant, commençant à faire quelques pas dans la serre avant de s’arrêter.

Son regard noir se posa à nouveau sur lui alors qu’elle revenait dans sa direction. « J’suis en colère. Je vous en veux de l’avoir laissé là-bas, de pas avoir pu le ramener … Je lui en veux de vous avoir perdu, je lui en veux de pas être là maintenant, j’ai besoin de lui … J’ai besoin de lui et ça me fout la rage. C’est sa faute … C’est sa faute … » Son poing s’écrasa sur l’épaule du brun, sans conviction, alors qu’elle se remettait à pleurer. C’était la faute d’Isiah, elle se portait bien avant qu’il ne disparaisse, et encore mieux avant de le rencontrer. Seule, c’était encore la meilleure façon de vivre sa vie.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 913
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: It should have been you   Mar 8 Mai 2018 - 19:05
IT SHOULD HAVE BEEN YOU


tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man my boy. but for now it’s time to run...


La voir pleurer ne lui faisait pas plaisir, au contraire, ça l'emmerdait cruellement pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas le meilleur placé pour l'aider. A l'époque il était dans son cas, encore à l'heure actuelle même si la souffrance s'était collée dans un coin de sa tête. C'était là, en sourdine mais là tout de même. Concernant Frances, c'était frais, ça ne passerait pas aisément, davantage encore qu'en passant une main sur ses traits, croisant même la rondeur de son ventre maternel, le trentenaire savait que cette naissance – en Août d'après ce qu'elle lui avait confié – la rappellerait aux heures douloureuses de l'instant présent. L'index et le pouce pressant ses paupières, Saddler scruta son regard lorsqu'elle lui répondit enfin. Sa voix était étranglé par la peine et les sanglots qu'elle tentait de réprimer depuis le moment où, pour la seconde fois, Nigel et lui étaient revenus après d'infructueuses recherches. L'espoir... C'était bon pour l'univers d'autrefois, quand vous n'aviez guère d'autres choses à penser, quand vous n'aviez pas une épée de Damoclès au dessus du crâne nommée : rôdeurs. Un soupir fila ses lèvres sur lesquelles il passa la langue. Ordinairement l'organisateur n'était pas pessimiste, il avait toujours une connerie à dire pour détendre l'atmosphère, d'ailleurs n'avait-il pas espéré s'en sortir lorsque la bestiole lui tenait le bras entre ses crocs ? N'avait il pas eu cette pointe d'espoir ? Si, il l'avait fait, parce que l'Être humain avait cette incroyable faculté, cet instinct de survie... Même si elle ne le sentait pas encore à l'heure actuelle, Frankie l'avait elle aussi, néanmoins oui, il était persuadé que si Isiah avait dû revenir, il l'aurait fait depuis longtemps. Ce qu'il taisait en revanche, c'était qu'il ait pu être pris par un groupe de taré, avoir été mordu... Des tas de scénarios étaient possibles, imaginables, concernant le fait qu'il n'ait guère été de retour. Prêt à la réconforter à la hauteur de ses moyens, il se redressa mais fut forcé de reculer quand elle imita son geste en le repoussant. Ce n'était pas de lui qu'elle avait besoin, elle le lui signifiait bien assez fort, sous un flot de larmes qui le peinaient plus qu'elle ne devait le croire.

- Frankie je... Pas de Frances pour une fois, non, inutile de l'affubler du prénom qu'elle n'appréciait visiblement pas, plutôt du surnom qu'elle lui avait donné à son arrivée ici. La Diva semblait avoir disparu, ses paillettes avec, ne restait plus qu'une humaine blessée, vulnérable... Une future mère qui lui crevait le cœur par sa peine et sa situation pénible. Poussant un soupir, il se rapprocha de nouveau d'elle avant de grimacer – de surprise plutôt que de mal – lorsqu'elle enfonça les phalanges repliées dans son épaules gauche. Aïe. Siffla-t-il instinctivement même sans souffrir, avant de frotter légèrement l'endroit qu'elle avait heurter – pourtant sans grande force – puis de redresser les cils pour capturer son regard humide.

Hésitant une minute, il termina par redresser les mains pour englober les fébriles épaules de la jeune femme. La réaction serait peut-être sans appelle, néanmoins la pression de ses propres phalanges contre le haut de ses bras le poussa à déglutir et, peut-être, à imaginer qu'il s'agissait du geste de trop. Pourtant non, elle avait besoin d'un soutient et celui qu'elle souhaitait voir près d'elle n'était guère présent. Il n'y avait que lui ici, du moins dans cette serre en pleine nuit.

- La vie est une putain de saloperie. Du moins, la survie. Lui sourit-il piteusement avant de prendre une grande inspiration et de la rapprocher de lui.

L'étreindre, ça ne servirait peut-être à rien, néanmoins si elle avait besoin de pleurer qu'elle le fasse mais pas seule, même s'ils n'étaient pas en mesure de s'entendre, qu'ils semblaient se chercher continuellement des noises, Saddler restait un Être Humain lui aussi, tout comme elle à l'instant. Maladroitement premièrement – car sans doute l'imaginait-il encore capable de lui briser les valseuses d'un coup bien placé – il la ramena contre lui puis glissa une main à sa nuque, ses lèvres à quelques centimètres de son oreille.

- J'sais c'que c'est... mais t'es pas seule, t'ferme pas maintenant, ce serait mauvais. Lui murmura-t-il en déposant le menton au haut de son crâne, dans la jungle de ses mèches brunes sur lesquelles se reflétaient les rayons de lune. Personne n'peut mieux choisir c'qu'il y a à faire qu'toi, alors... Si m'faire chier peux t'aider vas y. Je t'en voudrais pas, mais tu m'devras un truc en échange. Reprenant une inspiration en la faisant reculer pour voir ses mirettes, Ethan fronça les sourcils. D'une on garde c'ptit truc un peu fleur bleue secret, j'sais qu'ça t'arrange ma foi et... De deux, Reprit-il en arquant un sourcil. demain tu m'accompagnes à l'extérieur pour ramener quelques bricoles.

La sortir d'ici lui ferait du bien, et peut-être que ce qui lui passait par la tête pourrait l'aider, c'était une bricole, néanmoins et même s'il lui avait juré le faire uniquement si elle devenait véritablement agréable, mieux valait maintenant pour lui permettre de subir ce calvaire avec une sorte de paliatif.

made by LUMOS MAXIMA



by anaëlle.
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise, so I'm living it all & I'm giving it all. I heard him say gotta find me a future move out of my way.
No pain, no gain
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Frances M. Whitaker
leader | Recovery Grove
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Une lance faite maison, un couteau, une petite hache et un Glock 9mm
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/04/2017
Messages : 2062
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: It should have been you   Jeu 10 Mai 2018 - 12:28
Elle était en colère, de se sentir comme ça, triste, et surtout de le montrer. De le montrer à l’un de ceux qu’elle tenait pour responsable de la disparition d’Isiah. Frankie serrait les poings jusqu’à écraser sa main droite sur l’épaule du brun. Il n’y avait aucune conviction dans ce coup, il était faible, aussi faible qu’elle. La coréenne pleurait de plus belle, sous le poids de ses propres mots, de ses propres maux. Les mains d’Ethan sur ses épaules la forcèrent à relever le nez vers lui, les yeux emplis de larmes. Frankie n’avait même pas la force de le repousser, de lui hurler dessus. Elle était accablée par le chagrin, par l’inquiétude, par la culpabilité depuis trop de jours.

La diva entendit ses mots, sans la moindre réaction, elle se laissa étreindre là encore sans la moindre force pour le repousser. Trop peu de personnes avaient réussi à l’atteindre, à être là pour elle quand elle en avait eu besoin. Frankie avait fait le deuil de ses parents seule, enfermée dans son appartement. Elle avait laissé derrière elle tellement de personnes qui pourtant se souciaient d’elle. Isiah avait été là pour lui rappeler qu’elle n’était pas qu’une survivante, qu’elle ressentait, qu’elle vivait. Et le destin semblait vouloir lui enlever celui qui l’avait changée.

Mais peut-être que dans le fond, elle avait toujours été ainsi. C’était comme ça que ses parents la voyaient et l’aimaient, comme leur petite fille, fragile, leur miracle qu’ils devaient protéger et chérir. Il n’y avait que dans leurs bras qu’elle s’était autorisée à pleurer. Dans leurs bras et dans ceux d’Isiah quand l’annonce de sa grossesse l’avait anéantie. Finalement, pleurer là, c’était réconfortant, c’était angoissant parce qu’elle détestait se montrer faible.

Les mots d’Ethan à son oreille lui arrachèrent un nouveau sanglot. Elle n’était pas seule, pourtant elle se sentait plus seule que jamais. Elle avait besoin d’Isiah, elle ne savait pas être meilleure sans lui, elle ne savait pas comment elle allait élever cet enfant. Frankie esquissa un sourire entre les larmes, est-ce que l’emmerder était la meilleure façon de traverser cette épreuve ? Elle croisa son regard un instant avant de frotter ses yeux d’un revers de la manche. Elle était épuisée, mais elle écouta ce qu’il avait à dire malgré tout, parce que de toute manière elle n’avait pas la force de répondre, de le frapper, de lui dire combien elle le détestait. Elle le détestait d’être là pour elle, parce que c’était plus simple de détester quelqu’un de parfaitement détestable.

« Secret, ouais … » souffla-t-elle en détournant le regard. Evidemment, la coréenne ne voulait pas que cela se sache trop, qu’elle était humaine sous cette armure glacée. C’était déjà bien assez quand Billy tentait de la faire parler et de la réconforter. « J’peux pas sortir … Si c’est ton plan pour te débarrasser de moi, ça marchera pas. » Billy ne la laisserait jamais mettre un pied dehors. Nigel lui donnerait sans doute raison. D’un côté elle paierait cher pour voir comment Ethan négocierait son autorisation de sortie, d’un autre côté, elle se sentait trop fatiguée pour faire quoique ce soit. « Je garderai le secret sur tout ça tant que toi tu diras rien. Mais j’peux pas promettre de te suivre dehors avant d’avoir dormi une centaine d’heures … »

Elle devait aller dormir, ou du moins essayer. Mais il fallait croire que toutes ces larmes lui avaient permis de s’apaiser. La douleur était toujours là, le chagrin ne partait pas, mais elle se sentait plus sereine. Ou alors la fatigue était trop forte pour qu’elle ressente quoique ce soit. « Il faut que j’essaie de dormir sinon Billy va m’assommer … Merci Ethan … » souffla-t-elle en se dégageant, reprenant rapidement une attitude plus froide, plus distante. Est-ce qu’elle le suivrait le lendemain ? Peut-être. Sans doute. Dans le fond, elle n’en pouvait plus de voir ce complexe.


Things get damaged, things get broken • Precious
(c) ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: It should have been you   
Revenir en haut Aller en bas  
- It should have been you -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: