The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Sir, ready to kick some asses sir -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 122
Age IRL : 24
MessageSujet: Sir, ready to kick some asses sir   Mer 11 Avr 2018 - 22:48
Sir, ready to kick some asses sir

Rien n'était plus soudé qu'une escouade de Marines. Il y avait ce lien fort et résistant au passage du temps que je retrouvai au sein de ce qui fut autrefois le 1st Marine Platoon et qui aujourd'hui était tout ce qui me restait de ma grande famille du Corps des Marines. Nous étions certes plus nombreux par le passé mais les attaques et les sorties extérieures avaient eu raison de certains d'entre nous. Qu'importe, nos pertes ont resserré ceux qui restaient. Avec mon groupe, nous nous étions levés tôt comme à notre habitude et croisant les équipes de gardes de la nuit attendant leur relève, une petite troupe de personnes avec des treillis aux couleurs de l'USMC ainsi que des t-shirts kakis s'était mise à courir le long de la côte bordant l'Elliott Bay. Cependant, il n'était nullement question de piquer un sprint pour semer ses petits camarades, la course était un moyen de se réveiller mais aussi de continuer de perpétuer cet esprit de groupe inculqué par l'instruction militaire des Marines. Ainsi, dans une foulée rapide mais constante, nous nous mîmes à chanter un air bien connu des Marines, l'air et la mélodie de la chanson rendue célèbre par le cinéma. Les quelques soldats qui nous regardèrent passer se contentèrent de nous observer en train de courir tout le long de la côte.

Me retrouvant à diriger et à la tête de ma troupe par la force des choses, je nous fis courir avant de nous arrêter pour faire des exercices sur la plage, légèrement à l'écart des vagues de la baie. L'eau pouvait à coup sûr charrier des cadavres pas tout à fait morts et cela aurait été con de perdre un type de cette façon. Plus tard, je nous fis regagner notre logis aménagé spécialement à notre effet en me faisant entendre de ma voix de sergente que les années et la fin du monde n'avait pas altérée sur la route, mes hommes répétant les paroles de la chanson. Une fois parvenu à bon port et suffisamment réveillé, nous allâmes nous restaurer pour le petit déjeuner de la journée, frugal comme à son habitude. Cette fois vêtue de mon uniforme des Marines, je décidai de laisser mon groupe, entre les mains d'un autre des sergents puis je me résolus de rendre visite à quelqu'un que je voyais peu mais qui avait son importance au sein de Fort Ward. Cela faisait un moment qu'une visite à Phelbs, l'une des dirigeantes du camp, était nécessaire selon mon point de vue. Notamment en charge de l'aspect sécurité avec la colonelle Winslet, c'était une des personnalités les plus connues de Fort Ward. J'avais prévenue la femme qui servait d'assistante à Phelbs il y a de cela quelques jours que j'allais lui rendre visite une de ces matinées, l'heure était donc venue d'aller rencontrer celle qui est devenue la cheffe par la force des choses. Oh je l'avais déjà rencontré, ça n'allait pas être la première fois que l'on se verrait mais dans son bureau là par contre...

Phelbs habitait un peu à l'écart des bâtiments civils dans une demeure qui me semblait un peu trop démesurée par rapport aux autres bâtiments mis à part l'endroit réservé pour les blouses blanches. La maison typiquement américaine d'une famille plutôt aisée se dressait avec quelques arbres en arrière plan et une pelouse qui demandait à être un peu plus entretenue. Maugréant pour moi-même en faisant une minuscule moue de dédain devant une telle habitation, je fis ma petite réflexion.

Putain de baraque...

Je frappai ensuite du poing contre la porte, assez fort pour que mes coups soient entendus mais sans pour autant chercher à entrer de force. Sans me soucier davantage de mon apparence donc sans recoiffer mes cheveux courts en bataille ou lisser mon uniforme, j'attendis, les bras croisés sur ma poitrine, la venue de la cheffe de Fort Ward à la porte.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 515
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Jeu 12 Avr 2018 - 23:46
Elle défit le pansement qui enveloppait sa main droite. Sur la paume, les cicatrices étaient en bonne voie de guérison. D’ici encore une semaine, elle n’y paraitrait plus, sinon deux estafilades roses qui lui marqueraient les chairs pour lui rappeler un jour funeste. Inutile d’y remettre un bandage, il fallait maintenant que sa blessure s’estompe à l’air libre. June se lava consciencieusement les mains et jeta un œil à son miroir. Les bleus avaient totalement disparu de son cou et de son visage, il n’y avait plus rien à dissimuler. Un mince sourire étira ses lèvres avant qu’elle ne quitte la pièce. Elle avait définitivement gagné. Encore.

Profitant des quelques heures matinales d’électricité, elle fit couler un café, ouvrit ses volets automatiques et brancha son fidèle Mac portable afin qu’il se recharge. La rencontre avec le groupe de Zack lui donnait énormément à penser et à faire. C’était une entreprise toute nouvelle qui s’annonçait et l’avocate n’avait pas l’intention de louper le coche. Avec Evelyn, elle avait déjà commencé à brouillonner sur le sujet, à tracer quelques grandes lignes sur papier, mais le temps passait et faisait grandir le désir de concrétisation. Vêtue d’un pantalon noir en toile et d’un chemisier bleu ciel, la quarantenaire s’était installée dans son bureau. Sa longue chevelure rousse était retenue en queue de cheval, le premier concierto de Tchaïkovsky en fond, elle était penchée sur ses ébauches.

Il fallut un deuxième choc à sa porte pour qu’elle n’émerge de sa concentration. Non sans froncer légèrement les sourcils, June consentit finalement à se lever pour descendre souplement ouvrir. En écartant le battant, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir sa presque homonyme. Cette fois seule et non accompagnée par sa tribu de Marines. Bien qu’elle arborât son sourire poli artificiel, la rouquine l’interrogea sur un ton légèrement surpris :

- Bonjour Mis Raikes, nous avions rendez-vous ?

Elle se souvenait vaguement que son assistante lui avait dit que Jane souhaitait passer « une matinée » mais ne pensait pas que ce serait à prendre au sens littéral. Pour les prochaines fois, elle lui conseillerait d’anticiper sa venue en proposer un créneau fixe. C’était une question de principe : l’avocate aimait le contrôle, ça allait de règner sur le camp à son emploi du temps. Les visites à l’improviste étaient rarement pour lui plaire. Néanmoins, pour ce matin, elle lui épargnerait les remarques et s’écarta pour la faire entrer.

- Venez, on va monter dans mon bureau et vous m’expliquerez ce que je veux faire pour vous. Est-ce que je vous sers un café ? Il est chaud.

Sans se défaire de son expression fabriquée de toute pièce et peaufinée par des années de travail, June referma la porte avant d’emboîter le pas à son invitée surprise. Ses méninges tournaient déjà afin de se réapproprier la situation. En fait… il se pourrait bien qu’elle ait une mission pour les anciens Marines !


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 122
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Ven 13 Avr 2018 - 20:09
Sir, ready to kick some asses sir

La réponse de Phelbs s'était faite un peu attendre. Depuis que c'était elle qui menait la danse sur Bainbridge Island, fallait croire qu'elle aimait se permettre certaines choses. Au moins, elle n'était plus seule en charge contrairement à feu Chambers qui était le seul à décider mais j'avais toujours appris que le pouvoir montait à la tête, surtout si c'était des civils politicards. Néanmoins, c'était maintenant la fin du monde et on pouvait espérer que les règles aient changées par l'arrivée des goules dans nos vies. Phelbs venait tout juste de prendre le pouvoir avec ses collègues, il fallait maintenant que je voie de moi-même comment elle allait gouverner, si nous allions vraiment tomber sur quelqu'un qui fera de son mieux ou si elle était une Chambers bis. La réponse ne tarda plus.

Salut Phelbs, nan du tout, j'avais juste annoncé à celle qui vous sert d'assistante que je me pointerai un de ces quatre matins. J'espère que je vous dérange ?

Le ton était caustique, légèrement acerbe mais sans méchanceté envers la toute fraîche dirigeante. Son sourire me parut étrange, loin d'être authentique selon moi, un peu comme celui d'un serveur qui accueillait un nouveau client au restaurant. En revanche, le sourire que moi je lui fis, un sourire en coin à défaut d'être clairement affiché, était mutin et sarcastique. J'entrai dans sa demeure d'un pas néanmoins prudent, je n'étais pas chez moi et bien que j'appréciai relativement Phelbs, je n'étais pas chez elle en conquérante pour revendiquer les lieux. Dans cette maison très bien meublée et garnie, témoignage du précédent niveau de vie possible à acquérir autrefois, je crus entendre des notes de musique classique provenant de l'étage mais je n'étais pas certaine de pouvoir reconnaître la mélodie, la musique classique m'échappait complètement. J'acquiesçai légèrement à sa consigne de monter à l'étage où son bureau se trouvait mais mon expression devint une surprise teintée d'une petite incrédulité lorsqu'elle me parla de son café tandis que le sourire de l'ancienne avocate s'afficha devant moi, entretenant alors ma perplexité.

Bordel, vous êtes sérieuse, un café ? ... Merde je vais pas refuser un café qui vient de chez vous.

Mon sourire devant un peu plus franc et Phelbs me servit donc une tasse de café fumant, s'abstenant heureusement de la soucoupe de la tasse. Je suivis ensuite la femme dans les escaliers jusqu'à son bureau, mes rangers claquant bruyamment contre le plancher et l'escalier fait en bois. Je dégustai une première gorgée du café fait par Phelbs et je devais bien reconnaître qu'être dirigeante procurait certains avantages non alloués à la piétaille comme moi. Bien qu'elle soit soumise aux mêmes restrictions d'électricité comme nous, Phelbs arrivait visiblement à profiter de quelques avantages liés à son récent statut. Ça me consternait mais à sa place, je me serais encore moins privée de ces quelques avancements.

Parvenues toutes les deux au bureau, la musique classique était plus sonore mais lié à mon manque de culture, le nom de la musique jouée m'échappa totalement bien que la mélodie, maintenant plus proche des mes oreilles me parut familière. N'étant pas friande de ce genre de musique, je fis une légère moue à cette pensée avant que Phelbs ne baisse le volume pour nous permettre de discuter. Sur une invitation de sa part, je m'assis confortablement dans le siège en me tassant légèrement dedans, les genoux écartés et le dos et la nuque calée contre le dossier. Je refis mon joli sourire caustique à Phelbs avant une gorgée.

Bon, ça vous fait quoi d'être aux commandes ? J'suis curieuse de vous voir à l'œuvre, surtout après qu'on ai dû buter Chambers et vous nommer en compagnie d'Ela et de l'autre blouse blanche en chef dont j'ai oublié le nom.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 515
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Ven 13 Avr 2018 - 22:50
Tout en lui servant un mug de café, l’avocate toisa son invité presque sans ciller. Si sa cadette était venue spécialement pour tester son tempérament, elle s’engageait dans une lutte qu’elle était certainement de perdre. Elle avait beau être plus petite et bien plus gracile que la Marine, la rouquine se sentait bien plus importante que la trentenaire ne le serait jamais. Lui indiquant ensuite la direction des escaliers, les deux femmes n’eurent qu’à suivre l’orchestre russe pour trouver le chemin jusqu’à sa pièce dédiée au travail. Du moins : la pièce officiellement dédiée au travail, parce qu’il n’y avait pas un endroit de la maison où la locataire n’avait pas fait tourner ses méninges et pris des notes.

A destination, June posa sa propre tasse sur le bureau et baissa le volume des cascades cristallines du piano. Après avoir proposé un siège à son interlocutrice, elle rassembla d’un geste les papiers soigneusement étalés devant elle pour les replacer dans une pochette plastifiée. Elle avança alors son fauteuil sur roulette et posa les coudes sur le meuble, joignant les mains sous son menton volontaire. Ses yeux perçants détaillaient Jane, qui non contente de se permettre une position impolie, s’autorisait une curiosité mal venue. Retenant un soupir – elle n’était pas là pour jouer à la maman avec chacune des personnes qu’elle recevait – la quarantenaire rétorqua :

- C’est gentil de votre part de changer vos habitudes pour venir sous enquérir de mon ressenti sur la situation. En fait, ça fait…, elle jeta un œil au calendrier sur le mur, où elle cochait soigneusement les jours pour ne pas perdre le fil, deux mois que je suis au commande en compagnie d’Ela et de l’autre blouse blanche dont vous avez oublié le nom, la rouquine avait volontairement repris ses mots pour lui faire sentir à quel point ils sonnaient au mieux déplacés, au pire carrément ridicules, ce serait plutôt à vous de me faire un retour sur vos récentes impressions.

Son sourire ne l’avait pas quitté. Ce même masque professionnel qu’elle servait les trois-quarts du temps dans son ancienne profession ; avec les forces de l’ordre, les juges, les procureurs, ses confrères… June était un livre scellé dont la clef n’existait pas encore. Impénétrable. Néanmoins, bien qu’elle ait donné le change à la Marine, sa remarque n’en était pas moins sincère. L’avis de ceux qui oseraient venir lui parler était précieux, ne serait-ce que pour prendre la température et évaluer les tendances. Rompant sa position pour porter à ses lèvres sa tasse de café, elle ajouter :

- Êtes-vous assez satisfaite pour accepter une mission ?


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 122
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Sam 14 Avr 2018 - 0:59
Sir, ready to kick some asses sir

Je ne me rappelle pas d'avoir vu Phelbs comme ça par le passé mais ça ne me déstabilisait pas. Combien de gradés j'avais vu pas péter plus haut que leur cul et avec ce sourire de façade qui était plus énervant qu'autre chose... Seulement, mon objectif ici n'était pas de venir perdre mon temps contre Phelbs. Ma question, que certains de mes hommes se posaient lui fut envoyée et elle trouva un écho sur cette face qui me donnait l'impression de passer au détecteur de mensonges. Seulement, comme une satanée politicarde, elle esquiva ma question en me la retournant. Ah oui c'est vrai que j'avais affaire à une avocate, sur le terrain de l'éloquence, elle me battait à plate couture. Lorsqu'elle jeta un regard au calendrier collé contre le mur de son bureau, je ne pus m'empêcher de remarquer ce que je considérai comme d'anciennes cicatrices sur sa main droite. Je ne me rappelai pas l'avoir déjà vue blessée ou au combat mais ce détail fut aussitôt balayé de mon esprit par la paraphrase de Phelbs. Cette réaction sur ma remarque me fit décocher un sourire amusé d'une part à ma tasse de café ensuite à mon interlocutrice. Je bus une gorgée de café avant de me pencher légèrement en avant, les coudes sur mes genoux, sans me détourner de Phelbs.

Putain ouais deux mois déjà... Ça passe si vite quand on s'amuse.

La déclaration était toute aussi sarcastique que précédemment quoique pas vraiment dirigée envers Phelbs qui n'avait fait que reprendre comme un perroquet ce que j'avais dis mais plutôt envers notre situation, un peu en auto-dérision. Je repris une gorgée de café avant de regarder ma tasse, puis à nouveau Phelbs. Pour le coup, j'avais quitté mon attitude caustique et je regardai l'avocate plutôt perplexe. Seulement, ma nature sarcastique reprit le dessus mais je ne répondis pas immédiatement. La cicatrice réduite à une marque rose légèrement voyante sur sa main droite devint plus intéressante. Puis, je me décidai enfin à lui répondre.

C'est bien d'éluder les questions, Phelbs. En même temps, je m'adresse à une avocate... Bon trêve de conneries, Phelbs, j'suis pas là pour vous lécher les godasses. Je dis pas que je connais tous les aminches qui savent manier un flingue mais je peux vous dire que les gars, ceux de chez moi du moins, se posent des questions. Déjà, à votre propos mais ils parlent aussi d'un autre groupe important que des mecs à Donovan auraient rencontrés au dehors. Vot' mission, c'est pour voir s'ils veulent se poser chez nous ou pour les flinguer ou c'est pour aller vous chercher du café en rab ?

Ma question resta en suspens une fraction de seconde avant que je ne regarde Phelbs légèrement de biais. Mon geste, ici par réflexe, était plutôt tourné pour appuyer mon propos qu'une véritable pique à son égard. Quoique, moi et mon sarcasme maladif, surtout envers le haut...

Vous me connaissez, Phelbs, je suis aussi débile que mes rangers pour aller parlementer.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
June D. Phelbs
Leader | Remnants
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Variable
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 10/01/2018
Messages : 515
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Sam 14 Avr 2018 - 10:35
Elle souleva légèrement un sourcil, pas certaine de bien comprendre ce qu’elle était en train de voir. Sous les allures de défi et d’insolence de Jane, on pourrait presque y deviner une insubordination latente. Une critique aussi. Pourtant, ils bénéficiaient tous du même confort ici : si elle voulait du café, elle n’avait qu’à se rendre à l’inventaire et demander sa ration. C’était exactement ce que l’avocate faisait, elle n’allait pas en plus tolérer qu’une gamine de 10 ans sa cadette se permette des insinuations déplacées. Alors quand cette dernière fit le mauvais choix de l’auto-dérision sur ses capacités à parlementer, la rouquine enfonça froidement le clou :

- Je vois ça, son sourire artificiel s’estompa : puisque son invité ne voulait pas jouer dans les règles, elle ne jouerait pas du tout, et je me permets de vous rappeller qu’il n’y a pas « d’hommes à Donovan ». La… caste des militaires a été dissoute après la mort de Benjamin Chambers, ses yeux verts se plantèrent dans ceux de son interlocutrice, cela signifie que tous les anciens soldats, elle avait insisté sur ces derniers mot pour renforcer leur obsolescence, ne sont aujourd’hui plus que des civils comme les autres. C’est aussi valable pour vous et les autres Marines. Vous avez les mêmes droits et les mêmes devoirs.

C’était volontairement qu’elle n’avait pas repris la formulation « vos gars », parce que la trentenaire n’était plus à la tête de rien ici. Si ça lui faisait plaisir de se sentir virtuellement la meneuse de son petit groupe de testostérone made in America, grand bien lui fasse. Au final, elle n’avait pas plus d’influence dans ce bureau que la veille Madame Dewitt. Ayant replacé ce point, des fois que ce ne soit pas encore clair, June but une gorgée de café pour recouvrir l’esquisse de son expression. Sourire en coin, débit posé mais ferme.

- Si vous parlez donc de l’expédition qui nous a mené jusqu’à Bellevue, je vous rappelle également que j’y étais donc je sais parfaitement de quoi il en retourne. Ce n’est pour l’instant pas de votre ressort, pas directement en tout cas ; elle venait de décider que l’ancienne militaire ne méritait pas d’en savoir plus, par contre, je-

Le bruit lointain de la porte d'entrée qui se refermait l’interrompit. Il n’y avait qu’une personne dans toute la communauté qui avait le droit désormais de pénétrer chez elle sans frapper. L’avocate se leva avec l’élégance qui lui collait à la peau et quitta la pièce pour devancer son assistante en haut de l’escalier. A peine vit-elle la tête brune en bas des marches qu’elle attira son attention :

- Bonjour Evelyn. Prenez donc un café si vous voulez et rejoignez-moi dans mon bureau : nous avons une invitée surprise ce matin.

Aujourd’hui, l’étudiante devait la connaître suffisamment pour savoir que sa « supérieure » n’aimait pas les entorses à son planning. Si son timbre s’efforçait d’être neutre, il était légèrement plus froid qu’à l’accoutumé, ce qui annonçait la couleur d’emblée sur la nature de l’entretien.


Survive is about foresight
« About anticipating your opponent's moves and devising counter measures. The winner plots one step ahead of the enemy. And plays her trump card just after they play theirs. It's about making sure you surprise them. And they don't surprise you. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/03/2018
Messages : 122
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   Sam 14 Avr 2018 - 12:46
Sir, ready to kick some asses sir

Enfin ce sourire disparut, j'allais donc pouvoir voir comment l'autre gouvernait et il me semblait qu'il y avait tout de même, un peu de feu Chambers, pas quand il avait pété un câble mais... pas si loin que ça. Elle en profita pour m'enfoncer davantage mais je ne surenchéris pas, j'étais bien consciente encore une fois qu'en éloquence, Phelbs m'étalait. Seulement, intérieurement, cela me fit plaisir de la voir tomber son masque et montrer comment elle était derrière cette façade, quitte à m'en prendre plein la gueule. Elle n'était pas Johnnie Cochran mais son tempérament de... plaidoirie, je dirais faute de meilleure expression, transparaissait clairement. Dans le temps, l'avocate devait être redoutable devant un tribunal. Néanmoins, je me demandais si ce n'était pas tellement mieux qu'un politicard de métier comme l'était Chambers, l'exercice du pouvoir puait de la part de Phelbs. Ça ne faisait que deux mois mais j'avais comme l'impression qu'elle y avait déjà bien prit goût.

Comme vous le sentez Phelbs, c'est vrai que c'est l'impression qu'on doit donner. Il n'empêche que c'est souvent les mêmes et entre eux qui partent dehors. On est toujours bien content de nous trouver, les civils tous frais qui savent mieux manier un flingue que la plupart des autres.

Une pique certes mais qui me donnait au moins l'impression que Phelbs était authentique et sincère dans ce qu'elle disait. C'était déjà mieux qu'au début, on avait donc quelqu'un qui tâchait de reprendre en main le camp avant qu'il ne parte en couille et d'imposer ses idées. C'était une démarche que je respectai même si Phelbs se disait peut-être le contraire. Elle commençait déjà à me plaire un peu plus que Chambers.

En revanche, un peu comme moi et ma personnalité sarcastique, elle ne put s'empêcher de reprendre un sourire, même en coin. C'était une obsession pour elle ? Peut-être que ça lui donnait l'impression d'avoir le contrôle... Sûrement pour ça que je ne serais jamais une dirigeante. Si pour donner des ordres aux autres, on devait avoir l'illusion du contrôle, c'était pas pour moi, ça serait vraiment une trop grosse perte de temps. Visiblement la mission dont parlaient les militaires, celles dont il était question s'était bien passée. Ben oui, c'est vrai, si Phelbs y était et qu'elle pouvait se la péter... Sa phrase du "il n'est pas de votre ressort" me fit boire un peu plus bruyamment ma gorgée de café, celle là par contre, je l'ai entendue plus d'une fois dans la bouche d'un officier de salon, le genre de choses où il y avait trop d'enjeux pour mettre au courant une simple sergente comme moi. L'expérience m'avait appris à ne pas poser davantage de questions et si ça tournait mal et qu'on survivait, on avait au moins toujours une hiérarchie à accuser. Comme réaction à ces mots, je haussai mes sourcils un temps en buvant mon café mais je ne dis rien d'autre. Quelqu'un fit alors son apparition icelieu.

Je fis un sourire en coin à mon tour en voyant l'avocate se lever de manière un peu trop théâtrale à mon goût. Toujours le côté avocate en plaidoirie... Ça en devenait presque amusant cela dit mais je ne fis pas de commentaires. L'assistante de Phelbs pointa le bout de son nez une fois sa patronne assise et Evelyn me salua de sa manière effacée et discrète.

Salut Evelyn.

Mon attention se reporta à mon tour sur ma tasse de café et presque blasée par ma propre descente du liquide autrefois grain car il ne restait que peu de café dans ma tasse, je me tournai à nouveau vers Phelbs qui ne me lâchait pas du regard. Dommage si elle voulait me mettre mal à l'aise, je connaissais un instructeur qui avait essayé de me faire craquer ainsi il n'y a pas si longtemps que ça. Je me rassis de manière un peu plus droite sur le siège mais j'étendis mes jambes devant moi avant de les croiser au niveau de mes chevilles. J'étais dans ma position du "ouais jt'écoute. Un peu." car Phelbs allait me parler d'autre chose à l'instant.

C'est pas de mon ressort si vous voulez, j'ai l'impression de retourner au Pentagone... M'enfin bon, vous alliez dire quelque chose avant qu'Evelyn ne se pointe ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Sir, ready to kick some asses sir   
Revenir en haut Aller en bas  
- Sir, ready to kick some asses sir -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» jayden - i'm ready to kick some ass. (terminé)
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Kick-Ass ? Moi ? ... Noooon ! Vous devez faire erreur ! Moi c'est Val ;)
» Arene Kick
» Mega Kick!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: