The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Happy new year -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor C. Hopper
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 605
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Happy new year   Jeu 7 Juin 2018 - 20:31
La rousse accepta les remerciements avec un sourire, en réalité elle se sentait un peu idiote parce qu’elle n’avait pas réfléchi à son acte. Elle l’avait fait parce que c’était le plus logique à faire, parce que si elle s’était trouvée dans sa situation à lui, Ely aurait été qu’on vienne la sauver plutôt que de la laisser en pâture aux rôdeurs. Elle était de ce genre de personnes qui pensaient que l’on devait traiter les autres comme l’on voulait soi-même être traitée. Parfois, cela la poussait à faire d’énormes erreurs de jugement, c’était certain, mais au moins elle savait qu’elle pouvait se regarder dans un miroir sans culpabilité aucune.

« Oh … » souffla-t-elle avec une mine soudain un peu tristounette lorsque Frederik avoua que le feu d’artifice avait vocation à attirer l’attention de ses proches, perdus depuis le tremblement de terre. « J’espère que cela aura fonctionné, tu pourras toujours revenir pour tenter de les trouver. » Avec un sourire encourageant, la rousse continua sa marche jusqu’à ce qu’ils arrivent au motel où elle avait établi ses quartiers pour l’instant.

Une rapide vérification, fermer la porte, du calme et quelques minutes après, lorsque tout sembla okay, la discussion put reprendre. La rousse grignotait ses bonbons lorsque la voix de Frederik la sortit de sa dégustation. Avec une moue pensive, elle leva les yeux au plafond pour y chercher une réponse avant de voir plus loin dans la pièce un dessin qu’elle avait fait sur le mur. « Un mois ou deux … je crois … Je ne compte plus vraiment. » Compter les jours, c’était devenu compliqué, sans calendrier, sans personne, sans rien. Hormis ces dessins sur les murs, des compagnons crayonnés à la va-vite qui faisaient sans doute plus peur qu’autre chose.

Mais la nostalgie n’eut pas le temps de la prendre car bientôt le brun brandit devant ses yeux ouverts grands de surprise et d’envie, un pot de Nutella. « C’est pas possible ! T’as trouvé ça ?! Alors là tu me bats carrément avec mes bonbons … Hum … on peut se faire un repas pour célébrer la nouvelle année ! » Elle n’avait pas le décompte parfait des jours, mais il lui semblait que c’était sans doute la nouvelle année ou la fin de la précédente. Eleanor fouilla à nouveau dans son sac à dos pour en sortir une canette de soda. « Voici ma maigre contribution. Ca et les bonbons. » Ce n’était pas grand-chose mais c’était déjà beaucoup.

« Tu es seul depuis le tremblement de terre ? J’aurais jamais cru vivre un tremblement de terre ici à Seattle … En même temps, j’aurais jamais cru voir les morts se relever et notre monde tomber donc je suppose que tout est possible désormais … Hum pardon je parle beaucoup. » La rousse afficha une mine désolée avant d’aller s’asseoir sur le vieux fauteuil fané dans l’angle de la pièce. Elle s’installa avant de grimacer et de se relever pour le rapprocher du lit, comme cela ils pouvaient discuter chacun posé dans un coin tranquille.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau arrache-clou, pistolet 9mm, couteau de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/01/2018
Messages : 1127
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Happy new year   Ven 22 Juin 2018 - 5:38
Mon sourire n’avait pas quitté mes lèvres lorsque j’avais mentionné la raison se cachant derrière le feu d’artifice qui nous avait valu toute cette action. Tentant d’y dissimuler mon angoisse et ma peine d’avoir perdu la trace d’Oliver, Maisie et Dylan à la suite du séisme. J’avais prononcé mes paroles avec détachement, essayant de faire croire à qui voulais l’entendre, que ça ne m’atteignait pas plus qu’il faut… Que ça m’en prenait beaucoup plus que ça pour m’assombrir. Mais la rouquine ne fut pas totalement dupe – ou peut-être étais-je simplement plus transparent que je ne voulais l’admettre ? Elle afficha une mine attristée avant de m’offrir quelques mots de réconfort. « Eh bien, on verra… lui avais-je simplement répondu en haussant les épaules, et si jamais ça n’a pas fonctionné, je n’abandonnerai pas les recherches pour autant. Je finirai bien par les retrouver un de ces jours ! ».

Le motel que nous avions rejoint était étrangement paisible après ces dernières heures passées à défendre chèrement notre peau. Un instant de répit bien mérité pour nous remettre de nos émotions. Après avoir assouvit ma curiosité d’un rapide tour du propriétaire, je m’étais finalement affalé sur le lit dans un soupir de satisfaction. Sortant, peut de temps après, une ressource secrète de mon sac à dos. Un pot de Nutella ! Avec toute cette agitation, j’en avais presque oublié son existence et pourtant, il y avait bien longtemps que je n’avais pas été aussi excité par une trouvaille du genre. Et apparemment, ça faisait également l’envie d’Eleanor, vu l’expression franchement réjouit qu’elle afficha en voyant la tartinade. C’est fou ce que les petites choses de la vie d’avant pouvait nous manquer cruellement aujourd’hui. Ça, plus le nouvel an, tous les éléments étaient réunis pour nous donner une bien bonne occasion de festoyer un peu !

Oubliant rapidement mes courbatures et la fraicheur du mois de janvier qui commençait à s’attaquer aux extrémités de mes membres, j’avais vidé le contenu de mon sac pour joindre mes récoltes à celles d’Eleanor. S’ajoutait à ses bonbons et sa cannette de soda ; mon pot de Nutella, un sac de croustille déjà bien entamé, deux cannes de thons et une de soupe au poulet et nouilles. Vu les circonstances, il fallait admettre que c’était plutôt satisfaisant pour un repas de réveillon. « Godt nytår ! » m’exclamais-je alors joyeusement en réponse à sa proposition de célébrer ensemble la nouvelle années. Lui tendant le pot de Nutella, j’ajoutai : « À toi l’honneur ! Pour me faire pardonner les risques que t’as du prendre pour me sortir de là. »

Pendant que j’ouvrais les cannages à l’aide de mon couteau de chasse, la rousse avait rapproché son fauteuil du lit où je m’étais installé. Ramenant le sujet de la conversation sur le séisme que j'aurais préférer oublier. Malgré le sérieux de la discussion, je n’avais pu m’empêcher de rire lorsqu’elle s’excusa de parler trop. « Ne t’en fait pas avec ça, c’est habituellement moi qui parle trop ! On me le reproche toujours aussi. Et pour répondre à ta question, c’est bien ça oui, je suis seul depuis le tremblement de terre. Un immeuble du centre ville s’est effondré tout juste à côté de nous lorsque les secousses étaient à leur plus intenses. Une de mes amies ne s’en est pas tiré. Ce qui est tout de même assez ironique… Avec tous ces morts qui se relèvent pour nous dévorer, se faire tuer par un stupide tremblement de terre, ça me parait un peu insensé ! Mais enfin… Les trois autres ont simplement disparu. Et toi ? Tu survis seule depuis longtemps ? »

Vidant la moitié du soda dans une bouteille d’eau vide qui trainait dans mon sac, je tendit le restant de la canette à Eleanor, avant de lever ma bouteille et de porter un toast : « Skål ! À la nouvelle année ! »



Light & Dark
We've all got both inside of us. What matters is the part we choose to act on, that's who we really are.
♫♪
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 605
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Happy new year   Dim 24 Juin 2018 - 19:32
Eleanor esquissa un sourire discret, espérant même si elle ne le connaissait pas et encore moins ces amis qu’il recherchait, que Frederik retrouverait les personnes qu’il avait perdues avec le tremblement de terre. « Go… tar ? » tenta-t-elle de reprendre sans grand succès en le dévisageant avant de saisir le pot de pâte à tartiner et une cuillère dans son sac à dos pour se faire une première tartine qu’elle dévora en un temps record. Portant sa main à sa bouche, la rousse se mit à rire, peut-être était-elle trop empressée de manger à nouveau ce truc qui en réalité n’était pas bon du tout.

En revanche, Eleanor se rassura quant à son débit de paroles si Frederik était du genre bavard, au moins elle était certaine de ne pas l’avoir assommé. Il lui raconta ainsi comment il s’était retrouvé seul tout en se servant du Coca avant de lui rendre la cannette. L’ancienne assistante leva sa cannette pour trinquer avant de porter le récipient à ses lèvres. Ely grimaça un peu, les bulles lui faisaient toujours cet effet désagréable à la première gorgée. « Oh euh depuis le début … enfin pas tout à fait, mais presque. J’étais accompagnée au début mais finalement je les ai perdus et puis depuis je suis seule quasiment. Enfin je suis pas toujours seule dans ma tête … » Relevant la main, elle fit tourner son index à côté de sa tête avant d’éclater de rire.

« Il faut croire que malgré les morts … ce monde a encore de quoi nous mener la vie dure … » Encore un fait énoncé avec un mince sourire destiné à ne pas sombrer dans le chagrin et la plus lourde des mélancolies. « Oh et … tout à l’heure tu as dit … Go … tar … et euh … Skal ? C’est quoi Skal ? » Elle se doutait bien que c’était une autre langue que l’anglais mais elle était bien incapable de savoir laquelle. De son côté, elle ne parlait que l’espagnol et n’avait plus vraiment eu l’occasion de le parler depuis plusieurs mois.

Eleanor chipa quelques bonbons pour accompagner sa tartine de Nutella, la deuxième, qu’elle prit le temps de déguster cette fois. C’était un repas de roi, il y avait de tout, et elle n’était pas seule, c’était inespéré. Comme une lueur d’espoir pour célébrer Noël, ou la nouvelle année, ou ni l’un ni l’autre, à défaut de connaître la date, elle préféra se dire que c’était l’occasion de fêter les deux en même temps.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau arrache-clou, pistolet 9mm, couteau de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/01/2018
Messages : 1127
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Happy new year   Ven 29 Juin 2018 - 16:17
Un sourire amusé fendit mes lèvres lorsque Eleanor tenta, sans grand succès, de reproduire mes mots prononcés en danois : Godt nytår. Me dévisageant avec une expression interrogative, se demandant de toute évidence ce que je venais de lui dire. Son accent américain rendait sa prononciation à la fois comique et adorable. Me rappelant un peu les touristes que l’on avait l’habitude de croiser, au Danemark, et qui déformaient toujours les noms des endroits ou des plats pour lesquels ils nous demandaient des renseignements. Me rappelant aussi la fois où j’avais très laborieusement tenté d’apprendre le danois aux jumeaux Coleman… À ce dernier souvenir, une ombre de nostalgie traversa mon regard, avant de repartir aussi rapidement qu’elle était arrivée. Je n'avais pas du tout envie de retomber dans ce sentiment de chagrin alors que l'heure était maintenant à la célébration.

J’étais forcé de constater qu’il m’arrivait encore de lâcher, sans trop m’en rendre compte, quelques mots ou expression de ma langue natale. Les sortant plutôt par habitude, sans immédiatement réaliser qu’ici, j’étais probablement le seul à les comprendre. Toutefois, c’était une part de ma personnalité – de mon héritage – que je ne voulais pas perdre. Même dans ce nouveau monde où tout partait en vrille et où des choses comme l’héritage se retrouvait très rapidement écrasé par l’instinct de survis. J’étais pourtant fière d’afficher les couleurs de mes origines scandinaves qui me ramenaient à celui que j’avais été avant tout ce merdier. Celui que j’espérais être toujours au fond de moi… Même si je savais trop bien que les évènements nous avaient tous changé, qu’on veuille l’admettre ou non.

Joignant mon rire à celui de la rousse alors qu’elle dévorait avec un peu trop d’empressement une première cuillérée de Nutella, je m’étais alors rapproché pour pouvoir plonger à mon tour une croustille dans la riche tartinade de noisette. « Got-Newt-Awr articulai-je plus lentement en détachant chacune des syllabes, en fait, je te souhaitais simplement une bonne année ». Je lui avait sourit tout en portant la croustille à ma bouche et en mastiquant cette bouchée qui formait un intéressant mélange sucré-salé sur mes papilles gustatives.

Tout en pigeant dans les cannes et les bonbons, j’avais ensuite écouté Eleanor me répondre qu’elle était seul depuis le début, ou presque… Ayant perdu ceux qui l’avaient accompagné lors du commencement de l’épidémie. Puis, à sa plaisanterie comme quoi elle n’était pas toujours seule dans sa tête, j’avais explosé de rire. Décidément, je l’aimais bien celle-là. Son humour et sa folie contrastait avec l’obscurité du monde dans lequel nous vivions et apportait un vent de fraicheur qui me faisait beaucoup de bien. Un lâché-lousse qui faisait changement du sérieux habituel. « Eh bien honnêtement, je crois qu’on a aussi de quoi mener la vie dure à ce monde ! Moi, toi et probablement les voix dans ta tête, c’est certain que Dame Nature doit s’arracher les cheveux à l’idée de ne pas pouvoir nous maitriser comme bon lui semble ! »

S’abandonnant à sa curiosité, Eleanor ramena le sujet vers les mots danois que j’avais glissé ici et là dans la conversation. « Skål [Skowl], c’est un peu comme votre… hum, comment vous dites déjà en anglais ? Ah oui "Cheers" !  C’est bien sûr pour porter un toast… et c’est du danois. En fait, j’ai grandit à København, au Danemark, où j’ai vécus pendant 19 ans. Je suis arrivé à Seattle seulement deux ans avant le début de tout ça... Je fis un geste vague de la main vers la fenêtre, pour désigner le monde dans lequel nous vivions maintenant. Et toi ? Est-ce que tu habitais Seattle avant ? Quelle genre de vie avais-tu ? »



Light & Dark
We've all got both inside of us. What matters is the part we choose to act on, that's who we really are.
♫♪
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 605
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Happy new year   Dim 1 Juil 2018 - 22:50
Eleanor avait en cette soirée presque tout pour être heureuse, elle était à l’abri, elle avait à manger, à boire, et une personne avec qui discuter. La rouquine était une survivante comblée, ne lui manquait plus que sa famille mais après tout, à cette période, l’espoir était de mise. Alors Ely avait le cœur léger et surtout l’envie de comprendre ce qu’il disait quand il s’était exprimé dans cette langue étrange et étrangère. Frederik entreprit donc de lui apprendre phonétiquement ce qu’il avait dit. « Got … Newt … Awwwwr. » reprit-elle en insistant trop sur la dernière syllabe avant d’éclater de rire. Elle devait ressembler à un chaton rugissant, ridicule. « Bonne année alors ! » ajouta-t-elle entre deux éclats de rire, le sourire rivé aux lèvres.

Le jeune homme se montrait aussi positif qu’elle, sans doute que c’était la seule chose à faire. Se battre, garder le moral, et mettre un bon gros coup de pieds au derrière de la fin du monde parce que contrairement à la civilisation, eux ils étaient encore debout. « Elle se doutait sans doute pas qu’on était si coriaces ! » Sacrée Mère Nature. La rousse se reconcentra sur le repas de fête qu’ils s’offraient avant de finalement succomber à sa curiosité. Quelle était cette langue ? Parce que savoir prononcer vaguement un mot, ce n’était pas tout.

Avec quelques grimaces pour être sûre de prononcer correctement, Eleanor tenta de répéter ce que lui disait Frederik. Du danois, c’était donc du danois. Elle ne connaissait pas un mot de danois, enfin désormais elle en connaissait trois, comme quoi la vie était encore pleine de surprises autres qu’une marée de morts. Elle écouta avec un air concentré et intéressé ce rapide aperçu de son histoire à lui avant qu’il ne lui retourne la question.

« J’habitais un peu plus au nord dans la ville, mais j’ai grandi de l’autre côté de la baie plus au nord. J’avais … une vie. » Parfaite puis compliquée puis de plus en plus compliquée. « Je travaillais dans un hôpital, j’accueillais les gens aux urgences. Et je vivais avec mon mari … ex-mari. » Cette nuance avait-elle vraiment son importance ? Daniel était sans doute mort, elle l’espérait secrètement car il ne méritait rien d’autre. Chassant ses mauvaises pensées d’un sourire sincère, la rousse reprit. « Tu étais venu ici pour des études ou bien tu as suivi quelqu’un ? » Traverser l’océan pour suivre une histoire d’amour, c’était drôlement romantique tout de même. Eleanor imaginait déjà toute la vie, hypothétique, de son interlocuteur avant de secouer la tête et d’écouter la réponse.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau arrache-clou, pistolet 9mm, couteau de chasse.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 13/01/2018
Messages : 1127
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Happy new year   Mer 4 Juil 2018 - 4:37
Ça me paraissait toujours un peu étrange de parler ainsi de la vie d’avant. Comme si cette vie avait disparu depuis si longtemps, que l’on pouvait se demander si elle avait vraiment existé. Trouvant étrange de replongé dans les souvenirs de mes années à Copenhague, années qui me semblaient maintenant aussi improbables que lointaines. Me donnant l’impression de raconter une scène de film plutôt qu’une partie de ma propre histoire… Tout avait tellement changé depuis. Les gens, les lieux, les règles… Serais-je encore capable de reconnaître ma ville natale si j’y mettais les pieds aujourd’hui ? Serait-elle, elle aussi, devenue ruine et sang ? Envahie par les morts ? Parfois je préférais me bercer d’illusion en me persuadant que tout était resté tel que je l’avais quitté, au Danemark. Que la vie avait été épargnée et que l’épidémie n’avait jamais touché les pays scandinaves. Que Maman et Nicolai, ainsi que mes sœurs et mon neveu continuaient leur quotidien comme avant, sans jamais s’imaginer tout ce que l’on traversait de l’autre côté de l’océan. Toutefois, une voix dans ma tête me ramenait toujours à la triste réalité ; personne n’avait pu y échapper.

Lorsque je lui avais retourné la question, Eleanor avait accepté de me parler elle aussi de sa vie post-apocalypse. Une brève fenêtre sur son passé maintenant presque enterrer. Elle avait grandit dans le nord de Seattle, de l’autre côté de la baie. Travaillant dans un hôpital à accueillir les malades qui se présentaient aux urgences. Vivant avec son mari – son ex-mari. « Il était avec toi quand tout a commencé, ton ex-mari ? » j’imaginais que par le  terme ex elle sous entendait deux choses ; soit il était mort, soit elle l’avait perdu. Mais dans les deux cas, ça n’avait forcément pas du être très joyeux… Je regrettai presque aussitôt ma question qui risquait fort probablement de ramener une ombre de nostalgie sur notre repas du nouvel an. Repas bien mérité après tout ce que l’on avait traversé. Je voulais que ce moment reste guidé par les festivités et non pas passé à ressasser de vieilles peines.

Après avoir enduré déjà près de deux mois sur les routes, complètement seul, il y avait quelque chose de libérateur à pouvoir se poser quelque part, en sécurité. Même si ce n’était que pour le temps d’une soirée ; j’étais bien. Bien à ne pas craindre qu’un infecté nous tombe dessus à tout moment, car il y avait quelqu’un d’autre avec qui surveiller nos arrières. Bien de pouvoir partager un repas presque complet – un repas de roi ! – avec une vivante. De pouvoir tenir une vraie conversation et non pas que des brides d’un discourt engagé avec soi-même… Je réalisais soudainement que c’était des choses tellement banales avant, qui m’avaient pourtant effroyablement manqué ces derniers temps. Comme quoi il fallait parfois perdre des privilèges pour que l’on réalise toute la chance que l’on avait avant de les perdre.

La rousse reprit la conversation avec un sourire sincère, me questionnant sur les raisons qui m’avaient poussé à venir m’installer ici. « Ni un, ni l’autre, lui répondis-je avec un sourire en coin, faisant planer un peu plus longtemps le mystère, en fait, je suis venu pour fuir quelqu’un… Pour fuir ma mère et son copain qui commençait à me prendre sérieusement la tête avec leurs désirs de me voir devenir quelqu’un que je n’étais pas. Quelqu’un que je ne suis toujours pas, d’ailleurs, et que je ne serai probablement jamais. Ils voulaient tellement me voir devenir plus "responsable" et suivre des études supérieures… J’avais prononcé ces dernières paroles avec un dédain non dissimulé, avant de me reprendre presque aussitôt, de peur d’avoir pu froissé mon interlocutrice : Oh mais je ne veux rien enlever aux études que tu as toi-même du suivre pour la médecine ! Toutefois, je n’étais pas du tout fait pour les bancs d’école, vois-tu ? »

J’avais toujours été celui incapable de rester assis sans bouger plus de cinq minutes. Celui qui avait en horreur, ces longues heures passées sur les bancs d’école. N'arrivant presque jamais à me concentrer suffisamment longtemps pour saisir plus que le strict minimum de la matière enseigné. Et encore là... Pour moi, c’était la pratique qui m’en apprenait beaucoup. Le contact humain, l’action, le concret... Apprendre sur le tas et dans le feu de l’action – non pas dans les livres et les explications sans fin d’un professeur devant un auditorium plein d’élèves venu se faire bourrer le crâne. Par chance, ce monde n’existait plus. La survit s’apprenait sur le terrain, face à face avec le danger et non pas dans les textes et les explications. Je n’avais plus besoin d’endurer la théorie pour apprendre ce que je devais apprendre. Il y avait au moins ça de bien dans ce qu’avait apporté l’apocalypse !



Light & Dark
We've all got both inside of us. What matters is the part we choose to act on, that's who we really are.
♫♪
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Eleanor C. Hopper
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Pied de biche
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 18/02/2018
Messages : 605
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Happy new year   Jeu 12 Juil 2018 - 16:29
D’un hochement de tête accompagné d’une moue distante, Eleanor répondit d’abord à sa question. « Oui il était avec moi mais on a préféré prendre des chemins différents. » Peu importe ce qui avait pu lui arriver après, Eleanor s’en fichait bien. Du moins, elle aurait aimé dire qu’elle s’en fichait mais ce n’était pas le cas. Dan représentait plusieurs années de sa vie, son première amour et jusqu’ici le seul, ensemble ils avaient fait des voyages, des projets. Sa vie, elle l’avait imaginée avec lui. Il avait tout détruit et l’épidémie avait balayé tout cela comme une vague qui aurait balayé leurs initiales dans le sable.

La rousse, curieuse de savoir ce qui avait poussé le danois à rejoindre le nouveau monde, avait finalement succombé à la tentation et posé la question. Loin de l’histoire romanesque née de son imagination fertile, Eleanor découvrit alors qu’il n’était là que pour fuir la pression familiale. Elle ne pouvait que comprendre en surface, sa famille l’avait toujours poussée à se dépasser, à faire ce qu’elle souhaitait et même si la séparation avait été difficile, quitter Langley pour se faire une vie à Seattle avait été une évidence et une délivrance.

Esquissant un sourire en secouant la tête, Ely reprit. « Oh ne t’inquiète pas ! Je pense qu’il y avait suffisamment à faire, voir, apprendre dans le monde pour s’en tenir aux études. Au final, tout le monde n’est pas fait pour les cursus classiques, tout comme tout le monde n’est pas fait pour une vie faite d’aventure. » Aujourd’hui, ils n’avaient plus le choix, car il fallait survivre à tout prix mais la rouquine se comprenait. Elle n’était pas le moins du monde vexée par ce qu’il énonçait, Frederik était dans le vrai pour elle.

« Dans mon cas, c’était le seul moyen de quitter mon village natal je pense. Enfin … peut-être que contrairement à toi j’étais pas faite pour cette vie d’aventure. Je m’y suis faite par la force des choses héhé … » Une gorgée de Coca accompagna ses paroles avant qu’elle ne s’offre une nouvelle bouchée de pâte à tartiner. Tellement de choses qui lui avaient manquées, l’ancien monde était encore là, présent dans ces discussions, dans ce repas. Son regard chocolat se reposa sur son interlocuteur alors qu’elle ramenait ses genoux sous son menton. « Dans quelques jours, je repartirai vers le nord, si tu es encore dans les parages à ce moment-là, n’hésite pas à rester ici. L’endroit est plutôt sûr. » Du moins, elle n’y avait pas rencontré de problème, c’était plutôt un bon point à ses yeux.


i'll find my way home
And I won't let you get me down. I'll keep gettin' up when I hit the ground. Oh, never give up, no, never give up (c) by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Happy new year   
Revenir en haut Aller en bas  
- Happy new year -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Happy New Year :3
» HAPPY NEW YEAR !
» [INTRIGUE] ... and a happy new year !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: