The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Tes yeux noirs -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    Ven 17 Aoû 2018 - 11:07
Andrea aurait dû s’y attendre, évidemment. Il avait toutes les raisons de lui en vouloir, d’être actif à son égard. N’était-ce pas elle qui l’avait planté au milieu de la discussion pour lui tourner le dos et l’éviter ces derniers jours ? N’était-ce pas elle encore qui n’avait pas été capable de lui répondre, là où il s’était montré enfin aussi courageux qu’on l’attendait de lui ? La conversation qu’elle avait eu avec Selene mettait énormément de choses en perspective, mais ça, elle aurait été bien incapable de l’admettre face à Lisandro, et de se montrer aussi brave pour assumer ses sentiments.

Ça n’était pas une question de honte : comment pouvait-on avoir honte d’embrasser un homme aussi beau, aussi drôle, aussi intelligent ? Andrea n’avait jamais été très sensible au charme hispanique, mais bon sang ! Lisandro lui faisait revoir sa copie sans sourciller un seul instant. Et oui, maintenant qu’elle était face à lui, à encaisser ses remarques, elle pouvait sentir tous les battements qu’elle ratait en attendant de pouvoir répondre. C’était l’occasion de se montrer agressive, non ? C’était en tout cas ce qu’elle aurait fait si elle n’avait pas été autant en tort à cet égard. Alors non, pour une fois, elle encaisserait sans broncher.

Aussi s’excusa-t-il, et elle lui fit un signe de la tête pour lui dire qu’elle ne lui en voulait pas. S’il y avait bien une personne qui devait s’excuser ici, c’était elle vraisemblablement.

« C’est rien, tu as le droit de m’en vouloir. » Assuma-t-elle en baissant le regard comme une enfant prise en faute. « En fait, tu as toutes les raisons de m’en vouloir. »

Andrea passait souvent pour une personne insensible aux malheurs des autres, sa froideur apparente n’aidait pas à la rendre aussi bienveillante qu’elle ne l’était au quotidien. La métisse portait sur elle une carapace faite pour la protéger de tout ce qu’elle n’avait pas les épaules pour supporter. Ça n’était pas qu’elle ne ressentait rien vis-à-vis de tout ça… C’était qu’elle s’interdisait de souffrir, de peur de ne pas s’en relever cette fois.

Mais c’était Lisandro et il ne songeait pas à lui faire du mal. Elle ne pouvait pas lui accorder ce genre d’attention, croire qu’il puisse volontairement la blesser. Ne lui avait-il pas déjà confié qu’il aurait aimé cent fois sauver son bras s’il l’avait pu ? Le chilien n’était pas là pour la brusquer, mais la paranoïa qui couvait en elle était en train de tout gâcher. Et il fallait qu’elle soit plus forte encore pour aller au-devant.

« Merci, je… Je ne voulais pas partir avec l’idée que tu m’en voulais, ou que… ça aurait été compliqué dehors… » Souffla-t-elle, reconnaissante.

Et même pour lui, elle savait que si quelque chose lui arrivait, il s’en mordrait les doigts. Après Alma, Andrea considérait qu’il avait assez souffert comme ça. Alors elle prit une profonde inspiration pour se donner du courage et s’avança finalement jusqu’à lui. La brune ne s’arrêta que pour attraper ses mains de la sienne et les écarter de son torse, et venir se lover tout contre lui. Elle ne voyait pas d’autres moyens de s’exprimer et de se faire comprendre à coup sûr.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/04/2017
Messages : 334
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    Dim 2 Sep 2018 - 15:49
C’était plus difficile qu’il n’y paraissait de faire semblant qu’elle n’était pas là. De faire semblant que ce n’était pas elle. Il l’aimait. C’était un fait. Mais elle n’avait pas répondu quand il l’avait exprimé. Elle s’était enfuie. Il pouvait l’encaisser… avec le temps. Mais là, c’était difficile. Pourtant il savait qu’il ferait son possible pour éviter que la situation ne s’envenime et ne rende les relations qu’il avait (et qu’elle avait) à la prison plus difficile. Personne ne force l’Amour.

Du moins, comprenait-elle la distance qu’il mettait entre eux. Il en avait besoin, pour ne pas réagir comme un sale petit merdeux éconduit. Elle était assez mature pour comprendre. En même temps, elle l’était pour deux. A se demander lequel des deux était le plus âgé dans cette histoire. Il hocha la tête, parce que s’exprimer, c’était risquer de regretter. Il ne lui en voulait pas, mais ce qu’il avait à digérer le pousserait à montrer les crocs. Ne serait-ce que pour se protéger de ce qu’il pourrait ressentir. Et puis …

Merci, je… Je ne voulais pas partir avec l’idée que tu m’en voulais, ou que… ça aurait été compliqué dehors… Il se figea. Il n’arrivait pas réellement à savoir s’il était touché, ou vexé. Bien sûr qu’il lui en voulait. Mais lui non plus ne désirait pas la laisser partir sur une dispute. Ce serait encore plus dur… si elle ne revenait pas. Il tourna la tête vers elle alors qu’elle s’approchait, il l’observait faire avec un brin de méfiance. Il n’était pas inquiet sur le fait qu’elle puisse lui faire mal physiquement, mais moralement, c’était autre chose. Elle glissa ses mains dans les siennes pour ouvrir ses bras, et lentement, elle se lova tout contre lui. Son vieux cœur loupa un battement, tandis que dans sa tête c’était le blizzard. Timidement, il referma ses bras autour d’elle, avant de s’accrocher un peu plus fermement à elle. Comme si elle risquait de s’échapper. Comme si ce n’était pas réel. Mais il s’interrogeait.

« Je ne t’en veux pas, je ne pourrais pas. » C’était vrai, il tenait trop à elle. Tendrement, et sans arrière-pensée, il déposa un baiser sur le sommet de son crâne avant de la serrer à nouveau contre lui, pour ne pas affronter de suite son regard. « Je suis désolé Andrea… Mais… » Il ne savait pas comment dire ça. Il s’enivra de son odeur, de sa chaleur, avant de continuer. « Je ne sais pas ce que ça veut dire. » Elle, dans ses bras. Parce que ce n’était pas un langage auquel il était habitué de sa part. Il ne comprenait pas ce qu’elle cherchait à lui dire, il avait peur de comprendre – ou de se tromper. Andrea n’était définitivement pas le genre de femme facile à comprendre. Il savait que cette étreinte était importante, mais il ne voulait pas se risquer à de fausses conclusions. Il savait qu’elle ne chercherait pas à le blesser. Mais que devait-il comprendre ? En rassemblant un peu de courage, il s’écarta légèrement, sans la lâcher, pour la regarder, les sourcils légèrement froncés à force de chercher à comprendre ce que cela signifiait.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    Dim 2 Sep 2018 - 18:19
Enfin il referma sa prise sur elle. Enfin. Elle crut qu’il ne le ferait jamais, tout du moins, jamais avec la même ferveur que d’ordinaire. Ses lèvres contre son front la soulagèrent du poids sur sa poitrine qui l’empêchait de respirer. Elle n’avait peut-être pas tout gâché. Andrea se sentait si chanceuse actuellement qu’il ne soit pas aussi rancunier qu’elle. Comment pouvait-elle mériter de tomber sur un homme qui l’aime vraiment malgré ses failles évidentes ? Surtout deux fois à la suite… Ben hier, Lisandro aujourd’hui. Sa chance était audacieuse, limite insolente. Et elle ne pouvait pas lui tourner le dos :

« Je suis désolée de… » Elle se stoppa, se reculant d’un pas de lui pour le regarder dans les yeux. De ne pas être aussi forte que tu le crois, eut-elle envie de lui dire en le fixant. Ses lèvres se pincèrent, elle n’osait pas ajouter quelque chose pour s’expliquer à nouveau. Elle avait de toute façon l’impression d’avoir une boule dans la gorge qui l’empêchait de parler. « Ça n’est pas si compliqué à comprendre, je te jure. » Certifia-t-elle.

Elle n’avait pas envie de l’être tout du moins. Mais Andrea se trimbalait ses valises, trop lourdes pour ses bras usés. Surtout qu’il ne lui en restait qu’un pour tout traîner derrière elle. Que pouvait-elle lui dire ? S’excuser encore ? D’être une idiote incapable de voir sa chance, tout du moins de l’accepter. On avait tous tendance à se souvenir davantage des claques que des caresses. A les compter même, en oubliant les gestes doux à notre égard. A tendre la joue pour pouvoir rendre les coups.

Si bien que lorsqu’une main se tendait pour un peu de douceur, il était si facile de la mordre au lieu de se laisser faire.

« Je tiens, moi aussi… Beaucoup à toi. » Fit-elle comme un aveu. Il avait eu raison la première fois qu’il lui avait balancé à la figure qu’elle était une femme froide. Ce jour-là, Lisandro voulait la blesser pour la faire fuir, tout ça dans la justesse du moment. « C’est inédit, soudain, c’est… ça n’est pas quelque chose que j’attendais. » Admit-elle.

Elle était froide, c’était la réalité. Andrea n’était pas de celle qui composait avec les sentiments. Elle avait grandi sans père, sans figure paternelle pour comprendre ce que c’était que d’aimer. Ben avait été le premier à le faire sans souhaiter la posséder complètement. Avant lui, la jeune femme avait souffert de l’amour, d’avantage qu’elle en avait gardé des bons souvenirs. L’amertume l’avait gagné, et elle avait fui les hommes avec la force du désespoir, mêlée à la peur d’avoir mal encore. Au final, elle méprisait plus qu’autre chose, par crainte d’avoir mal.

« Je ne crois pas mériter que ça soit réciproque. » Fit-elle. « Mais je ne peux pas te demander d’arrêter et... je n’ai pas envie que tu le fasses de toute façon. »

C’était tout ce qu’il y avait à savoir.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 06/04/2017
Messages : 334
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    Sam 8 Sep 2018 - 22:25
C’est dans les silences qu’Andrea s’exprimait le plus. Dans les regards qu’elle posait invariablement sur lui, dans les moues – ses lèvres pincées – qu’elle disait les choses les plus importantes. Ce n’était pas facile, pour quelqu’un d’aussi expressif et spontané que lui, de comprendre et de déchiffrer ces non-dits. Avec le temps cependant, il commençait à comprendre. Assez pour se taire, car c’était important. Touché, son vieux palpitant résonnait dans sa poitrine alors qu’elle se laissait aller à un terrible et tendre aveu. C’était beaucoup. Plus qu’il n’attendait, en fait.

Elle était probablement la seule femme qu’il connaissait capable d’exprimer de si belles choses dans une attitude aussi fermée. Elle en avait besoin pour se protéger, il se savait. Andrea n’était pas de celles qui se laissent aller aux sentiments. Une force, mais une faiblesse aussi. Mais dans un sens, cela lui épargnait la peine de devoir s’inquiéter de tous ceux qui gravitent autour d’elle. Lunaire, la brune repoussait ceux qui cherchaient à l’approcher de trop près. Son cercle ainsi restreint, il était plus facile de gérer la peine, l’inquiétude, la sécurité. L’amour, aussi. Le chilien était son exact opposé. Il cherchait le contact. Il aimait, sans retenue. Et toutes ses émotions se lisaient sur son visage comme sur un livre ouvert. Il n’avait pas son talent pour la retenue. Pourtant, il faisait son possible pour être un peu plus comme elle. Cette expressivité était peut-être une force, mais sa faiblesse également. A tout l’inverse d’elle.

C’était inédit, soudain … Et Lisandro était terriblement touché. A demi-mot, elle lui disait ce qu’il voulait entendre, et il n’avait pas besoin de plus. Il laissa le silence s’installer, car pour une fois les mots lui manquaient. Il la regardait avec intensité, saisissant chacun des mots qu’elle ne disait pas.

Il finit par baisser les yeux au sol. Il s’avança d’un pas, et toujours le regard baissé, il glissa ses mains sur la taille fine d’Andrea. « Peut-être… » Dit-il. Il fit une pause, toujours sans la regarder. « Peut-être que tu ne le mérite pas. » Il avait eu mal, ces derniers jours. Il avait eu mal aujourd’hui, à essayer de se fourrer dans le crâne qu’elle ne l’aimait pas. Mais elle l’aimait. A sa manière. « Et en même temps… » Il releva la tête vers elle. Il n’avait pas besoin de le dire, elle pouvait le lire dans son regard. Il l’aimait. Et c’était si fort qu’elle ne pouvait l’ignorer. Il remonta une main pour venir caresser sa joue. « Je ne suis pas non plus le plus méritant. » D’ordinaire, il aurait attendu un signe, un geste, avant. Mais il n’attendit pas, il se pencha pour l’embrasser. Qui était-il pour refuser l’intérêt et l’amour que lui portait Andrea West ?
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    Jeu 13 Sep 2018 - 18:40
Alors, c’était ça…

Deux personnes perdues dans une vie qui ne voulait pas d’eux, mais dont ils ne pouvaient pas se défaire. Le cœur battant avec la rage d’exister, celle de ne pas mourir pour rien. Un arrière-goût d’inachevé en goût, à cause de tout ce qu’ils avaient laissé derrière eux par obligation. Alma. Ben. Ce possible futur qu’ils ne vivraient jamais, et tous les « si » qui n’auraient jamais de suite.

Il n’y avait plus qu’eux désormais. Deux êtres perdus qui s’étaient trouvés, deux personnes paumées dans une existence qui n’en valait pas la peine, à moins de se battre l’un pour l’autre. Ils ne se méritaient pas, ils ne se comprenaient pas d’avantage, mais ils ne pouvaient pas non plus s’empêcher de s’aimer. Andrea n’était pas capable d’expliquer à son compagnon ce qu’elle ressentait, elle n’avait pas appris à parler cette langue-là.

Mais derrière son masque de froideur, il y avait ce cœur qui battait fort pour lui. Dans son baiser, elle se perdit pour mieux se retrouver, et elle s’accrocha à lui avec une douceur qu’elle ne se connaissait pas. Ce fut comme rassembler les morceaux d’un verre brisé. En s’entaillant les mains sur les éclats, en saignant en tentant de recoller les morceaux. Elle eut tout juste l’impression de retrouver une partie d’elle-même dans ce baiser, et toujours dans la retenue des sentiments qui la caractérisait, avec la peur de les laisser s’échapper, elle inspira profondément pour se fondre en lui.

Elle voulait noter chaque détail de cet instant et ne jamais l’oublier. Elle voulait qu’en fermant les yeux dans les jours à venir, ça soit ce souvenir là qui lui reste, et ce parfum qui lui revienne. La sensation de sa barbe contre sa joue, de ses lèvres sur les siennes. De sa main dans la sienne. Des étreintes qu’ils échangeaient lorsque tout allait et qu’ils parvenaient à lâcher prise.

C’était à côté de lui qu’elle avait failli passer. C’était lui qu’elle avait failli louper. Quelle idiote elle était, pour manquer un rendez-vous avec Lisandro Sedillo…

FIN




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Tes yeux noirs    
Revenir en haut Aller en bas  
- Tes yeux noirs -
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Dan/Rose] Un repas succulent pour une compagnie délicieuse
» La fille qui avait peur des yeux noirs.
» Animaux et végétaux des Ténèbres
» Les Eldars noirs.
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: