The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Rôdeurs On Ice -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3798
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Sam 10 Mar 2018 - 11:24





Le fait que Morgan détourne à nouveau le regard aux mots du plus âgé lui prouvait bien qu'il avait appuyé sur un point sensible et avait fait mouche. Elle lui cachait quelque chose, quelque chose qui la tourmentait, mais se bornait à ne pas vouloir lui en parler. Et autant dire que le blond commençait sérieusement à en avoir ras le bol de ces foutus silences que chacun arboraient depuis quelques temps. Entre Kyle qui s'était fait plus distant sans justification même s'il venait toujours dormir auprès de lui, et la rousse qui avait tout l'air d'être l'ombre d'elle-même, c'était à la limite du supportable. Crever l'abcès était nécessaire mais, au fond, le trentenaire avait peur de ce qu'il entendrait, de ce qu'il verrait dans son regard. Pas qu'il avait peur pour lui, Morgan pouvait bien le mettre plus bas que terre qu'il serait incapable de lui en vouloir réellement. Non, s'il avait peur c'était pour elle. Il craignait de voir au fond de son regard sombre ce qu'il était lui même à l'intérieur, vide, un fantôme, l'ombre de celui qu'il avait été. Il avait peur de se voir encore et encore dans le regard de celle qui comptait le plus, et l'éventualité qu'elle puisse être comme lui, dans un tel état de détresse, lui était insupportable. Mais malgré tout il ne pouvait se résoudre à faire comme si de rien n'était, ne pourrait aller bien si elle allait mal, c'était un fait. Il se devait d'être là pour elle, et cela commençait par creuser au plus profond de ses ressentis.

La jeune femme n'avait cependant pas répondu immédiatement, s'étant remise à marcher, agrandissant littéralement la distance entre eux avant que le blond ne se décide à reprendre à son tour son avancée, ne retenant pas un soupir relativement bruyant. Il l'avait dit, il avait tout son temps, et c'était la vérité, mais sa maigre patience, elle, réduisait nettement le temps qu'il lui accordait pour répondre et engager une réelle discussion. Les mains vissées au fond des poches de son manteau, Zack avait instinctivement agrippé de la gauche son poing américain, le serrant entre ses doigts pour s'y raccrocher et garder un semblant de calme, ne pas perdre pied alors qu'il avait le sentiment que depuis des mois le sol se dérobait sous lui à chacun de ses pas, d'autant plus lorsque Morgan lui tournait le dos de la sorte. Durant un court instant il avait replongé dans ses souvenirs, se rappelant ce jour où il était entré dans le Reign' pour la première fois. Elle lui avait immédiatement tapé sur le système autant qu'elle l'avait intéressé. Il se rappelait de la rage qui s'était immiscée en lui quand il l'avait trouvée dans la rue, la tirant des griffes d'un type qu'il aurait voulu tuer. Il se souvenait de la confiance qui petit à petit était née, qui avait parfois été altérée, mais qui en était toujours ressortie bien plus forte. Ce lien qu'ils avaient tissé était immuable, et pourtant il avait cette impression amère qu'il ne tenait plus à grand chose, que leur équilibre avait été chamboulé dès l'instant où Stew avait fermé les yeux pour de bon. En partant, en les laissant ici, il avait emporté toute une partie de ce qu'ils étaient, et cette part était telle qu'ils semblaient incapables de la combler, bien trop bornés et blessés pour se dire les choses et avancer main dans la main sans détruire l'autre au passage.

Inspirant profondément pour loger dans un coin de son esprit ces souvenirs lourds d'une nostalgie bien trop étouffante, l'ancien homme d'affaires avait haussé un sourcil aux paroles de la jeune femme qui venait enfin de daigner lui répondre. Elle avait envie de prendre du recul ? Soit. Le blond n'était pas dupe, il se doutait pertinemment qu'il était la cause de tout ceci, que s'ils en étaient là c'était parce-qu'il avait été incapable de gérer la mort de son compagnon, incapable de s'en relever à ses côtés. Il s'était totalement fermé à elle et lorsqu'il s'en était rendu compte, il était déjà trop tard. Au fond ce n'était pas elle, ni Stew qui avaient brisé ce lien, c'était lui et lui seul, tout ça parce-qu'il était incapable d'accepter cette faiblesse que représentait à ses yeux l'attachement, incapable de s'avouer dépendant de quiconque, et pour ne pas faire peser sur les frêles épaules de l'ex-barmaid son propre deuil et tous les poids qui l'accompagnaient, il l'avait repoussée, l'entraînant tout au fond avec lui sans même s'en rendre réellement compte. Et maintenant ils en étaient là, deux âmes sœurs qui se regardaient comme des étrangers, incapables d'affronter la réalité et de se raccrocher à ce qui les maintenaient en vie, autant pour protéger l'autre que pour se protéger soi.

Est-ce que son besoin de recul posait un problème ? Assurément. Sans plus attendre, l'aîné avait diminué la distance le séparant de Morgan dont le regard avait presque un côté provoquant, tout comme ses paroles. Se montrer inatteignable et indifférent, il connaissait bien lui aussi, elle ne lui apprenait rien en jouant à ce petit jeu et ne le duperait pas. Agrippant son bras pour la forcer à se tourner pour de bon vers lui, Zack n'avait pas prêté attention aux légers craquellements près d'eux, oubliant l'endroit où ils se trouvaient en dardant sur elle son regard aussi glacial que l'étendu autour d'eux. « Prendre du recul ? C'est ça ton explication ? Merde, Morgan, tu m'as reproché de fuir, de t'évincer, mais c'est exactement ce que tu fais, alors oui, ça pose un problème » avait-il lancé sur un ton relativement acerbe qui accompagnait la pointe d'impuissance tout au fond de ses orbes clairs. Bien sûr qu'il était égoïste, il le savait pertinemment. Dans le cas contraire, il l'aurait laissé prendre ce recul dont elle disait avoir besoin, ne se serait pas immiscé dans ce besoin et aurait simplement attendu qu'elle revienne. Mais Zack n'était pas ainsi, il ne l'avait jamais été. À partir du moment où Morgan était entrée dans sa vie, que son destin avait été lié au sien, il avait nourri cette possessivité farouche et maladive le poussant à la garder à ses côtés comme si elle était sienne. Alors non, le fait qu'elle avait besoin de prendre du recul, s'éloigner et le laisser derrière ne passait pas. Sans doute ne verrait-elle pas la souffrance derrière sa rage mais qu'importait.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8481
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Sam 10 Mar 2018 - 22:36



Prendre du recul pour mieux s'enfermer, s'effacer, le laisser vivre ce qu'il a à vivre sans avoir à le retenir. Elle se détachait de lui au fur et à mesure que le temps passait, et ce n'était pas sans douleur. Morgan savait qu'elle le faisait souffrir, elle le savait elle en était consciente, mais il fallait avant tout qu'elle le protège d'elle, tout en se protégeant elle-même de cette souffrance qu'il pouvait ressentir. Elle était empêtrée dans tout un tas de sentiments et de ressentiments. C'était le capharnaüm total dans sa tête, comme toujours depuis bien trop longtemps cela dit. Cela durait depuis que tout s'était effondré, depuis qu'elle n'avait plus le Reign pour la tenir debout, organisée. Tout partait à volo et elle aussi.  Il n'y avait qu'à voir quelques mois en arrière, sa "discussion" avec Kyle. Si au départ elle voulait simplement le mettre en garde, au final elle avait encore pété un câble s'était découverte une jalousie qu'elle méconnaissait et qui l'effrayait vis-à-vis du blond. Et au final elle avait bousculé son cadet et l'avait menacé de mort. Elle avait été la reine des connes sur ce coup là, et avec le recul elle en venait à culpabiliser. Culpabiliser d'avoir agit ainsi. Tout partait en couille et ça l'agaçait.

Morgan avait continué de marcher sur l'étendue blanche du lac, n'aimant pas entendre le craquement de la glace sous ses pas. pas qu'elle soit bien grosse ou lourde, mais avec le poids de la neige, le sien ne devait pas arranger les choses. Et pourtant elle continuait d'avancer pour traverser au plus vite possible ce vas "sol" dangereux.
Mais les craquements se firent un peu plus retentissant, mais elle en déduit que c'était parce que Zack marchait non loin d'elle. Morgan continuait cependant à lui tourner le dos, à lui cacher ce que son regard, son visage pourrait lui dire. Lui cacher le fait qu'elle n'en pouvait plus de tout, qu'elle avait envie de tout laisser tomber, mais aussi de le secouer, de l'engueuler, de tout lui dire. Elle était partagée entre ces deux choses, ces deux pensées. Elle était paumée, vraiment paumée. Enfoncée dans ses pensées, elle sursauta lorsqu'elle sentit la poigne ferme et forte de son aîné saisir son bras, elle se stoppa alors subitement et se retrouva contrainte à se retourner pour le regarder. Elle rencontra alors son regard froid qui lui donna un long frisson le long de l'échine et la cadette dégluti. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir lui dire encore. Sûrement lui faire la morale, comme à chaque fois. Zack avait ce don de jouer les grands moralisateurs qui la saoulait fortement. Comme s'il n'y avait que les soucis des autres qui le préoccupait, et non pas les siens. Alors il parla, lui disant ce qu'il pensait. Pas de filtre entre eux, ce genre de chose ne servait à rien. Pas besoin de parader non plus, aller droit au but même si cela secoue. C'était leur façon de fonctionner.

Posant son regard sombre sur sa main enserrant son bras, elle le tira vers elle pour qu'il la lâche. En vain. Il la tenait. La serrait fort. Morgan ne pouvait fuir, ne pouvait reprendre son bras. Elle se sentait enchaîné à Zack encore une fois, sentant le poids de cette amitié longue de plusieurs années; et encore aujourd'hui il la tenait avec fermeté.
Morgan inspira et tira sur son bras encore une fois, reculant par la même occasion, la glace craquant sous ses pieds.

"Ne me touche pas."

Une simple phrase, violente à entendre dite par un ton froid et détaché. Elle voulait reprendre sa liberté, même si ça faisait mal. Même si elle se brisait. Elle voulait sa liberté pour peut-être lui dire ce qu'il y avait, qu'elle lui explique pourquoi elle s'éloignait, pourquoi elle l'abandonnait. Elle en aurait le courage si seulement il voulait bien la lâcher. La lâcher tout simplement, et pourtant elle avait prononcé tout autre chose. Comme si elle le repoussait comme il l'avait fait avec elle il y a plusieurs mois. Comme pour lui montrer ce que ça fait de se sentir balayer par des mots. Elle savait qu'elle le blessait, qu'elle lui ferait du mal. Mais Morgan s'en mordrait les doigts rapidement.

Tirant d'un coup sec pour se libérer, elle recula sous la force qu'elle mis, et trébucha, s’emmêlant les pieds, et finissant par choir en arrière. Elle se vit tomber, au ralenti, et son regard s'écarquilla tout en regardant Zack. La chute fut lourde et un bruit sourd se fit, faisant résonner la glace sous elle. Puis se fit le vide et surtout le froid qui la poignarde d'un coup d'un seul. L'eau qui la saisit d'un seul coup, qui l'électrise, qui la brûle. Tout s'est passé si vite. Elle ne comprend pas immédiatement ce qu'il se passe. Mais ouvrant les yeux difficilement elle voit du noir, et au dessus d'elle ce grand cercle de lumière bleu turquoise quasiment. Mais c'est le froid qui la saisit le plus et lui fait prendre conscience de ce qu'il s'est passé. Elle vient de tomber et de traverser la glace. Elle ouvre alors la bouche pour crier à l'aide, mais l'eau gelée lui entre dans la bouche et dans la gorge, alors aussitôt elle la referme et tente de remonter à la surface même si la température glacial lui cisaille les membres. Vite ! Quelqu'un ! Mourir aussi bêtement n'était pas prévu, pas ainsi ! Quelqu'un ! Vite !
ZACK !


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3798
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Dim 11 Mar 2018 - 13:30

Évidemment, le trentenaire s'était attendu à ce que la jeune femme tente de s'arracher à son emprise, qu'elle veuille récupérer son bras et lui balance des paroles acerbes, mais les quatre mots qu'elle lui accorda alors qu'il se bornait à ne pas vouloir la lâcher avant d'avoir eu une réponse de sa part, le figèrent littéralement sur place. Ne me touche pas. De simples mots pourtant lourds de sens, bien trop durs à entendre, à encaisser, et pourtant ils avaient filtré entre ses lèvres avec une violence glaciale qui l'avait laissé pantois un court instant. Le blond avait alors hoché la tête comme s'il validait intérieurement quelque chose, une peine sans nom désormais mêlée à la rage dans ses prunelles claires. « On en est donc là... très bien » avait-il simplement lancé en desserrant sa prise autour de son bras frêle au moment exact où elle tira d'un coup sec pour se libérer de cette emprise étouffante. Elle avait donc besoin de prendre du recul au point de ne plus supporter un quelconque contact ? De ne même plus être foutue de croiser son regard ? Soit. Si c'était ce qu'elle voulait, il lui laisserait cette foutue liberté à laquelle elle aspirait tant. Après tout, c'était lui le problème, comme toujours, tout était de sa faute, et il l'étouffait de son emprise et de cette possessivité maladive qui faisait que son ombre planait sans cesse au dessus d'elle, l'empêchant sans doute d'avancer. Il était le problème ? Bien. Elle n'aurait plus à s'en soucier, il avait compris le message. Qu'elle vive sa vie, lui en avait plus qu'assez de se battre pour du vent.

Il avait espéré profiter de cette sortie pour discuter avec elle, mettre les choses à plat, avancer à nouveau ensemble. Qu'il avait été con de penser que quoi que ce soit pouvait être arrangé, que les choses pouvaient redevenir comme avant ; plus rien ne serait comme avant, jamais. Inutile donc de resté planté là à aspirer à une discussion constructive, elle n'en voulait de toute façon pas. À peine s'était-elle dégagée de son emprise qu'il lui avait tourné le dos, reprenant le chemin dans le sens inverse, celui d'où ils revenaient. Tant pis si cette sortie serait un échec niveau ressources, il n'en n'avait plus grand chose à faire et aspirait simplement à rentrer et se tirer loin de tout ce bordel. Les vibrations du sol glacé sous ses pieds et le son assourdissant qui retenti derrière lui le força néanmoins à se retourner et, rapidement, ses yeux s'écarquillèrent en observant ce qui se trouvait désormais devant lui.

Rien. Le vide. Morgan avait disparu et il ne restait de sa présence qu'un trou béant dans la glace.

« Nan... nan nan nan » avait-il marmonné alors que son sang ne fit qu'un tour. S'approchant du trou il resta néanmoins à quelques centimètres, son cœur battant tellement fort qu'il lui vrillait les tympans. Morgan ne pouvait pas être tombée sous la glace, ce n'était pas possible, pas envisageable, pas alors qu'ils n'étaient que tous les deux là, au milieu de nul part... La dernière fois qu'elle avait manqué de se noyer, le blond n'avait au d'autre choix que de chercher Rafael pour la sortir de l'eau à sa place, lui-même étant totalement incapable de plonger pour la sauver. Mais là... il n'y avait personne. Il n'y avait que lui. Et s'il ne bougeait pas elle mourrait dans la flotte glacée du lac.

Totalement figé, l'ancien homme d'affaires sentait l'air lui manquer, la panique monter et prendre peu à peu possession de tout son être. Si tu plonges pas elle meurt... c'est ça que tu veux ? C'est ce qu'Elle veut ? Bouge, crétin, vite ! se sermonnait-il intérieurement. Rien que l'idée de foutre ne serait-ce qu'un doigt de pied dans l'eau le terrorisait, l'angoissant bien plus que de raison, mais l'évidence était la suivante : l'optique même de perdre celle qui comptait le plus était encore pire que tout le reste, et s'il devait mourir de panique, les poumons emplis d'eau, alors qu'importait, tout serait plus simple que de devoir vivre sans elle et de porter pour toujours sa mort sur ses épaules.

Sans plus attendre, poussé par cette adrénaline bien que tremblant, le blond avait ôté ses armes, son sac puis ses vêtements, les poussant à quelques mètres du bord en ne gardant que son boxer et son tee-shirt avant de rejoindre le bord. Déjà les vertiges le prirent, son souffle bien trop court lui donnait l'impression d'étouffer, comme si l'eau s'immisçait déjà par ses voies respiratoires. Mais il ne pouvait se résoudre à la laisser mourir, pas comme ça, pas sans lui avoir fait comprendre qu'elle était tout, qu'elle était son monde et qu'il était prêt à en sortir pour qu'elle puisse avancer. Ça n'arriverait pas maintenant, il se le refusait. Une seconde plus tard, le trentenaire plongeait à son tour, tentant au mieux de garder la bouche fermée même si la panique n'aidait en rien et que, déjà, il sentait l'eau prendre possession de tout son corps. Puis il la vit, là, juste un peu plus bas. Se débattant pour descendre, il parvint à lui agripper le bras et la tira contre lui, puisant dans toute sa volonté pour la remonter vers la surface. Mû par cet instinct de protection, il était finalement parvenu à la pousser vers le haut, prenant lui-même appui sur le rebord encore fragile pour l'y hisser et la mettre hors de l'eau. Et cette dernière qui emplissait sa bouche, sa gorge, et lui faisait littéralement perdre ses moyens. Morgan était là-haut désormais, hors de danger, il l'espérait du moins. Et lui... une main toujours sur le rebord, il alternait entre des tentatives de remonter et de nouvelles goulées d'eau, l'étouffant en faisant revenir cette angoisse destructrice qui avait amené des cauchemars bien trop réels depuis trop de temps. Cauchemars qui étaient devenus réalité.

Après un énième effort, il réussit enfin à se hisser à son tour hors de l'eau, tremblant autant de froid qu'à cause de cette crise de panique qui l'empêchait de respirer convenablement. Les mains à plat sur la glace, il se retrouvait incapable de reprendre son souffle et pourtant il le savait, ils devaient se tirer au plus vite d'ici, trouver un coin pour se réchauffer pour ne pas risquer de juste mourir de froid. Il le fallait, il devait se battre, jusqu'à ce que Morgan soit tirée d'affaire, et pourtant il ne parvenait pas à prendre le dessus sur la panique qui écarquillait ses yeux et enserrait ses poumons encore gorgés d'eau.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8481
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Dim 11 Mar 2018 - 23:48
la sensation que c'est réellement la fin. Qu'elle va mourir ainsi, aussi bêtement. Électrocutée par le froid qui lui enserre la cage thoracique. Morgan sait nager, mais là c'est surtout la panique qui prend le dessus. Le fait de se dire qu'elle va crever bêtement et en ayant rejeter l'être le plus important à son cœur. Quelle conne elle faisait. Morgan était conne, incapable de lui dire les choses sans le blesser, sans tout ravager sur son passage comme un bulldozer. Elle allait mourir sans jamais lui avoir dit ô combien elle tenait à lui, elle allait mourir noyer par sa propre bêtise, elle allait mourir sans lui dire Pardon. Sans pouvoir lui dire qu'elle ne savait plus comment réagir, qu'elle faisait n'importe quoi parce qu'elle était qu'une paumée au final. Qu'elle n'était pas aussi forte que ça. Elle allait mourir avec des regrets...

Morgan avait l'impression que chacun de ses mouvements la faisait couler de plus en plus. le poids de ses vêtements qui prenaient l'eau l'attirant inéluctablement vers le fond. Le froid glacial qui lui cisaille le visage. Mourir ici, dans un lac gelé, c'était stupide, mais sûrement que cela ferait plaisir à certains... Zack lui avait tourné le dos de toute manière, alors elle pouvait cesser de l'appeler mentalement. La rousse venait de tout foutre en l'air, il n'y aurait pas de retour en arrière. Il n'avait pas de raison de venir la tirer de là. Au final elle méritait ce qu'il lui arrivait. A agir ainsi elle n'obtenait que désastre, souffrance et colère. Et dans le regard du blond elle avait parfaitement lu sa surprise à l'entente de ses mots. Elle avait vu qu'elle l'avait blessé plus que de raison...
Repensant alors à leurs retrouvailles d'il y a un an, au fait qu'elle avait eu des doutes sur le fait qu'il soit en vie. A sa joie de le revoir après tant de temps, à sa méfiance aussi, puis ils s'étaient à nouveau domptés, comme deux animaux sauvages. Puis elle revit leur amitié si forte de toutes ces années, mais c'était comme si c'était hier. Qu'elle s'introduisait dans sa vie, qu'elle se laissait prendre dans ses filets et qu'au final elle ne pouvait plus rien lui refuser, elle ne pouvait plus se passer de lui. C'était ainsi, une fois qu'on touche Zack on lui appartient et Morgan était entrée dans ce cercle en en étant consciente. Alors aujourd'hui qu'elle le rejette était douloureux et complètement crétin.

Fermant les yeux, se disant que ça ne servait à rien d'espérer qu'elle avait vraiment tout fichu en l'air, la jeune femme ne perçut pas le bruit dans l'eau, un son profond, comme si quelqu'un venait de sauter pour la repêcher. A quoi ça servirait, elle serait toujours aussi détestable, elle serait toujours aussi stupide, bornée, violente. Il fallait bien qu'on finisse par l'abandonner et elle comprendrait. Elle comprendrait qu'on la délaisse, ce serait légitime.
Gelée jusqu'aux os et n'ayant plus envie de se battre tout devenait flou, elle se disait que ça y est. Elle rendait son âme au monde, rendait son âme pour ne plus souffrir et ne plus briser celui auquel elle tient le plus. Il y avait bien Rafael qu'elle trouvait plus qu'agaçant, qui l'énervait sans cesse, mais au final c'était un chieur amusant. Elle ne pourrait jamais le lui dire ça aussi... Elle allait crever et rendre son âme avec violence, et tirer ainsi sa révérence...

Elle ne sentit pas qu'on la saisissait, elle le sentit pas qu'on la forçait à remonter. Morgan se coupait du monde comme lors de cette rencontre qui l'avait détruite. Elle ne valait rien au final, du moins rien de bien.
Dire qu'elle était complètement déprimée était plus qu'une vérité. Mais là elle était aussi fatiguée. Coupée du monde, elle ouvrit les yeux lorsqu'elle sentit quelque chose de différent sous elle, quelque chose de tout aussi froid mais rigide. Où était-elle ? Sur quoi était-elle ? Elle n'en avait aucune idée, ne désirant pas ouvrir les yeux. Sûrement par peur de voir qu'on l'avait tiré de là, par peur de voir le regard de celui qui l'avait sorti de l'eau. Par peur tout simplement. Mais elle avait froid, se sentait faible et gelée, n'ayant pas envie de bouger pour se réchauffer cependant. Et puis pour quoi faire ? Pour survivre encore un jour de plus ? Voir Zack loin d'elle après ce qu'elle avait dit, ça ne servirait à rien à par le détruire de sentir son regard noisette sur lui. Morgan ne désirait plus tout ça...Alors elle restait allongée, incapable de bouger, figée dans sa torpeur.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3798
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Lun 12 Mar 2018 - 22:02






A genoux sur la glace, tout le corps endolori et tremblant, glacé jusqu'aux os, le blond ne parvenait pas à reprendre une respiration convenable. Ses yeux étaient toujours écarquillés sous la panique et le manque d'air, la sensation que ses poumons étaient encore gorgés d'eau et qu'il mourrait d'une seconde à l'autre ne le quittait pas. Et les souvenirs revinrent. Ces souvenirs amers de ces quelques jours passés plus d'une année auparavant à la planque du groupe de Gabriel, à encaisser toutes sortes de coups et des noyades quotidiennes. Il avait eu sa vengeance depuis longtemps maintenant, mais même cela n'avait pas fait partir ses cauchemars et son angoisse, il s'était vu faible face à une foutue étendue d'eau et aujourd'hui, il avait affronté cette peur viscérale pour tirer de la mort celle qui comptait le plus. Mais à quel prix ? Qu'importait. Il était prêt à payer tous les prix du monde pour qu'elle soit en vie, les cauchemars et la peur ne seraient que des détails, tant qu'elle était encore là.

C'était du moins ce dont il essayait de se persuader, sûr d'avoir pris la meilleure décision bien que son corps paralysé lui disait tout l'inverse. Après une quinte de toux, les poings machinalement serrés, les acouphènes abrutissant son esprit commençaient à peine à s'estomper. Suffisamment pour qu'il perçoive quelques râles désagréables non loin. Le trentenaire avait alors relevé doucement la tête, revenant subitement à la réalité pour apercevoir les quelques silhouettes floues qui se dégageaient au loin et semblaient venir vers sa direction. Un retour à la réalité brutal qui le devint encore plus lorsqu'il posa ses orbes clairs et emplis d'angoisse sur le corps semblant inerte de la rouquine non loin de lui. Et l'évidence : ne pas traîner, puiser dans ses dernières forces, prendre sur lui pour mettre sa peur de côté, au moins le temps de s'éloigner de ce danger et s'assurer que la jeune femme s'en sorte.

Zack aurait voulu l'appeler, lui dire de se lever, lui hurler qu'elle n'avait pas le droit de mourir, mais seul un grognement mécontent s'échappait de ses lèvres alors qu'il se relevait tant bien que mal, chancelant du haut de sa grande taille tandis que sa vue se brouillait à nouveau. Si ça n'avait tenu qu'à lui, s'il avait été ici seul, sans doute n'aurait-il pas fourni autant d'efforts. Pour qui ? Pour quoi ? Pour lui ? Assurément pas. Mais il n'était pas seul, et la vie de Morgan passait avant tout le reste, avant les angoisses et sa propre personne. C'était par cette unique volonté de protection que le blond était parvenu à se relever et se mouvoir, bien que relativement automatiquement, arrivant alors jusqu'à ses affaires qu'il rapprocha de la jeune femme toujours immobile. À la regarder ainsi, le teint presque violacé et tremblante de froid, son cœur se serra. Il ne fallait pas perdre une seconde et, si les putréfiés approchaient, il devait prendre une minute pour lui ôter ces vêtements trempés.

Approchant ses mains tremblantes de la fermeture éclair de la veste de la jeune femme, il l'avait ouverte avant de la soulever doucement pour l'ôter, faisant de même avec son pull et son tee-shirt. Il lançait par moment des regards aux morts qui gagnaient en distance ; juste un supplémentaire pour s'apercevoir que l'un d'eux venait de disparaître dans la glace. Ne pas traîner, surtout pas. S'activant à nouveau, son esprit comme coupé de tout le reste, il lui avait ôté chaussures et pantalon, ne lui laissant que ses sous-vêtements avant de prendre sa propre veste, sèche, et de la passer autour de ses épaules, fermant la tirette pour l'y laisser enveloppée. Ses lèvres s'étaient entrouvertes à plusieurs reprises, comme s'il voulait dire quelque chose, mais aucun mot n'en n'était sorti. La laissant alors assise quelques secondes, le trentenaire avait rapidement rangé le reste des affaires dans son sac, calant la veste de la rouquine dans la sangle avant de hisser les deux paquetages sur ses épaules et de se retourner vers elle. Toujours immobile, toujours absente. Tout comme lui, mû uniquement par cet instinct de protection qui le rendait presque absent de son propre esprit, rangeant pour l'instant son angoisse viscérale dans la case du déni. Passant un bras dans son dos, il passait le second sous ses genoux et, dans un nouveau grognement, s'était relevé en la tenant fermement contre lui.

Partir, se mettre quelque part à l'abri pour se réchauffer et lui épargner l'hypothermie, au moins à elle. Et ils ne devaient en effet plus traîner : le premier putréfié n'était plus qu'à une dizaine de mètres.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Morgan R. Cole
bras droit | American Dream
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: couteau de cuisine japonais - Browning 9mm - Glock 17 Gen4. - Des fléchettes pro en métal
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 28/10/2016
Messages : 8481
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Ven 16 Mar 2018 - 22:19
Le noir, le froid, le sentiment de mourir et de ne pas avoir envie de bouger, s’enivrer de ce froid glacial pour ne plus ouvrir les yeux, ne pas voir qui l'a tiré de là. Elle le sait elle le sent, Morgan est en vie, mais à quel prix ? A quel prix la sauve t'on ? Sa vie n'est rien d 'autre qu'une vie en plus sur cette terre de misère. Se rajoute à ce sentiment de profonde mélancolie, la peur. La peur de mourir même si elle se sent prête à tout lâcher. La peur de détruire plus encore son aîné. Etre plus qu'un bulldozer qui agit sans réfléchir avant. Défonçant tout sur son passage. La peur de le trahir au final en choisissant la facilité, en étant faible. En étant un instant ce qu'elle haïssait le plus au monde.
Mais prise dans tout cela Morgan était juste Ailleurs. Dans d'autres dimensions, loin de tout, psychologiquement hors de son corps, physiquement présente, seulement physiquement là. Juste être cette enveloppe de chair que l'on peut bouger sans prendre de précaution. Juste une forme humaine.

Morgan sentait qu'on la bougeait, qu'on s'agitait autour d'elle. Elle sentait le froid la saisir plus encore, endolorir son corps maigrelet et en manque de tous nutriments important pour l'organisme. Elle sentait qu'on la mouvait à gauche, à droite. Alors doucement et en prenant sur elle, elle ouvrit un instant les yeux, percevant ses jambes étrangement nues, juste ses docs trônaient à ses pieds. Mais elle voyait la pâleur de sa peau, quasi identique à celle de la neige sur laquelle elle était. Plus loin, à quelques centimètres du moins il y avait ce trou béant. Ce trou par lequel elle s'était résignée à crever en silence. Pourquoi ne pas l'avoir laissé mourir ainsi ? C'était stupide comme mort, mais c'était un choix par défaut. Une prise de conscience...

Refermant doucement les yeux, elle entendait vaguement des bruits au loin, de façon sourde, comme si tout était à des centaines de mètres. Encore ailleurs elle ne voulait plus ouvrir les yeux. Le noir avait quelque chose de rassurant, se renfermer sur soi-même était sécurisant. L'état de choc lui était sécure. Morgan était une fois de plus depuis plusieurs années en état de choc.

Sentant son corps quitter le froid pétrifiant du sol elle se sentit comme porter, alors tremblant toujours de froid, la presque trentenaire ouvrit à nouveau les yeux, prenant son courage à deux mains pour poser son regard sur celui dont elle connaissait la force et le corps étrangement. Elle savait à qui appartenait ces bras, ces muscles, cette respiration haletante et... Lourde.. Lourde d'angoisse ?C'était anormal... OU bien non... Morgan reprenait peu à peu possession de son corps, son cerveau se remettant à penser à mille à l'heure. Son regard remontant le long du torse au t-shirt trempé de Zack, allant sur son cou, son menton à la barbe naissante, son nez et enfin son regard bleu. Il était froid et désespéré à la fois. C'était de sa faute... Encore une fois c'était de sa faute. Encore une fois elle avait fait n'importe quoi le mettant en danger, le blessant. Alors les mots qu'elle lui avait jeté avec ce regard plein de dédain lui revenaient en mémoire et lui tenaillaient le coeur. L'enserrant plus que de raison, lui faisant mal, comme si des pics de glace la pénétraient et la détruisait. Elle avait été stupide, elle lui avait fait mal, mais lui l'avait repêcher. A quoi bon ? Pourquoi ??

"...P...Pourquoi ?..."

La cadette avait prononcé cette phrase d'une voix étouffée par la honte, la culpabilité, la peur, l'inquiétude et surtout l'incompréhension. La voix enrouée par tout cela elle l'avait questionné. Questionné sur le pourquoi il avait sauté alors que sa peur viscérale de l'eau le pétrifiait en temps normal. Pourquoi ne l'avait pas t'il laissé là, à chuter et à couler, à toucher réellement le fond. Pourquoi Zack n'avait-il pas continué à lui tourner le dos ? Pourquoi ne pouvait elle tout simplement pas lui en vouloir d'avoir fait demi tour ? Pourquoi sentait elle en cet instant quelque chose qui s'effritait plus encore, se brisait mais tentait de lui dire que pour vivre et survivre il fallait qu'elle s'accroche à lui ? Pourquoi l'avait elle appelé mentalement lorsque le froid l'avait électrocuté !? Tant de pourquoi qui attendait des réponses qui ne viendraient sûrement pas...
Morgan avait mal, mal pour le blond, mal pour lui. Elle avait mal de l'avoir fait affronter sa phobie... Alors bougeant légèrement comme pour resserrer son corps contre le sien, elle referma la yeux. Calant sa tête contre son torse, elle entendait sa respiration et les battements de son cœur qui s’emballait plus que d'habitude. Zack avait plongé. Zack avait affronté sa peur. Pourquoi faire tout ça alors qu'elle venait de le briser ? De les briser, de tout faire exploser, de faire imploser leur lien si particulier au regard des autres mais si fort au leur.

"Zack..."

Morgan ne pu que souffler son prénom, espérer une réponse qui ne viendrait peut-être pas. Espérer qu'il les sorte de cet enfer de glace, espérer que tous deux ne retombent pas dans l'eau. Espérer qu'il s'en sorte, si elle était trop lourde et qu'il devait la laisser, elle ne lui en voudrait pas. Loin de là même, Morgan comprendrait et pourrait le pardonner. Elle pouvait lui pardonner beaucoup, mais se pardonner à elle ses paroles en l'air non. Zack était bien plus important. C'était à lui de sauver sa propre peau. Elle ne lui en voudrait pas.


Rock'n'roll is dead
Just like mama said. I'm not good at making friend. Out tryna find the American dream.
©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Zack M. Atkins
leader | American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Desert Eagle .50, un .44, un couteau de chasse, et un poing américain
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 22/03/2016
Messages : 3798
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    Dim 18 Mar 2018 - 23:32

Tenant fermement la jeune femme tremblante et glacée, le trentenaire tâchait au mieux d'avancer dans le sens opposé que celui qui les mènerait vers les putréfiés, avançant d'un pas mal assuré sur la glace. Tout aussi mal assuré que Zack à dire vrai, entre son corps endolori par le froid, cette angoisse encore bien trop présente dans ses veines, l'empêchant de respirer convenablement, les sacs sur son dos et Morgan dans les bras, il était évident qu'il peinait à avancer aussi vite qu'il l'aurait souhaité. Mais il ne pouvait pas s'arrêter, il se le refusait, pas en sachant qu'elle risquait de ne pas s'en sortir. Et il ne s'arrêterait pas tant qu'il n'aurait pas la certitude qu'elle soit tirée d'affaires. Lui s'en sortirait, il s'en serait de toute façon sorti, mais pas sans elle, parce-qu'un monde où elle n'était plus n'aurait plus de sens, aucune saveur, aucun ''demain''. Perdre Stewart avait été insupportable, et il avait eu ce sentiment de ne pas pouvoir le surmonter avant de se raccrocher au journaliste qui avait pris peu à peu une place particulière dans ce nouveau monde devenu bien trop fade. Mais malgré tout, malgré son attachement naissant pour le jeune homme, il le savait au fond de lui : s'il perdait Morgan, s'en serait définitivement terminé. Il ne se battrait plus, n'essayerait même pas de se relever, parce-qu'elle était lui, et que sans elle il ne serait rien d'autre qu'une enveloppe vide. Elle l'emporterait avec lui, même s'il devait la suivre en enfer. Et il la suivrait ici aussi, dans cet enfer qu'était devenu leur monde. Il avait compris cependant. Compris qu'elle en avait assez, qu'elle n'en pouvait plus de son emprise, de sa présence constante. Il avait compris. Alors il s'effacerait, lui laisserait sa liberté, mais ne pourrait se résigner à s'éloigner, alors il resterait, la protégerait de loin, du monde, mais aussi de lui.

S'il semblait se mouvoir automatiquement, pas vraiment certain de contrôler réellement ses gestes, son esprit lui n'avait de cesse de faire virevolter toutes ces pensées dans son crâne. Et son cœur était serré, ses poumons manquaient d'air, et tout son corps tremblait, autant sous l'angoisse d'avoir eu à plonger dans cette eau que sous la peine du détachement qu'il devrait opérer. Ce lien qui se brisait une nouvelle fois sans pour autant disparaître complètement. Lui en voulait-il pour ses mots ? Pour ses actes ? Non. Dans l'état actuel des choses, la colère avait laissé place à la peine, il était blessé, réellement, mais une part de lui s'efforçait de comprendre et de lui trouver des circonstances attenuantes. Même si elle venait à lui planter un couteau dans le dos, ou le tuer en face, les yeux dans les yeux, jamais il ne pourrait lui en vouloir. Il était prêt à tout accepter d'elle, tout à un détail près : elle n'avait pas le droit de se laisser mourir, pas le droit de le laisser dans ce monde. Il accepterait qu'elle s'éloigne, pour son bien à elle, mais imaginer que Morgan puisse ne plus être était insupportable. Manquant de glisser, l'aîné avait senti la glace se fragiliser à l'endroit où il passait et, toujours mû par cet instinct de la tirer de là, il avait pressé le pas, jusqu'à enfin être sorti de cette étendue de glace, ses pieds s'enfonçant dans la poudreuse qui s'immisçait dans ses chaussures sans qu'il n'y prête réellement attention. Ça n'avait pas d'importance, tout comme ses cheveux trempés qui doucement se glaçaient, à l'instar de son tee-shirt. La seule chose qui importait était d'emmener celle qui comptait le plus dans un lieu sûr. Et seulement après, s'il en avait la force, il penserait à lui.

Lorsque la voix, relativement faible, de l'ex-barmaid se fit entendre, le trentenaire n'avait pas répondu, il n'avait même pas abaissé son regard, bien trop concentré dans son avancée et surtout décidé à ne pas lui laisser entrevoir ce qu'il y avait tout au fond de lui. Cette déchirure, cette angoisse, la peur viscérale de l'eau mais également celle de la perdre elle. Ne l'avait-il pas déjà perdue ? Si. Mais elle était en vie, rien d'autre n'importait en cet instant. Son ''pourquoi'' n'était cependant pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Que sous-entendait sa question ? Voulait-elle savoir qu'est-ce qui l'avait poussé à la sauver ou était-ce plutôt un reproche de ne pas l'avoir laissée mourir ? Si la seconde option était la bonne, mieux valait qu'il ne réponde rien, parce-que s'il était prêt à vivre avec son éloignement, il ne le serait absolument pas d'avoir à entendre qu'il aurait dû la laisser mourir. Comment oserait-elle seulement lui dire cela alors qu'elle l'avait frappée quand il avait avancé la même chose ? Ce serait totalement déplacé. Et il ne l'accepterait pas. Mieux valait donc garder le silence, le blond se sentait de toute façon incapable de parler, rendu muet par la peur qu'il avait eu à affronter pour la tirer des abysses sombres d'un lac sous la glace.

Sentant Morgan bouger légèrement et caler mieux sa tête contre son torse, l'aîné resserra un peu sa prise afin de la maintenir du mieux possible bien qu'il sentait que peu à peu, ses muscles s'engourdissaient. Il fallait trouver un endroit et rapidement, parce-qu'il ne serait pas apte à la porter ainsi sur des kilomètres, pas avec le manque de nutriments considérable, le froid qui le glaçait jusqu'aux os et l'angoisse qui rendait son corps tremblant. Même à l'entente de son prénom il ne réagit pas le moins du monde, ne se risquant pas à croiser son regard. Elle était en vie, c'était le plus important, il devait désormais prendre sur lui pour lui accorder l'éloignement dont elle avait besoin, et cela commençait avant tout par se persuader lui-même qu'il en était capable. Mais il le savait, s'il plongeait dans son regard, ce reflet de l'âme, il flancherait.

Après quelques minutes encore et une distance avec les putréfiés jugée considérable, l'aîné aperçut un petit cabanon au milieu du bois. S'engouffrant dans l'entrée, il avait soigneusement déposé la jeune femme sur une couchette de fortune, se retournant pour fermer la porte derrière eux. L'endroit était poussiéreux, abîmé par le temps, mais il leur accorderait l'abri nécessaire le temps qu'ils soient à nouveau aptes à reprendre la route. Toujours dans cet état relativement second, le regard de Zack évitait soigneusement de se poser sur la rouquine, tombant alors sur un amas de branchages. Il alla récupérer le tout de ses doigts tremblants et douloureux tant le froid s'était immiscé dans son corps et déposa le petit paquetage au centre de l'habitacle de fortune, directement sur le sol terreux. En faisant un petit tas, il tira de son sac son zippo, s'y prenant à plusieurs reprises pour parvenir à l'allumer. L'instant d'après, un feu encore faible commençait à prendre, rapidement agrémenté d'une bûche un peu plus conséquente. Et là, seulement là, il s'assit à même le sol, tremblant, le regard toujours empreint de cette angoisse qui compressait sa cage thoracique, crainte mêlée au désarroi amené par les mots de celle qui comptait le plus. Il n'avait toujours rien dit, n'avait toujours pas relevé les yeux vers elle, totalement incapable de le faire, se sentant aussi misérable que blessé, mais se planquer pour laisser sortir sa rage et sa peine n'était pas permis, parce-que s'il la laissait seule ici, il n'était pas certain qu'elle rentre saine et sauve. Remontant ses jambes contre lui, il avait croisé les bras pour tenter en vain de se réchauffer, déposant sa tête contre le mur derrière en fermant les yeux avant d'inspirer profondément pour tenter de reprendre une respiration normale et de chasser les démons de ses cauchemars qui prenaient possession de son être.


What if you had no love ? What if you couldn't hold on for just another day, how could you breathe ?! MAIZ.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Rôdeurs On Ice    
Revenir en haut Aller en bas  
- Rôdeurs On Ice -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Rôdeurs de morgul
» [Arnor] La femme Dúnedain
» L’Arc Ithilien (lecture du SDA)
» Kÿriandur, Rôdeur, Elfe [Dundun] {Validé}
» Les rôdeurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: