The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Tenez votre bête sauvage ! -
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 595
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   Dim 11 Fév 2018 - 15:01
Clayton était heureux que son interlocutrice aie finalement décidé de s'asseoir à ses côtés. Mais, la brune semblait, toujours, pleine d'appréhension ? Alors, le routier continua à parler, encore et encore, histoire de la mettre, encore, plus en confiance. A vrai dire, il n'y avait, quasiment, que sa voix que l'on entendait. Mais, cela ne le dérangeait guère. Non car il aimait s'écouter. Et puis, sa « langue bien pendue » permettait de fournir à la brune, des réponses à ses questions. Quand le barbu posa, à son tour, des questions plus personnelles, vis à vis d'Hokulani, il pensa tout de suite que la brune esquiverait, certainement, de lui répondre ? Après tout, elle était méfiante. Et fournir ce genre d'informations à un parfait inconnu était peut être trop lui demander ? Le brun s'apprêta, d'ailleurs, à ne pas avoir de réponses et à « embrayer » sur un autre sujet de conversation. Mais, alors, qu'il ne s'y attendait pas, elle lui répondit immédiatement. Surprit, il détourna aussitôt la tête dans sa direction. Et puis, il resta attentif à ses propos.

Apparemment, la mère de famille avait deux autres enfants ? Des fils ? Des adolescents peut être ? Ou des adultes ? En tout cas, elle mentionna qu'ils étaient grands. Voulait elle parler de la taille ou de leur âge ? Le brun se questionna quelques secondes et puis, finalement, quand, Hokulani, lui annonça qu'elle venait d'Hawaï, il écarquilla tout grand les yeux comme un gosse. - « Hawaï ! Wahou !!! » S'exclama t'il aussitôt. Il la fixa et continua : - « J'en ai « mangé », des kilomètres de bitume mais, jamais je n'ai mis les pieds sur cette île. A mon grand désarrois, je dois dire » Rêveur, il releva la tête, scruta le ciel grisâtre et continua : - « Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller et cela ne se fera sans doute jamais mais, ce devait magnifique là bas ? »

Il retrouva toutefois rapidement ses esprits en lui posant une nouvelle question : - « Vous avez deux fils ? Deux grands fils ? Et vous avez survécus, tous les quatre seuls ? » Il fixa à nouveau la brune en reprenant : - « Je suis admiratif devant votre courage et votre détermination. Vos enfants doivent être fiers d'avoir une mère aussi combative et courageuse que vous ? » Ses propos étaient sincères. Il aurait voulut en savoir plus, sur son parcours et notamment comment ils avaient fait pour parvenir jusqu'ici ? Mais, il ne poussa pas trop loin ses investigations. Après tout, la brune n'avait pas évoqué le prénom de son mari. Il était peut être mort ? Sûrement même ? Qui plus est, Hokulani, l'avait peut être vu mourir sous ses yeux et se transformer ? Tout comme Kassidy avait vu son véritable père mourir. Cette pensée, lui remémora les images tragiques du jour ou il avait sauvé la fillette.

Mais, heureusement, Hokulani, lui posa une nouvelle question. Concernant la gamine, il ne pouvait pas dire si elle était née à Seattle puisqu'il n'avait jamais osé lui poser la question. Mais, il pouvait toujours parler pour lui. Alors, il répondit : - « Oui, je suis né ici » Quand aux interrogations suivantes, il continua : - « Nous ne savions pas qu'il existait un camp sécurisé par ici. En fait, je souhaitais aller chez un ancien client afin d'y trouver un refuge et puis, on a rencontré des militaires qui nous ont menés jusqu'ici » A vrai dire, ils avaient eu de la chance de tomber sur ce convoi car, autrement, ils auraient sans doute continué à errer pendant de nombreux mois à travers tout le territoire ? - « Mais, élever une fillette seul et sans expérience, je peux vous dire que ce n’est pas du gâteau ! Il y a des jours ou je galère vraiment ! »

Il soupira et continua : - « Non, il n'y a que Kassidy et moi » Il marqua une courte pause avant de reprendre : - « J'espère que sa mère s'en ai sortie ? » Déclara t il spontanément. En fait, il y avait très peu de chance que cette femme soit toujours en vie ? Mais, après tout, il n'en savait rien ? - « Nous n'étions pas ensemble quand tout s'est déclenché. C’est moi qui était en charge de sa garde » Cette fois-ci, il mentait clairement mais, c'était pour la bonne cause. En racontant ces mots, la brune penserait sûrement que Clay et la mère de l’enfant étaient séparés ? Oui, c’est certainement ce qu’elle croirait ?

- « Sinon, j'espère que mes parents et ma sœur s'en sont sortis ? » Continua t’il spontanément. - «  Pour mon frère, c’est différent. En vérité, je ne me fais aucun soucis pour lui, c’est un homme plein de ressources et qui n’hésiterait pas à vous planter un couteau dans le dos pour s’en sortir, si vous voyez ce que je veux dire ? » Clay fixa Hokulani dans les yeux et puis, il continua avec le sourire aux lèvres : - « Vous allez peut être me trouver grossier mais, on pourrait peut être se tutoyer ? On est comme qui dirait des voisins, maintenant ! »


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   Lun 26 Mar 2018 - 21:06
L'exclamation emplie d'admiration de l'homme lorsque je mentionnais l’État qui m'avait vu naître et grandir me toucha, même si je bondis en l'entendant. Décidément, je n'étais plus habituée aux conversations normales ! Parler au même volume que le sien à l'extérieur de ce camp pouvait revenir à signer son arrêt de mort, et échanger des informations superflues sur sa famille, sur son passé ou sur ses sentiments, une perte de temps que peu de personnes s'accordaient. Clayton était l'adulte le plus vivant que j'ai rencontré après tout ce qui nous est tombé dessus. Je l'observais avec étonnement alors que son regard était levé vers le ciel, rêveur et nostalgique. Comment fait-il pour être aussi… Humain ? Était-ce le fait d'avoir été chanceux en échappant aux pires horreurs ? Pourrais-je un jour redevenir aussi insouciante que lui ? « Oui, ça l'était… » – murmurais-je, le regard posé sur la terre battue. L'était-ce encore aujourd'hui ?

Clayton ne laissa pas la question le troubler davantage, revenant à mes interrogations plus terre à terre concernant sa vie actuelle. Je me sentis rougir face à ses compliments que je sentais sincères, sa voix chaude et ses yeux pétillants augmentant encore mon trouble. Et il continuait à s'épancher, à me donner des détails sur sa vie, sur ce qu'il a pu ressentir, ses problèmes actuels… Depuis combien de temps un homme ne m'a-t-il pas parlé aussi amicalement, ouvertement ? Depuis combien de temps n'ais-je pas laissé de côté mes a-priori, ma méfiance et ma rancœur ? Je suis fatiguée… Si fatiguée de porter ce poids immense sur mes épaules, sans Johnny à mes côtés… Arriver dans ce camps est probablement la meilleure chose qui pouvait m'arriver après cette errance horrible.

Je lui offris un sourire en agitant la tête, marquant ma compréhension ainsi. S'occuper d'enfants n'est déjà pas facile en période « de paix », alors maintenant… On voudrait leur épargner tellement de souffrances, tellement d'horreurs, mais c'est impossible. Je ne sais pas encore s'il est meilleur de les endurcir en les laissant observer ou de leur cacher les yeux en racontant des contes de fées pour les préserver de la réalité. J'ai peur de les voir grandir dans un tel monde. Mon aîné s'en sort bien, mon second révèle une nature de plus en plus agressive et farouche et ma troisième… Ma troisième est en train de devenir une mystique. Si un jour elle m'annonce qu'elle entend les voix de personnes qui sont mortes, je considérais que j'ai failli à mon rôle de mère.

« J'espère aussi. » lui répondis-je, compatissante. Être divorcé n'était déjà pas drôle, mais divorcé dans ce genre de conditions, avec une petite à protéger… Le niveau de difficulté augmentait terriblement. Dans un monde heureux, Kassidy retrouverait sûrement sa mère quelques années plus tard, peut-être à l'âge adulte, quand elle aura ses propres enfants… Je lui souhaite de telles retrouvailles, pensais-je en observant d'un air tendre les deux petites en train de s'égailler autour du petit chien. Un grand bonheur au milieu de grandes peines… On y a bien le droit, non ?

Clayton continua sur les autres membres de sa famille, s'attardant en particulier sur son frère. J'eus des frissons lorsque, après me l'avoir succinctement décrit, il se tut quelques secondes en plantant ses yeux dans les miens. Y avait-il un message subliminal ? Devais-je me méfier de lui ? Je fronçais les sourcils, soudainement libérée de son charme fou. Je ne voyais que trop bien ce qu'il voulait dire, et cela ne me plaisait pas du tout. Son sourire n'y changea rien. Je le voyais désormais d'un autre œil, ma méfiance revenant au galop. Si son frère était menteur, pourquoi pas lui ? Mon ton redevint froid, je retrouvais mon masque d'acier. «  Le tutoyement sera pour la prochaine rencontre, si nous sommes encore là tous les deux. » Je me levais calmement, récupérant mon sac de provisions dans un geste délibérément lent. « De plus, je n'aime pas autoriser ceux qui me menacent ouvertement à me tutoyer. Je m'accrocherai au respect jusqu'à ma mort. Merci pour cette discussion. »

Je lui tournais le dos en levant le nez en l'air, ayant tout de la femme offensée. J'allais me diriger vers ma fille pour lui dire que la récréation était terminée quand le petit chien lâcha un jappement de joie. Mes mains se crispèrent autour de mon sac. Comment récupérer ma fille sans avoir à crier ? Comment partir en conservant ma dignité intacte ? Je n'allais quand même pas demander à l'homme de rappeler son animal pour me laisser accéder à ma fille… Ah ! Je déteste les chiens !
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 595
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   Dim 1 Avr 2018 - 15:20
Face au silence d’Hokulani, Clayton se transforma en un véritable moulin à paroles. Dés qu’il terminait une phrase, il en recommençait, immédiatement, une autre. C’était à croire qu’il n’avait rencontré et parlé à personne, pendant des décennies entières ? En tout cas, il raconta, à la jeune femme, tout un tas de choses. Sur sa vie, sur la vie du camp et puis sur son passé. Il était, tellement, bavard, que la brune connaissait, presque, la taille de ses chaussures.

En même temps, il fallait avouer que la jeune femme n’était pas très causante. Etait ce parce que Clayton était une pipelette ? Ou alors, parce qu’elle était timide ? Impossible à deviner mais, une chose était sûre. La brune semblait réticente à se confier, à lui, surtout sur sa vie privée. En tout cas, elle ne précisa pas énormément de chose au brun sur son parcours. Pourquoi ? Mystère ? Elle avait ses raisons. Ou des cadavres dans le placard ? Et puis, de toute façon, Clayton s’en fichait. C’était sa vie. Si elle souhaitait être discrète et secrète, elle faisait ce qu’elle voulait. Du moment, qu’elle était de bonne compagnie et aimable. Il n’avait pas à aller déterrer ses secrets.

Quoiqu’il en soit, le comportement trop familier du routier sembla, subitement, changer la donne ? En effet, suite à sa demande de tutoiement, Hokulani se leva, brusquement, semble t’il vexé et tout en ayant l’air mécontente ? Etonné, le brun haussa, instinctivement, les sourcils. Hébété, il resta un instant immobile. Et puis, après un court laps de temps et suite aux paroles de la brune, il s’exclama, spontanément : - « Mais, … que … qu’est ce que j’ai fais ? » La jeune femme lui tourna, ensuite, le dos et s’apprêta alors, à aller chercher sa fille.

- « Si j’ai été déplacé, je m’en excuse ?! » Déclara t’il subitement. A vrai dire, il ne savait pas, vraiment, ce qui était entrain de se passer, ni ce qu’il avait fait de mal. Avait il eu des propos déplacés envers la brune ? Avait il été grossier ? Ou alors, trop familier ? Non, pas à sa connaissance. A moins que se soit sa demande de tutoiement qui ne passe pas ? Apparemment, il ne pouvait y avoir que ça ? Ou les histoires sur sa vie privée ? A cet instant, le barbu se posa mille et mille question sur la bourde qu’il avait, apparemment, commise ? Mais, il resta sans réponses.

En tout cas, il avait, apparemment, fait quelque chose ? Alors, il se leva lui aussi. Et puis, il s’adressa, encore une fois, à la brune qui semblait hésitante à aller s’aventurer auprès de Bulle. - « S’il vous plaît, Hokulani, ne partez pas ! Si j’ai été trop familier, je m’en excuse ! Mais, je tiens, absolument, à me faire pardonner pour cet écart de conduite de ma part » Il se déplaça, alors, devant la jeune femme en positionnant ses mains en signe de prière et en reprenant : - « Alors, je pourrais peut être me faire pardonner en vous invitant, vous et votre petite famille à dîner à mon domicile ? En tout bien tout honneur, bien entendu. Qu’en pensez vous ? Ça permettrait à vos autres enfants de faire connaissance avec Kassidy ? Je ne vais pas vous mentir, je suis un piètre cuisinier mais, je vous promet d’essayer de faire au mieux ! » Il esquissa un sourire tout en continuant : - « Ça ferait vraiment plaisir à ma fille de vous compter parmi nos bons amis ! S’il vous plaît, Hokulani, ne refusez pas ? »


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   Ven 1 Juin 2018 - 18:17
J’ignorais les excuses de l’homme, convaincue d’être dans mon bon droit. Je n’allais pas me laisser menacer par un homme qui avait simplement eu la chance d’être au bon endroit au bon moment ! Un peu comme moi… Ce n’est pas la question ! Hésitant toujours à aller au devant de la bête, je maudis ma phobie pour avoir laissé le temps à Clayton de se lever et de développer un peu plus ses excuses. Je posais un poing sur la hanche et me redressais face à lui, outrée qu’il me barre le passage. Je tentais tant bien que mal de me grandir pour le décourager d’essayer quoi que ce soit contre ma fille ou moi. Chose difficile lorsque vous tenez un paquet de provision dans l’autre bras et que vous ne cessez de jeter des regards suspicieux à l’animal qui gambade à côté du fruit de vos entrailles. Qu’importe.

Cependant, il n’avait pas l’air de vouloir me menacer, si je me fiais à son langage corporel. Les mains jointes, comme s’il m’imploraît, il tenta une nouvelle approche. Je tiquais face à tant de bons sentiments, repoussant loin le sentiment de honte concernant mon éclat de colère. Je n’étais plus si certaine d’être dans mon bon droit face aux yeux de chien battu de ce bon Samaritain. Voilà que j’allais passer pour la méchante ! Il a quand même laissé sous-entendre que [je ne me souviens plus du texte] ! Me serais-je trompée ? Aurais-je interprété ses paroles ? Une vie sur les routes a tendance à vous rendre méfiant de tout, ce ne serait pas la première fois que je prends mal quelque chose, mais en général, j’ai raison ! Et mieux vaut prévenir que guérir, comme dit le dicton. A trop faire confiance, on finit éventré, oui monsieur ! Et je n’ai pas traversé autant d’épreuves, autant de souffrances, pour que mes trois enfants se retrouvent privés du dernier parent qui leur reste !

Je le jugeais du regard, peu encline à me laisser attendrir par ses grands yeux foncés. Le fait qu’il soit bien fait physiquement n’aide pas à y résister. Mon regard s’écarta de lui pour se poser quelques brèves secondes sur les deux filles, qui s’étaient arrêtées dans leur jeu pour m’observer. Kalena sentait qu’il y avait de l’eau dans le gaz. Prudemment, elle se rapprocha de sa camarade de jeu, sûrement consciente que les gens avaient plus de mal à s’en prendre à quelqu’un trop proche d’un élément de leur groupe. Elle avait bien retenu ses leçons. Ou peut-être est-ce encore moi qui me fais des idées ? Verrais-je le mal partout ?

Clayton me sourit, vrai dans son désir de se faire pardonner. Kalena entrelaça ses doigts avec ceux de Cassidy, m’adressant un regard rempli d’espoir. Je ne pouvais pas décemment lui dénier le droit de se faire enfin une amie de son âge… Et cette invitation à dîner, c’était enfin le début du retour à la normale des choses… Indécise, je baissais les yeux, serrant maintenant contre moi nos provisions. Il fallait que je prenne sur moi. Que je reprenne confiance en les autres. Ils ne cherchent pas tous à nous éliminer nous, personnellement, ce serait insensé…

Je poussais un long soupir et rendis les armes. Que Clayton et son magnifique sourire soit maudit pour la semaine.

- Très bien… Pardonnez-moi pour ce coup de sang, j’ai… - des petits problèmes de sociabilité ? Une propension à me faire des films ? Une capacité à lire entre les lignes un peu trop exploitée ? - … du mal à m’habituer à toute cette normalité. Vous comprendrez… Je serai ravie de vous présenter également mes garçons.

Je relevais la tête, lui offrant un sourire contrit, avant de me souvenir de sa précédente demande.

- Et je serai ravie de compter ta fille et toi en amis, Clayton.

Voilà que je rosis maintenant ! J’ai vraiment perdu toute mon aisance en matière de civilités au cours de cette purge de deux ans…
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un couteau de chasse et un bâton télescopique.
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/07/2017
Messages : 595
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   Ven 8 Juin 2018 - 15:40
Hokulani semblait être, au premier abord, une femme très gentille et véritablement sympathique ? Mais, quand elle commença à piquer sa crise de nerfs en menaçant Clayton, celui-ci se demanda, clairement, si celle-ci n’avait pas, tout bonnement, disjoncté ? Ou alors, elle était, tout simplement, parano ? Alors, le brun commença à s’excuser devant la mère de famille. A vrai dire, il ne savait pas, vraiment, pourquoi il le faisait ? Mais, il le faisait tout de même. Après tout, ça ne pouvait pas faire de mal. A part, peut être, empêcher la brune de faire plus d’esclandre sur la place publique ? Se serait, déjà, un point positif face à la situation qui s’engageait de plus en plus mal.

En tout cas, la brune semblait tenir à son sac de provisions comme à la prunelle de ses yeux ? Ses phalanges, blanchies, par l’effort de le tenir fermement contre elle en était, en tout cas,  la preuve ? C’était comme si elle se méfiait de Clay ? Et franchement, c’était dégradant. Clayton était, plutôt, réputé pour voler le cœur des demoiselles. Pas les sacs de mères de famille ! Quoiqu’il en soit, la brune changea, subitement, son « fusil d’épaule ».  Sans doute grâce à la présence des gamines à ses côtés ? En tout cas, elle sembla, tout doucement, s’adoucir et reprendre son calme. D’ailleurs, ce fut elle qui commença à reprendre la parole la première. Elle commença, tout d’abord, à s’excuser. Et puis, à expliquer le pourquoi du comment. Ce n’est qu’ensuite, qu’elle tutoya finalement Clayton.

A cette dernière réplique, le routier esquissa, tout d’abord, un nouveau sourire à la brune. Et puisqu’il n’était pas le genre de personne à être rancunière, il lui déclara ensuite : - « Ne vous en faites pas, ce n’est pas bien grave. C’est, déjà, oublié ! » Le barbu jeta, ensuite, un coup d’œil vers les fillettes qui semblaient être entrain de discuter entre elles ? Et puis, il s’assura que Bulle ne revienne pas, immédiatement, dans le secteur, pour affoler de nouveau Hokulani. Mais, celui-ci était, apparemment, entrain de fouiner dans les bosquets environnants.

Alors, le brun déclara finalement : - « Et je serais ravi de connaître vos garçons ! » A cet instant, le barbu constata que son interlocutrice était, tout doucement, entrain de rougir. Alors, il feignit de la voir tout en griffonnant sur un morceau de papier son adresse. Et puis, il lui annonça  : - « Vous êtes les bienvenus, quand vous voulez ! Notre porte vous restera grande ouverte, alors, n’hésitez, surtout, pas à venir nous rendre visite ! » Sur ces dernières paroles, Clay appela, aussitôt, Kassidy. Et puis, il se décida à aller chercher Bulle qui était entrain de flâner dans les parterres de fleurs. Ce n’est qu’après, qu’il salua, Hokulani et sa fille, tout en leur souhaitant une bonne journée.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Tenez votre bête sauvage !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Tenez votre bête sauvage ! -
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Quel est votre caractéristique préférée ?
» Le patronus de votre personnage
» Votre Opening One Piece préféré !
» Legolas:Mon arc est votre
» prédateur sanglant "justice sauvage"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: