The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- No more suspicions -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 948
Age IRL : 32
MessageSujet: No more suspicions   Ven 29 Déc 2017 - 20:59


No more suspicions
Ft Casey
Stanley lui avait quémandé, il l'avait peut-être répété à Swann par la suite, pour le peu qu'ils s'étaient revus depuis que Noël était passé, mais leur isolement semblait tarauder le peu d'amis qu'ils possédaient. Ça ne l'atteignait pas vraiment, cependant la jeune femme appréciait suffisamment l'autre couple pour estimer qu'ils n'avaient pas tort, tout comme l'aveu de Maverick l'invitait à songer que l'éloignement, l'enfermement, ne ferait que s'interroger les autres. Ça menait à des questions et les questions quémandaient des réponses, mentir encore et encore, non... Autant jouer le jeu et se montrer sociable envers ceux qu'elle estimait. Ce n'était que l'histoire de quelques heures, quelques minutes par ci par là, de quoi soulever les soupçons sur leur comportement étrange, et faire se taire les langues malsaines qui n'avaient de cesse de leur trouver toutes les tares du monde. Le militaire n'avait pas tort, au plus elle montrait dans les tours dès lors qu'on visait son petit ami, au plus ça baverait sur leur relation... Tout finirait bien par se tasser non ? Comme tout le reste, ce n'était qu'une nouvelle lubie aux regards extérieurs, pour tous ces abrutis, Joann jouerait un temps avec l'étudiant et s'en lasserait, cependant ils avaient tort et finiraient par se fatiguer eux mêmes. Le couple n'était donc qu'une distraction pour les autres, de quoi tuer le temps, de quoi s'éviter de penser que leurs existences n'étaient plus aussi palpitantes qu'elles l'étaient jadis, et Joann leur avait accordé trop d’intérêt. Certes elle défendrait toujours Swann, c'était viscéral, mais le jeune homme lui avait prouvé qu'il avait mûri, qu'il n'était plus ce gamin pâle et influençable...

Stanley avait pris le temps de venir la voir, de passer l'éponge sur sa petite esclandre non contrôlée, quant à Casey... et bien, elle l'avait évité un temps. Simplement car elle n'était guère coutumière du fait de devoir s'excuser. La Canadienne imaginait que laisser le temps au temps dénouait bien souvent les choses mais, indéniablement et même si Swann lui suffisait, la jeune fille pétillante lui manquait. Deux amis proches, elle n'avait que deux amis proches. Certes Lawrence et Elias étaient eux aussi dans ses petits papiers, mais ce n'était pas la même chose, ce n'était pas semblable et ça n'avait pas la même saveur lorsqu'elle passait du temps auprès d'eux. Casey avait toujours été comme une petite sœur, s'éloigner d'elle ne lui était jamais venue à l'esprit, mais après avoir vécu ce qu'ils avaient vécu, après avoir subi, Joann avait l'impression que le simple fait de la croiser, le simple fait de lui parler, l'inviterait à lui mentir.

Cain avait menti à Stan, à d'autres gens aussi mais ça ne lui avait pas retourné le cœur, et malgré tout, si Summer en venait à la questionner sur ce soir là, sur les raisons l'ayant poussé à monter sur ses grands chevaux, la jeune femme n'aurait d'autre choix que de lui raconter des bobards. Voilà ce qu'il en coûtait d'aimer, ce n'était ni simple ni même rose à perpétuité et alors qu'elle avançait dans les rues enneigées, le berger-allemand à quelques pas d'elle, Joann en regrettait presque les premiers instants où Swann et elle étaient sereins.

- Judas ? Elle héla l'animal pour l'inviter à la suivre.

Ce clebs était curieux de tout, la moindre odeur, la moindre nouveauté, l'invitait à faire des haltes qui poussaient sa maîtresse à se geler les miches. Hors de question, elle avait juré à l'étudiant qu'ils sauraient s'en occuper et le domestiquer plus qu'il ne l'était déjà. Quand il redressa le nez, elle lui offrit un bref sourire. C'était bête, ce n'était qu'un chien.... Elle entendait la voix de son petit ami répéter ça, il avait peut-être raison mais lorsqu'elle capturait la lueur vive dans les billes fauves du canidé, Cain avait l'impression qu'il saisissait parfaitement les expressions, peut-être mieux que les mots d'ailleurs.

Pour autant, quand elle s'approcha, histoire de virer la neige qu'il avait sur la truffe, le chien redressa rapidement le museau vers le bout de l'avenue. Comme une flèche, il détalla dans la poudreuse et s'empressa vers la silhouette emmitouflée qu'elle ne reconnut que lorsqu'elle le suivit en espérant qu'il ne se jetterait pas sur elle. A bout de souffle, ayant été forcée de courir en hélant ce fichu clébard, Joann sentit son cœur louper un battement en capturant les billes claires de sa comparse.

- Casey !! La surprise et le malaise étaient palpables, si bien qu'elle se racla la gorge en agrippant le berger-allemand au collier pour l'empêcher de sauter sur la gamine qu'il semblait apprécier. Excuse, il est pas encore habitué à nous.... Aurait-elle dû dire à moi plutôt ? Après tout même s'il appartenait autant à Swann qu'à elle, l'étudiant n'était guère présent à l'instant T. Tu... Tu vas bien ?





Showing no mercy...
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. Young blood, heaven hate a sinner, but we gonna raise hell anyway.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1877
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: No more suspicions   Sam 30 Déc 2017 - 10:41
Elle enfonça un peu plus son bonnet sur ses oreilles, avant que ses doigts n’enserrent à nouveau la pelle pour déneiger l’allée. Accompagnée d’Eddie dans sa besogne, les deux réussirent à en venir à bout à force d’user les bras et les épaules. Tout ça pour quoi ? Ils eurent tôt fait de se plaindre quand la neige retomba dans la matinée, et qu’ils s’étaient retrouvés à faire tout ça pour rien. Tant pis ! Ils rangèrent affaires et outils dans le garage de la maison avant de regagner l’intérieur et de faire autre chose. Graham et Stanley en poste pour la journée – Casey ne pouvait que plaindre son compagnon qui allait se geler un moment – Maddie occupée à dieu savait quoi et ou, elle décida d’aller voir le médecin.

Là-bas, le rendez-vous fut rapide. Ils surveillaient sa cicatrisation et la remise en place de ses côtes avec intérêt, et la majorité se ressoudait parfaitement bien. Bien sûr, les douleurs seraient vives encore un moment, et elle n’était pas autorisée à des gestes trop brusques pour l’instant – elle avait remarqué qu’elle avait vraiment du mal à lever le bras, tenir une arme et viser était par exemple insoutenable au bout de dix très longues secondes – mais l’homme lui jura que ça lui reviendrait. Elle ne profita pas de l’instant en tête à tête pour faire mention de ses angoisses du moment, s’éclipsant quand il fut temps.

Dehors, la température était toujours froide, la neige toujours présente, et elle n’eut qu’à entendre son nom pour se retourner au milieu de la rue. Une forme fonçait droit sur elle, rattrapée de justesse par une silhouette qu’elle ne calcula même pas sur le coup : ses yeux étaient rivés sur le chien s’agitant pour essayer de la retrouver, et elle s’exclama comme une enfant :

« Wooooooh il est trop cool ! » Se baissant, posant les mains sur ses genoux, elle ne put s’empêcher d’enchaîner : « Il s’appelle comment ?! » Elle en avait des questions à poser ! « Allez viens là mon gros ! » Tapotant sur ses genoux, la blonde accueillit le berger allemand en le laissant rouler dans la neige. Se mettant à genoux, elle lui gratta les flancs, la nuque, les oreilles, en jouant avec lui comme si c’était son nouveau meilleur ami. En fait, c’était décidé : elle voulait un chien !

Elle n’était pas sûre que Stanley serait partant (surtout qu’il devrait s’en occuper avec elle et qu’elle ne pourrait jamais lui résister), mais pour Maddie, elle avait une certitude : sa petite sœur serait fermement contre. Son expérience avec Bulle lui avait, apparemment, largement suffit.

Ses yeux se relevèrent vers la propriétaire, et son sourire s’effaça brutalement pour laisser place à un étonnement marqué. Elle avait un chien, maintenant ? C’était dire ce qu’elle l’évitait bien ! Casey ne put s’empêcher de ressentir un pincement au cœur.

« Joann. » La salua-t-elle un peu froidement. « Ca va, ouais. Et toi ? » Rendit-elle la politesse dans la foulée. Loin d’être aussi aimable et enjouée qu’avant cependant. Il fallait dire qu’elle pouvait se montrer têtue. Dissipée, mais têtue ! Et pour le coup, parce que ça comptait, un peu rancunière : « T’as fini d’jouer les fantômes ou c’est qu’un hasard si j’te croise ? » Demanda-t-elle franchement et sincèrement.

Du Casey tout craché.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 948
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: No more suspicions   Sam 30 Déc 2017 - 11:27


No more suspicions
Ft Casey
Une chose était sûre, il lui suffisait de regarder le chien, de saisir son comportement, pour comprendre que l'animal était bien plus sociable qu'elle... qu'eux. Pourtant quand Casey croisa son regard, toute esquisse de sourire disparut pour ne laisser place qu'à une certaine froideur. Cain n'y était guère habituée, certes elle l'avait déjà vu taraudée, mélancolique, apeurée même, mais pas froide au point que ses traits se figent sous l'assaut d'une rancune qu'elle ne pouvait que comprendre malgré tout. C'était elle la fautive, elle aurait dû se taire, aurait dû rester égale à elle même et ne pas s'enfermer dans sa relation avec l'étudiant. Mais depuis le cas Mark, Joann n'avait de confiance qu'en lui, qu'en ses gestes et mots. Les comportements de Swann ne l'effrayaient pas, pas comme les possibles accolades ou bises que d'autres, ignorants tout des véritables faits, auraient été capables de l'en recouvrir. Rien que cette idée lui arracha un désagréable frisson. N'importe qui de sensé aurait consulté au sujet de cette phobie d'être touchée, empoignée, couverte de douceurs amicales. N'importe qui de sensé et de moins fier oui, mais pas elle. Joann détestait les psy, elle n'avait aucune intention d'aller voir Rivero, encore moins avec ce qu'elle dissimulait, et que cette fichue « blouse blanche » serait tentée de lui arracher des lèvres simplement pour trouver la cause de ce malaise. Ce n'était rien, Swann lui avait même trouvé le nom de ce qui l'empêchait d'être la même auprès de ceux de qui elle était proche : Haptophobie.

C'était sans doute très égoïste d'ailleurs, mais le simple fait que Casey n'ait guère de geste à son égard – comme elle en était coutumière d'ordinaire – la soulagea alors qu'elle ramenait le chien contre ses jambes avec bien du mal tant il était attiré par la gosse.

- Ça va aussi. Lâcha-t-elle en tentant de tempérer les battements vifs de son cœur.

Si le timbre neutre de son amie la blessait ? Pas vraiment, après tout la Canadienne avait l'habitude qu'on lui parle sèchement et jusqu'ici ça ne l'avait jamais heurté mais, ce n'était pas n'importe qui face à elle. L'impression que quelque chose s'était fracturé entre elles était palpable, la faisant se sentir coupable alors qu'elle n'avait cure des autres et de leurs problèmes. Stanley avait été plus cool pour le coup, il avait fait fie de sa petite esclandre et n'avait pas cherché à gratter pour en trouver la cause véritable mais ici, à contempler les yeux de glace de sa cadette, Joann était persuadée qu'il leur serait difficile de suturer l'ébréchure de leur lien pourtant solide. Sa question fut sans appel d'ailleurs. Elle aurait pu lui mentir, lui certifier qu'elle avait l'intention de venir la voir le jour même... « Prochainement » était cependant plus honnête, elle ne savait simplement pas quand ni comment se présenter sur le seuil des Summer pour engager la conversation.

- Hasard pour le coup, mais... J'pensais à toi justement. Elle était franche et ça n'avait rien de mensonger.  

Devait-elle directement lui sortir des excuses, histoire de passer à autre chose ? Les relations humaines, de ce type et rendues plus difficiles par l'éloignement, Joann n'en avait guère l'habitude, du fait rien ne lui venait précisément pour radoucir les traits plus durs d'une gamine qu'elle appréciait vraiment. Rien sinon... Ses yeux dévièrent de ceux de son interlocutrice au chien dont la langue pendue semblait faire s'élever des nuages de vapeur dans l'air gelé.

- C'est Judas, Le nom était particulier et même s'ils auraient pu le baptiser eux mêmes – sachant combien ils appréciaient la religion – ils n'en étaient pas à l'origine. on l'a trouvé la dernière fois qu'on est sorti, son maître s'est, Pour donner le change, histoire de ne pas paraître aussi détachée qu'elle l'était lorsqu'elle avait capturé ladite scène, Joann grimaça légèrement. suicidé.

Ça ne lui faisait ni chaud ni froid, elle se fichait bien de ce gars et des motivations l'ayant poussé à se tirer une balle en pleine gueule, cependant elle avait bien plus de compassion pour le canidé qui observait Casey avec intérêt.

- J'ai dû convaincre Swann, enfin bref.... Il est visiblement content d'te voir mais j'préfère éviter qu'il te saute dessus avec tes... Elle pointa brièvement l'endroit où sa comparse avait été blessée lors du séisme. côtes.

Joann ne lui posait pas directement la question concernant son état mais espérait que la petite embraye là dessus, peut-être serait elle plus apte à discuter librement sans imaginer que le mauvais sujet reviendrait sur la table.





Showing no mercy...
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. Young blood, heaven hate a sinner, but we gonna raise hell anyway.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1877
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: No more suspicions   Sam 30 Déc 2017 - 12:12
« Tu pensais à moi ? » S’étonna ouvertement la blonde, sans chercher à mettre de forme dans ce qu’elle disait. Difficile de savoir ce qui était le pire : le fait qu’elle affiche clairement que ça la laissait songeuse, ou qu’elle n’y croit pas sincèrement ? « T’as eu le temps de penser à moi avec tout le temps que tu passes avec Swann et rien qu’avec lui ? » Demanda-t-elle dans la foulée : « J’ai du mal à y croire. »

Parce que non, elle n’était pas Stanley. Et elle n’allait pas être aussi conciliante que lui pour le coup. Le garçon lui avait parlé de sa conversation avec Joann, en lui demandant d’être gentille avec elle, parce qu’elle traversait un moment compliqué et tout ça. Mais Casey, elle n’en avait rien à faire : les occasions de venir lui en parler, elle en avait eu des centaines. Comme elle, l’avait fait, à chaque fois qu’elle en avait eu gros sur le cœur. Comme elle aurait voulu pouvoir le faire lorsque ses terreurs nocturnes avaient commencé, et que Stanley était tout seul à pouvoir les gérer.

Tout le monde traversait des moments compliqués. Et ce qui aurait du les distinguer des autres, c’était ce lien de confiance qu’elles avaient pourtant l’une envers l’autre. Joann pouvait lui parler deux heures de son chien si ça la chantait, Casey ne l’entendait franchement pas de cette oreille. Et Judas pouvait être incroyablement adorable au point de lui demander d’avoir son exemplaire, elle ne comptait pas être tendre avec sa maitresse, qu’importait qu’elle l’ait eu dur dernièrement ou pas.

« Ah ouais. » Commenta-t-elle d’un air détaché, comme si elle s’en moquait un peu au fond.

C’était un fait : elle se foutait carrément du sort de son ancien propriétaire. C’était celui de l’actuelle qui lui posait gros sur le cœur actuellement, et contre qui elle avait quelques griefs à exprimer. Joann n’avait pas la moindre idée d’à quel point elle pouvait se montrer rancunière… Ou en fait, si, elle savait ! Elle avait été aux premières loges avec Stanley, et la ténacité quand elle comptait lui faire payer au centuple les torts qu’elle lui donnait.

« Mes côtes vont mieux si tu te posais la question. » C’était le médecin lui-même qui l’avait dit, d’ailleurs ! Elle en revenait tout juste, c’était du 100% vrai de vrai ! « Mais bon, ça fait quand même un mois qu’elles vont mieux et que tu t’en es pas vraiment inquiétée alors… » Lâcha-t-elle en croisant les bras sur sa poitrine, fronçant les sourcils.

Ah ça, non. Casey ne la ménagerait pas. Et comme Joann restait de glace avec elle, comme si ça n’avait aucune importance les remarques qu’elle pouvait lui faire, ça ne l’encourageait pas du tout à y aller plus doucement. Si ça ne lui plaisait pas, elle pourrait toujours aller se plaindre à Swann : Elle l’attendait de pied ferme lui aussi !

« On ne s’est pas adressées la parole depuis la soirée, tu me fuis comme la peste, et quand on a l’occasion de se parler, tu veux juste me causer de ton nouveau chien ? » Fit-elle, contrariée. « J’te croyais franche, Joann. » Ajouta-t-elle. « A pas avoir peur de prendre le taureau par les cornes, à mettre les mains dans la merde s’il le faut. » Elle l’avait vu faire, souvent admirative. « Et là, tu joues les mijaurées devant moi alors que je devrais être la dernière avec qui tu devrais le faire. J’sais pas comment le prendre. »

A croire que son amie cherchait à couper les liens, en fait. C’était ce que Casey craignait, sans voir que sa franchise à elle pouvait les mener droit dans un mur.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 948
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: No more suspicions   Sam 30 Déc 2017 - 22:56


No more suspicions
Ft Casey
Elle lui en voulait, Joann le sentait dans les vibrations de son timbre, le voyait même peint sur ses traits habituellement tout sourire. Jamais elle n'avait eu à se défendre face à elle, jamais elle n'avait eu à se sentir si... piétinée face à elle. Ses nerfs jouaient d'ores et déjà au yoyo, ce n'était pas bon et elle le savait parfaitement. Un simple « excuse-moi » aurait été le bienvenu, mais l'unique prénom de son petit-ami, sorti des lèvres de son interlocutrice comme un reproche, l'invita à serrer le poing qu'elle replaça dans la poche de sa veste. Mieux valait qu'elle prenne sur elle, c'était mieux pour Casey, mieux pour elle même si elle ne désirait pas la perdre. Cependant, Summer n'en resterait pas là et n'était pas niaise au point de s'épancher sur le sujet du clebs que Cain – dans une vaine tentative – avait trouvé judicieux de placer au devant de la scène afin de s'éviter ce qui se passait justement à l'instant T.

Un mois avait passé depuis l'histoire Mark, plus d'un mois d'ailleurs et depuis la sauterie, à laquelle elle aurait préféré ne guère participer, la Canadienne s'était cruellement éloignée de ceux qui, autrefois, constituaient son petit confort sociable. Si elle ne lui avait pas parlé, si elle l'avait esquivé, c'était uniquement car elle était incapable de lui servir ce que toute femme sensée aurait été capable de lui offrir. Des putains d'excuses. Pourquoi alors qu'elle ne se sentait pas coupable une seconde, que c'étaient eux, tous ces abrutis jaloux et trop peu intelligents pour comprendre, qui l'avaient pousser à se rebiffer de la sorte ? Casey aurait dû le comprendre si elle la connaissait si bien que ça, mais elle même aurait dû la comprendre si, réciproquement, elle la connaissait aussi bien qu'elle prétendait le savoir. La conversation était déjà stérile, l'escort-girl se sentait piquée à vif, touchée dans sa fierté. Même si la gamine avait raison, même si elle l'appréciait, l'entendre la rabrouer ainsi ne lui donnait guère envie de faire d'effort et, pourtant, c'était ça où rien... Ça ou perdre, ça ou la rayer de son existence comme ceux qui avaient osé – aussi bêtes étaient-ils – s'attaquer à elle.

- J'suis franche avec toi ! Elle haussa le ton en la toisant d'un air étrange.

Oui elle l'était, elle venait de lui dire que leur rencontre n'était que le fruit du hasard, que malgré tout elle songeait à elle et à une manière de dénouer les choses, c'était vrai. Devait-elle mentir, était-ce ça qu'on attendait toujours d'elle, boire ses vulgaires mensonges comme s'ils étaient plus à même d'apaiser les tensions qu'une putain de vérité trop dure à entendre ?

- C'est justement pour ça, pour c'comportement là que j't'ai évité, parce que j'ai vu ton regard lorsque j'ai.... Elle roula des yeux en un rictus cynique. et excuse moi d'être humaine, pété un plomb.

Oui elle avait hurlé, pesté, mais ça ne concernait pas Casey, ni Stanley. Ils étaient hors de cause parce qu'elle les estimait suffisamment pour savoir qu'ils ne la feraient jamais chier concernant Swann. Et ce qu'elle s'apprêtait à faire, jamais Cain ne pensait avoir à le faire sur la jeune fille lui faisant face. C'était laid, terriblement vile, néanmoins elle n'avait pas le choix si elle désirait reprendre le dessus.

- Moi aussi j'allais mal ce soir là, moi aussi j'avais besoin qu'on m'prenne au sérieux ne serait-ce que dix secondes. Son regard était plus sombre, remplie d'amertume et elle resserrait sans le vouloir les fibres du collier de Judas dont les yeux jouaient au ping-pong entre elles deux. Mais tu t'en foutais, tu étais dans l'euphorie de l'instant, t'avais envie de profiter, est-ce que j't'en ai voulu pour autant alors que j'aurai au moins apprécié avoir un p'tit peu, juste un putain de soutien d'ta part ?

Ses doigts libres serraient déjà la doublure dans sa poche. Joann ne lui en voulait pas une seconde, ce n'était qu'un mensonge. Elle ne lui avait jamais menti, pour autant s'excuser alors qu'elle entendait pareilles conneries, que Casey ne savait rien de ce qu'elle avait vécu, de ce qu'ils avaient fait, la foutait en rogne.

- J't'en voulais pas, mais toi si... on fait comment maintenant ?

Conversation stérile, ça ne mènerait à rien, du moins pas si Casey ne prenait guère une part de culpabilité sur les épaules. Pas si la blondinette refusait de voir à travers elle, à sa manière, pour comprendre qu'elle n'était pas l'unique fautive contrairement à tous ces abrutis présents le soir en question.





Showing no mercy...
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. Young blood, heaven hate a sinner, but we gonna raise hell anyway.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1877
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: No more suspicions   Dim 31 Déc 2017 - 0:34
« Du soutien ?! » S’exclama soudainement Casey dans un mouvement de recul.

L’espace d’une seconde, elle n’esquissa rien. Puis, elle éclata d’un petit rire mauvais. C’était le genre de remarques qu’elle n’appréciait pas vraiment. Qu’elle essaie de retourner l’histoire à son avantage en la faisant passer pour la méchante ! C’était injuste, et la blonde l’avait, pour le coup, vraiment mauvaise qu’elle s’avise d’essayer cette technique de manipulation sur elle. Elle devait probablement la prendre pour la dernière des idiotes, elle ne voyait pas comment c’était envisageable autrement :

« Tu veux dire, du soutien comme quand tu es venue m’en réclamer à ton retour d’expédition qui s’est mal terminée ? AH NON, pardon, ça, tu ne l’as jamais fait ! » Reprocha-t-elle ouvertement. Son index ganté tapota son menton un instant, alors qu’elle faisait mine de chercher : « Ou alors, du soutien, comme quand toi tu m’en as donné depuis que t’es avec Swann et que t’es même pas fichue de savoir ce qu’il se passe dans ma vie… ? Ah bah non plus ! » Elle haussa les épaules, comme si elle abandonnait la partie : « Non, décidément, je vois vraiment pas de quoi tu parles, parce que la Joann que je connaissais, celle qui pouvait me parler de soutien et d’amitié, celle qui en aurait eu rien à taper des débiles de la soirée, elle est portée disparu pour l’instant ! »

C’était grotesque, effectivement. Mais il fallait au moins ça pour faire réaliser à Joann que, pour l’instant, elle n’avait clairement pas ses faveurs, et qu’effectivement, elle lui en voulait. Que c’était d’autant plus décevant qu’elle essaie de noyer le poisson, en tentant de lui faire croire qu’elle était responsable de la situation. Casey la fixa, avec le même air ironique que jusqu’ici :

« Tu veux quoi ? Que je m’excuse ? » Demanda-t-elle avant de rire sèchement : « Très bien Joann ! Je m’excuse de t’avoir laisser te prendre trop au sérieux devant trois bouffons incapables de ne pas bitcher ! » ça aussi, c’était grotesque. « Je m’excuse d’avoir pensé que t’étais assez grande pour te défendre, que Swann avait pas besoin qu’on lui tienne la main pour savoir qu’il fallait laisser pisser, ou encore parce que j’ai pensé que c’était le genre de conneries qui n’avait aucune espèce d’importance ! »

Elle haussa les épaules, sans cacher l’insolence de sa manœuvre. Elles ne partaient pas pour une discussion posée, et Stanley allait probablement aussi serrer un petit peu les dents au passage. Casey était tout bonnement incapable de la ménager comme il le désirait. Pourquoi ? Parce qu’au fond, ça n’était pas sa relation avec Swann le problème. Elle lui cachait des choses. Elle n’était même pas venue lui annoncer elle-même son idylle avec le garçon, c’était son compagnon qui l’avait fait. Son retour d’expédition restait une énigme complète, et Casey pressentait qu’il s’y était passé davantage que ce qu’elle voulait bien dire.

Et là, pour le coup, avec tous ces non-dits, la blonde l’avait clairement mauvaise. Parce que sa vision de l’amitié, ça n’était pas à géométrie variable. Il y avait visiblement l’une des deux qui faisait plus confiance à l’autre pour se confier ouvertement… Et ça n’était pas Joann.

« Ce que ces types pensent de toi, de Swann, ou du reste, on s’en balance complètement parce qu’ils sont débiles ! ça, c’était le point évident que t’as visiblement oublié parce que… J’sais pas… Apparemment, l’honneur de ton petit ami est plus important que touuuut le reste ? C’est très clair désormais ! » Termina-t-elle sèchement.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 948
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: No more suspicions   Dim 31 Déc 2017 - 13:01


No more suspicions
Ft Casey
Ça ne marchait pas avec elle, Casey n'était pas bête comme la plupart des abrutis de l'île, il lui en faudrait plus pour la croire sur parole, mais lui mentir était comme le faire envers Stanley, ça lui trouait le bide. Elle n'avait qu'eux ici, qu'eux deux sur qui compter si on retirait Swann du lot. Malheureusement ce qu'elle ne pouvait leur confier le concernait lui, sa place ici, son bien être au sein de la communauté qui, si d'autres avaient vent de ses actions, ne serait plus qu'un vague souvenir dès lors qu'on le lui aurait fait payé le fait de l'avoir protégé. Une fois encore la scène reprenait vie dans son crâne, lui arrachant frissons et angoisse, pas car c'était sanglant et très malsain non, simplement car les conséquences seraient terribles si pareilles choses éclaboussaient d'autres personnes. Summer ne comprendrait pas, personne ne comprendrait. Il n'y avait qu'à voir la manière dont avait réagi Joy et – encore – elle était sa sœur... Sans ce lien particulier sans doute que cette sale gamine aurait vendu la mèche et qu'ils seraient déjà morts ou à des kilomètres de Fort Ward.

Plus un mot ne filait ses lèvres closes, Joann sentait se nerfs friser, sa raison la perdre dans un torrent de craintes et de douleur qu'elle ne soupçonnait guère pouvoir la posséder. Son amie lui en voulait, son amie s'excusait pour des choses dont elle n'était guère responsable, dont elles n'étaient guère responsables. La cause de tout cela n'était autre que Mark, encore et toujours ce connard. Même bouffé par la vermine, incapable de nuire à nouveau physiquement, son ombre semblait toujours là pour l'asticoter et faire de son existence un enfer. Devait-elle lui cracher le morceau à son sujet, lui avouer que ce taré n'était autre qu'un mari violent ? son mari violent qu'elle n'avait pas revu jusqu'aux semaines précédentes ? Qu'ils avaient dû lui régler son compte, qu'ils avaient élaboré un plan qui, fatalement, s'était retourné contre eux ?

Un instant Cain déglutit. Bordel de merde si cet enfoiré n'avait pas été si rusé, Takeo et lui en seraient venus aux mains et le Nippon l'aurait emporté. Ils se seraient tus, n'auraient rien dit pour le préserver de l'assassinat commis, et Joe ne se serait guère éloignée des autres uniquement par crainte qu'on l'étreigne, qu'on la soupçonne, qu'on sache un jour que Swann avait été trop loin.

Les dernières paroles de la jeune fille l'atteignirent en pleine poitrine. Encore une balle, une autre, mais cette dernière éclata et les éclats s'insinuèrent dans son cœur qui battait la chamade. Elle n'avait pas le choix, elle ne pouvait rien lui dire. Casey ne comprendrait pas pourquoi elle désirait tant préserver Swann. Il suffisait qu'un se retrouve face à celui qu'elle avait vu ce jour là – dans cette bibliothèque -, qu'à trop le pousser il subisse le même sort... Qu'en serait-il alors ? Qu'adviendrait-il de lui ? Pas qu'elle avait envie de préserver tous ces connards qui ignoraient tout du jeune homme non. Non, c'était lui qu'elle voulait épargner du reste du monde et de ce qu'il était capable de leur faire alors qu'ils l'ignoraient à l'imaginer trop fragile, trop faible... Trop innocent.

- Parlons de confiance alors.

Son timbre était plus neutre subitement, plus posé, simplement car Casey devrait l'écouter, ne rien quémander, parce qu'elle n'avait pas le choix et que lui mentir encore serait enfoncer un peu plus une lame dans la plaie qu'elle leur avait infligé à toutes les deux.

- Tu as raison, ce sont tous des crétins, j'aurai du laisser pisser, ne pas relever mais... Tu comprendras pas et je te demande pas de le faire pour autant, Swann est important pour moi, il l'était déjà avant et ça sera le cas peu importe c'qui pourra s'passer Casey. Ses yeux brillaient, pas car la mélancolie la saisissait – ça non – mais uniquement car ôter son masque, sans pouvoir malgré tout tout lui dire, lui faisait un mal de chien. Toi, Stanley, vous êtes précieux pour moi, mais y a des choses qui ne s'expliquent pas et que je ne pourrai pas t'expliquer.... Je.... Je n'ai jamais vraiment été pro sentimentale ou toutes ces conneries qui m'passaient au dessus y a encore deux mois d'ça, mais toi, Stan, vous m'avaient montré que même un cœur de pierre peut ressentir des choses. J'enviais pas votre relation enfin, Un rictus plus doux, loin de l'ironie et du reste, fila ses lèvres. mais s'sentir apprécié, aimé, alors qu'on n'y étais pas préparé ça...... Putain c'est complètement con !! Conclut-elle.

L'honnêteté n'était pas sa plus grande alliée pour le coup, comment faire entendre à Summer qu'elle n'avait d'yeux que pour l'étudiant pour ce qu'il avait fait, pour ce qu'il était capable de faire à quiconque s'en prendrait à elle ? Elle l'aimait à s'en saigner les veines, ça n'avait rien à voir avec une amourette idyllique. Ils ne ressemblaient à aucun couple, pas même à celui qu'elle appréciait et dont un des membres se tenait droit face à elle, le regard emplie d'une rancune qui – elle déglutit à cette pensée d'ailleurs – finirait par avoir raison de leur lien. Cette idée la terrifia une minute, l'espace d'un instant le vent glacé ne souffla plus uniquement contre sa peau, mais contre l'organe qui pulsait dans sa poitrine. Elle n'était pas prête à la laissé filer, pas prête à s'éloigner d'elle alors que c'était sans doute le meilleur présent qu'elle pouvait lui faire. Égoïstement, la Canadienne avait besoin de cette fille, de ses rires et sourires, égoïstement elle désirait la garder près d'elle même s'ils n'étaient guère bons pour elle ou pour le militaire que Swann appréciait tout autant.

- Casey j'suis...... C'était ça ou mentir. désolée. Summer pourrait se targuer d'avoir une importance particulière aux yeux de son aînée, sans cela jamais Cain n'aurait laissé pareil mot – sincère et dur – filer ses pétales. On s'est.... j'ai jamais aimé quelqu'un comme ça, évidement j'avais envie que ça dur, que rien n'interfère, j'ai été égoïste et j'm'en excuse... Pour le reste, le fait que j'ai perdu un gars pour ma première expédition ça a juste été la goutte d'eau car Swann a failli mourir c'jour là c'est tout.

Une demie vérité ne valait-elle pas mieux qu'un gros mensonge ? Ce jour là, avec Mark, Cain croyait véritablement avoir perdu l'étudiant, tout comme ce dernier pensait véritablement l'avoir abandonné sans le vouloir.

- J'suis désolée d'avoir foutu en l'air ta soirée, de t'avoir évincé, de pas t'avoir dit pour lui et moi, d'avoir été.... comme j'suis avec ceux dont j'me fous royalement alors que t'es mon amie. Reprit-elle.

C'était sorti, elle aurait dû s'excuser bien avant, quand le fer était encore chaud, mais elle redoutait que la jeune fille gratte encore, qu'elle gratte pour découvrir la vérité qu'elle n'était prête à lui livrer. Elle n'était pas seule, Swann était concerné et elle n'avouerait rien, quitte à devoir perdre l'unique jeune fille qu'elle appréciait véritablement.





Showing no mercy...
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. Young blood, heaven hate a sinner, but we gonna raise hell anyway.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: No more suspicions   
Revenir en haut Aller en bas  
- No more suspicions -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: