The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Don't let it snow -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Don't let it snow   Mer 27 Déc 2017 - 9:35
La neige était une plaie. Depuis une semaine, elle tombait presque continuellement, couvrant l’île d’un manteau blanc qui faisait disparaître les traces de sang incrustées dans l’asphalte. Néanmoins, passée la beauté des premières heures, il ne restait plus que le fait que c’était tout sauf agréable. La poudreuse dissimulait des plaques de verglas, les véhicules peinaient à se déplacer et les gens, c’était presque pire. Ils avaient bien récupéré des gros sacs de sel mais n’ayant pas de machine adaptée en état de marche, les habitants de Bainbridge en étaient réduits à le faire à la main. Ce matin-là, alors que le soleil peinait à se lever, Swann se retrouvait de corvée avec un poussoir à neige tandis que dans son sillage, son binôme devait semer des poignées de sel. Binôme qui n’était autre que Ela.

Ils avaient toute une moitié de la Douglas Drive à déblayer, alors ils n’étaient pas au bout de leur peine. En dépit de ses gants épais et de ses bottes rembourrées, le cadet Blackmore commençait déjà à avoir froid aux extrémités. Le seul bon côté de cette situation, c’était que ça faisait un moment qu’il avait aimé pouvoir discuter avec l’ancienne épouse d’ambassadeur. Ce n’était certes pas l’endroit le plus adapté mais au moins, activer sa langue lui ferait oublier qu’il avait les doigts gelés.

- Tu t’es remise depuis… l’hôpital ?

Ça remontait déjà à plusieurs semaines mais qui n’aurait pas été marqué à se retrouver enfermé dans un cagibi, dans le noir, avec plusieurs rôdeurs ? Son aînée devait avoir vu sa vie défiler devant elle et si le jeune homme était bien incapable de compatir, il reconnaissait qu’il n’enviait pas son expérience. Par ailleurs, il était quand même satisfait qu’elle ne soit pas morte : les gens de son rang était trop rare sur cette île. Son pire cauchemar serait de finir entouré de beaufs et de représentants de la classe populaire sans aucune éducation ni jugeote. Du coin de l’œil, il jaugea les traits d’Ela. Toujours aussi peu expressive mais pour le coup… il était pareil, impossible de lui en vouloir.

- Ces types ont eu ce qu’ils méritaient, affirma-t-il froidement, enfin… le geste de Jason n’était pas nécessaire, précisa-t-il avec une grimace de dégoût.

Venant d’un frère Rogers toutefois, ça ne l’étonnait pas mais l’étudiant n’en confierait pas autant. Déjà, il souhaitait avoir son opinion sur ces quelques mots ; déceler si elle était bien acquise à la cause du camp ou si elle ne faisait que suivre le mouvement avec incertitude. Swann était prêt à lui imaginer un grand destin, à condition qu’elle s’en montre digne.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Leader | Remnants
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 05/11/2017
Messages : 286
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Mer 27 Déc 2017 - 21:34
La neige tombait dehors. Encore. Et encore. Il ne neigeait pas à Tel-Aviv. L’hiver y était doux. Et bien que cela fasse cinq ans qu’elle avait quitté son pays pour te suivre, elle ne s’y faisait pas vraiment. Elle avait maudit ces hivers loin de chez elle, mais pour toi, elle serait partie vivre au Canada ou au Groenland s’il avait fallu. Si tu le lui avais demandé. Mais maintenant que tu n’étais plus là, les hivers étaient plus rudes, beaucoup moins magiques et attrayant. La neige n’était plus qu’un manteau de glace, froid, avec un arrière-goût de maladie. Elle n’aimait pas l’hiver, et tu n’étais plus là pour lui faire changer d’avis. Cela étant, il ne lui était pas venu à l’esprit de se plaindre quand on lui demanda d’accompagner le jeune Blackmore dans le déblayage des rues du Fort. Ela ne se plaignait jamais, mais elle n’exprimait pas grand-chose de toute manière. Puis elle voulait prouver qu’elle pouvait servir à quelque chose, alors n’importe quelle tâche devenait importante. Suivant le jeune homme alors qu’il déblayait manuellement la rue, elle déversait le sel en silence, perdue dans des souvenirs d’hivers plus doux. Elle était emmitouflée dans un long manteau qui valait probablement très cher. Un vestige de sa vie d’avant, il avait le mérite de tenir chaud et de ne pas être trop encombrant. Doublé de laine noire à l’intérieur, il lui cintrait la taille avec élégance, bien que ça n’ait plus vraiment d’importance aujourd’hui. Comme le garçon, elle portait des gants, avait protégé ses oreilles d’un bonnet noir et tout comme lui, elle ne se plaignait pas du froid qui s’insinuait pourtant jusque dans ses os.

Perdue entre ce qu’elle faisait et le souvenir de toi, elle faillit louper la question qu’il lui posa. Elle redressa la tête vers le garçon, toujours aussi inexpressive. Elle se remémora l’hôpital, ce qu’il s’était passé à l’intérieur alors qu’elle était enfermée dans cette pièce avec ces rôdeurs. Elle se souvint de l’angoisse de ne pas réussir à ouvrir la porte, des coups de feu tirés à l’extérieur et elle qui devait faire face, toute seule. Elle avait réussi, elle avait survécu. Non sans quelques séquelles qui l’avaient laissé tremblante face à Aaron qui l’avait reconduit chez elle. Heureusement, il avait été le seul témoin de son moment de faiblesse, et elle était rassurée qu’il n’en ait parlé à personne. Tout du moins, Blackmore n’était pas au courant. Toujours aussi digne et droite, elle continua son travail, en l’écoutant. Elle hocha la tête, pour lui répondre sur un ton tout aussi dénué d’émotions que lui. « J’ai appris ce que Jason Rogers avait fait à ces hommes… » Elle était enfermée quand c’était arrivé, aussi n’avait-elle pas trouvé la blague très amusante quand Jason lui avait dit qu’il n’avait plus rien à pisser pour l’aider à se nettoyer. « Ce n’était probablement pas nécessaire… Ils avaient eu leur compte. » Cela ne la dérangeait pas, que ces hommes soient morts ce jour-là. C’était eux, ou elle. « Ils étaient beaucoup trop instables pour mériter une chance. » Une chance de les rejoindre, de profiter de l’abri que représentait ce Fort. Elle avait annoncé cela sur un ton monocorde, dénuée de la moindre empathie, ni même d’un accent de mépris, en réalité. Elle connaissait la politique du Fort, ils offraient toujours une chance aux survivants qu’ils croisaient. Mais il n’y avait que deux options possibles ; soit vous étiez avec eux, ou contre eux. « Leurs esprits étaient déjà malades. » Il était trop tard pour eux, quelque part, ce qu’ils avaient fait à l’hôpital s’apparentait à de la miséricorde. Jason avait reçu une toute autre éducation, mais elle n’avait pas été là pour le réprimander, elle était disons… occupée ailleurs.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Jeu 28 Déc 2017 - 10:21
Un imperceptible sourire étira ses lèvres. Son aînée ne put le voir, puisqu’il lui tournait le dos, mais c’était bon signe. C’était ce genre de personne que l’étudiant appréciait : forte, convaincue, décidée. Ceux qui ne se laissaient pas abattre par les épreuves ni ne doutait du bien fondé de leurs actions. Swann n’en attendait pas moins de la trentenaire et il se doutait qu’elle ait « vraiment » compris en quoi leurs ambitions étaient nécessaires et qu’elle ne faisait pas que suivre le mouvement – comme la plupart des autres. Son poussoir à neige racla encore quelques mètres sur le bitume planqué sous la poudreuse avant qu’il ne fasse une halte. Il commençait déjà à avoir chaud et mine de rien, ça faisait travailler les bras ! L’étudiant se retourna alors vers Ela pour la capturer dans ses yeux impénétrables.

- Ton mari était… ambassadeur, c’est ça ? Tu le suivais dans ses voyages ?

Elle était là depuis le début et pourtant, il avait la sensation de ne rien savoir d’elle. Une véritable femme de glace et de l’ombre, bien qu’elle ait un temps eu accès aux hautes sphères du camp. Le cadet Blackmore avait mis un certain moment à la remarquer en réalité, tant elle était coupée du monde et… différente, c’était le mot. Joann ne l’aimait pas et cet apriori risquait d’influencer le sien ; pourtant, Swann sentait qu’il pourrait lui trouver bien plus de qualité que de défauts. Si elle choisissait bien son camp toutefois.

- Je me dis… tu as dû en voir beaucoup des pays, des régimes, des dirigeants… non ? Tu dois avoir une… opinion critique de comme ça se passe ici ?

Une opinion, sinon un jugement, voire des aspirations ? Pour gagner un peu de temps, l’étudiant feignit de réajuster ses gants. Il ne voulait pas reprendre tout de suite, il voulait pouvoir la regarder, tenter de déchiffrer une expression sur son visage impassible. Elle n’était pas bête, ce n’était pas l’image qu’elle renvoyait en tout cas, alors il accordait une sincère importance à ses paroles. Néanmoins, il supposa que peut-être, elle craindrait de parler honnêtement – bien que Swann n’ai aucun lien particulier avec les chefs – alors il assura avec l’esquisse d’un sourire en coin :

- Tu peux dire ce que tu penses, si jamais…, il haussa les épaules, ça restera entre nous.

Enfin, entre eux deux et Joann, car il ne lui cacherait jamais rien mais ça, Ela n’était pas censée ni tenue de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Leader | Remnants
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 05/11/2017
Messages : 286
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Jeu 28 Déc 2017 - 13:17
Les failles dans la défense du camp n’avaient pas entamé la confiance d’Ela. Elle avait été ébranlée ce jour-là, elle avait vu sa maison – TA maison – souillée par une vermine qui jamais n’aurait dû franchir le seuil. Le jeune Aaron l’avait débarrassé de ses restes, il l’avait aidé à remettre un peu d’ordre dans ce qui avait été saccagé. Il lui avait dit les mots qu’il faut pour apaiser la crise et l’angoisse qui lui avait enserré la gorge. Il avait été témoin d’une de ses plus grandes hontes, elle ne referait pas la même erreur. Elle ne pouvait pas empêcher les crises, provoquées par un trop grand contrôle d’elle et de ses émotions, mais elle pouvait empêcher que cela devienne un spectacle, que cela se sache. Ils avaient tous des cadavres dans leurs placards, elle n’était pas assez stupide pour penser le contraire des gens qui vivaient autour d’elle. Elle avait évolué dans la sphère politique, personne n’est vraiment tout blanc, ou tout noir. Ce n’était qu’une question de charisme et de savoir-faire. « Mon mari était l’ambassadeur d’Israël, oui. » Elle t’avait suivi, peu importe où tu voulais l’emmener. Rester à la maison en t’attendant n’était pas une option, cela l’aurait rendu folle. « Il y a moins de voyages qu’on ne le pense. Ce sont des missions diplomatiques sur une durée déterminée. » Mais elle avait vu plus qu’elle n’aurait jamais pu voir du monde si elle était restée vivre à Tel-Aviv. Que serait-elle devenue si elle ne t’avait jamais rencontré ? Si tu n’avais pas croisé sa route il y a neuf ans ? Parfois, elle se posait la question, quand le vide dans son cœur se faisait trop lourd. Mais elle ne voulait pas de la réponse.

Le jeune Blackmore la questionnait, mais la questionnait-il sur son passé ou sur leur présent ? Ses questions étaient bien tournées, elle eut l’impression de se retrouver quelques années plus tôt quand tu te retrouvais interrogé sournoisement sur des questions de politiques délicates. Mais la politique actuelle était réellement délicate ? Peut-être. Il y avait eu une brèche dans la sécurité du camp, et des questions avaient été soulevées. L’israélienne regarda Swann, qui semblait chercher quelque chose sur son visage. Elle resta néanmoins de marbre, soutenant son regard sans chercher à exprimer quoi que ce soit. Puis elle reprit sa tâche. « J’ai vu beaucoup de choses, j’ai appris du métier de mon mari. » Le sel faisait fondre le verglas naissant au sol. Elle avait appris à se méfier de ce genre de question. C’était bien la première fois que le jeune homme s’adressait à elle pour autre chose que le minimum vital. « Je n’ai pas la réponse à ta question, Blackmore. Je ne fais plus partie de cette sphère depuis longtemps. » Il y aurait-il une pointe d’amertume dans son timbre ? Très vite, vous aviez été mis à l’écart. Peu après la fausse-couche qu’elle avait fait quatre mois après votre arrivée au Fort, vous vous étiez éloignés de cette sphère politique qui ne les concernait plus. Le gouvernement resté en place était américain, les communications entre les différents pays n’étaient plus depuis longtemps, l’ambassadeur d’Israël et son épouse ne servaient donc plus à rien. « Mais si tu veux que je te raconte quelque anecdote de la cours de la Reine d’Angleterre, je dois bien avoir quelque chose à raconter. » Elle n’était pas friande de potins, et le ton qu’elle employa pour lui annoncer cela sonnait froid, peu intéressée. La façon dont se faisaient les choses ici ne différait pas beaucoup des autres pays qu’elle avait visités, il y avait du bon et du mauvais. Des secrets de polichinelles quelque part, dans les tiroirs, des mensonges pour rassurer les gens, des demi-vérités pour les apaiser. Tout ce qu’elle pouvait dire, c’était qu’ils faisaient au mieux, au vu de la situation actuelle.  
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Jeu 28 Déc 2017 - 15:00
Il fut honnêtement surpris sa façon de répondre, notamment en l’appelant par son nom de famille. Elle marqua par là une distance nette qui ne déplut pas au jeune homme. Son intention n’était de toute façon pas qu’ils terminent la journée en mangeant du pop-corn devant un film, alors le ton froid de l’épouse d’ambassadeur lui convenait. Swann n’avait toutefois pas manqué de percevoir la pointe d’amertume lorsqu’elle avait évoqué ne plus faire partie des hautes sphères du camp et c’était bien quelque qu’il aimerait exploiter. Peut-être pas tout de suite toutefois, il devait procéder par étape.

- Non merci, Amrani, répondit-il de façon égale, en appuyant sur son nom, les potins ne m’intéressent pas.

Actuels comme anciens. Reine d’Angleterre comme pouilleux. L’étudiant fit donc volte-face pour reprendre son travail, mais il n’en avait pas fini avec son aînée. Soufflant un long nuage de buée qui tourbillonna avant de s’évanouir dans l’air, il recommença à pousser son engin. La neige craqua puis se fendit, leur permettant de reprendre ce labeur qu’ils allaient sans doute devoir régulièrement réitérer si la neige continuait de tomber autant cet hiver. Une fois le rythme retrouvé, Swann reprit la parole, assez fort pour qu’elle l’entende en marchant derrière :

- Et je te demandais simplement ton avis sur la gestion de Chambers, d’un point de vue… « citoyenne » dirons-nous. Pas de me livrer des secrets d’état, sa voix s’adoucit pour s’embarquer sur une pseudo confidence, certains commencent à se poser ses questions, alors… je me demandais ce que tu en pensais.

Le but était de la mettre en confiance mais son timbre ne laissait pas comprendre s’il approuvait ou condamnait ceux qui remettaient en question les décisions du sénateur. C’était volontaire. Autant pour susciter une réaction de la part de son interlocutrice que pour ne pas se mouiller si elle renouait avec ses anciens contacts pour cafter. Au pire, elle irait rapporter aux têtes pensantes que le peuple râlait un petit peu, et ensuite ? Elle n’avait rien pour l’instant. L’étudiant choisit donc de s’éloigner du sujet, persuadé qu’ils y reviendront plus tard, pour embrayer vers complètement autre chose.

- Tu as été obligée de suivre ton mari pendant ses missions alors ? Ou tu l’as… choisi ?

La question était délicate. En vérité, Swann avait en tête un cliché que certainement de nombreux américains de son âge avaient : il mélangeait Israël, Moyen-Orient, islamistes, extrémistes, etc…. Alors il peinait à imaginer Ela autrement que portant au mieux un voile, au pire une burqa, toujours dans l’ombre de son mari, avec l’obligation de l’attendre à la maison avec un repas chaud et prête à accomplir son devoir conjugal. Jamais il ne l'imaginerait travailler par elle-même. Difficile à demander sans l’offusquer, surtout s’il faisait fausse route, mais c’était aussi important pour jauger son tempérament.
Revenir en haut Aller en bas  
Ela Amrani
Leader | Remnants
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 05/11/2017
Messages : 286
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Jeu 28 Déc 2017 - 23:31
Les potins ne l’intéressaient pas. Tant mieux, en réalité il n’y avait rien qui lui venait à l’esprit en réalité. Les potins de la cour d’Elisabeth II ne l’intriguaient guère et elle avait autre chose à penser que cela. Le Reine n’était peut-être même plus de ce monde, elle l’espérait dans un sens. Une dame aussi âgée ne devrait pas survivre à ce genre d’horreur. Bien que, elle avait survécu à la Grande Guerre. Elle dirigeait son pays sans Roi, on pouvait lui reconnaitre un certain entêtement. Peu importe. Le jeune homme se retourna, recommença à déblayer et elle d’arroser le sol de sel. C’était passablement ennuyant, mécanique. Elle agissait comme un robot, ce qu’elle faisait pour la plupart des tâches qu’on lui confiait. Elle semblait perpétuellement ailleurs, débranchée du monde réel. C’était un peu le cas, en se déconnectant ainsi, elle pouvait se perdre dans ton souvenir. Elle avait besoin de s’accrocher à des morceaux de toi pour se lever le matin. Elle n’oubliait pas le conseil de Merl quant au fait d’apprendre à s’entourer des bonnes personnes. Mais elle ne comptait pas Swann Blackmore dans les personnes à apprendre à connaitre, véritablement. Pas depuis que la jolie Evelyn était venue pleurer sur lui dans ses bras. Elle n’avait pas de colère pour le jeune homme, ni même de rancune. Les amours d’adolescents causaient souvent bien du tort, à plus d’un parti. Swann avait choisi quelqu’un d’autre, personne ne pouvait le lui reprocher cela. Mais l’attachement qu’Ela avait pour Evy l’avait décidé, ainsi que la personne que le jeune Blackmore avait choisie. Elle n’avait pas d’atomes crochus avec Cain. Ela devait apprendre à s’entourer, oui, mais elle pouvait encore choisir.

« A un moment ou un autre, le peuple remet en question le système établi. Ce n’est rien de nouveau. » Elle ne voulait pas lui donner d’avis. Plus une question de méconnaissance que de confiance. Elle ne connaissait pas assez Swann que pour savoir ce qu’il était capable de faire ou d’aller dire ailleurs. Ce n’était qu’un enfant, après tout. La jeunesse pouvait autant être une force qu’une faiblesse, Ela se préservait d’une quelconque maladresse de sa part. L’israélienne se battait dur pour trouver sa place dans ce Fort, ce n’était pas pour tout gâcher à cause d’une indiscrétion. Swann était peut-être plein de bonnes intentions, peut-être doutait-il ? Du système, des décisions prises par le Sénateur Chambers ? Peut-être. Mais ce n’était plus son rôle de rassurer les gens sur la situation délicate dans laquelle ils se trouvaient. Ela avait confiance, si pas en Chambers, aux forces dirigeantes du Fort. Parce qu’il n’y avait probablement pas qu’une seule personne qui décidait, elle en était certaine. Perdue dans ses élucubrations, elle manqua à nouveau de ne pas entendre la nouvelle question qu’il lui posa. D’un sujet à l’opposé du précédent. Elle était un peu déstabilisée. « Pourquoi aurais-je été obligée de le suivre ? » Elle fronça légèrement les sourcils. Il semblait quelque peu embarrassé par la question qu’il posait et la tournure qu’il lui avait donnée. Elle mit un moment de comprendre. Oh. Elle darda un regard indulgent sur le jeune homme. Après tout, l’éducation occidentale apprenait à avoir peur du Moyen-Orient et des abus qui y sévissait. « Aucune religion n’a dicté mes choix, ni ceux de mon mari. Israël était juive, majoritairement. » C’était vrai, mais les généralisations allaient bon trains dans la plupart des systèmes éducatifs. « J’étais architecte d’intérieur jusqu’à ce que je décide d’accompagner mon mari dans ses missions, je ne voulais pas rester derrière. » Elle t’aimait, profondément. Un éclat de chagrin brilla – une infime seconde – dans son regard alors qu’elle aurait voulu lui dire que c’était l’amour qui avait dicté ses choix. C’était vrai, l’amour était son seul guide alors. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle devait en parler avec le jeune homme. Elle ne voulait pas rester derrière, non. Elle voulait vivre dans ce monde avec toi, t’accompagner dans ces missions diplomatiques. Elle avait abandonné sa carrière sans aucun regret, elle n’en avait toujours pas. Elle s’était plu aux abords du monde politique, tu avais partagé ton monde avec elle, et elle t’avait fait entrer dans le sien. Elle avait fait de toi son monde, et tu lui avais rendu cet amour au centuple. Alors non, elle n’avait jamais été forcée de te suivre, c’était une évidence. « Je n’ai jamais regretté, cette vie était bien plus intéressante que de dessiner des plans sur un ordinateur. »
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Don't let it snow   Ven 29 Déc 2017 - 10:03
Swann ne réussit pas toute de suite à mettre le doigt sur le sentiment que lui évoquait sa collègue du jour. Elle le faisait se sentir « petit ». Au contact de Joann, il avait appris à sortir de sa coquille, à mieux s’exprimer, à ne pas se sous-estimer, à ne pas brider sa capacité à penser… jusqu’à en oublier qu’il n’avait que l’expérience d’un jeune homme. Un jeune homme qui apprenait vite, certes, dont les actes et les songes en effraieraient plus d’un, mais encore fatalement juvénile et modelé par des idées préconçues. Ela semblait au-delà de ça, à un niveau où on cessait de jouer à savoir si on appartenait à la « populace » ou à la « haute » ; elle était sortie de la partie et la regardait de loin. Ça se sentait dans sa façon de s’exprimer, dans ses réponses qui esquivaient admirablement les embûches.

Elle était intéressante.

Un sourire en coin que la trentenaire ne put voir étira les lèvres gelées de l’étudiant. Dans sa quête de se lier aux « bonnes personnes », il estimait soudainement que l’israélienne en faisait partie. Elle avait eu ses entrées dans la sphère Chambers, elle avait du caractère, elle n’avait pas peur de se mouiller ou de se salir les mains… une relation à valoriser donc, qu’elle ne se retrouve pas vampiriser par les mauvais individus. En vérité, il sentait même qu’il aurait des choses à apprendre en sa compagnie. Alors peut-être faudrait-il mieux l’envisager comme une alliée que comme un pion ?

- Pardon, c’était maladroit, admit-il sur un ton hésitant, je me demandais juste… enfin, c’est d’autant plus à ton honneur. Ça ne doit pas être évident de faire ce choix là au départ, sa voix avait retrouvé un rythme neutre, comme une banale conversation, je suppose que vous n’étiez que de passage à Washington alors ? Quand ça a commencé je veux dire…

Triste ironie du sort. Swann était bien incapable de feindre la compassion mais il comprenait le déchirement d’Ela. Elle vivait la fin du monde coupée de sa famille, de ses proches, et son seul repère était mort bien avant elle. Inutile de la connaître pour supposer que derrière le miroir de glace se dissimulait une femme écharpée, le cœur exsangue et les organes en vrac. Ça n’en rendait que son masque plus crédible et plus admirable encore. L’étudiant commençait à comprendre pourquoi Joann ne l’appréciait pas : l’israélienne renvoyait une image forte, à son égale, capable de lui résister même. Pas comme ces rivales qu’elle se savait en mesure de balayer d’un revers.

- Vous étiez mariées depuis longtemps ? Et vous n’avez pas eu d’enfants ? Il se tourna à demi pour lui jeter un coup d’œil, simple curiosité, comme tu as l’air d’avoir été très attachée à lui…, en vérité, il sondait ses points faibles, scannait sa carapace de givre, ça ne m’étonnerait qu’un rythme de vie d’ambassadeur ne doit pas être compatible à se poser pour fonder une famille…, et son timbre était encore et tout, trop impersonnel.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Don't let it snow   
Revenir en haut Aller en bas  
- Don't let it snow -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Ann Snow
» Dashing through the snow...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: