The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- The way I feel -
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: The way I feel   Lun 18 Déc 2017 - 11:24

L'hiver s'était installé, et si elle s'était persuadée qu'elle passerait cette saison dans la première maison de la faction, elle avait rapidement déchanté en arrivant à Cascadia. Bon, en soi, l'habitat était relativement sommaire, mais au moins avait-il le mérite de les garder au chaud et d'offrir un minimum d'intimité à chacun.
Doucement elle avait fini par se faire une petite place. Son quotidien était rythmé par les piques avec Finan, les ravitaillements aux côtés de Fitz ou Nash, les éclats de rire aux heures de repas, ou les grandes discussions avec Meg et Aly. Dans l'idée, le beau fixe commençait à revenir pour tout le groupe, et avec l'approche de Noël, l'idée d'offrir un cadeau à Clive lui était venu en tête. Ils en avaient vaguement discuté un soir qu'ils étaient de garde, mais ne sachant si il était sérieux ou non, la brune avait embarqué Fitz pour un ravitaillement, trouvant ce qu'elle voulait. A défaut de paquet cadeau, elle avait emballé le tout dans un drap et caché le tout sous son lit.

Les journées étaient passées jusqu'à cette fameuse soirée ou elle était venue le voir avec un air mystérieux au visage. Ce soir, rendez vous à 20h pile. Sois à l'heure ! Elle avait lancé l'info avant de partir pour son tour de garde, fière d'elle. Puis, une heure avant le rendez-vous, la brune avait pu retourner dans sa chambre pour se changer, hésitant même sur sa tenue.
C'était ridicule. Elle n'allait pas conclure avec lui, il avait refusé ses avances depuis bien longtemps déjà alors pourquoi tenter de le séduire ? Néanmoins, elle finit par enfiler un pull neuf plutôt que son habituel veste en cuir, troquant son pantalon en cuir contre un jean plus souple. Et si on regardait les merveilles qu'avait pu faire Aly sur ses cheveux, elle aurait presque semblé séduisante, à une époque ou l'épidémie n'existait pas. Se voir dans le miroir lui arracha un léger rire, secouant doucement la tête en se détournant. C'était stupide, mais au moins cette fameuse soirée avait le mérite de la faire sourire plus naturellement que ces derniers mois. Il ne fallût pas longtemps avant que Clive ne franchisse le pas de la porte, et qu'elle ne jette un regard à a montre.

20h05. T'as du retard. lâcha t-elle au brun avec amusement, lui collant un bref baiser sur la joue avant de lui faire signe de s'asseoir sur le lit. D'un geste vif, elle embarqua ledit paquet avant de se tourner vers lui pour le lui tendre. J'sais que c'est pas encore Noël, mais comme on en avait parlé ben... Voilà. conclut-elle maladroitement avant de venir prendre place à ses côtés, tirant une cigarette de son paquet. Joyeux Noël en avance Clive. fit-elle avec un petit sourire, ramenant une mèche de cheveux derrière son oreille;


Revenir en haut Aller en bas  
Will E. Mayfield
American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 752
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The way I feel   Lun 18 Déc 2017 - 14:54
Depuis ce fatidique mois de juillet, les choses s’étaient enchainées à une vitesse effrayante. Ils avaient dû quitter le lycée, voyant au loin leur foyer partir en fumée. Ils avaient dû fuir, les morts, les vivants, vivre sur les routes. Ils avaient finalement trouvé un nouveau groupe prêt à les accueillir, pour devoir à nouveau quitter cette maison, cette fois fort heureusement entourés de tous ceux qui les avaient accueillis. Clive en avait parfois le tournis, la nausée, mais fort heureusement dans tout ce changement, quelque chose restait stable. Ou plutôt quelqu’un. Cette personne c’était Alex, le brun s’était appuyé sur elle autant qu’elle s’était appuyée sur lui depuis l’été passé. Elle était son repère. Et toutes ces personnes qui l’entouraient devenaient peu à peu cette nouvelle famille dont il avait besoin pour vivre.

Tant et si bien qu’un jour l’idée d’un Noël avait été évoquée, c’était surtout l’idée de faire un cadeau à Alex qui lui trottait dans la tête. Cela pouvait paraître dérisoire et inutile mais après tout, quoi de plus humain que de se lancer dans ces petites choses inutiles. Alors Clive avait profité d’une sortie de Finan pour s’incruster en espérant trouver quelque chose qui pourrait plaire à la brune. Il avait finalement posé son regard clair sur ce qui lui plairait à coup sûr et l’avait glissé dans son sac à dos, reprenant le cours de son expédition le plus naturellement du monde possible. Le plus difficile ce serait de lui donner ce cadeau. C’était étrange cette capacité qu’il avait à perdre ses moyens en présence de la jeune femme. Lex était son amie, il l’estimait et la respectait, il la chérissait. Mais ce n’était pas tout. Ce n’était plus tout.

Difficile de dire quand exactement parce que le brun avait pris pour habitude de chasser tout cela de son esprit mais Clive voyait chaque jour un peu plus qu’une amie en Lex. Mais tout était trop compliqué, il y avait leurs passés respectifs, il y avait ce présent compliqué et ce futur incertain. Il aurait eu l’impression de trahir la mémoire d’Alisa, il avait déjà l’impression de le faire. C’était idiot, mais c’était pour cette raison qu’il peinait à mettre au clair cette situation. Autant dire que les petites provocations de Lex ne l’avaient pas aidé. La brune le surprit en lui donnant un rendez-vous ce jour-là, à 20h. Pourquoi ? Clive n’en avait pas la moindre idée, et cela lui mit le cerveau à l’envers pendant une bonne partie de la journée. Tant et si bien que le brun faillit manquer l’heure à trop réfléchir. Ce n’est que cinq minutes avant l’heure prévue qu’il réalisa qu’il ne s’était pas préparé, mal coiffé, mal rasé, Clive décida de rapidement mettre de l’ordre au moins dans ses cheveux.

Ajustant sa veste en cuir, celle que Lex lui avait mis sur le dos lors de leur première visite dans le centre commercial, Clive quitta sa chambre avant de faire demi-tour. Le cadeau. C’était le moment idéal parce qu’il n’avait pas envie de lui offrir devant tout le monde si tant est qu’une soirée de Noël soit organisée par les survivants. Maladroitement emballé dans un vieux journal, Clive le détailla de son regard clair, espérant qu’il plairait à la brune avant de finalement quitter ses quartiers pour aller toquer à ceux de Lex. Il se sentait terriblement nerveux. Après tout ce qu’ils avaient traversé ensemble, c’était d’un ridicule à toute épreuve.


« Désolé » s’excusa-t-il en bafouillant presque à ce baiser sur sa joue. C’était ce genre de choses qui avaient le don de le plonger dans toutes sortes de réflexion, et surtout de lui lancer une bonne dose de culpabilité au visage. Clive alla s’asseoir sur le lit, triturant nerveusement le petit paquet dans la poche de sa veste avant de rester bouche bée lorsque Lex lui tendit un petit paquet. « Je … Euh … Merci. » Clair, net et pas du tout précis. Clive pédalait dans la choucroute mais il parvint à se ressaisir un minimum, agrippant le petit paquet qu’il tenait dans sa poche pour le tendre à la brune. « Joyeux Noël Alex » souffla-t-il avec un sourire gêné avant de détailler ce petit paquet qu’il tenait désormais dans ses mains, curieux de voir ce qu’Alex avait pu lui trouver, sans toutefois oser se jeter sur l’emballage. « J’ai le droit de l’ouvrir de suite ? » demanda-t-il finalement en relevant son regard clair vers la brune, se permettant de l’observer un petit instant avant de détourner à nouveau le regard.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The way I feel   Mar 19 Déc 2017 - 18:49

Elle s'était attendue à ce que son cadeau le déstabilise, mais certainement pas à ce qu'il ne lui tende un paquet en lui souhaitant un joyeux noël. Elle y avait pensé oui, mais pas au stade de le voir se pointer avec un réel cadeau qu'il venait de lui mettre entre les mains.

Pour moi ?

Elle avait balbutié évidemment, bien loin de l'image de femme forte et assurée qu'elle donnait à tout va, souriant d'un air gêné au brun. Je... Merci beaucoup. dit-elle avec un sourire sincère, abandonnant l'idée d'allumer sa cigarette qu'elle posa sur le côté pour se concentrer sur la scène. Elle observaiit l'emballlage avec un sourire, rassurée de constater que le papier cadeau ne devait clairement plus être monnaie courante, alors que le brun demandait à ouvrir le sien.

Tu peux essayer de deviner ce que c'est avant ? Proposa t-elle avec un sourire presque enfantin, amusée à l'idée de le voir réfléchir en long et en large à ce que pouvait contenir le drap qui recouvrait la surprise. J'suis une fille sympa, j'te donne quelques indices. D'abord, y'a un truc qui tient chaud, plus qu'une veste en cuir en tout cas. Et pour le second...

Elle ne voulait pas trop en dire. Il fallait bien admettre qu'elle avait galéré à trouver cette édition rarissime de spleen de Paris, ne voulant pas n'importe laquelle. On lui avait parlé d'une édition du début des années 1900 à la bibliothèque municipale de Seattle, et si Fitzgerald avait râlé un bon moment alors qu'elle l'avait tannée pour l'accompagner la-bas, elle devait bien admettre qu'elle était ravie. Le livre bien qu'abîmé par endroit, était des plus beaux, et surtout écrit en français, et avait parfaitement survécu aux ravages du temps malgré une bibliothèque encore envahie de morts vivants qui erraient entre les rayonnages.

C'est quelque chose de rare. Mais un sujet que tu maîtrise dans tous les cas.

Il suffisait qu'elle parle de Paris ou de la france pour qu'il saisisse parfaitement ou elle voulait en venir, vu comme le cerveau de Clive avait tendance à fuser de façon générale de manière plus rapide que le commun des mortels. Et le mien ? Attends... Dis moi que c'est une machine à café avec des vraies capsules en aluminium ! Plaisanta t-elle avant de rapidement ramener le regard vers son propre cadeau, gênée à l'idée que Clive puisse percevoir le trouble dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas  
Will E. Mayfield
American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 752
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The way I feel   Mar 19 Déc 2017 - 23:08
« Non pour la voisine … » souffla le brun avec un petit air moqueur avant de retrouver son attitude nettement moins sûr de lui. C’était rare pour Clive de voir Lex hésiter un peu, rare et amusant, rassurant aussi. Timidement, il se contenta de baisser la tête dans un sourire en levant à hauteur de son nez le cadeau qu’elle lui avait donné. « Deviner … pourquoi pas. » Même si Clive se sentait comme un enfant le matin de Noël, impatient de découvrir ce que la brune avait pu trouver à lui offrir. Plissant les yeux avec un air sérieux, Clive écouta les indices. Plus chaud qu’une veste en cuir ? Sans doute un manteau ou un gros pull, cela semblait correspondre à la texture générale du cadeau. Une écharpe aurait aussi pu faire l’affaire mais difficile de remplacer une veste par une seule et simple écharpe. Un poncho peut-être mais Lex devait se douter que ce n’était pas tellement son genre.

Quant au second cadeau, c’était en soit déjà énorme de savoir qu’il y avait deux cadeaux et le brun se sentit un peu idiot avec son unique cadeau. C’était rare et dans un domaine qu’il maîtrisait ? Il n’en fallait pas plus pour qu’il comprenne que c’était un livre, c’était obligatoirement un livre parce qu’en dehors des couvertures poussiéreuses, le brun ne maîtrisait pas grand-chose.
« Quelque chose qui tient plus chaud qu’une veste en cuir, j’hésite entre un manteau ou un pull, mais le pull s’allierait plus à la veste qu’il ne la remplacerait donc peut-être un manteau. Pour le deuxième, il s’agit forcément d’un livre, le fait qu’il soit rare me laisse penser qu’il s’agit soit d’une très vieille édition, peut-être même une originale … Mais difficile de savoir exactement de quel auteur ou de quel genre il peut s’agir … » C’était déjà de bonnes déductions pour Sherlock Myers qui termina de trépigner pour se ruer sur l’emballage sommaire des cadeaux.

Un premier sourire en constatant qu’il n’était pas trop loin du compte avec ses réflexions, bien aidées par les indices, et un deuxième sourire lorsqu’il réalisa de quel ouvrage il s’agissait. Cette fois Clive était même pire qu’un enfant au matin de Noël. Lex lui avait trouvé la huitième merveille du monde, un Saint Graal ou tout du moins un véritable trésor.
« Où as-tu trouvé cela ? » s’exclama-t-il en parcourant la couverture usée du bout des doigts, son regard détaillant chaque marque témoignant de l’âge du livre. Le Spleen de Paris, ce recueil de poèmes constituait avec les Fleurs du Mal tout ce qui avait fait aimer Baudelaire à Clive, c’était un ouvrage que sa mère avait dans sa précieuse bibliothèque et qu’il connaissait depuis de longues années. Au de-là de l’aspect rarissime de l’œuvre, le fait qu’elle soit en français dans le texte lui arracha un nouveau sourire. « Lex c’est … merveilleux, et le manteau est superbe, tu m’évites de mourir de froid et d’ennui en un seul cadeau … Le mien fait pâle figure à côté. »

La mine basse il jeta un coup d’œil au petit paquet qu’elle tenait dans ses mains avant de relever son regard clair vers elle, lui adressant un nouveau sourire. Si Clive n’avait pas été du genre renfermé incapable de faire le moindre geste, il l’aurait sans doute prise dans ses bras en guise de remerciements, et parce qu’il en avait envie, mais une nouvelle fois, ses propres barrières psychologiques le clouèrent sur place, contraint à la contemplation successive du livre et de la personne qui lui avait offert. Se rendait-elle compte de l’importance de ce cadeau à ses yeux ?


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The way I feel   Mer 20 Déc 2017 - 1:16

Il se moquait ouvertement d'elle en plus. Si elle fronça les sourcils, elle n'en rajouta pas plus, s'amusant de le voir galérer à trouver ce que pouvait contenir les paquets. C'était d'autant plus amusant pour le livre, alors qu'il trouva presque immédiatement pour le manteau. Mais le sourire qui illumina son visage en découvrant l'oeuvre rarissime était d'autant plus plaisante, alors qu'elle souriait désormais sincèrement en le voyant s'émerveiller devant la couverture de cuir, en lui demandant la provenance de sa trouvaille.

Chez la voisine. lâcha t-elle avec un sourire provocant, fière de pouvoir lui renvoyer la balle. Plus sérieusement, à la Central Library. J'te raconte pas comment Fitz à fait la gueule quand je l'ai traîné la-bas.

Ses remerciement la touchèrent, alors qu'elle lâchait un rire nerveux en l'écoutant s'extasier de la sorte. C'est que du papier et de la laine hein... Et ça t'évitera de me prendre le trois quart des couvertures la prochaine fois qu'on sera amenés à dormir dehors.

Mais tout de même. Cela la touchait réellement de voir qu'elle avait visé juste, tout en ayant du mal à saisir comment on pouvait se mettre dans cet état pour un bouquin. Si elle adorait lire, elle n'en était pas à son stade à lui. Clive aurait sans doute été capable de violence face à un type qui maltraitait un bouquin, elle en aurait mis sa main au feu. Elle le voyait parfaitement insulter ladite personne de tout un tas de nom d'oiseaux tiré du moyen âge, et cette pensée la fit sourire alors que le brun semblait désormais mal à l'aise.
Un cadeau qui faisait pâle figure, à ce point ? L'observant en soupirant, la brune secoua la tête, levant les yeux au ciel.

Ouais d'accord. Laisse moi juger par moi même hein ! D'ailleurs, ce fût sans attendre qu'elle déballa le paquet, s'étonnant d'y trouver une petite figurine de Harley Davidson. Prenant l'objet entre ses mains, la brune ne put s'empêcher d'être émue en constatant à quel point l'objets ressemblait en tout trait à sa propre moto perdue, effleurant la peinture noire du bout des doigts. Tu vois, tu me connais pas si mal que ça. lâcha t-elle d'une voix tremblante, un sourire triste naissant sur ses lèvres. Cette figurine lui faisait remonter en mémoire tant de souvenirs. Ses propres balades en moto quand elle était autorisée à partir en ravitaillement, ce jour ou elle l'avait traîné de force en extérieur et qu'il avait frôlé l'infarctus. Le jour ou Eli l'avait fait tomber en essayant de conduire une voiture et qu'ils en étaient venus aux mains. Clive...

Ses doigts se serrèrent autour du petit objet, ne sachant que dire. Il ne devait même pas comprendre pourquoi elle trouvait le moyen de redevenir un tant soit peu émotive devant un jouet, aussi préféra t-elle se taire pour le prendre dans ses bras, enfouissant son cou dans sa nuque. Merci. souffla t-elle avant de venir brièvement l'embrasser sur la joue en cédant à une impulsion, se reprenant tout de même bien rapidement pour ne pas laisser venir une sensation de gêne extrême. Du coup l'année prochaine tu m'en ramène une en format réel ? le taquina t-elle avec un sourire en conservant la figurine entre ses doigts, rajoutant. Comme ça tu récitera ton Baudelaire en langue française pendant que je m'occuperai de retaper la machine ...

Elle n'aurait pas dû le prendre dans ses bras. Cela ravivait trop de sensation en elle, qu'elle ne voulait pas ressentir. Pas après l'échec cuisant de la chute du lycée, et du silence de mort qu'elle avait écopé suite à leur baiser. Aussi récupéra t-elle la bouteille de vin que Megan lui avait autorisé à récuperer lors d'une sortie, leur servant à tous les deux un verre. J'adore ton cadeau. dit-elle avec sincérité, mais aussi pour le rassurer un peu et passer ce moment de tendresse.

Revenir en haut Aller en bas  
Will E. Mayfield
American Dream
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Glock 9mm & couteau de chasse
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 05/02/2017
Messages : 752
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: The way I feel   Mer 20 Déc 2017 - 6:36
« Oh bravo, bien joué … » souffla-t-il avec un sourire faussement agacé avant de rechausser son sourire sincèrement heureux en écoutant le récit de comment la brune avait trouvé cet ouvrage. « Tu as amené Fitzgerald dehors pour … ce cadeau. Je comprends mieux pourquoi il était particulièrement désagréable avec moi ces jours-ci … » ajouta Clive en passant ses doigts dans sa barbe d’un air pensif. Quant à ses remerciements, l’ancien bibliothécaire était on ne peut plus sérieux et sincère, ce cadeau le touchait plus qu’elle ne pouvait sans doute l’imaginer ou le comprendre. « C’est … beaucoup plus que cela. » Un nouveau sourire timide se dessina sur son visage alors qu’il gardait précieusement l’objet entre ses mains, attendant de voir la réaction de Lex quant à son cadeau à lui.

Pas de cri, d’exclamation ou d’éclat de rire, c’était plutôt positif. Clive regarda tour à tour ses mains qui tenaient la petite maquette presque parfaitement conservée et son visage souriant. Mais c’était un sourire empli d’émotions, il le voyait bien. Si Clive n’était pas doué pour comprendre tous les comportements humains, il savait en revanche voir ces petites fêlures chez ses semblables, et celle qu’il voyait à ce moment précis sur le visage d’Alex lui souffla qu’il avait trouvé le bon cadeau. Il s’apprêtait à lui dire que ce n’était rien, qu’elle n’était pas obligée de le remercier mais son étreinte lui coupa le sifflet. Surpris la première seconde, Clive enroula finalement ses bras autour d’elle, instinctivement, naturellement. Il avait beau lutter et essayer de se convaincre du contraire, il en avait rêvé de cette simple étreinte, sans doute pas littéralement cependant parce que son esprit était trop tourmenté pour lui accorder le moindre rêve réconfortant.


« D-de rien … » souffla-t-il gêné à ce baiser, et persuadé que ses joues prenaient des couleurs qu’elles n’avaient pas quelques instants auparavant. Bon sang Clive, ce n’était qu’un câlin et un bisou sur la joue, tentait-il de se convaincre mentalement. La plaisanterie de la brune le ramena à une attitude légèrement plus détendue alors qu’il émettait un petit rire. « Bien sûr, j’irai la chercher et je la ramènerai moi-même, parole d’honneur. » Un nouveau rire lui échappa en imaginant la scène décrite par Lex, c’était cocasse et en même temps cela leur ressemblait tellement. « Rien de tel pour répondre au tintement d’une clé à molette que quelques vers en français ! » plaisanta-t-il à son tour avant de reprendre son sérieux, sans se défaire de son sourire.

Son regard clair se posa sur la bouteille de vin que la brune venait de récupérer et sur ces deux verres qu’elle leur servait. Depuis combien de temps n’avait-il pas bu un bon verre de vin ? Bien longtemps, n’étant de base pas vraiment porté sur la boisson. Il y avait bien eu cette fois où il avait savouré un verre avec Roza ou Rowen mais ce n’était pas un vin. Son cœur se serra un instant à cette pensée, repenser au lycée, à ses camarades perdus.
« Je suis content qu’il te plaise, ça ne pourra pas remplacer la vraie mais … Et tes cadeaux sont superbes, vraiment … » Déposant soigneusement le manteau et le livre par-dessus proche de lui sur le lit, Clive saisit un verre de vin et trinqua rapidement avec la brune avant de boire une gorgée. « Un recueil de Baudelaire et un verre de vin, c’est ce qui ressemble le plus à un excellent début de soirée depuis bien longtemps, félicitations. »

Son regard s’attarda une nouvelle fois sur Lex, le ramenant à cette simple étreinte et plus loin encore à ce baiser qu’ils avaient échangé. Il s’était convaincu que la brune ne faisait que jouer, le provoquer pour le forcer à réagir. Mais ce serait mentir de dire qu’il n’avait pas repensé à tout cela. Clive n’avait jamais été aveugle à sa beauté, il faudrait être littéralement aveugle pour rater cela, mais les choses lui paraissaient si compliquées. A nouveau voilà qu’il se mettait à trop réfléchir, une nouvelle gorgée de vin puis une suivante l’aideraient sans doute à noyer tout cela. Sans même s’en rendre compte, il avait vidé son verre en l’espace de quelques secondes. Récupérant nerveusement l’ouvrage déposé plus tôt, Clive l’ouvrit, feuilletant au hasard les pages avant de se mettre à lire. « Il faut être toujours ivre. Tout est là: c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. » Il s’agissait des premiers mots d’un des poèmes contenus dans le recueil. En français, il n’avait pas parlé français depuis un long moment maintenant qu’il y réfléchissait. Un petit sourire d’enfant ravi de son cadeau s’afficha à nouveau sur son visage alors qu’il relevait son regard vers Lex une nouvelle fois avant de reprendre sa lecture, le distrayant un minimum de ce qui le tourmentait. Peut-être que le poème sur la chevelure aurait été plus adapté à ce qu’il ressentait tout compte fait.


Misery loves company
“Torn apart like the brokenhearted. Up in smoke with the fire we started. Misery loves company”
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The way I feel   Mer 20 Déc 2017 - 13:41

Elle avait retenu de justesse un frémissement quand ses bras s'étaient glissés contre son dos, appréciant cette étreinte en s'interdisant d'en demander plus. Clive avait eu sa chance, et il était désormais passé à côté. D'autant qu'il semblait bien plus tourmenté qu'elle à l'idée de reprendre un semblant d'histoire avec qui que ce soit. A l'inverse, la brune était partie du principe que Norman ne lui aurait jamais tenu rigueur de recommencer quelque chose, tout comme il aurait fait de son côté si elle avait été amenée à mourir avant lui. C'était une promesse mutuelle qu'ils s'étaient faites bien avant que tout ne parte en vrille, peu après leur anniversaire commun.
Chassant de ses pensées cette soirée avec Norman pour se concentrer sur le présent, Lex fût soulagée de chasser cet instant de gêne dans un verre de vin, accueillant le compliment du brun avec un sourire amusé. Je suis une femme pleine de surprise. lâcha t-elle avec cette assurance presque arrogante qu'elle arborait parfois pour masquer ses faiblesses, buvant une gorgée de son vin. J'aurai jamais imaginé que tu sois adepte du vin toi. J't'aurai plutôt vu avec une tisane ou du thé à la camomille pour tes soirées bouquins ! Quoi que, t'es à moitié français. Vous avez du vin à la place du sang c'est bien connu.

Les clichés avaient la vie dure. Et pour le peu qu'elle connaissait de la culture française, c'était leur raffinerie, leur amour du vin, et un accent à couper au couteau qu'elle avait toujours trouvé adorable chez les touristes qu'elle entendait parfois s'extasier dans la rue.
D'ailleurs, elle ne s'était pas trompé vu comment Clive avait descendu son verre d'une traite, lui en servant un second dans la seconde alors qu'elle terminait à son tour son propre verre. Les mots qu'exprimèrent Clive ne lui parlèrent pas réellement, ses notions de français s'arrêtant à quelques insultes en tout genre et un salut. Ca veut dire quoi au juste ?

Elle ne connaissait que les vers anglais de Baudelaire, pas les originaux. Ivre.répéta t-elle après qu'il ait terminé, songeuse. J'aime bien. Même si j'y comprends que dalle.

Néanmoins, ça l'intéressait d'en savoir plus. D'autant que c'était bien la première fois qu'elle l'entendait parler français, et que cet abruti ne devait même pas réaliser que ça lui donnait un charme fou de s'exprimer avec autant d'aisance dans une langue dont elle ignorait tout. Elle chassa tout de même l'idée de sa tête en buvant une nouvelle gorgée de son vin, se rapprochant de lui pour avoir accès aux écritures, tournant une page sans réellement lui demander son avis. Et là, ça dit quoi ? demanda t-elle en pointant une ligne au hasard, bien curieuse de l'entendre à nouveau parler dans la langue de Molière.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: The way I feel   
Revenir en haut Aller en bas  
- The way I feel -
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: