The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Bury the hatchet -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4967
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 23 Déc 2017 - 11:31
Ils avaient leurs torts, tous les deux, et Selene se demandait si elle n’avait pas les siens aussi. Peut-être aurait-elle dû intervenir plus tôt, peut-être aurait-elle dû ne jamais les confronter de cette façon. Ces derniers mois, elle avait la sensation de s’être principalement occupée à jouer l’intermédiaire entre les protagonistes qui n’arrivaient plus à s’entendre et là… devant Andrea et Duncan qui se déchiraient, elle n’en pouvait plus. Elle avait envie de pleurer. Avec présomption, sans doute, elle se serait attendue à ce qu’au moins la régisseuse prenne sa demande du cœur en considération et fasse un peu plus d’effort. Mais non : la voici repartie toute griffes sorties dans sa querelle, sans même plus lui jeter un regard.

- Ma position reste la même aussi, rétorqua la jeune femme d’un ton glacial lorsque son aînée se tourna vers elle, je ne vais y aller frontalement mais je ne vais pas attendre qu’ils nous trouvent. Alors je vais faire en sorte qu’on soit prêt à les battre.

Si vis pacem, para bellum ; « qui veut la paix prépare la guerre », c’était exactement ce à quoi elle songeait en ce moment et rien ne l’ébranlerait de cet opinion. Rien. De toute façon, elle songeait paradoxalement qu’il y avait de fortes chances qu’elle meurt d’ici peu, alors son ambition prendrait fin avec sa vie. Ce n’était néanmoins pas le sujet. Les orbes de la pianiste défiaient toujours ceux de son amie avec dureté ; c’était ça ou fondre en larme, alors autant refouler ses émotions derrière un masque. Elle prit une profonde inspiration en essayant de reprendre le fil.

- Andrea a raison, on doit exploiter tous les solutions avant d’en venir aux armes, surtout quand il était question d’autres vivants, Selene avait déjà défendu plus d’une fois qu’ils ne pillaient pas leurs semblables, mais ces… « militaires » ont rompu les possibilités de négociations au moment où ils ont tué Alma.

Ils étaient en guerre, qu’ils le veuillent ou non. Ce n’était peut-être que le début, il n’y aurait peut-être pas de suite immédiate ; mais tôt ou tard, le conflit reprendrait. Qui mourrait cette fois ? Les cadavres n’étaient plus le pire de leur souci, il avait eu toute l’année pour s’en rendre compte. C’était le quatrième groupe qu’ils rencontraient avec lequel ça se passait mal. Ils devaient penser autrement, sans quoi ils se feraient balayer un jour, comme d’autres camps avant eux.

- Vous savez quoi ? Reprit la musicienne avec lassitude, si vous n’arrivez pas à trouver un terrain d’entente pour vous deux, faites-le pour moi, elle les regarda un à un, ses allures froides soudainement fragiles, je vais peut-être mourir dans quelques semaines, je le sais, et… et qu’est-ce qu’il y aura après ? Vous allez continuer à vous disputer entre vous, et quoi ? Finalement chacun partir de votre côté ? Et tout ce qu’on aura fait ici n’aura servi à rien ?!

C’était… c’était… juste, trop. L’impression d’être submergée, étranglée par une boule d’émotions incontrôlables. Tout se mélangeait dans sa tête : la querelle, son accouchement, leur conflit, l’hiver, ses peurs, ses espoirs. Ils n’avaient qu’à ne pas s’aimer mais faire en sorte de faire semblant, comme maman et papa quand ils n’osaient pas parler du divorce à leur enfant. Un bébé allait naître et Selene voulait qu’il ait une famille, qu’il soit entouré, protégé. Putain c’était tout ce qu’elle leur demandait, qu’ils lui offrent ce qu’elle ne pourrait lui offrir depuis l’au-delà.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 couteau de chasse (porté au ceinturon, côté gauche), 1 cran d‘arrêt (dissimulé dans une de ses bottes), 1 pied de biche, 1 Sig Sauer P 226 et une hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1280
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 23 Déc 2017 - 17:12
Comme Duncan s’y attendait, la jeune femme ne tarda pas à répliquer à ses paroles. Elle était apparemment du même avis que lui ? Mais, elle lui disait clairement qu’elle n’appréciait pas du tout ses méthodes. Suite à ces paroles, le magasinier hocha la tête de gauche à droite tout en regardant dans le vide. Qu’est-ce qu’elles avaient ses méthodes ? Elles étaient efficaces ! Bon, elles étaient un peu radicales mais, elles atteignaient généralement leur but ! Non ?

Toujours est il que pendant que le musicien était entrain de réfléchir, à ce que la brune était entrain de lui dire, Andrea posa enfin les yeux sur lui. Soudainement, il existait ! Enfin, il existait surtout pour prendre une nouvelle volée de réflexions en pleine figure. La première fois, il avait laissé coulé. Mais là, quand elle lui déclara : « commence par arrêter de croire que je te déteste, … c’est t’accorder trop d’importance », ça ne passait plus ! Non, elle cherchait constamment à se moquer de lui et à le rabaisser à chaque instant ! Mais merde alors ! Ça commençait à bien faire ! A chaque fois qu’il s’excusait auprès d’Andrea, elle l’envoyait paître ! A chaque fois qu’il donnait son avis sur quelque chose, ce n’était jamais bien ! A chaque fois qu’il prenait une décision, la majorité de la prison était toujours contre lui ! Mais qu’est-ce qu’ils avaient, donc, tous à vouloir s’opposer à ses idées ? Elle ne l’aimait pas, ça il l’avait comprit depuis bien longtemps. De toute façon, il s’en fichait qu’elle ne l’aime pas, il ne comptait pas non plus lui faire un enfant ! Il demandait simplement qu’elle le respecte et qu’elle arrête de l’envoyer bouler à chaque fois qu’il lui parlait !

En tout cas, la conversation dévia vite sur un autre sujet de désaccord. Et voilà que maintenant, la métisse l’accusait d’avoir voulut piller et agresser la famille de Liam ! Cette remarque, il ne pouvait pas l’accepter alors il déclara spontanément : - « Andrea, tu commences vraiment à me gonfler ! Je n’ai jamais voulu piller ces gens ! Je n’ai pas non plus voulu les agresser ! Je n’avais simplement aucune confiance en ce type. J’ai juste émis l’hypothèse de lui remuer les puces, histoire de voir si son histoire n’était pas du baratin ! » Il s’arrêta un instant et continua finalement : - « Vous êtes trop gentils et vous n’êtes pas assez méfiants ! Tu devrais pourtant l’être, Andrea ! Ta dernière expérience avec le groupe d’Atticus aurait justement dû te mettre un peu plus de plomb dans la tête ! » Il appuya son index droit sur sa tempe tout en continuant : - « Je pensais que toi au moins tu aurais été de mon côté ? Mais, non ! De toute façon, vous étiez tous contre moi, ce jour là ! Même Sarah était contre. Apparemment, vous n’avez rien comprit de votre dernière rencontre avec les cannibales ? »

Le viking voulait faire la paix mais, l’afro-américaine était visiblement encore plus rancunière que lui ? Qui plus est, il rajoutait de l’huile sur le feu en reparlant de cette histoire malheureuse qui avait rendu la jeune femme manchote. En fait, cette rencontre improvisée était censée les rabibocher. Mais, vu la tournure des événements, toute cette histoire était entrain de très mal tourner. Selene, quand à elle, semblait prise entre deux feux ? Son attention était noble. Elle souhaitait simplement réconcilier les deux têtes de mules mais, vu les caractères qui s’opposaient, il y aurait du boulot pour y parvenir. Beaucoup de boulot. Quoiqu’il en soit, la jeune femme essaya de calmer les deux forts tempéraments qui lui faisaient face. Et puisque son discours ne semblait pas porter ses fruits, elle n’hésita pas à parler de ses craintes de perdre la vie quand elle donnerait naissance à son bébé.

En entendant ses mots, Duncan détourna aussitôt son regard vers sa cheffe de groupe. Et puis, il regarda instinctivement Andrea. C’était comme pour lui dire qu’il fallaient absolument qu’ils essayent de trouver un terrain d’entente. Ensuite, il concentra toute son attention sur Selene et lui déclara : - « Mais, qu’est-ce que tu racontes ? Tu ne vas pas mourir ! » Il regarda de nouveau Andrea, le regard emplit de questions et continua : - « Je veux bien avouer que parfois, je suis un peu … direct dans mes décisions et mes propos mais, … c’est mon style, je n’y peux rien » Il fixa de nouveau l’afro-américaine et continua : - « Et il faut avouer que je ne suis pas le seul à être de mauvaise fois. Si on veut réussir à s’entendre, il va falloir qu’on soit deux à mettre de l’eau dans notre vin. Sinon, il n’y aura aucun espoir de réconciliations possible »


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1264
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 23 Déc 2017 - 22:20
« Oh, ça c’est petit, mesquin et bas, même venant de toi Duncan. » Siffla-t-elle sans plus faire attention à Duncan. Elle le trouvait odieux, et elle avait envie de le cogner pour ça. Son poing s'était serré violemment, alors qu’elle le foudroyait d’un regard mauvais : Il parlait de choses qu’il ne connaissait pas, qui n’avait RIEN à voir, et ça la mettait furieuse. « Tu mélanges tout, c’est incroyable. » Grogna-t-elle. « Tu as vu ou ça nous a mené ? MOI, j’étais proche de trouver une solution où on serait TOUS rentrés sans morts sur la conscience ! Et Alma n’est plus là, parce que vous n’avez pas su vous retenir, TOUS, d’agir comme des gamins égoïstes et effrayés ! »

Quand elle disait qu’elle était en colère contre tout le monde, ça n’était pas mentir. La mort d’Alma venait juste rajouter une couche à cette rage enfouie, qu’elle avait du mal à exprimer correctement. Ça se répercutait sur quiconque venait s’y frotter, à tort.

« Vous avez paniqué au pire moment, sans être capable de voir qu’il y avait d’autres moyens de s’en sortir, d’autres solutions ! » Elle avait vu comme les autres le moment charnière où tout avait basculé. Avant ça, le panel de possibilité était d’autant plus large. « Roule des épaules, joue des poings, abuse de la provocation si ça te chante : ça ne nous mène nulle part, à chaque fois, et tu le SAIS. » Elle ne disait pas qu’il faudrait négocier avec eux après ce qu’ils avaient fait à Alma, c’était trop tard désormais. Elle disait qu’ils étaient tous responsables de sa mort. « Au lieu de croire qu’on a tout fait pour te contrarier, essaie de comprendre qu’au contraire, le but c’était de sauver le plus de gens possible, de la jouer finement pour s’éviter des ennuis ! »

N’avait-il pas remarqué qu’ils n’étaient pas en position de force ? Que c’était tendu pour eux ? Qu’ils auraient pu tous y passer si Adrian l’avait décidé d’un claquement de doigts ? C’était à ça qu’avait tenu la vie d’Alma : à un signe de la tête, à un ordre !

Il n’y eut que Selene pour la calmer d’un coup d’œil. Ereintée par la dispute, et affligée par leur comportement à tous les deux. Elle n’osa rien dire, se renfrogna immédiatement comme une adolescente qu’on aurait puni pour son insolence. Toujours sensible, elle laissa la pianiste expliquer clairement l’issue de tout ça si elle disparaissait : soit ils parvenaient à collaborer, soit le groupe se déliterait définitivement. Et ni l’un ni l’autre ne le voulait. Cette idée en tête, la brune tenta de se calmer, mais les réflexions de Duncan l’agacèrent davantage : il ne voulait pas qu’elle le prenne pour un idiot, mais il faisait tout pour dire que s’il agissait bêtement, il n’y pouvait rien.

« Oh c’est tout ce que tu trouves à dire ? » Fit-elle en secouant la tête, levant les yeux au ciel. On la disait de mauvaise foi sauf qu’elle au moins admettait qu’elle était une reine des glaces, mais qu’elle pouvait arranger la chose, être objective. Elle écoutait, vraiment ! « Tu es juste un gros bourrin, donc fatalement, tu dois prendre des décisions idiotes ? C’est ridicule ! Tu vaux mieux que ça, t’es pas juste un tas de muscles sans cervelles, reculs, ou conscience de ce qu’il se passe autour de toi : toutes tes décisions ont des conséquences, pour la communauté entière ! Parce qu’on compte tous sur toi ici ! Je te ferais confiance pour nous sortir d’ici s’il y avait un problème, pour garder cet endroit en sécurité, et il faut un peu plus de jugeote que seulement ce que tu crois être ! Et pour avoir survécu une année entière dehors sans avoir eu à tuer qui que ce soit, j’attends que TU me fasses confiance pour nous éviter d’avoir plus de sang sur les mains et de morts à enterrer ! » Elle le fixa, énervée toujours oui, mais sincère : elle lui faisait confiance les yeux fermés. « C’est possible, ça, tu penses ? »




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4967
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 23 Déc 2017 - 23:41
Si elle n’allait pas mourir ? Selene aurait aimé que ce soit s’y simple ; qu’il suffisait d’y croire avec autant de conviction que son aîné pour oublier le sort qui attendait certaines des mères au Moyen-âge. C’était déjà une chance extrême d’avoir passé huit mois sans désagrément majeur, sans complication, alors qu’elle n’avait clairement ni l’hygiène, ni l’alimentation recommandée dans sa condition. Au moins, la musicienne avait le sentiment d’avoir touché quelque chose de sensible. Il lui avait fallu emprunter l’argument auquel elle ne souhaitait pas recourir mais au moins, ses deux alliés avaient compris que sa demande était importante.

Néanmoins… Duncan avait le chic pour marcher sur une mine juste après avoir désamorcé une bombe et pour le coup, la benjamine ne pouvait prendre sa défense. La régisseuse avait beau s’emporter et avoir un caractère bien trempé, elle n’avait pas tort en affirmant que le magasinier faisait une fixation sur son besoin que l’autre partie reconnaisse son écrasante culpabilité. A croire qu’il attendait, avant que le débat aille plus loin, qu’Andrea lui ait présenté de plates excuses. Ça risquait de ne pas arriver et l’échange ne ferait pas un pas de plus s’il restait bloqué sur cet effort. Selene laissa donc l’afro-américaine aller jusqu’au bout de sa répartie et leva une nouvelle fois les mains pour réclamer – ou imposer – le droit d’en placer une.

- Pour que ce soit bien clair, ce fut vers le viking que se tournèrent ses yeux bleus, je ne désapprouve pas ce qu’Andrea a fait le jour où vous avez rencontré les gens qui ont tué Alma, ça lui paraissait capital de le préciser pour démanteler l’argumentaire qui constituait globalement à sous-entendre que son amie l’avait trahie, je ne dis pas que j’aurais fait la même chose, on ne saura jamais ce que j’aurais fait, mais elle a gardé son sang-froid, elle a tenté de sauver tout le monde et quand les choses ont dégénéré, elle a failli mourir pour protéger les informations données sur le camp.

La pianiste n’avait pas eu besoin d’être là pour que les récits lui permettent de visualiser la scène. Son désaccord sur la marche à suivre après ce moment n’enlevait rien au fait qu’elle admirait la réaction de la jeune femme « pendant » la confrontation. Sans elle, d’autres seraient morts, le camp aurait été trouvé, la prison aurait déjà été perdue. La musicienne n’avait pas oublié avoir demandé, il y a plusieurs mois, à son aînée de prendre sa place à la tête du camp et jusqu’à maintenant, elle était convaincue que ça n’aurait pas été une mauvaise idée.

- On l’a déjà emporté sur plusieurs autres groupes mais ça ne veut pas dire que ce sera toujours le cas et on ne peut pas sauter sur la solution de force à chaque fois. Sinon on finira par tomber sur quelqu’un de plus fort que nous et on mourra tous bêtement, son regard croisa brièvement celui de la régisseuse, comme Andrea l’a dit, la force doit être notre ultime recours et ça tombe bien : puisqu’on sait l’utiliser, alors on sait que notre ultime recours a un poids.

Ils étaient des guerriers, ils savaient comment terminer les conflits, mais il était important de veiller à de pas les commencer. Selene avait appris à ses dépens, avec les fanatiques de Brinnon ou les cinglés d’American dream, que déclencher un affrontement pouvait avoir de lourdes conséquences. Le modèle qu’il avait adopté avec le groupe d’Emma à la fin de l’hiver était bien mieux : leur laisser une chance de coopérer avant de passer aux armes. Leur botte secrète devait restée secrète aussi longtemps possible, c’était le principe.

- Ceci dit, tempéra-t-elle en les regardant tous les deux, je suis absolument contre la soumission. On a traversé trop de choses pour se mettre à genou devant les premiers tarés qui s’amèneront avec des M16 et des camions militaires. Je ne parle pas d’une résistance bête et frontale si jamais la situation devait se présenter à nouveau, mais… on a tout un spectre de solutions entre les deux extrêmes.

Et c’était précisément pour ça qu’elle avait besoin qu’ils apprennent à réfléchir ensemble. Duncan était tempétueux et indomptable, il se battrait jusqu’à la mort plutôt que de courber l’échine ; quant à Andrea, elle gardait son sang froid et était globalement plus « sage ». Les deux étaient importants dans la balance, les deux avaient leur rôle à jouer dans cette histoire.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 couteau de chasse (porté au ceinturon, côté gauche), 1 cran d‘arrêt (dissimulé dans une de ses bottes), 1 pied de biche, 1 Sig Sauer P 226 et une hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1280
Age IRL : 42
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 30 Déc 2017 - 16:12
La rencontre entre les deux protagonistes était destinée à les rabibocher. Mais, la dernière remarque de Duncan n'avait fait qu'empirer, encore un peu plus, la situation déjà bien compliquée à gérer. Suite à ses mots, le magasinier remarqua toutefois qu'il y avait été brusque et blessant vis à vis d'Andrea. Alors, il se contenta de garder le silence, quand celle-ci décida de répliquer. Qui plus est, il baissa immédiatement la tête, quand elle le fixa dans les yeux. En fait, il était comme un gamin qui venait de faire une bêtise et qui se faisait gronder par sa mère.

Silencieux, Duncan écouta donc les explications de la jeune femme. Ses premiers mots, ne furent simplement que pour lui en mettre, une nouvelle fois, plein la tête. Mais, il avait été odieux avec elle. Alors, c'était amplement mérité. Par contre, la suite de ses mots restèrent cohérents et logiques. Andrea avait beau être une tête de mule et être insupportable, à ses heures, elle avait toutefois la tête sur les épaules. Et c'est vrai qu'elle n'avait pas paniqué lors de la prise d'otages. C'est même elle qui avait tout de suite cherchée à apaiser et désamorcer la situation. Qui plus est, elle avait également eut l'idée d'embrouiller ce stupide Adrian tout en lui faisant croire qu'elle collaborait avec lui.  

Songeur, le musicien retrouva néanmoins le monde des vivants quand il entendit la métisse lui dire qu'elle et les autres ne le considéraient pas comme un vulgaire « tas de muscles » et qu'ils comptaient tous sur lui malgré ses méthodes musclées. Spontanément, le musicien redressa la tête. Et puis ensuite, il  fixa la jeune femme dans les yeux. Andrea était peut être en colère contre lui mais, ses propos semblaient sincères ?

Alors, juste après les mots de Selene, il rajouta : - « Andrea, je tenais d'abord par m'excuser d'avoir prononcé ces mots à ton égard, tout à l'heure. Ils étaient déplacés et complètement inutiles » Il s'arrêta un bref instant, juste le temps d'un rapide coup d’œil vers Selene et puis il continua : - « Tu as entièrement raison. On a tous agi de manière désordonnée et c'est vrai que sans toi, la situation aurait certainement été encore pire ? » Il regarda ensuite Selene et continua tout en regardant la métisse : - « Bien sûr que je te fais confiance Andrea. Maintenant, nous sommes comme qui dirait une famille, non ? Et une famille c'est fait pour s'entraider dans les moments difficiles à ce qu'il me semble ? » Le musicien s'arrêta ensuite quelques instants et concentra son regard sur Selene en délcarant aux deux femmes : - « En tout cas, je suis de l'avis de Selene, si on arrive à s'entendre et collaborer, tous les deux, personne ne pourra nous arrêter !  Et ça, ça ne pourra être bénéfique que pour tout le monde ! »


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1264
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 30 Déc 2017 - 20:40
Ils pouvaient se montrer rudes, l’un avec l’autre. Sans que les choses ne s’expliquent. Leur capacité à toujours rajouter de l’huile sur le feu était presque fascinante. Mais pour le coup, Andrea ne pouvait cacher qu’il venait de lui faire perdre tous ses moyens. Sa soufflante passée, elle s’attendait à une surenchère qui aurait immanquablement mené à ce qu’ils continuent à se hurler dessus avec une Selene défaite comme spectatrice de ce drame shakespierien. Un plaisir, donc. Mais Duncan la prit de court en s’excusant d’abord de sa première réaction, qu’il estimait lui aussi comme déplacé et inutile. Andrea fronça les sourcils : effectivement, ça l’était. Et ça eut le mérite de lui faire garder un silence presque religieux alors qu’elle le fixait toujours.

« D’accord… » Parvint-elle à articuler au bout du compte. La réaction était tellement surprenant qu’elle chercha l’approbation de Selene avant de parler, et mesura ses mots. Mieux valait commencer par ce qu’il attendait : « Désolée aussi… »

Andrea ne précisa pas cependant de quoi elle s’excusait. D’un peu tout, à dire vrai, commencer à en dresser la liste prendrait des heures et n’aurait aucun sens avec toutes les casseroles qu’elle se traînait. Etre désolée d’être elle-même n’aurait pas davantage de sens. Elle ne cesserait pas d’être une peau de vache quand on viendrait l’asticoter, c’était comme ça. Et évidemment, elle continuerait à remettre en doute tout ce qu’on viendrait lui donner comme acquis, au moins par principe.

Calmée, elle garda ses yeux rivés sur Selene. L’ambiance était étrange, mais au moins, ils ne se disputaient plus. Ça avait le mérite d’être un véritable progrès pour l’un comme pour l’autre. A coup sûr, même la pianiste ne s’attendait pas à autant venant d’eux.

« Je crois que c’est une bonne chose qu’on ne soit pas d’accord, lui et moi. » Souffla-t-elle en fixant toujours son amie, cherchant néanmoins l’approbation de Duncan du coin de l’œil. « Au moins, on parviendra toujours à voir les faiblesses d’un raisonnement. Je ne dis pas qu’il ne faut pas qu’on mette de l’eau dans notre vin mais… Au moins, les discussions ne sont pas inutiles. » Admit-elle.

Effectivement, ça ne serait jamais le grand amour entre eux, il fallait s’y faire. Il y avait trop de méfiance et de rancune pour que les choses évoluent à nouveau positivement. Il faudrait du temps pour qu’ils s’acceptent, mais n’était-ce pas en bonne voie ? Andrea se jura de ne pas lui chercher d’embrouilles, à moins qu’il ne dise quelque chose de stupide.

Ça pouvait arriver, mais elle avait bon espoir que ça se passe bien quand même.

« Duncan et moi sommes à priori d’accord sur une chose : notre prochaine priorité, c’est toi et ton enfant. » Là, elle releva le nez vers lui, pour avoir son approbation directe : « Pas vrai ? »




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 4967
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 30 Déc 2017 - 23:17
La bouche de Selene s’ouvrit dans un « O » de surprise impossible à dissimuler. L’issue de la discussion semblait tellement inatteignable au vu des premiers échanges qu’elle ne s’attendait pas à un tel revirement, surtout de la part de Duncan. Il était passé d’attendre des excuses de façon entêtée à en présenter, reconnaissant même ses torts. Est-ce que c’était dû à un super-pouvoir de femme enceinte ? Ça lui donnerait presque envie de garder sa progéniture au chaud quelques mois de plus. Au-delà de cette faculté imaginaire, la musicienne sentait que son enfant la rendait plus posée, presque plus sage.

Un léger sourire encouragea alors les paroles de son aîné avant que ses yeux bleus ne croisent ceux qu’Andrea, qui acceptait à son tour de calmer le jeu. Incroyable. L’atmosphère était étrange, fragile, mais elle avait la sensation d’avoir commencé à dénouer un énorme nœud. Une fois de plus, elle se pressa les yeux d’un geste qui trahissait sa fatigue. La réplique comme quoi c’était une bonne chose qu’ils ne soient pas d’abord la fit rire doucement.

- Oui, c’est sûr, confirma la pianiste.

Comme elle leur avait demandé, elle ne s’attendait pas à ce qu’ils deviennent soudainement meilleurs amis ou qu’ils soient en phase sur tout ; simplement qu’ils soient capables de s’écouter. Elle n’insisterait pas dessus, ils venaient déjà de faire un grand pas. Ses doigts s’emmêlèrent à sa crinière brune pour la torsader et la rassembler d’un côté de son visage. La régisseuse souligna un point sur lequel elle serait très certainement d’accord, ce qui tira à Selene un sourire mi-amusé/mi-triste.

- On ne pourra pas dire que ce bébé manquera de chaperons. Son adolescence va être difficile, plaisanta-t-elle en baissant le regard.

Elle le projetait déjà à ses 15 ans et pourtant, elle-même ne se voyait pas si loin. C’était une bonne chose que son amie ait relancé le sujet, parce qu’il y avait justement un point important sur lesquels elle devait de les mettre au diapason. Au moins, ça ne susciterait pas de dispute à posteriori. La jeune femme les regarda, l’un et l’autre, réalisant pleinement la chance qu’elle avait qu’ils soient à ses côtés. Après tout ce qu’elle avait fait, elle ne les méritait clairement pas.

- Parlant de ça… je ne fais pas ma drama-queen en disant que l’accouchement me tuera peut-être, c’est un fait, Duncan, elle arrêtait sur lui ses yeux clair, ça me va. Si je dois mourir comme ça je veux dire, je l’ai accepté déjà, et effectivement : son timbre était doux, résigné, à peine teinté de mélancolie, et je voudrais que vous l’acceptiez aussi. Je ne dis pas que je veux mourir, rien ne me ferait plus plaisir que de le tenir dans mes bras, ses mains enveloppèrent affectueusement son ventre arrondi, mais si jamais… Lisandro a besoin de… de faire une césarienne ou n’importe quoi d’autre pour sauver le bébé qui soit risqué pour moi… ne l’empêchez pas de le faire. Je l’ai déjà dit à Eli, c’est mon choix. Il doit vivre. D’accord ?

Ses doigts pressèrent légèrement son cocon de chair. Ce n’était pas raisonnable au fond. Dans la nature, la maman ours peut aller jusqu’à manger son ourson si elle manque de nourriture. Parce que si la mère meurt de faim, le bébé mourra aussi. Alors que si l’ourson meurt, la maman pourra en refaire un. Par des temps pareils, Selene devrait suivre ce précepte. Faire passer sa vie avant, pour la survie « de l’espèce ». Ce n’était pas raisonnable, mais avait-elle jamais été quelqu’un de fondamentalement raisonnable ? Ce n’était même pas être courageuse. Mourir était facile, surtout maintenant. Mais vivre avec l’idée qu’elle avait perdu son enfant sans avoir tout tenté ? Elle n’en était pas capable.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   
Revenir en haut Aller en bas  
- Bury the hatchet -
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Motocross de Moircy puis un très très long hiver ...
» « Don't bury me, don't let me down. » | Jeroen && Caitlyn
» ❝ EASTWOOD Nick ▬ « If I die young, bury me in satin. »
» Don't bury me ... (terminée)
» Kwon Ji Hyuk — Kill them with success, and bury them with a big smile.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: