The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Bury the hatchet -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Bury the hatchet   Ven 15 Déc 2017 - 17:21
Un soupir lui échappa. Andrea se redressa pour dénouer ses épaules, avec l’impression de porter un poids sur le haut du dos. Elle était fatiguée, éreintée par la position qu’elle tenait depuis un long moment. Au-dessus du bureau, à prendre des annotations, à essayer de faire passer le temps comme elle le pouvait. Le tout, en tenant une conversation plus ou moins prenante avec Lisandro, qu’elle occupait dès qu’elle en avait l’occasion pour lui changer les idées. Remonter la pente prenait du temps, et si ça faisait déjà plus d’un mois depuis la rencontre avec les Remnants, le chagrin n’était jamais très loin.

Et l’humeur n’était pas non plus au beau fixe. Andrea avait l’impression d’appliquer des pansements sur des plaies béantes, incapable de stopper l’hémorragie. Les longues discussions avec le chilien portaient pourtant leurs fruits, à force. Elle le sentait. Ça n’était qu’une faible éclaircie à travers un orage qui s’abattait sur un monde en ruine, mais ça faisait si longtemps qu’ils n’avaient pas vu le soleil que ça comptait. A chaque fois qu’elle parvenait à focaliser l’esprit de l’homme sur autre chose, à lui faire parler de tout, de rien, parfois à lui arracher un maigre sourire, elle avait l’impression d’être utile.

Par-dessus tout, la confiance s’était installée entre eux. Dans un double discours silencieux, ils s’étaient intimement compris. Parce qu’ils traversaient presque la même chose, à des moments différents, sur des tons différents. Ils vibraient sensiblement sur la même fréquence, et parvenaient à se soutenir. A savoir quand aborder le sujet qui faisait mal, quand ne pas le faire. Au bout du compte, Andrea était contente d’être sortie vivante de cet entrepôt. Certes, ils ne vivaient pas des choses plus faciles, mais en dépit de tout ça, elle avait l’impression que les choses auraient pu être bien pire pour ses proches. Et elle voulait être là pour eux.

Ruben la sortit de sa réflexion et coupa court à la conversation en pénétrant dans l’infirmerie. Il l’informa d’un air distrait que Selene l’attendait, sans lui en dire plus. Andrea croisa le regard de son neveu, puis de Lisandro, les interrogeant tous les deux d’une œillade surprise avant de se lever.

« Bon bah… » Soupira-t-elle en se redressant, talonnant finalement l’adolescent jusqu’à la pièce où se trouvait la pianiste, où il la laissa.

Elle salua la jeune femme d’un geste de la tête, se plantant à quelques pas de la sortie des fois que ça ne soit que pour une demande banale, pas une longue discussion qui s’imposait. Elle n’avait pas idée du traquenard dans lequel elle était tombée en acceptant de suivre Ruben. Pourtant, Andrea était loin d’être une personne naïve, et ces derniers temps l’avaient suffisamment endurcie pour ne pas se laisser malmener. Lorsqu’il s’agissait de Ruben et Selene, il fallait croire :

« Tout va bien ? Tu voulais me voir ? » Lui demanda-t-elle avant qu’elle ne sente une présence dans son dos et qu’elle ne se retourne. Ses yeux se levèrent, puis se plantèrent dans le regard clair de Duncan. En un rien de temps, la régisseuse se figea et sans bouger d’un pouce, revint vers la pianiste : « Qu’est-ce qu’il fait là ? »

Naïve ? Certainement pas. La présence de Duncan n’était évidemment pas un hasard.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5551
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Ven 15 Déc 2017 - 19:25
Il y avait des tas de choses qu’elle aimerait leur dire si elle mourrait. A quel point elle les aimait, chacun à sa façon. Le fait qu’ils lui avaient donné la sensation que même cette vie en valait la peine. Le fait qu’elle leur pardonnait, quels qu’aient jamais été leurs différents s’ils en ont eu. La confiance qu’elle avait en eux pour continuer, coûte que coûte, et voir ce qu’elle n’aurait jamais la chance de voir. Selene était assise au minuscule bureau de sa chambre, penchée sur une feuille de papier, un crayon en mains. Le terme de sa grossesse approchait et elle était parfaitement consciente qu’elle pourrait ne pas y survivre. Peut-être sa fille – ou son fils – aurait besoin d’une césarienne et sans anesthésie ni matériel médicale réellement adapté, l’opération signerait sa mort. Son choix était fait, sans l’ombre d’un doute : son bébé avant elle. Alors elle voulait coucher par écrit une sorte de lettre d’adieu ou un testament, dépendait de comme on le voyait.

Mais elle n’y arrivait pas. Ça faisait déjà une bonne heure qu’elle fixait sa feuille blanche, à essayer puis gommer, puis réessayer puis regommer. Tout était dans sa tête mais la traduction en mots ne se faisait pas. Sans doute parce qu’elle était encore trop vivante. Elle existait pour deux à chaque instant. C’était effroyable triste de devoir concrétiser cette potentielle évidence : bientôt, un cœur pourrait s’arrêter de battre pour l’autre. La musicienne ferma les paupières un instant. Ça bougeait dans son ventre, il venait de se réveiller. Maman t’aime, tu sais ? Maman aimerait vraiment te connaître. Maman n’était pas certaine de pouvoir. Elle avait 22 ans et devait rédiger une lettre sur son propre décès… ça la pétrifiait.

- Hey, Ruben, un sourire pâle fit frémit ses lèvres ; elle avait ouvert la porte de sa chambre et il passait à ce moment, est-ce que… tu sais où est Andrea ? Tu pourrais lui dire de venir dans les boxes de gauches ?

Sous-entendus, à gauche de l’infirmerie ; le bâtiment inutilisé en face de l’ancien réfectoire qui servaient notamment à ceux qui voulaient s’isoler un peu du groupe. Selene enfila ses chaussures, reboutonna le gilet qu’elle portait et quitta la pièce. D’abord, elle trouva Duncan et lui demanda de la suivre. Sans lui expliquer pourquoi mais en signifiant d’un air peut-être un peu trop grave qu’elle « devait lui parler ». Elle était réellement fatiguée. En voyant Juliet à la vaisselle, la pianiste songea au linge qui devait être nettoyé mais le simple trajet jusqu’au lieu de rendez-vous l’avait épuisée. Le froid, la nutrition limitée, l’humeur maussade, tout jouait à miner ses réserves d’énergie.

Assise sur le lit de l’un des boxes, la jeune femme avait raconté à son aînée avoir récemment rêvé qu’elle accouchait d’un garçon avant que le bruit de la porte ne l’interrompe. C’était Andrea. Elle prit alors une grande inspiration et dissipa sa nervosité en réunissant en une torsade ses longs cheveux qu’elle rabattit qu’un côté de son visage ivoirin. Ça n’allait pas être facile mais si elle devait avoir une to do list avant de mourir, faire quelque chose pour ses deux amis était en numéro. Ça ne s’était pas franchement amélioré depuis cet été, ça semblait même pire parfois. La musicienne ne leur demanderait pas d’être meilleurs amis et de s’offrir des couronnes de fleurs mais… il devait certainement avoir un moyen de les faire sortir de leurs tranchées respectives.

- Il est là parce que je lui ai demandé, rétorqua-t-elle calmement à la question de la régisseuse, et… ça va oui, assura-t-elle, bien que ses traits tirés ne la trahissent, je voulais…, elle comptait commencer par leur parler de sa lettre d’adieu mais se ravisa, vous êtes les deux personnes en lesquelles j’ai le plus confiance pour gérer la prison, mais… mais vous n’arrivez pas à vous entendre, ce n’était pas une question, c’était un fait, alors on va faire en sorte de régler ça. Je ne vois pas pourquoi ça devrait… continuer comme ça alors que vous voulez la même chose. Du coup si vous voulez videz vos sacs, c’est maintenant, elle les regarda un par un et s’arrêta sur le magasinier, Duncan, toi d’abord.

Elle n’allait pas lui parler de sa motivation pour l’instant. Son objectif n’était pas qu’ils la prennent en pitié et se réconcilient pour elle. L’un comme l’autre devait crever l’abcès une bonne fois pour toute et ils avaient intérêt de faire des efforts ! Ils feraient tout pour la sécurité de la prison alors c’était ensemble qu’il serait plus fort. C’était important pour la suite car « si » elle devait ne plus être là dans un ou deux mois, c’était à eux que reviendrait la responsabilité du camp.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 couteau de chasse (porté au ceinturon, côté gauche), 1 cran d‘arrêt (dissimulé dans une de ses bottes), 1 pied de biche, 1 Sig Sauer P 226 et une hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1392
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Dim 17 Déc 2017 - 13:21
Quand Selene était venu trouver Duncan, il était assis tranquillement dans le local qui leur servait d’armurerie. En fait, il était entrain de nettoyer les armes tout en répertoriant, par catégories, le nombre de balles qui leur restait. Sur le coup, le musicien fut surprit de voir arriver quelqu’un. Instinctivement, il leva la tête et puis, quand Selene lui demanda de la suivre, il obtempéra sans sourciller et également sans poser de questions. En tout cas, le ton de la jeune femme était étrange. Qui plus est, son silence, sur la raison de sa présence, signifiait qu’il y avait quelque chose d’important à régler. Oui, mais quoi ? Que pouvait il bien se passer ? Pendant le trajet que les menaient tous les deux vers le local inutilisé, le musicien continuait à réfléchir. Et puis, finalement, il abandonna tout simplement à savoir ce qui se tramait. De toute façon, il allait bientôt le savoir.

Mais, quand ils commencèrent à faire les premiers pas dans l’entrée du local désigné, le viking hésita un instant à poursuivre sa marche en avant. En effet, celui-ci s’arrêta même aussitôt quand il lui sembla reconnaître la silhouette d’Andrea. Cela faisait maintenant un bail que la métisse l’ignorait. Elle avait d’ailleurs était clair dans ses déclarations. Elle ne voulait plus entendre parler de lui, ni le voir. Mais là visiblement, elle serait forcément obligée de lui faire face. Comment réagirait-elle ? Allait elle se jeter sur lui ? Le gifler ? Le traiter de tous les noms ?

Mais, puisque Selene souhaitait qu’il la suive, il continua sa marche en avant, jusqu’à se retrouver à quelques pas de l’afro-américaine. La présence de la jeune femme ne devait certainement pas être due au hasard ? Non, la cheffe de groupe avait organisé un traquenard pour l’un comme pour l’autre. A cet instant son cœur palpita. Ce n’était pas par peur mais, plutôt par appréhension. Et puis, il resta silencieux jusqu’à ce que la métisse se retourne et le regarde tout en demandant à leur Selene ce qu'il faisait dans la même pièce qu'elle.

La présence des deux alter ego de Selene n’était pas dû au hasard. Non, en fait s’ils étaient là tous les deux c’était apparemment pour qu’ils se rabibochent ? Enfin, du moins c’était ce que souhaitait visiblement Selene ? Est-ce que cela pouvait être réalisable ? Impossible à dire ? Le magasinier n’avait en tout cas, aucune rancune contre la jeune femme. Mais, ce n’était malheureusement pas le cas d’Andrea.

Quoiqu’il en soit, quand leur leader commença à prendre la parole, ce fut pour que Duncan commence à exprimer le fond de ses pensées. Alors, il regarda brièvement la métisse et puis, il baissa ensuite les yeux afin de ne pas soutenir son regard. Ensuite, il commença à s’exprimer : - « Je suis vraiment désolé pour tout ce qui t’es arrivé Andrea. On a certes des désaccords sur certains points de vu mais, je n’ai jamais souhaité à ce qu’il t’arrive du mal » Il s’arrêta brièvement, c’était comme s’il cherchait ses mots ?

- « Quand je t’ai parlé dans l’infirmerie, je ne savais pas du tout ce qui t’étais arrivé. J’étais tellement heureux de te revoir en vie … » Il releva instantanément les yeux vers elle et continua : - « Je venais de me réveiller et en fait, je ne me rappelais de rien du tout » Il s’arrêta encore et puis, il esquissa un petit sourire en coin avant de continuer : - « En réalité, la seule chose dont je ne me rappelle, c’est le visage de Lisandro qui n’arrêtait pas de me parler en espagnol. Et puis, ensuite ce fut le noir total »

A la fin de son argumentation, le musicien fixa ensuite la jeune femme tout en lui déclarant : - « Je sais très bien que ce que tu as perdu, personne ne pourra te le rendre. Je sais très bien, aussi, que tu me juge responsable de tout ça. Et je ne peux pas t’en blâmer. Après tout, tu as peux être raison ? J’aurais dû tenter de tuer Atticus la première fois que je l’ai rencontré ! Sans moi, tout ceci ne serait peut être jamais arrivé ? »


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Dim 17 Déc 2017 - 19:03
C’était un piège. Dans lequel elle était tombée sans sourciller. Ses yeux s’écarquillèrent sous le coup de la surprise, alors qu’elle planta son regard dans celui de Selene. La pianiste venait de lui faire un coup à l’envers : elle savait à quel point elle avait du mal avec Duncan, et par la même, qu’une discussion avec lui était toujours à éviter plutôt qu’à encourager. En les mettant tous les deux dans la même pièce, sans possibilité de retrait visiblement, Selene était sur le point de comprendre qu’on ne mélangeait pas l’huile et le vinaigre sans un très bon liant pour parfaire le tout. Et Andrea n’était pas persuadée de trouver ce qui pourrait les lier, lui et elle.

Evitant soigneusement le regard de Duncan, elle sentit néanmoins sa présence. Ses yeux se rivèrent sur la pianiste, a qui elle rendit une œillade furieuse de s’être fait avoir comme ça. Le pire, c’était qu’elle lui donnait la parole. Maintenant, il y aurait probablement un totem sacré qu’ils devraient se passer l’un l’autre pour pouvoir parler, et n’utiliser que des mots pas grossiers pour s’exprimer sans fâcher son vis-à-vis. Elle ne s’attendait pas à comprendre le discours qu’elle s’apprêtait à entendre. Elle ne s’attendait pas à éprouver un quelconque sentiment à son égard.

A dire vrai, Andrea s’était renfermée, profondément, depuis son amputation. Ses émotions avaient été mise sous cloche, et elle ne désirait pas y faire le ménager. Si bien qu’elle resta froide aux propos du géant à ses côtés, sans parvenir à lui adresser une œillade ou un regard qui aurait pu le mettre sur la bonne voie quant à ce qu’elle prévoyait de lui répondre. Elle le laissa à son laïus, à ses excuses, et regretta de sentir immédiatement la colère monter à l’intérieur. Elle la contint du mieux qu’elle le put, en évitant soigneusement de poser les yeux sur lui. On pouvait lui dire qu’elle était de mauvaise foi, elle avait l’impression de faire tous les efforts du monde pour ne pas craquer.

L’entraînement d’Isaac pour ne pas perdre patience portait finalement ses fruits, il fallait croire ! Elle ferma ses paupières un instant, et lorsque la voix de Duncan s’arrêta, elle prit une profonde inspiration pour garder son calme.

« Je suis toujours en colère. Je sais que je n’aurais pas dû m’en prendre à toi ce jour-là, mais je suis toujours en colère. » Admit-elle simplement. « Pas spécifiquement contre toi. » Ses yeux sombres se posèrent sur l’homme. « Contre tout le monde, plutôt. C’est comme ça. »

Au moins, Andrea en avait conscience. Elle ne parvenait pas à lutter contre, à passer au-dessus. Mais elle avait eu tellement d’autres chats à fouetter depuis lors qu’elle n’avait pas trouvé le temps de s’y arrêter davantage.

« Nous voulons la même chose, oui. » Affirma-t-elle à Selene, en captant finalement le regard de la pianiste. « Mais nous ne parviendrons pas à nous accorder sur la manière d’y arriver. » Elle haussa les épaules : « Il doit penser que je suis une emmerdeuse colérique qui le déteste depuis l’instant ou j’ai posé les yeux sur lui. » Fit-elle en le désignant de la tête. « Et je pense que c’est un rustre qui réfléchit plus avec ses poings – et parfois autre chose – qu’avec sa tête. »

Au moins, c’était dit.




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Selene Sweetnam
leader | Messiah
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: (généralement) couteau de chasse, glock 17, poignard dans une botte
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 07/11/2015
Messages : 5551
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Dim 17 Déc 2017 - 19:53
Ça ne commençait pas vraiment bien, ce serait mentir de dire le contraire. Selene avait un instant cru à un échange facile lorsque le magasinier avait choisi de présenter des excuses, mais la réaction de la régisseuse risquait de remettre le feu à un conflit censé être enterré. Le temps que son amie termine sa tirade, la musicienne pressa ses yeux et soutint sa tête lourde. Elle était tellement fatiguée…. Pour empêcher Duncan de sauter sur l’occasion pour répondre à Andrea, elle lui fit un signe en guise d’apaisement pour lui demander de ne rien dire. Ses yeux bleus allèrent de l’un à l’autre avant qu’elle n’articule :

- Ok, au moins vous avez conscience de vouloir la même chose, mais alors… pourquoi vos façons de procéder devraient vous opposer ? Elle marqua une pause, un mince sourire précéda la suite, tu te souviens Andrea : au début, on n’arrivait pas à s’entendre… et même après, tu m’as fait comprendre que je pouvais être trop… impulsive, imprudente, émotive, généralement « trop » dans tous les cas, la liste ne devait pas être exhaustive, je t’ai écouté et même si on ne peut pas être d’accord sur tout, la pianiste pensait bien évidemment à la discussion du mois dernier après la rencontre tragique, tu restes celle en qui j’aurais le plus confiance pour parler en mon nom et celui du groupe, auprès d’autres personnes, d’hypothétique étrangers ou alliés. Selene regarda alors le viking pour poursuivre, et sans toi, Duncan, je ne serai pas là. Tu m’as appris que ça ne sert à rien d’attendre que la vie soit plus facile, il faut juste… aller de l’avant. C’est ce que j’ai essayé de faire depuis la première fois qu’on s’est vus, il y a presque deux ans maintenant, elle était une jeune femme bien différente à l’époque, là où je veux en venir c’est que… je suis meilleure grâce à vous deux. Vous n’êtes pas opposés, vous êtes complémentaires.

Elle était le résultat de leur influence. L’étudiante ne s’en était même pas vraiment rendu compte jusqu’à maintenant. D’autres avaient marqué sa route : par exemple, la promesse qu’elles s’étaient faite avec Abigail de ne jamais s’abandonner l’une l’autre. La blonde était rongée par des émotions vengeresses et chaotiques, la musicienne subissait les premiers symptômes de sa pathologie ; alors elles s’étaient persuadées de sombrer ensemble. D’appliquer le mantra que Selene s’était tatoué sur la poitrine six ans auparavant : Si tu ne veux pas que la peur du mal, il te faudra incarner le mal en personne. Au final, la future mère avait dévié de ce sentier et ne le regrettait pas. L’irlandaise ne lui en voudrait pas non plus, elle en était sûre.

- Je ne vous demande pas de devenir meilleurs amis, mais au moins… parlez-vous, essayez de voir comment vos méthodes peuvent se combiner, ces tensions internes lui pesaient sincèrement et elle n’était plus en état de jouer la psychologue, si jamais on rencontre encore les gens qui ont tué Alma, il faut qu’on soit sûrs de… d’être tous sur la même longueur d’onde. Et ça commencera forcément par vous de-nous trois.

Elle avait failli s’exclure de l’équation, anticipant sa mort bien trop proche. Mais il fallait feindre y croire, pas vrai ? L’essentiel restait le même. Leur petite communauté était composée de personnalités très différentes mais certaines étaient, forcément et de toute évidence, mieux taillées pour prendre les devants. Les autres suivraient Duncan et Andrea sans poser de question en cas d’urgence : encore fallait-il qu’ils arrivent à jouer sur la même partition.


« Dum spiro spero »
Go back and forward, but all is melting like the snow ♪ Taking all from us, all we thought was left to know ♪ On what we treasure falls a dusty snow ♪ taking us backwards, but where we will never know.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Duncan Donhadams
Bras Droit | Messiah
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 couteau de chasse (porté au ceinturon, côté gauche), 1 cran d‘arrêt (dissimulé dans une de ses bottes), 1 pied de biche, 1 Sig Sauer P 226 et une hache de pompier
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/07/2016
Messages : 1392
Age IRL : 43
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Ven 22 Déc 2017 - 23:55
Quand la jeune femme se retourna, ce ne fut que pour se retrouver en face à face avec le musicien. Sur le coup, elle sembla encore plus surprise que lui ? En fait, on pouvait même lire sa stupéfaction sur les traits de son visage. La métisse était peut être étonnée mais, elle resta toutefois stoïque devant le viking. Stoïque mais, toujours bouche bée. C’était comme si elle cherchait des explications à tout ce qui était entrain de se dérouler dans cette pièce ? Les questions devaient certainement s'accumuler dans sa tête ? Mais, elle devait surtout se demander pourquoi Duncan osait se présenter devant elle après tout ce qu’elle lui avait balancé au visage ? Après tout, elle était en droit de l’envoyer sur les roses, il  avait osé braver son autorité et ses avertissements ! D'ailleurs, osait il réellement la défier ?

La demoiselle sembla à première vue désorientée par cette situation ? Mais, elle retomba rapidement sur ses jambes en balayant rapidement la pièce du regard. Il était évident qu’elle cherchait une réponse à sa question principale. Et quand enfin, ses yeux se posèrent sur l'investigatrice de ce complot, elle sembla tout de suite comprendre ce qui était entrain de se tramer sous ses yeux. Elle sembla tout d’abord énervée d’être tombée dans ce traquenard ? Et puis, elle sembla surtout être entrain de contenir sa colère qui devait certainement être entrain de s’amplifier ? En tout cas, quand le musicien commença à parler, elle ne lui coupa pas la parole. Ce qui semblait déjà être un effort colossal de sa part ? Qui plus est, elle resta attentive jusqu’à ce qu’il ai terminé d’exprimer ses regrets. Enfin, c’est du moins ce que pensait le musicien car, elle avait les yeux fermés ? Après tout, elle pouvait peut être faire la sourde oreille comme elle l’avait déjà fait la première fois ?

Le barbu s’était donc exprimé avec son cœur, ce qui était rare de sa part, et fut tout de suite fixé quand à savoir si Andrea avait écouté l’entièreté de ses paroles. En tout cas, les premiers mots de l’afro-américaine ne ciblèrent pas directement Duncan. Non, en fait ils étaient généralisés et destinés à la terre entière. Elle était en colère et surtout frustrée de n’avoir rien pu faire pour se défendre. Mais, la suite de ses paroles furent beaucoup plus directs et surtout beaucoup plus acerbes à l’attention du musicien. Cette fois-ci elle s’attaquait une nouvelle fois à lui, sans le regarder directement, tout en l’ignorant et surtout avec des mots forts et dégradants.

Sur l’instant Duncan serra immédiatement les mâchoires de colère. Cela faisait la deuxième fois qu’il lui présentait ses excuses et cela faisait la deuxième fois qu’elle se moquait ouvertement de lui. Le musicien qui ne comptait pas en rester là, commença alors à ouvrir la bouche pour pouvoir répliquer à cet affront. Mais, auparavant, il jeta un rapide coup d’œil vers Selene qui lui faisait rapidement signe de ne rien tenter de stupide. C’est donc en essayant de garder son calme qu’il écouta ensuite sa cheffe de groupe parler. Le discours de la jeune femme était cohérent et véridique. Si Selene venait à devoir abdiquer de son poste, pour diverses raisons, Andrea et Duncan étaient à priori les personnes les plus adaptés au commandement. Andrea était la sagesse et la tête pensante. Quand à Duncan, il était les bras et les jambes. En fait, la jeune femme avait parfaitement raison, ils étaient, certes, diamétralement opposés mais, ils étaient pourtant complémentaires.

A la fin de l’argumentation de Selene, le magasinier toussota afin d’attirer l’attention vers lui et puis, il déclara finalement : - « Je suis entièrement d’accord avec toi et je suis prêt à faire des sacrifices pour y parvenir. Mais, il faudrait peut être que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes ! » Il ne regardait pas la métisse. Elle l’avait ignoré, alors il allait faire exactement la même chose tout en parlant d’elle à la troisième personne du singulier. - « D’après ce que j’ai entendu, elle pense que je n’ai rien dans le crâne, que je suis violent et que je … enfin bref » Il poussa un soupir, leva les bras et les laissa retomber sur ses cuisses avant de reprendre : - « Je veux bien être gentil mais il faut être crédible, on y arrivera jamais ! Andrea me déteste depuis le premier jour ou elle m’a rencontré ! Les mots qu’elle vient de prononcer en sont la preuve. Je me suis excusé pour la deuxième fois et elle continue à me dénigrer ! Qu’est ce qu’il lui faut de plus ? »


Code couleur:
 


Aujourd'hui le sang et les balles sont l'unique loi. Si t'es une personne responsable tu comprendras que le recours à la violence est inévitable.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 16/12/2014
Messages : 1280
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   Sam 23 Déc 2017 - 10:39
« Parce que si nous voulons la même chose, nous ne procédons pas de la même manière. » Analysa-t-elle simplement sans adresser un regard à l’homme à ses côtés.

Même si ses propos lui arrachèrent un profond soupir de lassitude. Ses yeux sombres se posèrent sur lui, et elle le méprisa sans s’en cacher : Andrea ne pouvait mentir sur le fait que ses propos l’agacer, c’était à croire qu’il n’entendait que ce qu’il voulait. Ça n’était pas le dénigrer, ça n’était qu’une observation formelle de ce qu’elle avait vu de lui sur le terrain. Et il s’échinait à ne pas comprendre, comme s’il était parfait et sans défaut :

« Tu sais quoi Duncan ? » Lança-t-elle, plus abruptement : « Commence par arrêter de croire que je te déteste depuis l’instant où j’ai posé mes yeux sur toi parce que c’est t’accorder trop d’importance. » Cracha-t-elle sans faire attention à Selene. Il allait comprendre de quel bois elle se chauffait, voilà : « Et si tu prenais les choses comme elles sont au lieu de te poser en victime et de croire que je vais tout faire pour te saboter, hein ? Je ne te hais pas, mais je ne t’aime pas non plus. »

C’était dit, et c’était clair. Ainsi, il ne pourrait pas faire l’homme qui ne savait pas, ou alors qui supposait que c’était le cas. Au lieu de lui donner des mots qu’elle n’avait pas tenu, Andrea jouait carte sur table, et on ne viendrait pas lui dire qu’elle n’avait pas fait d’efforts pour régler la situation : ça passait par de la franchise !

« Je n’aime pas ta manière de faire. » Précisa-t-elle dans la foulée : « Avec la famille, lors de la rencontre. C’était quoi cette proposition de les piller et de les laisser sans rien ? Ou de les agresser ? Ils ne t’avaient rien fait, et ils ne méritaient pas leur sort. »

Leur rencontre n’avait pas amené de bonnes choses, mais tout aurait pu être différent, et elle le savait. Ils étaient prêts à discuter, à se remettre en question, Liam a même aidé avant de se faire tirer dessus. Et il ne fallait pas oublier qu’une gamine y était passée, pour une guerre qui n’était même pas la sienne ! ça n’était pas une des leurs, certes, elle ne faisait pas partie du campement, soit ! Mais c’était une personne, et tous étaient trop promptes à l’oublier :

« Je suis persuadée qu’on peut laisser parler les poings lorsque tous les autres recours ont été utilisé, et tu as trop tendance à sauter directement au dernier recours. » Reprocha-t-elle. « Si jamais on rencontre ces militaires, ma position reste la même : Selon leur nombre, on s’y plie et on y va. Si on peut fuir, on fuit. »

Elle se tourna vers Selene cette fois : elle ne comptait pas bouger d’un iota sur son discours.

« Si on peut les tuer, on les tue. » Ajouta-t-elle, plus froidement. « Mais y aller frontalement, alors qu’ils sont plus forts, mieux armés, et mieux organisés, c’est la pire idée qu’il soit. »




La médiocrité commence là où les passions meurent. C'est bête mais j'ai besoin de cette merde pour sentir battre mon cœur.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Bury the hatchet   
Revenir en haut Aller en bas  
- Bury the hatchet -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Motocross de Moircy puis un très très long hiver ...
» ❝ EASTWOOD Nick ▬ « If I die young, bury me in satin. »
» Kwon Ji Hyuk — Kill them with success, and bury them with a big smile.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: