The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Farewell ? God knows when we shall meet again - or not. -
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roza Votiakova
Graphiste qui déchire
Motherrr Rrrrussia
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Deux pistolets 9 mm ainsi que deux couteaux
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 1602
Age IRL : 30
MessageSujet: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Jeu 14 Déc 2017 - 20:18
Partir n'était plus un songe, c'était maintenant une certitude pour l'encrée et aujourd'hui, il était temps d'y mettre les mots comme d'en informer les dirigeants du camp. C'était bien la seule chose qui la motiva à quitter son tapis de sol ce matin là, ces dernières semaines n'avaient plus rien de bien encourageantes, bien au contraire, la tatouée avançait au point mort ou presque. La mort de Mark, le départ de Tamara et Melvin ainsi que cette parano qui la rongeait ne l'aidait en rien à s'accoutumer au camp. Au contraire, elle régressait et se voyait maintenant comme un fléau maudit, craignant pour la sécurité de ranch, et tout simplement celles des gens qui l'entouraient. Il fallait que ça change, il fallait qu'elle se bouge, qu'elle avance vers sa prochaine destiné, vers sa vendetta.

D'un pas toujours lourd malgré le brin de toilette imposé, elle se hissa dans le bâtiment principal du ranch et alla toquer - comme convenu - à la porte des amoureux, Dean et Gin. Ces derniers partageaient le même désir de départ que la russe mais pour bien d'autre raison. La troupe avaient néanmoins décidés de partir ensemble, quitte à se séparer par la suite, le départ, lui, serait commun.

"C'est le grrand jourr. Z'êtes chauds ?" Avec le froid qu'il faisait, ils avaient plutôt intérêt à l'être.

Les voilà donc tous les trois sur la première phase du départ, un petit clin d’œil pour Gin, un signe de tête pour son homme et l'encrée tourna les talons vers les escaliers. Il ne manquait maintenant plus qu'à trouver Axel ou Carmen pour leur annoncer la nouvelle et vite décamper pour de nouveaux horizons, nouveaux objectifs et surtout nouvelles emmerdes. Un coup d’œil vers le salon invita la tatoueuse à continuer sa recherche, pas de gérants à l'horizon, la cuisine en revanche : c'était bingo, le brun grognon répondait présent, parfait !

La tatouée s'arrêta à l'entrée et se tourna alors vers le duo qui l'accompagnait : "Honneurrrr aux dames... Dean, après toi." La taquinerie gratuite ! Si un petit semblant de connerie l'animait encore il pouvait être sûr de ne pas y couper ce pauvre Parker. D'un geste de la main et d'un léger sourire, elle l'invita donc à passer devant et faire face à Axel, laissant ainsi au couple la priorité pour annoncer leur départ. Le tour de la russe viendrait après, elle préférait garder ses sombres justifications pour la fin, ça ferait un bon point final.


Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 752
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Sam 16 Déc 2017 - 16:27

Farewell ? God knows when we shall meet again - or not


Ft Gin – Roza - Axel & Carmen

Stagner c'était crever, Parker n'avait jamais dérogé à cette règle à l'extérieur mais en suivant Tamara – aujourd'hui loin – le trentenaire était persuadé coller cette réplique dans un coin de son crâne pour ne jamais plus s'en servir à l'avenir. C'était faux bien évidement, pour importait où eux se posaient, car ce n'était que ça finalement, eux se suffisaient et le reste n'était qu'un tout plus complexe duquel il peinait à  se dépatouiller sans passer pour un connard fini. Gin n'était pas à l'aise, par mimétisme sans doute, mais plus encore car il n'était guère le type le plus avenant du monde, Dean suivait le chemin laborieux de l'intégration sans véritablement s'y plier totalement. Il suffisait de voir leur sortie à l'hosto, en compagnie de Mykonos et Nolan, pour comprendre qu'ils ne seraient jamais vraiment capables de se fondre dans une masse – aussi importante – de gens. De plus, il peinait à retenir les prénoms de chacun, ça n'aidait en rien et interpeller Pierre, Paul ou Jacques en le sifflant ne serait jamais assimilé à de la sympathie, encore moins à un oubli malheureux non... certainement pas après quatre mois à croiser les faciès de chacun.

La seule dont il retenait le patronyme, sans doute car elle lui tapait sur le système à lorgner impunément sa blonde, n'était nulle autre que celle qui vint toquer à leur porte ce jour là. Enjouée, la pile électrique le poussa à soupirer alors qu'il observait rapidement le sourire qu'elle s'échangeaient avec Guinevere. Lui n'avait droit qu'à un pauvre signe de menton, dans le genre cinquième roue du carrosse l'électricien avait clairement l'impression d'être de trop lorsque la Russe traînait dans le coin... Mais là n'était pas la question. C'était le moment, le jour qu'ils avaient choisi – tous trois et ce malgré lui – pour plier bagages et repartir sur les routes.

Le sentiment d'avoir raté quelque chose le tenait, tout autant que l'idée désagréable de n'avoir en rien avancé en ce qui concernait son fils lui foutait les nerfs. Ici, dans ce Ranch à l’abri des maux, c'était comme si le temps s'était suspendu et que chacun, trop habitué au bien être nouvellement acquis, se reposait sur ses lauriers. Parker n'avait fait qu'imiter le mouvement, comme un putain de mouton inutile, comme ceux qu'ils n'appréciaient pas des masses et se complaisaient dans ce train-train chiant à crever. Malgré tout, et en un dernier regard à Weaver, le grand blond quitta la pièce et emboîta le pas à Roza jusqu'à manquer de lui rentrer dedans à peine eut-elle stoppé ses investigations aux abords de la cuisine.

- Si tu l'dis. Lâcha-t-il, légèrement sarcastique, pour répondre à sa première connerie. évites d'en profiter pour lorgner l'cul de Gin...

Pic retournée, habituel entre eux et depuis l'instant qu'il avait compris le manège de la brune. Ce qui le faisait chier cependant, et ce alors qu'il approchait d'Axel avec lequel il n'avait pas creusé plus que cela pour le savoir aussi peu avenant que lui, c'était surtout le fait que Weaver se complaisait dans ce flirt malsain avec la tatouée. En quelques sortes, elle retrouvait l’intérêt que les autres lui portaient autrefois, mais cette manière de devoir briller à travers d'autres prunelles, et d’attiser sa propre rancune, le faisait copieusement chier.

- Axel ? L'interpella-t-il pour s'obtenir un point d'ancrage avec les yeux bruns de son interlocuteur. J'sais qu'on s'est jamais parlé plus que ça mais, enfin.... Pour la faire courte on a dans l'idée de quitter le Ranch avec Gin. Du genre, définitivement.

On ne lui avait jamais appris à adoucir ses dires, ni même à broder puis, de toute évidence, qu'y avait-il d'autre à dire ? Déjà que ce mec ne semblait guère capable de se fondre dans la masse ni même de discuter des heures durant avec un semblable, autant lui épargné de discours interminables qui, en définitive, se concluraient tout de même sur leur désir de se tirer.


egotrip



No Pain, no gain...
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise and where's and why's and living lies, so I'm living it all and I'm giving it all. With the pain and anger can't see a way out. I heard him say gotta find me a future move out of my way.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Dim 17 Déc 2017 - 11:28

    M'étant réveillé tôt ce matin, toujours aussi épuisé et avec cette impression d'être un peu décalé du reste, j'avais laissé Shawna et Liam, encore endormis. Rejoignant rapidement la salle de bain pour observer mon reflet, je n'avais retenu un soupir agacé devant ma tête qui faisait presque peur ; ces cernes qui semblaient s'agrandir au fil des jours. La joie d'être père et de passer une bonne partie des nuits éveillé à m'occuper de mon fils. Caroline disait qu'il mettrait un peu de temps à faire ses nuits mais j'osais franchement espérer que le ''un peu de temps'' serait réellement ''un peu''. Après avoir rapidement essayé de dompter mes cheveux, j'étais ressorti avec l'optique de faire un rapide tour au dehors du ranch, m'assurer qu'il n'y avait pas de problème à l'horizon. Enfilant ma veste, mes chaussures, et prenant ma machette, j'étais donc sorti, n'adressant qu'un rapide regard à ceux que je croisais. Avec le temps, tous avaient compris que je n'étais absolument pas du matin et qu'il ne valait mieux pas me parler ; si toutefois on considérait que j'étais plus avenant en journée, ce n'était clairement pas un fait avéré pour l'instant et ça ne le serait sans doute jamais. Bien sûr, depuis tous ces mois j'avais appris à me faire à tous ces gens, ne plus les craindre autant qu'avant et douter de chaque geste, mais il n'empêchait que cette vie en société m'avait toujours posé un certain problème et ce déjà dans ma vie d'avant.

    Mon petit tour effectué, j'étais retourné à l'intérieur du ranch, joignant immédiatement la cuisine dans le but de me faire un café et profiter encore un peu du calme qui régnait dans la pièce. Déposant ma veste sur une chaise, j'avais été agréablement surpris de trouver de l'eau encore chaude et m'étais rapidement fait un de ces cafés solubles qui n'arrivait clairement pas à la cheville d'un café latte, mais il ne pouvait y avoir que des avantages à ce nouveau monde. M'installant à la table en lâchant un nouveau soupir à fendre le cœur, j'avais déposé un coude sur cette dernière, calant mon menton dans ma main en faisant doucement tournoyer mon café avec une cuiller de ma main libre. Si j'avais toujours eu du mal à me réveiller, c'était encore pire maintenant que je manquais de sommeil.

    La tranquillité ne dura cependant pas bien longtemps. Déjà quelques voix se firent entendre, puis des pas s'approchant de la cuisine. La porte qui s'ouvrait. Lançant machinalement un rapide regard à cette dernière, j'aperçus Roza, Dean et Guinevere, m'en désintéressant bien vite après un rapide signe de la tête en guise de salutation sans prendre la peine de dire quoi que ce soit, comme souvent. Les trois semblaient discuter de je ne savais quoi, n'y prêtant toujours pas plus d'attention que cela. Jusqu'à ce que mon prénom fut prononcé. Haussant un sourcil toujours aussi blasé qu'à l'accoutumé, j'avais reporté mon attention sur Dean, signe que je l'écoutais. Lui qui n'était jamais vraiment venu taper la discute, et moi-même ne l'ayant jamais fait, il était plus qu'étonnant qu'il se décide à s'adresser à moi d'un seul coup. Et la justification de son interpellation tomba rapidement. Quitter le ranch ? Définitivement ? Immédiatement mes sourcils se froncèrent, plus dans une réaction interloquée qu'en colère. Sans doute avaient-ils leurs raisons et, si je n'avais absolument pas l'envie de converser de quoi que ce soit, ni même d'entendre les gens me parler, il était de mon devoir de prendre sur moi, encore une fois. Inspirant légèrement avant de soupirer, je désignais les chaises vides en face de moi.

« Installez-vous. Vous vous doutez bien qu'il va me falloir une explication, alors je vous écoute. »

    Je ne les connaissait pas suffisamment pour savoir ce qui pourrait les pousser à vouloir partir, même si je l'aurai sans doute déjà fait moi aussi si je n'avais pas ces quelques personnes importantes autour de moi. Mais leurs raisons ne pouvaient pas être les mêmes alors oui, j'allais écouter et peser le pour et le contre avec eux, mais aussi prendre en considération les risques pour le groupe de laisser partir des personnes au dehors, définitivement, tout comme l'avaient fait Tamara et Melvin. La seconde question était de savoir ce que faisait Roza avec eux... avait-elle le même projet ?




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Desert eagle - Machette (Tomahawk et 9mm cachés)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 14/06/2015
Messages : 1271
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Dim 17 Déc 2017 - 11:58

Enfin, elle parvenait à tenir debout. Bien qu'affaiblie et épuisée par les efforts, la Navajo pouvait désormais se tenir debout sans avoir la tête qui tournait. Si elle avait cru perdre la vie au cours de ce maudit accouchement, au moins le nourrisson qui désormais dormait sagement dans son berceau était lui, en bonne santé. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres en venant effleurer du bout du doigt la joue de son fils, déposant un bref baiser sur son front avant de s'habiller rapidement d'un jean et d'un pull bien trop grand pour elle, qui avait au moins le mérite d'être confortable. Murmurant à Jasper qu'elle revenait vite, ce dernier lui répondit par un bref baiser, s'occupant donc de la garde du bébé pour quelques temps, histoire qu'elle puisse enfin souffler. Depuis la naissance de leur fils, Isha avait exigé d'elle qu'elle ne se lève pas, et prenne le temps de se reposer. L'hémorragie de la délivrance lui ayant fait perdre beaucoup de sang, c'était donc tout naturellement que son corps avait exigé un repos aussi long que cette journée ou elle avait été laissée pour morte par l'autre tarée de survivante, voir même plus maintenant qu'un petit être geignait toutes les deux heures pour faire signe qu'il avait faim...

En silence, elle avait descendu les escaliers, ravie de ne trouver personne alors qu'elle s'engageait dans la cuisine.
Ou presque. En réalité, tout juste le pied posé dans cette dernière, elle entrevit les bribes d'une
discussion entre Axel, Dean Roza et Gin. Et visiblement, ça parlait de départ puisque que son meilleur ami demandait des explications sur le sujet.
Sans mot dire, la brune s'avança à son tour en saluant le trio d'un signe de tête avant de venir prendre place aux côtés d'Axel.

On vous écoute. précisa t-elle avec calme en chippant une gorgée du café d'Axel, annonçant immédiatement la couleur.

Je suis capable de tenir assise sur une chaise pour discuter, pas la peine de me ramener dans la chambre.

Certes, il lui avait fallût plusieurs jours avant qu'elle n'arrive à rester éveillée plus de quelques heures, mais si un groupe prenait la décision de quitter le ranch, elle se devait d'être là, de comprendre, et d'en discuter avec les autres dirigeants.
Indiquant les places libres autour de la table, elle désigna tour à tour Roza, puis Gin et Dean.

Asseyez vous, et discutons.

Ce n'était pas la peine d'émettre un non catégorique. Mais sii ceux là devaient s'en aller de manière définitive, ils devraient au moins se mettre d'accord sur la marche à suivre, c'était certain. Jetant un regard entendu à Axel, la brune resta silencieuse, laissant la parole libre aux trois survivants.


BLOOD MUST HAVE BLOOD.
• They're different from us
Which means they can't be trusted
We must sound the drums of war,
First we deal with this one
Then we sound the drums of war.

(.) navajo quotes.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Roza Votiakova
Graphiste qui déchire
Motherrr Rrrrussia
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Deux pistolets 9 mm ainsi que deux couteaux
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 15/02/2017
Messages : 1602
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Dim 17 Déc 2017 - 13:51
Les temps étaient durs, sacrément durs même, de là à en oublier la connerie qui la définissait tant, certainement pas ! C'était son oxygène, sa façon bien à elle de garder la tête hors de l'eau pour éviter d'y couler. Dean ne voyait pas la plaisanterie de la même manière, il était plus sérieux dans son genre, plus sarcastique, ce qui en faisait de lui une pseudo victime de choix. Un fait que les deux jeunes femmes avaient bien assimilé. Aussi quand celui-ci quémanda à la russe de ne pas zieuter le derrière de sa petite amie, Roza prit ces mots pour une invitation, de même pour la blonde qui s'avança à la suite de son homme dans un déhanché bien digne de ce nom. Ses iris clairs coulèrent alors sur le popotin complice qui lui déroba un léger sourire en coin, sacrée Gin.

Cependant le sérieux reprit bien vite sa place et la russe fut même sacrément surprise par l'approche de Dean envers Axel, le pauvre ne demandait sans doute qu'à siroter son café tranquillement. Ce type était sacrément cash, elle même se croyait plutôt directe dans son genre mais l'électricien la battait à plat de couture pour le coup.

"Hum.. d'même pourr moi, sans l'aspect définitif."  Dit-elle à la suite avec une certaine pudeur dans son timbre qui ne lui ressemblait guère. Son accent à couper au couteau répondait tout juste présent, il restait étonnamment discret pour ce coup là.

Allant de surprise en surprise, ce fut l'entrée de Carmen qui s’enchaîna derrière, tout en furtivité, Roza ne s'y attendait guère et la suivit du regard en silence après lui avoir rendu un salut de la tête. Ce serait donc un entretien avec les deux gérants d'un coup, pas plus mal finalement, parfait, même.

Il furent à la suite invités à s'installer, c'était de bienvenue et ça rendrait peut-être le tout un peu plus convivial sans compter que cela devait grandement faciliter la vie à la nouvelle maman. Leur rendant alors un hochement de tête, la tatouée coopéra et s'installa sur une des chaises avant de poser coude sur la table, puis son pouce et son index virent rejoindre ses paupières. Bientôt, ce sera son tour d'en venir aux faits et d'un coup elle ne savait plus vraiment comment amener le sujet sur le tapis. Autant laisser les amoureux continuer dans leur lancée, cela lui donnait l'occasion de réfléchir sur ses propres motivations pour réussir à les synthétiser en quelques mots. Doutant que cela suffise, la peur commençait à lui retourner doucement les entrailles, les deux dirigeants seraient sans doute comme Connor et risquaient de demander des détails pour comprendre sa logique, et devoir admettre que la chute du lycée reposait sur sa bêtise du jour J, qu'elle était de ce fait une menace pour le ranch avec sa tête bien connue des pillards et qu'elle était rongée par cette peur irrationnelle de les voir débarquer à tout moment.... tant de [i]vérités[i] au goût acide à devoir vomir sur la table, ça ne serait pas facile, mais c'était à faire. Fait chier.



Remnants, one day...
I'M GONNA HURT YOU
SOMETIMES YOU GOTTA FIGHT THE DEVIL WITH A DEMON.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Ethan B. Saddler
Recovery Grove
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Sig Sauer P320 - Hot Bend bilisong C29 (couteau papillon)
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 27/05/2017
Messages : 752
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Dim 17 Déc 2017 - 18:06

Farewell ? God knows when we shall meet again - or not


Ft Gin – Roza - Axel & Carmen

S’asseoir, c'était bien le dernier truc qui lui passait par la tête à l'instant, comme si la scène ressemblait davantage à un entretien d'embauche qu'à une discussion sur le fait de quitter un endroit pour repartir en quête de la liberté de Guinevere. Il posa rapidement les yeux sur elle d'ailleurs, sans grand étonnement elle était complètement perméable à la conversation, pas que ça l'emmerdait mais ici bas, et depuis le début d'ailleurs, la blonde avait tendance à se reposer sur lui pour ouvrir le dialogue ou la pousser à s'intéresser aux autres. Pour être honnête, lui même avait du mal, ce n'était pas son élément, et malgré tous les efforts du monde, Parker peinerait toujours à trouver ses marques parmi tant de gens. Néanmoins, il n'alla guère contre la volonté d'Axel pour lequel, bien qu'ils n'avaient entretenu aucune sorte de lien, le trentenaire avait un profond respect. Ce gars venait d'avoir un gosse, rien que ça lui retournait le bide quand il songeait au sien, quelque part....

Bien que l'espoir fut encore présent, parfois Parker en venait à se dire que Diego n'était peut-être plus de ce monde depuis des lustres et que ses investigations resteraient vaines... Ce qui le faisait tenir ? La jeune femme à son flanc à qui il voulait offrir ce à quoi elle aspirait tout simplement.

Roza prit alors la parole mais ses mots l'invitèrent à froncer les sourcils. Comment ça pas définitivement ? Elle leur avait bien demandé suivre leurs routes un temps non, ou avait-il manqué un chapitre ? Immédiatement, et en observant le profil de la tatouée, Parker songea au fait qu'elle pouvait simplement accompagner Gin, histoire d'avoir encore un œil sur elle, avant qu'elles se séparent pour de bon. Putain... Jura-t-il mentalement avant que revienne son droit à la parole. Prêt à reprendre, après tout les deux femmes en sa compagnie n'attendaient que ça, tout comme leur interlocuteur, Dean pinça les lèvres en voyant débarquer Carmen. Elle était levée ? Sérieux ? Il en fit fie, après tout la brune était assez grande pour connaître l'état de son organisme et, d'ici peu – bien qu'il ne leur souhaitait que de bonnes choses – il n'en aurait plus rien à faire. Une fois encore, cette pensée rapide, l'invita à appuyer le fait qu'ils devaient forcément partir. Il n'y avait qu'elle à ses yeux, que Weaver, les autres pouvaient bien être dans le besoin qu'il ne tergiverserait pas dix piges pour l'épargner elle... elle et son fils si il le retrouvait un jour. Mieux valait donc leur épargner ça, s'épargner ça à lui même car passer pour un connard passait encore dans l'ancien monde mais, ici, le trentenaire ne supporterait clairement pas le jugement de personnes qu'il serait forcé de croiser chaque jour que Dieu faisait. Une fois encore on leur quémanda de prendre place et, cette fois, l'électricien fit grincer les pieds d'une chaise sur le sol pour y visser les fesses.

- J'vais pas mentir sur le fait que vous rejoindre me permettait d'offrir quelque chose de plus sain à Gin. Ses yeux allaient et venaient entre ceux d'Axel et de Carmen. Le besoin de souffler, le besoin de la savoir en sécurité mais, clairement on est pas fait pour ça. Pas faute d'avoir tenté de s'intégrer pleinement mais, elle comme moi avons énormément de mal à nous lier aux autres. J'suis pas asocial, loin de là mais....

Comment dire à ces gens que si l'un d'eux était en danger, que Guinevere l'était, il ne choisirait pas ni n'hésiterait ? Ce n'était pas l'esprit de groupe, ça n'avait rien à voir avec de la mauvaise foi non, c'était simplement la triste réalité.

- vous êtes un bon groupe, de bonnes personnes, mais j'pense pas qu'on soit sur la même longueur d'onde et vaut mieux vous épargner des soucis parce qu'on pense et on pensera toujours l'un à l'autre avant le reste du groupe. C'est cash, j'en ai conscience mais, pourquoi vous raconter des conneries ? Il arqua les sourcils. L'honnêteté était sans doute la meilleure manière de les préserver d'eux mêmes. J'ai vu trop grand, j'en suis désolé mais profiter d'une situation de confort c'est pas mon truc.

Le soutient, il ne s'y attendait pas vraiment pour avoir l'habitude de parler pour deux. Gin n'était pas coutumière de la chose, du moins pas sans devoir pester ou taper du poing sur la table mais aujourd'hui, alors qu'il s'apprêtait à faire front pour eux et obtenir gain de cause pour ses beaux yeux, il remarqua son attitude surprenante autant qu'elle le toucha réellement. Sans prévenir, son dos quitta le dosseret du siège à coté du sien et ses doigts glissèrent contre les siens. Elle le soutenait, à sa manière, sans devoir dire quoi que ce soit, ça lui suffisait... C'était suffisant à son regard même s'il n'était sûr de rien concernant leur avenir et ce que penseraient les personnes face à eux.

egotrip



No Pain, no gain...
I'm a man with a one track mind, so much to do in one life time. Not a man for compromise and where's and why's and living lies, so I'm living it all and I'm giving it all. With the pain and anger can't see a way out. I heard him say gotta find me a future move out of my way.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Jesse O. Lewis
Administratrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Un Beretta 92 et un couteau militaire
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 31/10/2015
Messages : 1311
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   Lun 18 Déc 2017 - 0:01

    Ayant invité le trio à s'asseoir à la table, ne prenant pas vraiment le temps de prendre un air plus avenant et moins fermé qu'à l'accoutumée, j'avais enregistré dans un coin de mon esprit la volonté similaire de la tatouée d'également quitter le groupe. Sans l'aspect définitif cependant, ce point serait à éclaircir, mais chaque chose en son temps. En voyant Carmen arriver dans la pièce, je n'avais pu m'empêcher de froncer les sourcils. Après son accouchement plus que compliqué, qui avait même failli la laisser pour morte, ne ferait-elle pas mieux de se reposer plutôt que de se charger de cela ? Sans doute que si, mais mieux valait ne pas contredire la Navajo et la laisser prendre part à cet échange, elle était de toute façon bien trop tête de mule pour accepter de retourner se reposer. La laissant s'installer sur la laisse à côté de moi, je lui avais adressé un simple regard dans lequel elle saurait percevoir à la fois mon inquiétude et mon soulagement de la savoir à nouveau sur pieds, de savoir qu'elle s'en était finalement bien tirée. Que se serait-il passé si ça n'avait pas été le cas ? Mieux valait ne pas y penser. Soupirant légèrement lorsqu'elle prit mon café pour en boire une gorgée, je n'avais rien ajouté d'autre ; elle le savait de toute façon, que je détestais que l'on fasse cela sans mon accord, mais elle savait aussi qu'elle était l'une des seules à qui j'accordais beaucoup de choses.

    Quand elle affirma être capable de se tenir sur une chaise j'avais gardé un air relativement fermé, reportant mon attention sur nos trois semblables. Oh bien sûr qu'elle en était capable, mais ce n'était pas pour autant qu'elle devait être au meilleur de sa forme. Croisant à nouveau le regard sombre de ma meilleure amie, j'avais hoché brièvement la tête, patientant désormais que les concernés s'installent pour nous en dire plus sur leurs motivations et leur projet de départ. Ce qu'ils firent plus ou moins rapidement alors que je laissais voguer mon regard de l'un à l'autre, percevant clairement l'air pensif de la russe. Elle ne parlerait sans doute pas immédiatement, mais elle devrait bien le faire à un moment ou à un autre. Après tout ce temps passé entouré de tant de personnes, j'en étais venu à la conclusion que ces trois-là ne représentaient pas de menace directe, pas vraiment. Certes, l'Homme était constamment trop imprévisible, notamment quand de liens solide n'avaient pas été forgée, mais ils auraient tout aussi bien pu prendre la décision de simplement partir sans en alerter qui que ce soit. Hors non, ils avaient choisi de venir nous en parler directement et c'était tout à leur honneur, même si l'optique de taper la discute de si bon matin ne m'enchantait pas le moins du monde.

    Me calant un peu mieux dans le dossier de ma chaise, je récupérais entre mes doigts la tasse de café encore fumante, et inspirait profondément dans l'attente que l'un des trois en face daigne prendre la parole. Et ce fut Dean qui s'y colla, comme si la brune et la blonde n'avaient attendu que cela, du moins la blonde ; Roza était pour sa part suffisamment grande gueule pour ne pas avoir besoin d'un porte parole, rien de négatif à ces propos, simplement des faits. Croisant les bras, je ne quittais pas du regard le blond, enregistrant attentivement chacun de ses mots. Offrir quelque chose de plus sain à Guinevere, c'était tout à son honneur et oui, je le comprenais parfaitement sur ce point. Qui ne voulait pas profiter d'un peu plus de sécurité dans ce monde ? Certes, je m'y sentais beaucoup mieux que dans l'ancien, mais je ne pouvais prendre le risque de traîner les miens sur les routes pour mon propre bien, alors je restais, pour eux, pour leur accorder ce ''quelque chose de plus sain''. Inspirant profondément alors qu'il poursuivait son explication, j'avais presque l'impression de m'entendre moi même. Pas fait pour ça, énormément de mal à se lier aux autres ; à croire que nous avions plus de points en commun que ce que nous en avions l'air. Mais le moment n'était franchement pas bien choisi pour s'amuser à se trouver des points en commun et, de toute façon, tous les membres du camp devaient s'être à l'idée que je n'étais pas celui sur lequel il fallait compter pour mettre l'ambiance et discuter des heure.

« Continue » avais-je lancé avec calme devant son hésitation, l'intimant ainsi à aller au bout de leurs motivations. Mieux valait jouer cartes sur table de toute façon, mon aîné devait s'en douter.

    Et il poursuivit. Le blond ne mâchait pas ses mots, c'était un fait, mais il était de toute façon inutile de tourner autour du pot. Si leur décision était prise autant régler la chose au plus vite et plus nous aurions d'éléments plus nous pourrions appréhender leur départ. Détachant mon dos sur dossier de la chaise, j'avais déposé mes coudes sur la table, croisant mes mains devant moi. Ils penseraient toujours l'un à l'autre, quoi de plus normal ? Si un soucis survenait, je penserai moi aussi à sauver ceux qui comptaient le plus plutôt que les autres, ceux avec qui j'avais passé de longs mois dans cette nouvelle vie avant que tous les autres n'arrivent. C'était simplement humain, et à mon grand désarrois, j'étais pareil. Laissant planer un silence de quelques secondes à la fin de ses paroles, j'échangeais un rapide regard avec Carmen avant de soupirer légèrement.

« Vous n'êtes pas fait pour la vie en groupe, ça arrive, et il faut dire que celui-ci est particulièrement conséquent. Je ne suis pas celui qui va vous jeter la pierre. »

    Des premières paroles relativement compréhensives. Je ne m'avançais pas vraiment en la parole de la Navajo, me doutant qu'elle s'était bien plus facilement faite à cette vie en communauté que moi, mais si leur volonté était de partir, à quoi bon les forcer à rester ici ? Ça ne mènerait à rien de bon, ni pour nous, ni pour eux. Calant mon regard sombre dans celui de la blonde, puis de son compagnon, je repris.

« Je pense que vous pouvez cependant comprendre les risques qu'encourent un tel départ, autant pour vous que pour nous. Si quiconque apprend où nous sommes... »

    Ne terminant pas ma phrase, la jugeant suffisamment explicite, je m'étais simplement contenté de hausser les sourcils, souhaitant faire entendre à mes vis-à-vis ce que je sous-entendais par là.




♪♫
« Don't push me further, don't try to strike me down. You don't wanna dig the monster out, do you ? »
(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Farewell ? God knows when we shall meet again - or not.   
Revenir en haut Aller en bas  
- Farewell ? God knows when we shall meet again - or not. -
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !
» [The Preston Sisters : Meet Anna, the one with the eyes that look ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: