Partagez | 
 

 Break some off

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur
Message
Alainna L. Turner
Recovery Grove
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 4145
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 9:32

J’étais inquiète… J’avais perdu Megan depuis bien trop longtemps. On aurait dû se retrouver ici et pour le coup, elle n’était toujours pas arrivée, je n’avais rien pour me repérer, mais il était évident que j’étais ici à attendre depuis un moment. Je devais régler ça. Il n’était plus question de prendre mon mal en patience, il était question d’agir. Je passais beaucoup trop de mon temps à attendre d’être aidé, mais il était temps de partir à sa recherche. Ce n’était pas le plan, je ne savais absolument par où commencer, mais j’allais trouver après tout, j’étais devenu vachement plus doué depuis que j’avais trouvé ma famille et j’étais vraiment prête à la retrouver, il n’était plus question de rester en retrait, je devais agir.

Combien de temps s’était-il écoulé avant que je ne trouve une piste tangible ? Beaucoup trop… J’avais cherché autour de moi dans l’espoir de voir un indice, un monstre mort qui aurait pu être de son fait, mais finalement, j’avais trouvé le truc. Rien n’indiquait que j’étais véritablement sur la bonne route, mais il y avait du sang frais sur le sol et c’était suffisant pour m’inquiéter et me dire que je devais voir de quoi il était question. Je n’avais jamais pisté quoi que ce soit, mais pour le coup, ce n’était vraiment pas difficile. Je regardais autour de moi, plutôt heureuse de ne pas tomber en tête à tête avec un monstre dans le coin, du moins pour le moment, il faut croire que je ne m’étais suffisamment éloigné.

Finalement, j’arrivais à côté d’une école maternelle, j’avançais toujours à pas de loup, me faisant toute petite et silencieuse, ce n’était pas vraiment compliqué étant donné mon gabarit d’origine. J’ouvrais la porte du bâtiment juste assez grand pour me faufiler à l’intérieur sans pour autant la faire grincer. Si je pouvais avoir l’avantage de la surprise, ce ne serait pas négligeable étant donné que je n’étais de toute façon pas la fille la plus dégourdie du monde. J’avais appris des choses, mais ce n’était toujours pas ça. La différence c’est qu’aujourd’hui, je me battais pour des gens, pour l’espoir et pour ma famille. J’étais inquiète et visiblement j’avais toutes les raisons de l’être.

En passant au détour d’un couloir, j’entendais du bruit, des coups, quelqu’un se faisait passer à tabac. L’être humain était vraiment répugnant par moment, j’avais fini par l’apprendre et ça faisait mal. J’avais toujours vu tout le monde avec bienveillance, j’étais partie du principe que tout le monde était gentil quoi qu’il arrive. Qu’on finirait par s’entraider au pays des bisounours, mais j’avais définitivement tort ! TORT ! Je n’arrivais pas à croire mes yeux, une femme était en train de s’en prendre à Megan, MA Megan. J’inspirais en silence alors que je sentais la colère s’en prendre à moi. Je ne pouvais pas partir et fuir, je ne pouvais plus avoir ce genre de réaction maintenant que je faisais partie de cette famille. D’un regard vers mon ami, je lisais un tas d’émotion dans son regard, il était évident que j’arrivais à temps. Je ne cherchais plus longtemps ce que j’allais faire.

Je m’élançais en direction de la femme qui me paraissait vaguement familière de dos avant de lui sauter dessus. C’est ensemble que nous chutions au sol. Je n’avais pas plus de temps que ça à perdre avec elle, peut-être qu’elle avait eu mal, peut être que je l’avais tuée (bien que j’en doutais), mais ce n’était définitivement pas le plus important. Je me redressais le plus rapidement possible avant de me concentrer sur Meg qui semblait dans un sale état.

- Tu verras, ça va aller, on va rentrer et on te remettra sur pied. Mais il faut atteindre la voiture, on peut faire ça ! Ensemble !

Il fallait que je l’encourage, c’était évident, je ne savais pas trop comment la prendre sans lui faire du mal, je ne savais pas trop comment on allait se débrouiller, mais il fallait faire vite si on ne voulait pas se prendre un retour de flamme. J’avais toujours mon flingue à la ceinture, mais je ne savais toujours pas m’en servir et avouons-le, je n’aurais pas été capable de tirer sur quelqu’un. Alors que je me redressais en supportant Megan, mon regard se tourna une nouvelle fois vers la seconde femme au sol et c’est à cet instant que je la reconnus.

- Victoria ?!

C’était un mélange d’indignation et d’incompréhension dans ma voix, elle n’avait pas été si méchante que ça quand je l’avais connue il y a de ça des mois. Que s’était-il passé depuis ? Je n’en savais rien, mais je n’avais pas vraiment le temps de m’attarder là-dessus…


This Could Be The End Of Everything I Know But I Won't Go

J'écris en #cc99ff
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/10/2017
Messages : 361
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 13:18

Meg avait ouvert la bouche alors elle était prête à écouter ce qu’elle avait à lui dire, quand le bruit d’une porte dans son dos la figea. Juste une seconde. Une seconde de trop. Victoria eut le réflexe de vouloir se tourner et sa victime profita de son inattention pour tirer sur son écharpe. Déstabilisée, elle ne put l’empêcher de tendre la main vers la sienne, qui tenait le long couteau militaire, et la pression sur son majeur fracturé provoqua un éclair de douleur qui lui fit lâcher prise. La pigiste grogna comme un fauve lorsque la lame fendit les chairs de sa cuisse et par un automatisme animal, elle balança une gauche en plein sur le pif de cette « espèce de sale truie ! ». Qu’elle saigne putain ! Faut croire qu’elle ne lui en avait pas encore mis assez dans les dents mais avant qu’elle ne puisse la frapper à nouveau, on se jetait sur elle.

Certainement la fameuse complice dont il avait été question plus tôt. Dans la chute, l’autre avait écrasé son pied blessé et sa tête heurta lourdement le carrelage. Sur le coup, sa vision se voila. Le poids qui l’écrasait disparut bien vite mais les maux éveillés palpitaient sur tout son corps. Depuis sa voûte plantaire à son crâne, la trentenaire sentait le flux sanguin qui palpitait à toute vitesse. Les éclats de voix lui parvenaient, brouillés, brumeux ; elle cracha une fois de plus un bel échantillon de son champ lexical vulgaire avant de se redresser. Les deux pétasses s’étaient déjà éloignées ou plutôt, la blonde portait presque littéralement la métisse qui galérait à mettre un pied devant l’autre. Ça faisait peine à voir. D’ailleurs, parlant de blonde…

- Alainna la pucelle irlandaise, siffla Victoria en la reconnaissant à son tour, tu t’es pas encore faite becqueter ?!

C’était une sacrée putain de surprise ! La dernière fois qu’elle l’avait vue, c‘était tout juste si elle ne chialait pas comme une môme. Se remettre debout fut moins facile qu’elle l’espérait. Entre l’entaille et le coup de canif dans le pied, sa jambe gauche n’était plus certaine de vouloir la porter. Les mains cherchèrent son flingue, ôtèrent la sécurité mais le temps qu’elle le brandisse pour tirer, les deux jeunes femmes disparaissaient dans les couloirs. La déflagration résonna dans le hall, la balle écorcha la plainte en bois de la porte.

- fucking bitches… hey ! On s’était comprises pourtant la dernière fois, Aly !

Elle rengaina le flingue et se pencha, non sans un autre grognement, pour ramasser sa batte. Le métal racla exagérément sur le sol. La trentenaire récupéra également son sac et boita, à son tour, jusqu’au couloir qui avait vu disparaître les deux amies. Il était long, plongé dans une semi-pénombre et de part et d’autres, s’ouvraient des salles de classe. Le long des murs, il restait quelques cartables sur les bancs et des vêtements sur les porte-manteaux. Plus aucune trace de ses victimes pourtant.

- Tu t’souviens ? Si tu m’entubes pas, j’te tords pas l’cou, c’était le deal.

Elles ne devaient pas être loin. Aucune chance que Meg puisse courir, elle ne devait déjà pas être en état de marcher. Les deux fermières devaient s’être planquées et ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne les trouve et ne passe ses nerfs sur l’une des deux. Elle avait même déjà choisi laquelle ! Rien que pour rabattre définitivement le clapet de cette nana qui se croyait maligne.

- T’as rompu le pacte, Aly, clama-t-elle à haute voix en s’aventurant dans le couloir, alors qu’moi, j’suis une fille qui tient parole, elle frappa brusquement avec sa batte contre un blanc. Le but était de leur faire peur, voire de leur faire lâcher un cri, et j’ai pas b’soin d’deux otages, alors…

Alors elle allait envoyer la chouineuse au paradis des pucelles. C’était franchement dommage, parce que Victoria l’avait bien aimée cette petite. Un peu coincée, complètement à la ramasse, mais elle était futée. Elle aurait eu de l’avenir si seulement… si seulement elle n’avait pas essayé de jouer à la plus conne. La pigiste comptait le faire devant Meg. Rouer sa pote de coup jusqu’à ce que même le champion du monde de puzzle ne puisse reconstituer son squelette. Qu’elle comprenne un peu que toute cette mascarade était très sérieuse et qu’elle avait largement dépassé les limites.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en bas
Megan Reyns
Modératrice
avatar
Date d'inscription : 11/04/2017
Messages : 754
Age IRL : 31
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 14:30



Break some off
Ft Vic & Aly
Ce n'était peut-être pas suffisant, néanmoins la lame était désormais entre ses doigts, et bien qu'un poing vint s'écraser contre son nez, que sa vision en fut troublée l'espace d'un instant, Megan vit la silhouette trouble de l’assaillante rejoindre le sol. Aly s'était jetée sur elle ou, l'avait elle rêvé ? Peu importait car, déjà, son amie s'empressait vers elle pour l'aider à se remettre péniblement sur pieds. Elle l'encourageait déjà dans le fait que tout irait bien, qu'elles pourraient rejoindre la bagnole et quitter les lieux mais, dans l'esprit de la métisse, encore en proie aux douleurs insolentes de son organisme, les choses ne se dérouleraient pas exactement comme le lui soufflait la blondinette. Elle avait balancé la localisation de la ferme, les avait jeté en pâture aux griffes de ce groupe dont elle ignorait le nombre. Les mensonges servis à la grognasse sur laquelle elle déposa une dernière fois les yeux, en remarquant au passage que les filles se connaissaient visiblement, ne l'empêcheraient guère de s'attaquer aux leurs.

Appuyée de tout son poids contre la silhouette frêle de la blondinette, Megan ravala sa salive, les phalanges – valides – blanchissant contre la garde d'une lame que cette pétasse n'allait guère récupérer sinon en se la prenant dans le bide si, toutefois, elle osait s'en prendre à la jeune fille qu'elle n'imaginait pas revoir si tôt. C'était la première fois que les rôles s'inversaient entre elles deux, la première fois qu'elle pouvait contempler la soif de survivre, une rage en proie au stress et au choc, sur les traits pâles de Turner. Tout était de sa faute et bien qu'elle fut incapable d'injurier la salope à l'origine de ses maux, tout comme il lui était presque impossible de coller un pied devant l'autre, le soulagement que de retrouver son amie, d'être sauve grâce à elle, n’ôtait guère l'immonde culpabilité prisonnière de son cœur. Ce qu'elle retint vaguement, tout en se cramponnant aux épaules de son soutien, fut le prénom de celle qu'elle n'oublierait jamais et qui, durant des semaines, voir des mois, hanterait certainement ses jours et ses nuits.

- Aly j'ai.... Bafouilla-t-elle.

L'autre cinglée venait de tirer, terminant de faire vibrer sa silhouette contre celle de la gamine à qui elle aurait voulu épargner pareille situation. Victoria jurait même, leur promettait de les crever et le son de sa putain de batte de baseball – raclant le sol carrelé des couloirs – lui arrachait quelques frissons d'angoisse. Alainna était concentrée, elle avançait avec peine, Meg tentant de soutenir ses propres jambes sans pour autant pouvoir se mouvoir avec aisance. Puis, entre deux clignements d'yeux et tandis que le décor tanguait autour d'elle, la métisse entendit vaguement le son d'une porte. Son cœur pulsait à tout rompre en fond sonore, une mélodie entrecoupée par les promesses funestes de la cinglée qui ne lâchait pas l'affaire. Dans un élan vif de son cœur affolé, Meg rouvrit grands les yeux en constatant ce que désirait faire sa comparse. La mettre à l'abri, dans ce qui restait d'un vestiaire ou placard, non non, non, non !

- Elle va t'tuer, fais pas ça Aly écoute j'ai....

Le bruit du mobilier fracassé par l'arme de métal la fit sursauter et gémir contre sa paume pour éviter à la peste des lieux de leur tomber dessus comme une fleur. Pourtant avait elle le choix que de ne rien dire à sa partenaire, que de la pousser à risquer sa vie pour elle, dans le but de l'épargner, alors qu'elle avait livré leurs existences à tous sur un plateau ? Non ! Aussi, Reyns agrippa fermement la main de la jeune fille et croisa son regard alors que celle-ci imaginait faire diversion pour ensuite revenir la chercher quand la garce aurait perdu leur trace. J'ai....j'ai balancé la position de la ferme et ….. Aly faut que tu t'en ailles et que.... Vas-t-en, partez !





Without hope, no life  
little girl, little girl, dont' lie to me... Tell me where did you sleep last night ? In the pines, in the pines, where the sun never shines...

Revenir en haut Aller en bas
Alainna L. Turner
Recovery Grove
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 4145
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 14:56

La surprise passée, j’avais tenté de m’enfuir avec mon amie, mais ça ne suffisait pas. Je m’en rendais bien compte. Je parlais comme pour essayer de me convaincre. Je devais être rassurante, mais ce n’était pas comme ça que les choses marchaient.

- Tout t’ira bien, te n’en fais pas. Je gère ça. Il faut que tu aies confiance en moi. D’accord ?

Je n’avais définitivement pas la force nécessaire pour porter Meg dans ses conditions, mais je n’avais pas le choix alors j’étais en train de puiser dans tout ce que j’étais capable de fournir. J’avais envie de croire que ça ferait la différence que je pourrais l’entrainer dans un endroit en sécurité. On ne pourrait pas s’enfuir pas comme ça. Victoria était bien plus rapide que nous même si elle était visiblement blessée aussi. Megan essayait de me parler, mais c’était avec une voix rauque que je lui répondais d’un ton qui se voulait sec et sans appel.

- Chut garde tes forces.

Il ne fallait qu’elle parle, il fallait que je lui trouve un endroit ou la mettre en sécurité en attendant. Je devais faire un choix. J’ouvrais une des portes du couloir dans lequel je me trouvais. Je remarquais rapidement une grande armoire. Ce serait parfait, il y avait également une porte de l’autre côté de la salle avec un peu de chance ça me ramènerait en arrière et si j’arrivais à provoquer assez fort la brune, je pourrais totalement lui faire oublier Megan. Je devais y croire, ça devait marcher. J’ouvrais la porte de l’armoire et installa mon amie du mieux que je pouvais malgré la précipitation.

- Tu restes ici, tu ne fais aucun bruit et tu ne bouges pas. Je reviens au plus vite, mais pas un bruit d’accord. Je sais ce que je fais.

En vérité, je n’en savais strictement rien, mais je n’avais pas le choix. Je sursautais en entendant la détonation de l’arme. Il n’était plus question de jouer. Il était peut-être temps pour moi d’apprendre à tirer aussi, mais je ne pouvais pas me résoudre à la tuer, même en sachant qu’elle avait fait du mal à Megan. Victoria m’avait fait comprendre que je devais assumer mes actes et justement, il était temps pour moi de lui montrer que je n’étais plus celle qu’elle avait rencontrée avant. Aujourd’hui, j’avais des amis, j’avais une famille et il était temps de me montrer digne d’elle, de ne plus être la petite chose que j’avais été jusqu’à présent. Je fermais doucement la porte du placard avant de m’engouffrer dans la seconde porte. J’avais eu raison, une deuxième salle de classe. Je sortais en trombe dans le couloir pour voir Victoria qui me tournait le dos. J'avais réussi à retourner la situation. C’est alors avec une voix froide et dénuée d’inquiétude que je répondais d’une voix forte.

- C’est toi qui as commencé à agresser ma copine, je n’ai jamais voulu t’entuber.

Pour le coup, je n’avais pas peur, je n’avais pas le droit d’avoir peur. Je devais l’éloigner le plus loin possible de cet endroit et tant qu’à faire du bâtiment. J’avais tiré également dans sa direction, la loupant sans doute puisque j’étais incapable de tirer correctement, puis j’avais disparu au détour d’un couloir, espérant de tout mon être qu’elle me suive, que le coup de feu lancer en sa direction soit supérieur à son envie de s’en prendre à Meg. Si ça marchait, peut être que j’oserais retenter ma chance, mais dans le fond, j’avais peur, j’avais le cœur qui battait la chamade. Je devais me concentrer réfléchir. J’avais l’avantage d’être en un seul morceau.

- Je ne me laisserais pas tordre le cou, tu aurais dû me tuer quand tu en avais l’occasion, aujourd’hui je ne suis plus la même. J’ai trouvé une famille et je suis prête à me battre pour eux.

Il fallait que je la provoque, que je fasse assez de ramdam pour devenir son centre d’intérêt et j’avais bon espoir que ça suffirait. Ensuite, je comptais pour ma vitesse et mon agilité pour faire le travail, je pourrais sans doute l’entrainer loin d’ici. Je pouvais la semer à travers les routes du coin. Après tout, il y avait toujours un groupe de monstre qui trainait dans le coin, peut être que je pourrais en tirer un avantage certain. J’avais envie de croire que c’était parfaitement possible en tout cas. Je devais lui prouver, mais surtout me prouver, que j’étais capable de faire les choses bien et que je n’avais plus peur. J’avais déjà eu le cran de tirer avec mon arme à feu et c’était pratiquement un miracle.


This Could Be The End Of Everything I Know But I Won't Go

J'écris en #cc99ff
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/10/2017
Messages : 361
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 17:54

Une voix la fit se retourner. C’était la petite Aly ! Oh elle n’avait pas l’air contente. Elle faisait des gros yeux de chaton fâché et tenait son flingue comme une grande fi-fille. Décidément, elle s’était fait pousser une sacrée paire d’ovaires depuis la dernière fois qu’elles s’étaient vues ; mais la gamine ne tirerait pas, n’est-ce pas ? C’était du bluff. On croirait un lionceau devant une hyène adulte et d’ailleurs, Victoria fut à deux doigts de lui balancer une réplique du roi lion là, quand Simba essaye d’effrayer la troupe de Shenzi : « Oh tu miauuules ?! Recommence, c’est mignon ».

- Oh shit ! S’était exclamée la pigiste en se baissant instinctivement.

En fait si, elle avait pressé la détente ! Quelle conne. Décidément, elle ne se sentait plus pisser l’islandaise ! Donnez un flingue aux enfants et ils se prennent immédiatement pour Billy the kid ou Calamity Jane. Heureusement qu’elle visait comme un aveugle myope ; la balle explosa la lampe morte d’un vieux néon. Un ricanement s’échappa de la gorge de la trentenaire qui se mit effectivement à la suivre. Oh elle n’était pas stupide, elle avait bien compris qu’elle avait planqué sa pote pour l’éloigner, mais Meg n’irait pas loin seul. Alors autant s’occuper d’abord du cas de la blonde, elle reviendrait ensuite récupérer son otage. Son précieux otage avec lequel elle était en train de lier des liens intimes avant d’être déranger.

- On dirait une réplique merdique d’un film de série B, rétorqua la brune en refoulant la douleur, si tu veux t’battre viens, j’suis là.

Mais non. Face à elle, un autre couloir, plus court, mais toujours des salles de classes. A voir la hauteur des porte-manteaux, il devait s’agir des plus petits élèves. Il y avait encore des dessins accrochés sur les murs ; des illustrations informes faites au feutre ou au crayon sur des feuilles jaunies par les années. Victoria grimaça, jeta un œil à son jean. La tâche de sang autour de sa coupure s’élargissait, de la même façon que le bout brun de son imitation de ranger était entièrement assombri sur son pied blessé. Elle sentit un premier frisson ébranler ses forces, certainement qu’elle avait perdu des couleurs, mais elle était loin d’abandonner. Parfois, sa vue se floutait légèrement ; faute au choc sur son crâne.

- ç’m’étonne pas qu’tu fuis… vous cultivez la lâcheté dans votre ferme, non ? Elle eut un sourire en coin pour elle-même ; elle parierait qu'ils en avaient déjà en réserve pour l'hiver ces ploucs, ta pote là, elle a pas mis longtemps avant d’vous balancer, elle regarda discrètement dans une première salle de classe, la môme était armée quand même, j’vais fait un effort, en mémoire de la soirée qu’on a passé toutes les deux, la pigiste se glissa à l’intérieur, regarda sous le bureau professoral, poursuivant à haute voix, j’te laisse partir. Dégage, toute seule. Tu s’ras plus là l’jour où on débarquera chez vous, il n’y avait rien ici, elle sortit en humectant doucement ses lèvres ; le goût du sang résonna sur sa langue, c’ta chance de rester en vie Aly.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en bas
Alainna L. Turner
Recovery Grove
avatar
Date d'inscription : 31/10/2015
Messages : 4145
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: Break some off   Mar 12 Déc 2017 - 21:07

Je n’étais pas là pour déconner, mais j’avais besoin d’un plan et clairement, je n’en avais pas. J’avisais alors la sortie de secours devant moi. C’était peut-être ça le bon plan. C’était typiquement le genre de chose dont j’avais besoin pour sauver ma peau et celle de mon amie. Victoria était en train de m’inquiéter c’est vrai, mais tant pis. Il fallait que je passe outre tout ça. Je devais être forte pour Megan, c’était cette pensé qui me forcer à me battre, ça et la peur. Elle se moquait, elle avait qu’à le faire, je m’en fichais, elle ne pouvait pas m’atteindre. Je répondais plutôt d’un air moqueur à mon tour alors qu’elle me proposait de partir.

- Je t’ai tiré dessus et tu vas me laisser partir comme ça ? Je ne te connais pas tant que ça, mais j’ai bien l’impression que cela ne te correspond pas sauf si tu te respectes encore moins que ce que je croyais.

La méchanceté, ce n’était pas dans ma nature et pourtant, il fallait que je le devienne. Ce n’était pas facile, elle était en train de parler de ce que je devais faire, mais il était hors de question de m’enfuir. Non, je devais rester ici, être présente pour les miens. Nous sortir de cette merde et j’avais un plan qui était en train de se dessinait doucement. Alors qu’elle parlait, je me rendais compte qu’il y avait une faille dans ce qu’elle était en train de dire. Je devais lui faire comprendre qu’elle devait me tuer, qu’elle n’avait pas le choix si elle voulait ce que nous avions. Je savais très bien comment faire ça. Il fallait espérer que cela suffise.

- Et puis, si je pars maintenant, je vais aller tous les prévenir et il n’y aurait plus personne quand vous arriverez. Du coup, tu auras passé une fille à tabac pour rien, pire encore, tu auras été blessé pour rien.

Je n’étais définitivement pas fière de cette formulation, mais il faut croire qu’avec la colère, j’avais de plus en plus de mal à formuler des phrases correctes. Je soupirais alors que je regardais toujours la sortie de secours dans mon dos. Je savais que lorsqu’elle sortirait de la salle dans laquelle, elle était rentrée, je lui ferais face. Je tenais l’endroit en joue, prête à tirer une seconde fois. Cette fois si la balle se ficha non loin de sa tête dans la porte derrière elle, je ne sais pas si j’avais tenté de la toucher ou non, mais ce n’était pas grave, je passais la porte battante, laissant mon pied bloquer cette dernière pour pas qu’elle ne se referme totalement, il fallait qu’elle me suive, il fallait qu’elle ait l’esprit assez embrouiller pour ne pas comprendre ce que je venais de faire. J’espérais qu’elle allait me suivre pour que je fasse en sorte que je referme la porte derrière elle, c’était ça mon plan. J’aurais ensuite un peu de temps devant moi avant qu’elle trouve une autre entrée. Et il faudrait qu’on soit dehors avant qu’elle ne revienne. C’était largement faisable !


This Could Be The End Of Everything I Know But I Won't Go

J'écris en #cc99ff
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Date d'inscription : 20/10/2017
Messages : 361
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Break some off   Mer 13 Déc 2017 - 7:43

Mais qu’est-ce qu’il y avait dans la tête de cette gosse ? L'aînée lui proposait de s’échapper, de rester en vie, et elle lui balançait un truc à base de se « respecter » ? Ça tournait pas rond dans sa tête de linotte, faut croire qu’il restait un peu du givre de son pays natale autour de ses méninges. Victoria leva les yeux au ciel et ne prit même pas la peine de répondre. Toute cette histoire la faisait trop chier pour jouer à cache-cache avec une mineure. Ça allait mal se terminer, tant pis : elle l’avait prévenue.

Heureusement qu’elle passa la tête hors de la pièce aussi précautionneusement qu’elle y était entrée, parce qu’une balle siffla à son oreille pour se ficher dans la porte. Aussi rapidement que lui permettaient ses gestes ralentis par ses blessures, la pigiste changea sa batte de main, attrapa la crosse de son flingue, dégaina, puis tira en direction d’Alainna. Deux fois. Les détonations vrillèrent ses tympans dans un espace aussi exigu, les impacts arrachèrent des étincelles sur le métal des battants de l’issu de secours.

Putain de putain de sale gosse. Oui : peut-être qu’à ce moment-là, la trentenaire se laissa aveugler par la frustration. Ça et les hurlements qui couraient sur ses nerfs. Elle avait mal, ses pensées étaient de moins en moins clairs et chaque pas devenait un véritable supplice. Dans sa chaussure, son pied donnait l’impression d’avoir triplé de volume et la douleur qui irradiait sa main droite lui paralysait presque tous les doigts. Tenir son arme lui demandait de gros efforts. Meg avait peut-être pris la raclée de sa vie mais cette connasse ne l’avait pas ratée non plus.

Victoria ouvrit l’issue de secours d’un coup de talon, précédée ensuite par le canon de son 9 mm. La lumière du jour brûla ses pupilles habituées à la semi-pénombre, ses paupières se plissaient. Elle avait une sale gueule : teint blafard et sang sur le menton. Il était temps que cette connerie prenne fin. La brune commençait même à se demander si ça ne valait pas le coup de les planter là et de se barrer. Elle n’aurait pas son otage mais d’ici un ou deux jours, elle serait rentrée à Renton et si elle pouvait convaincre Zack de frapper tout de suite… alors ces cancrelats n’auraient pas le temps de fuir. N’était-ce pas ce qu’Alainna avait supposé ? Qu’ils étaient trente mais se carapateraient comme des lâches ? Bande de pussies. C’était une connerie d’ailleurs car à moins d’avoir déjà un point de chute, envoyer deux quinzaines de survivants sur les routes à l’approche de l’hiver, c’était les condamner à crever. De faim, de froid, le dos cassé sur le verglas… les scénarios étaient multiples.

Alors qu’elle faisait trois pas dans la cour arrière de l’école, pas de trace de la patineuse, mais une charogne à dix mètres qui lui servit d’exutoire. Instable à une main blessée, la trentenaire dut lui plomber le corps à quatre reprises avant de perforer son crâne dans une gerbe rougeâtre. Après les déflagrations de son arme, un son significatif lui apprit que cette fois c’était elle qui avait été conne : la porte de secours s’était refermée. Elle ne s’ouvrait que de l’intérieur.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Break some off   

Revenir en haut Aller en bas
 
Break some off
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Connaissez-vous Prison Break ?
» Break It Down [Swann Neige]
» how to break a heart (avery)
» Come, Break Me Down
» scorpiana ▷ cause when a heart breaks no it don't break even.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: