The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Open your fucking mouth ! -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Jeu 14 Déc 2017 - 21:09


Open your fucking mouth ! 
Ft Swann & Joy
Cette conne n'avait pas tort, c'était bien depuis qu'elle s'était déclarée à Swann que les choses dégénéraient cruellement pour lui, du moins deux semaines après qu'elle se soit livrée, quinze jours après que l'Hispanique lui ait fait prendre conscience de ce qu'il était pour elle. Un frisson lui dégringola le dos alors qu'elle croisait de nouveau les bras sur son buste. C'était bien à cause d'elle, à cause de son putain de passé merdique et déplorable que Swann était dans cet état. Elle l'avait brisé et bien qu'elle certifiait à cette chieuse qu'elle ne lui ferait aucun mal, jamais, plutôt crever même que de lui arracher une autre larme, elle l'avait cassé......

Cette idée, cette lézarde imaginaire qu'elle pensait s'être creusée en lui, lui faisait face actuellement. Elle était sanglante, elle pulsait sous ses prunelles et, malgré elle, malgré ce qu'elle désirait faire pour lui, Joann en était l'auteure. Ses épaules vibrèrent et sa poitrine s'emplit d'air alors qu'elle tentait de soutenir le regard froid de son interlocutrice mais, quand elle captura la silhouette dans son dos, alors qu'elle n'avait strictement plus rien à répondre, que quoi qu'elle dise ou fasse ne changerait guère le jugement qu'elle avait d'elle, la Canadienne sentit les larmes rouler sur ses joues. Swann était la clé qui tempérait ses maux, celle qui l'ouvrait peu à peu et qui lui permettait de se livrer sans crainte cependant, elle n'imaginait guère faiblir de la sorte face à cette gamine insupportable non... C'était simplement parce qu'elle l'observait « lui » et qu'elle sentait la culpabilité la ronger plus encore.

Qu'il quémande à sa sœur de cesser la poussa à ramener les pouces contre ses yeux pour en dégager les perles. Même sa voix lui faisait mal, simplement car elle se rappelait celle de ce jour là, uniquement car sans elle, sans ce qu'elle lui avait dit près d'un mois plus tôt, il serait encore égale à lui même et non pas voué au silence macabre d'actes qu'elle l'avait poussé à commettre. Pourtant, quand son âme sœur certifia qu'il pouvait se défendre seul, un sourire triste étira la commissure de ses lèvres. Oui il en était capable, à l'avoir brisé ce jour là parce qu'il était empli de colère, parce qu'elle était incapable d'agir par elle même, il était désormais capable de tout.... L'hôpital, son sadisme, le fait d'avoir senti une pointe d'interessement soudain s'emparer d'elle en le contemplant livide, froid, implaccable tandis qu'il pressait la gâchette à trois reprises.... La première fois qu'elle avait senti ses lèvres baiser les siennes, les hurlements qu'elle avait poussé contre lui, puis l'instant où il lui avait dévoilé son cœur pour ensuite lui dire qu'il l'aimait, tout cela lui semblait loin alors qu'il sondait ses prunelles à la recherche d'une approbation. Swann cherchait son consentement, il l'avait déjà, elle l'avait dit plus tôt – sifflé même à la jeune femme entre eux – il n'avait qu'à demander et elle céderait. Ils étaient fait du même bois, taillés dans la même pierre gorgée de noirceur, ils étaient hantés par les mêmes souvenirs. Il allait mal, elle le suivait et inversement, la même âme scindée en deux corps.

Alors Joann s'approcha de lui et glissa doucement les doigts au dos des siens. Il devait lui dire pour alléger sa conscience, peu importait qu'elle la déteste davantage le temps qu'il aille mieux tout lui allait, tout lui irait toujours dès lors qu'il cessait de remuer les horreurs qui le poussaient parfois aux mutismes glaçants desquels elle peinait à le faire sortir.

- J'me fiche de l'impact. Lui soutint-elle en croisant ses prunelles grises.

Sa main vint rencontrer sa mâchoire et elle lui offrit un sourire rassurant, le plus rassurant qu'elle pouvait lui offrir afin de lui certifier qu'elle ne lui tiendrait rigueur de rien.

- Elle a raison, sans moi ça serait jamais arrivé, dis lui...... Dis lui pour que tu puisses te sentir mieux, tu peux pas garder ça, moi si et ça ira.... J'connais ça depuis que je suis gosse, c'est rien. Son pouce effleura plusieurs fois sa peau blême. Toi d'abord, j'te l'ai déjà dit Swann.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 114
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Ven 15 Déc 2017 - 19:31
La blonde nageait dans un autre temps alors qu'elle réalisait ce bras de fer avec l'aînée squatteuse de la maison, à un tel point que le son des pas de Swann dans les marches ne parvint pas à ses tympans. En effet, les larmes qui commençaient à couler sur les joues du démon qui lui faisait face attiraient toute son attention, elle s'en délectait comme l'on dégustait un vieux whisky de trente ans d'âge. Comblée par le désir, c'était gorgée par gorgée que chaque nouvelle goutte s'en faisait plus goûteuse encore. Se nourrissant aisément de ce malaise, elle n'était pas prête d'être rassasiée et aucune once de pitié ou de compassion ne daignait pointer le bout de son nez.

La voix du cadet coupa cependant sa contemplation et fut accueillit d'un sombre et haineux regard, il mettait fin à sa délicieuse appréciation. S'arrêter si tôt ne l'intéressait pas, ses papilles comme ses pupilles en voulaient plus encore, la coupe n'était pas encore pleine. La fautive perdait de son contrôle, la vérité n'était plus très loin et elle pouvait presque la toucher, elle avait même cette sensation de l'effleurer. Ces mots, des plus outrant et bien fondés à la fois mirent donc un temps à atteindre le stade de la dure compréhension, quelques longues secondes. Que répondre à cela ? Il avait le droit à l'intimité, à la liberté comme à l'indépendance mais cette immunité demandée ne pouvait être prise en compte quand il s'agissait d'entacher son bien-être. Alors non, Joy ne céderait en rien, ou tout du moins pas tout de suite.

"Mouais, ça reste à prouver ça, Swann." À ses yeux, dans cet état, il n'était pas dans la meilleure des positions pour clamer pouvoir se protéger seul en ce moment même, ça avait le goût d'une foutue blague mal branlée. "Joann n’a rien fait de mal, hein." Répéta t-elle en utilisant les mots de son frère, bêtement et simplement, coulant ensuite son regard vers la couguar qui venait tout juste d'affirmer qu'elle restait responsable de .. de quoi d'ailleurs ? Retour sur son frangin, la sorcière semblait maintenant lui avoir donné son accord pour parler, il était temps. "Putain... mais de quoi elle cause ?" Un truc qu'elle connait depuis qu'elle était gosse ? Mais de quoi elle cause ? Voilà, elle était maintenant perdue la blonde. En plus de ça, les deux autres commençaient à se tripoter, c'était répugnant. "Tu... tu l'as violé ?" Y avait une sacrée pointe d'ironie là dedans, ça sentait le gros dossier dans tous les cas et elle afficha un moue perplexe de circonstance en croisant ses bras sous sa poitrine. "Va s'y, déballe, je t'écoute." La Némésis ne retenait maintenant plus son attention et ses billes virent chercher celles de son frère dans un léger grognement.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Ven 15 Déc 2017 - 20:37
Joy ne le croyait pas capable, bien sûr, et il ne s’en formalisa même pas. Il se demandait si parfois, sa grande sœur n’avait pas cessé de le voir grandir depuis qu’il a dépassé les 5 ans. Parfois, il mourrait d’envie de lui rappeler qu’il avait 23 ans, qu’il était vacciné, majeur, et qu’il n’était plus un assisté depuis qu’il avait quitté – à mi-temps – le foyer familiale pour le campus universitaire, lui. Mais comme toujours, l’étudiant n’était pas capable de s’opposer à son aînée. Pas aussi férocement. Une règle inculquée depuis des années : elle cognait, il attendait que l’orage passe.

L’approche de sa petit-amie lui fit oublier la gravité de ce qui lui brûla les lèvres. Leurs doigts s’entrelacèrent avant qu’elle ne le libère en lui autorisant à livrer le secret. Malgré tout, il hésitait, ressassait les images atroces, s’égara dans les prunelles de Joann. Que serait capable de faire Joy exactement ? Allait-elle les balancer ? Les chasser de la maison ? Swann savait qu’elle n’approuverait pas. Pas vraiment. Ça aurait été plus simple de lui fournir un semi-mensonge, mais elle ne le goberait pas. Elle le connaissait trop.

S’il l’avait violée ? La question de la blonde brisa le maigre sourire que la trentenaire avait pu lui soutirer. Le cadet Blackmore s’arracha à contrecœur à l’étreinte douce contre sa mâchoire pour regarder sa sœur. Est-ce qu’elle était sérieuse ?! Est-ce qu’une seule seconde, il avait l’air de ressembler à quelqu’un comme Mark ? Il se pinça les lèvres et prit une profonde inspiration. Pourquoi ça devait se faire là, maintenant, comme ça ? Au réveil, debout entre l’entrée et le salon. Il n’avait pas la force de bouger cependant, ses jambes étaient trop lourdes.

- Dis pas de… choses comme ça, Joy, sa voix tremblait légèrement, ses doigts pressèrent ceux de l’escort-girl, tu te… souviens de Mark ? Un nouveau… arrivé y’a deux semaines avec deux autres gars… celui qui est mort la semaine dernière, est-ce qu’elle avait eu le temps de le croiser ? Certainement vu qu’il rôdait autour du couple Cain-Blackmore et de leurs proches, je… je l’ai tué, c’était un raccourci, mais c’était ainsi qu’il le ressentait, pas… pas comme les autres qu’on croise dehors et qui ne méritent pas de vivre. C’était…, il tourna la tête brièvement vers Joann, s’assurant qu’elle soit d’accord pour qu’il continue, c’était son mari… un connard qui la battait et la violait déjà avant l’épidémie ! Ajouta-t-il de façon abrupte, l’insulte sonnant étrangement entre ses lèvres qui n’en prononçaient pratiquement jamais, on savait qu’il voulait s’en prendre à elle parce qu’il nous espionnait et… se renseignait sur nous. Alors on a voulu l’attirer dehors, avec Takeo, en espérant les pousser à se battre, faire en sorte que Takeo fasse le sale boulot…, son timbre était toujours fébrile mais aussi étrangement froid, impersonnel. Ce n’était pas le remord qui l’ébranlait c’était juste… l’impact du geste, ça s’est mal passé, Mark s’en est pris à Joann, il a failli la… la…, il ne put finir cette phrase et ses yeux fuirent une demi-seconde, il ne pouvait pas s’en sortir comme ça. Il ne pouvait pas et il ne pouvait pas juste mourir, son débit s’accélérait, dans ses pupilles se rallumait une lueur cruelle, presque démente. La fin tombera, lourde et glaciale, il ne méritait pas de juste mourir, alors je l’ai… je l’ai torturé et on a laissé les rôdeurs le manger. Vivant.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Ven 15 Déc 2017 - 21:08


Open your fucking mouth ! 
Ft Swann & Joy
Comment pouvait-elle encore sortir de pareilles horreurs ? Ce n'était qu'une connerie lancée à la va vite, sans doute pour tenter de décontenancer celui auprès duquel elle s'était comme réfugiée mais les mots servis, ce pseudo viole qui la faisait sourire au point qu'elle aurait apprécié la voir s'étouffer avec sa salive, fit vibrer les phalanges greffées aux siennes. Joy n'imaginait rien de terrible sur sa vie, sans doute qu'à ses yeux, si Cain en était arrivée là, c'était par choix, par désir que de briller par ses charmes. Ce n'était pas totalement faux mais, lorsqu'elle n'était qu'une gosse attachée à son père, ce même père mort parce qu'il s'était lui même foiré en choisissant la facilité pour éponger leurs dettes, elle ne rêvait pas de faire se tourner les regards de pervers contre elle non.... Joann était devenue froide et vile pour s'épargner les maux, des maux qui l'avaient poursuivi durant des années sans jamais la relâcher que lorsque les morts vivants s'étaient invités à la partie. Le passé vous rattrapait toujours, elle le savait mais en avait fait fie en imaginant – à tort -, que l'homme dont allait parler l'étudiant était mort depuis longtemps.

Ses yeux ne quittaient pas les siens alors qu'il s'imposait face à l'unique famille qu'il lui restait. Il devait alléger sa conscience, lâcher cette bombe et tout irait mieux ensuite non ? Avaient-ils le choix ? Avaient-ils d'autres options alors que son aînée ne faisait que les asticoter pour obtenir gain de cause ? S'il n'avait s'agit de sa sœur, si elle n'avait été qu'une étrangère, La Canadienne était certaine que le fait de rejeter la faute sur elle aurait fonctionner, mais là non.... Simplement car cette peste, aux mots ignobles accusant à tort Swann, la dénigrant Elle, connaissait parfaitement le jeune homme qui tournait un regard froid, aussi gris qu'un orage menaçant, dans ses billes claires.

Sa main pressa la sienne tout au long du récit, elle ne relâcha pas son profil des yeux, captura même l'esquisse malsaine à ses lèvres, la cruauté dans ses billes plus sombres, mais pas un seul instant elle n'étudia les traits de la destinataire des choses qu'il évoquait. Joann se souvenait de tout comme si ça venait d'avoir lieu, ses larmes, son impuissance, la suffocation et la supplication pour l'épargner LUI. Il ne l'avait pas vraiment tué, il ne l'avait pas fait parce qu'elle l'avait prié de cesser mais aux yeux de sa sœur, Joann était certaine qu'elle ne retiendrait que le reste. La torture, les ignobles choses qu'ils avaient orchestré des jours durant, le sang, l'innocence gâchée d'un jeune homme qui ne l'était qu'à son regard. Swann n'était pas innocent, il n'était pas fragile comme elle tentait de le croire, il était plus calculateur que d'autres, plus capable aussi et ici, alors qu'elle serrait sa main et respirait plus vite, Joann dévia lentement les cils vers les traits blêmes de la gamine dont le monde s'écroulait. Oui, c'était de sa faute, sans elle, sans ce qu'elle ressentait et qu'il ressentait pour elle, son frère n'aurait jamais commis pareilles atrocités.

- Lui en veut pas. Lâcha-t-elle d'un ton suppliant. Jamais Cain n'agissait de la sorte envers d'autres que le jeune homme duquel elle ne relâchait pas la paume. Il l'a pas tué il a... dans la même situation et à sa place, si c'était lui qu'un autre avait désiré démolir, j'aurai agi de la même manière Joy. Comme toi avec Lucas. On veut la même chose toi et moi même si.... on s'entend pas.

Elle tentait de prendre sa défense pour autant Joann n'avait rien d'une grande oratrice, encore moins les atours et le vocabulaire d'une avocate de renom, mais elle avait pour elle le fait de tenir à lui plus qu'à quiconque. Il fallait que Joy garde en tête qu'il était son frère, qu'il n'avait pas changé et qu'il ne ferait jamais rien contre elle. Quelques secondes plus tôt encore, l'escort-girl n'imaginait pas un jour devoir exposer de tels arguments à cette jeune fille. L'incompréhension la tenait, elle la voyait surgir dans son regard bleu, le monde s'écroulait sous ses semelles tout comme l'innocence et la fragilité – dont elle avait elle même affublé son frère au grès des ans et des épreuves – n'existaient plus. Ce n'était qu'un écran de fumée, un masque qu'il portait et qu'elle l'avait vu garder durant des mois, des années.

- J'te demande pas de comprendre mais, taies toi j't'en supplie. Elle était faible, elle se détestait de l'être face à cette gamine arrogante mais, elle en appelait à son bon sens et le faisait uniquement pour Lui. Tu m'déteste et j'comprends, déteste moi mais pas lui, sans moi jamais rien ne serait arrivé. On.... avait pas l'intention de faire ça, ça s'est juste mal déroulé, Mark a failli le tuer et.....

Elle hoquetait presque. C'était douloureux mais, même si elle lui collait tout ça sur les épaules, Joann espérait uniquement que Swann se sentait mieux d'avoir dégagé le poids de ses épaules.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 114
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Sam 16 Déc 2017 - 22:10
Les amoureux ne se lâchaient plus et la squatteuse ne manquait pas de dévorer son frangin du regard, ça annonçait du lourd et c'était déjà sacrément répugnant de toute façon. Aussi, la blonde roula des yeux en attendant la grande sainte vérité qu'elle réclamait tant et ça commençait bien, la voix de son frustrant de frangin tremblait déjà.

Et comment qu'elle se souvenait de Mark, il était pas moche le type et collait pas mal le duo de l'enfer, sa mort ne l'avait pas plus dérangée que ça, c'était des choses qui arrivaient avec autant d'acharnés de la molaire en vadrouille. Pour la suite, le mot "tué" quittait à peine les lèvres de son frère qu'elle battait déjà des cils à plusieurs reprises, en un rien de temps, est-ce qu'elle avait mal entendu ? Non, malheureusement, enfin, ce n'était pas une révélation digne de la faire tourner de l’œil, Swann avait bien participé au massacre du lycée, tuer, c'était parfois une solution qu'il fallait adopter.

Alors comme ça monsieur était un connard et violait la traînée, c'était possible ça ? La blonde jeta alors un coup d’œil vers l’intéressée qui ne lui rendit aucune confirmation, semblant clairement s'en foutre où être salement obnubilée par le récit, au choix. Au bout de quelques secondes, la réponse lui sauta aux yeux, c'était bien les dires du si fragile petit frère qui accaparait toute son attention.

"Heu.. A... Attends.."
Fallait qu'elle encaisse mais les lèvres de son frère continuaient de s'agiter et l'histoire ne s'arrêtait plus. Ne l'avait-il pas entendu ? Oui, il n'y avait de toute façon aucun son à entendre, seul ses lèvres s'étaient agitées dans le vide. Où était donc passée sa voix ? Au loin, étouffée et noyée dans la nausée qui venait soudainement de s'imposer. Faute de pouvoir parler, elle tituba au point final jusqu'au siège le plus proche, celui du coin cuisine et s'y installa d'un pas chancelant, elle était maintenant aussi pâle que le postérieur de Swann.

"A... Attends.." Souffla t-elle une fois assise, enfin, le son de sa voix retrouvait de son écho mais c'était trop tard, tout semblait déjà dit. Posant alors ses coudes sur la table, ses mains virent soutenir son visage alors qu'elle essayait encore de digérer les faits mais la voix de la fautive résonnait maintenant en arrière plan, c'est qu'elle causait la bougre et elle aussi ne semblait pas vouloir s'arrêter. "Toi, ta gueule." La blonde avait l'âme d'une incendiaire, mais sans le briquet, elle n'avait strictement rien écouté - ou seulement à demi - ce que Joann avait pu lui souffler. Seule la voix de son frère la martelait en de nombreux et douloureux échos dans son crâne, cette masse osseuse qu'elle aurait aimé éclater pour faire taire cette foutue vérité qu'elle avait pourtant tant réclamé. "Je l’ai tué ; Il ne méritait pas de juste mourir ; je l’ai torturé." Ça ne s'arrêtait plus, comme un putain de disque rayé. En clore les paupières n'y changeait rien et le portait de Swann qu'elle dressait face à elle, dans la pénombre imposée par le silence ne faisait que se flouter pour finalement se déformer. Elle ne reconnaissait plus cet homme, elle ne le connaissait pas, il n'y avait plus de frangin modèle et appliqué à l'horizon, il y avait qu'un étranger et ça faisait foutrement peur.

Elle réalisa alors qu'elle avait tout perdu dès l'instant où elle avait fait l'erreur de laisser cette sorcière approcher de leur foyer, elle se sentait coupable, autant qu'eux. "Dégagez..." Peina t-elle à articuler sans bouger d'un millimètre, d'une seconde à l'autre, elle allait exploser et ça allait faire un putain de bordel.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Sam 16 Déc 2017 - 23:08
Il l’avait suivi des yeux. Anxieux. Peiné. Joy, c’était cette sœur qu’il avait toujours vue comme indestructible. Petit, elle lui flanquait des raclées mais avant de l’ignorer ou de la mépriser, il avait commencé par l’admirer. Parce qu’elle aurait sans doute été capable de se battre contre n’importe qui et de gagner. Adolescent, il était allé la voir à l'un de ses matchs ; une unique fois. Elle avait brillé, il l'avait trouvée excellente, mais il ne l'avait jamais dit. Elle avait perdu et c'était sur ça qu'il avait froidement appuyé. Après l’épidémie, elle l’avait défendu, protégé, au péril de sa propre vie et sans jamais rien lui reprocher. Pas plus tard que le mois précédent, un groupe entier avait trouvé la mort… sauf elle. Ça devait faire partie des raisons pour lesquels Swann avait renoncé à la simple idée de faire la « paix » avec elle, de lui proposer une relation plus saine, parce qu’elle était « celle qui serait toujours là ». En dépit des coups durs, des disputes, des vols de bonbons, des provocations sournoises, … ils étaient ce qu’il restait de leur famille.

Pourtant aujourd’hui, ça semblait trop. L’étudiant la vie s’asseoir, pâlir, prendre sa tête entre ses mains. Les battements de son cœur devinrent d’une lourdeur atroce. Tout, même la main de Joann dans la sienne, provoquaient des fourmillements désagréables. Celle-ci faisait d’ailleurs un effort incroyable : ravaler sa fierté pour tenter de réduire la distance qui les séparait. Faire du bon avec du mauvais, profiter de l’horreur qu’ils confiaient pour unifier les deux femmes. Le cadet des Blackmore comprit douloureusement que ça ne fonctionnerait pas. Avant que la blonde n’ordonne à l’escort-girl de se taire, avant qu’elle ne réclame qu’ils ne partent.

Pour ne pas que ça dégénère plus encore, Swann fit un signe d’apaisement vers sa petite-amie et lâcha à contrecœur sa main pour rejoindre sa frangine, non sans un dernier regard troublé. Il s’assit à ses côtés, légèrement, espérant prendre le moins de place possible sur ce fauteuil prévu pour une personne. Ses gestes étaient fébriles, malhabiles. Pas tellement à cause de la situation, surtout parce qu’il n’avait pas l’habitude de montrer son affection envers son aînée. Il posa doucement une main sur les siennes, eut l’étrange sensation d’être glacé.

- Joy, je… j’ai pas prémédité… ça… il… il a essayé de me tuer, il avait déjà tabassé Joann, et il allait…, il fallait qu’elle comprenne, il avait besoin qu’elle le fasse, sur le coup je… je voulais juste qu’il…, « paye » ? Est-ce que c’était ça ? il a aussi menacé de s’en prendre à toi…, du mois, il l’avait sous-entendu, parfois en filigrane, je ne pouvais pas le laisser faire du mal aux deux personnes auxquelles je tiens le plus.

C’était un aveu effroyablement sincère et en même temps, le jeune homme s’en voudrait presque de chercher à justifier l’injustifiable en prenant sa sœur par les sentiments. Pourtant, c’était de ça dont il était question, pas vrai ? D’un instant où il avait… été trop loin. Il avait prémédité le meurtre, pas la torture. Et bien sûr que ce n’était pas excusable : ils auraient pu – ils auraient dû – aller en parler à Donovan pour que ce type soit immédiatement mis sous surveillance et soit prévenu que le moindre geste déplacé lui coûterait la vie. Vouloir faire justice seul avait été une mauvaise idée, s’improviser esprit criminel aussi. Néanmoins, il ne regrettait pas. Mark ne méritait pas moins que les horreurs qu’il avait endurées. Swann espérait juste ne pas perdre sa famille dans la manœuvre.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Sam 16 Déc 2017 - 23:52


Open your fucking mouth ! 
Ft Swann & Joy
Son ordre lui cingla les veines. Elle aurait pu répliquer, lui faire fermer sa gueule assez rapidement d'ailleurs néanmoins Joann n'en avait pas le cœur à l'instant, pas en la voyant pâlir, pas en sachant que, tout comme il en avait été cas pour elle – à l'annonce du décès de son père – son monde, tout ce qu'elle avait cru réel, tout ce en quoi elle avait fiévreusement cru, s'écroulait sans prévenir. Pas de fissure, pas de craquelure non, le sol s'était éventré sous les pieds de la jeune femme, sans prévenir, sans qu'elle puisse se raccrocher quelque part avant de chuter. Et Swann dans le lot, Swann que sa sœur englobait dans son mépris à son égard en lui quémandant de foutre le camp, n'avait encore réagi....

Joann se sentit de trop à l'instant, ça n'avait plus rien à voir avec elle et bien qu'elle eut l'envie de déserter les lieux, de laisser la blonde dans sa déprime post révélations macabres, elle ne le fit pas.  La Canadienne avait beau clamer n'apprécier que peu de gens sur terre, les plus forts et résistants d'ailleurs, Joy faisait partie du peu pour lesquels elle avait d'estime. Elle était simplement trop fière pour se laisser marcher sur la gueule par une gamine trop impulsive, trop brusque, sans répliquer pour faire mal. Ça ne lui ressemblait pas, jusqu'ici elle n'avait jamais considéré cette gamine comme importante du moins, pas avant de ne faire plus qu'un avec le jeune homme contre le profil duquel ses yeux humides s'attardaient. Pour lui elle était capable de prendre sur elle, de faire preuve d'une sorte de considération, d'avoir de l’empathie pour Joy alors que, s'il n'était guère présent, s'il n'avait pas déteint sur elle comme elle avait déteint sur lui, rien de tout cela ne l'aurait touché.

Des mois plus tôt, l'escort-girl se serait tirée, sans sourciller, et les aurait laissé touiller leur merde en se satisfaisant de ne guère être de l'équation mais aujourd'hui, alors qu'il relâchait sa main et s'épanchait sur le sort de sa sœur, Joann n'avait pas envie de fuir... Elle devait le soutenir, ici, alors que sa sœur devait l'imaginer n'être plus qu'un monstre, que l'image qu'elle s'était forgée de lui n'était qu'une vaste fumisterie depuis que les morts reprenaient consciences pour enrôler les humains dans leurs rangs, Swann n'avait plus qu'elle et elle n'allait très certainement pas reculer. Pour le meilleur et pour le pire, elle l'avait juré à un autre mais n'avait guère respecté ses engagements alors, même si elle ne lui soufflerait jamais pareille promesse, la jeune femme savait parfaitement que même muette, même cachée, celle-ci avait bien plus de valeur s'agissant de l'étudiant. Il avait commis le pire pour elle, ils vivraient à jamais avec ça mais, comme toute chose en ce monde, les maux finiraient rangés dans l'un des tiroirs de sa mémoire et ils parviendraient à passer outre.

Joy devait simplement encaisser car elle n'était pas comme eux.... Elle ne les comprenait pas et ne les comprendraient sans doute jamais. D'une autre personne, comme ces abrutis de la veille n'ayant trouvé de plaisir que dans le fait de les chercher sans savoir qu'ils pourraient bien les égorger si l'envie leur prenait de s'amuser à leur tour, Joann s'en serait littéralement cognée. Mais parce que la jeune femme partageait le même sang que celui qu'elle aimait, parce que celui-ci certifiait qu'elles avaient autant d'importance, l'une que l'autre, à ses billes grises, Cain savait que prendre sur elle serait plus important. Elle devait ravaler sa fierté, faire des concessions, peu importait le reste le temps que Swann soit plus serein et, actuellement, alors qu'elle glissait les doigts contre ses propres bras, tâchant de contenir ses propres douleurs et le reste, Joann comprenait enfin ce qu'était l'origine même de l'attachement et de l'amour.

Que pouvait-elle dire ou faire exactement, elle n'était pas coutumière des émotions qui la transperçaient à l'instant et se sentait conne pour l'une des première fois de sa vie. La gêne l'englobait, sans doute car elle se sentait prisonnière d'un tourment infernal désormais, Swann apaisait sa conscience, elle ne demandait que ça, mais si sa sœur ne pouvait pas balayer les horreurs comises, alors il se sentirait mal pour d'autres raisons. N'était-ce donc pas pire de l'avoir poussé à parler, n'était-ce pas ignoble de sa part que d'imaginer que, désormais, il serait taraudé par la torture commise et par le fait que sa sœur ne lui pardonnerait peut-être jamais ? Elle qui n'avait jamais eu qu'à se soucier d'elle se retrouvait au cœur d'une famille et, étrangement, elle se sentait responsable de son implosion. Tout ce qu'elle touchait, tout ce qu'elle faisait, terminait par se noircir. Elle l'avait soufflé à Casey auparavant, elle l'avait avoué à demi mot et savait pertinemment que se laisser aller auprès de quelqu'un finirait par faire souffrir ce dernier et ceux qui l'entouraient. Alors oui, elle avait gagné à l'instant, Swann était à elle, plus encore, et sa sœur la détestait et il avait pris son parti en dégringolant les marches plus tôt mais cette victoire avait un goût dégueulasse entre ses lèvres qu'elle pinça avant de s'empresser de ramasser le bouquin – encore au sol – pour le déposer sur la table proche des deux autres.

Pas un mot ne quitta ses lèvres, elle entreprit simplement de faire ce qu'elle l'avait vu faire lorsqu'elle même allait mal. Faire chauffer de l'eau, déposer quelques cuillères de café dans trois tasse puis, une fois la préparation faite, s'approcher de Joy. Joann déglutit puis pris place sur la chaise face à eux sans tergiverser plus, sans démêler les mots étranges qui allaient filer ses lèvres, simplement mise à nue devant la gamine qui, si elle le désirait ensuite, pourrait bien la pourrir que ça n'aurait plus aucune importance.

- Joy ? Elle cherchait son regard, qu'elle puisse s'y ancrer et tenter de raisonner l'âme meurtrie de cette gosse trop butée. Je suis désolée... si j'avais la possibilité de tout effacer pour que tu te sentes mieux, que vous vous sentiez mieux tous les deux je le ferai. Ce n'était pas évident, les mots quittaient ses lèvres sans qu'elle y réfléchisse, brutes, trop fluides, trop.... sensibles. C'est ton frère, il est juste différent du jeune homme qui allait à la fac, le monde nous a tous changé... c'est tout. Ça ne change absolument rien. Maintenant si tu veux rester seule avec lui, je vais bien trouver quelque chose à faire..... Mais te ferme pas.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Open your fucking mouth ! -
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Mek' pour l'open de peinture GW
» ND Open IV
» Open Video a GW
» You took my heart and you held it in your mouth.
» OPEN AIR frontenex 7 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: