The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG
anipassion.com
Partagez | 
- Open your fucking mouth ! -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Open your fucking mouth !   Mar 5 Déc 2017 - 15:22

C'est bien beau l'apocalypse mais au milieu de ce nouveau mode de vie, il faut bien penser à rendre le foyer familial habitable. Sans compter qu'une foutue traînée squatte depuis bien trop longtemps dans le coin, manquerait plus qu'elle juge la vénère qu'est Joy pour l'amas de poussière qui s'y trouve. Alors on se remonte les manches, ne serait-ce que par fierté et pour qu'elle se sente conne à l'idée de pas participer au bien être de la maison Blackmore. Car oui, Joy avait motivé son frère pile quand la grognasse ne répondait pas présente de la journée ! C'était vile, et ça servirait possiblement à rien mais dans tous les cas ça se tentait et c'était aussi l'occasion de passer un moment avec son frangin. Non pas pour jouer le rôle de la bonne pote qui va écouter tous ses malheurs, mais bien pour mettre deux trois trucs au clair, au passage.

"Mais bordel ! Mets un peu plus d'énergie à la tâche quand même !" S'indigna l'aînée en dévisageant le petit frère qui nettoyait une étagère comme si il s'agissait d'un précieux recueil de comptabilité, l'air ailleurs - encore. Depuis le séisme rien n'allait en s'arrangeant de ce côté là, il y avait du sérieux laisser aller de la part du cadet. Peut-être un coup de la trainée ? Ça devait être ça, dernièrement il n'y avait qu'elle pour venir bousculer le quotidien de la famille.

Décidée à en apprendre plus, elle s'avança alors vers lui à pas décidé en quittant la cuisine dont elle venait de serpiller avec véracité le sol. Une fois à sa hauteur, elle hissa son bâton dégueulasse juste sous le nez du jeune, sourcils froncés et rides sur le front.

"Hey ! T'sais que t'es aussi songeur qu'une gonzesse sur le point de se faire sauter sa virginité ? Ça c'est de l'entrée en matière. "Tu es ridicule." Du gratuit, tout simplement mais au moins, la couleur est annoncée. "Il s'passe quoi p'tain ?" Et comme pour y inculquer la menace quant à la situation dans laquelle il se trouvait, elle agita un peu plus la serpillère trempée devant lui avec son air de pas aimable, le premier stade de la colère qui gronde et qui monte.

"Parle." Son frère la connaissait suffisamment pour savoir qu'il ne devait pas tarder à lui apporter une réponse qu'elle puisse juger satisfaisante, sans quoi il allait se faire peinturer là gueule à coup de produit à sol. Et plus si affinité, Joy serait prête à tout pour en savoir un peu plus et ça aussi il ne devait pas être sans l'ignorer. Reste à voir si ce foutou couple ne lui donnait pas des ailes pour qu'il s'envole en direction de l'astre de l'insolence. La balle est dans son camp.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Mar 5 Déc 2017 - 19:29
Les images étaient incrustées, trop profondément. Il avait dégagé les étagères sur lesquels trônaient livres et décorations en tout genre – de bon goût – pour y passer mollement un chiffon. Comme des flashs, elles s’intercalaient dans tout ce qu’il voyait. Joy l’avait coincé pour une séance de ménage intégrale dans la maison. Sans doute qu’elle se découvrait des points communs avec leur mère, maniaque à ses heures. Des éclairs rouges sur fond blanc. Comme le sang sur la neige. Le cadet Blackmore lui-même n’aimait pas la crasse mais là… il aurait préféré faire autre chose. Décuver. Digérer. Assimiler. Ses mains tremblaient encore, ses yeux gris fixaient un néant dont il était seul à avoir le secret.

Swann sursauta en voyant la serpillère se planter sous son nez et manqua de trébucher en faisant un bond de recul. La voix de son aînée le cinglait, comme d’habitude, sauf que là, son cœur battait à tout rompre. Comme si ses yeux perçants avaient vu à travers l’os et la chair pour décortiquer les songes qui le hantaient. Le meurtre – non : le massacre de l’ex-mari de Joann. Il avait monté le plan, il l’avait exécuté, sans ressentir autre chose qu’une excitation morbide et une fébrilité devant l’inconnu. Effrayante mais grisante. C’était il y a quelques jours et depuis… ce n’était plus vraiment pareil.

Tuer des gens pendant un raid, même quand il s’agit d’une extermination en règle, c’était une chose. Ils obéissaient à une idéologie, œuvraient pour le bien commun. Eux ou nous lui avait appris Stan et l’étudiant n’avait jamais réalisé que toutes ces morts, celles de sa main, il les avait mises dans une petite boîte isolées du reste. Pour qu’elle ne perturbe pas sa conscience en train de dormir. La question de Joy résonna trop fort, vrilla son cerveau.

- Je vois pas de quoi tu p-

Elle ne le laissa pas finir et si elle utilisa le mot qu’il comptait employer, ce n’était pas dans le même sens. Swann fit un lourd effort pour recouvrir convenance et toisa la serpillère crasseuse avec son habituel air impassible un poil hautain. A l’intérieur de lui, ses nerfs étaient tendus. Assassiner quelqu’un de sang-froid, lui faire subir ce qu’il lui avait fait subir, c’était… indescriptible. Chaque fois qu’il clignait des yeux, revenaient les souvenirs. Le visage tuméfié de Mark, ses blessures, son teint décoloré, et cette haine froide… la sensation que quoiqu’il endure, quoiqu’il souffre, ce ne serait jamais assez.

- Il se passe que je nettoie une étagère… tu voudrais que je te chante un Broadway en même temps ?

Sa respiration se coupa sur le champ. Ses yeux plantés dans ceux de sa sœur, le jeune homme réalisa que c’était bien l’une des premières fois qu’il tentait de faire preuve d’une vraie répartie. L’influence de sa petite-amie – sans doute – mais du coup, il se sentit immédiatement dans un rôle qui ne lui appartenait pas. Il s’éclaircit la gorge avant de se mettre à baragouiner sur un ton qui lui ressemblait plus

- Je… y’a rien… je vois pas de quoi tu… parles. Je vais… finir et rejoindre Joann.
Revenir en haut Aller en bas  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Jeu 7 Déc 2017 - 16:30
Quel insolence ! Comment osait-il lui répondre de la sorte ? Ce n'était pas son frère, ça, ça puait le coup de fesse de la trainée, qui d'une façon ou d'une autre devait le manipuler pour lui donner de telles ailes en matière de répondant. Un coup à se brûler connement et ça ne plait pas à Joy qui se laisse nerveusement envahir par un rire doté d'une bonne pointe d'ironie. Une grosse pointe même, faut dire qu'elle aimait ça l'ironie presque autant que le sarcasme, alors bon, autant s'en amuser un peu.

"Ouais, faut dire qu'une fois que je t'aurais castré, j'aurai sacrément hâte d'entendre le ton de ta putain de chansonnette."

Oui, bon, c'était une connerie, ou presque, elle ne manquait pas de fondement. Joy n'était pas sans savoir qu'à la Renaissance l'on aimait castrer les jeunes enfants, les "Castrats chanteurs" - les nommait-on. Dépourvus de leurs précieuses burnes et de l'affaiblissement conséquent de la production de testostérone, leurs voix ne muaient guère. Une belle façon bien à elle de souligner avec son air dédaigneux que son frère restait encore un gosse en bas âge à ses yeux. Et d'y glisser une petite menace aussi, historie de, Joy reste Joy.

Mais il se rattrapa bien vite cependant et repris son bredouillage habituel et bien Swannesque. Mieux. Mais cela restait toujours peu satisfaisant pour la blonde, il n'était pas prêt de lâcher quelque chose d'intéressant. "Tu mens aussi mal que ce machin que je nomme frangin." On se serait cru dans un truc qui pouvait évoluer dans le mélodramatique d'une seconde à l'autre. Tout dépendait de comment l'on interprétait ses mots, sa voix, son ton autoritaire et sa volonté de percer la vérité au grand jour. Elle avait tenté de jouer sur une corde sensible, de lui avouer par un chemin détourné - ou pas - qu'elle ne voulait pas affronter ce masque tortueux qui lui faisait face, mais seulement son petit frère. Le type tout con qu'elle avait l'habitude de bousculer en somme.

"Je te lâcherai pas Swann, alors tu as intérêt de vite savoir de quoi je parle si tu veux rejoindre la guenon." Miracle, elle avait dit "Swann" et non "Ducon" il y avait des efforts de fait, quand même.

Dans l'attente d'une nouvelle réponse sa posture se fit un poil plus menaçante et elle tendit le bras vers la porte pour lui bloquer la route avec la serpillère. Pas un barrage bien efficace, certes, mais le geste était là et c'était l'important. Qu'il crache donc ce putain de morceau !
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Ven 8 Déc 2017 - 22:14
Elle ne le croyait pas. Malheureusement. Le jeune homme voulut botter en touche ; secouer la tête et se remettre à dépoussiérer son étagère, mais la voix de son aînée lui indiquait qu’elle ne lâchait pas. Soutenir ses yeux bleus était trop difficile et pourtant, il les affronta de longues secondes. Ils avaient un éclat singulier, qui ne le laissaient pas indifférent. Comme une sensation ancrée en lui, profondément dans son inconscient. Peut-être parce que ce regard ressemblait à celui de leur mère, peut-être parce qu’elle l’avait déjà eu petite, peut-être un peu des deux. Cette manière de le fixer qui donnait l’impression de dire « que tu le veuilles ou non, je suis ta sœur et t’a intérêt à me dire ce qui ne va pas ». Mais cette fois, Swann n’était plus un enfant. Cette fois, il ne pouvait pas avouer son secret.

- Ne… ne l’appelle pas comme ça, rétorqua-t-il sans le punch qu’il espérait, elle… elle ne t’a rien fait, soupira l’étudiant, pourquoi tu la vois comme un… problème ?

Oh tiens, voilà donc une brèche dans laquelle s’engouffrer. Détourner le sujet pour glisser vers un autre, tout aussi épineux, mais qui était à son avantage. Joy voulait du règlement de compte ? Bah il allait sortir le linge sale alors, qu’ils puissent le laver en famille. Triturant le chiffon qu’il tenait entre ses doigts, surveillant la serpillère que son ainée était parfaitement capable de lui mettre en pleine figure, il reprit avec un nouvel aplomb de premier de la classe :

- Depuis que… depuis que je la fréquente, enfin… qu’on se parle quoi, tu lui craches dessus comme si… comme si elle était dangereuse, et elle l’était en vérité, sauf qu’il se garderait bien de lui apporter des preuves à charge, est-ce que… tu serais pas jalouse Joy ?

Et toc. Il avait appuyé le me mot qui fâche pour qu’il ait encore plus d’impact. Ça, il savait que ça allait piquer droit dans l’orgueil, que ce soit vrai ou pas. Avec un peu de chance, ça la ferait sortir de ses gonds et oublier le sujet initial. Son air ailleurs, ses pensées toutes tournées vers le crime qu’il avait sur la conscience. Ce ne serait sans doute qu’un sursis – sa sœur était bien la seule personne qui avait toujours su voir sous ses faux-semblant – mais il voulut quand même tenter le coup. Qui sait ? Peut-être qu’elle avait perdu son décodeur de cadet ces derniers jours. Il força donc un sourire un brin sarcastique pour ajouter :

- Voilà ce qui ne va pas.
Revenir en haut Aller en bas  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Dim 10 Déc 2017 - 16:21
Il osait soulever son regard et les iris de la blonde se firent plus sombres en un instant. Farouches et perçant comme ceux des aigles qui guettent leurs proies : une fois en ligne de mire, ils ne vous lâche plus qu'il en devient difficile de s'en défaire sans s'en retrouver victime d'un certain malaise pour les âmes doués d'empathie. Le bleu qui lui faisait face lui rappelait indéniablement ceux de sa mère, si son père restait un géniteur douteux l'on ne pouvait douter de l'entre jambes où il fut expulsé, pour sûr. Ce qui ne motivait que davantage la jeune femme, son enfance fut un combat quotidien contre l'autorité parentale alors pouvoir à nouveau croiser le fer avec sa mère ne la dérangeait aucunement.

Quelques secondes plus tard et la victoire fut comme à son habitude éclatante. Les yeux du frère se baissèrent et il baragouina enfin quelques mots pour défendre sa copine agitée du popotin. Elle l'écouta alors sans esquisser le moindre geste et sans détendre ses traits bien marqué par l'agacement et l’énervement. Il fuyait le jeune Backmore, fonçant dans la brèche ouverte pour mieux s'en détourner de la vérité. Un fait qui lui sauta aux yeux, si Joy avait un température parfois immature et impulsif, elle n'était pas non plus dénuée de cerveau. Celle-ci dut lutter pour ne pas lui envoyer la serpillière en pleine figure face à cet affront, si il y a bien une chose qu'elle détestait c'était bien ça : être prise pour une imbécile par l'intello de la famille.

Quand le mot jalouse tomba, ses doigts virent serrer leur prise contre le bois du bâton qu'elle tenait dans un léger bruit de frottement alors qu'elle prit une longue inspiration. Touché, ça pique pour cette fois et c'était bien là une vérité qu'elle n'était pas encore prête à admettre.

"Sombre con ! C'est comme tu dis depuis que tu lui causes que je montre les dents. Alors va pas me faire croire que c'est que MAINTENANT QUE ÇA COMMENCE À TE DÉRANGER !" Le ton était monté, et ce n'était sans doute là que le début. Elle voulait en venir en mains, elle voulait le secouer, elle voulait l'éclater contre la bibliothèque, elle voulait le faire taire. Mais cela reviendra à faire arrière, à le laisser gagner, et pire encore, à le laisser filer sans obtenir la moindre réponse.

"J'te jure, c'est sa putain de petite gueule que je vais repeindre de rouge si tu continues à jouer au con !" L'ex étudiant était quelqu'un de réfléchis, si elle voulait obtenir quoique ce soit il fallait qu'elle se maîtrise et qu'elle lui prouve pas A + B que son raisonnement ne tenait pas debout tout en lui apportant dans le même temps un semblant de réponse qu'il attendait. C'était ça le putain de mur de Swann. "Depuis le séisme mon attitude n'a en rien changé, je reste moi même, MOI, la tienne en revanche, on dirait qu'elle t'a coupé les couilles à ma place ! Alors oui, ça, ça me rend bien jalouse, c'est un honneur qui me revient à MOI ET À PERSONNE D'AUTRE !" Ça commence, le timbre de sa voix se fait plus menaçant et agressif à souhait et ça ne va pas aller en s'arrangeant : "ALORS PUTAIN TU AS INTÉRÊT A M'EXPLIQUER CE QU'ELLE T'A FAIT OU JE VAIS M'OCCUPER DE LA FAIRE PARLER MOI MÊME !" C'était son frère, sa seule foutue famille, Joann ne pouvait qu'être la seule foutue coupable de ce changement pour la blonde. Et si c'était quelqu'un d'autre cela restait la même colère : on ne touche pas à Swann sans en subir sa casse couille de frangine au tournant.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Dim 10 Déc 2017 - 19:54
Les yeux de Swann avaient bondi sur le manche de la serpillère quand il avait entendu les doigts de sa sœur se crisper dessus mais il sursauta lorsqu’elle haussa brusquement le son. Il ne s’attendait pas à ça et son visage restait plissé par la soudaine montée en volume. Le pire, c’était que son discours n’était pas dénué de logique, alors il peinait à trouver un contre-pied. Ses mains tordaient nerveusement le chiffon qu’il tenait et si le bras de Joy ne lui barrait pas le passage, il se serait déjà enfui pour s’enfermer dans sa chambre. L’étudiant avait la tête trop pleine pour supporter de se disputer avec son aînée.

- E-écoute, J-

Il tentait de calmer le jeu mais c’était perdu, elle était lancée. Le regard bas, comme s’il se faisait enguirlander par le fantôme de sa mère, le cadet Blackmore la laissa vider son sac jusqu’à ce qu’elle rétorque au sujet de la jalousie. Pardon ? Donc elle lui faisait une leçon de morale simplement parce qu’elle avait l’impression de ne plus écraser son frère comme avant ? Est-ce que c’était être une marque Joyesque de gentillesse ou est-ce que c’était la plus grosse connerie qu’il lui avait été donné d’entendre depuis un moment ? Un peu des deux certainement.

- Arrête de crier, c’est vraiment ridi-

Elle le coupa une fois de plus, hurlant à lui péter les tympans, presque effrayante dans sa colère protectrice. Et le pire c’était qu’à travers la façade, dans ses yeux bleus, il voyait l’once d’inquiétude qui motivait sa demande. Swann ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Sa gorge venait de se nouer. Honnêtement… il aurait envie de lui dire. Ça le rendait malade de lui cacher ça, parce que ce n’était pas comme dissimuler une relation ou faire disparaître les preuves quand il mangeait ses bonbons. C’était… important ; et elle était sa sœur. Aussi désagréable était-elle, elle était son unique lien vivant avec le monde qu’ils avaient perdu. Elle passait avant tout le reste.

- Joy, je…

Son rythme cardiaque accéléra. Il avait l’aveu au bord des lèvres mais se sentait incapable de franchir le cap. Ça incriminerait Joann et Takeo aussi. Dieu sait ce que la blonde allait faire. Et puis… quand bien même elle ne faisait rien, elle deviendrait complice de meurtre en l’apprenant. Il n’y avait plus d’investigation criminelle pour remonter jusqu’à eux mais si jamais quelqu’un lâchait le morceau – l’étudiant pensait notamment au nippon – il préférait que son aînée ne soit pas éclaboussée.

- Tu as raison, je… le séisme, tout ça… je pensais qu’on était intouchable et on… on a perdu du monde…, il faisait de gros effort pour aligner son timbre sur son mensonge, elle le connaissait trop pour avaler un mensonge bâclé, je… ça m’a rappelé Apple. Tu te souviens ? Quand elle est morte… c’était la première fois qu’on avait des rôdeurs…  

Il baissa les yeux, tout pour éviter son regard perçant. Au fond, l’émotion n’était qu’à moitié factice car si ses mots n’étaient que du baratinage, c’était réellement des tremblements post-traumatiques qui secouaient son corps. Derrière ses paupières, Mark l’attendait. Patient. Froid comme la mort. Ce n’était pas des regrets, c’était… comme si sa conscience était prête à assimiler ses actes mais pas son cerveau. Alors son esprit était bloqué dans un entre deux cauchemardesque.

- Je ne veux pas me disputer avec toi, ok ? Tenter de l’amadouer, c’était son dernier recours pour la faire redescendre et lui échapper, c’est juste… ça va passer. Joann n’y est pour rien.
Revenir en haut Aller en bas  
Joy Blackmore
Graphiste qui déchire
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 28/11/2017
Messages : 121
Age IRL : 30
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   Lun 11 Déc 2017 - 13:28
C'est qu'il essayait de causer le jeune Blackmore mais rien ne pouvait arrêter la furie quand bouton du mode colère était enclenché (sauf peut-être un pétard de marijuana et encore). Lui donner raison, c'était plutôt une jolie tentative de la part du cadet, un bon pas d'effectué qui la calma quelque peu, à peine. Ce n'était pas que malin d'admettre qu'il s'était bien foutu de sa gueule quelques secondes plus tôt. Difficile cependant de lui en tenir rigueur, elle aussi n'avait pas joué la carte de la pleine franchise en avouant à demi mot et de façon bien détournée qu'elle n'aimait pas qu'on s'approche trop de son petit frère. C'était toujours embarrassant de l'admettre pleinement et sans détour, même impossible pour la blonde qui voyait ça comme un aveu de faiblesse, et ça, c'était pas son truc. Son frère en revanche semblait bien se complaire dans ce rôle en abattant la carte de la triste vérité, celle du sentiment d'insécurité constant et omniprésent qui le tourmentait.

Un autre mensonge ? Elle en doutait maintenant qu'elle prêtait oreille à la suite. Ces deux là n'avaient jamais vraiment parlé d'Apple comme de leur premier face à face avec les rôdeurs, le sujet était alors encore bien flou en matière de ressenti personnel. Il fallait avouer que pour Joy, écouter les complaintes de son frère à ce sujet rimait avec l'envie subite de se passer la corde au cou pour ne pas avoir à subir ça trop longtemps. Par contre, les tremblements qui secouaient le corps frêle qui lui faisait face lui arrachaient une grimace qui tenait plus du rictus qu'autre chose. Pour le coup, elle avait même envie de déposer une main sur son épaule : cet enfoiré de Swann avait gagné cette manche.

"Si tu avais pas envie de te disputer, tu avais qu'à commencer par ça." Calmée, c'était bien le mot. "Abruti." Joy était bien consciente qu'elle n'avait rien d'une grande psychologue, qu'elle était même tout le contraire, aussi, elle n'en rajouta pas davantage.

La blonde finit par soupirer un long moment et redressa sa barrière de type serpillière pour tourner les talons vers l'étage. Elle avait besoin de méditer sur cet échange, n'était qu'à demie convaincue par les mots soufflés. Grimpant les marches, celle-ci lui lança un dernier regard et finit par cracher son poison habituel avec son air hautain qui lui allait si bien. "Va donc retrouver ta pouf'." Elle n'allait pas se montrer ouverte et ne doutait pas que si l'autre traînée pouvait bien avoir un tout petit impact positif sur son frangin, ce serait bien celui de prêter une oreille attentive à celui-ci, qu'elle serve donc à quelque chose celle là. Disparaissant rapidement à l'étage, une porte claqua en chemin puis le silence retrouva sa place dans la demeure Blackmore.




***************************************************************************



9 Décembre - midi - Salon Blackmore

Dormir jusqu'à pas d'heure, en général, c'était pas trop son truc à la blonde. Sauf pour cette fois, sa nuit fut rongée par des réflexions des plus tordues agrémentées par quelques cauchemars pour donner du piment à tout ça. Alors aux premières lueurs du jour, elle préféra s'enfoncer dans ses draps pour récupérer un peu ou tout du moins, essayer. Ce qui ne fut pas des plus probant, la sale nuit restera une sale nuit de merde. Du pied gauche, donc, elle se dirigea vers la salle de bain de l'étage pour un brin de toilette et ordonner sa longue tignasse, l'acte le plus long de son rituel toilettage.

Une fois chose faite, la blonde enfila un sweat à capuche ainsi qu'un jean et une bonne paire de basket pour défiler dans le salon, direction la cuisine à la recherche de quelques choses à se mettre sous la dent. Ce qui finalement ne serait pas d'ordre alimentaire : Joann bouquinait tranquilou sur le grand canapé et pas de Swann à l'horizon. Pas plus mal, Joy comptait bien en découdre avec elle, persuadée qu'elle cachait quelque chose au sujet de son frère, de quel ordre ? Pas la moindre idée, mais elle l'avait rendu plus larvaire et perturbé qu'il ne l'était déjà, c'était un fait que la grande sœur ne pouvait pas ignorer surtout que cette phase ne passait pas.

"Hey." Souffla t-elle en marchant vers la garce avec un air empli de dédain à son attention, sacrée salutation. "Faut qu'on cause." Elle cala ensuite ses menottes dans les poches avant de son sweat, non pas pour prendre une pause cool mais pour - d'une certaine façon - les retenir, ce serait dommage de lui envoyer un pain dans la tronche trop tôt. Avant de continuer à blablater, elle attendit que sa future interlocutrice pose son putain de bouquin pour lui accorder un minimum d'attention ou rien qu'un regard, ça pouvait aussi très bien faire l'affaire et puis elle n'en attendait pas moins de sa part de toute façon.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Open your fucking mouth !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Open your fucking mouth ! -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Mek' pour l'open de peinture GW
» ND Open IV
» Open Video a GW
» You took my heart and you held it in your mouth.
» OPEN AIR frontenex 7 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: