The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- How to get away with murder -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 11/06/2017
Messages : 345
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Jeu 7 Déc 2017 - 21:51
Joann avait eu les mots justes pour le convaincre de sortir. C'était bien la première fois qu'il allait mettre les pieds en dehors du camp depuis le jour de la catastrophe. Il serait mentir de dire qu'il n'avait pas une certaine appréhension. Parce que sortir dehors, cela signifiait aussi se retrouver en face de cette réalité qu'il essayait de fuir dans l'alcool depuis des semaines.

Il se dirigea vers l'armurerie en compagnie de la Canadienne, qui répondit vaguement à sa question : ils devaient chercher tout et n'importe quoi. En même temps, cela paraissait logique. Depuis le séisme, beaucoup de gens s'étaient retrouvés dépourvus de leurs affaires, et énormément de ressources ont du être mobilisées pour remettre le campement en état. Alors oui, même si elle restait vague, cela ne paraissait pas bizarre.

Ce qu'il aurait pu trouver plus étrange en revanche, c'était son attitude. Les deux étaient restés plutôt silencieux pendant qu'ils marchaient, mais quelques fois, la jeune femme lui avait souri sans raison apparente. Takeo ne le remarqua cependant pas, définitivement perdu entre ses pensées et son mal de crâne. Il essayait justement de ne pas trop croiser le regard de Joann. Parce qu'elle avait été là, ce fameux jour, lorsqu'ils étaient sortis à la caserne, et que la voir lui rappelait le souvenir douloureux de cet échec cuisant. Surtout que la Canadienne l'avait sauvé à plusieurs reprises, ce qui était dur à assumer pour un homme aussi fier que lui. Il ne l'en avait jamais remercié, d'ailleurs.

Ils finirent par arriver aux alentours de l'armurerie, où deux individus semblaient les attendre. Takeo reconnut rapidement la silhouette de Swann, qu'il n'avait pas revu depuis le tremblement de terre. La dernière image qu'il avait de lui était lorsqu'il était en train d'essayer de sauver Evy des décombres. Et se remémorant cela, il se souvint instantanément de sa nuit de beuverie avec la jeune Collins. Cette dernière lui avait fait part de ses déceptions amoureuses et du fait qu'elle s'était faites voler la vedette par Joann. Il n'avait pas fait le rapprochement jusqu'ici, et il ne s'en rappela qu'à ce moment précis : Blackmore et Cain était en couple. Il s'en fichait bien, mais il espérait simplement que cela ne signifiait pas qu'il allait devoir tenir la chandelle. La dernière chose dont il avait besoin, c'était d'assister aux niaiseries d'un couple amoureux.

Aux côtés du jeune Blackmore, un inconnu. Probablement ce nouveau qu'ils étaient censés amener avec eux. Takeo n'eut pas le temps de porter son regard sur ce dernier que Joann s'adressa à lui, essayant d'expliquer pourquoi elle l'avait choisi. Ses paroles étaient étrangement gentilles et réconfortantes. Il ne l'avait jamais vu comme cela, mais il ne se posa pas trop de questions : ces mots faisaient plaisir à attendre. Il se sentait effectivement seul et délaissé depuis quelques temps, et s'il aimait dire qu'il s'était éloigné des autres de son propre chef, ce n'était pas foncièrement vrai. Il voulut lui répondre, mais elle s'adressa ensuite rapidement à Swann, et sembla contrarier à la vue du nouveau. Elle recommanda même au japonais de se méfier, sans trop qu'il ne comprenne pourquoi.

« Et pourquoi ça ? » questionna-t-il. Mais trop tard, car la Canadienne était déjà à l'intérieur de l'armurerie. Il porta alors son attention à l'inconnu, qui discutait avec Swann, et le dévisagea quelques secondes. Mais il ne s'adressa à aucun d'entre eux, restant silencieux, sa cigarette à la bouche.

Joe revint avec leurs équipements, et ils finirent par tous sortir du camp. L'ambiance était relativement calme – pesante même par moment. La canadienne marchait aux côtés du japonais, et ce dernier pouvait sentir certains regards insistants venant de la part de l'homme dont il ne connaissait même pas le nom. Swann finit par rompre le silence pour briefer ce dernier sur l'objectif de leur sortie.

« Ouais, si ça peut aider à virer les squatteurs de chez moi... » déclara-t-il en tirant une latte de sa cigarette. Vraiment, ces inconnus qui avaient envahi son espace vital, ça le faisait clairement chier. « … alors on a intérêt à assurer. C'est quoi ton nom déjà ? » demanda-t-il à l'homme aux côtés du jeune Blackmore, d'un ton un peu sec. Joann lui avait dit de se méfier, alors il tâtait le terrain en s'adressant à lui de cette façon, afin de savoir à quel genre de type il avait affaire. Sa gueule de bois ne le rendait pas spécialement agréable de toutes façon.

Le groupe continua son avancée dans ces terres non sécurisées. Takeo ne savait pas trop jusqu'où ils avaient prévu de s'aventurer, aussi se contenta t-il de suivre les pas de la Canadienne. Après quelques minutes de marche, il remarqua un petit groupe de 3 rôdeurs qui semblaient sortir de derrière un arbre, sur leur gauche. D'un geste du coude, il avertit Joann et lui fit signe de l'accompagner pour s'occuper d'eux. Tandis qu'il s'empara de son couteau, il lança un regard vers Swann et l'autre homme qui étaient quelques mètres derrière eux, avant d'interpeller le jeune Blackmore.

« Y a quelques rôdeurs là. Je t'emprunte ta dame pour quelques secondes, ça te dérange pas j'espère ? »

Il avait dit ça innocemment, pour se moquer gentiment de Swann comme il l'aurait fait habituellement. Evy lui avait craché le morceau sur la relation entre lui et Joann. C'était pas censé être un secret d'état, si ?
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Jeu 7 Déc 2017 - 23:20


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Armes à disposition – plutôt légères pour le coup -, la Canadienne ne tarda plus à les rejoindre à l'extérieur. Son esprit chuchotait concentration alors que son corps lui, frémissait à l'idée d'un possible couac. Depuis qu'ils avaient imaginé ça, jusqu'à la présence du Nippon à qui elle fila flingue et couteau, ils n'avaient guère pris en compte le fait que Takeo puisse réagir autrement que ce à quoi ils s'attendaient. S'ils l'avaient choisi lui, ce n'était pas uniquement car il n'avait rien à perdre à potentiellement crever, mais tout autant car il semblait s'être coupé du monde depuis leur retour de mission. Personne ne lui avait parlé, personne n'avait été s'enquérir de lui, par conséquent, et sans doute car il cuvait du matin au soir, il ne savait rien concernant leur relation. Un très bon point donc, car même s'il avait la langue pendue en ce jour, comme il l'avait eu face aux enfoirés du groupe croisé deux semaines plus tôt, il ne dirait rien qui foutrait leur plan en l'air.

Sur cette pensée satisfaisante, Cain prit alors la tête du peloton pour rejoindre la barricade et, bientôt et tandis qu'elle se forçait à ne pas préférer l'étudiant au Japonnais, leurs pas les menèrent sur les terres hostiles. Des friches, de la mauvaise herbes aux jointures des quelques trottoirs vides de vie – sinon les leurs – la nature avait repris ses droits et, par endroit, les quelques bâtisses effondrées témoignaient du passage du séisme. Un silence de mort régnait, tant qu'elle entendait presque son rythme cardiaque. Irrégulier, stressée, loin du calme olympien dont elle faisait preuve lors des autres sorties. Tuer, ou être tué, ce proverbe lui assaillait l'esprit tout comme le fait que rien n'était similaire à ce qu'elle, ou il, savait faire sans vergogne aucune. Joann avait déjà achevé des gens, avec sadisme et sans regret aucun, cependant ici, elle ne le ferait pas même s'il était tentant de se retourner et de pointer le flingue droit vers les yeux du connard à qui Swann évoquait le but de leur sortie. Elle en serait incapable, ses doigts tremblaient tant qu'elle pourrait le manquer, ils frémissaient si fort que, depuis qu'ils avaient quitté le Fort, ses phalanges étaient serrées en poings de part et d'autre de ses flancs. Elle se fichait bien des autres, se fichaient qu'ils fussent dans le besoin où qu'ils squattent chez le Bridé – comme celui ci s'en plaignait – tout ce qui lui importait était leur réussite et que Mark ne revoit jamais la lumière du jour pourtant, quand Shigéru interrogea celui-ci, elle tourna brièvement les traits dans leur direction et croisa le regard particulier de son amant. Elle ne savait pas, elle ne savait plus, elle perdait le fil alors qu'ils avaient répété ça des jours durant. Quand viendrait le bon moment ? Quand seraient-ils assez loin du camp pour mettre à exécution leur manigance ? Gorgée de doute, elle fixa un moment son mari avant de baisser les yeux lorsqu'il lui offrit un regard acerbe.

- Mark. Répondit-il, sans qu'elle sente son regard frôler ses courbes, au Japonnais dont le timbre était aussi âpre que son moral. Des gens qui squattent ta baraque, question intimité ça doit être sympa. Son rictus lui fila froid dans le dos pourtant il avait mordu à l'hameçon – concernant les dires de Blackmore – au point qu'elle ne put réprimer le sourire léger qui prenait possession de la commissure de ses lèvres. Vous....

L'hésitation dans sa voix la poussa à fixer les traits de l'étudiant une minute, puis à reporter son regard sur le profil de Shigeru dont le coude l'invitait à se concentrer droit devant eux. Des blattes... Bien entendu ils avaient envisagé que les rôdeurs soient de la partie d'ailleurs, selon le bon déroulement du plan, Joann imaginait même que ces derniers finiraient le travail. Comme des crocodiles dans un bayou, là où les criminels jetaient les corps de leur victime, les parasites se chargeraient de faire disparaître sa dépouille. De belles funérailles, parfaites pour la saloperie qu'il était.

- Pas de flingue. Lâcha-t-elle, pourtant parfaitement consciente que le type de l'armurerie n'en avait très certainement pas confié à Mark.

Puis, sans plus tergiverser, comme si planter la lame de son couteau dans ces crânes ramollie étoufferait l'angoisse, Joann se dirigea vers le premier qui se ruait dans leur direction. Râles à l'appuie, histoire d'attirer ses congénères vers le repas qu'il envisageait s'enfiler, le macchabées tendit les bras vers elle. Joann se décala rapidement pour passer dans son dos puis le faire s'agenouiller, en un bout coup de rangers dans le pli de la rotule, afin de transpercer l'arrière du crâne. Ce qui fut jadis un homme retomba face contre terre mais déjà son regard se déportait vers les autres, Swann non loin d'elle, Takeo à sa droite mais Mark... Son cœur reprit la lourde mélopée de la crainte jusqu'à ce qu'elle arrondisse grands les yeux, en le voyant s'emparer, sans prévenir, sans même qu'il le voit, du flingue que le Nippon gardait à sa ceinture. Il allait le tuer, ici ?! Ce n'était pas le plan, ce n'était pas ce qu'ils avaient imaginé, ce n'était pas ça non. Immédiatement, elle envisagea se saisir de son arme et ferma les yeux, figée, quand le coup détonna autour d'eux. Près d'elle, à côté de Swann, tout proche de lui, un poids mort s'échoua contre le bitume en un dernier râle d'outre-tombe. Le silence inonda le groupe, Joann rouvrit les yeux et fixa le cadavre mort à quelques pas de son petit ami puis le regard amusé, acerbe et froid, quasiment lubrique, du connard qui venait de foutre en l'air leur projet. Son sourire fit soubresauter ses épaules, son ricanement tout autant.

- Pas de flingue ? Rit-il encore en les observant tour à tour, l'innocence même aux traits alors qu'en réalité et, sans peut-être en avoir conscience, cet enfoiré venait de faire pencher les choses en sa faveur. Le gamin allait s'faire bouffer par un de ces rats... Faut pas chercher avec ces merdes là si tu veux mon avis Joann. Il la tutoyait de nouveau, c'était mauvais signe, et la lueur dans ses prunelles l'empêchait de songer au fait qu'il n'avait fait qu'épargner l'étudiant qu'il croyait incapable d'agir de lui même. Tu m'en veux pas au moins ? Reprit-il à l'intention du Nippon. Elle devait réagir, elle devait le faire.

- Rends lui, les ordres sont les ordres, le sang neuf ne dispose pas d'armes à feu lors des sorties. La seule chose qui lui était venue, c'était nul, trop doux cependant, un brouhahas monstre aux embouchures des ruelles alentours, la poussa à reporter le regard autour d'elle. Putain......

Une horde, ou plusieurs, déjà leurs râles brisaient le silence. Ce connard venait d'inviter les macchabées à la partie. Il fallait qu'ils se tirent au plus vite, le plan déconnait cruellement et déjà elle cherchait une solution dans le regard gris de son petit ami. Certes ils avaient l'intention de rejoindre une boutique, n'importe quoi de clos, et de laisser les deux se mettre à mort mais les cadavres ne devaient arriver que plus tard... Il n'était pas sensé tirer...

- On.... faut bouger on peut pas rester là on va s'faire encercler par les parasites. Reprit-elle, tâchant de garder confiance après avoir pincé les lèvres. Elle tremblait, mal assurée, malade de stress que les choses ne se déroulent pas comme il le lui avait confié.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Ven 8 Déc 2017 - 7:59
Parfait. A entendre le son âpre de la voix de Takeo qui s’adressait à Mark, l’étudiant se dit que c’était excellent. S’ils avaient supposé juste sur le ressenti du mari, alors la façon avec laquelle le nippon lui parlait ne ferait qu’attiser les braises qu’ils avaient allumées. Ça marchait bien. Très bien. Jusqu’à que ce des rôdeurs pointent le bout de leurs nez putréfiés et… que venait-il de dire ? Une seconde, Swann perdit son masque et regarda leur pantin comme s’il venait de clamer une énormité. Est-ce que c’était une boutade qui tombait mal ou… ? Qui pouvait lui avoir dit ? Joy ? Evy ? Il imaginait mal Stan lui balancer l’histoire et ils étaient pourtant restés discrets…

Du coin de l’œil, le cadet Blackmore tenta d’évaluer la réaction de leur proie mais celle-ci ne laissait rien transparaître. Pas de flingue. L’ordre était clair et puisqu’il fallait jouer son rôle, il tira sa lame de son étui pour s’attribuer une charogne ; sauf que dans sa tête, un signal d’alarme s’était allumé. Est-ce que Takeo ne venait pas de ruiner leur plan ? Est-ce qu’ils avaient été trop négligents dans leurs déductions ? Ils n’en étaient qu’à leur première fois… et les erreurs étaient inévitables. Au moment où le jeune homme trépanait un cadavre, une détonation le fit sursauter. Ses entrailles s’étaient gelées sur place tandis qu’un corps tombait, si prêt de lui que le haut du crâne se cogna à son pied.

Merde. Celui-ci là, il ne l’avait même pas vu sortir de nulle part pour s’ajouter à l’équation. Ses pensées étaient ailleurs et diluaient tous les enseignements de son mentor. Ce n’était même pas le pire car en voyant Mark avec un revoler, en croisant son regard, Swann sut intimement que quelque chose venait de changer. Les cartes étaient redistribuées et par cet avertissement, il leur signalait qu’il n’était ni idiot, ni inoffensif. Il ouvrit la bouche, cherchant de quoi soutenir sa petite-amie qui se dépatouillait dans son poste de « chef d’équipe », mais les râles qui les encerclaient rendirent les événements clairs : s’en aller.

- P-pars là !

Il connaissait un peu le nord de l’île maintenant et avait repéré certaines zones à préférer pour se replier, même si ça ne lui plaisait absolument pas d’être en tête de peloton. Heureusement que le nippon avait récupéré son 9 mm, sans quoi la crainte que le marin ne lui colle une balle dans le dos l’aurait empêché d’y voir clair. Les silhouettes décharnées sortaient d’un peu partout, se faufilaient entre les carcasses de voitures rouillées par la pluie, foulaient l’asphalte fendu par la pousse de l’herbe et les intempéries. C’était une véritable jungle urbaine et ils étaient en présence d’un fauve.

- On va pouvoir entrer là-de-

Le jeune homme désignait la forme d’une bibliothèque dans laquelle un ancien de ses groupes d’expéditions s’était déjà réfugié. La poignée était trop compliquée à ouvrir pour les mordeurs, l’intérieur était clean. Malheureusement : il fut interrompu par la vitrine d’une banque qui se brisa et le flot de cadavres qui s’en libéra. Juste à sa gauche, trop proche de lui. Ils étaient dix ? Quinze ? Vingt ? Le cadet Blackmore ne put avoir que l’heureux réflexe de sortir son arme pour tirer dans le crâne du plus proche mais la foule de mains tendus l’isola du groupe.

- Joann ?!

Ça lui avait échappé. Le plan s’étiolait dans ses pensées au fur et à mesure que l’angoisse – d’être découvert et des rôdeurs – ne se frayait un chemin dans son intellect. En reculant, il n’avait pas vu la moitié d’une charogne cachée par une touffe de mauvaise herbe. Une poignée glaciale sur sa cheville le fit basculer en arrière. Son regard ne voyait alors plus que le ciel gris, sa bruine froide, et les silhouettes décomposées qui le surplombaient. Une balle. Deux balles. Trois balles. Quatre balles. Cinq balles. Son angle de tir était mauvais, seules deux voraces tombèrent. En s’acharnant avec son talon, il réussit à écraser la boîte crânienne de celui qui lui tenait la jambe, mais il avait perdu trop de temps. Encore une salve de tirs, le cerveau le plus proche explosa comme un fruit trop mûr, lui giclant en plein visage.

Swann rampa alors à reculons. Pas le temps de mieux, de se relever, de courir, ni même d’appeler ses compagnons. L’adrénaline faisait trembler ses membres, son souffle était court, sa gorge était nouée. In-extremis, son petit gabarit lui permis de se faufiler sous une large benne à ordure autour de laquelle les morts s’agglutinèrent. Haletant, privé de lumière du jour par les corps qui encerclait sa cachette par les trois faces accessibles, l’étudiant phasa un instant. Tout était parti en vrille. Tout… et Joann se retrouvait avec Mark, sans lui, alors qu’il lui avait promis de la protéger. Non. Non, non, non, non…

Avec le peu de marge de manœuvre qu’il avait, il échangea de main entre son 9 mm et sa lame pour commencer à trépaner chacun des fronts qui passait dans le petit espace entre la benne et le sol. Il fallait qu’il sorte de là, il fallait qu’il aille l’aider !
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 11/06/2017
Messages : 345
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Sam 9 Déc 2017 - 15:52
L'ambiance était plutôt étrange depuis le début, même Takeo avait pu le remarquer. Depuis qu'Evy lui avait craché le morceau, il était au courant pour l'histoire entre la Canadienne et le jeune Blackmore. Collins n'avait pas hésité à lui raconter tout ce qu'elle savait. Et pourtant, depuis qu'ils étaient sortis, les deux tourtereaux agissaient comme s'il n'y avait rien, comme s'il n'y avait entre eux qu'un lien professionnel. Cette discrétion n'était pas pour lui déplaire, et il savait que les deux n'étaient pas les êtres les plus expressifs du monde, mais tout de même... C'était un peu pour cette raison qu'il avait balancé sa petite remarque à Swann. Pour se moquer gentiment, pour lui signifier qu'il savait, innocemment. Pourtant, après avoir terminé sa phrase, il put voir de l'affolement dans le regard du jeune Blackmore. L'espace d'une demi-seconde, il afficha un air dévasté. Comme s'il venait tout juste de déclencher une bombe.

Mais il n'avait pas le temps de se poser des questions, car les rôdeurs commençaient déjà à avancer vers eux. Il suivit de près les pas de la Canadienne et s'attaqua à la seconde charogne, la tenant à distance d'un bras tout en lui transperçant le crâne de l'autre. Puis tout se passa très vite. Takeo sentit une petite pression au niveau de la ceinture, et l'instant d'après, une détonation retentit. Il se boucha les oreilles par réflexe, avant de regarder tout autour de lui pour comprendre ce qu'il venait de se passer. Un cadavre au sol, juste à côté de Swann, et Mark tenant un 9mm encore fumant. SON 9mm. Il venait peut-être de sauver la vie du jeune Blackmore comme il le clamait, mais même. Cette attitude, Takeo n'avait pas du tout apprécier. Il s'était emparé de son arme, il s'était approché de lui pour lui dérober ce qui lui appartenait, et même s'il avait de bonnes raisons, Takeo jugeait cela comme une attaque directe.

Lorsque Mark lui demanda s'il lui en voulait, Takeo se dirigea agressivement vers lui. D'un geste brusque, sans lui demander son avis, il récupéra son arme à feu. Puis il pointa son index contre son torse, déterminé à lui faire savoir le fond de sa pensée. « Écoute moi bien espèce de... »

Il fut interrompu par le râle d'une horde de rôdeur en approche. Comme le signala Joann, il fallait bouger, et vite, avant de se retrouver encerclé. Il dévisagea Mark une dernière fois avant de suivre Swann qui semblait savoir où ils seraient le plus en sécurité. Mais plus ils se déplaçaient, plus il avait l'impression que le nombre de macchabées se joignant à la fête se multipliait. Il en sortait de tout côté, ils étaient pris au piège.

Swann, en tête de file, finit par désigner un bâtiment, mais une nouvelle vague de créatures déboulant de nulle part fit son apparition et le submergea. En l'espace de quelques secondes à peine, il avait totalement disparu de leur champs de vision. Ils entendirent d'abord quelques coups de feu, puis plus rien. Putain, c'était vraiment la merde. Et tout cela à cause de l'autre imbécile qui s'était senti obligé d'appuyer sur la détente ! Takeo se fichait bien qu'il prétendait avoir fait cela pour venir en aide à Swann. S'il avait eu le temps de s'approcher du japonais, lui dérober son arme, et tirer, alors il aurait également eu le temps de venir à bout du rôdeur à l'aide de son arme blanche. Ce con, il l'avait fait exprès, c'était sûr !

Takeo le chercha du regard, mais ses yeux se fixèrent d'abord sur une Joann en détresse, à quelques mètres de lui. Elle était là, immobilisée, complètement tétanisée ! Ce n'était pas là le caractère fort qu'il connaissait d'elle ! Et pourtant, il l'avait déjà vue dans cet état ! Ce jour-là, à la caserne, il l'avait également retrouvée comme cela, le regard vide, apeurée. Il n'avait jamais trop compris pourquoi d'ailleurs. Toujours est-il que la voir comme cela, presque tremblante, lui rappela ce souvenir douloureux. Comme cela lui rappela que ce jour-là, elle lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises. Alors il était hors de question de la laisser comme ça.

Le japonais avala les quelques mètres entre elle et lui, se débarrassant au passage d'un rôdeur qui s'était trop approché. Assez violemment, il la tira par le bras. « Putain mais ressaisis-toi ta race ! » lui cria t-il en la regardant dans les yeux. Il ne chercha pas à la comprendre. Il n'avait pas le temps de comprendre. D'un nouveau geste assez brusque, il la poussa vers Mark. « Occupe toi d'elle, j'vais chercher Swann ! Et couvrez-moi d'ici, parce qu'il y a trop de cadavres ambulants putain ! »

Takeo se mit à courir vers l'endroit où avait disparu le jeune Blackmore. Il ne mit pas longtemps à remarquer un large groupe de rôdeur qui s'agglutinait autour d'une benne à ordure. Il ne pouvait pas dire combien il y en avait. Il n'avait pas vraiment le temps de compter. « Swann ? SWANN ?! » cria-t-il vers la benne dans l'espoir d'avoir une réponse. Les macchabées étaient bêtes, mais s'ils s'acharnaient autant sur cette pauvre benne, c'était forcément pour une raison.

Mais les rôdeurs étaient trop nombreux et trop regroupés pour qu'il puisse les attaquer de front. Si Swann était effectivement en dessous, il fallait simplement lui dégager le passage. Takeo se rapprocha d'eux et alors qu'il n'était plus qu'à quelques centimètres, il tira plusieurs coups de feu et cria pour attirer l'attention d'un maximum de ces créatures. Il recula doucement, essayant d'emmener un bon groupe de rôdeurs avec lui. Il y en avait vraiment beaucoup, mais il se disait qu'avec l'aide de Mark et Joe qui le couvraient, cela serait gérable. Pourtant, lorsqu'il tourna son visage pour leur demander d'intervenir, il dut se rendre à l'évidence : Mark et Joann avaient brutalement disparu...

« Putain de merde ! » souffla-t-il, l'air désespéré.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 884
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Sam 9 Déc 2017 - 21:33


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Ce connard savait parfaitement ce qu'il faisait, elle n'avait qu'à observer la lueur malsaine dans son regard pour le savoir. Il avait compris, la manière dont il avait fait le rapprochement lui échappait cruellement cependant, même s'il ignorait tout, même s'il n'avait conscience que d'une infime partie des choses qui la liaient à Swann, sa réaction précédente, lorsqu'elle l'avait vu dévier l'arme dans sa direction, lui avait révélé tout ce qu'il désirait connaître. Le plan n'était plus qu'une toile vierge, lavée de ses couleurs, de ses contours, il se glaçait sur place - autant que le sang semblait ne plus circuler dans ses veines - et éclatait à ses pieds sans qu'elle n'ait le moindre contrôle sur sa chute. Et, au delà de cette sorte de catalepsie, les morts approchaient par dizaines. Cain ne réagissait déjà plus, certaine que les choses tourneraient mal, que tout leur échapperait, que tout venait de s'effondrer en un seul coup de feu, une seule action qu'ils n'avaient guère anticipé. La Canadienne n'entendait plus que les battements lourds de son cœur, sentait l'angoisse gravir les échelons, si bien que l'attitude franche et mauvaise du Nippon ne lui sauta guère aux yeux. Mark se fichait de la marionnette, il n'avait d'yeux que pour Lui et Elle, le Japonnais n'était donc qu'une fourmis à évincer, peut-être même à écraser, pour parvenir à ses fins....

Puis, la voix de Blackmore la ramena aux créatures, à cette masse de parasites – invitée par la raclure à quelques pas d'elle – qui ne demandait plus qu'à se servir au buffet garni qu'ils représentaient à leurs orbites laiteux. Joann laissa un sale frisson remuer ses épaules, abandonna la lame au profit de son 9mm et reprit une inspiration sifflante afin d'emboîter le pas au jeune homme qui leur indiquait l'endroit à rejoindre. Elle ne connaissait ni les lieux, ni la bâtisse qu'il évoquait, mais la confiance aveugle qu'elle avait en lui la poussait sans doute à ne pas voir l'espoir – ce désir qu'il crève enfin – s’effriter jusqu'à n'être qu'une illusion de plus. Le rôle qu'elle devait tenir, dans le but de paraître plus importante, pour attiser la haine de son mari, n'était plus qu'une broutille face à la panique qui emplissait le moindre de ses nerfs. Peu importait que Swann prenne les devant, ça n'avait aucune importance, au contraire, une fois encore et même s'il n'avait guère relevé en voyant le flingue entre les mains de leur cible, il l'épaulait malgré la situation plus que catastrophique.

Les tirs fusaient déjà, les créatures s'échouaient mais rien ne stoppait l'avancée des rangs arrières, quant au reste, Joann oublia tout dès l'instant qu'un écho de verre brisé l'appela à fixer l'endroit où se trouvait Swann. Son cœur rata plusieurs pulsations, se retourna même alors qu'elle braquait déjà les rôdeurs qui s'évadaient de leur prison, bras tendus vers l'étudiant. Son prénom éclata dans les airs comme l'assurance que rien n'irait plus, qu'il était déjà trop tard, pourtant elle tirait encore, son index ne faisait qu'appuyer sur la gâchette, ses pas la rapprochaient des morts, de lui, jusqu'à ce que ses tirs ne soient plus qu'un souvenir de plus.

Les râles, les traits décharnés, les corps putréfiés n'existaient plus, seul le chemin du fluide prisonnier de ses veines, que son cœur appelait à l'envahir, battait dans ses tempes. Plus fort encore, plus vite, plus douloureusement, lorsque les cadavres se courbèrent en lui certifiant qu'il n'y avait plus rien à faire. Un instant, la Canadienne entrouvrit les lèvres à la recherche d'un oxygène paraissant se raréfier, sa tête se mit à tanguer, son corps à flancher sous l'assaut de souffrance qui l'embrassait sans pudeur. La horde devenait floue, brumeuse de part les larmes qui envahissaient ses prunelles rivées sur la scène, cette scène dont elle ne pouvait dévier le regard alors qu'elle continuait, sans plus penser, sans plus réfléchir, à cribler de balles les silhouettes en lambeaux qui lui arrachaient celui pour qui elle était prête à payer de son sang, de sa vie, pour qu'il ne lui arrive jamais rien. Le projet mourrait, ça n'avait plus d'importance, plus rien n'avait de valeur, pas même sa propre existence qu'elle servait à Mark, sur un plateau d'argent, sans conscience aucune, sans même y songer en s'éteignant déjà.

- Swann !!!!!!!!! Sa trachée sembla se déchirer, son âme s'éventrer, son cœur semblait brûler, s'éteindre peu à peu en de brusques et lourdes pulsations.

Joann ressentit l’innommable vide se heurter à elle, s'infiltrer dans son corps, comme une vapeur néfaste, vile, capable de la posséder en s'insinuant dans son organisme par le moindre pore de sa peau grainée de frissons douloureux. Elle se statufia une seconde, deux... Peut-être trois, puis avança rapidement vers cette meute avide de chair pour mieux se heurter de plein fouet au Nippon.

- Il.... il a..... Les mots ne s'assemblaient guère, tout comme les phrases et délires qui lui passaient en tête sans qu'elle puisses les chopper au vol. Elle se sentit ceinturer, incapable d'agir ou de bouger et subitement la rage prit le dessus. Une fureur emprunte de tristesse, de regret, de culpabilité, qui la poussa à cogner, cogner de plus en plus fort, celui dont le timbre ne parvenait guère jusqu'à sa conscience. LÂCHE MOI !!!!!!!!!

Sa voix déraillait, les larmes ruisselaient sur ses joues, tandis qu'elle se débattait pour être confiée au grand blond dont le sourire n'avait d'égale que sa perfidie. Mark échangea quelques paroles avec lui, elle ne les captura guère tant l'organe s'affolait dans sa poitrine. Le piège se refermait sur elle, déjà les griffes du monstre se plantaient impunément dans sa peau et malgré tout, malgré le fait qu'elle était certaine que rien n'irait plus, qu'il terminerait le travail et qu'elle finirait par mourir, Joann se laissa traîner ailleurs en gardant les yeux sur la masse de créatures qui ferait disparaître tout ce qu'il était pour elle. Swann ne serait plus qu'un souvenir, une souffrance assassine. Elle ne réagit plus, pas même lorsque la pénombre de cette bibliothèque força son regard rougi par les larmes à s'habituer au peu de lumière, pas même lorsqu'il la plaqua brutalement contre le premier meuble à porté.

- Bordel... c'qu'il faut pas faire pour un tête à tête avec toi. Son rire l'invita à dévier les yeux dans les siens alors qu'il reculait d'à peine deux pas, quasiment hilare quant à la situation, quant à sa situation et celle de son âme sœur qu'il avait livré aux créatures. Et l'enfoiré d'Jaune, j'y ai cru dix secondes, mais il est vraiment con, vous l'avez choisi sur quel critère toi et ton.... P'tit copain ? Elle frissonna en tentant de s'appuyer contre le meuble, manque de bol, il lui agrippa les cheveux et lui plaqua la joue sur ce dernier en glissant impunément les lèvres à son oreille. Problème réglé, mais j'en ai pas fini avec toi, et non tu n'crèveras pas si facilement Joe.... T'as oublié un truc primordial il m'semble non ?

Une vive douleur, comme un courant électrique, fila droit dans son flanc à l'en faire gémir et grimacer. Son putain de genou... Elle ne l'avait pas oublié, ni n'avait effacé de sa mémoire les coups qui pleuvaient à l'époque et ne faisaient qu'anticiper le reste. Ce reste qu'elle vit approcher en sentant son bassin se heurter à elle et qui l'invita à soubresauter lorsque sa poigne lui cercla la gorge pour presser comme un acharné. L'air quittait ses poumons, l'oxygène ne tarda plus à lui manquer alors que dans un espoir vain, qui ne lui servirait à rien sinon à retarder l'échéance d'une torture prochaine - d'une mort déjà trop lointaine-, de planter les ongles au plus profond de la chair de ses phalanges.

- Tu m'as manqué, mais j'constate que toi tu t'es envoyée en l'air sans penser une seconde à moi !!!! Tu n'es qu'une pute Joann..... Une salope, tu mériterais d'crever dix fois mais j'te ferai pas ce cadeau non. Jusqu'à c'que la mort nous sépare et j'ai un scoop, Rit-il à nouveau en lui rivant une fois de plus la rotule dans les cottes. J'ai pas l'intention d'crever, on va juste rattraper l'temps perdu toi.... et moi.

En quelques secondes, plus un son ne lui parvint, les coups furent sourds, seule la douleur la cloua sur place. Un panel d'émotions contradictoires s'imposait à elle, mélange de douleurs, de peine et de déchirement mental, alors qu'il l'empoignait et la poussait à croiser son regard clair. Elle captura ses gestes à la volée, sans les voir, mais déjà ses doigts courraient sur elle, virant sans vergogne ce qui le séparait de sa peau, de ce qui lui appartenait et qu'il comptait lui prouver. Comme une marionnette, dont les fils étaient prisonniers de ses paumes, Joann ferma les yeux. La fraîcheur mordit son épiderme déjà marqué, ses lèvres lui arrachèrent les dernières forces qu'elle possédait encore, quant à son souffle, l'impression qu'il fut l'acide capable de la dépecer sur place la poussa à déglutir et à imposer ce qu'elle imaginait n'être qu'une supplique inutile.

- Je n't'aime pas.... J't'ai jamais aimé, jamais..... j'espère que ça t'donne envie de me tuer. Son crâne heurta la surface de bois derrière elle, si fort que son être vibra encore abandonné au sien sans plus aucune résistance.





Showing no mercy...
I'm not a stranger. No i am yours, with crippled anger and tears that still drip sore..... I feel alone here and cold here though I don't want to die. But the only anesthetic that makes me feel anything kills inside... I am cut.

Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Sam 9 Déc 2017 - 22:48

Il entendit le hurlement déchirant de Joann, il entendit les appels de Takeo, il ne pouvait pas répondre. Aplatit sous la poubelle, les poumons compressés, Swann peinait déjà suffisamment à respirer pour être capable de hurler. Son bras lui faisait mal à force de répéter frénétiquement le même geste dans un espace si confiné. Pire que dans un cauchemar, les faces décomposés s’entassaient les unes après les autres, au fur et à mesure qu’il les abattait. Entre lui et l’extérieur se dressait alors un rempart de visages hideux, inhumains, suintant de fluides coagulés.

La lumière s’infiltra alors sous son refuge, signe que les rôdeurs encore en état de nuire était en train de s’éloigner. Qu’est-ce… ils les attiraient ? Pourquoi l’étudiant n’entendait plus la voix de sa petite-amie ? Pourquoi avait-elle crié qu’on la lâche ? Putain mais qu’est-ce qu’il foutait ?! Estimant que la voie était libre – il ne pouvait pas se permettre d’attendre – le cadet Blackmore se fit glisser contre le bitume et s’extirpa de là par la fente au-dessus de sa tête, non sans érafler son manteau. Il tituba un instant, scruta ce qui l’entourait et ne vit que le nippon et le reste des charognes.

-  Takeo ?! s’exclama-t-il, les yeux exorbités par l’effarement, qu’est-ce que tu fous ?! Où est Joann ?!

Son cœur battait des records de pulsions, son sang courait si vite dans ses veines que ses mains en tremblaient. Tant bien que mal, il les serra sur la crosse de son revolver pour se stabiliser et commença à tirer dans le tas. Au diable le bruit, au diable les munitions, au diable tout le reste. L’escort-girl se retrouvait seule avec son mari et c’était exactement le cas de figure qu’ils étaient censés éviter. Swann ne se souciait même pas de faire mouche à chaque fois : il voulait juste dégrossir suffisamment les rangs pour se frayer un chemin jusqu’à son allié. A deux, ça serait faisable, non ?

- Tu l’as laissée avec lui ?! Agressa-t-il en rejoignant son aîné, les cheveux en bataille et les yeux fous, tu n’étais PAS censé la laisser avec lui !

Il lui hurlait dessus comme si son complice connaissait le plan dans ses moindres arcanes. La peur le faisait dérailler. Il ne tenait plus en place, son regard bondissait d’un endroit à un autre, dans l’espoir de deviner où Mark avait emmené Joann – car ça ne pouvait être que ça. Pour une fois, le jeune homme eut envie de remercier la stupidité des mordeurs : deux d’entre eux s’étaient désintéressés de la meute et s’acharnaient sur la porte de la bibliothèque. Pourvu que ce soit ça. Pourvu que ce ne soit pas trop tard.

BLAM. BLAM. BLAM. BLAM. clic.

Remington vide. Il ne restait de toute façon plus qu’une poignée de charognes, les autres jonchaient le sol comme des pantins désarticulés. Le cadet Blackmore se battit alors avec son arme pour changer le chargeur et se précipita vers les morts qui tournaient la tête vers lui. Le premier se fit embrasser le front par son canon et son crâne explosa, touché à bout portant. L’autre, il l’attrapa au col pour le jeter au sol et dissiper une partie de sa rage en lui broyant la boîte crânienne ramollie d’un coup de talon.

Swann ouvrit, la lumière triste du jour dégueula dans la vieille bibliothèque, et le spectacle qu’elle révéla était… certainement le pire qu’il lui ait été donné de voir. Joann, maintenue contre une table, débarrassée d’une partie de ses vêtements. Les parcelles visibles de sa peau étaient marquées de fleurs qui viraient déjà au violacé et Mark la surplombait, une étincelle malsaine dans le regard, la ceinture défaite et les boutons de son jean hors de leur fente. Takeo fut le premier à réagir : il se rua sur le « mari » avant qu’il n’ait pu attraper l’arme de sa femme. Commença alors l’affrontement qu’ils avaient pourtant planifié et l’étudia resta figé un instant de plus, l’impression d’avoir reçu un choc en plein dans l’estomac.

Il revint à lui juste à temps pour fermer la porte, tous les emprisonner dans cette pénombre glaciale. Ça sentait l’humidité et les vieux livres qui avaient moisis. Les râles des rôdeurs à l’extérieur se mêlait aux sons de coups, mais le benjamin n’avait désormais d’yeux que pour sa belle. Il se précipita auprès d’elle, posa son flingue sur la table sans penser à le désarmer et se pencha sur elle. Doucement – tout doucement – il l’aida à se redresser.

- Hey, murmura-t-il, hey, je… je suis là Joann. Je suis là, je suis… désolé…

Il avait failli à sa promesse et il n’y avait pas pire façon de lui faire ravaler son arrogance. Ce sale type n’était pas censé poser la main sur elle. Mille fois, il aurait préféré crever sous sa poubelle si ça devait être la seule bavure du scénario. Une larme roula sur sa joue. Brûlante. Il n’avait pas pleuré depuis la mort d’Apple mais là… c’était juste trop. Ce jour était censé réparer la trentenaire, pas la briser.

- Je vais… je vais rattraper ça, ok ? Je vais rattraper ça…, il s’essuya les yeux avec empressement et s’intéressa enfin à ce qui se passait du côté des deux autres. Takeo semblait l’emporter, c’était au moins ça de réussit…, ne le tue pas, demanda brusquement Swann, ne le tue pas maintenant…, quelque chose s’était irrémédiablement cassé en lui, une vitrine qui ouvrait vers un chemin plongé dans l’obscurité, j’en ai pas terminé avec lui.
Revenir en haut Aller en bas  
avatar
Fiche de personnage
Survit depuis le : 11/06/2017
Messages : 345
Age IRL : 24
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Dim 10 Déc 2017 - 21:54
Tout était parti en vrille beaucoup trop rapidement, et ce qui ne devait être pour le japonais qu'une banale sortie se transforma en véritable fiasco. Le nouveau qui tire une balle, Swann qui se fait submerger, puis Mark et Joe qui disparaissent... Il y avait quelque chose d'étrange dans tout cela, il pouvait le sentir, même s'il ne comprenait pas les véritables enjeux de tout ce qui était en train de se passer.

Takeo n'avait pas le temps de s'attarder sur la disparition de la Canadienne, car un groupe de rôdeurs se dirigeait droit sur lui, et il était désormais tout seul à leur faire face. A l'aide du couteau dans sa main gauche, il s'occupait des macchabées qui s'approchaient de trop près, tandis qu'il essayait d'abattre les autres à distance avec le flingue dans sa main droite. Fort heureusement, il fut bientôt rejoint par Swann, dont il n'avait pas entendu les premières exclamations. La seule chose qui l'intéressait, c'était que le jeune homme se dirigeait vers lui en se débarrassant d'une bonne partie des rôdeurs. Cette aide était précieuse : à deux, ils pourraient s'en sortir.

Le japonais était tout de même content de voir que le jeune Blackmore était sain et sauf, mais il déchanta rapidement une fois que ce dernier l'eut rejoint. Parce que Swann lui hurla dessus, le regard sombre, sans que Takeo ne comprenne où il voulait en venir ! Comment ça, il n'était pas censé la laisser avec lui ? Pourquoi avoir ramené ce gars si ce n'était pas pour qu'il serve à quelque chose ? « Qu'est-ce que tu me racontes putain ? » cria-t-il à son tour, mais Swann portait déjà son attention ailleurs.

Il comprit rapidement sa volonté de se rendre à la bibliothèque, mais il ne saisissait pas pourquoi il avait l'air si effrayé. Si les rôdeurs frappaient à la porte du bâtiment, c'était bien que Mark et Joann étaient toujours vivants à l'intérieur, non ? Takeo suivit machinalement les pas de Swann, vidant lui aussi son chargeur sur le maximum de rôdeurs possibles. Une fois arrivé près de l'entrée, le jeune Blackmore se rua sur les deux macchabées telle une bête enragée. Takeo le rejoignit rapidement, juste au moment où il ouvrit la porte de la bibliothèque.

Pour découvrir ce triste spectacle : Joann, partiellement dénudée, complètement acculée contre un meuble, Mark par dessus-elle. Il n'y avait pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre ce qui était en train de se produire. Aussi, Takeo ne s'attarda pas longtemps sur cette image malsaine, et se précipita instantanément vers l'agresseur.

« Mais qu'est-ce que tu crois faire espèce de sombre fils de pute ! » l'injuria-t-il tandis qu'il l'empoignait pour le balancer contre une étagère à proximité.

Il n'avait pas réfléchi plus que ça, une nouvelle fois emporté par sa colère. Et comment ne pas l'être devant une telle scène ? Surtout que Joann était une personne qu'il appréciait un minimum. Toujours animé par la même rage, il se jeta de nouveau sur Mark pour lui asséner quelques coups de poings, avant que ce dernier, tout en prenant appui sur le meuble, ne le repousse d'un violent coup de pied à l'estomac.

Takeo se rua encore une fois dessus sans réfléchir, et sans remarquer que Mark avait dégainé son couteau entre temps. Ce n'est qu'une fois au contact qu'il en prit conscience, et il eut à peine le temps de faire un mouvement de côté pour éviter de se faire totalement planter. Toutefois, la lame le toucha au flanc et un filet de sang s'échappa. Takeo perdit l'équilibre et bascula au sol, bientôt rejoint par son adversaire qui profita de l'occasion pour se jeter dessus pour essayer de terminer le travail.

Sur le dos, Mark par-dessus lui, Takeo lutta pour empêcher le couteau de lui transpercer le crâne. Lorsqu'il parvint enfin à désarmer son vis à vis, Mark utilisa l'ouverture pour écraser son poing contre son visage. Instantanément, cette image rappela au japonais sa mésaventure à la caserne, ce qui le mit dans un état second. Heureusement, Mark n'avait pas la même force que Duncan, et en prenant appui sur le côté, Takeo parvint à le retourner. Fou de rage, il s'acharna sur lui de toutes ses forces, le frappant de toutes les façons possibles, sans s'arrêter. Il voyait rouge. Il ne le frappait pas seulement pour ce qu'il avait essayé de faire à Joann, il le frappait... pour tout. Il reportait toute sa colère et sa frustration de ce fameux jour à la caserne sur lui. Et il ne se stoppa que lorsque la voix froide de Swann lui demanda.

Takeo croisa le regard du jeune Blackmore, et il y vit quelque chose de sombre. Il n'avait pas besoin de plus de mots pour comprendre les intentions du jeune homme. Et il ne chercha pas à s'y opposer. Doucement, il se releva et recula de quelques pas. Il tâta sa blessure de sa main. Le sang coulait encore, mais il l'ignora complètement. Ce n'était rien d'autre qu'une coupure superficielle de toute façon.

Il ne porta pas beaucoup d'attention sur Joann, le regard toujours fixé sur Swann et sa proie. Il avait oublié tout le reste. Il avait oublié ce que la Canadienne venait de subir. Il se concentrait uniquement sur ce que Mark s'apprêtait à subir. Sans dire un mot, il fit quelques pas pour aller récupérer le couteau de ce dernier qui traînait sur le sol. Puis il s'approcha de nouveau de Swann, désignant de l'index une table à proximité. "Aide moi.." demanda-t-il tandis qu'il souleva les jambes de Mark.

A deux, ils l'emmenèrent jusqu'à la table et le relevèrent. Takeo le poussa contre cette dernière, puis attrapa son bras pour le tendre, avant de planter son couteau au niveau du poignet, de manière à le clouer à la table. Il recommença la même opération pour l'autre. Ainsi, il s'assurait que Mark ne pourrait pas opposer la moindre résistance.

« Il est à toi... » chuchota t-il à l'attention de Swann.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   
Revenir en haut Aller en bas  
- How to get away with murder -
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» DYP organise sa murder party!
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: