The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- How to get away with murder -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Ven 15 Déc 2017 - 23:36
La voix de Takeo l’arracha à l’odeur des cheveux de Joann. Faire entrer un rôdeur ? L’étudiant allait lui rétorquer que ça ne suffirait pas, qu’il en faudrait plusieurs pour dévorer entièrement le corps de Mark, mais il percuta alors où son aîné voulait en venir. Ce n’était pas pour ça, c’était pour… se camoufler ? On lui avait déjà parlé de cette tactique mais n’avait jamais eu à l’expérimenté lui-même. La simple idée de se recouvrir de tripes putréfiées lui retournait l’estomac, mais…

- Tu es sûr que c’est nécessaire ?

Question plus ou moins posées pour la forme. S’ils ouvraient grand, les charognes allaient se jeter sur les premiers vivants à portée de crocs. Autant optimiser leurs chances et s’assurer que tous les voraces qui grattaient à la porte allaient plutôt s’intéresser au condamné à mort. Sa petite-amie approuvait – ou ne rejetait pas le plan en tout cas – alors le cadet Blackmore suivit sans poser de question. Inutile de s’encombrer de grands discours : entrouvrir, laisser passer un cadavre, s’échiner à refermer tandis que Joann trépanait l’heureux élu. Quelques doigts furent broyés dans la manœuvres, clins d’œil involontaire à Mark, quasiment inerte sur sa table.

La suite était… la consécration de l’horreur de cette matinée. Swann avait eu l’occasion d’en tuer pourtant des mordeurs depuis six mois, mais il ne s’était jamais attardé à fourrager dans les viscères pour en sortir de quoi se faire un déguisement. Après avoir étalé une première gerbe de sang coagulé sur son manteau éraflé, il se mit à tousser, à deux doigts de vomir. Un haut-le-cœur avait soulevé son estomac, l’interrompant quelques secondes dans la manœuvre. Il ne comptait pas décevoir son idole, alors après avoir croisé son regard, il s’appliqua à recommencer, le teint blafard et le nez plissé. Le mutisme qu'ils observaient rendait le tout encore plus sordide. Écœurant. Il n’y avait pas d’autres mots.

Seule l’odeur comptait – c’était l’odorat des charognes qu’ils trompaient, pas leur vue – alors il s’épargnait de faire cette… mélasse entre en contact avec son visage. L’étudiant détacha néanmoins une longueur flasque et noire de ce qui restait des intestins et se la plaça en écharpe, autour du col. Le plan de Takeo avait intérêt de fonctionner et qu’ils ne chopent pas une saloperie avec ça ! Il restait encore quelques détails pour que ce ne soit pas suspect : Swann s’approcha de leur victime, le visage ensanglanté et grelottant de sueurs froides. Il tourna lentement son unique œil vers le jeune homme, sa paupière n’eut même pas la force de s’écarquiller. Son esprit devait déjà être à demi anesthésié.

Il n’y avait rien à ajouter. Rien à lui dire. Rien à lui cracher avant ses derniers instants. Le mari allait mourir de la pire façon qui soit, seul, anonyme, déchiqueté, avec pour ultimes images celles des trois personnes responsables de son sort. Le cadet Blackmore arracha alors un à un les couteaux qui retenaient épinglés les poignets de Mark. Ce dernier grogna dans la chaussette du nippon, qu’il arracha de la bouche du condamné pour l’envoyer à son propriétaire. Le jeune homme laissa alors tomber l’une des deux lames sur le carrelage et tendit la seconde à Takeo.

- Si jamais quelqu’un retombe sur lui, ce serait bizarre de retrouver si proche de la maison un corps agrafé sur une table, expliqua-t-il laconiquement, mais ce serait aussi bizarre de revenir avec l’arme d’un type qu’on a pas pu sauver parce qu’il s’est fait choper trop vite, justifia-t-il au sujet du couteau abandonné au sol.

Car ce serait leur version, n’est-ce pas ? Un dérapage, le nouveau qui se fait attraper, point. Pas besoin de broder plus, ce sont des choses qui arrivent. Si les autres étaient d’accord alors, ils pouvaient il aller : Swann était prêt.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Dim 17 Déc 2017 - 1:01
« On n'a pas le choix » répondit-il simplement à Swann qui lui demandait si c'était nécessaire. C'était effectivement le seul moyen d'être sûr que les charognes s'attaquent uniquement à Mark et ne fassent pas attention à eux. Cela ne réjouissait pas le japonais, qui savait ô combien se recouvrir de tripes de rôdeurs pouvait être désagréable, mais c'était la seule option possible étant donné l'espace dans lequel ils se trouvaient.

Une fois tout le monde à portée, Takeo entrouvrit la porte, suffisamment pour qu'un rôdeur puisse s'y engouffrer. Joann s'occupa de son cas tandis que les deux hommes s'efforcèrent à refermer rapidement pour ne pas se faire submerger. Le japonais observa ensuite Joann et Swann qui étaient en train de puiser dans les organes moisis du macchabées pour s'en faire un déguisement. Il afficha une grimace écœurée. C'était vraiment un spectacle dégoûtant, mais c'était loin d'être la chose la plus horrible à laquelle ils aient assistée. C'était en tout cas ce qu'il pensa en observant Mark du coin de l'oeil.

Un peu après eux, Takeo s'agenouilla pour se maquiller à son tour. Penché au dessus du cadavre, l'odeur nauséabonde le saisit jusqu'à lui donner envie de vomir. Pourtant, le lendemain du séisme, lors de l'invasion de leur campement par les rôdeurs, il avait déjà dû réaliser pareille manœuvre. Mais on ne s'habituait jamais à ce genre de truc. Takeo ferma ses yeux et se retint de respirer par le nez avant de plonger ses deux mains à l'intérieur du corps décomposé. Il en saisit une sorte de bouillie de sang et d'organes moisis dont il se servit pour se recouvrir tout le corps, la mine dégoûtée.

Une fois plutôt bien camouflé, il releva la tête pour remarquer Swann en train de retirer les couteaux qui maintenaient l'ex-mari de Joe contre la table. Effectivement, et comme le jeune Blackmore l'expliquait, il aurait été stupide de le laisser ainsi. Si quelqu'un l'avait retrouvé, il aurait été impossible de défendre la justification d'une mort accidentelle. C'était quelque chose auquel le japonais n'avait même pas pensé, à vrai dire, l'esprit toujours occupé. Et il trouvait même ça effrayant : le fait que, malgré tout ce qu'ils venaient de vivre, malgré l'horreur de ce qu'il venait de lui faire subir, Swann parvenait à garder un esprit aussi rationnel et réfléchi.

Takeo récupéra sa chaussette, humidifiée par la salive de leur victime, et la renfila. C'était dégueulasse, mais il n'était plus à cela près, honnêtement. Il se saisit ensuite du couteau que lui tendait le jeune Blackmore, avant de jeter un regard successif à chacun d'entre eux pour s'assurer que tout le monde se tenait prêt.

« On y va. Ne bougez plus ! » leur dit-il tandis qu'il se saisissait de la poignée. D'un mouvement rapide, il ouvrit la porte en grand, avant de s'immobiliser totalement à son tour. Il fallait bien laisser le temps aux rôdeurs de rentrer et de se jeter sur Marc. Et cela ne loupa pas. Un, puis deux, puis plusieurs. Près d'une dizaine de rôdeurs s'invitèrent dans la pièce et se ruèrent sur le corps d'un Marc beaucoup trop affaibli pour pouvoir émettre la moindre résistance. Il lui resta tout de même suffisamment de force pour crier – quelques instants seulement – lorsque les premières mâchoires de macchabées commencèrent à le dévorer vivant.

Lorsqu'il jugea que le moment était propice, Takeo fit un pas en avant et jeta un coup d’œil dehors. La voie semblait plutôt libre, alors il fit un signe de la tête aux autres pour leur indiquer qu'il était temps de se tirer d'ici. Il restait encore sûrement quelques rôdeurs sur la route mais cela serait loin d'être insurmontable. Non, ce qu'il leur restait de pire à affronter maintenant, c'était le rapport qu'ils allaient devoir faire au camp.

« Pas besoin de mentir. Il a pris mon flingue, a attiré une horde, et s'est fait bouffé. C'est tout. » déclara t-il d'un ton froid à ses interlocuteurs. C'était la pure vérité, finalement. Ils omettaient simplement la partie où il avait tenté de violer Joann et où ils l'avaient torturé, mais ils ne mentaient pas vraiment. Au moins pourraient-ils se rassurer de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Lun 18 Déc 2017 - 10:52


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Shigeru n'avait pas tort, c'était là l'unique manière de se débarrasser du corps sans impliquer qui que ce soit. Swann était bien trop coupable désormais, elle n'en piperait jamais mot mais, en observant une dernière fois les traits tirés du Nippon, Cain espérait qu'il tienne sa langue. L'idée de le tuer, pour effectivement garder ça dissimulé, ne lui traversa pas l'esprit, après tout elle n'était guère en état, encore moins avec la nausée qui lui remontait en bouche alors que ses mains glissaient entre les viscères putrides faces à elle. L'opération n'avait rien d'évident, pour n'importe quel Être doté d'un cœur, d'un cerveau et, surtout d'un estomac, se recouvrir de tripes mal-odorantes, arrachait des hauts le cœur incontrôlés. Depuis la dernière fois, Joann n'imaginait pas avoir à le refaire aussi vite, dans pareille situation alors que son organisme peinait à suivre. Néanmoins, et activée par les râles de l'extérieur contenus par le lourd battant clos, la Canadienne reprit une inspiration, à l’abri du monceau d'intestins à porté et retint sa respiration du mieux qu'elle pouvait. La mélasse la fit grimacer, le contact autant que le simple fait de le faire lui donnait la gerbe, pire encore en remarquant que son petit ami manquait de vomir à chaque manipulation d'entrailles.

Toux, hoquet, bref, un panel de réactions incontrôlables la tenait alors qu'elle se recouvrait des tripes d'un homme mort, debout depuis trop de temps. Prête à rendre, elle ramena le bras contre son nez et plissa les paupières, prise d'une quinte de toux désagréable capable de lui arracher douleur et acidité stomacal. Elle reprit, les larmes aux yeux face à la fragrance infecte puis termina le travail en se relevant pour secouer les paumes afin de dégager le trop plein de sang et de pourriture accumulé sur ses phalanges. Ce ne fut pas tant l'acte en lui même qui la poussa à suivre les pas de Swann – en maints battements de cœur plus vifs – non, plutôt le fait qu'il s'approchait de nouveau de Mark pour lui retirer baillons et « épingles ». Dans l'horreur, malgré ses actes, le jeune homme restait lucide et attentif aux détails qui leur coûteraient si, toutefois, on retrouvait la dépouille de ce pervers. Elle l'entendait gémir, presque souffler son prénom. Sans doute psalmodiait-il sur son compte, lui jurait qu'elle ne s'en sortirait pas comme ça, que désormais il était trop tard et que ce qu'elle avait déjà subi, sous ses doigts, n'était qu'une doucereuse douleur comparé à ce qui lui pendait au nez désormais.




Non, ce n'était que sa tête, son esprit qui inventait cela, comment diable les choses seraient pires encore à l'avenir alors qu'il serait mort, dévoré par les charognes auxquelles Takeo donna libre accès en leur quémandant de se statufier de longues secondes. Joann resta figée, observant les faciès de ses libérateurs en lambeaux. Leur chant lugubre signait la fin des cauchemars et son cœur battait à tout rompre, gagné par l'impatience d'enfin voir son bourreau crever comme il le méritait. Impuissant, uniquement capable de hurler, à peine quelques secondes, tandis que les bruits de mastication allégeaient sa mémoire et baignaient son âme dans un sentiment de plénitude qu'elle n'aurait guère ressentie sans l'étudiant contre lequel ses yeux se posaient. La scène lui arracha un fébrile et piteux sourire, elle aurait pu rester là des heures durant à contempler la fin d'un connard, à savourer la dernière image qu'il lui offrait en crevant sans que personne ne l'aide, sans que plus personne ne le regrette. Il le méritait n'est-ce pas ? Oui, il mériterait même de subir des milliers de fois ce qu'il avait enduré et elle n'oublierait jamais ses dernières suppliques.... Elle ne pourrait guère les oublier parce que, même si désormais elle était libre, totalement libre, son esprit resterait marqué par l'attitude meurtrière du jeune homme pour lequel son cœur battait ardemment.

Paumée dans cette contemplation macabre, que nul autre n'aurait pu soutenir du regard, la jeune femme sentit qu'on la tirait par le bras, doucement afin de ne pas faire se retourner les morts contre eux, et sonda les prunelles aciers de son âme sœur. Elle quitta les lieux, dehors le temps grisâtre l'aveugla quelques secondes avant qu'ils s'éloignent et que le Japonnais ne prenne les devants concernant ce qu'ils diraient une fois passés les grilles du fort.

- C'est s'qui c'est passé.... Sourit-elle plus sérieuse. Une lueur sombre dans les yeux qui s'éteindrait au grès des jours alors que son âme, elle, tout comme celle de Blackmore, se consumerait peu à peu face à ce qui les attendait. la stricte vérité.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   
Revenir en haut Aller en bas  
- How to get away with murder -
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)
» Murder party ? [feat. Michaela]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: