The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- How to get away with murder -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1130
Age IRL : 32
MessageSujet: How to get away with murder   Dim 3 Déc 2017 - 16:57


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Il avait raison, depuis le début et pourtant l'angoisse la tenait au point qu'elle en oubliait ce qu'ils avaient établi, ce qu'ils s'étaient dit, tout comme la promesse qu'il lui avait faite. Mark avait dévoilé son jeu, sur leurs terres, dans un monde qu'ils maîtrisaient mais... était-elle certaine qu'il n'était pas plus à l'aise ici que dans l'univers – pourtant glauque – qui était le sien autrefois ? Joann n'en savait rien, après tout ce connard avait su s'adapter. Comment ? Elle n'avait aucune réponse mais la preuve qu'il avait réussi, là ou d'autres avaient échoué, n'était rien d'autre que le fait qu'il soit encore en vie et présent dans le Fort. Cette idée, alors qu'elle observait les fourmillements des leurs par la fenêtre, sous les premières lueurs grises du jour, lui arracha un frisson désagréable qu'elle chassa en déviant les cils vers Swann. Le silence demeurait depuis qu'ils étaient levés, peut-être pour ne rien entacher des choses qu'ils s'étaient répétées, sans doute pour revoir mentalement chaque point du plan qui, aujourd'hui et après de longues heures à attendre, allait voir le jour.

Les lèvres closes, Cain décroisa les bras et attacha ses cheveux. Ils allaient sortir d'ici peu... Ne restait qu'à allé chercher leur pion ainsi que la victime. L'étudiant avait déjà précisé qu'il se chargerait de Mark, quant à elle, elle ferait en sorte de jouer des notes qui ne lui avaient premièrement pas traversé le crâne.

La jalousie, Swann lui en avait parlé, c'était la meilleure façon de faire. Autrefois son mari la cataloguait comme un vulgaire trophée, lui seul avait droit de la toucher, de la manipuler, sans pour autant se priver de chercher d'autres connes écervelées mais, si elle fouinait suffisamment dans ses souvenirs, Joann pouvait effectivement se rappeler des quelques cons, l'ayant trop lorgné à son goût, qu'elle n'avait jamais revu. A l'époque, elle se fichait bien de leur sort, elle n'imaginait peut-être rien pour être trop jeune mais, aujourd'hui et tandis que Swann lui avait exposé la chose, elle avait forcément compris que ces pauvres types – sans doute aussi pervers que leur boss – ne s'étaient pas payés un aller sans retour pour les Bahamas. Non, ils étaient simplement morts, exécutés sans doute, par pure jalousie....

Du faite, elle allait devoir être convaincante, utiliser leur pion avec brio car, d'une part ce dernier n'avait aucune sorte d'affinité avec elle, de deux l'entente n'était plus tant au beau fixe depuis que Casey s'était entichée de Stan, de trois aucune de ses stratégies d'antan – manipulation/séduction – ne fonctionnait sur le spécimen choisi.... Il ne jouerait pas le jeu, mais d'après Blackmore, il suffisait simplement de faire croire pour obtenir le résultat escompté. Si Mark la pensait proche de « lui » alors il s'en chargerait, et parce que leur pièce maîtresse n'était pas du style à se laisser marcher sur la gueule, cette dernière agirait à la hauteur de leurs attentes.

- Tu vas lui sortir quoi ? Interrogea-t-elle.

La curiosité l'emportait forcément, la pointe d’appréhension était bien présente, après tout savoir lui permettrait de se préparer aux éventuelles questions qu'allait poser son « mari ». S'ils ne s'accordaient pas maintenant, tout pouvait basculer en un clignement de cils.

- Le couplet sur l'intégration ? J'vois que ça, il veut s'intégrer soit disant, connard, Siffla-t-elle en serrant l’élastique de sa queue de cheval pour ensuite enrouler l'écharpe autour de son cou. on va lui faire intégrer le fait qu'il rentrera jamais.

Un sourire froid, emplie d'obscurité, étira la commissure de ses lèvres tandis qu'elle croisait le regard de son amant par delà le reflet que lui rendait le miroir face auquel elle se tenait.

- J'ai déjà envie d'rentrer, j'ai l'coeur qui bat, comme une gosse le matin de noël, mais j'ai confiance, ça va marcher.

Malgré les doutes, malgré ce qu'il avait osé faire en se ramenant ici même les jours précédents, Joann savait qu'ils parviendraient à leurs fins. Swann était plus intelligent que Mark, elle était plus douée que lui pour manipuler les autres et, ici, ils étaient deux... Quasiment trois si on comptait leur petit jouet, et lui était seul...  





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Dim 3 Déc 2017 - 22:00
- Hum ? Fit-il tout en enfilant un pull.

Ce n’était pas vraiment qu’il avait la tête ailleurs, plutôt qu’il rassemblait sa concentration. Ce n’était pas rien après tout : aujourd’hui, ils allaient tuer un homme. Ou plutôt, ils allaient pousser un homme à en tuer un autre. Swann se sentait au bord d’un tournant alors que des vies, il en avait déjà prise, et ce n’était plus ça qui l’empêchait de dormir. Il tourna ses yeux gris vers Joann qui poursuivit sur son interrogation. Comment il comptait s’y prendre ? Elle avait effectivement la réponse.

- C’est ça. Je ne pense pas que ce soit trop dur de le faire mordre à l’hameçon.

Rien que pour avoir une chance d’être en compagnie de sa femme, Mark ne devrait pas refuser. Le jeune homme prévoyait déjà de lui glisser, dans une pseudo confidence montée de toute pièce qu’ils seraient en compagnie du « potentiel petit-ami » de l’escort-girl. Si le mari était aussi jaloux qu’il ne l’était auparavant, alors il n’en faudrait pas plus pour que ses griefs se fixent à Takeo et que, derrière, il oublie que le véritable serpent était l’étudiant qui l’accompagnait. Ne resterait alors plus qu’à provoquer la situation : se mettre à l’écart, s’arranger pour que les deux hommes se retrouvent seuls. Ça se jouait sur beaucoup de suppositions mais Swann espérait que Mark était aussi impulsif que le lui avait rapporté son amante.

Après les confidences de cette dernière sur le fait qu’elle voulait déjà rentrer, il s’approcha pour poser les mains sur ses épaules. Elles glissèrent le long de ses bras puis l’enserrèrent à la taille avant qu’il ne se penche pour déposer un baiser dans son cou. Un geste possessif. Une façon silencieuse de dire qu’elle était à lui désormais et que l’homme que la Loi avait sacré comme son époux n’avait plus aucun droit. Il réitéra son geste et croisa à nouveau le regard de la trentenaire dans le miroir, une ébauche de sourire cruel sur le visage.

- On va réussir. Ce soir, il appartiendra au passé.

Il avait envie d’y croire et pourtant, il y avait tellement de choses qui pouvaient mal se passer… à commencer par le fait que ce soit Mark qui tue Takeo. Certes, si tel était le cas, ils seraient encore deux pour finir le travail, mais ça restait risqué. Très. Le cadet Blackmore s’était longuement interrogé sur la question de : fallait-il confier une arme à feu au mari ? Si oui, il devenait un sacré danger mais si non… il pourrait refuser de les suivre. Il avait tranché pour « non ». Tout allait se jouer sur son sens de la rhétorique. Dans tous les cas, confier un flingue à un nouvel arrivant n’était pas le type de la maison et d’ailleurs, heureusement qu’il n’y avait plus assez de militaire pour chapeauter toutes les missions. Ils avaient ainsi se voir autorisés à sortir entre civils. Swann fit se retourner sa petite-amie pour pouvoir la regarder directement dans les yeux.

- Tu… tu feras attention, ok ? Et… ne te retrouve jamais seule avec lui.

Pour n’importe qu’elle autre personne, il aurait largement eu suffisamment confiance en Joann pour la savoir capable de l’exécuter sans problème mais cet homme semblait avoir la faculté d’absorber ses forces par sa simple présence. Il était une véritable maladie dont ils allaient – enfin – la purger.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1130
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Dim 3 Déc 2017 - 22:59


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Les yeux rivés aux siens – au creux du miroir – Joann se laissa emporter par les frissons générés par ses mains sans baisser les cils. Leurs pensées se joignaient encore, plus de collision comme autrefois, simplement une continuité sans faille qui la poussait à avoir aveuglement confiance en lui, confiance au point de le laisser cercler sa taille comme il l'entendait, comme elle lui appartenait. Swann pourrait bien planter les ongles dans ses chairs qu'elle n'y trouverait rien à redire... Le contact des lèvres dans son cou invita l'esquisse aux siennes à s'élargir naturellement, puis elle sonda la gestuel de son faciès pour y déceler ce qui l'invitait à tenir depuis des jours : le cynisme, la cruauté, cette assurance que même s'il était jeune, même s'il ne paraissait guère, tout se passerait comme il l'avait imaginé. Son petit génie l'élevait à un rang qu'elle n'avait jamais imaginé ne serait-ce que frôler, elle semblait devenir l'impératrice de son monde tandis qu'il dominait en maître le sien. C'était grisant que de savoir que pour elle, pour elle qui n'était rien bien avant que le monde s'écroule, ce jeune homme était capable d'aller jusqu'à élaborer un assassinat.

Ils seraient coupables l'un et l'autre, mais jamais personne ne les accuserait, le secret demeurerait et si, toutefois, Shigeru avait la chance de s'en sortir, il était si mal dans ses loques depuis Casey, depuis sa raclée mémorable, qu'il n'irait guère se vanter d'avoir tué un pauvre type comme Mark.

L’assurance dans le timbre de son petit ami l'invita à déposer la nuque sur l'une de ses épaules pour rêvasser au soir même à cet instant où, dans leur rôle, chacun d'eux signalerait aux autres qu'ils avaient malheureusement perdu l'un des leurs. Trop peu expérimenté, trop peu concentré, peu importait les raisons qu'on donnerait à cette disparition, personne ne le regretterait. Il ne serait qu'une larme dans l'océan de personnes mortes pour leur sublime idéologie. Galvanisée par les images qui s'invitaient en elle, tout autant qu'elle l'était par la pression des phalanges de son amant contre sa taille, Joann redressa le minois lorsqu'il l'invita à lui faire face. Presque poupine, la Canadienne pinça les lèvres sans cesser de lui sourire, gravant les détails de ses traits fins, dur et gorgés de sadisme dans le creux de sa mémoire. Pas qu'elle pensait ne plus le revoir, ça non... L'étudiant avait été plus que convainquant pour lui certifier que ça n'arriverait pas, simplement pour garder jalousement ce nouveau cliché de lui, emporté par ses désirs de vengeance, ses sombres pensées et projets, uniquement pour elle.

Alors, quand il lui demanda d'être prudente, elle plongea au creux de ses billes grises et logea les deux mains à sa nuque en entrelaçant ses propres doigts. Ses lèvres scellèrent une promesse silencieuse, celle que d'être encore là ce soir, de ne pas s'embrouiller, de ne rien faire de stupide, de suivre ce plan, de faire confiance à son intelligence, sans plus se poser de question, tout comme elle lui confiait l'importance grandissante, sans faille aucune et sans limite, qu'il avait au creux du cœur battant à tout rompre dans sa poitrine.

- Vivement ce soir.... Murmura-t-elle en relâchant ses lèvres.

La pointe du nez déviant au creux de sa joue, à son cou, Joann huma son parfum, l'imprima comme le reste, avant de croiser des yeux la première bruine du jour qui s'écrasait contre le vitrage.

- Il n'y aura plus que nous, et si le Bridé reste en vie, il sera tellement sous le choc qu'on le balance qu'il la fermera. Lentement, Joann redressa les yeux pour capturer les siens. J'serai prudente mais tu l'seras toi aussi... Juste toi et moi, le reste n'est qu'un petit plus voué à devenir un tout petit moins écrasé par le poids de ton intelligence... Lui sourit-elle en glissant une main à sa mâchoire. et de ma faculté à manipuler les autres. Un rictus quitta sa gorge. Je vais le chercher, on se retrouve à l'armurerie dans une vingtaine de minutes, le temps de convaincre nos deux p'tit coqs de bien vouloir se joindre à nous ?

Se reculant à regret, Joann enfila sa veste puis dévala les marches. Tout allait parfaitement se passer, ce n'était plus qu'une question de minutes, peut-être d'heures plutôt puisqu'il fallait s'éloigner un minimum du Fort pour que personne ne les trouve avant que le boulot soit terminé. La Canadienne vérifia une dernière fois la présence de la lame, toujours agrippée à sa cuisse, puis prit une grande goulée d'air en ouvrant le battant. Il bruinait, la brume trop peu épaisse allait se dissiper d'ici peu. Le froid lui mordit les joues mais, pourtant, cette sensation fut au moins aussi satisfaisante que de savoir qu'un homme était capable du pire pour elle et qu'elle en ferait autant pour lui. En un dernier regard au haut des marches, tout était dit... Elle descendit vers l'allée et ne tarda plus à rejoindre la demeure de leur choix numéro un. Il y avait d'autres personnes chez lui, mais ce n'était pas le problème, il suivrait, elle avait répété ce petit numéro assez souvent pour se convaincre elle même... Son poing couvert de cuir cogna le bois de la porte et, après quelques secondes, elle le vit apparaître sur le seuil en grimaçant quant à la tête qu'il tirait. Inutile de forcer les choses, paraître trop sympa le ferait se douter qu'elle n'était pas « normale », non... Mieux valait rester celle qu'il connaissait.

- T'as une putain d'sale gueule. Lui sourit-elle avant de reprendre. Mais les macchabées n'en ont rien à foutre que tu t'sois pas fardé pour leur dire bonjour, on a besoin d'toi pour une sortie.

Elle savait qu'il pouvait dire non, d'ailleurs, même s'il remuait déjà les lèvres, Joann n'écoutait presque pas ce qu'il lui servait, elle capturait l'essentiel pour continuer sur sa lancée sans qu'il se doute de quoi que ce soit.

- Swann m'accompagne avec un nouveau, tu comprends que j'peux donc pas demander à Lucas, Donovan ou.... Enfin on va pas risquer qu'ils se mettent sur la gueule à l'extérieur, toi t'as aucun souci avec Blackmore si ? Reprit-elle en arquant un sourcil comme pour obtenir réponse à ce qu'elle savait pourtant déjà.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Lun 4 Déc 2017 - 9:35
Rien que pour ses doigts qui enserraient sa nuque, rien que pour son regard si intense, il recommencerait ce scénario mille fois. Pour elle, il saignerait la lune. Stan l’avait averti, lui avait dit de ne pas trop l’aduler, de lui montrer ses forces… mais c’était justement parce qu’il l’admirait autant qu’il était plus fort. Joann était élevée à un rang sacré, surnaturel, parce qu’elle dégageait quelque chose d’intense et d’indescriptible à la fois. Elle quitta la pièce la première, il resta figé un instant, traversé de frisson délicieux. La saveur de ses lèvres, la chaleur de son souffle. C’était un miracle. Il était l’homme le plus chanceux de ce camp et ça avait inévitablement un prix. Le prix du sang. Et il paierait son péage avec plaisir.

***

Swann marchait seul dans le brouillard. Les mains dans les poches d’une espèce de vieux manteau doublé en fausse fourrure. Le genre de prêt-à-porter bas de gamme qu’il ne mettait jamais auparavant mais qu’il enfilait dès qu’il sortait en expédition : ça lui ferait mal d’abîmer ses fringues personnelles. Il savait où avait été logé Mark pour s’être renseigné la veille. A chacun son tour de débarquer à l’improviste et s’il pouvait prendre sa proie par surprise, ce serait déjà un petit sentiment de satisfaction. Juste avant de frapper, l’étudiant songea à sa sœur. Au fait qu’il aurait peut-être dû la prévenir, qu’elle sache que si jamais il ne revenait pas, si jamais ce sale type était le seul à rentrer, que c’était un mensonge. C’était la faille de son plan : ne rien avoir prévu pour se venger à titre posthume si jamais tout déraillait.

Ses phalanges résonnèrent sur le bois et bientôt, la silhouette mal réveillée de Mark apparut dans l’encablure. Il enfila son masque en une demi-seconde mais le cadet Blackmore l’avait vu : il ne s’attendait pas à une visite. Avec ce même air naturellement indéchiffrable, Swann prit la parole, un vague sourire en coin censé feindre une démarche avenante.

- Bonjour. Je… désolé, je vous réveille ?
- Pas du tout. On s’habitue doucement aux nuits en sécurité, mais on dort encore peu.
- Je comprends, reconnut l’étudiant avec une parfaite hypocrisie, revenir de l’extérieur est difficile… excusez-moi, il est peut-être trop tôt pour vous solliciter dans ce cas, il amorça un mouvement de recul qui eut l’effet attendu.
- Non, attendez : me solliciter pour… quoi ?
- Nous…, le jeune Blackmore fit mine d’hésiter, nous allons sortir en expédition de ravitaillement ce matin. Juste au nord de l’île, simplement pour des ustensiles de vie courante qui peuvent venir à manquer.
- Hum, je vois… il vous manque une paire de bras ? Derrière ses yeux semblaient se dessiner un plan que son cadet avorta immédiatement :
- On peut dire ça. Nous y allons avec Joann et son petit-ami, Takeo. Vous le connaissez ? Apparemment non, comme la dernière fois vous m’aviez dit vouloir vous intégrer, j’ai pensé que…
- Oui, oui bien sûr, s’empressa de répondre Mark, laissez-moi le temps de m’habiller et j’arrive. Entrez.

Un courant glacial traversa l’étudiant de part en part. Est-ce que c’était une bonne idée ? Entrer dans la tanière du fauve ? Pour ne pas éveiller les soupçons, il suivit machinalement, tout en se disant que Joann n’approuverait pas. Il pourrait avoir compris leur lien à force de les espionner et découvert leur petit-jeu avec son mensonge. Peut-être allait-il revenir avec une lame, un marteau, une batte, n’importe quoi pour le tuer et l’éloigner de sa femme. Le jeune homme regretta de ne pas être déjà passé chez les militaires pour officialiser la sortie, il aurait eu ses armes et se sentirait moins nu.

Mark revint, couvert d’un imperméable bleu démodé et d’une paire de gants en cuir qui avaient vu des jours meilleurs. Il adressa un sourire chaleureux à son invité, tellement que ce dernier se demanda une fraction de seconde s’il était bien l’homme qu’ils s’apprêtaient à tuer. Vouant une confiance aveugle à son amante, il ne perdit pas son objectif et reprit même son rôle une fois qu’ils remontaient la rue vers l’armurerie :

- Au fait… faites comme si je ne vous ai rien dit pour Joann et Takeo, il imita à merveille un air embarrassé, elle est assez… pudique, sur ses histoires.
- Fais-moi confiance, assura Mark, j’ai compris la leçon : je ne mettrai plus les pieds dans le plat concernant la vie privée des autres.

Non. Il les mettrait juste dans la gueule de l’homme qui osait toucher sa femme.
Revenir en haut Aller en bas  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Lun 4 Déc 2017 - 23:19
On aime dire que le temps soigne les blessures, mais ce n'est pas toujours le cas. Lorsqu'aucun efforts n'est fait pour relever la tête, et qu'au contraire nos actes ne servent qu'à enfoncer un peu plus le clou, le temps est inutile. Ce n'était plus un secret pour personne que Takeo se trouvait dans un état lamentable depuis le tremblement de terre qui avait secoué le campement. Et si, dans un premier temps, il avait cherché à cacher sa nouvelle relation privilégiée avec sa bouteille d'alcool, il ne se donnait désormais même plus la peine de se dissimuler.

Le japonais se complaisait dans sa médiocrité, et il avait fini par devenir tout ce qu'il détestait : un homme faible, qui n'agissait pas, ayant perdu le contrôle et qui ne faisait rien d'autres que se plaindre. C'était la réalité, le pire étant qu'il en était conscient, et cela n'allait pas en s'améliorant : plus les jours passaient, plus sa fierté s'estompait, et il n'avait plus la moindre gêne à s'afficher ainsi.

Ce matin-là, comme souvent, il n'était pas beau à voir : le visage toujours boursouflé, la tête encore lourde de la cuite de la veille. Et qui allait lui dire quelque chose ? Il ne se donnait même plus la peine de faire illusion, sa participation à la vie du camp s'étant réduite à en dessous du stricte minimum. Il s'était éloigné de tout le monde, préférant rester seul. Ainsi, lorsqu'il entendit quelqu'un toquer à la porte, il ne s'attendait pas à ce que cela soit pour lui. Peu de gens avaient cherché à prendre contact avec lui dernièrement, et personne ne pouvait les blâmer. Takeo se dirigea vers l'entrée en traînant les pieds, toujours vêtu de sa tenue de nuit. Il était persuadé qu'il allait se retrouver face à un inconnu qui était venu voir un des autres inconnus qui créchaient chez lui. Alors, lorsqu'il découvrit le visage Joann, il fronça les sourcils.

Et apparemment, elle était venue pour lui. Il se demandait bien ce qu'elle pouvait lui vouloir. Ils n'avaient jamais eu de véritables problèmes entre eux, mais ils n'avaient jamais été très complices non plus. Takeo appréciait le caractère bien trempé de la Canadienne mais cela s'arrêtait là. Surtout que Joann était l'une des meilleures amies de Stan et Casey, et cela avait contribué à tenir le japonais à distance d'elle.

Elle prétendait qu'il avaient besoin de lui pour une sortie, et le japonais se demandait bien pourquoi. « Qu'est-ce que tu m'veux, j'ai vraiment pas... » souffla t-il pour chercher à esquiver, avant que Joe ne l'interrompe pour se justifier. Elle accompagnait un nouveau dehors avec Swann, et comme le jeune Blackmore ne faisait pas l'unanimité, elle cherchait quelqu'un qui n'ait pas envie de le tuer pour les accompagner. Son argumentation tenait, mais honnêtement, Takeo, il en avait rien à foutre.

« Quoi ? N-Non j'en ai rien à faire de Blackmore moi...Enfin... il m'dérange pas...» répondit-il en plaçant une main sur son front pour chasser le mal de tête qui l'assaillait. « ...Mais j'suis vraiment pas d'humeur à sortir, alors... ». Alors laisse moi tranquille. Il ne termina même pas sa phrase qu'il commença déjà à fermer sa porte. Mais la Canadienne ne l'entendait pas de cette oreille, et elle l'empêcha d'aller au bout de son geste.

Elle continua d'insister, appuyant sur le fait qu'ils avaient vraiment besoin de lui. Et inconsciemment, cela le touchait de se sentir enfin utile et désiré. Et lorsque la Canadienne plaça l'argument de la recherche de sa fille sur la table, elle fit finalement mouche. C'était soit son argumentaire, soit le fait qu'il en avait marre de l'entendre autant insister, mais il accepta de la suivre.

« C'est bon, j'arrive... » acquiesça t-il dans un soupir. Il laissa la femme quelques minutes sur son palier, le temps de monter s'habiller et chercher ses affaires. Lorsqu'il redescendit, elle était toujours là, l'air satisfaite. « J'te suis » lui dit-il tandis qu'il refermait la porte derrière lui.

« On va chercher quoi ? » l'interrogea t-il pendant qu'ils marchaient. Dans le même temps, il sortit une cigarette de sa poche. « Il est comment l'nouveau ? » continua-t-il en galérant avec son briquet.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1130
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Mar 5 Déc 2017 - 0:12


How to get away with murder 
Ft Swann & Takeo
Alors quoi ? Il n'allait pas venir, il allait cuver son vin de la veille plutôt que de servir leur cause ? Hors de question. A peine eut-il engagé le geste de refermer la porte que Joann logea la main sur le battant pour l'en empêcher. Non, il devait venir, il n'avait pas le choix et elle qui avait répété plusieurs fois ce qu'elle avait à lui dire, à lui exposer histoire de l'allécher sur cette « sortie », avait encore quelques tours dans son sac pour le pousser à accepter sans plus se faire désirer. Quand il eut saisi son regard, qu'elle relâcha ses mâchoires serrées pour paraître plus naturelle et détachée – après tout il ne fallait guère qu'il se questionne – la Canadienne esquissa un sourire. Swann connaissait parfaitement cette esquisse, elle en avait usé et abusé sur sa personne mais le Japonnais, jamais elle n'avait eu à lui faire son numéro pour obtenir quelque chose. C'était la première fois, l'unique et seule fois où elle avait besoin de lui. Peut-être ne rentrerait-il pas lui aussi, mais ça valait le coup quand elle songeait au soir même, à la sensation bienfaitrice qui saisirait son âme lorsque Swann entraverait son corps libéré des tensions, du cancer qu'était cette merde de Mark, tout serait plus exaltant encore que ça l'était déjà les jours précédent l'arrivée surprise de ce pervers violent.

- T'as besoin d'ça ! Lâcha-t-elle abruptement en le dépeignant légèrement grimaçante. Regarde toi bordel, tu fais plus rien, tu t'laisses dépérir..... Il est bien loin le gars qui faisait l'paon devant l'autre brute gigantesque....

Lui faire mal, le blesser, le vexer, c'était une stratégie comme une autre. Takeo était impulsif, se voir rabaissé de la sorte par une femme ayant partagé un moment pareil avec lui pouvait le faire réagir. Pourtant elle captura la lueur particulière dans son regard et frappa plus fort encore, histoire de ramener la prise collée à sa ligne. Il était ferré, ne restait plus qu'à l'emporter à la surface pour le faire geindre un oui.

- Et ta fille ? Cette fois elle eut toute son attention. Un sourire voulut saisir ses lèvres mais elle mordit l'intérieur de sa joue pour garder de contenance. Tu l'abandonnes... J'comprends que tu n'en ais plus rien à foutre de nous, de la communauté mais, imagine que tu la trouves aujourd'hui.... Imagine que nous la croisons, et qu'tu sois pas là. J'serai bien incapable de la reconnaître contrairement à son père.

Quelques secondes s'égrainèrent puis il accepta à en faire pulser son cœur sur des notes satisfaisantes. Bien, tout se déroulait à merveille même si, de toute évidence, elle venait de perdre de précieuses secondes à le convaincre. Shigeru l'abandonna pour gravir les marches qui lui faisaient face depuis le vestibule. Joann referma la porte, observant rapidement l'endroit dans lequel elle n'avait jamais mis les pieds. L'odeur n'avait rien de celle qu'elle avait humé avant de partir pour la garder jalousement à l'esprit. Ici, ce n'était qu'un mélange de tabac froid et d'alcool, rien de tel pour lui assurer qu'ils avaient fait le bon choix. Le casting était parfait, Swann avait mûri les choses avec brio et elle avait entièrement raison. Le Bridé ne manquerait à personne... Quant à sa gosse, depuis le temps elle était sans doute morte sous les crocs d'une goule ou, pire pour le père « attentionné » qui la recherchait jusqu'à lui préférer sa bouteille, elle l'avait sans doute oublié. L'escort patienta ainsi quelques minutes, allant jusqu'à passer son index contre l'un des guéridons, quelques objets, pour ensuite redresser les billes sur l'homme qui revenait près d'elle et l'accompagnait dehors en l'interrogeant déjà.

- Du matériel, ce qu'on trouvera. Lâcha-t-elle le plus vaguement possible avant de tourner les yeux vers son profil tout en marchant rapidement vers l'armurerie. Depuis le séisme, c'est pas la joie. Les trouffions sont tous occupés ailleurs pour l'peu qu'il en reste du fait... On s'rend utile comme on peut.

Elle lui offrit un sourire, gardant à l'esprit que Mark, quand il la verrait le regarder de la sorte, chercherait à savoir si ce que Swann lui avait exposé plus tôt était véridique jusqu'au coup d'éclat. Elle continua sa route en silence, remuant les phases une à une, espérant que tout se passerait comme ils l'avaient exposé la veille, comme il le lui avait murmuré au creux de l'oreille alors qu'elle savourait la chaleur de ses bras autour de son corps. Tout se jouerait sur le sentiment puérile de la jalousie. Elle l'avait ressentie elle même au sujet de Collins, c'était à la fois déstabilisant et bon. L'envie de se battre pour celui qu'on aimait plus que de raison, celui que vous clamiez être votre, n'était qu'un instinct primale, animal, quelque chose qu'elle pouvait désormais comprendre lorsqu'elle observait l'étudiant alors, quand il lui avait exposé la manière de faire, elle était certaine que l'effet serait grandiose. Mark voulait l'achever elle, pour ça il s'en prendrait forcément à celui pour lequel son cœur battait, néanmoins et parce qu'ils étaient plus stratèges que d'autres, l'enflure psychopate ne s'en prendrait guère au bon. Elle observa encore une fois les traits de l'Asiatique et sourit. Il avait le premier rôle, il ne se laisserait pas faire et étant donné la déprime, le fait de s'être mangé une raclée des semaines plus tôt, tout cela couplé à la haine d'un autre à son encontre – une fureur illégitime – le ferait réagir. Sushiboy aurait son moment de gloire et une mort sur la conscience. Quant à eux, ils joueraient leurs rôles à merveille et tâcheraient de garder ce sombre et malheureux petit secret. Il leur mangerait dans la main, du moins s'il ne préférait pas se pendre avant d'imaginer qu'on puisse le foutre hors du camp...

Pensive, aux abords du bâtiment et en capturant la silhouette de son amant, toute proche de celle de l'homme à qui elle était sensée appartenir jusqu'à ce que la mort les sépare, Joann inspira un grand coup et balaya les horreurs qui lui traversaient la tête. Pas de sang non... Swann resterait en vie, il n'allait pas mourir et elle non plus. Ne pas rester seule avec Mark, ne pas s'éloigner, respecter le plan, respecter les phases et la tournure jusqu'à la libération. Elle se répéta cela mentalement puis endossa le costume que Blackmore lui avait demandé de porter aujourd'hui même. Il fallait qu'elle soit convaincante et, pour se faire, même si le Bridé n'était guère celui capable de faire battre son cœur à une vitesse de dingue, elle remplacerait ses traits par ceux sur lesquels ses yeux s'attardèrent une seconde. Ainsi, ça ne ferait aucun doute puis, parce qu'il ne l'avait jamais dépeinte amoureuse, Mark tomberait dans le panneau sans même que le pantin n'ait à jouer le jeu de l'amoureux transit. Elle n'en ferait ni trop, ni trop peu. Inutile de le coller, inutile de le toucher ou plus encore, des regards, sourires et rires suffiraient. Le tout joué sur la mesure pour ne pas mettre en doute l'intellect du bâtard auquel elle offrit un regard vide. Elle le craignait encore, l'angoisse était présente et elle devait la tempérer, cependant elle ne pouvait guère la faire taire car, si Joann était trop à l'aise, trop légère, simplement trop, tout partirait de travers avant même qu'ils soient parvenus à leurs fins.

- J'ai pensé à toi parce que, personne ne semble t'approcher depuis la caserne. T'as pourtant pas la peste. Rit-elle afin de donner le change  lorsqu'ils furent à porté d'ouïe. Je t'apprécie tu...... Intentionnellement, la brune coupa sa phrase en se figeant face au second duo. L'envie de croiser le regard de Swann la possédait mais, pourtant, elle s'en garda bien. Il vient avec nous ? Interrogea-t-elle à l'intention de Blackmore avant de le toiser comme elle l'aurait fait s'il avait s'agit de Rogers. Okay, on..... Fera avec. En les contournant, Joann poussa les battants de la bâtisse pour rejoindre l'intérieur et colla son épaule à celle du Japonnais afin d'attirer son attention. Méfies toi d'lui.... Les cartes étaient distribuées, elle n'en dirait ni plus, ni moins.... Son comportement parlait pour elle et le regard étrange de leur accompagnateur du jour tout autant.





by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   Mar 5 Déc 2017 - 20:15
Ils étaient arrivés un peu avant à l’armurerie. Swann eut le temps de régler la paperasse, signaler qu’ils ne sortaient pas très loin et n’avaient besoin que du strict minimum. Coup de chance : ce fut le militaire en charge des lieux qui expliqua à Mark qu’en tant que tout nouvel arrivant, on ne pouvait pas lui confier d’arme à feu ; il devrait donc s’en remettre à ses coéquipiers. Bien : c’était idéal que cette donnée du plan ne vienne pas de l’étudiant. Il en rajouta même une couche en tendant son couteau à son aîné :

- Ne vous en faites pas : on a tous été formés pour ce genre de sortie. Joann est une excellente cheffe d’équipe.

Nouvelle petite graine. Ne l’avait-elle pas dépeint comme quelqu’un qui aimait avoir le contrôle ? La posséder, la dominer, la rabaisser. Alors qu’allait-il penser de savoir que sa « femme » était une personne respectée et désirée désormais ? Le cadet Blackmore l’imaginait bouillir, se contenir de se jeter sur elle pour la remettre « à sa place ». D’ailleurs, pendant que sa silhouette se dessina aux côtés de celle de Takeo, le mari oublia de dissimuler l’éclat dans ses yeux. Il la fixait, comme un chat guettait une souris.

- Il… oui, il vient, répondit-il en feignant d’être surpris à la question de la brunette, je te l’avais d-

Elle l’interrompit pour le contourner et s’introduire à l’intérieur pour aller récupérer son matériel et celui du nippon. Le jeune dut résister à l’envie de la contempler, d’effleurer sa main, de lui glisser un murmure rassurant. Le plan prenait forme, tout roulait. Très bien. Trop bien. Il avait la sensation de ces matinées calmes qui précédaient les tempêtes. Un silence exacerbé, assourdissant, qui palpitait dans ses veines et lui hurlait le danger.

- Faites pas attention, avertit-il en jouant toujours ton rôle, elle est moins… difficile qu’elle en a l’air.
- Non, je comprends, prétendit Mark qui regardait encore la porte comme s’il était capable de voir sa compagne à travers, faut être dur et ferme de nos jours…

Une fois que les deux autres furent prêts, ils purent prendre la direction de la barricade, puis la dépasser pour s’aventurer en terrain hostile. Les arbres paraissaient greloter de froid, les branches nues couvertes d’un film translucides ; la rosée givrée au petit matin. Pas un rôdeur, seulement quelques bruissements de feuilles mortes – l’œuvre de rongeurs ou d’insectes. Histoire de meubler l’espace – et pour rendre le tout moins crispé – Swann s’attela à expliquer plus en détail leur tâche au doyen de la bande.

- Pour aider les gens à réemménager après le séisme, on doit récupérer de la vaisselle, des accessoires de literies, des sacs de couchage… des vêtements aussi, des couvertures. Pour certains, rien n’était récupérable et comme nous étions large jusqu’à maintenant, on avait pas encore tout emporté dans le voisinage.

Tout en parlant, il essayait de croiser le regard de sa petite-amie : quand et comment allaient-ils déclencher la suite du programme ?
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: How to get away with murder   
Revenir en haut Aller en bas  
- How to get away with murder -
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Murder Party "Apothéose"
» Murder Party Harry Potter
» [Murder] Dieu est mort ! - Chez Octavio - 19h-epsilon
» La Pension Saint Sauveur (Murder Party Provins)
» Murder party ? [feat. Michaela]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: