Partagez | 
 

 No pride no prejudice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur
Message
Merl T. Rogers
Pornstache
avatar
Date d'inscription : 30/05/2017
Messages : 737
Age IRL : 23
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Dim 3 Déc 2017 - 10:51

Question vite envoyée sous le tapis. Je n’allais pas me plaindre pour ça, loin de là. Il n’en avait rien à foutre, tant mieux. Nous n’étions pas amis, c’était vrai, on cohabitait par la force des choses au même endroit. J’écoutais ce qu’il avait à dire sur le sénateur, pour le coup, ses mots étaient vraiment forts et frappants. Je n’avais jamais pensé avoir un truc à dire et ceux pour pas mal de raison. Il pensait le contraire, c’était plaisant de le savoir, je fronçais les sourcils l’espace d’un instant. Je savais qu’il avait eu plus de poids ce jour-là que tout ce que je ne pourrais jamais avoir, mais j’avais toujours relativement fui les grosses responsabilités, je m’occupais de moi, de ma famille et c’était bien suivant.

- J’ai déjà fait assez parler de moi en foutant mon poing dans la gueule de Lawrence.

Pour le coup, depuis ce jour-là, je m’étais retrouvé pied et poing lié. Il m’avait gentiment de me foutre dehors si je refaisais des vagues, c’était bien pour ça que j’étais sage et que je n’emmerdais pas trop le monde. Oui, je n’avais pas pu changer ma nature profonde et continuer de foncer dans le tas en mission, mais c’était bien différent. De toute façon, je n’avais jamais été doué pour faire passer ce que je pensais par des mots et malheureusement, ce n’était pas aujourd’hui que les choses allaient changer. J’étais capable de soutenir les gens, mais hors de question d’être leader d’un mouvement comme ça. Stan ajouta qu’il avait été obligé d’ouvrir sa gueule et pour le coup, ça m’arracha un petit sourire, c’était un truc que je pouvais largement comprendre. Fermer sa gueule quand on avait un truc qui nous démangeait depuis des mots c’était vraiment compliqué.

- Je comprends, en tout cas, si tu prévois un truc plus grand et que tu as besoin d’une paire de bras, tu sais où me trouver.

Son regard était déterminé, j’aimais ça. Il savait ce qu’il voulait et c’était de ça qu’on avait besoin. Il était peut-être plus jeune que moi, beaucoup plus jeune, mais c’était un homme de terrain, il avait vécu des choses, il savait se battre et c’était tout ce que j’avais besoin. Maintenant, c’était à lui de faire la différence et je savais qu’il en était capable.

- Je n’ai qu’une parole, compte sur moi.

Je lui tendais alors ma main comme pour lui faire comprendre que quoi qu’il arrive, je sellais cette parole comme un pact, je ne reviendrais jamais sur mes mots, on ne s’aimera sans doute toujours pas, mais j’étais prêt à faire des efforts et cette conversation était sans doute un exemple de ce qui pouvait être fait. Il repartirait par cette porte et tout redeviendrait comme avant, mais en attendant, je lui aurais fait comprendre que quoi qu’il arrive, s’il voulait bouger le petit doigt, il avait un nouvel allié à sa cause.


Life Goes On And This Fucking World Will Keep On Turning

J'écris en #009966
Revenir en haut Aller en bas
http://www.walkingdead-rpg.com/t10002-listing-des-comptes-v2#221
Stanley Maverick
avatar
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 1978
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Dim 3 Déc 2017 - 14:52

Depuis sa conversation avec Swann, les idées de Stan sur ce « problème » s'étaient recentrées. Il sentait qu'il pouvait faire quelque chose et le fait que Merl lui apporte son soutien, comme ça, sans même qu'il le lui demande explicitement était plus que prometteur. Combien d'autres gens du Fort avaient déjà un avis fort sur la question comme lui ? Combien attendaient simplement que quelqu'un d'autre se mouille pour monter à leur tour au créneau ? Cela grisa le trublion, qui n'aurait pas pensé une seconde que cette conversation aurait eu cette débouchée. Il fit un hochement de tête appréciateur. Et ainsi contre toute attente, les deux hommes se serrèrent la main. Il n'y avait pas besoin de mots supplémentaires et le militaire quitta la maison des deux frères.

Il raconta évidemment son entrevue à Casey qui l'attendait chez eux. Il rentrait de bonne humeur et ne chercha même pas à minimiser les paroles bienveillantes de la blonde sur le cowboy. Elle se fit la réflexion qu'elle devrait passer le voir, ce qui rappela un détail à son compagnon.

- Fais gaffe, j'sais pas si tu le reconnaitras... il s'est rasé la moustache ! Il repensa à la tête chelou de Rogers et ne retint pas un rire gras. Ok il pouvait se moquer tout de même !!

***

Une bonne semaine s'écoula encore avant que Stan ne prenne le temps d'aller voir la dernière personne de sa liste. Celle de ses bienfaiteurs, auxquels il devait plus qu'un fière chandelle. Cette fois, il ne provoqua pas réellement la rencontre, mais saisit simplement une occasion. Celle de se retrouver de nouveau en poste de surveillance avec le bonhomme. C'était un guet de jour cette fois-ci, dans les mêmes locaux que la dernière fois. Face à la mer.

Les deux hommes prirent le relai de d'autres, échangèrent quelques banalités sur l'avancement des travaux de reconstruction du camp avec eux, puis se retrouvèrent tous les deux. Aucun rôdeur ne viendrait s'inviter dans le dispensaire aujourd'hui ! Le jeune homme sortit un chewing-gum de la poche de sa veste, qu'il fourra dans sa bouche. Yep cette habitude ne le lâchait pas ! Son stock n'était pourtant pas éternel... Il mâcha trois fois, puis se retourna vers le gars à ses côtés. Il prit une inspiration, mais ne perdit pas une seconde pour prendre la parole.

- J'ai pas eu l'occasion de t'le dire, Lucas - déjà il l'appelait pas son prénom, il y avait de l'amélioration - mais Joe m'a dit que tu les avais aidés à nous sortir des décombres, le jour du tremblement de terre. Il devait l'avouer, ses propres souvenirs étaient quand même particulièrement floutés. Il se tut une seconde, plantant ses yeux bleus dans ceux du ferrailleur. Moi et Casey, et je... je voulais te remercier.



Stars don't disappear, they keep blazing
Even when the night is over
So I will still be here
Stargazing
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Richardson
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 474
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Mer 6 Déc 2017 - 22:00

Quelques semaines s’étaient écoulées. Des semaines longues, haineuses et ternes. Le camp reprenait peu à peu vie. Pourtant c’était difficile pour tout le monde. Certains ont plus ou moins été touchés par le séisme et la vague de rôdeurs qui avaient attaqués le camp. Les deux équipes en expéditions sont revenues, gardant encore les traces de leur mal-être au plus profond d’eux-mêmes. Beaucoup se sont retrouvés, d’autres se sont déchirés. J’ai retrouvé une Evy au fond du seau, mal dans sa peau à cause d’un connard de plus en vie dans la nature. C’était officiel pour ce couple cynique qui me donnait la gerbe. Heureusement, la petite blonde était bien protégée. Un peu trop d’ailleurs. Bref je lui laissais de l’espace depuis sa déprime. Et puis, suite à tous ces incidents, quelque chose en moi avait changé. J’étais plus prévenant mais le fait de m’être complètement lâché durant les deux pires jours du camp, m’a permis de me recentrer sur l’essentiel. Désormais, je savais que véritablement ma place était ici, dans ce camp à reconstruire, parmi eux …

Et puisque la vie reprenait doucement son cours, je reprenais également mes responsabilités et partageait une fois de plus une journée de garde, accompagné de Stan. Il avait mangé sévère durant le séisme. Je me souvenais encore de ce gros tas de cailloux, qu’on n’arrivait pas à déplacer pour le libérer lui et Casey. Je me souvenais aussi des tremblements et du mur qui était tombé sur moi, me faisant chanceler pour me cogner la tête au sol. Mon genou allait bien mieux mais je gardais encore une trace de ce jour-là. Comme pour me souvenir, ne jamais oublier. Comme une habitude, nous balancions des banalités sans vraiment s’étaler sur le sujet. Cette journée était frâiche et mon gros blouson me permettait de rester au chaud.

Je n’avais pas vraiment parlé à Stan depuis quelques semaines. En même temps, il n’était pas mon ami. Mais il est vrai que ce qui lui était arrivé ne m’avais pas laissé de marbre. J’étais con je le savais mais pas à ce point. Il ne méritait pas ça. Du moins, personne n’avait à souffrir. A part l’autre con que je ne pouvais plus blairer. C’était une fois à l’extérieur, une main da la poche du veston et l’autre tenant la cigarette à moitié entamée, que Stan s’exposa au grand jour. Ce qui m’a surpris je devais le reconnaître. Surtout venant de sa part. Son ego s’était terré pour laisser apparaître un Stan plus reconnaissant. Pris au dépourvu, je ne sus que répondre, laissant la fumée s’échapper de mes lèvres quelques secondes. Je le regardais en coin pour sonder son expression, ne voulant pas me faire arnaquer. Mais il avait l’air sincère, je devais le reconnaître. Après une brève inspiration je lui répondis « Pas besoin de remerciements … Stan ». Je n’avais pas l’habitude d’avoir ce genre de discussion « J’allais pas vous laisser crever et partir comme un voleur, je suis un con mais pas à ce point » fis-je avec un demi-sourire. Finissant ma clope, je me grattais l’arrière du crâne, gêné de lui poser cette question qui ne ressemblait pas à mes codes sociaux « Et … sinon, mmh ça à l’air d’aller mais … tu te remets ? Toi et … la blonde ? » Fallait pas déconner non plus, je n’avais pas tant d’estime pour sa copine.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en bas
Stanley Maverick
avatar
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 1978
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Ven 8 Déc 2017 - 12:41

Stan était sincère. Après tout, qu’avait-il de plus précieux que sa propre existence, ainsi que celle de celle qu’il aimait avec passion ? Rien. Et cela valait pour chacun d’entre eux. Se montrer redevable, c’était simplement être honnête. Avec les autres et avec soi-même. Cela valait bien une petite entorse à son comportement généralement dépréciateur. Le chewing-gum en bouche, il haussa une épaule.

- Faut parfois savoir dire les choses, dit-il. Même si elles paraissaient inutiles ou évidentes. Il fit un rapide hochement de tête ensuite pour approuver ses paroles. Et j’apprécie ça. L’homme lui demanda des nouvelles sur son état, ainsi que celui de sa petite-amie. Casey, le corrigea-t-il par réflexe. « La blonde »… ça ne sonnait franchement pas très sympathique. Il savait qu’elle ne portait pas non plus le ferrailleur dans son cœur. Pour quelles bonnes ou mauvaises raisons ? Il n’en savait rien et s’en fichait pas mal. Il n’était pas là pour rabibocher qui que ce soit. On fait aller. Je me suis bien remis. Encore une semaine, maximum et je pourrais reprendre toutes mes activités comme avant.

Le sport, les sorties, tout ça. Il afficha une moue satisfaite. Bon sang, il lui manquait tellement de sortir pour courir ! Il n’évoqua pas précisément l’état de Casey. Si Lucas ne l’estimait pas plus que ça, il devait se moquer un peu de ce qu’elle devenait. Puis ses crises post-traumatiques ne regardaient personne qu’eux. La jeune femme et les gens qui lui étaient vraiment proches.

- On en a douillé. Surtout quand tout est parti en couilles… Il pensait surtout à l’attaque des rôdeurs quand il était encore alité dans le dispensaire… Bon sang, cela l’irritait rien que d’y repenser. Cette colère était sa manière à lui de gérer toutes ces émotions trop fortes. Il ne la laissa pourtant pas exploser. Il se retiendrait pour une fois de râler. Mais tout le monde en a douillé, pas vrai ? Ajouta-t-il donc, avant de s’intéresser à son tour à l’homme à ses côtés. Tu t’es bien remis de ton côté ? Ça t’as pas trop secoué ?

Stan n’était bien entendu pas au courant de l’altercation de Lucas avec Swann lors des opérations de sauvetage. Il avait à ce moment-là d’autres chats à fouetter et c’était toujours le cas. S’il aimait être au courant des petites histoires, il n’en faisait pas non plus son occupation principale. Et d’autant moins maintenant qu’Evelyn ne faisait plus partie du paysage.

- T’as pu participé à une rencontre musclée avec d’autres… T’es toujours convaincu par ce qu’on fait ? Il ne faisait pas référence aux critiques qui avaient pu être soulevées sur cet affrontement. Non, il évoquait simplement l’idéologie du camp. Celle que l’autre type avait toujours soutenue, sans la vivre pleinement. Son regard était-il différent ?



Stars don't disappear, they keep blazing
Even when the night is over
So I will still be here
Stargazing
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Richardson
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 474
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Lun 18 Déc 2017 - 21:34

Pour une fois depuis longtemps, je n’en avais pas rien à foutre de ce qu’il disait. Est-ce que le tremblement m’avais remis les idées en place. Faut dire que j’ai joué au connard une fois de plus et que depuis mes pulsions se sont tus. Mais pour combien de temps ? Ma colère s’était-elle apaisée enfin après tant de temps à m’en défaire ? Je n’en savais trop rien. Bref, en tout cas il se démarquait par sa sincérité. Pour moi, il gagnait des points et je voyais son nouveau visage. Une personne plus honnête, posée et directe. Il n’est pas passé par quatre chemins pour me dire tout ça. Rien que pour ce geste, je le respectais « Oui, il faut parfois les dire. C’est libérateur et j’apprécie aussi » fis-je en le regardant, comme si je voyais un autre Stan devant moi.

Après ma dernière question, le brun répondit avec sérieux. Il avait sacrément ramassé. Lui et elle. Ouais, je l’oubliais celle-là. Alors qu’ils étaient ensemble. Peut-être que tout comme Stan je me faisais une mauvaise opinion d’elle depuis le début ? En même temps, elle était difficile à cerner et elle ne me laissait pas entrevoir un soupçon d’intérêt. Pour moi elle était fade, anarchique et folle.

Je me déplaçais les mains dans les poches, posant mon épaule contre le mur me tournant vers lui. Ouais, j’avais envie de l’écouter pour une fois. « Je te crois … Surtout depuis que j’ai vu ta gueule sortir de sous les décombres » fis-je avec un sourire, blague à part pour alléger cette discussion trop sérieuse. Je ne savais pas comment il allait le prendre, mais je m'en foutais « Et puis les morts ambulants ont pris chers eux aussi. Faut pas nous faire chier plus que la moyenne » c’était un fait. Nous étions nombreux, la rage au ventre, armés et complètement cinglés. Le cocktail réussi pour virer les connards de notre île. Nous avons tous soufferts quelque part. Il y a eu des pertes, des retournements de situations imprévus … Mais nous sommes encore là aujourd’hui. Encore une journée, une heure de plus à vivre …

Est-ce que moi, je m’en étais bien remis ? Question piège. Je n’avais plus une certaine pression. Oui, je me sentais bien, libéré d’un poids. Pendant l’hécatombe, j’avais bien pété un câble. Mais ça m’avait fait du bien au final. Par contre, je gardais encore quelques maux surtout au niveau de ma nuque « Secoué ? Non ça va. Je m’en suis remis … » fis-je en regardant mon poing, comme pour me souvenir … Par contre j’en connaissais une qui souffrait dans son coin depuis des jours …

« La rencontre musclée … oui on va dire qu’elle était surtout mortelle »
. Un sourire apparut sur mon visage « Toujours cette question venant de toi, je devrais-être habitué depuis … » Je passais une main dans mes cheveux avant de lui répondre « C’était des cons, des moins que rien. Ils ne méritaient pas notre respect. Ils ont fait un faux pas et ils ont fuis face à la mort. Après l’avoir vécu … ouais, je vais toujours dans ce sens » Mon regard se reporta sur la mer face à nous, calme et reposante. Puis je repris « A l’extérieur, c’était aussi suis-moi ou crève. Ce monde nous a changé, on ne peut plus faire confiance, on ne peut plus s’attacher. On est obligé de se protéger de ces cons » Alors oui, la morale du camp avait été la mienne sur les routes durant des mois. Je ne pourrais donc pas m’en défaire. Et mieux, je me sentais à ma place.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en bas
Stanley Maverick
avatar
Date d'inscription : 01/07/2014
Messages : 1978
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Mar 19 Déc 2017 - 17:16

Évidemment, Lucas n’avait pas été trop secoué par tout ça. Après tout, il n’était arrivé à Brainbridge que depuis de tous petits mois. Il n’était pas attaché à ces lieux et à ces gens comme ceux qui vivaient là depuis maintenant plus de deux ans. Le sort de tout un tas d’inconnus devait même lui être assez indifférent. Tout comme l’apparition d’une horde dans ce petit paradis devait lui sembler probablement « normal ». Parce que peu de gens étaient aussi préservés qu’eux au dehors.

- Oui heureusement que les gens sortis en expédition sont rentrés à temps, déclara Stanley, se retenant de cracher que le problème avait certainement été leur absence. Tout court. Car lui-même était alors incapable de protéger qui que ce soit. Il avait même mis sa vie en danger plus que de raison ce jour-là. Rien qu’en sortant de son lit contre avis médical déjà ! Tu connaissais pas trop les gars qui sont y sont restés, c’est plus facile… ajouta-t-il ensuite, sans le juger pour autant. Cameron, le grand maigrichon avec les oreilles décollées… La description devait parler à Lucas, le jeune homme faisait partie de l’équipe de militaires avec Adrian et Arizona qui avait accompagné l’homme et les autres pour récupérer les survivants. Il était mort là-bas. C’était un ami à moi.

Par exemple. Le militaire pinça les lèvres. Il restait contrarié de toutes ces morts. Oui ils avaient réussi à rétablir l’ordre dans leurs rues, mais combien de pauvres gens s’étaient fait mordre au passage ? Combien n’étaient pas rentrés des expéditions menées de front ? L’accumulation de tout ça dans la même journée rendait la pilule difficile à avaler. Stan la sentait toujours en travers de sa gorge. Et d’autant plus que le sénateur faisait visiblement la sourde oreille et refusait de s’impliquer pour dénoncer les responsables de ce fiasco. Le jeune homme acquiesça, tout en reportant son regard vers l’extérieur.

- C’est dommage que vous n’ayez pas pu les liquider jusqu’au dernier, dit-il, avant de faire une bulle avec son chewing-gum. Ils avaient perdu eux-mêmes plus d’hommes qu’ils en avaient éliminés de l’autre côté. Une sacrée bavure aussi. Il jeta un coup d’œil au ferrailleur. Tu referais quoi autrement si c’était à refaire ? Lui demanda-t-il, sincèrement curieux d’avoir son retour sur la question.

Ok Elias avait merdé en jouant la provoc. Tout comme Takeo et peut-être même Joann. Le militaire ne pourrait jamais juger réellement les actes de chacun, parce qu’il n’était pas présent. Avaient-ils été trop intimidants ? Trop provocants ? Trop naïfs aussi ? A quoi cela leur avait-il servi de parler ? Le jeune homme essayait de se construire une nouvelle façon de penser. Quand il avait abordé le futur du groupe avec Swann, les deux garçons avaient évoqué de nouvelles manières de procéder avec les étrangers. Depuis, Stan y réfléchissait. Aussi enchaina-t-il sur ce même propos.

- Comment s’était passé ton recrutement parmi nous ? Demanda-t-il ainsi. Qu’est-ce qui t’as motivé réellement à nous rejoindre ? L’appel du confort ? Ou du désespoir ? C’est pas une question piège hein, t’inquiète, je te teste pas ! J’me demande juste si y a des trucs qu’on devrait revoir, tu vois…



Stars don't disappear, they keep blazing
Even when the night is over
So I will still be here
Stargazing
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Richardson
avatar
Date d'inscription : 15/10/2017
Messages : 474
Age IRL : 29
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   Mar 26 Déc 2017 - 15:54

Stan lançait des petites piques. En tout cas, c’est comme ça que je les prenais. En mon encontre ? J’en savais trop rien. Il faut dire que tout le monde en avait bavé et plus particulièrement lui avec ce qui s’était passé. J’essayais de lire entre les lignes, de bien l’écouter et son expression en disait long. Il était légèrement irrité « A t’entendre on dirait que t’es en colère … ça se comprend après tout ce qui nous est tombé sur la gueule » manière aussi de savoir s’il avait quelque chose contre moi.

Car par la suite, il me fit une remarque. Ok, il avait raison. Des gars sont morts sur le terrain et ça ne m’avait fait ni chaud ni froid. En réalité, rien du tout. Aucune peine, ni regrets et ni remords. Mon comportement et mes choix n’auraient rien changé. Je ne me sentais pas coupable d’un tel  emmerdement. Néanmoins, si Joann avait été touché plus gravement ou même Tak, qui restait encore debout malgré le calvaire qu’on avait vécu, oui ça m’aurait fait chier. Mais Cameron, je m’en souvenais qu’à moitié. Je sais juste qu’il était dans le camion avec nous à l’aller et qu’il a été touché d’une balle pour ne plus jamais se relever.

Sans trop être porté sur le deuil à ce moment-là, je répondis juste « Je suis désolé pour ton pote » avec une mine des plus sérieuses. Je n’avais pas envie de me mettre à sa place. Le deuil ça me connaissait et je ne voulais pas y penser encore une fois. Et puis, cela a été dur pour moi en un sens tout ce bordel. Entre Evy, cette violence qui m’avait appelé, les coups de poing à Swann qui l’avait mérité mille fois et cette âme bienveillante, cet éclat qui m’a fait rester sur place à aider Stan et sa poule au lieu de me préoccuper de la petite … Ouais, trop de choses se sont produites ce jour-là. Et pour une fois depuis bien longtemps, j’ai eu peur.

« On aurait pu, largement. On en était capable … » ou peut-être que j’en étais capable sur le moment « … mais avec les rôdeurs pas loin, ils se sont carapatés et notre priorité c’était de revenir avec du stock ». J’aurais pu aller les faire chier jusqu’au bout, les chambrer et les tuer en ramassant simplement une arme à terre et tirer à la volée. Mais nous agonisions tous à ce moment-là et la mission était une priorité. Première fois que je fonctionnais comme ça. Mais le sens des priorités, je l’avais. Je n’étais pas un bourrin sans cervelle comme beaucoup le pense ici.

Encore une question qui me fis esquisser un sourire, je me redressais toujours les mains dans les poches, toujours mon bonnet collé aux oreilles « On avait une responsabilité ce jour-là » je le regardais dans les yeux « Mais si je pouvais y retourner pour les retrouver, je le ferais sans hésiter ». Encore une fois, chose impossible à faire aujourd’hui …

A sa dernière question, je restais interdit. N’avait-il pas eu vent que j’étais au bout du bout. Qu’ici était ma dernière escale ? C’était faible de ma part de dire que je comptais sur un abri après des mois à trainer dehors, mais au final qu’est-ce que j’en avais à foutre ? Dans tous les cas, Clay connaissait la vérité et certains de ses hommes aussi. Je n’allais pas me cacher « On va dire que j’étais perdu. Que j’avais plus envie de me battre dehors. Que j’en avais marre de faire des efforts, de trainer pour survivre. Je voyais la mort de près tous les jours et toutes les nuits. Alors, à mon grand étonnement, j’ai fait profil bas. Mon corps était un chiffon, je pouvais tomber à n’importe quel moment. La motivation pour intégrer votre camp, c’était l’espoir » L’espoir de redevenir quelqu’un, de revenir dans le monde des humains, d’avoir un semblant de vie, des liens sociaux. Alors, ils m’ont pris avec eux … Les yeux dans le vague je me souvenais de ce moment et de Clay qui m’avait reconnu. « Alors, pourquoi cette question ? Quel genre de choses tu aimerais revoir ? » Ma question était à la fois sérieuse et empreinte d’humour. Car je ne savais pas trop sur quel pied danser avec lui et pourquoi il me disait ça.



I just needed time alone, with my own thoughts Got treasures in my mind but couldn't open up my own vault My child-like creativity, purity and honesty is honestly being crowded by these grown thoughts || crédit : code par quantum mechanics
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: No pride no prejudice   

Revenir en haut Aller en bas
 
No pride no prejudice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» pride and prejudice (ft. heraam)
» Pride Of nation
» Soirée 2 ♣ Gay Pride
» soirée quatre ∞ gay pride
» Banderole Thiercelieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: