The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Même pas mal ! -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1910
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Dim 10 Déc 2017 - 13:14
« Je sais pas… Peut-être, oui… » Souffla-t-elle timidement en se redressant à son tour.

Casey s’assit, ramenant finalement ses jambes contre son buste pour les enlacer de ses bras. Elle tenait bien comme ça. Et ça pressait ses côtes, pour supporter un peu plus la douleur. C’était comme si ça la faisait taire brièvement. Ses mouvements étaient toujours douloureux, mais il y avait bien pire ! Quelques jours avant, elle en aurait probablement été incapable, en tout cas plus de quelques minutes. Elle écouta Stanley, et ne put s’empêcher d’être… Jalouse, en partie, de comment son cerveau parvenait à le protéger. Elle aurait aimé oublier, pour sa part. Vraiment ! Ne pas avoir à y penser constamment, à rêver de ça. Ne pas s’en souvenir aurait été une bénédiction qui lui aurait permis de dormir au moins quelques heures sans soucis.

« Oui, j’y pense. » Admit-elle d’une voix sombre, étranglée. « Tout le temps, en fait. » Répondit-elle.

Et elle n’aimait pas franchement cet état de fait. Mais elle ne savait plus quoi faire pour passer au-dessus. Ne pas dormir. Se taire. Penser à autre chose. S’occuper. Ne pas rester inactive. S’impliquer. Elle avait essayé d’en toucher deux mots à sa petite sœur même, sans que celle-ci ne puisse comprendre. Maddie lui avait dit que c’était « fini », comme si ça justifiait tout maintenant, comme s’il n’y avait plus à s’en faire. Mais ça n’était pas si simple !

« C’est peut-être parce que c’est frais, je sais pas pourquoi… J’essaie pourtant d’éviter, et il y a des moments ou c’est comme si ça pouvait aller. » Raconta-t-elle à Stanley. Elle lui faisait confiance pour garder ce secret, qu’elle jugeait honteux. « Mais pas très souvent. » C’était son cerveau qui était en panne, il fallait croire. C’était lui qui la torturait, et l’obligeait à se rappeler ce moment précis où elle avait vu la mort de très près. Problématique ! « Quand je dors, j’ai l’impression que quelque chose m’écrase, que j’étouffe. »

Elle poussa un soupir, dégageant ses cheveux en les calant derrière son oreille. Sans relâcher ses jambes, elle posa sa tête contre ses genoux en regardant Stanley d’un air soucieux.

« Comment tu peux ne pas t’en souvenir ? » Lui demanda-t-elle. « Tout est clair dans mon esprit, absolument… Les détails, les bruits, la chaleur, tout… Surtout… Après… »

Le moment où elle l’avait vu se plier, qu’elle avait dû l’allonger, et qu’elle avait cru qu’il allait lui mourir dans les bras sans qu’elle ne puisse rien y faire ! C’était un sentiment de peur très vif dans son esprit, particulièrement intense malgré les jours qui étaient passés depuis…

« Et si ça se reproduisait, encore ? On est pas à l’abri d’un autre séisme ! Qu’est-ce qu’on fera cette fois ? » S’inquiéta-t-elle. « J’ai vraiment eu l’impression qu’on sortirait jamais de là-dessous ! Je veux plus que ça arrive… Vraiment… » Termina-t-elle en se sentant idiote.

Il y avait beaucoup de si. Un avenir incertain. La peur d’un futur qu’elle devrait affronter comme tout le monde. Et ne pas avoir le contrôle dessus la bouffait totalement. Ça n’était pas comme ça qu’elle aurait voulu vivre ces derniers temps. Ça n’était pas dans ses plans…




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Dim 10 Déc 2017 - 15:47
Stan ne pouvait s'empêcher de se dire qu'en restant cloitrés là, convalescents, il était tout de même difficile d'arracher leurs pensées de tout ce qui venait de leur arriver. Lui ruminait les fragilités de leur sécurité, elle revivait en boucle ces instants difficiles où ils avaient failli tous les deux y passer. Il était évident que ce ne serait qu'en s'occupant l'esprit autrement qu'ils pourraient réellement passer à autre chose. Ou l'espérer du moins ! Mais leurs blessures ne leur offraient pas encore ces possibilités.

- C'est pas comme si on avait mille autre choses à penser, en fait, concéda-t-il ainsi. C'est sûrement une partie du problème. Tout notre quotidien nous ramène tout le temps à ça aussi, en ce moment. Il haussa les épaules, en évoquant ses souvenirs. Le doc m'a dit que ça arrivait souvent chez les accidentés. Un mécanisme de protection quelconque de ton corps... tu entres dans une zone critique à un moment ou un autre et ton cerveau décide que c'est pas des sensations que t'es en mesure de gérer, alors il les efface après coup. Enfin, il m'a pas dit exactement ça, mais c'est c'que j'en ai compris.

Globalement, sa chance était que sa blessure avait été bien plus traumatisante pour son corps que celle de sa partenaire. La violence du choc hémorragique qu'il avait fait lorsque sa rate avait cédé, avait amené son cerveau à lui faire tout oublier. Tout ce qu'elle se rappelait, elle. Il lui prit la main pour jouer avec de ses doigts.

- Je sais pas... j'vais pas te dire que ça se reproduira plus. Faudra demander à la mamie là, tu sais, celle à qui on vole sa vaisselle, si elle se souvient de d'autres épisodes comme ça ! Il afficha un léger sourire. Mais la probabilité est mince, ça faisait des dizaines d'années qu'un truc pareil s'était pas produit ici. Il la regarda à la lumière chancelante de la bougie. Son regard affichait la certitude qu'ils étaient à l'abri. A l'abri des méfaits de la terre du moins. Vas-y, raconte moi tout : les détails, les bruits, tout ça... Juste une fois. J'sais pas si ça aidera, mais quitte à les avoir dans la tête, partage les et on verra.

Il afficha une moue qui disait « qui ne tente rien n'a rien ». Il n'avait pas peur de replonger là-dedans et il prendrait même sans hésiter une partie de sa douleur s'il le pouvait. Il se tortilla légèrement dans sa position. Aucune n'était parfaitement confortable.

- Après, promis, je te change les idées ! Il ne pensait pas à reprendre ce qu'ils avaient commencé. Le désir était bel et bien retombé, même s'il ne sommeillait jamais bien loin. Non il voulait juste la faire rire. Quitte à être parfaitement ridicule !

Ainsi quelques minutes plus tard, alors que le récit de la jeune femme avait été un peu éprouvant pour eux deux, le jeune homme récupéra le baladeur sur lequel la blonde avait l'habitude d'écouter sa musique. Il le lui tendit et l'invita à mettre le casque sur ses oreilles. Il se leva alors du lit et se planta à côté, debout sur la moquette. Il n'entendait pas la musique, mais ça n'avait aucune importance. Il se mit à danser. C'était à la fois grotesque et touchant. Car s'il ne bougeait pas si mal, ses déhanchés restaient tout de même assez raides... puis il n'était pas en rythme évidemment, comment l'aurait-il pu ? Ce fut ainsi qu'il se débarrassa de son gilet en le faisant tournoyer autour de lui...

Et oui, madame, rien que pour vous : un strip tease !


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1910
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Jeu 14 Déc 2017 - 5:30
A la demande de Stanley, Casey parla. Elle lui raconta avec ce qu’elle avait de mot ce qu’elle ressentait à ce sujet, comment elle l’avait vécu, ce que ça lui avait fait. Et ils purent constater, l’un comme l’autre, que le choc était encore vif dans son esprit. Pas forcément comme le jour même, aussi intense. Mais le contre-coup était violent, agressif. Qu’il était comme un chien enragé qui refusait de lâcher prise. Il y avait une forme d’injustice dans tout ça : quand lui parvenait à y échapper, elle se retrouvait plonger dedans, jusqu’au cou, sans possibilité de s’en défaire. Stanley était chanceux, c’était tout du moins comme ça qu’elle le voyait de son côté. Il n’avait plus de rate, sa convalescence était longue, mais… Il n’avait pas à se remémorer tout ça.

Finalement, il ne put pas forcément comprendre tout ce qui lui était arrivé. Il ne put pas répondre et apaiser toutes ses angoisses, mais il écouta sans l’interrompre. Et de pouvoir fouiller dans sa tête et en sortir toutes ces petites choses qui la torturaient depuis des semaines, ça lui fit du bien. « Partage les et on verra », comme il lui avait dit. Casey ne s’attendait pas à un miracle, et elle se doutait que ça ne règlerait pas tout, mais il lui était impossible de cacher le fait que ça lui faisait un bien fou. Elle n’eut pas de larmes, pas de peur non plus. Juste un discours drôlement objectif pour l’instant qu’ils partageaient tous les deux.

Et finalement, Stanley fit ce qu’il lui avait juré : il lui changea les idées. Elle se retrouva avec son casque sur les oreilles, à regarder curieusement son compagnon. Les sourcils froncés par l’étonnement, elle le vit danser et se déshabiller, tout sauf en rythme sur You Give Love a Bad Name, et elle ne retint pas ses rires. C’était incroyablement grotesque mais tout autant adorable ! Le plus dur était d’en rigoler tout en ayant super mal aux côtes. La blonde le supplia d’arrêter au bout d’un moment, à bout de souffle, et le fit revenir sur le lit pour le remercier comme il se devait de ce spectacle incroyable.

Ils trouvèrent tous deux un compromis pour ce soir-là. Le genre qui serait le même dans les jours et les semaines à venir. Ce fut elle qui passa au-dessus lorsqu’ils firent l’amour, et ça ne fut pas pour déplaire à Stanley. Il faudrait du temps pour le reste. Pas pour oublier, mais pour accepter de ne plus avoir la main.

_____________________

« Tu es sûr de ton coup ? » Demanda-t-elle à Stanley, en se retournant vers lui après avoir attrapé un pull qu’elle enfila.

La discussion allait bon train depuis le réveil. Ça faisait quelques temps déjà que les sœurs Summer avaient de nouveaux colocataires, et que l’organisation stricte de Maddie parvenait à les faire cohabiter sans trop de peine. Et Stanley avait une idée en tête, une de celles qu’elle appréciait pour sa part, mais que sa cadette détesterait forcément ! Elle esquissa un sourire fripon, en se plantant à quelques pas de son compagnon :

« Tu as deux solutions : soit tu arrives à convaincre Madisson, soit tu lui dis que ça sera juste un petit truc comme ça. » Fit-elle à l’homme. « Mais si tu lui dis cash pistache que tu veux inviter beaucoup de monde, elle va probablement péter un câble et refuser tout net. »

Elle la connaissait plutôt bien, sa frangine. Et elle savait comment la prendre pour obtenir ce qu’elle voulait. Stan avait encore à apprendre d’elle.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Jeu 14 Déc 2017 - 16:37
Sans surprise, cette conversation n’avait pas résolu tous les problèmes de la jeune femme. Il ne fallait pas rêver, son mal était bien trop insidieux pour se résorber ainsi par enchantement. Mais exprimer ses tourments à son amant lui avait au moins permis de lever le « secret » de son état et lui était maintenant bien plus attentif à elle. A son bien-être tout du moins, car son regard ne la lâchait jamais longtemps, et cela depuis déjà un bon moment ! Et il faisait aussi de son mieux pour accaparer son esprit de choses plus joyeuses que ces vilains souvenirs et il espérait bien qu’un jour ces dernières seraient suffisamment envahissantes pour remplacer celles qui l’obsédaient.

Sa nouvelle idée était donc d’organiser une grande fête chez eux. Il sentait que tout le monde avait besoin de se détendre. Depuis les derniers évènements, les gens étaient devenus plus renfermés. Plus moroses aussi. Du moins ceux que le jeune homme avait l’habitude de fréquenter. Comme John par exemple qui avait perdu son colocataire Cameron lors de l’affrontement avec ce groupe ennemi. Et ça valait aussi pour lui ! Mais ils devaient se ressaisir ! Ils ne devaient pas se laisser abattre, parce que ce n’était pas leur première galère et ça ne serait certainement pas la dernière…

- On n’est pas obligé de lancer ça demain, on peut attendre d’être tous les deux complètement remis, déjà, expliquait-il ainsi à sa dulcinée qu’il n’avait eu aucun mal à convaincre que c’était une brillante idée. Si on la prévient en avance, ça passera non ?

Car l’os n’était nullement de persuader Casey, généralement plutôt enthousiaste pour ce genre de choses, mais plutôt sa petite sœur. Maddie était clairement la plus à cheval du groupe sur la tenue de la maisonnée. Ils avaient par exemple un planning pour la semaine sur qui était responsable de nettoyer ou ranger quoi et la jeune femme avait aussi affiché une feuille A3 dans la cuisine qui listait les « règles de vie » de leur colocation. Il y était question de rangement, encore une fois, des règles pour les repas, de bruit, tout ça. Les garçons s’y pliaient avec bienveillance. Il n’empêchait que cette liste n’évoquait pas l’interdiction d’organiser des fêtes occasionnellement à la maison, ni d’inviter quelques amis.

- Ça s’tente franchement, ce serait trop bien, non ? Et on en a tous tellement besoin ! Le garçon était déjà levé et il s’était habillé. Il haussa un sourcil à la proposition de sa copine pour amadouer sa frangine. Elle le pensait trop optimiste à vouloir attaquer la plus jeune de front. Stanley se mordit la lèvre inférieure. Il devait reconnaitre qu’il avait découvert dernièrement en Maddison une force de caractère qu’il ne lui soupçonnait pas nécessairement. Tu crois ? Il continuait de réfléchir tout en haussant les épaules. Vingt, trente personnes, ça reste un petit comité de toute façon, non ? Affirma-t-il alors tout en haussant les épaules et en affichant un sourire canaille.

Quelques minutes plus tard, le couple avait ainsi retrouvé la plus jeune pour grignoter un peu pour le petit déjeuner, alors que Graham lui tenait déjà le crachoir de bon matin. Ils se joignirent à la conversation distraitement, tout en s’installant. Jusqu’à ce qu’une brèche ne se fasse, dans laquelle Stanley put se glisser. Il jeta un œil sur sa compagne qui l’encouragea par le regard.

- Tenez, on s’disait avec Casey… d’ici une semaine ou deux, ça pourrait être sympa de fêter un peu notre emménagement ensemble ? Non ? Enfin « officiellement ». Son regard passa de Maddie à Graham, qui hochait pour sa part déjà la tête, enthousiaste. Of course !
- Mais carrément ! S’exclama-t-il, imaginant déjà la grosse chouille que ça pourrait être. C’était qu’il connaissait le zouave qu’il avait comme copain ! Stan crut percevoir un léger doute dans les yeux de la plus jeune, si bien qu’il reprit, en utilisant les conseils de sa chérie :
- Un truc vraiment simple, pas la peine d’être cinquante, hein ! On invite un ou deux - ou trois ou dix - potes chacun. Ça permettrait de se changer les idées aussi. Pour célébrer aussi un peu… la vie, quoi ! Le jeune homme fit un sourire innocent.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1910
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Ven 15 Déc 2017 - 5:36
« C’est carrément une bonne idée ! » Lui confirma-t-elle !

Elle ressentit le changement, oui. Depuis la nuit où elle s’était confiée, Stanley avait pris soin d’elle, pour l’aider à aller de l’avant, à ne plus souffrir – seule – de tout ça. Et l’espace d’un instant, elle s’était dit qu’il n’avait suffi que d’en parler pour qu’on l’écoute. C’était ça, la définition d’être « bien entouré des bonnes personnes ». Casey se sentait heureuse, pour de bon. Certes, tout n’était pas réglé, et surtout pas dans son esprit, mais il y avait du tellement mieux que ça n’avait pas d’importance s’il restait des zones d’ombres. Tout le monde en avait.

Sauf qu’elle n’avait pas conscience des secrets qui l’entouraient, que ses proches lui cachaient, par peur de son avis. C’était cependant une autre histoire, bien moins romantique que sa relation avec son compagnon. Attablée avec les autres, elle offrit à Stanley un sourire complice lorsqu’il aborda le sujet. Et elle vit tout de suite, aussi, l’air suspicieux de Maddie devant l’engouement soudain du militaire. Ça n’était pas ici qu’elle aurait des alliés, la petite blonde le comprit.

« Ici ? » Questionna la plus jeune du lot en passant à chacun des convives.

Elle n’eut même pas le soutien d’Eddie, qui semblait soudainement occupé à regarder autre chose dans le fond de sa tasse. De toute façon, ce dernier était de l’avis de la majorité : célébrer la vie, comme le disait Stanley, c’était important parfois. Lui aussi avait besoin de se changer les idées, de boire un coup, de rire. Et pour ne pas passer pour une rabat-joie, Maddie écrasa son envie folle de refuser tout net :

« Pourquoi pas, oui. » Céda-t-elle sans vraiment lutter. « En petit comité, ça peut être bien. »

Sa sœur n’était pas folle : elle avait une vague idée du chaos que ça allait être, aussi assura-t-elle qu’elle aimerait pouvoir avoir un œil sur les invités qu’il y aurait, et tout ça. Casey lui assura la chose d’un signe clair de la tête :

« T’inquiète, les gens sont cools, ils feront pas de bêtises ! » Lança la blonde avec un grand sourire.

Et elle ne mentionnait justement pas Elias, que Stanley ne manquerait pas d’inviter, justement pour ne pas avoir à l’inquiéter. Ils étaient tous adultes et responsables – sauf le polynésien qui parviendrait par sa simple présence à retourner le crâne de tout le monde – ça devrait (probablement) bien se passer. En tout cas, ça permit de détendre légèrement Maddie, qui osa un petit sourire.

« Je pourrais inviter une ou deux copines alors ? » Demanda-t-elle gentiment.

Le paradoxe de la fille parfaite : elle menait la maison d’une main de maître, arrivait à ordonner les lieux, à dompter trois garçons bordéliques qui ne faisaient que dormir et manger ici, mais se sentait obligée de demander la permission pour faire venir ses amis. Surtout parce qu’elle devait penser à Paige, et qu’elle avait peur que ça dérange. Casey haussa les épaules : elle n’y voyait aucun problème. Paige n’était plus une menace depuis longtemps, et elle n’éprouvait plus vraiment de jalousie à son égard : Stanley l’aimait, elle. En tout cas, il le lui prouvait assez régulièrement pour qu’elle ne s’inquiète plus de rien.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2147
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Ven 15 Déc 2017 - 8:58
Stan vit son visage se fendre en un sourire quand Maddie accepta sans vraie négociation. Il avait tout misé sur le fait de rester vague. L’échéance était souple et le nombre de convives sensément limité. Le garçon acquiesça donc vivement à ses requêtes, laissant Casey la rassurer. Il pensa rapidement à Elias aussi, et Aaron, qui étaient quand même des sacrés fouteurs de merde. Mais qu’est-ce qui pourrait mal se passer ? Même s’ils cassaient quelque chose, la plupart des objets de cette maison n’étaient pas les leurs et n’avaient aucune valeur sentimentale. Le reste ne serait qu’une question de nettoyage.

- Évidemment ! Renchérit-il donc quand la plus jeune demanda si elle pourrait aussi inviter du monde. Il se doutait aussi que Maddison demandait surtout pour Paige. Mais le sujet n’était plus sensible depuis un bail maintenant. Il vit d’ailleurs le haussement d’épaule indifférent de l’ainée. Ce serait notre soirée à tous ! On réunit des gens qu’on aime bien et voilà… tout simplement ! Allez je m’engage même à faire le ménage après ! Ajouta-t-il en écartant les mains comme pour dire : « que demander de plus ? ». Avec Graham ! Précisa-t-il tout de même. Ce dernier se marra en lui donnant une tape sur le bras.
- Connard…

Mais c’était de bonne guerre et franchement, pour s’éclater un bon coup, le trentenaire s’y plierait aussi volontiers. Tout comme Eddie d’ailleurs, qui rejoignit ses amis et affirma qu’il aiderait aussi. Il n’y avait pas à dire, c’était une affaire rondement menée ! Et les conseils de Casey avaient payés !

- Mission accomplie, murmura ainsi le jeune homme dans le creux de son oreille, quand la table fut desservie et que tout le monde se mit en action pour poursuivre ses activités du jour. La blonde terminait la vaisselle et Stan s’était calé dans son dos, mais sans la presser.

Un instant plus tard, comme s’ils étaient seuls au monde, ils s’embrassaient avec tendresse devant l’évier. Ils furent coupés par les deux garçons qui filaient de la maison pour bosser comme tous les jours au dehors. Graham les charria un peu et ils se saluèrent. Stan posa un dernier smack sur les lèvres de sa belle.

- Tu sais qui tu voudrais inviter ? Lui demanda-t-il, toujours à voix basse. Maddie était dans la salle de bain à l’étage. Est-ce qu’on en parle à Takeo ? Demanda-t-il ensuite en plissant légèrement le front. Ils étaient voisins, donc le japonais serait forcément au courant de la fête. Le militaire avait déjà amorcé un pas dans sa direction quelques jours plus tôt, histoire de briser la glace et de tenter d’arrondir les angles. Le résultat avait été… mitigé. Vu c’qu’il m’a dit la dernière fois, j’pense pas qu’il viendrait, mais pour le geste, ce serait peut-être pas mal, non ?

Il la regarda. Honnêtement il ne la forcerait pas. Elle aurait le dernier mot.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1910
Age IRL : 25
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Ven 15 Déc 2017 - 20:45
« Faut faire venir Joann et Swann ! Et Merl aussi ! Et… » Casey s’interrompit brièvement en relevant un regard pétillant de malice vers Stanley. « J’te dirais bien Lawrence pour qu’il amène sa… Spécialité. » Ajouta-t-elle.

Elle allait passer pour une folle. Tous deux avaient discuté bien des fois de ce qu’ils pensaient des gens du campement, et Lawrence n’était pas forcément dans leurs petits papiers. Elle esquissa un sourire en coin, en le fixant : ils avaient au moins l’accord de faire cette « petite » célébration. Autant dire qu’ils comptaient l’un comme l’autre en profiter pour se détendre. Se penchant vers son compagnon, elle lui souffla d’une voix amusée :

« Mais je crois que vous vous appréciez pas trop ? » Elle eut un petit rire. « Il est sur ta black-list ? »

Celle des gens qu’il n’appréciait pas, entre autres. Une liste longue, plus longue que son propre bras, fournis d’une bonne tapée de noms en tout genre, de gens qu’il avait croisé dans sa vie. Nombre de fois ou la propre sœur de Stanley avait dû y faire un saut avant de s’en faire sortir. Elle taquinait seulement. Pas persuadée de vouloir spécialement inviter le scientifique, même si elle préférait qu’il ne lui en veuille pas de ne pas le convier. Quoique… ça n’était pas tout à fait son genre, de toute façon. Lawrence se foutait de tout, et de tout le monde, à part sa petite vie peut-être.

Le sujet bifurqua rapidement vers son ex. Casey fronça un sourcil à la question de Stanley, et l’idée de proposer à Takeo lui arracha un frisson qui lui fit tout drôle. Ça ne l’emballait clairement pas, parce que si Stanley avait fait des efforts pour se réconcilier avec le japonais, elle n’avait pas cherché à discuter avec lui à un seul instant. Il fallait dire que l’ambiance restait polaire entre les deux, et que l’ignorer n’avait pas l’air de toujours suffire. La blonde faisait des efforts pour ne pas s’emporter lorsqu’elle avait le droit à ses commentaires et ses insultes – comme si elle était la personne la plus diabolique sur terre qui avait cherché à lui briser le cœur – ça commençait à être compliqué de ne pas répondre.

« J’sais pas trop. » Admit-elle en esquissant une petite grimace. Elle attrapa la main de Stanley, mêlant ses doigts aux siens. « J’ai pas eu l’occasion de lui parler, moi alors… » L’occasion ? ça n’était pas vraiment le mot. Elle n’avait pas eu le courage de le faire, surtout. « Vu qu’a chaque fois qu’il me croise, il se sent obligé de me détester… »

Casey haussa les épaules, un peu par dépit. C’était peut-être un pas pour ramener la paix entre eux, effectivement. Mais elle ne savait pas si ça marcherait effectivement. Takeo pouvait avoir la tête très dure – peut-être même plus qu’elle ! – et s’il venait plutôt saboter leurs efforts ?

« Tu y tiens vraiment ? » Demanda-t-elle d’une petite voix en relevant les yeux vers lui.

Elle lui faisait confiance. Au pire, elle le laisserait gérer.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Même pas mal !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Même pas mal ! -
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: