The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Même pas mal ! -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2188
Age IRL : 27
MessageSujet: Même pas mal !   Dim 26 Nov 2017 - 22:02
- Comment tu te sens ?
 
Maddie s’écarta de Stan après l’avoir accueilli dans un hug de circonstance. Assez dramatique. Le jeune homme venait de sortir du dispensaire, une journée après la deuxième vague de péripéties qui avait remué - voire détruit - le camp. C’était la fin de matinée. Son expédition de la veille ne lui avait pas fait que du bien, mais s’était au final révélée sans gravité. Un point de suture à reprendre, un peu de repos sous surveillance et le voilà rentrer ! Dans tous les cas, il n'avait eu aucune envie de s'attarder là-bas, où un mouroir avait été dressé pour les récents « infectés ». C'était donc chez les sœurs Summers qu’il terminerait sa convalescence. Et bien davantage en fait, puisque cette maison était amenée à devenir son nouveau foyer. Le militaire planta ses yeux dans ceux de la blonde. Ils n'avaient que peu discuté la veille, quand il s'était reposé un peu ici.

- Furieux, dit-il sans sourire, en pinçant même légèrement les lèvres. Ça n'était pas la question, mais c'était bien le sentiment qui primait encore aujourd'hui. Il restait choqué par les derniers évènements, peinant toujours à réaliser que leur précieux Eden s'était retrouvé envahi la veille et que des dizaines de personnes avaient péri.
- Mais ta blessure ?  
- Mieux, répondit-il en hochant vaguement les épaules. Il gardait toutefois un teint blafard et une petite mine. Ils m'ont donné des nouveaux médicaments, j’ai presque pas mal. Par contre, ils assomment... C'était qu'il n’était pas encore rétabli ! On lui avait préconisé de rester au lit bien deux jours supplémentaires, sans savoir s’il pourrait réellement se le permettre. Et toi ? Comment tu te sens ?
 
Maddison n’avait pas été blessée par le tremblement de terre, mais ce qui s’était passé par la suite avait de quoi secouer. Il était encore trop tôt pour affirmer que tout finirait par rentrer dans l’ordre. La reconstruction matérielle, comme émotionnelle, serait longue. Sans parler des gens qu’ils ne pouvaient plus que pleurer !

- Et pas trop contrariée de devoir héberger des sans-abris ? Ajouta-t-il.
 
Il lui fit un sourire sans joie, après s’être glissé d’un pas lent dans la salle à manger. La remarque était pourtant sérieuse. C’était un sacré changement pour les deux sœurs effectivement. Elles avaient jusqu’ici vécu dans cette maison toutes les deux et voilà qu’en trois jours, elles se retrouvaient à cohabiter avec trois mecs. Oui, après la destruction de leur appartement dans les baraquements, Graham et Eddie avaient aussi investi la chambre d’amis. Ils étaient au dehors à l’heure actuelle - ils n'étaient d'ailleurs même pas rentrés de la nuit ! - il y avait encore trop de choses à faire pour remettre les lieux en état. Mais peut-être que leur présence rassurait aussi les deux filles. Le regard du garçon coula vers Casey qui l’avait accompagné sur le trajet. Pour le tout jeune couple, c’était aussi une étape. Dans d’autres circonstances, Stanley aurait pu en flipper. Mais il était raide dingue de la blonde alors sur ce point, il n’avait peur de rien ! Il leva le bras pour poser sa main un instant sur la nuque de la jeune femme. La question lui était aussi destinée.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1950
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Dim 3 Déc 2017 - 17:13
Elle referma l’un des tiroirs vides qu’elle avait nettoyé pour Stanley. Ils s’installaient ensemble. Pas vraiment par choix, plus par devoir finalement. La maison de son petit ami avait été détruite lors du séisme, et elle ne se voyait pas le laisser dehors alors qu’il avait besoin d’un toit. Sa maison à elle avait été solide, s’il n’y avait que quelques brèches sur la devanture, elle avait tenu le choc lors des secousses. Au bilan ? Juste un peu de casse qui avait été rapidement nettoyé par les bons soins de sa petite sœur quand elle avait été contrainte de garder le lit. Ses côtes ne la faisaient plus autant souffrir… Du moins, avec les médicaments qu’elle gobait à heure fixe sous la surveillance avisée de sa frangine.

Ce jour-là, ils étaient tous passés très près de la catastrophe, et il y avait encore beaucoup à dire et à faire pour le campement. Pour autant, Casey se sentait la plupart du temps ailleurs. Si elle fermait rarement l’œil sans avoir au moins la fenêtre ouverte malgré le temps largement rafraichie des dernières semaines, elle peinait à complètement récupérer du séisme. Certes, elle respirait désormais normalement, ne risquait plus la perforation du poumon, et la douleur n’était plus aussi vive que les premiers jours mais… Quelque chose s’était brisé en elle. Quelque chose d’intime, de profond, qu’elle ne parvenait pas à s’expliquer.

C’était dans sa chaire qu’elle avait été atteinte, dans sa personne. La peur qui l’avait noyé ce jour-là ne s’était qu’à peine dissipé. Depuis qu’elle partageait son lit avec Stanley, lui qui devait venir chez elle dès lorsqu’il aurait l’autorisation de quitter le dispensaire et les bons soins des médecins du groupe, elle ne parvenait pas à fermer l’œil. Casey avait ce besoin constant, intense, palpable, de l’entendre respirer pour s’assurer qu’il vivait toujours. C’était devenu une obsession qu’elle avait réussi à garder pour elle jusqu’ici. Qu’il s’installe avec elle durablement l’arrangeait de ce fait. Au moins, là, elle pourrait veiller sur lui.

Et tant pis si son sommeil en souffrait. Elle avait déjà pris l’habitude des insomnies, pour une fois que ça lui était utile. Rangeant avec le plus de soin possible ses affaires dans son placard, elle regarda d’un air satisfait la commode qui revenait désormais à son compagnon. Elle n’en avait pas besoin. Elle avait juste besoin de lui.

Elle tint fermement sa main pour le ramener chez elle et lui adressa-t-elle un sourire doux lorsqu’il passa la porte avec son sac, enlaçant sa petite sœur. Elle comprenait sa colère, mais ne parvenait pas à s’en inquiéter autant que lui. Casey était perturbée par bien d’autres problèmes dans son esprit, des angoisses sourdes qui la renvoyaient systématiquement sous ces gravats.

« Tant que vous nettoyez la douche derrière vous et que vous faites la vaisselle… » Commenta Madisson avec un sourire complice.

La blonde, elle, garda le silence en échangeant un regard tendre avec Stanley. Elle l’invita à la suivre jusqu’à sa chambre, qu’elle ouvrit en le laissant entrer. Même si elle était toujours limitée dans ses mouvements, elle avait fait beaucoup d’efforts pour ordonner l’endroit et pouvoir l’accueillir comme elle le devait. Elle lui désigna la commode :

« C’est pour toi, ça. » Ajouta-t-elle en croisant un temps les bras sur sa poitrine. « Je suis contente que tu sois là. » Fit-elle dans la foulée, d’une voix toujours aussi confiante, et on ne peut plus sincère.

C’était plus que ça : Casey était rassurée de pouvoir veiller sur lui désormais.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2188
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Lun 4 Déc 2017 - 9:11
Stanley lâcha un éclat de rire à la remarque de la cadette. Il était évident que l’hygiène des trois garçons n’était pas complètement au niveau. Mais ils feraient des efforts ! Au début du moins, ou quand la blonde les rouspéteraient trop fort. Comme dans toutes colocations, ils allaient devoir définir des règles. Probablement pas aujourd’hui, ni dans la prochaine semaine, mais bientôt. Ça s’imposerait !

- Ça pourra s’arranger, répondit-il alors, le sourire toujours aux lèvres.
- Tu voudras boire quelque chose ? Un thé ? Une tisane ? Reprit ensuite la jeune fille. Stan capta le regard de sa compagne.
- Non, merci. Ça me tire un peu, avoua le militaire, alors qu’il avait posé sa main sur son ventre, à l’endroit de sa plaie. J’vais aller m’allonger… Il fit un sourire en coin, pour dédramatiser. Puis on a un déménagement à terminer !

Il souleva un sac en plastique dans lequel se trouvaient le pantalon de jogging, le boxer et les chaussettes qu’il portait quand le plafond leur était tombé sur la tête. Les seules fringues qui lui appartenaient et qu’il ramenait avec lui. Graham lui avait passé des habits de rechange, dont un de ses survêt’. Pour le reste… il verrait !

Il suivit ainsi Casey à l’étage. Stan remarqua qu’elle avait fait du rangement et il oublia une seconde complètement son ressenti et toutes les pensées négatives qui le travaillait, quand elle lui montra la commode qu’elle lui léguait. Ils emménageaient ensemble ! C’était pour lui une première. Et il était content que ce soit avec elle… Il fit un sourire et le lui dit.

- Moi aussi. Inutile d’ajouter trop de fioritures. Il s’était approché du meuble. Ouvrir le tiroir lui arracha une légère grimace. Il ne ressentit pourtant pas de douleur, seulement une gêne. Il y laissa son sac en plastique et referma le tiroir. C’est le déménagement le plus rapide de l’histoire ! Ajouta-t-il dans un sourire en se retournant vers la jeune femme.

Puis il alla s’assoir sur le lit dans un mouvement un peu raide. Il tapota la couverture à côté de lui pour inviter la blonde à le rejoindre. Il lui prit alors les mains, tout en les regardant, puis releva ses yeux acier vers elle. Ils étaient tous les deux si sérieux. Il regrettait ce tremblement de terre pour ce qui leur avait infligé. Il aurait aimé roucouler encore des semaines ou des mois avec sa chérie, innocemment, sans avoir à penser que la mort pouvait les faucher. L’insouciance de leur histoire s’était envolée. Ils allaient devoir bosser pour la retrouver. Il attrapa une mèche de ses cheveux pour la caler derrière son oreille, dans un geste tendre. Ils s’embrasèrent doucement.

- J’aurais aimé que ça se fasse dans d’autres circonstances… reprit-il. Un peu moins dramatiques, quoi. Mais c’est bien. Y a finalement du positif dans tout ça. Il força un sourire, et s’écarta d’elle pour prendre une position allongée, le buste légèrement surélevé. Donne-moi deux ou trois jours, et on fêtera ça tous les deux comme il se doit !

Son sourire se fit cette fois complice, mais surtout prometteur des plaisirs qu’ils avaient appris à se donner.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1950
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Mer 6 Déc 2017 - 17:45
Casey vint se poser juste à côté de Stan, liant ses doigts à celui de son homme. Ses yeux se levèrent vers ceux de son amant, à qui elle adressa un doux sourire. Il ne se doutait pas d’à quel point ça la rassurait de l’avoir auprès d’elle. Il n’avait pas la moindre idée de combien elle se sentait mieux désormais. Les nuits seraient probablement moins longues, moins pénibles. La blonde tentait de se convaincre que tout ferait finalement sens et viendrait la sauver de ses doutes violents des derniers temps. Finis les peurs sourdes et les cauchemars, n’est-ce pas ? Il ne restait plus qu’à l’espérer. Qu’auprès de lui, plus jamais elle ne rêverait que le plafond s’effondrait à nouveau sur eux et qu’elle ne pourrait pas le sauver.

« On finira bien par te retrouver des affaires, tu ne vas pas passer ta vie dans celles de Graham ! » Plaisanta-t-elle avec un regard complice, en répondant à son baiser. Il y avait définitivement de belles promesses dans les mots de Stanley, du genre qui lui plaisaient beaucoup. Elle se contenta d’un sourire coquin : « T’as intérêt à te remettre vite, oui… »

Dans les faits, Casey n’avait même pas vraiment songé au sérieux que tout ça impliquait : Stanley vivait avec elle désormais, et il était son compagnon aussi. C’était un grand pas en avant qu’elle n’avait même pas pensé à remettre en doute. Ça, ça ne lui faisait pas peur, paradoxalement. Ça n’était qu’une évidence absolue qui s’imposait à elle, qui ne se négociait pas. En d’autres circonstances, peut-être qu’elle l’aurait repoussé, pour ne pas presser la chose. Mais elle était folle de lui, elle l’avait dans la peau depuis trop longtemps pour passer une nuit de plus loin de lui.

« On sait pas faire les choses normalement visiblement. » Plaisanta-t-elle tout contre lui. « Sûr que ça aurait fait moins mal, mais… Eh, on serait bien ici, les uns sur les autres… » Casey pouffa d’un petit rire amusé : « Maddie a probablement déjà prévu un planning pour la douche ! »

Il n’avait pas idée d’à quel point c’était vrai. Si sa petite sœur semblait bien vivre l’installation, ça perturbait notablement son quotidien bien rangé avec elles seules dans la maison. Ça serait un pli à prendre un peu saisissant, mais ils y parviendraient.

_____________________

Non, définitivement, ça n’allait pas.

Et elle ne parvenait plus à maintenir l’illusion. Pas avec les sanglots qui l’étouffaient et l’impression d’étouffer. Elle-même n’avait pas compris ce qu’il venait de se passer dans sa tête, mais elle avait ressenti ça comme une rupture profonde, bruyante, soudaine. Elle l’avait repoussé violemment pendant une étreinte, en le suppliant sans trop savoir ce qu’il venait de lui prendre. Tremblante, comme un animal traqué, elle s’était prostrée avant d’éclater en larmes sous le choc.

Parce qu’elle se sentait ridicule aussi. Ridicule de ne pas être capable de contrôler ce qui oppressait son esprit. Idiote de ne pas être apte à faire la part des choses. Ça n’était que Stanley. Et pourtant, elle n’était plus apte à laisser quoi que ce soit la surplomber. Elle ne le supportait plus. L’interruption fut soudaine, mais l’homme parvint à la faire se blottir contre lui pour la calmer. Et une fois la crise passée, ou presque, elle parvint à articuler d’une voix teintée de honte :

« J’suis désolée, j’me sens trop bête… » Elle épongea ses larmes dans ses draps. « ça me passera… » Lui jura-t-elle dans la foulée, pour ne pas le faire fuir.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2188
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Ven 8 Déc 2017 - 8:40
La main de Casey s’était posée sur son torse et l’avait dégagé avec force. Stan n’avait pas lutté, son cœur ratant un battement avant de s’emballer. Le voilà sur la touche. Saisi par la surprise et la vexation. Il crut qu’il lui avait fait mal, quand il l’avait basculée avec un peu trop d’entrain sur le dos pour s’écraser sur elle. Il bafouilla une excuse, juste avant qu’elle n’éclate en sanglot. Le malaise du jeune homme augmenta encore, mais il fut surtout envahi par une inquiétude réelle. Il l’attira à lui, avec maladresse, et réussit à la faire s’approcher pour sangloter contre lui. Il la calma comme il le put, en caressant ses cheveux.

- Qu’est-ce qui s’passe ? Souffla-t-il, sans obtenir immédiatement une réponse. Son esprit partait dans tous les sens, essayant d’analyser la scène qu’il venait de vivre et surtout de la comprendre.

Ils restèrent un instant comme ça, blottis l’un contre l’autre, éclairés à la seule lueur d’une grosse bougie. L’électricité avait été coupée pour la nuit. L’instant d’avant brûlants de désir, et maintenant, sévèrement secoués. Mais par quoi ? Il fallut plusieurs minutes à la jeune femme pour reprendre le dessus et elle s’écarta doucement pour frotter son visage contre les draps. Stan se redressa, se maintenant sur son coude, sur le côté.

- Qu’est-ce… parle-moi, Casey, qu’est-ce que… j’ai fait ?! Il lui jeta un regard déboussolé.

Parce qu’il était question de ça. Il l’avait mis dans cet état. Lui, directement. Il ne parvenait pas à faire la part des choses, en dissociant son étreinte de la position qu’il avait adoptée. Il avait besoin de comprendre. Parce qu’il ne voulait pas que ça se reproduise. Il ne voulait pas la mettre dans cet état ! Ça ne faisait pas partie du contrat ! Il approcha une main hésitante pour la poser sur son bras.

- C’est la première fois ? Enchaina-t-il après les premières explications de sa belle, tout en la dévisageant pour essayer de deviner ce qu’elle pensait. Faut pas que tu gardes ça pour toi. Explique-moi. Ce que ça te fait, ce que tu ressens. Ce que je peux faire. Pour l’aider, pour que ça cesse. Car finalement, n’était-il pas le mieux placé pour la comprendre ? En tout cas, il était motivé pour essayer.


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Marteau, poignard
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 04/03/2014
Messages : 1950
Age IRL : 26
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Ven 8 Déc 2017 - 19:16
« Rieeen, t’as rien fait, j’te jure, c’est pas toi… » Lui promit-t-elle en essayant de ravaler ses sanglots du mieux qu’elle le put.

Elle comprenait parfaitement le désarroi de Stanley. Elle comprenait à quel point tout ça pouvait être déroutant pour lui. Casey avait essayé pourtant de repousser, au mieux, cette sensation d’oppression qui l’avait finalement contrainte à agir. Elle s’en voulait d’être faible, inutile, à la merci de ses peurs. Mais qui pouvait-elle ? Le séisme avait laissé autre chose que des cicatrices sur la peau des gens. La blonde en était la preuve : il avait décuplé des phobies qu’elle pensait improbable et qui pourtant s’imposait désormais plus que jamais.

Tentant de garder un minimum de contenance, elle essayait par la même de faire bonne figure. Les caresses pleines de promesses de Stanley étaient déjà si loin ! Et pourtant, c’était ce qui les avait amenés là ! Elle n’avait que des regrets, et une frustration folle qui lui couvait le ventre. Pour autant, c’était toujours l’angoisse qui lui tordait l’estomac et elle ne voyait pas comment l’expliquer. Au moins, se l’expliquer à elle-même. Comment pouvait-elle avoir davantage peur qu’envie de faire l’amour à son compagnon ?

Ça n’était même pas l’acte en lui-même en plus ! C’était… Bêtement, la position. L’impression de se faire écraser, de suffoquer sous le poids d’un autre, se laisser mourir sans pouvoir lutter. C’était ça qui la rendait complètement folle.

« Je supporte plus que quelque chose m’écrase, je veux plus que ça arrive, je… » Sa voix était étranglée, dans sa gorge, comme si elle avait du mal à simplement articuler. « J’me sens trop bête, c’est ridicule mais… ça m’bouffe, tu comprends ? ça me terrorise, j’ai l’impression que je vais y rester cette fois ! »

Devait-elle parler du reste ? De ses rêves ? de ses terreurs nocturnes ? qui advenaient à chaque foutue fois qu’elle arrivait à fermer l’œil plus d’une heure… ça commençait à devenir pesant, et Casey n’avait aucune idée de combien de temps tout ça pourrait durer. Le moins longtemps possible, elle l’espérait. Puisque l’évitement ne marchait pas systématiquement, qu’elle n’était pas apte, elle-même, à prévoir ses propres réactions,…

« J’suis désolée… C’est… J’arrive pas à dormir sans me souvenir de… De toi dessous et de comment tu as failli mourir. Et le fait que je pouvais rien faire pour t’aider et… » La douleur aussi. Comme un coup de poignard systématiquement entre les côtes. « J’ai essayé de faire comme si c’était pas grave, j’pensais que ça me passerait mais… J’ai perdu mes moyens là, je… J’angoisse probablement pour rien, je sais pas… Je suis pas folle, c’est juste que… » Tout était confus. Comme toujours lorsqu’il s’agissait de sa tête. « C’est pas toi, je te jure que c’est pas toi… » Termina-t-elle.

Ses lèvres se pincèrent. Elle ne voyait pas comment le lui faire comprendre, il fallait qu’il la croit : elle n’était vraiment pas folle, elle ne perdait pas l’esprit, elle revivait juste sans arrêt le même moment où elle se sentait mourir.




Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough, I don't know why. Keep making me laugh, let's go get high : The road is long, we carry on, try to have fun in the meantime
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes:
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 01/07/2014
Messages : 2188
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Même pas mal !   Sam 9 Déc 2017 - 10:45
Stan dut changer de position. Se maintenir comme ça sur le côté lui tirait le ventre, au niveau de sa plaie. Il n'était pas encore parfaitement rétabli. Il cala un oreiller derrière lui, pour prendre une position assise. Puis il invita la blonde à revenir se placer contre lui. Il enregistrait en même temps ce qu'elle lui disait, sans savoir vraiment ce qu'il pouvait y faire. Comment il pouvait la rassurer. L'aider à se sentir mieux. Parce qu'il n'était pas lui-même hanté par tout cela. Son cerveau avait accusé le coup autrement.

- Je te crois, ne t'en fais pas, la rassura-t-il, en caressant doucement son bras. C'est normal de réagir comme ça. Je crois. Elle n'était pas folle, mais traumatisée ! Et c'était tout aussi inquiétant. Il pouvait essayer de la faire rire, de la détendre maintenant, mais elle l'avait dit elle-même : nier la situation n'aidait nullement à l'améliorer. Peut-être que la solution était alors... d'en parler ? Est-ce que se replonger une fois là-dedans, en parler en détails, pourrait te faire du bien, tu crois ? Ils n'avaient pas réellement reparlé des évènements en eux-mêmes. Parce qu'ils les partageaient, alors à quoi bon ? Pour les exorciser, ou j'en sais rien...

C'était bien ça le problème : il n'en savait rien ! Il n'était pas psychanalyste. Pourtant dans sa formation militaire, on leur avait appris à quel point il était important de lâcher la pression et faire sauter la soupape de temps en temps. Parce qu'ils avaient un boulot qui pouvait rendre maboul. Cela n'empêchait pas certains de connaître des terreurs nocturnes également...

- Je vais t'avouer, moi si je me concentre, j'me souviens de presque rien... Il fit une moue perplexe. C'est comme si mon cerveau avait décidé de tout effacer pour me protéger. C'est sûrement une bonne chose... Il ne traversait au moins pas les difficultés de sa copine. Je revois le plafond se fissurer, puis... je me vois attraper le matelas pour nous protéger, mais ensuite... c'est flou.

Il était incapable de dire s'ils avaient pu se parler. Il ne se souvenait pas non plus des gens qui l'avaient sortis, ni dans quelles conditions. Il se souvenait seulement de la présence de Casey une fois dehors. Et de la voix d'Eddie ensuite, quand la douleur lui coupait le ventre. Mais cette douleur en elle-même lui paraissait lointaine... il savait qu'il l'avait ressentie, mais ne pouvait plus l'évaluer. Il n'aurait pas su dire non plus à quel point il avait eu peur de mourir. Si la jeune femme désirait lui raconter sa version de l'histoire, partager ses souvenirs et ce qu'elle avait ressenti, c'était le moment. Il l'écouta, puis il la força à le regarder.

- Tu y penses souvent ? Dans la journée, quand tu es éveillée ?


Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Même pas mal !   
Revenir en haut Aller en bas  
- Même pas mal ! -
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: