The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- /!\ Under the veil of fears -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   Ven 24 Nov 2017 - 23:55


Under the veil of fears 
Ft Swann
Son cœur battait contre son oreille. S'il n'était pas encore tôt, que les bruits de l'extérieur n'étaient plus, Joann aurait sûrement fermé les yeux. La fatigue des deux jours la tenait encore, couplé à ce moment qui resterait gravé dans sa mémoire, le tout rendait son corps à l'image d'un coton soyeux qui n'aspirait qu'à être déposé quelque part jusqu'à ce qu'une main s'en saisisse. Ses cils papillonnaient, sa respiration devenait plus claire, pour autant l'oreiller de chair et de sang sur lequel elle savourait l'après la maintenait éveillée. Elle n'avait plus si chaud, comme si l'huile qu'avait transpiré son corps se rafraîchissait au baiser frissonnant de l'air ambiant. Ce qui n'était qu'un four encore deux minutes plus tôt semblait se muer en glacier capable d'inviter la chaire de poule à la dévorer, plus fort encore lorsque l'un de ses doigts s'invita contre ses épaules. Le silence s'étendait, brisé par leurs inspirations dont ils étaient redevenus maîtres. Ce qui invita même la Canadienne à songer combien le corps pouvait réagir brutalement, si vite et sans prévenir, pour ensuite se remettre afin de laisser place aux doucereuses images de la mémoire.

Un instant, ses traits se figèrent. Elle ne ressentait rien sinon ce qui l'avait amené ici, c'était encore là et ça ne s'en irait jamais... En réponse à elle même, Cain esquissa un sourire lorsqu'elle entendit vibrer son timbre – dans sa poitrine – d'une oreille et sa voix déraillée de l'autre. Swann ne savait pas quoi lui dire, quoi lui demander mais elle s'en fichait, sans doute car elle aussi n'avait pas l'intention de briser la bulle sereine dans laquelle il n'y avait qu'eux. Ses mains posées sur lui prirent appuie pour qu'elle puisse redresser le regard en une moue particulière. Bouger ne lui faisait pas envie, pas le moins du monde, mais il fallait bien s'activer un peu, ne serait-ce que pour éviter à Joy de les trouver nus dans le salon. Pudique elle ? Pas vraiment, mais autant ne pas rajouter d'huile sur le feu pour le moment, déjà que d'apprendre que son frère et elle venaient de se lier farouchement, autant physiquement que mentalement, lui ferait l'effet d'une lame dans le bide, Joy avait donc bien le droit qu'on l'épargne un peu du reste. En unique réponse – pour le moment – Joann glissa l'index sur le sourire qu'il lui offrait avant de déposer une dernière fois les lèvres à l'esquisse de sa mâchoire.

- J'ai, Elle se racla la gorge. pas soif.

Rien que ces mots firent grésiller sa voix, et intimer au jeune homme qu'elle mentait copieusement. Alors à peine captura-t-elle son regard qu'elle termina par rire en se redressant avec peine. Immédiatement, le sel humide de la peau adverse - arrachée à la sienne - la poussa à ramener une main contre sa clavicule ornée de fils tandis qu'une grimace lui étirait les traits. Sur le fait ça lui semblait moins douloureux mais l'endorphine s'échappant de son corps, laissant place au calme habituel de l'organisme, réveillait les tiraillements. Le médecin n'avait pas eu le temps de panser la blessure, elle l'avait clairement envoyé chier pour venir ici. Aucun regret, ce n'était qu'une fichue cicatrice qui, bien qu'elle la détestait profondément parce qu'elle signifiait une horreur de plus, ne serait plus qu'une boursouflure indolore d'ici quelques semaines.

- De l'eau ? Reprit-elle en cherchant du regard ses fringues étalés  avec les siens au sol.

Sans attendre, elle se pencha et renfila de quoi couvrir ses hanches avant de froncer les sourcils face à l'absence de ce qui accompagnait le bas. Tant pis, pas le temps, n'importe qui pouvait arriver, si bien qu'elle agrippa son pull qu'elle garda contre sa poitrine en l'observant. Même si elle n'agissait guère comme ce fameux matin, Blackmore pouvait penser qu'elle se hâtait dans le but de filer au plus vite. Ce n'était pas le cas, pas du tout.

- J'vais nul part... Sourit-elle en un rictus teinté de cette timidité presque infantile. Sauf si tu m'fous dehors, Reprit-elle en tentant, avec mal et sans y parvenir, de renfiler son haut. Coincée dans les manches une secondes, quand elle le sentit agripper l'ourlet pour qu'enfin l'étoffe couvre son corps, et qu'elle puisse souffler sur ses mèche une fois le visage à l'air libre, Joann le scruta. au pire des cas, étant donné le toit de ma baraque, je squatterai chez Casey.

Cain savait que la blonde reviendrait, alors même si ce n'était pas pour aujourd'hui, mieux valait que Swann lui dise ce qu'il désirait sans qu'elle soit dans les parages. La voir geindre ne lui faisait guère envie, et ce même si une part d'elle même jubilerait de la voir s'effondrer, après tout elle ne l'aimait pas et les choses seraient plus softs si elle n'y mettait pas son grain de sel.

- Je me rhabille juste au cas où... La suspension dans sa phrase voulait tout dire, l'interrogeait sans vraiment le faire.

Est-ce que Collins reviendrait pour la nuit ? Dans combien de temps l'asperge allait passer le seuil ? Swann lui répondrait mais, pour le moment, elle n'avait pas l'intention de lever le camp, elle avait besoin de le sentir près d'elle...







by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   Sam 25 Nov 2017 - 0:14
Pas soif. Ok. L’étudiant se trouvait donc bien embêté parce que c’était bien la seule chose à peu près intelligente qu’il avait en réserve. Qu’était-on donc censé dire à la femme de ses rêves après un moment pareil ? Lui proposer de recommencer ? Lui suggérer de se rhabiller ? L’inviter à sa prochaine soirée mondaine ? Parler de leur « statut » ? Faire comme si de rien était ? Le doute était entier et alors que l’écho du dernier baiser s’estompait sur ses lèvres, Swann se vit souhaiter qu’elle recommence. Au moins, quand elle l’embrassait, il n’avait plus ni à penser, ni à parler. Elle rit, il se contenta de la regarder un peu troublée, toujours sonné de ce privilège. C’était Joann. « La » Joann, que trop d’hommes dans cette micro-société aimeraient s’arracher.

Finalement, elle demandait de l’eau. Le cadet Blackmore soupira de soulagement, un éclair douloureux traversa son ventre. Il n’avait même pas réalisé que ses muscles étaient si tendus. Ses yeux s’attardèrent un instant sur ses blessures, puis sur ses traits moites, puis ses yeux brillants. Elle l’avait libérée, alors il reprit à son tour une position assise mais ne put visiblement pas cacher l’effarement au fond de ses prunelles en s’apercevant qu’elle avait sauté sur ses vêtements. Le goût amer de la dernière fois, dans sa chambre, lui revint en bouche. Est-ce qu’elle allait à nouveau partir sans demander son reste ? Lui crier des horreurs ? L’accuser de l’avoir volontairement soulée ou quelque chose comme ça ?

- N-n-non ! Je te… te fous pas… dehors, s’empressa-t-il de protester après que son amante ait perçu sa gêne.

Elle ne partait pas. Ce n’était pas involontaire. Ce n’était pas pour se moquer de lui. Swann prit une grande inspiration. Abasourdi. Captivé par sa poitrine nue, il s’oublia dans cette contemplation jusqu’à ce que ses seins disparaissent sous le pull, le rappelant au présent non sans qu’une rougeur n’envahisse ses joues. Les éléments se remettaient dans l’ordre, difficilement : le séisme, les dégâts, les civils à réhéberger. Le jeune homme enfouit momentanément son visage dans ses mains avant de se mettre, à son tour, en quête de ses fringues.

- Non, tu n’as… pas besoin d’aller chez Casey, il défroissa son pantalon et y enfila une jambe, tu… tu… je vais… tu peux rester ici.

Dire qu’il avait fait cette même proposition, la veille, à Evelyn. Cette même Evelyn qui était sous-entendu dans la dernière déclaration de la trentenaire. « Juste au cas où… » sa supposée petite-amie revienne ? … sa sœur se pointe ? … quelqu’un ne le cherche ? Toutes les options pour terminer cette phrase était embarrassante. L’étudiant était pudique, oui, et même si n’avait jamais vu la blonde comme autre chose qu’un choix par défaut, il n’avait pas nécessairement envie d’en faire une affaire publique.

Il enfila son t-shirt, repassa sa ceinture par les anses de tissu pour la boucler et s’en fut vers l’espace cuisine pour remplir deux verres d’eau. Le froid du carrelage mordait ses pieds nus, sa peau qui reprenait une température normale frissonnait, ses lèvres étaient encore imprimées par les échos de sensations charnelles et passionnées. De retour auprès de Joann, il lui tendit son verre et s’assit à côté d’elle. Ses yeux gris la détaillaient comme si c’était la première fois qu’il la voyait, la première fois que l’image était nette. Elle. Lui. Enfin. Swann était toujours autant impressionné, peut-être même plus. Il gagnait quelques secondes en vidant d’une traite le long récipient, mais dut finalement aborder l’essentiel après s’être éclaircit la gorge :

- Tu peux rester, y’a… y’a pas de problèmes. Je vais juste devoir… hum-hum, il prit une grande bouffée d’assurance, je préviendrai Evelyn. Ce soir, avec tout ce qui s’est passé, elle voulait aller voir Lucas et…, il porta machinalement une main à son nez marqué par le coup, rester avec lui un jour ou deux. Je m’en occupe, c’est promis, assura-t-il avec un hochement de tête, il n’y a… il n’y avait rien de spécial entre elle et moi de toute façon, trancha-t-elle froidement.

Ce qui était malheureusement trop vrai, le concernant.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   Sam 25 Nov 2017 - 11:13
Under the veil of fears 
Ft Swann
Elle pouvait rester, il venait de lui dire, néanmoins elle doutait clairement que ce soit l'idée du siècle. Pas que Joy la dérangeait à proprement parler – même si elles ne se piffraient pas, passé encore -, c'était simplement que se trouver là, alors que son ex petite amie pouvait passer le seuil la foutait mal à l'aise. Pas pour elle, clairement si ça n'avait tenu qu'à elle – enfin à la brune des semaines précédentes – Cain n'aurait eu aucune honte à le lui avoir soufflé, cependant c'était davantage pour Swann qu'elle voyait les choses sous cet angle. Pour le moment donc, la Canadienne ne lui avait pas encore répondu, trop focalisée sur les répercutions que ça aurait sur lui. Collins pouvait tout aussi bien le haïr, après tout il allait carrément la jeter après deux semaines de flirt et quarante huit heures de couple, pour satisfaire une pulsion quasiment bestiale.

A cette idée, en quelques flashs du moment précédent, Joann sentit la chair de poule saisir ses épaules qu'elle secoua brièvement pour redresser les yeux sur lui alors qu'elle agrippait son jeans pour couvrir ses jambes. Il n'y avait pas que ça en jeu, il y avait les sentiments et le reste, leur petit moment privé n'était que le résultat d'une trop longue attente, si elle n'avait pas tant joué avec lui, alors sans doute n'auraient ils pas fait ça dans la précipitation avec une boule au ventre que d'imaginer que l'un ou l'autre allait couper court d'une seconde à l'autre.

Bouclant sa ceinture après s'être levée, pour mieux reprendre place sur l'assise ensuite, Joann replaça ses cheveux et l'observa qui filait vers la cuisine ouverte. L'empreinte de ses lèvres persistaient sur ses les siennes, c'était comme si elle ne les sentait plus, un peu comme ses jambes qui paraissaient encore éprises, ou moment où elle y repensait, de la pression de son corps contre le sien. Pourtant, l'étudiant revint à elle en lui tendant un verre, qu'elle porta à ses lèvres sans le lâcher du regard, après l'avoir remercié. Ses mèches brunes bataillaient les unes avec les autres, ses joues étaient roses d'une satisfaction qu'elle espérait avoir comblé au delà de ses attentes ou ses fantasmes les plus glauques et - alors qu'elle gardait le récipient entre ses doigts – il était sien. C'était inouï comme en un claquement de doigts les choses pouvaient changer, vous amener à ouvrir les yeux subitement, avec violence, pour vous pousser à faire un choix qui, en définitive et alors qu'elle l'observait avec la même admiration que lorsqu'il la surplombait, ne serait aucunement gorgé de regrets. Elle n'avait pas de remord, même en saisissant le timbre sourd de sa voix, son hésitation fragile à assembler quelques mots, Joann le trouvait parfait pour elle. En un sens, le voir forcé de briser le cœur de la blonde la fit tiquer. Elle aurait peut-être même pu lui dire, pour lui épargner les maux et la rancœur, de ne rien lui avouer qu'ils garderaient cela jalousement. Mais non, aucune autre n'avait droit de se l'approprier désormais, ses tripes le lui criaient ardemment, elle ne désirait pas être sa « maîtresses » ou quoi que ce soit d'autre qui impliquait de se planquer. Non, elle voulait être à lui, avec lui, en faisant fie de ce que le premier Duchemol en penserait. Jusqu'ici on la qualifiait de garce, pour certains ça ne changeraient guère en revanche, pour d'autres, ça évoluerait pour pire. L'épaule contre la sienne, Joann glissa la main au dos de la sienne et captura ses billes grises.

- J'mentirai si je te disais « attends, prends ton temps ». Non, j'veux pas attendre, mais j'veux juste pas que ça t'fasse souffrir...

A l'évidence quelques uns – pour le peu de proches qu'avaient la blonde – l'insulterait de connard, quant à Lucas, il n'avait qu'à venir et tenter de lui refaire le portrait une fois encore, cette fois elle ne le giflerait pas mais serait plus tranchante. Ses doigts serrèrent la jointure de ses phalanges avant qu'elle n'apporte sa paume à ses lèvres sans briser le contact avec ses prunelles.

- T'as de quoi nettoyer ma plaie ? Reprit-elle pour l'empêcher de songer plus. La sueur, le sang, tout cela invitait le feu dans la blessure à sa clavicule. Autant prévenir une infection et ne pas crever bêtement. Je reste si tu veux uniquement, clairement j'demande que ça mais... J'veux pas qu'ça t'empêche de t'sentir bien. Elle se redressa, empruntant le chemin de la salle de bain, qu'elle savait ou trouver étant donné la méprise de leur première entrevue ici, et se tourna vers lui en un sourire suivit d'une moue faussement septique. T'es très mignon, encore plus après l'effort... S'il doutait que ça lui avait plu, Joann le lui soufflait à demi mot sans véritablement lui sortir de but en blanc.







by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   Sam 25 Nov 2017 - 13:10
Les doigts de son amante sur le dos de sa main le firent frissonner. Il se plongea à nouveau dans son regard, avec cet air de la dépecer jusqu’à ses fibres les plus intimes. Elle était si différente d’Apple ; il était si différent du jeune homme qui l’avait aimée. Swann n’avait jamais été nostalgique par nature. Au contraire, il n’avait pas peur d’évoluer, de changer, pour s’adapter, se tailler pour ce monde. Les mots de Joann le firent sourire, doucement, froidement. Souffrir ? Ce n’était même pas ça. Il ne tenait simplement pas à s’embarrasser d’une crise de larmes. La réaction des autres ? Il s’en fichait. Quant à cette brute de Lucas, il l’attendrait au tournant ; qu’il essaye encore de le frapper pour voir.

- Oui, dans la salle de bain, répondit-il à la trentenaire, tu peux aussi te… te doucher si tu veux.

Il se sentait tellement… stupide et limité. Tuer des rôdeurs, tuer des vivants, piller des ressources, il savait faire maintenant. Mais se montrer cool et détendu avec sa… petite-amie (?), il en était pratiquement incapable. Il avait simplement hoché la tête quand elle avait assuré qu’elle ne resterait que si ça ne le mettait pas mal à l’aise et sursauté en entendant ses compliments. Lui ? Mignon ? Sa bouche s’ouvrit, se ferma, alors qu’il contemplait la brune avec des yeux un peu écarquillés.

- Oh-je-merci-euh… toi… aussi…, bafouilla-t-il alors qu’elle disparaissait.

Le cadet Blackmore poussa alors un profond soupir et se laissa retomber contre l’assise du canapé. C’était trop nouveau pour lui. Pas le fait d’être en couple, le fait de l’être avec « elle ». Autant suivre ses pulsions était simple, autant rester naturel était un casse-tête. Pourtant, ne lui avait-elle pas dit la dernière fois qu’il pouvait être lui-même ? Qu’ils étaient d’égal-à-égal ? Qu’elle l’appréciait ainsi ? Il n’osait même pas déduire qu’elle avait aimé ce moment animal avec lui, parce qu’il aurait peur de se heurter au même mur que quand ils s’étaient soulés dans sa chambre.

Ne tenant plus assis, Swann s’était levé pour remettre en place les oreillers qui avaient été chamboulés par leurs ébats. Lorsque Joann revint, il en était à réenfiler ses chaussettes et se redressa d’un coup. Ok. Être lui-même. Commencer par ça, et le plus simple : de la sincérité. Cherchant vainement à discipliner ses cheveux en bataille, il fit face à son aînée pour lui déclarer :

- J’aimerais que tu restes. Ça ne sera sans doute pas facile avec Joy mais… elle s’y fera. C’est ma maison autant que la sienne ; et de toute façon, avec le séisme, il va falloir reloger un certain nombre de personnes. Je préfère que ce soit toi plutôt qu’un… clampin que je ne connais pas, la mine dédaigneuse qu’il tira traduisit le mépris qu’il avait pour la plupart des autres, et ça ne me… fera pas de peine de… rompre, ça lui paraissait un terme trop fort pour le peu de temps qu’ils avaient passé ensemble, avec Evy. C’est une… « gentille fille », commenta-t-elle en l’accentuant étrangement, mais elle n’est ni forte, ni charismatique, ni maligne, à chacun de ses mots, il avait fait un pas vers son amante, comme toi, il l’avait rejoint, la dépassait des quelques centimètres qu’il avait de plus, ses yeux brillants d’une lumière intense, je n’ai jamais dit que je l’aimais. En fait… pour être honnête, elle était un passe-temps, c’était froid, glacial, cruel, je n’en ai plus l’utilité.

La minuscule pointe qu’il ressentit sur son cœur s’estompa immédiatement. Il avait appris à la connaître, il n’ignorait pas que la jeune femme était amoureuse de lui, elle avait même risqué sa vie pour l’épargner. Swann aurait très bien pu s’accommoder d’elle, tenir ses promesses, être le petit-ami qu’elle attendait. Tout cela se serait vraiment passé si Joann ne s’était pas présentée chez lui. S’ils ne venaient pas de partager cette intimité, s’il n’avait pas rompu ce qu’ils s’étaient dit dans le salon de l’escort-girl quelques semaines auparavant. « Juste des amis »… absolument pas. Ce n’était plus le cas.
Revenir en haut Aller en bas  
Joann Cain
Modératrice
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: Carabine Winchester - 9 mm - Couteau de survie
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 02/09/2017
Messages : 1086
Age IRL : 32
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   Sam 25 Nov 2017 - 22:00


Under the veil of fears 
Ft Swann
Voir s'empourprer ses joues l'invita au rictus tandis qu'elle gravissait les marches. En un regard vers la porte de sa chambre, là où malgré elle, ils s'étaient échangé un premier baiser, Joann passa outre ses nouvelles pensées pour passer le seuil de l'endroit qui l’intéressait davantage. Elle trouva rapidement ce qu'elle cherchait dans l'une des armoires et se tourna vers la vasque surplombée du miroir qui lui rendit un reflet qu'elle ne connaissait pas. En à peine une heure, son teint avait rosi, ses cheveux s'étaient emmêlés, mais ce qui attira davantage ses prunelles brunes fut la marque violacée à sa gorge. Lentement, et en abandonnant le matériel à même la porcelaine, Cain dégagea le col de son pull en décrivant l'esquisse de ses lèvres. Car c'étaient bien elles qui lui avait infligé pareille chose, et là ou d'autres auraient trouvé terrible de porter ainsi l'empreinte d'un homme sur elles, à même la peau, la Canadienne se prit à sourire en arquant un sourcil. Elle en avait d'autres oui, néanmoins celle ci était la première. Une envie subite de la tatouer pour qu'elle ne disparaisse jamais lui arracha un frisson qui dévora jusqu'à son entre-jambe au point qu'elle soupira pour se concentrer sur le reste.

En peu de temps, Joe étira plus encore l'encolure de son top, fit couler le désinfectant sur une gaze et tamponna la plaie. Pas sans grimacer mais sans l'observer, préférant s'attarder au suçon écarlate qui maquillait l'épiderme fin de son cou. Jamais elle n'aurait cru que Swann serait tel qu'il l'avait été avec elle, elle l'avait trouvé parfait, juste ce qu'il fallait, juste ce qu'elle aimait... A cette pensée, la jeune femme se prit à sourciller. Non, ce n'était pas juste ce qu'elle aimait car jusqu'ici elle n'avait jamais aimé personne, quelques semaines plus tôt pareil ébat n'était là que pour combler un manque, un vide, qui lui rappelait indéniablement sa vie d'autrefois mais, en ce qui concernait le jeune homme resté au salon, c'était bien différent. Elle avait adoré ça car elle l'aimait, et même s'il avait été loin d'être un manche empoté, même s'il avait hésité aux premières secondes, indéniablement Joann avait savouré ce moment simplement car c'était lui. Une bouffée de chaleur s'empara d'elle alors, les images défilaient encore dans son crâne comme un film en noir et blanc, quelque chose de rare et d'unique, quelque chose que jamais personne ne pourrait lui voler.

Sourire aux lèvres, après avoir rangé flacon, compresses, et s'être débarrassée de la gaze souillée, l'escort quitta la pièce et dévala les marches pour le voir se redresser d'une traite. Sur le fait, un rictus amusé quitta ses lèvres. Il peinait peut-être à s'accoutumer à sa présence, pour autant il n'avait pas à être gêné, pas après ce qu'elle lui avait dit des semaines plus tôt, pas après qu'ils se soient vautrés dans la luxure sur le canapé auquel, malgré elle, Cain ne put s'empêcher de jeter un œil lubrique avant de planter ses yeux dans les siens à peine eut-il ouvert la bouche.

Son assurance soudaine fit naître une nuée de frissons le long de son échine, ses pas, le rapprochant peu à peu d'elle au point qu'elle dut relever doucement menton et cils, lui firent l'effet d'un électrochoc en plein cœur. Il demeurait encore l'étudiant qu'elle connaissait, cependant à l'instant, elle voyait son ombre s'étendre sur elle. Comme si, d'un claquement de doigts, son âme s'étirait hors de son corps pour la surplomber de toute sa stature et lui promette monts et merveilles... Froideur et morbidité... Ce doux mélange s'insinua dans ses veines, la forçant, au grès des mots, à mordiller ses lèvres qui s'étiraient à leur commissure. Il n'était plus jeune, plus du tout, il était spectrale face à elle et forçait son respect. D'ailleurs, quand il évoqua Evelyn – à sa manière – Joann remplaça mentalement le mot par un des siens, uniquement pour donner plus encore de corps à ses propos. A leur contenance lugubre et vile, aussi vile qu'était la lueur palpable dans ses prunelles grises. Une fois encore, il lui semblait que ces billes d'acier se liquéfiaient, elles fondaient sur elle en une lenteur effarante, comme s'il n'avait plus qu'à planter les crocs dans sa chair pour l'emporter sur un chemin tortueux, sinueux, et aussi sombre qu'il l'était à l'instant. Pourtant, quand il signa sa tirade à à peine quelques centimètres d'elle, qu'elle capturait son air glaciale, froid comme le givre et que le feu brûlait dans a propre poitrine, simplement car ce qu'elle désirait voir de lui lui explosait en plein visage, qu'il était beau à s'en damner malgré ce côté psychotique, Joann ramena une main contre son torse, de son ventre à son cœur où ses ongles se plantèrent dans les fibres avant de cheminer jusqu'à la prise qu'elle adorait : sa nuque.

- Elle sera encore utile. Lui souffla-t-elle avec sérieux, pourtant, ne désirant guère étouffer cette assurance subjuguante dans l'oeuf, Cain reprit directement. Elle est conne et sans intérêt, elle est à des kilomètres de ce que tu es, elle ne te voit pas comme moi je te vois.

Son timbre était lancinant, presque fiévreux malgré le fait qu'elle ne dévierait pas de la conversation et qu'elle espérait qu'il comprenne les mots suivants.

- Elle se fourvoie la pauvre petite, mais elle a au moins fait quelque chose de bien dans sa piètre existence de parasite. Sourit-elle proche de ses lèvres, ne quittant plus son regard invité aux mille lueurs malsaines qui s'y étiraient. Te sauver toi, pour que moi je puisse te soustraire à elle... Alors ménage la, je sais que tu sais parfaitement sourire pour mieux mordre ensuite, si tu la ménages, tu t'offriras l'assurance que jamais elle ne te fera de mal, Elle mordit sa lèvre encore, admirative devant cette facette qu'elle avait hâte de contempler lorsqu'ils ne seraient que tous les deux. comme une sorte de bouclier de chair et de sang... De la chair à canon.








by anaëlle.
Young blood, run like a river. Young blood, heaven need a sinner, you can't raise hell with a saint. Young blood came to start a riot, don't care what your old man say. But we gonna raise hell anyway.
Showing no mercy
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: /!\ Under the veil of fears   
Revenir en haut Aller en bas  
- /!\ Under the veil of fears -
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Honor's Veil : les phoenix !
» Le réveil [Boule Epineuse]
» Un réveil difficile et un nouveau point de départ. [Libre à un membre de Fairy Tail]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: