The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Somehow, we all need a friend -
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Jeu 14 Déc 2017 - 20:25

Il était calé et elle foutait sa jambe sur les siennes. Sur tous les endroits de cette pièce, c’était celui-là qu’elle choisissait. Foutage de gueule. Son regard finissait par tomber sur les orteils remuant et honnêtement, il préférait ne même pas chercher à réagir. Elle lui donnait au moins l’occasion de relever les yeux en parlant. Il haussait à peine les sourcils, esquissant du bout des lèvres un début de moue. Qu’elle sache, temps qu’elle n’y faisait rien, ça lui allait.
Par contre son sourire suivant, ses mains qui se frottent, ça n’inspirait rien à Neil. Il n’avait aucune idée de ce qui allait tomber mais pendant les deux secondes de mise en scène il avait eu le temps de craindre le pire. Il avait raison.

Un soupire sortait, un vrai, honnête, il fermait même les yeux une seconde. Ça n’allait faire qu’empirer hein ? S’il lâchait quoique ce soit, elle lui demanderait des détails. Il allait franchement devoir se mettre à lui poser des questions à son tour. Là il commençait à avoir l’impression de se faire piller sa vie privée par une meuf qu’il ne connaissait pas et qui probablement, quand elle aurait ce qu’elle voulait ou simplement assez, filerait vers d’autres horizons.
« Quelques-unes. » Ouais, sa vie amoureuse avait été enterrée à dix-sept ans et sa vie sexuelle avait survécu parce qu’il était déter’ à la garder, quitte à aller dans le sale. Franchement, il n’y avait rien à raconter. Si. « Une fois j’ai réussi à rester quatre mois avec deux filles. » A vrai dire il se rappelait surtout que c’était galère. « Du coup j’me suis pris deux fois plus de claques quand elles l’ont compris. » Il haussait les épaules, mitigé. C’était pas tellement de ces deux histoires dont il se rappelait, c’est comment elles l’avaient fait devenir une légende dans son bahut. Qu’est-ce qu’il aurait pas foutu pour dix minutes de gloire à cette époque.

« Bon, toi. » Parce qu’il préférait garder les souvenirs cadenassés. « C’quoi.. » Il en était encore à réfléchir à ce qu’il allait lui demandait. « le truc le plus con que t’ai fait pour un mec ? » C’était le seul truc qui lui était venu, elle devrait faire avec. Les bras croisés, lui, il attendait.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 748
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Jeu 14 Déc 2017 - 22:06
« Quelques-unes » ? Victoria eut une moue sincèrement admirative. Inconsciemment, elle devait s’être attendue à ce qu’il avoue avoir été un puceau endurci ou un coincé professionnel. Ça devait être parce qu’il lui avait donné l’impression d’avoir vu la vierge le jour où elle avait sorti qu’elle se le taperait bien quand il cesserait de faire la gueule. Du coup, ses aveux tempérèrent le fait qu’une fois encore, il répondait un peu à côté : elle n’avait pas demandé combien de meufs il avait eu depuis sa naissance, mais s’il en avait une au début de l’épidémie. Bref. C’était plutôt marrant d’apprendre que monsieur le taciturne bricoleur-de-truc-pour-cheval-dresseur-de-chiens avait été un tombeur à ses heures. D’ailleurs, elle rigola brièvement en dressant le pouce en signe de félicitation. Gérer deux nanas pendant quatre mois, c’était plutôt pas mal joué ! Elle n’allait pas lui faire la morale, loin de là. La trentenaire avait été fidèle avec Elijah mais n’était absolument pas de ceux qui voyaient les couples comme des relations manichéennes ; et elle avait déjà trompé au lycée, alors…

Elle arrêta de s’esclaffer quand Neil réussit enfin à aligner plus d’une dizaine de mots pour lui retourner une question. Wow, est-ce qu’il s’était échauffer avant ça ? Il allait se faire un claquage de la langue s’il recommençait l’expérience sans préparation adaptée. Le truc le plus con qu’elle ait fait pour un mec ? Raaah… la pigiste plissa le nez en réfléchissant, les yeux levés vers le ciel, grattant machinalement l’arrière de son crâne. Elle n’était pas vraiment le genre amoureuse qui enchaînait les conneries kitchs et ridicules pour amadouer un garçon alors… oh putain, elle venait de se souvenir d’un truc. Elle éclata de rire toute seule, se repassant le scénario en tête avant de consentir à mettre son complice au parfum :

- J’avais 17 piges, dernière année d’lycée. J’sortais avec un mec depuis… deux-trois mois. L’style joueur de foot, grand, baraqué, et il avait retapé une année donc il avait 18 piges et s’prenait pour un grand, elle marqua là une pause, s’humecta les lèvres en jetant un coup d’œil à Neil pour être certaine qu’il suivait son histoire, un jour il m’a d’mandé… si j’voulais faire une sextape, elle se marra encore en y repensant, comme une conne, j’ai dit oui. C’était censé être, « une expérience », t’vois ? Tester des trucs et j’sais plus qu’elle connerie d’adolescent, bordel elle avait mal aux joues à force de résister à son fou rire, il a piqué la caméra d’son vieux, on était tellement stressé qu’on s’est mis une rincée avant et… le résultat était pathétique. Imagine : deux ados bourrés qu'essaye de s’envoyer en l’air d'vant une caméra posée sur le lit.

Pas sûr que son cadet ait envie de l’imaginer plus jeune, rouge et en train de couiner – quoique ? – mais elle revoyait très bien la scène. L’angle de vue n’arrêtait pas de rebondir, puis basculait régulièrement. Ils étaient obligés de s’interrompre pour aller la reposer, reprendre où ils en étaient, tout ça avec beaucoup trop d’alcool dans le sang. Un moment d’ailleurs, on entendait clairement la Victoria de 17 ans crier sur la bande « aïe, pas là, c’est mon cul ducon » et ça devait d’ailleurs être là qu’ils avaient stoppé leur revisionnage du film.

- On était d’accord pour n’la montrer à personne et n’jamais r’commencer… mais c’t’abruti a oublié de l’effacer de la caméra quand il l’a rendu à son paternel.

Et là, la moue de la trentenaire ainsi que son hilarité traduisirent le foin que ça avait fait à l’époque. Fort heureusement, les parents de son génie de petit-copain n’avaient pas le numéro des siens, alors ils n’ont pas pu les prévenir des exploits de leur fille immortalisés sur cassette. Neil venait de lui faire déterrer un sacré dossier tiens ; avec le recul, ça lui paraissait vraiment hilarant d’avoir pu être aussi limité.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Jeu 14 Déc 2017 - 23:02

La pigiste, si c’était bien son vrai ancien job, avait plutôt intérêt à raconter une bonne histoire.  Au moins assez bonne pour excuser qu’elle squatte ses jambes sans permission ou considération pour son espace vital. Dès que ça semblait lui revenir, Neil lui donnait toute son attention. Il se faisait vite l’idée et, bizarrement, n’avait pas trop de mal à imaginer la tête qu’elle avait lycéenne. A l’évocation de la sextape, il savait que ça allait partir en couilles. Ce genre de trucs partait toujours en couilles, et c’est justement ça qu’il attendait. Imaginer cette scène était déjà drôle, il souriait en se marrant dans sa barbe. Ça devait être assez lamentable en effet, deux gamins bourrés qui tentent de baiser.
Il avait juste eu le temps de reposer les yeux sur elle quand Vic’ lâchait la fin de son histoire. Là il ne pouvait pas. Un éclat de rire massif sorti, c’était tellement ridicule, gênant et con à la fois. Il lui fallait bien une dizaine de secondes pour se calmer, souffler, se reprendre, la regarder et recommencer. Il se foutait carrément de sa gueule. Pour une fois qu’il pouvait.

Finalement, il parvenait à arrêter de se marrer comme un con après un moment. Franchement, ça avait été le bienvenu ce fou rire. Ça faisait un sacré moment qu’il n’en avait pas eu. Soufflant une dernière fois pour chasser ce chaos qui lui avait presque fait mal au ventre, il se penchait pour chopper la bouteille d’eau renversée au sol. Possiblement que s’il virait le playboy de là, il pourrait la faire tenir droite un jour, mais il avait la flemme.
Se redressant il l’ouvrait, posant à nouveau les yeux sur la meuf à côté de lui avant d’en avaler quelques gorgées. C’était assez bizarre comme situation, pour lui au moins. Parler comme s’ils se connaissaient, être en contact physique, tout ça c’est des trucs qu’il n’avait plus compté faire depuis longtemps. Probablement que ça tenait du fait qu’elle avait des ovaires, il s’était toujours mieux entendu avec la gente féminine.
« Pff. T’as plus jamais le droit de te foutre de ma gueule. » Après cette révélation en tous cas, ça n’aurait plus le même impact. Il lui tendait la bouteille en signe de paix, quand même.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 748
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Ven 15 Déc 2017 - 13:26
L’hilarité de son complice était contagieuse alors chaque fois qu’elle essayait de se calmer, Victoria repartait dans une exclamation incontrôlée. Elle en avait mal aux côtes mais en oubliait les douleurs de ses blessures. Putain, elle s’étrangla même dans sa salive à cause de ce con. Elle toussait encore en se frappant la poitrine, rouge tomate, quand il lui tendit sa bouteille d’eau en signe de paix. La pigiste l’attrapa et s’envoya une rasade pour s’éclaircir la gorge. Ça faisait un bail qu’elle ne s’était pas taper une barre comme ça et bordel, ça faisait du bien. Quand à Neil, il était transformé : elle avait fini par croire qu’il souffrait d’un handicap qui figeait son visage dans la même expression à vie.

- Tu s’rais pas en train d’te foutre de ma gueule espèce d’enfoiré ? Demanda-t-elle en feignant un froncement de sourcils mécontent.

En même temps, y’avait de quoi. Même elle devait éviter de révisionner ces souvenirs de sa folle jeunesse pour ne pas risquer de repartir pour une tranche de rire de dix minutes. Victoria rendit sa bouteille à son propriétaire et s’essuyait les yeux qui avaient même versé quelques larmes. A tous les coups, elle aurait des courbatures : elle sentait encore les échos de son hilarité dans les muscles de son ventre.

- Si tu répètes ça à quelqu’un, menaça-t-elle avec un sourire espiègle, l’index levé, … je ne sais pas encore ce que je vais faire, mais tu ne vas pas aimer ça.

Elle trouverait bien quelque chose. Mettre du miel dans son lit, du sel dans sa bouteille d’eau, accrocher une tapette à souris dans son tiroir à la place de sa plaquette de chocolat… les idées ne manqueraient pas quand elle se déciderait à se lancer sur le sujet. La trentenaire poussa un soupir et s’avança légèrement sur le matelas pour avoir la place de s’allonger sur le dos. C’était désormais ses deux genoux qui squattaient les jambes de Neil alors qu’elle fixait le plafond. Ses mains étaient fourrées dans les poches de son sweat.

- Donc dresseur de chien et coureur de jupon… intéressant comme profil. Tu d’vais voir la levrette comme une déformation professionnelle du coup.

Il ne fallait pas plus que sa blague graveleuse pour repartir dans son fou rire. C’était dégueulasse oui, surtout que son imagination s’appliquait déjà à mettre des images sur sa plaisanterie zoophile. Bah, il allait bien falloir qu’il s’habitue de toute façon. S’il cherchait la compagnie d’une minette pudique et délicate, Neil allait devoir continuer de chercher. La trentenaire se cachait un instant les yeux pour stopper les illustrations qui accompagnaient ses conneries et souffla en réprimant la fin de son hilarité :

- N’empêche, j’pends pour une victoire personnelle le fait d’t’avoir fait marrer. J’parie qu’t’avais oublié c’que ça faisait.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Ven 15 Déc 2017 - 17:31

Il n’en pouvait plus. Peut-être parce que ça faisait des mois qu’il n’avait pas eu l’occasion de lâcher ne serait-ce qu’un franc sourire, ou peut-être parce que la frustration qu’il condensait depuis des années devait bien finir par sortir d’une façon ou d’une autre, mais Neil était définitivement plié. Quand elle lui demandait s’il se foutait de sa gueule, il ne pouvait que ricaner en se retenant de repartir dans un autre fou rire. Il prenait la bouteille pour la laisser tomber au sol sans même un regard avant de lever les bras en signe de reddition sous la menace. De toute façon, à qui il raconterait ça ? Pour l’instant il était déjà suffisamment occupé à récupérer son souffle qui s’était fait la malle.

Il la regardait prendre ses aises, le plus tranquillement du monde, et constatait qu’il faisait officiellement partie intégrante du mobilier. Bah voyons. Il ne disait rien, au-delà de la proximité qui était plus cheloue que dérangeante, il s’en battait plus ou moins les couilles. Dix secondes plus tard dans tous les cas, il était trop occupé à se marrer pour râler. Cette meuf était quand même un cas pour débiter autant de conneries à la minute. Il avait essayé de se retenir, mais le rire de Vic’ juste à côté avait fini par l’emporter.
« T’es vraiment trop con putain. »
Il gardait un sourire bien accroché, serrant les dents pour que d’autres éclats ne partent pas. Il allait vraiment finir par se faire des abdos s’il continuait. Et ça, tout le monde le savait, c’était la hantise de Neil. « C’est pas faux. » Ça faisait de nombreux mois qu’il n’avait pas émis quoique ce soit s’approchant d’un rire, et deux ans au moins qu’il n’avait pas eu mal à force de le faire. Comme un début de souvenir commençait à se former, il se redressait dans un spasme pour la regarder. N’importe quoi pour lui changer d’idée.

« Et du coup, tu le vis comment d’avoir un sosie pornstar ? » Ça lui était revenu dans une flash. C’était elle. Stephanie Cane. C’est à elle qu’il pensait depuis tout ce temps sans pouvoir retrouver son nom. Même yeux verts, cheveux, gabarit, pour peu qu’elle ait la bouche pleine, c’était quasiment des jumelles. C’était même probablement de là qu’il avait sorti sa première intuition sur l’ancienne profession de Vic. Il lui lançait un regard un peu désolé. « C’est chaud quand même. » Il ne pouvait même pas s’empêcher de se marrer.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 748
Age IRL : 28
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Ven 15 Déc 2017 - 22:21
Voilà que ce petit con la comparait à une pornstar et continuait à se marrer. C’était contagieux en plus, alors elle renonça à faire semblant d’avoir l’air fâché mais sortit la main de gauche de son sweat entre deux éclats pour dresser son majeur. Ceci dit, elle n’allait pas l’avouer et le cachait bien sous ses airs désinvoltes, mais ça lui faisait du bien à elle également. De rire, tout simplement, sans que ce ne soit de la moquerie ou du sarcasme. Elle aussi avait oublié ce que ça faisait. Même avant d’être seule, quand elle survivait encore dans sa baraque avec Elijah et les autres, ils cultivaient la morosité ambiante.

- La vérité, articula la trentenaire quand elle put en placer une, c’est qu’t’aimerait bien que j’sois la pornstar à laquelle tu penses. Ça t’ferait bander. D’ailleurs…, il put deviner que ce serait une connerie en voyant ses lèvres frémir, c’est quoi c’truc dur sous ma cuisse ?

Cuisse qui était actuellement collée à celle du « dresseur de chien », assez proche de sa zone intime. Elle ne bougea pas d’un poil – c’était une plaisanterie, elle ne sentait rien – mais voir la tronche de son pote à cet instant, ça n’avait pas de prix. Victoria s’esclaffa donc un moment comme une gamine mal élevée, les mains de nouveau au chaud dans ses poches et les yeux décortiquant le plafond. Tiens, il y avait une toile d’araignée là, il l’avait vue ? Elle réfléchit un moment, cherchant qu’elle autre pique cochonne elle pouvait sortir à son cadet, mais elle était à court. Du coup, à court de répartie naturelle ! Après, on entrerait dans les blagues beaufs à base de « c’est trois culs qui rentrent dans un bar… » mais elle n’avait pas encore envie de tomber si pas.

- T’avais prévu autre chose que d’parler d’cul pour aujourd’hui ?

Non pas que le sujet la dérangeait ceci dit, mais difficile de se dire que monsieur le manitou apprécie qu’ils soient deux à passer la journée à glander. Le doc avait dit à la pigiste de rester sage et de marcher le moins possible mais elle pouvait encore se rendre utile avec… la seule main qui lui restait avec cinq doigts fonctionnels. Putain, cette pensée lui renvoya immédiatement une image salace qui la fit éclater de rire à nouveau. Son cas était désespéré. Elle n’allait pas en faire par à Neil et lui fit même un signe pour dire « laisse tomber, c’est rien ».


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Ven 15 Déc 2017 - 23:16

S’il avait tenté un air désapprobateur au début de la remarque de la meuf, son visage s’était décomposé en une fraction de seconde. Putain. Merde. Immédiatement son regard était tombé sur… rien. Tout était à sa place, et dans l’état où ça devait être. Putain. Il soufflait avec un sourire pendant qu’elle se foutait royalement de sa gueule. Il n’avait pas marché mais couru et franchement, il était plutôt rassuré que ce ne soit qu’une vanne de Vic’. Comme tous les mecs, ça lui était arrivé quelques fois, et comme tous dans cette situation, il s’était senti le plus con du monde à ne rien pouvoir y faire. Sans parler du fait que ça grillait à vie une fois que c’était remarqué.  
Elle avait vraiment l’air calée la Victoria, n’en n'ayant rien à carrer ni du bordel ambiant, ni de la relative odeur de mâle solitaire qui flottait. Il lui accordait ça, pour un être doté d’ovaires, elle n‘était pas chiante.

« Je t’avoue qu’à la base je comptais pas m’occuper d’une handicapée alors… »  Il laissait courir l’insulte quelques secondes en lui lançant un regard avant d’enchainer un peu plus sérieusement. « J’devais faire du repérage plus au nord avec Roxanne. »
C’était toujours la même histoire. Il était le seul avec un moyen de locomotion rapide, adaptatif et franchement pas couteux en essence, du coup il devait s’y coller. Autant la plupart du temps ça ne l’emmerdait pas, autant depuis qu’un vent gelé avait décidé de se lever, il était moins friand. C’pas comme si avoir son cul collé à un cheval pouvait le réchauffer, à la rigueur l’arrière des cuisses en contact, mais franchement, pour s’être fait des promenades au cœur des tempêtes de neige, il aurait aimé éviter. Il faudrait pourtant bien qu’il s’y colle, le roi allait bientôt lui demander des comptes.

Du coup il réfléchissait. Qu’est-ce qu’il pouvait bien foutre avec une Vic’ non opérationnelle dans les pattes ? Probablement pas du rangement, l’inventaire était déjà fait, le sol trop froid pour imaginer un potager. Il lui aurait bien proposé de lui faire des tresses, parce que c’était tout ce qui lui venait, mais bon, non. « On peut toujours faire la liste des trucs à chercher en priorités. » Ça allait de paire avec la gestion des stocks, et il manquait toujours un truc, mais franchement, même en le proposant, il n’était pas convaincu.
Revenir en haut Aller en bas  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   
Revenir en haut Aller en bas  
- Somehow, we all need a friend -
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: