The Walking Dead RPG

The Walking Dead RPG

Partagez | 
- Somehow, we all need a friend -
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 650
Age IRL : 27
MessageSujet: Somehow, we all need a friend   Mer 22 Nov 2017 - 22:07
« Hey, je t’emmène faire un tour ? », c’était ainsi que Victoria était allée accoster Neil, brandissant les clefs du van. Ouai, elle les avait volées ; ouai, Zack allait râler ; ouai, elle s’en battait les couilles. Elle avait besoin de fuir l’aura irrespirable de cette baraque de cinglés et, à coup sûr, elle n’était pas la seule. Depuis un mois maintenant, la trentenaire avait pu cerner un peu les énergumènes, les liens, les ressentis, et comprendre que la moitié était complètement frappée. Pourquoi n’en étaient-ils pas encore tous venus à s’étriper ? Le « rêve américain » ne fonctionnerait que si le noyau était solide, inébranlable, sur la même longueur d’onde. Le souci, c’était qu’aux yeux de la pigiste, Zack était trop inaccessible, Morgan trop conne, Kyle trop dépressif et Aodhan trop… Aodhan. Ça court-circuitait à tous les niveaux. Alors parfois, elle se surprenait l’envie de s’extirper de cette mascarade ; en frappant un grand coup de préférence. Sur la tête de sa meilleure amie bien-sûr.

Ça devait être pour ça qu’elle avait embarqué l’ancien tanguy avec elle dans la zone pavillonnaire qui encerclait l’Angle Lake de SeaTac. Ils avaient en commun de ne pas pouvoir voir le pitbull du chef en peinture et d’être, d’une façon ou d’une autre, le cul sur la sellette. Elle parce qu’elle était nouvelle et indomptable, lui pour une raison qu’elle ne saisissait pas encore. Et justement, Victoria était lasse de ce schéma conflictuel et puéril. Elle aurait effectivement pu se barrer pour retourner rouler sa bosse en toute indépendance mais peut-être que même elle, avait envie de croire au dicton : tout seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin. Pour l’instant en tout cas, c’était des conneries : ils faisaient du putain de sur-place à Renton.

Au moins, ils n’avaient pas chômé : au milieu de l’après-midi, ils avaient déjà rempli les deux tiers du coffre de réserves qui avaient échappé aux précédents visiteurs. Planqués sous les lit, dans des caves à l’entrée subtile, dans les cabanons de jardins, sous des piles de cochonneries, … les gens avaient des notions du rangement qui ne s’expliquaient pas mais ce jour-là, ça leur souriait. Peu de rôdeurs auxquels exploser la cervelle, pas de vivants, ça faisait plaisir ! Le duo improbable était dans l’une des baraques de la 39è avenue quand la brune découvrit, oublié au-dessus d’un frigo couvert de moisissure, un carton rempli d’Oreos encore hermétiquement fermés. Elle songea à les emporter dans le coffre de la voiture et…

- T’sais quoi ? fuck’em.

Elle posa lourdement le contenant sur la table de la cuisine, appuya sa batte contre cette dernière et ouvrit l’une des premières boîtes pour en tirer deux petits sachets remplis de cookies industriels. D’un geste désinvolte, elle en jeta un à Neil avant d’éventrer le sien pour mordre sans attendre dans le biscuit. Elle rejeta en arrière sa chevelure d’encre dont quelques mèches restaient collées à ses joues moites. Il faisait froid mais l’effort les avait fait suer.

- Alors Neil, ouvrit-elle la bouche pleine, ché quoi ton hichtoire ? Elle avala sa bouchée de sucre condensé, comment tu t’retrouves au sous-sol de Zack et d’sa harpie ?


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Mer 29 Nov 2017 - 3:27

Depuis la première fois qu’il avait vu une étendue d’eau suffisamment profonde pour noyer un homme, il s’était posé la question. Y avait-il des morts au fond des lacs ? Est-ce que s’il jetait une pierre dans l’eau, quinze décomposés allaient remonter ? Et si c’était le cas, allaient-ils finir par flotter à la surface comme tous les corps immergés si longtemps ?
Il n’avait jamais eu de réponse. A vrai dire il flippait un peu trop pour vérifier lui-même et n’avait jamais trouvé un bon moment pour poser la question à qui que ce soit.

Il pensait à ça en passant devant la fenêtre avec vue sur le lac. Après tout Zack était à plusieurs dizaines de kilomètres, il pouvait bien s’accorder cinq secondes de réflexion qui ne mènerait à rien. C’est la voix de Victoria qui le sortait de ses rêveries. Tournant la tête, il apercevait les gâteaux. Quelques secondes plus tard, il en recevait un. S’il avait hésité, c’était vraiment pendant un quart de seconde, et inconsciemment, parce qu’il en avait déjà bouffé les deux tiers quand elle reprenait la parole.
Il l’écoutait, se figeait une seconde, et finissait d’avaler son morceau. Bien sûr qu’elle voulait parler, c’est ce que faisait les humains, parler. Putain. Il était pas né dans la bonne espèce.

« Hm. Chuis venu à cause de Zack, t’penses bien que si j’avais vu l’autre pute j’aurais préféré me couper la jambe. » Ou la sienne. Surtout la sienne d’ailleurs. « Je le connaissais d’avant, ‘fin, on s’était vu. Je connaissais surtout sa sœur. » Molly. C’est con. C’était la seule chose qui reliait le blond et le métis, et pourtant ils n’avaient jamais invoqué son nom une seule fois. A croire que certaines disparitions étaient trop présentes pour les évoquer.
Finissant son oréo il s’était rapproché pour en attraper un de plus. La maison était vide, comme toutes celles qu’ils avaient visitées. Rien à part le fourgon ne craignait dehors. C’est bon. Il tirait une chaise et y posait son cul.

« Et du coup, » En fait il ne savait pas quoi lui demander. Il supposait qu’il devait enchainer avec quelque chose, histoire d’avoir un de ces trucs que les gens appellent « conversations », mais franchement, l’exercice en soi lui paraissait chiant et laborieux. « tu viens de Seattle ? » Il s’était bien passé quatre secondes entre le début et la fin de la phrase. Tant pis. Au moins il avait eu le temps de finir son deuxième biscuit. Peut-être même que sa découragerait la meuf dans son entreprise de sortir le nerd de sa bulle, il y était vachement confortable.

Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 650
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Mer 29 Nov 2017 - 12:25
Ainsi donc il connaissait Zack d’avant ce merdier. Un léger sourire s’afficha sur le visage du Victoria qui engloutissait sans rougir ses mini-cookies. Son instinct de pigiste était réveillé, même si elle n’avait pas matraqué de clavier depuis des lustres. Ainsi donc, le blond avait une sœur… la petite-amie de Neil ? A confirmer. C’était bon à savoir. Gratter des informations sur les autres – surtout sur l’alpha de ce groupe fragile – c’était l’une de ses activités favorites. Kyle lui avait appris qu’il avait perdu un compagnon récemment et ça… qu’était devenue sa frangine ? Morte sans doute, mais comment ? Elle ne put pas enchaîner tout de suite parce qu’elle avait rempli sa bouche de trois biscuits et devait désormais avaler avant de pouvoir parler sans risquer de s’étouffer. Son allié du jour eut alors l’ouverture pour mollement rebondit sur ses origines à elle.

- Oui et non, elle émit quelques bruits de langues pour essayer de déloger la mélasse coincée entre ses dents, j’vivais à Seattle avec mon mec, pour mon boulot aussi, mais mes parents habitaient à Renton. J'ai grandi là-bas, elle attrapa un deuxième paquet d’oreo et l’ouvrit en s’asseyant négligemment sur le plan de travail, j’ai toujours connu c’te région et son temps d’merde.

Et elle s’en était plaint de la météo de l’état de Washington, va savoir pourquoi elle n’avait pas bougé. La flemme sans doute. L’habitude aussi. Au final, Victoria n’avait pas l’âme de ces personnes qui partaient découvrir des pays du tiers-monde à dos d’âne avec un sac et une bouteille d’eau. Du temps où les morts restaient au chaud dans leurs cercueils, elle aimait le confort et la facilité. Elle s’était arrachée pour son travail mais… elle n’avait paradoxalement jamais eu l’ambition d’avoir un poste important. « Avoir assez » lui suffisait amplement. Pourquoi viser le A+ quand on peut s’en sortir avec un B- ?

- La sœur d’Zack… c’était ta meuf ? Demanda-t-elle sans tact ni pudeur avant de croquer dans un biscuit, t’sais ch’qu’il lui est arrivé ? La bouche pleine encore, mais ça ne l’arrêterait pas, et… pourquoi t’es pas parti ? Elle prit le temps de mâcher avant d’être plus explicite, si l’aut’ barj’ te donne aussi envie d’lui arracher les yeux à la p’tite cuillère, pourquoi tu jartes pas ?

Après tout, il n’était pas cadenassé dans son sous-sol et il avait un putain de cheval. Il lui suffisait de le sceller, de prétexter une sortie de ravitaillement et de galoper vers le soleil couchant comme Lucky-Luke. Il serait loin avant de se rendre compte qu’il s’était barré et même s’ils voulaient le retrouver, ce serait stupide d’essayer car les chances étaient minces. Victoria l’épiait alors en grignotant avec une gourmandise tout à fait assumée. Dire que les autres allaient se remplir la pense de haricots quand boîte quand ils goinfraient de cookies… c’était une petite satisfaction personnelle.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Mer 29 Nov 2017 - 15:23

Un mec ? Ça le surprenait un peu mais il évitait de trop le montrer. Il était à peu près persuadé que cette meuf avait été escort. Elle avait le facies type en tous cas. Mais après tout, c’était possible que son homme n’ait pas été au courant de son taf.
Il approuvait au temps de merde. Depuis qu’il squattait aux alentours de Seattle, il avait l’impression que seule la pluie faisait cesser le vent, et seule la neige faisait cesser la pluie. Putain de ville. Putain de région. Putain de monde. Enfin, là tout de suite, il n‘allait pas se plaindre, il avait des oréos et était loin des plus gros chieurs de leur groupe.

A peine baissait il le nez sur un paquet de gâteaux éventré qu’elle revenait à la charge. Molly, sa meuf ? Il ne pouvait s’empêcher de se marrer dans sa gorge. Lui, en couple. C’te bonne blague. Ça faisait depuis ses quatorze ans qu’il n’avait pas eu de copine, la moitié de sa vie en somme. Il n’avait même pas le temps de répondre, elle enchainait sur les questions. Putain de meuf.
« Non elle avait un mec. » S’imaginer avoir Zack comme beau-frère était suffisant pour ne pas regretter. « Au début elle est partie dans un camp et après… je sais pas. Quand j’ai retrouvé Zack il m’a pas posé une seule question sur elle, donc je suppose que… voilà. » Pourtant vu le tact du grand frère, Neil se serait attendu à ce qu’il lui saute dessus pour avoir des informations. Cette absence de question ne pouvait signifier qu’une réponse déjà obtenue.

Et la question qui fâche. Celle qu’il se posait lui-même à peu près toutes les nuits depuis deux mois. Qu’est-ce qu’il foutait encore là ? Un vague soupire passait ses lèvres. « Si jdois me barrer c’est loin de c’te ville, et honnêtement je saurais pas où aller d’autre. » Il était arrivé sur un espoir candide de retrouver quelqu’un, et depuis qu’il était entré dans Seattle, tout ce qu’il voyait était un mouroir. Il avait tenté de se barrer une fois, à l’époque du phare. Après quelques kilomètres il était tombé sur une horde zonant dans une avenue. Quelques autres après, à l’intersection d’une rue impraticable et d’une autre remplie de morts il avait fait demi-tour. Et ça avait continué comme ça toute l’après-midi. Depuis il avait enterré l’idée.
A pied, il aurait une chance. Une mince, mais une quand même. Mais en ajoutant Roxanne dans la balance, c’était impossible. Il ne pouvait pas squatter d’immeuble, avait besoin de quantité d’eau incroyable juste pour elle, elle avait toujours tendance à flipper au moindre grognement suspect un peu trop près des fenêtres. Il ne s’en sortirait pas. « C’plus simple disons. »

Finalement il lui tendait un regard. « Toi non plus tu bouges pas cela dit. » Pourtant elle n’avait pas l’air totalement épanouie et dévouée à la cause. La preuve était dans sa bouche, à deux doigts de basculer dans son bide.

Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 650
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Mer 29 Nov 2017 - 22:16
Elle avait enregistré dans un coin que la sœur du blond était peut-être crevée. Ça pouvait toujours servir. Un jour ou l’autre, pour une punchline traître. Pour la suite, elle écouta en haussant légèrement un sourcil, les joues déformées par les biscuits qu’elle enfournaient. Il restait par défaut ? C’était con. Très con. On pouvait rester chez ses parents par défaut, quand on voulait s’épargner un loyer ; on pouvait rester au même poste de merde par défaut, pour ne pas avoir à chercher un autre job. Mais vivre chaque jour à 10 mètres d’une personne qui serait capable de le tuer impunément, sans aucune motivation ? C’était une tentative de suicide latente. A la rigueur, Neil lui aurait avoué qu’il voulait partir en grande pompe et attendait son moment pour un coup de pute, Victoria aurait gardé le secret. Là c’était juste… triste.

- Moi j’reste mais j’me fais pas marcher dessus, c’était peut-être sorti avec trop de naturel, mais ça ne l’arrêta pas, et j’ai une âme de cinéphile, elle avala le reste de sa bouchée et précisa avec une pointe de moquerie, à l’étage, j’ai un remake de Brokeback moutain en direct.

Ravie de sa propre plaisanterie, la trentenaire pouffa par le nez en ouvrant un troisième petit sachet d’oreo – oui, ils risquaient de finir le carton avant de le ramener à ce rythme. D’ailleurs, elle en balança un à son complice de l’instant, histoire qu’il ne soit pas à court. Ses yeux marron-vert l’étudièrent un instant, laissant planer un silence à la place d’une réponse qui tardait. Elle l’aimait bien. En comparaison aux autres en tout cas. La pigiste avait passé un certain temps seule, alors son mécanisme affectif étaient un peu grippé mais… elle avait la sensation que la touffe lui évoquait un semblant de lien positif. Le genre à qui elle reproposerait de s’empiffrer de biscuits en cachette en crachant sur les autres par exemple.

- On va dire… que j’crois qu’ça pourrait marcher. On pourrait… trouver d’autres camps, leur écraser les orteils et les faire bosser pour nous, elle avait même suspendu son goûter, c’était dire si elle était sérieuse, c’est moche, j’dis pas l’contraire, mais c’est ça ou être la victime de quelqu’un un jour, Victoria mordit dans son cookie, signe que l’aparté la plus intense était terminée, mais j’parle pas d’assassiner les gens pour le plaisir et sans raison. Me confonds pas avec la barjot, son regard s’était durci une fraction de seconde, dans le doute, si tu veux mon avis, j’crois même que c’est elle le problème. Ce… « groupe » fonctionnerait sans elle. Elle tire tout le monde vers le fond, Zack le premier.

Maintenant qu’elle avait compris que Neil ne l’appréciait pas, elle n’hésitait pas à se lâcher à propos de la rousse. Et son opinion n’était pas près de changer – c’était devenu une question de principe. Son numéro de femelle alpha, ça ne prendrait pas avec elle et si elle montait le ton, elle risquait de ne pas aimer la répartie. Et hop ! Troisième paquet fini. Elle balança négligemment l’emballage dans l’évier et s’essuya la commissure des lèvres.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Invité
Invité
avatar
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Dim 10 Déc 2017 - 2:27

Sans aucun tact ni gant cette meuf venait de traiter Neil de paillasson. Il aurait bien haussé les sourcils, parce que ça restait quand même rare ce genre de remarque directe, mais au final, il le savait depuis longtemps. Il en était même venu à s’en battre royalement les couilles. Son égo était à peu près aussi solide que l’air montagnard et il n’en avait globalement plus rien à foutre de ce qu’on pouvait lui cracher à la face. Ça faisait déjà une dizaine d’années qu’il s’auto-traitait de merde, alors que quelqu’un confirme ses dires, c’était presque réconfortant.
Elle avait au moins gagné un sourire. Oh pas un bien grand, il était trop blasé pour se marrer, mais son expression faciale s’était modifiée l’espace de bien deux secondes. Elle pouvait être fière. Brokeback moutain putain, il lui accordait au moins ça, elle avait des remarques bien senties l’ancienne escort.

Il attrapait le nouveau paquet de gâteaux, tant mieux parce que le sien était vide, et trop occupé à l’ouvrir, ne remarquait pas tout de suite le regard qui planait sur lui. Comme elle reprenait, il relevait le nez, franchement pas préparé à ce qu’elle allait lui sortir. Cette meuf était deter’ putain. Pendant un moment il avait cru qu’elle était différente des autres, en fait elle venait du même arbre. Neil serait probablement toujours le seul alien de ce groupe. Entre ceux qui voulaient imposer leur dominance aux autres et ceux qui larbinaient pour obtenir un peu de pouvoir par effet de ricochet, ils cherchaient tous la même chose.
Qu’ils se prennent donc la tête entre eux à jouer au roi de la colline, se poussant à tour de rôle comme des cons jusqu’à la fin des temps, le gamin n’était pas de cette trempe. Il s’en battait les couilles des apparences, de qui gueulait le plus fort et d’avoir ou non le respect des gens. Ça ne le maintiendrait pas en vie. Ergo, c’était parfaitement inutile d’allouer un milliardième de son énergie journalière à ce petit jeu de façade qui ne servait qu’à leur donner l’impression d’être encore en contrôle. Ils se fourvoyaient tous, mais bon, temps que ça les occupait, il en avait plus ou moins rien à péter.

Vic’ avait tenté de se nuancer, mais franchement c’était pas le plus convainquant qu’on ait fait. Au moins elle avait le bon gout de tout balancer sur la pute. « Et encore là elle est calme. T’sais qu’elle a essayé de me buter ? Genre vraiment, » Il s’était un peu mieux redressé, parce qu’au final même ça, avoir quelqu’un de son propre groupe qui tentait de l’assassiner, ça ne le touchait plus. « elle m’a coursé pendant des heures dans tout Seattle c’te garce. »
Il avait un presque sourire sur sa face. « J’crois qu’elle s’en est toujours pas remise que je respire encore. » C’était d’ailleurs un des moments les plus glorieux de la vie de Neil, faire enrager le bulldog par le simple fait de toujours exister. Elle avait dû s’en prendre une sévère à son retour, parce que depuis elle n’avait rien retenté, du moins, rien d’aussi drastique.
Revenir en haut Aller en bas  
Victoria L. Raven
American Dream
Administrateur
avatar
Fiche de personnage

Vos équipements
Armes: 1 flingue, 1 piolet, 1 couteau militaire, 1 canif dans la chaussure
Equipements:
Spécificités du personnage:
Survit depuis le : 20/10/2017
Messages : 650
Age IRL : 27
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   Dim 10 Déc 2017 - 9:31
Victoria cessa de mâcher pour fixer son comparse. Alors comme ça, Morgan avait essayé de le tuer ? Genre « pour de vrai » ? Et ils continuaient de cohabiter comme si tout allait bien se finir ? Elle se doutait que tout n’était pas rose dans la maison mais là, on atteignait des records. Neil devait certainement être sous stupéfiants pour vivre tranquille dans un cadre pareil et quoique ce soit, il pourrait faire tourner ce petit cachottier ! La brune termina sa bouchée et posa même un instant le paquet de cookies qu’elle tenait en main. Parodiant des mimiques de psychologue, elle croisa les jambes et se pencha légèrement en avant, une main sous le menton.

- Donc si j’résume, tu trouves plus « simple » d’rester t’faire piétiner dans une baraque avec un chef qui peut pas t’voir et sa suce-boules qui veut t’crever… plutôt que tenter ta chance ailleurs ? Elle fit mine de réfléchir, est-ce… on t’a d’jà diagnostiqué un autisme tardif ? Ou un autre trouble mental ?

Un sourire un brin moqueur flottait sur ses lèvres alors qu’elle descendait du plan de travail. Elle enfourna un autre oreo, dégagea de devant ses yeux une mèche de cheveux qui la gênait et tira une chaise pour s’assoir face à son interlocuteur. Un peu de rapprochement ne ferait pas de mal. Il lui ferait presque de la peine ce gars. C’était pire que le paria d’une meute de loups parce que celui-ci, il avait beau être rejeté par tous ses pairs en temps normal, le groupe se battrait à mort pour le défendre si besoin. Neil ? Elle prenait le pari qu’il se ferait jeter sur le bord de l’autoroute à la première occasion. Comme un chiot dont on ne veut plus aux vacances d’été.

- Du coup… y’a quelqu’un qui t’aime bien là-bas ? Ou bien… t’attends juste que Momo-la-barjot vienne finir le travail ? D’ailleurs… qu’est-ce qui l’empêche de l’faire là ?!

Bah oui quoi : ils pensaient sincèrement qu’il y aurait des représailles ? Que Zack punirait sa petite chouchoute pour avoir égorgé le meuble ronchon de la famille ? Ouai, il allait râler un peu, ferait une tête encore plus constipée que celle qu’il avait déjà et ça passerait. Sans vraiment laisser le temps à l’afro-américain de répondre, Victoria lui balança en s’accrochant à ses yeux :

- J’crois qu’t'as besoin d’une amie, et de sa bouche, ce terme pouvait signifier pas mal de chose.


I'll be your jinx
I am not your savior : get off your bended knee. You've fallen out of favor ; turned your back on what you believe. Yeah, you'll fall into a curse ♫ I am not your savior, I'm your Anti-Christ. Taking from your insides to fall into a curse.
Revenir en haut Aller en basVoir le profil de l'utilisateur  
Contenu sponsorisé
Fiche de personnage
MessageSujet: Re: Somehow, we all need a friend   
Revenir en haut Aller en bas  
- Somehow, we all need a friend -
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Walking Dead RPG :: Archives RP :: RP Terminés-
Sauter vers: